Juil 142020
 
Partagé sur Facebook par Christian Lehmann, le message d’un médecin en colère.

« Une cérémonie militaire réduite, qui rend hommage à ceux qui ont lutté contre le coronavirus », résume Le Monde : ainsi Emmanuel Macron a-t-il choisi de célébrer la fête nationale 2020. « En ce 14-Juillet (…) je souhaite, avec tous les Français, avec les armées elles-mêmes, rendre un vibrant hommage aux personnels de santé et à celles et ceux qui, dans tous les secteurs, ont permis à la vie publique, sociale et économique de continuer », a annoncé le président. Poudre aux yeux ! Le Collectif inter-urgences ne s’y est du reste pas trompé, qui explique dans son communiqué pourquoi il a fait déployer au-dessus de la place de la Concorde une superbe banderole disant son fait à l’homme aux promesses jamais tenues. Magnifiquement bien joué ! FranceTVinfo précise : « Accrochée à des ballons gonflés à l’hélium, la banderole n’a pas été filmée par les caméras retransmettant l’événement ». Comme dans une dictature, en fait : les chaînes de télévision – en tout cas le responsable de la réalisation de la retransmission – ont fait le choix délibéré d’occulter ce qui gêne le pouvoir.

Thomas SAMSON / AFP

C’est justement du « Ségur de la santé » dont nous entendons parler : alors que le nouveau Premier ministre, Jean Castex, a claironné que l’accord signé à son terme était « historique », pour 8,1 milliards d’euros, le compte n’y est certes pas du tout ! Les trois syndicats signataires ont ainsi parfaitement rempli leur sale besogne de « jaunes ».

« Six organisations syndicales, dont la CGT, SUD-Santé, Amuf, pour les urgentistes, et la SNPI, qui représente les infirmiers, appellent à un rassemblement place de la République à Paris ce mardi pour porter les revendications du personnel soignant », résume LCI. « Estimant que le gouvernement « méprise leurs demandes et leurs revendications », six organisations syndicales considèrent que « le Ségur de la santé est une imposture ». Si la concertation vient d’aboutir à un projet d’accord sur la revalorisation des personnels non médicaux, avec une augmentation générale de 183 euros net par mois, certains syndicats en attendent plus et comptent le faire savoir. » En effet, les soignants français perçoivent des salaires de 15 à 20% inférieurs à la moyenne européenne, selon les gauchistes échevelés des Échos. « Les 300 euros nets pour tous les personnels ne sont pas atteints, pas d’enveloppe spécifique pour un plan massif de formation de professionnels et de recrutement de personnel alors qu’il s’agit d’une priorité pour améliorer les conditions d’exercice des personnels, écrit la CGT. Par ailleurs il n’y aucun engagement de pris à ce stade sur l’arrêt des restructurations en cours et la réouverture de lits, services et établissements dont nous avons tant besoin pour préserver notre système de santé et d’action sociale. »

On le voit, le « monde d’après » promis n’est qu’un mirage – y aviez-vous réellement cru ? – et la réinvention de lui-même annoncée par le manipulateur de l’Élysée n’est qu’un nuage de poudre de perlimpinpin.

Partagez cet article
Juil 132020
 

Ainsi donc, l’odieux Carlos Ghosn se dit « abandonné » par la France et traité comme un « citoyen français moyen », ajoutons vulgaire, puisque c’est bien ce que signifie sa larmoyante récrimination. Pensez donc, Monsieur ne se considère pas comme n’importe qui ! Se rend-il seulement compte de l’obscénité d’oser réclamer un traitement de faveur ? Au nom de quoi ? Des millions qu’il a amassés sur le dos des ouvriers de Renault ? Eh bien non, Carlos, souviens-toi de la règle républicaine de l’égalité… D’autant que ce fourbe, on ne peut plus culotté pour le coup, s’est soustrait à l’impôt français, comme l’exhume fort à propos notre confrère Guillaume Blardone sur Twitter.

