Olivier Bonnet

Avr 062020
 

Les plumonautes savent ô combien d’éminentes personnalités se sont succédé dans cette rubrique mais l’on dirait que nos Ferme ta gueule ! ont été inventés pour elle ! Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, s’illustre ainsi dans ce registre avec une confondante opiniâtreté.

Notez que nous étions prévenus : alors qu’elle n’était encore que conseillère en communication de Sa Suffisance Présidentielle, n’avait-elle pas déclaré : « J’assume parfaitement de mentir pour protéger le président«  ?

Citons Libération pour détailler les dernières perles de notre experte en foutage de gueule : « Appelée à expliquer l’appel du ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, à venir « rejoindre la grande armée de l’agriculture française », la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a répété que « les gens qui pouvaient le faire avaient vocation à aller donner un coup de main rémunéré dans les régions où il y a des récoltes ». Et d’ajouter cette précision inopportune : « Il va sans dire que nous n’entendons pas demander à un enseignant, qui aujourd’hui ne travaille pas compte tenu de la fermeture des écoles, de traverser toute la France pour aller récolter des fraises gariguettes. » Les profs et instituteurs, qui assurent la continuité pédagogique à distance ou font classe aux enfants des soignants, apprécieront. » Pour tenter de rectifier cette énorme bourde, la porte-parole a expliqué : « [mon] exemple n’était vraiment pas le bon. Je suis la première à mesurer combien l’engagement quotidien des professeurs est exceptionnel. Nous savons tous l’engagement des professeurs pour assurer la continuité pédagogique, donc pas de polémiques inutiles ! » Mais « la première à mesurer combien l’engagement quotidien des professeurs est exceptionnel » avait pourtant affirmé à peine quelques heures plus tôt qu’ils ne travaillaient pas ! Du grand art.

Mais le summum des sibethises concerne le sujet des masques de protection : « Vous savez quoi? Moi, je ne sais pas utiliser un masque. Je pourrais dire : je suis ministre, je mets un masque. Mais en fait, je ne sais pas l’utiliser. Ce sont des gestes techniques, précis sinon on se gratte le nez sous le masque et on a du virus sur les mains, on a une utilisation qui n’est pas bonne et ça peut être même contre-productif ». Ou comment dire n’importe quoi pour tenter de justifier l’absence coupable de masques. La conclusion caustique de Samuel Gonthier de Télérama est parfaite : « Je comprends mieux : les autorités ont organisé la pénurie de masques pour nous éviter la contamination. Notre gouvernement est vraiment très prévoyant. »

https://www.youtube.com/watch?v=N8saQ2mQE2U
Partagez cet article
Mar 182020
 

Confinement, jour 1.

L’impression est persistante de vivre à l’intérieur d’un film de science-fiction. Déjà hier soir devant l’allocution de Sa Suffisance Présidentielle, en acteur de série B tentant vainement de donner de la crédibilité à un mauvais texte, outrageusement dramatique et martial, martelant à six reprises « Nous sommes en guerre ». Avec une précision, la première fois : « certes sanitaire ». Mais guerre tout de même.

Allons bon. Puisque guerre il y a et que chacun des Français est appelé à prendre part au conflit pour terrasser l’ennemi invisible, nous autres journalistes, bien que confinés en bons citoyens, devenons de facto correspondants de guerre (certes sanitaire).

