Fév 182011
 

Dominique Strauss-Kahn, à Paris ce week-end pour l’ouverture du G20, interviendra dans le journal de France 2 dimanche soir et accordera deux autres interviews, à CNN et à huit lecteurs du Parisien. Le voilà donc à la Une des médias, qui publient un nouveau sondage le donnant largement vainqueur de la présidentielle. C’est le moment idéal pour dégonfler la baudruche et dénoncer l’imposture du futur éventuel candidat « socialiste ». Avec un détour par la Grèce : « Venus examiner la mise en oeuvre du plan de sauvetage censé permettre à la Grèce d’échapper à la faillite, les inspecteurs du FMI, de la BCE et de l’Union européenne ont suscité une vague de colère dans le pays, relate Marianne. Les prêteurs ont estimé qu’Athènes devait redoubler d’efforts, allant jusqu’à demander de privatiser ses plages. Dénonçant l’ingérence des institutions, Papandréou s’en est allé parler du pays à DSK. » Détaillons les nouvelles exigences que l’on voudrait imposer aux pauvres Grecs : « Après une inspection complète des finances du pays, les inspecteurs ont jugé que les réformes structurelles devaient être encore «accélérées» et «étendues». Les prêteurs ont estimé que les privatisations devraient permettre de recueillir 50 milliards d’euros entre 2011 et 2015. Le précédent objectif du gouvernement était de sept milliards d’euros entre 2011 et 2013. Deux ans de plus pour trouver sept fois plus d’argent et démanteler toujours un peu plus l’appareil d’Etat. Après avoir réformé les retraites, abaissé les salaires des fonctionnaires et engagé une vaste réforme pour ouvrir à la concurrence une myriade de professions jusqu’à présent protégées, le gouvernement grec est désormais sommé de procéder à une réforme de l’administration fiscale pour mieux lutter contre la fraude, à restructurer son secteur bancaire et à mieux contrôler ses dépenses publiques, notamment dans le secteur de la santé. Le FMI ne fait pas dans la dentelle. Un véritable système de ventes à la découpe des biens publics à l’échelle d’un pays. Le 1er avril 2010, un blog laissait entendre que le gouvernement pourrait vendre certaines de ses îles pour payer sa dette. Il s’agissait d’une blague. Nous n’en sommes plus là… Les révélations du quotidien To Vima indiquent ainsi qu’après les ports, les aéroports, les chemins de fer, l’électricité, le nouveau plan recommande également la privatisation… des plages touristiques du pays «pour développer le tourisme et le marché des propriétés». Le Parthénon, Delphes et le Temple d’Apollon, une question de jours ? »