Guillaume Blardone sur Twitter.

Il y a parfois des claques qui se perdent. Pour mémoire, laissons à la CGT le soin de rappeler l’œuvre ghosnienne : « depuis 2004 et l’arrivée de Carlos Ghosn aux manettes de la firme au losange, la production française des véhicules particuliers Renault a chuté de 34%.  Des externalisations et délocalisations tant de la production que de l’ingénierie française ont été opérées vers les pays low cost. Pourtant, l’entreprise a bénéficié de multiples aides comme le CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi). La CGT dénonce le fait que l’argent public des contribuables ait été utilisé pour financer ces transferts d’emplois. En France, 23 500 emplois ont été supprimés chez Renault en une dizaine d’années. Du côté du management et des conditions de travail, rien non plus de très reluisant. On se souvient des séries de suicides, dans les usines, mais aussi parmi les ingénieurs du technocentre de Guyancourt. Des événements qui illustrent le bilan social et humain catastrophique du PDG de choc. » Qui a été payé pour cela 13 millions d’euros annuels tout de même.

Merci patron ! (Ludovic MARIN / AFP)
Partagez cet article
Juil 122020
 

Coup sur coup, le Haut conseil pour le climat sort un rapport au vitriol et le Conseil d’État ordonne une astreinte record (10 millions par semestre) pour inaction contre la pollution de l’air. Derrière le vibrant « Make the planet great again », le vide.

L’actuel président de la République s’est fait élire sur une imposture majeure, le fameux « ni droite, ni gauche » ou sa variante « de gauche et en même temps de droite ». Certes, il fallait manquer singulièrement de culture politique pour tomber dans ce panneau-là, mais le fait est que l’opération a fonctionné, avec l’aide de l’idiote utile du système, la Pen. Comment ne pas se faire élire face à un tel repoussoir ? Pour le plaisir, nous vous offrons le flashback sur la séquence-culte du débat.

4 mai 2017 : le freluquet tête-à-claques face à la semi-démente

Or donc, il fallait tomber de la lune pour ne pas avoir très bien compris que Macron était de droite, même si c’est le président « socialiste » – guillemets placés à dessein : lui, de gauche ? -, François Hollande, qui lui a mis le pied à l’étrier. Tout simplement parce qu’il appliquait déjà sous Hollande une politique de droite – ainsi la loi travail, exemple emblématique, c’est lui. Son appartenance idéologique au camp de la droite est du reste devenue aujourd’hui encore plus évidente, avec le nouveau gouvernement dirigé par des sarkozystes. Mais une deuxième imposture marque son mandat présidentiel, qui nous fait surnommer Sa Suprême Hypocrisie l’escrologiste. Dès son installation à l’Élysée, Macron a en effet adopté, face à Donald Trump, la posture de héraut de la lutte contre le réchauffement climatique et pour ainsi dire de sauveur du monde. Oh bien-sûr, il n’est pas difficile d’être plus écologiste que le fou-furieux imbécile de la Maison blanche ! Mais tout de même, quelle pantalonnade que d’accorder à Jupiter le titre de Champion de la Terre, décerné par l’Organisation des nations unies !

Vu par le dessinateur satirique Placide

L’Obs.com s’était alors interrogé : « blague ou récompense méritée ? ». L’introduction de l’article donnait le ton : « Le président français est actif sur la scène diplomatique, mais peine à montrer l’exemple dans les actes ». C’est bien le moins que l’on puisse dire ! La démission de Nicolas Hulot, à qui nous reprocherons toujours d’avoir apporté une caution verte à Macron – comme à Christiane Taubira d’avoir incarné l’alibi de gauche de Hollande -, donnait déjà un indice de la vacuité environnementale concrète du soi-disant Champion de la Terre : « On s’évertue à entretenir un modèle économique cause de tous ces désordres climatiques, avait expliqué le ministre en claquant la porte. (…) Nous faisons des petits pas, et la France en fait beaucoup plus que d’autres pays, mais est-ce que les petits pas suffisent… la réponse, elle est non. » Et d’ajouter : « Je ne peux pas passer mon temps dans des querelles avec Stéphane Travert ». Vous savez, le ministre de l’Agriculture d’alors, auteur de cette fantastique saillie, à propos du glyphosate : « Il n’est pas nécessaire que [son interdiction] soit dans la loi dès lors que nous prenons des engagements ». La loi est passée sans et l’on connaît la suite : le zéro-glyphosate est repoussé à la Saint-Glinglin fin du quinquennat.

