Jan 232011
 

Le Medef ment (non, ce n’est pas nouveau). « La France est moins compétitive que l’Allemagne car le coût du travail y est plus élevé, résume 20 minutes. C’est en substance l’une des conclusions du rapport de l’institut Coe-Rexecode, remis ce jeudi au ministre de l’Industrie, Eric Besson. » L’économiste Philippe Askénazy, directeur de recherche au CNRS, s’inscrit en faux : « Il y a un différentiel de compétitivité entre les deux pays: l’économie allemande a réussi à être très exportatrice contrairement à l’industrie française. Lié à la position du Medef, il n’est pas étonnant que l’institut Ceo-Rexecode explique cet écart par le coût du travail. Mais dans les faits, un salarié allemand coûte aujourd’hui plus cher qu’un salarié français. » Question de la journaliste : « Pourquoi les chiffres du rapport affirment-ils le contraire ? » L’explication tient à une grossière « erreur » des rapporteurs : « Ces chiffres proviennent de l’enquête Ecmoss sur le coût de la main d’œuvre et la structure des salaires en Europe. Cet outil d’analyse n’est cependant pas pertinent pour la France: il ne prend pas en compte la spécificité des 35 heures. Quand un Allemand a marqué «40 heures» sur sa fiche de paie, il travaille effectivement 40 heures environ. Un cadre français au forfait, officiellement à 35 heures, va dans les faits travailler 45 heures. Et Ecmoss ne tient pas compte de ces «heures annuelles effectives». Ni vu, ni connu, j’t’embrouille…  Et je te réclame donc ensuite la baisse du coût du travail en France, refrain patronal repris en coeur par le parti au pouvoir. Qui gouverne la France ? L’UMedefP© ! « Si l’on se base sur les comptes nationaux, qui agrègent un maximum de critères, notamment la productivité, le coût du travail est plus élevé en Allemagne qu’en France. Et la raison est simple: les salariés allemands sont mieux payés », poursuit l’économiste. Prenons dès lors nos adeptes du benchmark bidon* de la droite et du patronat au mot : si l’Allemagne est plus « compétitive » que nous, augmentons les salaires français !

Vers la tiers-mondisation de l’économie française ?

Il s’agit d’ « un choix politique », analyse Askénazy : « Une économie avec un coût du travail élevé mais des entreprises innovantes sera toujours plus compétitive que l’inverse. L’Allemagne s’en sort mieux car, contrairement à la France, elle a beaucoup investi dans l’innovation et s’est spécialisée sur des secteurs en croissance. Pour combler ce différentiel, la France a donc deux solutions. Elle peut soit continuer à se développer dans des secteurs peu productifs et baisser son coût du travail, soit rendre ses entreprises plus innovantes et donc plus productives. » Voilà donc tout droit où nous mène la politique UMPo-Medefiste (ou Medefo-UMPiste ?) : à la tiers-mondisation de l’économie française. Les oligarques sont cupides mais leur avidité les rend stupides, sciant la branche dorée sur laquelle ils ont posé leur gras postérieur capitaliste. Si le peuple français crève la faim, qui donc fera tourner l’économie pour créer leurs profits ? Mais se laissera-t-il conduire là, ce peuple, en troupeau de moutons pelés, sans même plus de laine à tondre sur le dos, ou rejettera-t-il enfin la tyrannie moderne, celle des actionnaires et des « marchés », en un sursaut salvateur à la hauteur de la nouvelle révolution qu’il nous faudra bien conduire ?

* Lire La stratégie du benchmark pipeau : « Quand Sarkozy et ses amis comparent la France à l’étranger, c’est pour manipuler l’opinion en alignant d’énormes contre-vérités. La preuve par un festival d’exemples. »

Soutenez ce blog ! Votre serviteur, journaliste au chômage, tente le pari de vivre grâce à plumedepresse : pour deux euros, rejoignez le Club des plumonautes en vous abonnant pour un mois au Kiosque permanent, le rendez-vous pluri-quotidien de notre revue de Web, actualisée en temps réel six jours sur sept. Cliquez sur le kiosque ci-dessous !