Se souvenant peut-être alors qu’il est « socialiste », le gouvernement grec, qui avait pourtant avalé toutes les couleuvres d’un plan indigne pour sa population, a semble-t-il cette fois décidé que trop, c’est trop. « Nous sommes dans le besoin, mais nous avons aussi des limites. Nous ne négocierons les limites de notre dignité avec personne, proteste son porte-parole, George Petalotis : la conduite des représentants de l’UE, du FMI, et de la banque centrale européenne a été inacceptable. » Voilà qui vient à point rappeler la nature politique de Strauss-Kahn, responsable du FMI : un libéral pur jus, grand ami du patronat, qui a privatisé, en tant que ministre de Jospin, comme même la droite n’avait osé le faire ! Pour rappel, un extrait de notre billet Sarkobrun et Sarkorose, qui détaillait ses exploits : « 1994 : il participe à la création du « Cercle de l’industrie« , lobby des industriels français au sein de l’Union européenne. Y sont représentés : Rhône-Poulenc, Lafarge, Pechiney, Elf, L’Oréal, Bull, Schneider, Renault, Total… ; 1997 : ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie de Lionel Jospin, il supervise les ouvertures de capital (France Télécom, Air France, Thomson, EADS…) et les privatisations (Crédit lyonnais, Gan, CNP, CIC, Autoroutes du Sud de la France…) qui s’enchaînent à un rythme inégalé (42 milliards par an en moyenne contre 38 pour le gouvernement Balladur et 27 pour le gouvernement Juppé). En décembre, il annonce vouloir relancer la réflexion sur les fonds de pension ; 1999 : il baisse le taux d’imposition des stock-options de 40% à 26%, ce qui représente un bénéfice de 4 milliards de francs pour 12 000 privilégiés ; 2000 : il participe à la Conférence annuelle du Groupe de Bilderberg, un rassemblement des plus puissants hommes d’affaires, dirigeants et hommes de médias dans le monde ; 2003 : il co-fonde avec Michel Rocard le club de réflexion À gauche, en Europe qui soutient très tôt et de façon inconditionnelle le Traité constitutionnel européen. En mai 2005, il sort un DVD en faveur du « oui » ; 2007 : il devient directeur général du FMI sur proposition de Jean-Claude Juncker (cet homme politique luxembourgeois est l’un des architectes du traité de Maastricht) et Romano Prodi (ancien président de la Commission européenne), avec le soutien actif de Nicolas Sarkozy et avec l’accord du président des États-Unis George W. Bush. » Un bilan factuel, indiscutable, qui ne laisse aucune place au doute, mais qu’il convient de rappeler sans relâche à l’heure où une candidature DSK, imposteur d’entre les imposteurs, pourrait bien torpiller la (vraie) gauche.

C’est le sens du petit hors-série publié par Fakir sous le titre de DSK : pourquoi on n’en veut pas ! « A un an de la présidentielle, les médias – et leurs patrons – ont déjà choisi le meilleur candidat : Dominique Strauss-Kahn, explique le journal de François Ruffin. Ils le font caracoler à la Une de leurs quotidiens. Le supplient de se présenter dans leurs éditos. Avec quel objectif ? Que l’alternance droite-gauche ne produise pas l’ombre d’un début de bout d’alternative. Que, ironie de l’histoire, à l’heure où le libéralisme vacille, le PS s’offre son porte-drapeau le plus libéral… Mais dans leurs longs papiers, on relève toujours les mêmes silences : rien sur le Cercle de l’Industrie. Si peu sur ses années au ministère de l’Economie. Pas grand chose sur ses liens avec le Cac 40. Fakir vient combler ces oublis… » Une lecture de salubrité publique !

PS : relire aussi notre article de mai 2010, Dominique Strauss-Kahn n’est pas de gauche, « une fois pour toutes et les preuves à l’appui ».

Soutenez ce blog ! Votre serviteur, journaliste au chômage, tente le pari de vivre grâce à plumedepresse : pour deux euros, rejoignez le Club des plumonautes en vous abonnant pour un mois au Kiosque permanent, le rendez-vous pluri-quotidien de notre revue de Web, actualisée en temps réel six jours sur sept. Cliquez sur le kiosque ci-dessous !

Partagez cet article

  40 commentaires à “Au secours la gauche, DSK revient !”

  1. Les grecs auraient dû le kidnapper et réclamer une rançon .
    Ça n’ aurait pas remboursé leur dette, mais on aurait eu une idée de sa vraie valeur au yeux des français 🙂

  2. […] This post was mentioned on Twitter by Olivier Bonnet, brigitte celerier and Phil dp, Denis Fruneau. Denis Fruneau said: #actus Au secours la gauche, DSK revient ! (Plume de presse) http://goo.gl/fb/fYLGH […]

  3. Les Grecs ont pris DSK en otage. Ils menacent de le brûler si on n’annule pas la dette du pays. Alors on fait une collecte… À votre bon cœur, m’sieurs dames !
    — Les gens donnent combien ?
    — Chacun met ce qu’il veut. C’est selon ses moyens. Y’en a qui donnent dix litres, d’autres vingt litres, un syndicat a affrété un camion-citerne, le Front de gauche envoie un pétrolier complet…

  4. Quelle est la solution pour la Grèce ?
    Suggestions bienvenues.

  5. Dans un monde normal, le recordman des privatisations de la gauche plurielle et de la droite réunies, qui ont ruiné l’industrie et enrichi dans des conditions plus que douteuses ses amis aurait dû être éjecté du parti qui se dit socialiste depuis bien longtemps.
    Il aurait dû au moins en être viré lorsqu’il est allé au FMI grâce au nain.
    Ses positions néo libérales sur la Grèce et les retraites auraient dû lui valoir de se faire exclure in extremis.
    Et bien non, il est encore là. Ce n’est pas lui qui est responsable: c’est le parti qui se dit socialiste.