Confinement, jour 2

Bon, il va quand même falloir que l’on m’explique cette affaire de l’ « attestation dérogatoire de déplacement ». Je veux dire : à quoi ça sert ? Je comprends les contrôles policiers et gendarmesques, mais pourquoi faut-il avoir sur soi ce papier que l’on se fait soi-même qui dit, dans la plupart des cas : je vais faire des courses ou je fais une activité physique ? J’ai fait des recherches pour savoir si une explication de l’utilité de cette ADD était proposée. Sans en trouver. Si, une, sur le site officiel d’Apple, iGeneration, dans un article expliquant pourquoi une version numérique de l’ADD était finalement interdite : « Il ne s’agit pas de faciliter la vie des Français », confirme Christophe Castaner. L’objectif est bien que l’attestation soit une contrainte, qu’elle invite les gens à rester chez eux. Attestation ou pas, le confinement doit rester la règle, et le déplacement doit rester l’exception. » Donc ils ont trouvé ce moyen pour limiter les déplacements, lors d’un concours d’idées entre crânes d’œuf : « Et si on les obligeait à remplir un papier à chaque fois qu’ils sortent ? » Pardon, mais c’est parfaitement stupide. Ah, il faut un papier ? Allons-y. Qui donc se dirait : « Oh tant pis pour les courses, il faut faire un papier, j’ai trop la flemme ! » ? Ou alors : « Médor va faire sur le tapis mais tant pis, ça me saoule leur attestation » ? Donc on doit se doter d’une attestation pour sortir son chien. Si, si. Et si on ne l’a pas, on se prend une amende, parce qu’on a sorti le chien sans leur fichu papier-à-Dédé. Parce qu’on n’a pas écrit : « J’atteste sur l’honneur que je suis en train d’emmener faire ses besoins à l’animal que vous pouvez voir au bout de cette laisse et qui se trouve être mon chien ». À stupide, j’ajoute donc ridicule et grotesque. Tiens, comme Castaner !

Partagez cet article
Nov 142019
 

« Alors que le président de la République est attendu à Dormans et Epernay ce jeudi 14 novembre, le préfet de la Marne a pris un arrêté pour interdire tout rassemblement à Epernay et dans les 11 autres communes traversées par Emmanuel Macron« , nous apprend France Bleu Champagne-Ardenne. Information qui, soit dit en passant, a complètement été omise par France Inter, que nous écoutons en boucle depuis 5h et demi. Ce qui interdit aux auditeurs de la radio d’Etat et de service publique de s’interroger sur la légitimité démocratique de cette décision, qu’ils ignorent. Bref… Parce que que révèle au fond cet arrêté préfectoral ? Que l’Etat – le préfet en est l’autorité locale, aux ordres directs du gouvernement – prive tout simplement les citoyens du droit constitutionnel de manifester leur colère, voire leur détestation du petit marquis de l’Elysée, dont l’image ne doit pas être écornée par de spectaculaires images de protestations. Au contraire, les mauvaises langues – dont nous somme – s’attendent à ce qu’une poignée de « figurants », adhérents à La République en marche, viennent acclamer leur champion et donner l’impression, filmés en plan serré, d’un bain de foule illustrant la popularité du président de la République.

Il fallait oser ce titre ! Big Fan of Macron TV ?

Une pure propagande mensongère et une manipulation de l’opinion, quand la réalité objective est que, où qu’il aille, une majorité de Français n’a qu’un désir : aller lui dire en face – « Qu’ils viennent me chercher !« , avait lancé le matamore – la révolte que suscite l’injustice sociale et écologique (les deux mamelles du Parti de gauche et de la France insoumise, auxquels nous appartenons) de sa politique de droite. Mécontentement – et il s’agit d’un euphémisme – dopé par l’arrogance d’autant plus insupportable du bonhomme et l’hypocrisie manifeste de celui qui tient de beaux discours incompatibles avec la politique concrète qu’il mène, s’attaquant aux valeurs qu’il prétend défendre. Notamment, exemples les plus criants, concernant les enjeux environnementaux ou lorsqu’on entend, abasourdi, le haut-commissaire aux retraites délégué auprès d’Agnès Buzyn, ministre des Solidarités (sic) et de la Santé, Jean-Paul Delevoye, vanter la future réforme des retraites, qui va faire les poches de l’immense majorité des Français, comme une réforme sociale ! Ah, rien ne les arrête. Mais ce n’est pas nouveau. Macron est le fils spirituel de Nicolas Sarkozy. Et la France gouverne contre son peuple depuis le tournant de la rigueur, en 1983. Nous sommes bientôt en 2020 et nous avouons bien fatigué.

