Oct 172020
 
Actualités | Métropole : la surprise Gaby Charroux | La Provence

Comme depuis le début de la crise sanitaire, l’absence totale de concertation avec les élus locaux pousse à des prises de décisions qui manquent de discernement, qui manquent de graduation et qui auront des conséquences catastrophiques pour l’économie locale et bien au-delà. Et comme on ne prend pas le temps de discuter avec les maires et donc de discuter avec moi, je considère que l’État n’a pas besoin des moyens publics de la commune. Par conséquent, je ne demanderai pas aux agents de la police municipale de faire respecter ces décisions. Le Préfet et la police nationale devront assumer cette position. » Gaby Charroux (lire son communiqué entier) est le maire (PCF) de Martigues, 49 000 habitants, commune des Bouches-du-Rhône englobée dans la Métropole Aix-Marseille Provence (de force, la création de ladite Métropole représentant un cas d’école de déni de démocratie). Après une valse hésitation durant la journée entière du lendemain des annonces du président de la République instaurant le couvre-feu, 90 des 92 communes de la Métropole (les 2 autres sont hors des Bouches-du-Rhône) sont finalement concernées – contre l’avis du représentant local de l’État – mais pas des maires du territoire, puisqu’on ne leur a pas demandé leur avis.

L’intransigeance aveugle bête et méchante l’a finalement emporté

Gaby Charroux explique ainsi sa décision de ne pas impliquer la police municipale dans le contrôle du couvre-feu : « Que le confinement nocturne soit une étape supplémentaire décidée pour les villes qui sont dans les zones d’alerte maximale, cela peut s’entendre. Mais, comment expliquer que la Ville de Martigues qui avait et respectait les mesures de restriction imposées, passe tout d’un coup à une situation extrême ? Comment peut-on imaginer que des petites villes comme Mimet ou des villes moyennes comme Martigues soient traitées comme Marseille ou Aix ? » Il mentionne Mimet, 4 550 habitants : qu’en dit le maire de cette commune ? « Enfermer les Provençaux des petits villages la nuit n’a aucun sens ». France Bleu relaie son propos : « Le président de l’union des maires des Bouches-du-Rhône est très en colère depuis que l’on sait que 90 communes de la métropole d’Aix-Marseille sont concernées par le couvre-feu. Georges Cristiani estime qu’il n’y a aucune raison d’instaurer cette règle pour les petites communes. » Argument du maire (sans étiquette) ? « Aller enfermer les Provençaux des petits villages forestiers la nuit n’a aucun sens lorsqu’on entasse les gens dans les transports en commun tous les matins et tous les soirs. » Cristiani s’exclame aussi dans La Provence : « Comment pouvez-vous expliquer aux habitants d’un village où il n’y a pas de cas qu’ils doivent rester chez eux ? » C’est Ubu roi.

Rappelons enfin – c’était notre billet d’hier – que l’imposition d’un couvre-feu répond à la situation résumée par l’exemple marseillais : 157 patients Covid hospitalisés en tout et pour tout et 45 en réanimation pour une aire urbaine de 1,7 millions d’habitants. Cette crise n’est pas sanitaire, c’est la crise d’un système de santé laminé par quarante ans de destruction du service public par les politiques libérales.