    Donc comme il n’y a rien à attendre de ce parti, la seule solution est que la gauche fasse flèche de tout bois pour faire pression sur cet ectoplasme, le P »S », pendant l’année 2011.
    Fire.

  6. quoiqu’il en coûte de le noter, la 1ère fusée taupe de la droite au sein du PS a fonctionné : l’abomifreux (une mâtinée d’abominable et d’affreux)—disséquez chacun de ces mots—- Besson est tjs là. Hélas, Et il ne fait plus guère parler de lui. Le pire arrive. Le vrai représentnat d’une fausse gauche, bien planqué jusque là, sans bcp de référence d’actions pouvant être marquées comme de gauche, sauf pour des médias aux grosses oeillères (en nombre voulu), arrive, poussé par toute la droite. N.. d. D… ! 🙁

  7. DSK, DSK, DSK….. toute cette littérature sur le sujet de cet homme d’affaires sans scrupules et d’une prétention qui n’a d’égale que ses valeurs (de gauche assurément…) me donne envie de vomir. Comment des gens qui ont vécu la crise financière peuvent ils accorder tant de crédit à un home pareil ? cela dépasse l’entendement.

    • Tu devrais lire  » L’oligarchie ça suffit vive la démocratie » de Hervé Kempf. C’est une dissection intéressante et pédagogique qui va bien au delà du cas d’une personne ou d’une autre pour s’attacher à tout un système vicieux.

  8. Autrement dit, on a le choix entre la peste et le choléra…. Enthousiasmante perspective…

    • Il n’ y a pas de raison de choisir si on n’y est pas obligé.
      DSK et le nain c’est la même chose. La seule raison de choisir entre les deux ce serait de vouloir le départ du nain en votant pour son clone.
      Et cela voudrait dire que c’est l’antisarkozysme qui tient lieu de pensée politique, ce qui serait la plus grande victoire du nain.
      Les 2 représentent le même système et les mêmes intérêts il serait donc logique de ne voter pour aucun des 2. Et même de tout faire pour que ces 2 là disparaissent du paysage politique définitivement, avec tous leurs soutiens médiatico-politico-financiers qui sont un seul et même ennemi.

      • L’oligarchie présent plusieurs candidats. Si tu n’aimes pas Sarko, tu prends DSK. Et si ni l’un ni l’autre ne te conviennent tu prends Bayrou ou Villepin ou Aubry. Et ainsi rien ne change…

      • Je pense que nous serons obligés de faire ce choix.
        Par contre :
        « DSK et le nain c’est la même chose » :
        Les Sans papiers et les Roms (entre autres) ne seront sans doute pas de cet avis. Sarko c’est l’extrême droite avec Besson , Hortefeux, les expulsions et toutes les lois ignobles (restrictions du droit au séjour pour soins par ex.) Si j’ai à choisir entre les deux au second tour, bien que n’aimant pas DSK, je n’hésiterai quand même pas.

        • « Je pense que nous serons obligés de faire ce choix. »
          C’est hors de question.
          DSK c’est le vrai fascisme : la race des seigneurs néo libéraux qui trouvent normal et juste que la servitude de la population mondiale se fasse à leur profit.
          Ce sont les privations en défaveur des travailleurs qu’il méprise au profit de ses amis et mandataires de la finance. C’est l’approbation des plans du FMI et de l’OMC qui affament et tuent des populations sur la planète, qui soutiennent ouvertement des dictatures(merci Ben Ali) et des massacres militaires de populations civiles.
          Le seul point sur lequel j’hésiterais, c’est de savoir, entre 2 crapules, laquelle est la pire des 2.
          Cela dit, ‘il ne sera pas candidat, il est juste en train de négocier pour lui et ses ami(e)s son ralliement.

