Nov 212010
 

Abus de confiance, prise illégale d’intérêt, recel d’abus de biens sociaux, promesse d’arrêter la politique puis de se cantonner à la ville de Bordeaux… Et il revient comme si de rien n’était : énorme coup de gueule !

Regardez cette magnifique Une du site britannique Metro : Un criminel français pourrait jouer un rôle clé dans la défense du Royaume-Uni ! C’est le camarade RichardTrois qui a débusqué la chose sur le Post : « Emotion outre-manche. Au lendemain du remaniement et à quelques jours du sommet de l’Otan qui s’ouvre ce vendredi à Lisbonne, les journaux britanniques découvrent que le nouveau ministre de la Défense français, Alain Juppé, est un « criminel condamné. » (…) Le député conservateur Patrick Mercer, colonel de l’armée britannique, s’est dit « choqué » par le choix d’Alain Juppé, rapporte le quotidien. En effet, selon le nouvel accord franco-britannique de défense, une partie des troupes britanniques, dont les paras et les SAS, pourrait être placée sous commandement français, et donc sous l’autorité du ministère de la Défense. Le Daily Mail rappelait dès lundi 15 que le gouvernement français comptait désormais parmi les siens un personnage condamné en 2004 à 18 mois de prison avec sursis à l’exécution et à un an d’inéligibilité. Un rappel salutaire qu’aucun journal ou média français n’a fait avant ces parutions britanniques. » Bien vu, RichardTrois : les confrères ne se sont pas bousculés pour rafraîchir la mémoire (courte) de leurs lecteurs. Pour notre part, nous ne nous étions pas privé d’appeler un chat un chat, en l’occurrence Alain Juppé un repris de justice, fournissant le lien de notre article d’août 2006, Au secours, Juppé revient !, qui reprend par le menu les turpitudes de l’individu.

Inéligibilité à vie !

C’est finalement le pire dans cette histoire : Juppé passe en France, grâce à la complicité des médias aux ordres de l’establishment, pour un homme respectable. Or de notre point de vue – et de celui des Anglais -, il ne l’est nullement et l’indulgence dont il bénéficie est injustifiable. A l’heure du discrédit qui frappe la classe politique dans l’opinion, nettoyons les écuries d’Augias sans trembler ! Un politique se doit d’être exemplaire et nous militons ardemment en faveur de l’inéligibilité à vie pour les cas avérés de dilapidation des fonds publics au service d’une cause personnelle ou partisane – ce qui revient finalement à peu près au même : celui qui tape dans la caisse pour le bénéfice de son organisation politique en sera récompensé par l’avancement de sa carrière et jouira ainsi des gratifications qui l’accompagnent. Et voilà donc ainsi Juppé réélu maire de Bordeaux par ces crétins d’électeurs, puis appelé à nouveau à des fonctions ministérielles, qui plus est en tant que ministre d’Etat, numéro deux du gouvernement selon le protocole, quand bien même sa malhonnêteté avérée lui a valu condamnation par la justice. C’est ça l’UMP, c’est ça la France !

A ceux qui trouvent notre colère outrancière – « populiste » ? -, un extrait de l’article d’août 2006, qui prend toute sa saveur à l’heure du énième retour et reniement de Juppé – il avait juré qu’il ne reviendrait pas au gouvernement et resterait maire de Bordeaux à temps plein  : « En 1998, Juppé est mis en examen pour « abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, et prise illégale d’intérêt », en tant que Secrétaire général du RPR, parti chiraquien qui donnera naissance à l’UMP, et maire adjoint aux finances de Paris. C’est l’affaire des emplois fictifs. En 2002, voici ce qu’il déclare, évoquant l’hypothèse d’une « peine infamante » : « j’abandonnerais la politique. C’est une question d’éthique personnelle, je suis passionné, ambitieux d’accord, mais je ne suis pas Mellick ou Balkany ». (…) Le vendredi 30 janvier 2004, le tribunal de Nanterre condamne le « porteur de sombrero » du président de la république à 18 mois de prison avec sursis et 10 ans d’inéligibilité. Le principal fautif reste intouchable dans son bunker judiciaire de l’Elysée [Jacques Chirac, NdA]. Mais Juppé prend donc 10 ans d’inéligibilité, ce n’est pas rien ! Il faut dire qu’il est convaincu de détournement d’argent public, on a déjà vu faute plus vénielle. Pour la bonne bouche, un extrait du jugement : « Que la nature des faits commis est insupportable au corps social comme contraire à la volonté générale exprimée par la loi ; qu’agissant ainsi, Alain Juppé a, alors qu’il était investi d’un mandat électif public, trompé la confiance du peuple souverain. » Bigre. Mais pas d’affolement excessif, la cour d’appel de Versailles ramène en 2004 sa période d’inéligibilité à… un an ! Un revirement judiciaire et une clémence qui tombent sacrément bien. Mais il est tout de même condamné à 14 mois de prison avec sursis. Sans doute cette peine n’est-elle pas assez « infamante », puisqu’Alain Juppé revient dans la politique : le conseil municipal de Bordeaux a démissionné en bloc pour lui permettre de reprendre son fauteuil de maire. Il a annoncé hier officiellement sa candidature aux élections municipales partielles d’octobre prochain. Mais attention ! Son retour ne concerne que la politique locale. On peut le croire : ce type-là n’a qu’une parole. »