Partagez cet article
Oct 152020
 
Martine Vassal et Brigitte Macron, vendredi à Marseille.
Photo Boris Horvat. AFP

Je prends acte de la décision du président de la République d’instaurer l’état d’urgence et le couvre-feu dans les grandes villes françaises, dont Aix-en-Provence, Marseille et Paris. La situation sanitaire continue de se dégrader de façon très inquiétante et il fallait agir vite », déclare Martine Vassal, reprise par La Provence. La double présidente du Conseil départemental et de la Métropole Aix-Marseille Provence ne dit pas un mot sur le stupéfiant silence du chef de l’État à propos de la situation du système de santé, dont il est comptable. Ni bien-sûr sur l’absence de mesures pour les entreprises – en bonne affidée du Medef -, non plus que pour les établissements d’enseignement, pourtant foyers de contamination numéros 1 et 2 : « les entreprises hors établissements de santé restent parmi les types de collectivités les plus représentées pour la survenue de clusters (25%), puis le milieu scolaire et universitaire (21%) », annonce Santé publique France. Mais le pire de la déclaration de la LR marseillaise reste ce qui est en caractères gras ci-dessus, « La situation sanitaire continue de se dégrader de façon très inquiétante et il fallait agir vite ». Il se trouve que nous avons un peu travaillé sur la situation sanitaire de Marseille. Rappelons que la cité phocéenne,  871 103 habitants en 2020, représente en réalité un bassin de vie (une aire urbaine) de 1 million 744 000 âmes. C’est l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM) à qui échoit de soigner tout ce monde, forte de 4 hôpitaux et 3 400 lits. Eh bien voici le tableau Covid mis à jour quotidiennement :

Il y a donc aujourd’hui 157 patients Covid hospitalisés en tout et 45 en réanimation pour une aire urbaine de 1,7 millions d’habitants. Et c’est la panique ! Faut-il que l’hôpital soit à ce point à bout de souffle – ballot quand il s’agit de contrer une affection pulmonaire – pour que moins de 50 lits de réanimation occupés obligent à un… couvre-feu ! Mais ça ne gêne pas Martine Vassal. Pire, elle poursuit sa déclaration en appelant à « l’union sacrée pour préserver nos libertés ». Gonflé : on oblige les gens à ne plus bouger de chez eux à 21h pour « préserver nos libertés » ? Orwell avait tout prévu. Mais « l’union sacrée » ? Emmanuel Macron en appelait justement lui aussi à cette « union sacrée », en mars dernier. C’est toute la communication gouvernementale, du reste, qui tient en cette formule. Pour faire oublier sa gestion calamiteuse de la pandémie, les macronistes invoque la mobilisation de tous, l’unité nationale, censée défendre de toute critique. Vassal relaie donc complaisamment la propagande du pouvoir. Notez que ce n’est pas surprenant : n’appelait-elle pas, pour les élections municipales à Marseille avant de s’y faire ridiculiser, éliminée au premier tour dans une circonscription toujours remportée dès le 1er par sa majorité avant elle, à un «large rassemblement» autour d’elle, incluant LREM, pour faire front face au RN, en position de force à Marseille », comme le rapportait en juin Libération ? Au lieu de quoi les marcheurs ont voulu partir seuls, sanctionnés d’un score humiliant (1,53%), et ce n’est pas le RN qui a emporté la mise mais l’écologiste à la tête d’une alliance de gauche, Michèle Rubirola et son Printemps marseillais.

"Six semaines de couvre-feu, c’est dramatique", s'indigne Michèle Rubirola.

Rubirola, justement, que dit-elle de ce couvre-feu ? « Comment ne pas être en colère ?, proteste la doctoresse de profession dans La Provence. Six semaines de couvre-feu, c’est dramatique. Ces mesures venues d’en haut frappent au mauvais endroit au lieu de s’occuper de l’hôpital public qui ne va pas bien on préfère généraliser. On sait que le problème est plutôt dans les transports en commun et les restaurants d’entreprise, on tape à côté de la plaque. » Entre Vassal et Rubirola, il n’y a décidément pas photo.

Partagez cet article
Oct 142020
 

L’ancienne soignante en Ehpad eurodéputée LFI « ne supporte plus le discours de Macron » : comme disait Desproges, étonnant, non ?

Sud Education Morbihan - Du fric pour l'hôpital public !

Interpellé par des soignants réclamant « Du fric pour l’hôpital public », Emmanuel Macron a osé la saillie suivante – la même que l’on nous sert depuis quarante ans pour saccager le système de santé, et l’on voit aujourd’hui le résultat : « Ce n’est pas une question de moyens, c’est une question d’organisation ».