Où en sommes-nous donc aujourd’hui, alors que Barbara Pompili vient d’être nommée ministre de la Transition écologique ? Et que Macron le bonimenteur a rajouté d’écœurantes couches à ses dégoulinantes incantations écologistes ?

Les écrits restent.

Ironie du sort, c’est une instance indépendante qu’il a lui-même créée, le Haut conseil pour le climat (HCC), qui répond par le constat sans appel suivant : « La France n’est “pas à la hauteur des enjeux ni des objectifs qu’elle s’est donnés” sur la lutte contre le réchauffement climatique », déplore le deuxième rapport annuel de 160 pages du HCC, en date du 8 juillet dernier. « La redevabilité du gouvernement sur les politiques climatiques reste faible, résume le communiqué de presse. En dépit de certains progrès comme le budget vert qui sera mis en œuvre sur le prochain projet de loi de finances [bien-sûr, le meilleur est toujours pour plus tard !, NdA], l’évaluation des lois et des politiques en regard du climat (…) n’a pas progressé. Les annonces faites au cours de l’année écoulée, comme la feuille de route de chaque ministère sur son budget carbone, sont toujours en attente d’être mises en œuvre. La réduction des émissions de gaz à effet de serre est insuffisante pour respecter les budgets carbone futurs. Les émissions de la France ont diminué de 0,9% en 2019, ce qui est similaire aux années précédentes et loin des –3% attendus dès 2025. » Et concernant le plan de reprise ? « Les premières dispositions du gouvernement en réponse à la crise du COVID-19 ne vont pas dans le sens des recommandations du HCC. Les dispositions sont peu contraignantes et n’incluent pas de mesures d’évaluation. En bénéficiant de plusieurs dizaines de milliards d’euros pour aider à la reprise économique, les entreprises françaises pourraient être sollicitées plus fermement par des mesures contraignantes. » Mais Bruno Le Maire, Emmanuel Macron et la droite en général jamais n’imposent quoi que ce soit aux entreprises : leur religion leur interdit d’exiger toute contrepartie, c’est pécher. Des exhortations, des suppliques, des proclamations de bonne intentions, ça, d’accord. Pour le reste…

« Le décalage entre les discours et les actes d’Emmanuel Macron sur l’écologie et le climat est abyssal » : Greenpeace in Le monde après-Covid : E. Macron arrive à faire pire qu’avant.

Si le HCC « critique vertement l’action gouvernementale », selon la formule amusante du Huffington post, le Conseil d’État va plus loin et « ordonne au gouvernement de prendre des mesures pour réduire la pollution de l’air, sous astreinte de 10 M€ par semestre de retard », par sa décision du 10 juillet. Bigre ! « Après une première décision en juillet 2017, le Conseil d’État constate que le gouvernement n’a toujours pas pris les mesures demandées pour réduire la pollution de l’air dans 8 zones en France. Pour l’y contraindre, le Conseil d’État prononce une astreinte de 10 millions d’euros par semestre de retard, soit le montant le plus élevé qui ait jamais été imposé pour contraindre l’État à exécuter une décision prise par le juge administratif. » C’est le problème quand on ne fait rien : ça finit par se voir. « Cette décision historique fait suite à un recours déposé par Les Amis de la Terre France, accompagnés de 77 autres requérants dénonçant l’inaction du gouvernement en matière de protection de la qualité de l’air, synthétise Reporterre. Le Conseil d’État leur a ainsi donné raison, constatant qu’à Grenoble, Lyon, Marseille-Aix, Reims, Strasbourg et Toulouse et Paris, la pollution au dioxyde d’azote continue de dépasser les valeurs limites légales. » Qui touchera cette manne ? Réponse dans le communiqué de presse du Conseil d’État : « cette somme pourrait être versée non seulement aux associations requérantes mais aussi à des personnes publiques disposant d’une autonomie suffisante à l’égard de l’État et dont les missions sont en rapport avec la qualité de l’air ou à des personnes privées à but non lucratif menant des actions d’intérêt général dans ce domaine ».