« Vite, la révolution citoyenne ! »

L’illustration Le come-back de Juppé provient de Tropical boy.

Soutenez Plume de presse

Cet article vous a intéressé ? L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

Partagez cet article

  36 commentaires à “Alain Juppé, incarnation d’une République en putréfaction”

  1. […] This post was mentioned on Twitter by Donjipez, JeandelaXR, Bakt El Raalis, Olivier Bonnet, Billiau Thibault and others. Billiau Thibault said: RT @Donjipez: RT @olivierbonnet: Alain Juppé, incarnation d'une République en putréfaction http://alturl.com/ywyjb Enorme coup de gueule … […]

  2. Peut- être que contrairement à Balkany il traite moins ignominieusement les femmes ? Allez savoir. Je ne vois guère, éventuellement, que cette différence…

  3. la cour d’appel de Versailles ramène en 2004 sa période d’inégibilité à… un an !

    À l’époque, Charlie Hebdo était encore lisible et Bernard Maris pas encore patron. Il avait publié précédemment un écho selon lequel la Cour des Comptes avait réprimandé le gestionnaire de la caisse créée par Juppé afin de recueillir les fonds collectés au titre du RDS (Remboursement de la Dette Sociale). Ce pote de Juppé avait engagé les fonds dans des opérations spéculatives risquées, mais s’en était tiré sans casse : deux explications possibles pour la bénignité de la réprimande.
    Lors du jugement en appel, donc, Charlie Hebdo avait publié un autre encadré pour signaler que la magistrate de la Cour d’Appel en cause n’était autre que l’épouse du spéculateur réprimandé ci-dessus. De là à faire un lien avec le fait que la sentence a été ravalée de dix ans à un an d’inéligibilité…

    Lors de l’exil du « meilleur d’entre nous », un universitaire autochtone interviouvé sur Radio Canada International avait déclaré quelque chose comme : « des professeurs de droit, on en a, des repris de justice aussi ».

    Sur un autre plan —sans rapport—, on ne pourrait qu’être d’accord si les pays dits développés cessaient d’évacuer leurs déchets vers des pays sous-développés et commençaient à se débrouiller entre pairs.

  4. Je commente à haute voix, je lis « un an d’inéligibilité » et j’entends un de mes fils dire « à vie, oui! ».

    Inéligibilité à vie, en vlà une idée qu’elle est bonne! vloufff, ça ferait sacrément de la place, ça renouvellerait un peu le spectacle, y’aurait même, qui sait, plus de femmes, bloquées qu’elles sont par de vieux barbons qui veulent pas lâcher la rampe, on pourrait commenter la couleur des tailleurs, rose fuschia ou caca d’oie, alors que là c’est tout juste si on peut parler de celle des cravates.

    Inéligibilité à vie pour tout homme politique qui ne respecte pas la loi, ça en ferait du barouf, hein?

    Note bien que je ne place pas un espoir démesuré dans une mesure pourtant tellement évidente et audacieuse qu’elle n’a aucune chance de passer jamais.