Anne-Sophie Pelletier — Wikipédia

Anne-Sophie Pelletier, ancienne soignante en Ehpad et eurodéputée France insoumise, répond dans Le Monde moderne : « Je ne supporte plus le discours d’Emmanuel Macron qui dit qu’à l’hôpital ce n’est pas une question de moyens mais d’organisation et bien NON, c’est d’abord une question de moyens car si il vous manque des lits, des jambes et des bras vous n’avez absolument aucun moyen de vous organiser autrement. »

Au vu de son expérience professionnelle en Ehpad, le journaliste l’interroge : « Comment cette période à été vécue chez les professionnels de ce secteur déjà en crise bien avant l’arrivée de ce virus ? » La réponse d’Anne-Sophie Pelletier déborde d’un flot de colère qu’on ne peut plus endiguer : « Très mal. Grâce à la mobilisation des opalines il y a quand même eu de grosses grèves dans les Ehpad et pourtant il n’y a pas plus de moyens, les soignants sont épuisés, il n’y a pas de protections, les soignants ont été infectés, il y en a un certains nombre qui sont décédés du Covid alors les retours que j’ai sont terribles. Encore une fois la santé est la dernière roue du carrosse, on les applaudit à 20h mais quand ils vont dans la rue pour manifester ils se font réprimer par la police et sont seuls. Là, avec la deuxième vague qui pointe le bout de son nez, les soignants n’en peuvent tout simplement plus et le plus terrible c’est que les soignants qui se sont permis de dénoncer cette situation, ont fait l’objet de mesures et de sanctions disciplinaires destinées à les faire taire. Le gouvernement devra rendre des comptes à un moment ou à un autre car il n’a pas été capable de gérer la crise, de protéger les soignants, les aînés, les familles, mais aussi tous les invisibles comme le personnel travaillant dans les pompes funèbres ou les aides à domicile dont on a absolument pas entendu parler pendant cette crise. »

EHPAD, une honte française | Lisez!
Partagez cet article
Oct 142020
 

Paroles, promesses, trémolos de gratitude envers les soignants et derrière ? Rien. On s’apprête à donner un nouveau tour de vis liberticide parce qu’on n’a pas levé le petit doigt pour préparer le système de santé, malgré les failles exposées au grand jour par la crise sanitaire. Et comme on n’a rien fait, il menace à nouveau d’exploser. La « deuxième vague » est le fruit pourri de leur incompétence, de leur libéralisme fanatique, aveuglement idéologique qui les fait s’acharner sur le service public depuis des décennies. Ça suffit !

https://medias.liberation.fr/photo/1294504-prodlibe-2020-0213-passation-de-pouvoirs-buzyn-veran.jpg?modified_at=1581971681&width=960
– Franchement, Agnès, tu m’as vraiment laissé une situation de merde !
– Je compte sur toi pour l’aggraver, Olivier

Photo Marc Chaumeil pour Libération

Le 25 juin 2020, le ministre de la Santé accorde un entretien au Monde, sous un titre qui prend tout son sel aujourd’hui : Olivier Véran détaille la stratégie pour éviter une seconde vague. « Le ministre de la santé, Olivier Véran, annonce qu’un dépistage systématique de la population va être expérimenté, pour les personnes volontaires, dans des zones à risque. Près de 1,3 million d’habitants sont concernés en Ile-de-France. Il indique également qu’«a minima» 12 000 lits de réanimation seront mobilisables dans les hôpitaux en cas de nouvelle vague. » Ah ? Mais il n’y a alors pas à s’inquiéter, avec ces 12 000 lits supplémentaires. La deuxième vague n’a qu’à bien se tenir.

Le 30 septembre 2020, Le Figaro revient sur l’affaire : « Aujourd’hui comme en mars dernier, le nombre de lits de réanimation constitue toujours le nerf de la guerre épidémique. En juillet, le ministre de la Santé, Olivier Véran, avait annoncé qu’au moins 12 000 lits de réanimation pourraient être mobilisables à l’automne, contre 5000 lors de la «première vague». Alors que la France connaît un rebond de l’épidémie de Covid-19, avec une augmentation du nombre de contaminations, des hospitalisations et des admissions en réanimation, des médecins dénoncent l’absence de progrès en la matière. »