Même si la satisfaction est de mise de voir ainsi l’inaction macroniste dûment stigmatisée et sanctionnée par la plus haute juridiction administrative française, notons néanmoins que si l’État est ainsi condamné, ce sont in fine les Français qui paient. Ce qui justifiera de nouvelles rengaines sur la dette à l’appui d’austérités futures.

À moins de vraiment renverser la table, c’est toujours le libéralisme qui gagne…

Partagez cet article
Juil 092020
 

Nous, on en a assez qu’on nous impose les choses d’en haut. On nous a imposés la Métropole, ça suffit !

Martine Vassal, 11 mai 2017, actuellement présidente de… la Métropole. Ce n’est pas le vent qui tourne, c’est Martine !

Résumé des épisodes précédents : battue dans son propre secteur à Marseille (où l’ancien maire Jean-Claude Gaudin était élu chaque fois au premier tour) par une novice en politique lors des élections municipales, autrice d’une campagne complètement délirante et éclaboussée par le scandale des procurations frauduleuses, Martine Vassal a d’abord voulu être tout de même candidate au fauteuil de maire, à la faveur du fameux troisième tour, le vote des conseillers municipaux nouvellement élus. Bien que distancée de huit points sur l’ensemble de la ville, Madame-je-n’ai-pas-de-figure avait osé déclarer : « Je n’ai pas perdu, ce soir il n’y a pas de majorité à Marseille ». En effet, par le jeu du nombre de conseillers accordés par chaque secteur de la ville, le Printemps marseillais, coalition écologiste-gauche, ne disposait que d’une majorité relative. Puis Vassal s’est finalement retirée au profit d’un vieux barbon UMPiste de 75 ans, Guy Teissier, au passé d’extrême droite et ayant eu maille à partir avec la justice pour des propos racistes. Même pas élu maire de secteur ! Mais en cas d’égalité, son âge lui eût valu de l’emporter… Ou comment tenter de confisquer le vote du peuple en le spoliant de la victoire du Printemps marseillais. Mais la manœuvre a échoué : la sénatrice ex PS (Vallsiste) élue des quartiers nord – elle réclamait qu’on y envoie l’armée ! -, Samia Ghali, elle aussi soupçonnée de procurations frauduleuses, a monnayé son appui à l’écologiste Michèle Rubirola contre un poste de deuxième adjointe. Exit la droite à Marseille. Mais qu’à tout cela ne tienne : Vassal vint d’être réélue ce matin présidente de la Métropole !