  5. […] This post was Twitted by rosselin […]

  6. j’avais oublié totalement. sans aucun toute la France aussi (médias comprise). Pi je me dis il est parti au Canada… c’était pour ça ? il a l’air tellement propre sur lui ce mec. Ce méfier toujours de l’allure des gens.
    mais pourquoi les électeurs de bordeaux ? sont-ils si en amour avec lui dans leur majorité ? ça je comprends pas, ville bourgeoise, mais région (Ouest) de tradition républicaine dans ses principes. et je vous assure que quand, comme moi, on a habité plusieurs régions de FRance ça se ressent dans le quotidien

  7. Trouves-en un! Un seul! Y’en a pas un, qui puisse marcher dans un couloir sans te casser les oreilles avec le bruit des casseroles…
    Le pognon est roi! T’en as? t’en voudras plus! T’en as jamais assez!
    Cooptation, népotisme, corruption…
    Mais bon sang, La Boétie, y’a déjà des siècles, il le disait! C’est qu’on le veut bien, hein, Liliane?
    Y’a qu’à pas voter pour eux! Aah, seulement, du coup, pour qui?
    Hein, mâme Michu, because, si on vote pas, on « fait le jeu des extrêêêmes », ‘pas?
    Et si on vote, on a pas le choix! Un escroc, ou un autre…
    Alors quoi?
    Y’a pas trente six solutions! Une dictature, la seule solution déjà tentée, la belle affaire, pas mieux pour le peuple, même histoire pour les dirigeants, c’est juste qu’ils se sentent pas obligés de te faire croire que c’est toi qu’es le chef.
    L’anarchie, progressive, démocratie directe, auto-gestion, abolition de la propriété privée, au moins celle des moyens de production, et réduction de l’autre, qu’on essaie, au moins!

    Aaaah, mais alors, plus aucune chance d’avoir une ferrari, de partir en jet à l’ile Maurice, de pouvoir jouer au poker avec patrick bruel ou au foutebal avec jesaisplusqui…

    bref, ras le bol, pas à se plaindre, c’est ze sistème qui veut ca, c’est pas des abus, c’est des symptômes! pas confondre!
    C’est comme de vouloir un capitalisme moral, ou le cul de la crémière.

  8. […] This post was Twitted by breizh2008 […]

  9. moi question sanitaire , je tire la chasse !!!

  10. Duszka vous avez dit :

    « Peut- être que contrairement à Balkany il traite moins ignominieusement les femmes ? Allez savoir. Je ne vois guère, éventuellement, que cette différence… »

    Vous plaisantez ? Vous ne vous souvenez pas des  » Juppettes  » comme les médias machos les appelaient alors un peu trop complaisamment pour décrire la façon malpropre qu’avait eu à l’époque Alain Juppé de les insulter après avoir foutu à la porte une poignée de femmes ministres.
    Bon, remarquez personnellement, je n’avais pas pleuré car ces femmes, hein, elles étaient de droite comme leurs copains. Mais il est vrai qu’Alain Juppé sous ses airs de châtelain bien éduqué cache un jeu peu ragoutant. Sa grande maîtrise de lui-même le différencie du résident de l’Élysée dans la forme mais pas au niveau du fond.

    Au delà de la polémique largement fondée avec le PS, figurez-vous que la première déclaration qu’Alain Juppé a fait, il l’a fait vis à vis de  » l’aile gauche » du PS. Bien évidemment.

    Alain Juppé a dit à la radio en rapport avec le texte  » L’Egalité Réelle  » de Benoît Hamon, qu’il revenait à la politique pour éviter
    un danger à la France si jamais ce texte venait à être appliqué dans le futur! Il veut faire éviter ça à  » sa chère France » … de grands propriétaires.

    Ah, ah !  » L’ Egalité Réelle  » = Un danger pour la France !!!
    Non mais qu’est-ce qu’on se marre. Sacré Alain !

    Viré par le peuple en 1995, il est clair que ce type prend sa revanche sur le peuple.

    En cas de crise, il mutera comme toute la meute. Voilà le bonhomme : Un herbier pour l’avenir, une graine de Pinochet fourrée dans du papier bible. Il se la joue  » Montaigne  » mais il pense  » Auguste Thiers » .

    A bon entendeur.

    PS: Je pense souvent aussi à la phrase de Sarko lors de son spectacle sur les plateformes médiacratiques : France 2, TF1 et Canal + :

    Nicolas Sarkozy a dit par rapport à son mandat qu’il irait jusqu’au bout … » sauf imprévu  » – C’est quoi cet  » imprévu  » ?

    Chassé par le peuple comme Guizot ? Quoi d’autres ? Karachi ? Les gouffres de la crise structurelle du capitalisme financier ? Son éviction de l’ UMP Pour pétage de plomb et son remplacement par …
    ce  » bon » Alain repris de justice & de justesse ?