        • C’est triste à dire mais je pense dans ce cas voter blanc.

        • « Si j’ai à choisir entre les deux au second tour, bien que n’aimant pas DSK, je n’hésiterai quand même pas. »
          Moi j’ai dit comme ça à l’heure du grand choix Chirac/ Le Pen !!!
          J’ai choisi Chirac !…et non seulement il a fallu se payer Raffarin mais en plus, j’ai contribué à dérouler le tapis rouge à Sarko !
          Alors qu’avec le recul, je pense que si on avait eu Le Pen …on aurait réagi …ça aurait pété !
          Maintenant je me méfie des choix, des options par défaut …

          • Lepen ne serait pas passé, mais il fallait agiter le hochet de la peur. Chirac aurait simplement eu moins de voix, c’est tout, mais il aurait été élu.

            Tout ce qui importait en 2002, c’était de prolonger l’humiliation des électeurs de gauche et leur faire comprendre qu’ils n’avaient profité jusqu’alors que d’un sursis (enfoncez-vous cela bien dans le crâne bande de gueux !) en les obligeant en plus à glisser un bulletin Chirac dans les urnes.

            Comment résister, face à l’incroyable propagande à laquelle nous avons tous été soumis.
            Déjà, il fallait supporter le choc de la 2° place de Lepen, ce qui n’était pas simple. Ce qui a fait de l’électorat de gauche des sujets réceptifs pour cette manipulation sidérante.

            Le but de cette manipulation était bien de nous faire vivre le second tour comme une catharsis. En votant Chirac, c’était une forme d’exorcisme de nos craintes. Et ça a très bien marché.

            Pire, le score de Chirac montre l’immense vulnérabilité des électeurs de gauche, mais aussi l’extrême dénuement du PS de l’époque.
            Je ne veux pas donner l’impression de culpabiliser les électeurs, ils sont soumis à des pressions soigneusement élaborées.
            Pour moi, le seul responsable de cette horreur électorale, c’est bien le parti socialiste qui a fait preuve dans ces années là d’un aveuglement mortifère.

            Je me garderai bien d’un propos sur maintenant.
            Je garde soigneusement le numéro de Fakir, il m’est précieux.

            J’ai quand même un truc (parmi beaucoup d’autres) qui me tiraille un peu, sur DSK, c’est cette histoire incompréhensible sur la cassette de Méry.
            Certes, c’est beaucoup moins grave que l’affaire Boulin, mais ce serait quand même intéressant de savoir.
            Or, je m’étonne de l’absence de questions sur ce sujet de la part de la faune médiatico-politico-journalistique lors du passage rapide et pipole de DSK à Paris. Je sais, c’est totalement hors-sujet, vu le spectacle actuel.

            Je sais que si le second tour engage DSK vs Sarkozy, je prolonge ma sieste. Marre et remarre de devoir sans cesse n’avoir pas le choix.

  9. Laissez-moi cracher sur cet ignoble individu qui se prétend du P.S. (et tous les membres du P.S. qui l’encensent)! De plus, il est d’un orgueil féroce, outrecuidant , arrogant… Mais pour qui se pend-il ? Pour le futur Roi des français ? Il faut à tout prix l’abattre.

    • Quel délicieux dérapage de clavier !

      « Pour qui se pend-il ? » Posons la question au réverbère sur lequel une foule en colère aimerait le suspendre… ;o)

  10. DSK en veux-tu en voilà, ca se passe comme cela en 2011. Tout comme en 2006 avec Ségolène. Les éditocrates nous gavent comme des oies. Ils choisissent à notre place. Le nabot devient indéfendable, infréquentable, il faut donc une figure qui fasse « président ». Le look NYPD et Ray-ban, ca fait tache. Pourquoi les grands médias dirigés par les grandes fortunes privilégient tant ce « possible » candidat? La réponse est dans la question.