https://www.leravi.org/medias/dessin-de-presse/martine-et-la-metropole/

« Martine Vassal, actuelle présidente de la Métropole Aix-Marseille Provence, a officiellement annoncé sa candidature à sa propre succession, à Pélissanne, entourée entre autres du maire de la commune, des présidents des conseils de territoires du pays d’Aix, salonais, Istres Ouest Provence, et du représentant de l’Union des maires des Bouches-du-Rhône », annonce made in marseille. « Avec le soutien de Maryse Joissains, la Balkany provençale, menacée d’inéligibilité, et farouche adversaire… de la Métropole », résume Le Ravi. Joissains a en effet vu sa condamnation par la Cour d’appel cassée pour vice de forme… Un nouveau procès aura lieu et elle reste donc sous le coup d’une accusation de « détournement de fonds publics » et « prise illégale d’intérêt ». Notons enfin, parmi les autres soutiens de Vassal-la-moisie, celui de l’inénarrable François Bernardini, condamné pour sa part dans le passé pour « ingérence, détournement de fonds publics, abus de confiance et abus de biens sociaux » et actuellement toujours visé par une enquête du Parquet national financier pour « association de malfaiteurs en vue de commettre des délits de prise illégale d’intérêts, de trafic d’influence par personne chargée d’une mission de service public ». Et tout de même réélu au premier tour maire d’Istres. La politique comme on l’aime ! La droite a la majorité à la Métropole : Vassal est passée. Qu’importent l’honneur et la décence.

Partagez cet article
Juil 072020
 

L’accord de libre-échange entre UE et Mercosur, criminel pour le climat, fait désordre face aux engagements environnementaux de l’escrologiste. Alors Macron, devant la Convention citoyenne pour le climat, assure le 29 juin que les négociations sont « stoppées nettes ». Mais l’on apprend le 2 juillet par la bouche du haut-représentant de l’UE qu’elles viennent de s’achever, couronnées de succès. Make the foutage de gueule great again.

Pointo comme Pinocchio…

Décidément, Emmanuel Macron ne peut pas s’en empêcher. Lundi 29 juin, Sa Menterie Effrontée l’assure devant les membres de la Convention citoyenne sur le climat : les négociations pour l’accord de libre-échange avec le Mercosur sont « stoppées net ». Ouf ! Pas de crainte à nourrir donc, l’UE ne s’unira pas au Mercado común del sur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay). On l’a échappé belle, à croire 265 associations et organisations internationales qui publient le même jour une lettre ouverte : « L’accord UE-Mercosur implique l’aggravation de la destruction de l’environnement et de la crise climatique par l’expansion de l’exportation de voitures et l’extension des monocultures et des pâturages. La production de viande et de soja continue à accélérer la destruction de la forêt humide amazonienne, du Cerrado et des forêts tropicales sèches du Chaco, qui sont essentiels pour la stabilisation du climat mondial et pour la biodiversité. L’accord va récompenser ces pratiques. » C’est déjà énorme, mais ce n’est pas tout. La lettre ouverte dénonce également comme conséquence à l’accord « l’augmentation des violations des droits de l’Homme en toute impunité, notamment la violence physique et l’expulsion de petits cultivateurs et des populations autochtones de leurs terres. De nombreux dirigeants indigènes et défenseurs de l’environnement des pays du Mercosur ont été assassinés, dont cinq au seul Brésil entre novembre 2019 et avril 2020. Sous le gouvernement du président Jair Bolsonaro en particulier, les violations des droits humains contre les minorités, les membres de l’opposition, ainsi que le démantèlement des droits des travailleurs se multiplient. En concluant un accord commercial avec des gouvernements qui promeuvent des politiques répressives et de pillage, l’UE récompense les violations des droits humains, en contradiction flagrante avec ses propres valeurs démocratiques. »

N’en jetons plus ? Si, las : l’accord « va augmenter la souffrance animale et porter préjudice aux chaînes de production locales d’aliments. L’UE exige un meilleur bien-être animal et est dotée de normes sanitaires supérieures à celles du Mercosur, ce qui rend la production agricole plus coûteuse au sein de l’UE. Au lieu de renforcer les règles du Mercosur, cet accord va permettre un plus grand accès aux viandes bon marché sur les marchés européens, créant de la sorte une pression à la baisse sur les prix à la production agricole des deux côtés de l’Atlantique. L’augmentation des exportations de viande, l’intensification des cultures de soja et de canne à sucre, soit comme aliments exportés dans l’UE pour l’élevage, soit comme carburants, vont intensifier la destruction de l’environnement, l’utilisation d’OGMs, d’antibiotiques et de pesticides, et la pollution accrue des sols et des eaux. En outre, de nombreux pesticides utilisés dans le Mercosur sont interdits dans l’UE. » Il faut décidément à tout prix empêcher la conclusion de cet accord ! Comptons donc sur le président, s’il dit que les négociations sont « stoppées nettes ».