    A suivre…

  11. Attentat de Karachi : des parties civiles réclament l’audition d’Alain Juppé.

    « Nous allons demander dès demain (lundi) au juge Renaud Van Ruymbeke d’entendre Alain Juppé car il était Premier ministre en 1995 au moment de l’arrêt des commissions », a indiqué dimanche Maître Olivier Morice, avocat des familles de victimes de l’attentat de Karachi.

    La justice suit la piste de représailles pakistanaises à l’arrêt des commissions, décidé par Jacques Chirac en 1995, sur un contrat de vente de sous-marins Agosta, conclu par le gouvernement d’Edouard Balladur.

    « L’audition de M. Juppé nous intéresse également car c’est lui qui, depuis Matignon en 1995, a autorisé les écoutes téléphoniques réalisées sur des membres du cabinet de François Léotard », ministre de la Défense du gouvernement Balladur.

    Alain Juppé, ministre de la Défense depuis le 14 novembre, a souligné dimanche l’absence de « preuves » dans l’affaire de l’attentat de Karachi, affirmant qu’il n’avait pas lui-même entendu parler de « rétrocommissions » quand il était Premier ministre, sur des contrats de ventes d’armes au Pakistan.

    « M. Juppé a la mémoire courte depuis qu’il est entré au gouvernement, c’est également pour cette raison que nous demandons son audition », a commenté Maître Morice.

    Charles Millon, ministre de la Défense à partir de 1995, a confirmé lundi 15 novembre devant le juge Van Ruymbeke qu’il y avait des rétrocommissions, c’est-à-dire de la corruption, vers des décideurs français en marge de ce contrat. Il avait précisé au juge que des membres du cabinet de son prédécesseur, M. François Léotard, avaient été écoutés, mais que ces surveillances n’avaient rien donné.

    Vendredi, Dominique de Villepin, alors secrétaire général de l’Elysée avait fait état de « très forts soupçons » de rétrocommissions vers la France.

    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/karachi-des-parties-civiles-reclament-l-audition-d-alain-juppe_938733.html

  12. DSK est bien banquier du monde et la presse anglaise n’a rien trouvé à y redire…
    Mais c’est vrai que les Anglais sont mieux informés de ce qui se passe chez nous. Les assassinats de Mitterrand, les exactions de notre armée, etc.

    • En fait, anglais ou pas, c’est le regard extérieur qui fait mieux prendre conscience d’à quel point nos médias – et les électeurs bordelais – sont d’une invraisemblable indulgence pour un type qui devrait être grillé à vie.

  13. François Hollande, David Pujadas, Martine Aubry, Arlette Chabot, Dominique Strauss-Kahn, Michel Field, Emmanuel Chain (producteur et journaliste), Nathalie Kosciusko-Morizet (secrétaire d’Etat au développement de l’Economie numérique), Rachida Dati (ex-Garde des Sceaux, maire du VIIe arrondissement de Paris, députée européenne, UMP), Guillaume Pépy (patron de la SNCF), Louis Gallois (patron d’EADS), Nicolas Seydoux (président des cinémas Gaumont, héritier de la famille Schlumberger), Pascal Clément (avocat, ancien Garde des Sceaux), Sylvie-Pierre Brossolette (rédactrice en chef au magazine Le Point), Marc Tessier (ex président de France Télévisions ), Alexandre Bompard (patron d’Europe 1), Patrick de Carolis (ex PDG de France Télévisions), Françoise de Panafieu (UMP, ex maire du XVIIe arrondissement de Paris), Alain-Gérard Slama (journaliste, RTL), Olivier Duhamel (chroniqueur et animateur, Europe 1), Benoît Genuini (ex médiateur de Pôle emploi) ont le plaisir d’inviter Olivier Bonnet et tous les lecteurs de Plume de Presse à leur prochain diner du Siècle qui aura lieu le mercredi 24 novembre à l’hôtel Crillon place de la Concorde. Cotillons (drapeaux rouges ou noirs) et musique de chambre (klaxons) seront les bienvenus.