Partagez cet article
Oct 302019
 

Charles Enderlin, correspondant à Jérusalem de France 2 de 1981 à 2015, a publié le message suivant sur sa page Facebook : « Je viens de terminer la lecture de l’excellent livre « Mauvais juif » de Piotr Smolar. Avec parfois des accents de pamphlétaire, il décrit l’Israël tel qu’il l’a vécu pendant son séjour en qualité d’envoyé spécial. De fait il a été un des meilleurs correspondants du Monde ces dernières décennies. Surtout en décrivant la dérive messianico-identitaire du pays, la lente descente aux enfers du conflit avec les Palestiniens. Ce que de nombreux envoyés spéciaux évitent d’évoquer. Les chaines de télévision françaises, par peur des réactions du Crif et des autres éléments de la communauté… Ni TF1 ni France 2 n’ont décrit l’effondrement de la démocratie israélienne au cours de ces dix dernières années. Donc, merci Piotr ! »

Ce n’est pas une surprise pour les soutiens de la cause palestinienne, dont nous sommes. Il est des sujets que « de nombreux envoyés spéciaux évitent d’évoquer ». L’explication de l’éminent confrère pointe ce que nous pourrions qualifier de pression paralysante, émanant essentiellement du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). Mais quid alors du droit des citoyens à l’information, fondement de la démocratie ? Et que relaie le Crif de façon obsessionnelle ? La propagande sioniste. Donc Enderlin nous explique que les télés françaises cachent à leurs spectateurs la réalité par crainte des réactions (doit-on lire représailles ?) d’une institution aux ordres de la hasbara ! [ הסברה : explication ou éclaircissement en hébreu, appellation de l’appareil gouvernemental de propagande]
Difficile dans ce cas d’ouvrir les yeux de l’opinion sur ce qu’on nomme souvent de façon parfaitement impropre « conflit israélo-palestinien », quand il s’agit en réalité de l’oppression d’un peuple par une armée d’occupation, objectivement. Mais cela, on ne le dit pas trop sur les télés françaises – ni les radios, ni les grands médias en général. Ça ne ferait pas plaisir au Crif, pensez!

Mais au fond, de quoi ont peur les journalistes soumis à la pression paralysante du Crif, qui les empêche de dire la vérité ? Que pourrait contre eux le Crif ? Les faire licencier ? Auraient-ils même peur pour leur intégrité physique, connaissant les énergumènes de la Ligue de défense juive, qui a ses entrées au Crif ? La question est posée du pouvoir d’influence de ce groupe de pression, qui véhicule la parole de Tel Aviv, sur l’information en France.

Partagez cet article
Mai 162018
 

L’impunité israélienne, ça suffit ! Non content de violer constamment le droit international depuis sa création, l’État hébreu réprime dans le sang la pacifique « Marche du grand retour » organisée par la société civile palestinienne, qui manifeste à la frontière entre Israël et Gaza pour protester contre la spoliation de 1948, nommée en arabe la Naqba (catastrophe) : plus de 500 villages palestiniens et 11 quartiers de villes palestiniennes détruits ou rasés, environ 800 000 palestiniens expulsés vers le Liban, la Jordanie, la Syrie, Gaza et la Cisjordanie. Depuis les six semaines qu’a débuté cette « Marche du grand retour », l’armée israélienne a fait plus de 100 morts, des manifestants désarmés abattus, femmes et enfants inclus, dont près de 60 pour la seule journée du lundi 14 mai, au même moment qu’officiels israéliens et américains levaient leur coupe de champagne pour fêter l’installation de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, insupportable provocation là encore en violation du droit international. Continue reading »

Partagez cet article

Mai 062018
 

Amélie de Montchalin, députée La République en marche de l’Essonne, l’a répété quatre fois ce matin sur France Inter, pour justifier la politique menée par Emmanuel Macron, quand bien même le dernier sondage indique l’opposition de 55% des Français. Pire, « L’action d’Emmanuel Macron pour ce qui est du pouvoir d’achat et de la réduction des inégalités sociales est jugée sévèrement, 78% des Français estimant qu’elle va dans le mauvais sens ». Mais qu’à cela ne tienne, « Nous avons été élus sur un projet », a seriné la jeune femme. Sans que jamais Éric Delvaux, journaliste préposé à l’interview, ne formule la moindre objection. Continue reading »

Partagez cet article