Make the foutage de gueule great again

Patatras : en ce même 29 juin, l’association Attac décrypte la conférence de presse devant la Convention et dément déjà l’assertion présidentielle : « Deux autres mesures emblématiques des politiques de rupture qu’il faudrait mettre en œuvre ont été écartées par Emmanuel Macron. Les 150 membres de la Convention proposaient que le Ceta, l’accord de commerce entre l’Union européenne et le Canada, ne soit pas ratifié et qu’il soit renégocié. Ce n’est pas l’option retenue par Emmanuel Macron : le Ceta va continuer à s’appliquer alors que le processus de ratification n’est toujours pas achevé. Par ailleurs, Emmanuel Macron a indiqué qu’il «avait stoppé net les négociations avec le Mercosur». C’est inexact puisque des négociations sur la finalisation du texte ont encore eu lieu ce printemps et que l’Allemagne en a fait une priorité pour les six mois de présidence de l’UE qu’elle va exercer à compter de ce 1er juillet. » Aïe.

Et puis le coup de grâce, relevé par Reporterre et asséné le 2 juillet par Josep Borrell Fontelles, le haut-représentant de l’UE pour les affaires étrangères.

Il se félicite de la finalisation des négociations de l’accord entre l’UE et le Mercosur. Autrement dit, les négociations étaient tellement « stoppées nettes » le 29 juin qu’elles sont achevées le 2 juillet! Et maintenant ? « Après plus de vingt ans de négociations, c’est donc un accord complet (…) qui sera soumis dans les semaines à venir «aux prochaines étapes de délibération requises au sein de l’UE avant sa signature et son entrée en vigueur», selon un communiqué de presse de la délégation permanente de l’UE au Paraguay (pays qui a la présidence tournante du Mercosur). Les pays du Mercosur et l’Allemagne (…) souhaitent que cela aboutisse d’ici à la fin de l’année 2020. »

Au fait, avez-vous entendu, vu ou lu quelque chose à propos de ce flagrant grand écart entre l’affirmation présidentielle et la réalité ? L’Usine nouvelle a certes publié un papier le 2 juillet avec cet intéressant paragraphe : « Le président français Emmanuel Macron a annoncé en août dernier qu’il s’opposait au projet de traité de libre-échange entre l’UE et le Mercosur en reprochant à son homologue brésilien, Jair Bolsonaro, de lui avoir « menti » sur ses engagements écologiques. Il a répété lundi qu’il s’opposait à la signature de tout accord avec les pays ne respectant pas l’Accord de Paris sur le climat. » Ce qui explique le titre de l’article : Le Mercosur veut sceller l’accord avec l’UE malgré la résistance de Paris. Faux ! Le Mercosur ET l’UE veulent sceller l’accord : la « résistance de Paris » n’a pas empêché le haut-représentant européen de se réjouir publiquement (en espagnol) que les négociations soient terminées et couronnées de succès ! Et ce n’est par conséquent même pas non plus qu’ils « veulent sceller l’accord », il est scellé ! Alors quoi ? Macron est-il vraiment hostile à cet accord mais tout le monde s’en fout personne n’en a cure ? Entend-il tout mettre en œuvre pour empêcher qu’il n’entre en vigueur ? En a-t-il seulement les moyens ? Ou tout simplement se moque-t-il une fois de plus du monde ? Biffez les mentions inutiles.

Partagez cet article
Juil 032020
 

L’arrêt du glyphosate, promis par l’escrologiste en novembre 2017 pour au plus tard dans 3 ans, avait été renié par Didier Guillaume, l’actuel ministre de l’Empoisonnement l’Agriculture la semaine dernière.