Une Pétition pour augmenter le nombre de lits en réanimation compte 25 509 signatures, adressée directement au ministre de la Santé : « Le 25 juin, vous avez annoncé dans une interview au journal Le Monde qu’il y aurait “au minimum 12 000 lits de réanimation à l’automne”. Pourtant, en six mois, aucun lit n’a été ouvert. Le résultat est qu’il faut prendre aujourd’hui des mesures anti-Covid draconiennes pour éviter un nouvel engorgement des services hospitaliers. Ces restrictions, au-delà des désagréments considérables pour la population, sont en train d’entraîner un effondrement économique, dont le coût pourrait se chiffrer en centaines de milliards d’euros pour notre pays. De plus, la sécurité sanitaire de la population française n’est plus assurée. De nombreux services de réanimation se trouvant à nouveau proches de la saturation. Économiser sur les lits en réanimation est une des pires erreurs économiques et sanitaires possibles. Nous vous demandons d’agir enfin, de toute urgence, pour acheter les lits et former le personnel nécessaire. En aucun cas le coût de ces mesures, aussi élevé soit-il, ne peut être comparé avec les destructions de richesses, d’emplois et de vies humaines liés aux mesures anti-Covid prises dans le pays. » Ajoutons que ce n’est pas parce qu’on s’appelle Véran qu’il faut « nous la faire à l’envers ».

Partagez cet article
Oct 122020
 
Macronavirus.... La Barbarie en Marche, A quand la fin ?
« La France est coupée en deux. D’un côté, une France qui considère qu’elle n’a plus rien à attendre d’un pouvoir jugé hors-sol, autiste, égoïste. De l’autre, une “élite” autoproclamée, satisfaite, inculte, fière de ses rapports à la mondialisation, riche, prétentieuse, agressive. »

Le Covid à la Une, encore et encore ! titre le journaliste, réalisateur et producteur de documentaires Jacques Cotta sur son compte Facebook. « Les villes tombent dans le rouge écarlate du jour au lendemain, les bars doivent fermer et les activités prévues doivent être supprimées. Le premier ministre Castex vient d’indiquer que plus de six dans un domicile privé, c’est pas prudent et qu’il demande à chacun de faire la police chez soi… « car l’état ne peut intervenir ». Il ne peut pas « interdire au parents d’embrasser leurs enfants » mais… Et pour les « grands parents », il faut savoir « garder de la distance »… Pour étayer toutes ces atteintes à venir aux libertés individuelles, il évoque des chiffres… 40% des lits de réanimation seraient occupés par des malades atteints par le Covid-19. Alerte ! Mais de quoi parle-t-on ?
->Il existe 5000 lits de réanimation en France pour 67 millions de français.
->Soit 50 par département en moyenne vu qu’il existe 101 départements.
Ce qui est affolant, ce n’est pas l’épidémie, mais l’état de notre système de santé victime d’une politique ultra libérale qu’il subit depuis plus de quatre décennies. Et ce qui affole le gouvernement c’est la possibilité, avec fort peu de malades, que cette situation réapparaisse au grand jour. Que soit établi sans discussion que les différents « Ségur de la santé » n’ont strictement rien réglé. Que la situation est toujours aussi accablante. Et que la véritable menace qui pèse sur la santé des Français est moins le Covid-19 que la politique menée depuis des décennies et aggravée depuis l’élection d’Emmanuel Macron qui compte « faire le boulot » jusqu’au bout… »

C’est peu dire que nous sommes pleinement en accord avec Jacques Cotta (relire sur plumedepresse L’hôpital à l’os : ceci n’est pas une crise sanitaire). Prenons le simple exemple de la région où nous vivons, en première ligne puisqu’il s’agit de la Métropole Aix-Marseille Provence (en rouge écarlate clignotant sur la carte de la peur !). Le quotidien local, La Provence, nous délivre aujourd’hui des nouvelles du front anti-Covid, dans une dépêche illustrée du tableau ci-dessous.

L’Assistance publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM) compte à ce jour 173 patients atteints de la Covid-19 hospitalisés dont 48 en réanimation.