  14. […] Bettencourt à Karachi, les sales vérités de Nicolas Sarkozy JuanAlain Juppé, incarnation d’une république en putréfaction OlivierFin de semaine au Karachigate le coucouScandale Karachi : Villepin confirme, Guéant nie […]

  15. […] ce temps, en France tout va bien dans le meilleur des mondes, Alain Juppé est de nouveau ministre et est considéré par certains comme le « symbole d…, les mots sont durs mais peut-on réellement reprocher cela à un article qui ne mâche pas ses […]

  16. « Y’a qu’à pas voter pour eux! Aah, seulement, du coup, pour qui? » (Bonzo)

    http://www.politis.fr/On-Vous-Parle-De-Probite-Et-Ce,11864.html

  17. « Alain Juppé, ministre de la Défense depuis le 14 novembre, a souligné dimanche l’absence de « preuves » dans l’affaire de l’attentat de Karachi, affirmant qu’il n’avait pas lui-même entendu parler de « rétrocommissions » quand il était Premier ministre, sur des contrats de ventes d’armes au Pakistan.

    Cette nomination est-elle une pure coïncidence ou le meilleur moyen de s’auto protéger en mettant à la tête de la défense quelqu’un qui n’avait pas lui-même entendu parler de « rétro commissions » quand il était Premier ministre, sur des contrats de ventes d’armes au Pakistan ».

    Cette nomination est-elle une promotion ou une contrainte l’obligeant à rentrer dans la danse pour se protéger lui même et faire ainsi barrage vers des instances encore plus hautes: Je tombe, tu tombes d’abord!

  18. Trés bon rappel,

    Juste un petit mot sur l’orthographe d’ éligible, inéligible, inéligibilité (4 i quand même) dans l’article les termes employés me semblent un peu approximatifs, ex : « un an d’inéligibité », »nous militons ardemment en faveur de l’inégibilité à vie », à corriger donc.

    Merci pour tous vos articles.

    Frédéric.

  19. Le problème, c’est que la classe politique (les « professionnels de la profession », reconduits sur des postes privilégiés pendant des décennies) toute entière trempe dans ce marigot. Qu’ils soient acteurs ou complices. Il y a donc un grand coup de balai à donner. Mais qui va le faire?
    Hélas, les Français (Balkany, par exemple, n’a-t-il pas été réélu, malgré toutes les casseroles qui lui étaient attachées, et je suis prête à parier qu’il en sera de même pour Woerth dans son fief de droite), et l’opposition mièvre, frileuse et divisée légitiment ces gens-là en acceptant de les dédouaner de leurs forfaits.
    Voir comment fonctionne le populisme pénal: http://blog.emceebeulogue.fr/post/2010/11/21/Le-populisme-p%C3%A9nal

  20. Woerth disait le coeur sur la main devant les médias qu’il ne connaissait pas Demaistre, Juppé ment : ils ont tous les culots et/ou ils sont aux abois, le dos au mur.

  21. […] Le cœur est humain dans la mesure où il se révolte« . Camarade Roufiole, j’ai mal à la France. Aux armes citoyens, enlevez vos baillons, marchons, marchons, qu’un ange pur triomphe aux […]

  22. […] le mentionne Stef, beaucoup de blogueurs ont traité ces histoires nauséabondes, beaucoup mais pas […]

  23. Les « crétins d’électeurs », en tant que démocrate, j’ai un peu de mal à les avaler, et ce bien que n’étant pas bordelais.
    Je reste donc d’accord avec vous sur le fond, mais le respect de la démocratie me semble un préalable à toute critique constructive…

  24. Receler des abus de biens sociaux est une erreur de langage. On devrait dire : Condamné pour recel et abus de biens sociaux. Cela étant, la France, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, est dirigée en partie par des anciens collaborateurs de Vichy et des opportunistes de tous bords. Il ne faut pas s’attendre à des solutions efficaces en matières sociales, environnementales et industrielles. Quant aux agriculteurs qui gueulent contre les maladies occasionnées par les produits qu’ils ont répandus pendant un demi-siècle dans la nature, ils feraient mieux de fermer leur gueule.

    Les malversations de Juppette et consors relèvent de la cours martiale. Il y a longtemps que nous aurions dû les pendre haut et court avec leurs trippes. Le peuple français s’est fait baisé par toutes les couleurs politiques parce qu’il a refusé de voir ce qu’il se tramait à son insue, mais aussi parce qu’il a toujours envié ceux qui réussissaient. Peu importent les moyens, l’essenciel est d’écraser son adversaire.

    Je ne suis pas fière d’être française, dans ces conditions, parce que je recois de plein fouet le résultat de cette erreur fondamentale de jugement. En effet, un pays ne se gouverne pas en fonction du temps. Les dirigeants doivent être des visionnaires, et non des fonctionnaires vîls au service de leurs petits intérêts personnels.

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)