« Et alors là, vous allez rire Monsieur Bourdin, le journaliste me demande si on va arrêter le glyphosate… »

Sa collègue en charge de la Transition écologique et solidaire (sic), Élisabeth Borne, confirme mardi dans une interview accordée au Parisien. Ce qui tombe mal : l’ancienne ministre des Transports, fossoyeuse de la SNCF (ouverture à la concurrence du transport ferroviaire, transformation du statut de l’entreprise et arrêt du recrutement au statut de ses agents), en allant au-devant de la presse, « assure le service après-vente présidentiel de la Convention citoyenne pour le climat », comme l’écrivent les confrères du Parisien. Donc elle entend dérouler un discours plus vert que vert, et on va voir ce qu’on va voir, et « Aujourd’hui, on démontre que la promesse sera tenue et qu’on va aller au bout de la transformation écologique du pays » (on pouffe, mais si, elle l’a vraiment dit). Et puis paf ! Question sur le glyphosate. La tuile.

« Tu la veux, celle-là ? »
© Dahmane – L’Usine Nouvelle

« Et l’interdiction du glyphosate, c’est enterré ? », l’entreprend frontalement Le Parisien. La réponse est inénarrable : « Non, c’est même le contraire ! » Mais Borne n’a donc aucune limite! « Nous étudions actuellement des alternatives qui pourraient permettre d’en sortir rapidement », poursuit-elle. Oui, ça on sait, Macron l’a annoncé en novembre 2017. Et ça avance? « Il faut bien sûr-étudier la question du surcoût, des alternatives. » Bien-sûr, n’oublions pas que le pouvoir est otage des productivistes empoisonneurs du syndicat agricole FNSEA, lui-même aux mains du lobby de l’agrochimie… Mais ça aussi, le gouvernement – son propre ministère ! – est censé être dessus depuis novembre 2017. Alors ? « Mais je peux vous assurer que cette interdiction sur les principaux usages sera mise en œuvre avant la fin du quinquennat. L’engagement sera tenu. » Certes, par rapport à la sortie de Didier Guillaume, on regagne trois ans. Il avait dit 2025, elle borne à mai 2022. Mais ajouter « L’engagement sera tenu », comment dire ? Pour les mal-comprenant, rappelons que l’engagement était l’interdiction fin 2020. Il ne sera donc de facto pas tenu.

Stéphane Travert : une alimentation saine et durable… au glyphosate

C’est là qu’intervient l’une des plus énormes des Phrases du jour de plumedepresse. Elle date de mai 2018 mais c’est aujourd’hui qu’elle prend tout son sel. Pour rendre à César ce qui lui appartient, c’est le confrère de Libération Sylvain Chazot qui la rappelle dans son excellent article titré avec un bel esprit Glyphosate : le gouvernement recule encore pour mieux reculer. Rappelons le contexte, celui de la loi Agriculture et alimentation, dite loi Égalim et dont le titre complet est « loi pour pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous » (nous pouffons derechef). « Malgré des amendements déposés et défendus y compris par des députés de la majorité », comme le résume France Inter, « pas question d’inscrire dans cette loi la promesse présidentielle d’en finir avec cet herbicide dans trois ans. » Et pourquoi donc ? Fantastique réponse du ministre de l’Agriculture de l’époque, Stéphane Travert : « Il n’est pas nécessaire que ce soit dans la loi dès lors que nous prenons des engagements, dès lors où nous avons un plan sur les produits phytopharmaceutiques qui est en place. La position du gouvernement est claire. »

Pas la peine de l’inscrire dans la loi, puisqu’on vous dit qu’on va le faire ! Nous en prenons l’en-ga-ge-ment. A posteriori, c’est tout à fait savoureux, alors que la Macronie renie sa promesse. Décidément, aucune confiance à accorder à la clique au pouvoir. En doutiez-vous ?

Partagez cet article