« Avec 4 hôpitaux et 3 400 lits, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM) est le 3e Centre hospitalier universitaire de France, lit-on sur le site de l’institution. C’est aussi le premier employeur de la région, avec plus de 12 000 salariés et près de 2000 médecins. » Marseille, 871 103 habitants en 2020, possède une « aire urbaine de 1 744 000 habitants », selon le directeur de l’Insee Paca, cité par La Provence. Et pourquoi le plan Orsec est-il déclenché, quel est ce cataclysme qui a conduit à la fermeture totale des cafés et des restaurants, à présent rouverts (avant d’être refermés ?) suivant la totale incohérence, mois après mois, des pouvoirs publics ? Parce qu’il y a, sur un bassin de population de 1 744 000 d’habitants, 48 personnes en réanimation (et moins de 200 hospitalisés) pour Covid. Ce monde n’est-il pas devenu complètement fou ? « Ce qui affole le gouvernement c’est la possibilité, avec fort peu de malades, que cette situation réapparaisse au grand jour », écrit donc Jacques Cotta. Que notre système de santé, ruiné par les libéraux, est à l’agonie. Les Marseillais ont-ils pris conscience que c’est moins la Covid qui les menace que l’incurie gouvernementale liberticide ? Que ce qu’il faut d’urgence, ce sont des moyens pour l’hôpital public ?

Lille: plusieurs milliers de soignants manifestent, quelques incidents en  marge
Lille, le 16 juin 2020

Incorrigible, Emmanuel Macron est aveugle, volontairement, cyniquement.  « Ce n’est pas une question de moyens, c’est une question d’organisation », a-t-il encore osé, mardi dernier 6 octobre, interpellé par des soignants de l’Hôpital Rothschild de Paris. Comme s’il n’avait rien appris, rien retenu des leçons de la crise sanitaire. Ou que ça l’arrange d’y précipiter la France plus encore, pour mieux gouverner par la peur. Rien n’a changé, c’est « le retour à l’anormal ». Marianne nous apprend que « Dans son projet de loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2021, publié ce mercredi 7 octobre, l’exécutif prévoit en effet 900 millions d’euros d’économies dans les établissements de santé. » Il serait vraiment temps de se débarrasser de ce grotesque monarque au petit pied, bouffi de suffisance, incapable de gouverner autrement que pour renforcer les privilèges des 0,1% de la population.

Mise à jour du 13 octobre : ils ne sont plus que 47 aujourd’hui en réanimation.
Mise à jour du 14 octobre, dans l’attente des nouvelles mesures annoncées ce soir par Macron : 161 hospitalisés dont 42 en réanimation.

Partagez cet article
Oct 112020
 

Plus de 5 millions de Français ont désormais besoin de l’aide alimentaire, tandis que les 0,1% les plus riches ont enregistré 25% d’augmentation de leur fortune en deux ans, grâce aux cadeaux fiscaux du président des riches.

Merci à notre confrère Guillaume Blardone, qui exhume fort à propos un extrait de la conférence de presse post « grand débat national », en avril 2019, où Emmanuel Macron annonce qu’il ne reviendra pas sur la transformation de l’Impôt sur la fortune (ISF) en Impôt sur la fortune immobilière (IFI) : « Comme c’est une réforme pragmatique, elle sera évaluée en 2020 et nous regarderons son efficacité. Si elle n’est pas efficace, nous la corrigerons. Si elle est trop large, qu’elle a des effets pervers, ils seront corrigés. Mais je le dis très clairement : c’est une réforme pour produire, pas un cadeau pour les plus fortunés. » Bien, bien, bien. Nous sommes en 2020 et que nous apprend Le Monde ? Après la suppression de l’ISF, les revenus des 0,1% les plus riches ont explosé en France, titre-t-il. Le quotidien résume ainsi le deuxième rapport du comité d’évaluation des réformes de la fiscalité, publié jeudi 8 octobre, précisant qui en sont les auteurs : « Réalisé sous l’égide de France Stratégie, l’organisme d’évaluation et de prospective rattaché à Matignon, [il est le] travail d’économistes, de députés, de représentants de l’Insee, du Trésor, ou encore du Medef et de la CFDT. » Pas un ramassis de gauchistes, donc. Et que concluent-ils ? « La suppression de l’impôt sur la fortune (ISF) et l’instauration de la «flat tax» [prélèvement forfaitaire unique de 30% sur les revenus du capital] au début du quinquennat ont eu pour effet de faire fortement augmenter les revenus des 0,1% des Français les plus aisés, tandis que la distribution de dividendes, de plus en plus concentrée, a explosé. »