  11. Le même réseau d’influence que Sarkozy: voilà ce qui fait gerber dans cet individu
    Quant aux restes, son côté bling-bling, son penchant clintonesque pour les femmes ce n’est que la cerise sur le gâteau de l’infame.

    Faut il prier Sainte Boutin pour que les militants PS ne votent pas pour lui?

    • « Réseau d’influence », bah, on est d’accord, mais pourquoi ne pas employer le mot qui convient au lieu d’une locution ? Le dictionnaire nous propose « oligarchie »… On pourrait aussi utiliser « ploutocratie », le gouvernement des riches, qui va bien aussi bien puisque DSK comme Sarkozy, Royal, Hollande et comme d’autres est assujetti à l’ISF.

      Proposition pas plus réfléchie que cela : et si la gauche de gauche allait voter Mélenchon lors des primaires du PS ? Même pas besoin d’être adhérent au PS, il suffit de verser un euro et de signer une vague « charte » qui n’engage à rien.

      • Hollande j’en sais rien … mais Royal : non! pas assujettie à l’ISF !!
        C’est vraiment dommage d’argumenter avec des inventions !
        ça fout toute la crédibilité du raisonnement par terre !

        • « Après Nicolas Sarkozy, la semaine dernière, c’est au tour du couple Royal-Hollande d’être pointé du doigt par le Canard enchainé. L’hebdomadaire les accuse d’avoir sous-estimé de moitié leur patrimoine et «pulvérisé les records de sous-évaluation immobilière».

          Cela leur aurait permis de « diviser par sept » le montant de leur impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Le patrimoine immobilier de Ségolène Royal et de François Hollande s’élèverait à 1,813 million d’euros, affirme le Canard, sur le base d’évaluations d’experts de l’immobilier. » Libération, 6 mars 2007.

  12. La méthode du FMI : la mise à bas des états pauvres ou fragilisés (cf la Roumanie déjà livrée en 1989 aux corrompus de l’ex PC et aux entreprises rapaces européennes qui ont acheté à vil prix usines et terres, laissant le commun des Roumains sur le carreau). L’an dernier, un accord entre l’Etat roumain et le FMI a entériné la réduction du salaire des fonctionnaires de plus de 25%, ce qui a provoqué une vague de suicides, les salaires étant déjà ridicules au regard de la hausse des prix au niveau de ceux en vigueur dans la zone euro. Les victimes de cette politique sont bien réelles!

  13. un mouvement de désobeïssance civile en Grèce intéressant à suivre , suite à la politique d’austérité que le FMI ( DSK & néolibéraux ) a imposé à ce pays et que le toutou des marchés, le proconsul Papandréou a fait appliqué en toute servilité à la lettre. Les peuples paient deux fois. Une fois en payant le renflouement des banques et une seconde fois en versant vers la misère. Heureusement des résistances populaires naissent et s’opposent aux nouvelles féodalités.

    «  »Nous luttons pour des routes libres, nous avons levé les barres des péages pour quatre heures et laissé les véhicules passer sans payer » – les opposants expliquent leur action ( article sur le Figaro arghhhh !) : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/02/20/97002-20110220FILWWW00152-grece-manifestation-des-non-payeurs.php

  14. Manifestement DSK a tout pouvoir sur la grande presse et la télévision française. Pourquoi lui faudrait-il en plus, être président ?

  15. merci scribe pour les liens vidéos. édifiant.

  16. merci Olivier pour cette piqure de rappel. Merci pour prendre le temps de la faire
    @scribe : merci pour les vidéos, effectivement c’est édifiant. En retour de documentaire, je me permet de vous donner l’adresse suivante (si vous ne l’avez pas déjà vu) :
    http://videos.arte.tv/fr/videos/pret_a_jeter-3700234.html
    Ça rentre dans le cadre des bienfaits du libéralisme….

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)