Partagez cet article

  15 commentaires à “Avec l’UMedefP© aux manettes, vers la tiers-mondisation de l’économie française ?”

  1. Quand on parle de l’ Allemagne au niveau industriel, il est volontiers reconnu que leurs produits sont fiables et durables. De plus, l’ Allemagne a réussi le défi qu’ elle s’ était donné avant la chute du mur : réunir les deux allemagnes aux mentalités, aux niveaux de vie, de connaissances industrielles aux antipodes. Ils ont su prendre les mesures qui s’ imposaient : aider la partie affaiblie, l’ ouvrir sur le monde moderne. Exigences dans une aspiration commune de paix, de nouvel équilibre. La réunification dans le partage, dans le travail pour une meilleure performance. Le résultat est là. C’ est tout un savoir faire. Ils sont carrés. Ce n’ est pas l’ oeuvre d’ une personne. C’ est presque incroyable qu’ en France les politiciens ne prennent pas exemple. Trop de sacrifices sûrement pour les nantis. Je vais parler en métaphores. Ce que je ressens au niveau de la France, c’ est que nous sommes politiquement dans une espèce de labyrinthe avec, en plus, des voies sans issues et des panneaux ; « VOUS Vous êtes trompés. » Je commence à avoir honte d’ être française.

    • Certains (la plupart des) produits de marque allemande sont fabriqués en Asie . En revanche, ils sont leader depuis longtemps dans le domaine des machines outils .
      Quand la Chine produit, les machines sont allemandes , quand ils construisent à Dubai, les grues sont allemandes .
      Ils ont le monopole sur un secteur clé, et ils n’ ont probablement pas pris le risque de délocaliser (toute la)production, le savoir faire et les brevets pour des profits à court terme .

      La situation des cadres au forfait (et autres salariés annualisés) n’ est rien comparée à celle des « travailleurs indépendants » , petits patrons en tout genre , qui constitue en fait le véritable sous prolétariat (absence de couverture sociale ) .

      Ce blog et cet article (écrit un dimanche matin) en est une preuve flagrante, combien d’heures de travail par semaine pour ces pages d’informations ?

      Quand on aime on ne compte pas, quand on déteste on ne compte plus . Bon dimanche et bonne indigantion Olivier . 🙂

      • Il existe des gens qui aiment relever des défis et qui ne s’ en lassent pas. C’ est tout d’ abord une façon de vivre pas de survivre.

        • je m’ auto-autorise à m’ auto répondre (Coluche. Je suis sûre que beaucoup plus de français auraient voté pour lui). Je me corrige. Si j’ ai tout bien compris, je peux dire que « c’ est une façon de survivre basée sur une façon de vivre ». Ici je ne parle que de l’ auteur du blog. Je ne suis pas en train de l’ amalguamer à la politique allemande. A ce que je sache, il n’ envoie pas des grues à Dubai. Pour bien se consacrer à ses études, il ne faut pas avoir à s’ occuper des aléas ». Ce n’ est pas valable que pour les étudiants. On en a déjà parlé. 2,- euros le mois, pour quelqu’ un de régulier (dans les deux sens du terme), c’ est pas cher payer étant donné que les dons n’ ont pas l’ air fréquents. La somme de 20,-/mois serait honnête et accessible mais passer de 2,- à 20,- peut lui faire perdre ses adhérents sinon ses habitués. De 2,- à 10,-/mois. Qui n’ a pas 2,50 par semaine pour acheter le journal ?. Bref, moi je vais le faire. Qui l’ aime me suive. Je retire tout ce que je viens de dire si cela lui porte préjudice. En voulant bien faire, quelquefois, on fait le contraire. N’ empêche ce sera 10,-/mois pour moi donc pour lui.

        • Une façon de vivre est surtout façonnée par les conditions de vie .
          Il y a un rapport direct entre le niveau de revenu des stars journalistiques et leur niveau d’engagement (pour une plus juste répartition des richesses).

          …j’ai pas bien compris l’objet des enchères ? ?