« Mettant en série les faits, arpentant les lieux du pouvoir, brossant le portrait de l’entourage, ce livre fait la chronique édifiante d’une guerre de classe menée depuis le cœur de ce qui s’apparente de plus en plus à une monarchie présidentielle. »

Public Sénat effectue un constat implacable : « les dividendes ont augmenté «fortement», de 60% en 2018, pour atteindre en volume 23,2 milliards d’euros. La tendance haussière se poursuit en 2019. «Les 0,1% de Français les plus aisés sont un quart de fois plus riches que les 0,1 % de 2017», constate l’étude. «Ce rapport souligne de façon caractérisée et solide : pour les très hauts revenus, le gain est considérable», note le sénateur socialiste Vincent Eblé, ex-président de la commission des finances au Sénat. «Les chiffres sont absolument hallucinants. En une seule année, l’inflexion est énorme. C’est un changement de nature démentiel. » (…) la concentration de ces revenus tirés du capital est de plus en plus marquée. Si en 2017 0,1% des foyers fiscaux (38 000 personnes) percevait la moitié du total, la part du même groupe est passée aux deux tiers en 2018. Quant aux 0,01% de foyers les plus fortunés (3 800 personnes), leur part est passée dans le même temps d’un cinquième à un tiers. «Macron est devenu le président des très très riches, c’est confirmé», analyse le sénateur communiste Éric Bocquet, membre de la commission des finances du Sénat. L’élu du Nord s’inquiète de voir l’écart des richesses «continuer à se creuser». « Une enquête du Secours populaire nous apprend qu’il y a de plus en plus de monde à solliciter l’aide alimentaire, les départements sont assaillis de nouvelles demandes de RSA. La pauvreté s’enkyste dans la société et quelques jours plus tard, on apprend que les riches deviennent encore plus riches», s’indigne-t-il. »

Pire que le Président des Riches ! – Adrien Quatennens

Donc ce qui n’était « pas un cadeau pour les plus fortunés » était bien un cadeau pour les plus fortunés. À présent que la réforme a été évaluée, comme promis – accordons-le à Macron -, nous attendons que la réforme soit « corrigée ». Supprimée en fait ! Mais ne rêvons pas. Comptons par contre, si ce n’est la presse, qu’au moins les députés France insoumise, dont le président Jean-Luc Mélenchon avait averti dès mai 2017 que Macron était « le président des riches », ce en quoi il avait parfaitement raison, preuve fournie par le rapport, interpelle la majorité sur ce point. Comment nieront-ils l’évidence, assumeront-ils de gaver les millionnaires quand le peuple souffre de plus en plus ? « Le Secours populaire met en garde mercredi contre une flambée de la pauvreté sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale », relayait France 24 le 29 septembre dernier ; « Dans les rues de Paris, les files d’attente pour les distributions alimentaires continuent de s’allonger, face à l’afflux inédit de nouvelles personnes venant s’ajouter aux précaires dont la situation a empiré. Familles monoparentales, personnes âgées, étudiants, mais aussi intérimaires ou travailleurs indépendants : personne ne semble plus à l’abri de la précarité, selon le Secours populaire. » Un deuxième article apporte des précisions : « Les chiffres donnent le tournis : 1,2 million de personnes supplémentaires ont été aidées par l’association de mi-mars à fin août, soit une augmentation de 50% par rapport aux années précédentes. Au total, ce sont plus de 5 millions de Français, selon une estimation du ministre de la Santé, Olivier Véran, qui ont désormais recours à l’aide alimentaire. » « Il est «trop tôt» pour évoquer l’impact fiscal de la crise du Covid-19, a estimé mercredi le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, en réponse à un début de polémique sur la suppression de l’ISF et un appel au don lancé par le ministre des Comptes publics », nous informait Le Figaro en avril dernier : «Il y aura un temps pour le débat fiscal» mais «il est trop tôt pour le poser». Et maintenant ?

Rends l'ISF d'abord !
Partagez cet article