          • 1 ère phrase : pas forcément.
            Les conditions de vie n’ entraînent la façon de vivre que si l’ on s’ en contente. On peut toujours repousser les limites dans le sens qu’ on souhaite.
            La seconde : oui. Tout travail mérite salaire. C’ est pourquoi, concernant la troisième phrase, je ne parle pas d’ enchères mais de rétribuer un travail à sa « juste » valeur. Je tique sur « juste » parce que c’ est encore un autre sujet.

  2. La notion même de « coût du travail » est contestable. Parlons du taux d’exploitation des travailleurs et tout le monde comprendra mieux ce que déplore le Médef : la part de la richesse crée par le travailleur que les patrons consentent à reverser à ce même travailleur sous forme de salaire est toujours trop élevée à leur gout !

  3. Il est bien connu que les ingénieurs allemands sont en moyenne plus payés de 30% que leurs homologues français, de même que les enseignants. Le coût de la vie est en plus inférieur en Allemagne.
    Par contre pour certaines professions: propagandiste médiatique, politiques (comparer les conditions de logement des ministres allemands et français par exemple, la liste des avantages est longue: les politiques français se sont bien servis), grands patrons (et oui…), showbiz, sport professionnel, les salaires moyens français explosent ceux de leurs homologues allemands.
    Conclusion: pendant que l’Allemagne a entretenu sa compétitivité, la France a entretenu l’abrutissement et la manipulation de masse au profit de quelques uns.
    Le résultat est logique.

  4. Les oligarques sont cupides mais leur avidité les rend stupides, sciant la branche dorée sur laquelle ils ont posé leur gras postérieur capitaliste.
    Pas forcément : ils seraient stupides si ils avaient pour but la valorisation de l’économie nationale. Ils apparaissent moins stupides si on envisage qu’ils ont un comportement de sauterelles ; essouffler et épuiser l’économie d’un pays puis faire évoluer les investissements pour les rendre de moins en moins avantageux pour le pays (« votre notation baisse donc nous prenons des risques à investir chez vous donc nous voulons plus…(de taux d’intérêts, de mesures antisociales, etc.) ») pour enfin faire partir les capitaux vers un autre pays plus riche qui les utilisera pour délocaliser le travail vers le pays affaibli.

    Je ne sais pas ce que vous en pensez mais cela semble un scenario possible pour les pays qu’ils nomment les PIGS (Portugal, Ireland, Grèce et Espagne (Spain)). Peut-être souhaitent-ils faire suivre à la France le même chemin.

    • Je pense que vous avez raison dans votre analyse.

      Et il faut garder à l’esprit qu’une bonne part de leurs revenus viennent de l’étranger. Garder aussi à l’esprit que leurs bénéfices augmentent d’années en années. La ruine des « petits » et des « moyens » conduit à l’enrichissement des « gros ».

      Un des gros problème, à l’heure actuelle, c’est que 20% de la population pense faire partie du 1% le plus riche et suit donc les stratégies de ce pourcent…

    • Bravo pour ce commentaire. Je m’ étonnais aussi de cette bêtise. Il y a forcément un objectif quitte à sacrifier la majeure partie des français.

  5. Olivier !!!!! (cri)

    Tu as mis un lien sur le site Altermedia info (crédit photo), site nationaliste d’extrême droite !!!!!

    voici la nature de ce site :
    Altermedia.info (parfois abrégé en AMI) est un blog se réclamant du courant « nationaliste-révolutionnaire », orienté à l’extrême droite de l’échelle politique, reconnu entre autres pour ses idéologies antisémites], anti-immigration et homophobe, et dont la devise est « En ces temps d’imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire ».

    Altermedia est dirigé par l’américain David Duke, ancien représentant d’État de la Louisianne, ex-“sorcier impérial” des chevaliers du Ku Klux Klan, candidat du Parti Populiste à la présidence des États-Unis en 1988, et président de l’European-American Unity and Rights Organization (EURO), une association qui prône le Nationalisme blanc.

    Le site possède différentes versions adaptées pour plusieurs pays : par exemple États-Unis, Canada, France, Belgique, Espagne, Grèce, Roumanie ou l’Allemagne.

    Le blog constitue une importante voie de communication. Il s’agit également d’une référence notoire dans le contexte nationaliste international et du principal blog de nouvelles alternatives nationaliste.

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)