Oct 112010
 

6e jour de la grève… du zèle sur plumedepresse : deux éditions quotidiennes au coeur de l’actualité.

« Dans une interview, en marge du tournage d’un film, Eric Cantona explique que manifester dans la rue n’est pas assez efficace pour faire bouger les choses. Il livre sa méthode… », explique 20 minutes, avant de diffuser la vidéo de l’interview du Maître, qui crée un improbable buzz sur le Web. « La révolution est très simple à faire », révèle l’ancien footballeur. « Le système est bâti sur le pouvoir des banques. Donc il peut être détruit par les banques. » Pour Cantona, il suffirait par conséquent que plusieurs millions de personnes – il ne sait pas exactement combien, puisqu’il dit d’abord 3 millions, puis 10, puis 20 (mais quand on aime…) – retirent tout l’argent de leur compte en banque pour que le système s’écroule. « Pas de larmes, pas de sang… à la Spaggiari ! » Il faudrait interroger un économiste sur cette proposition pour évaluer les dégâts réels qu’elle pourrait causer, mais il apparaît plausible que si des millions de Français décidaient de participer à la révolution cantonesque, l’effet pourrait être redoutable. [Edit : une source autorisée confirme en effet qu’en théorie, le système entier s’effondrerait, lire plus bas notre mise à jour] Une menace qu’il convient donc de prendre extrêmement au sérieux, d’autant que King Eric est passé à l’acte, comme le prouve notre capture d’écran ci-dessous : vous aussi, videz votre compte en banque, mettez tous les billets dans une valise et allez la jouer au Partouche Poker Tour !

Mise à jour : un plumonaute professionnellement bien placé pour savoir de quoi il parle a posté le commentaire suivant : « En théorie cela peut fonctionner. En effet les banques ont un ratio de solvabilité (argent détenu réellement/argent détenu théorique) de 8%. Cela voudrait dire que si plus de 8% disons 10% des fonds étaient retirés simultanément, il y aurait un crack bancaire. Les conséquences seraient assez énormes et le système s’écroulerait petit à petit. Plus de banque, plus de crédit donc plus d’entreprise. Alors prêt à la révolution sans effusion de sang ? »

Soutenez Plume de presse

L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Cet article vous a intéressé? Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

Partagez cet article

  48 commentaires à “La révolution selon Eric Cantona”

  1. C’est clairement la meilleure des actions possibles et le moyen le plus efficace pour mettre le système par terre – néanmoins un bémol quand même – comment fait on quand on est à découvert ?

  2. Excellent…

  3. Encore faut-il avoir de l’argent en banque et pas des dettes… ce qui est un peu le cas des gens qui voudraient faire la révolution.

  4. Bonjour,

    En théorie cela peut fonctionner. En effet les banques ont un ratio de solvabilité (argent détenu réellement/argent détenu théorique) de 8 %. Cela voudrait dire que si plus de 8 % disons 10 % des fonds étaient retirés simultanément, il y aurait un crack bancaire. Les conséquences seraient assez énorme et le système s’écroulerait petit à petit. Plus de banque, plus de crédit donc plus d’entreprise.
    Alors prêt à la révolution sans effusion de sang ???

    • Indice pour les plumonautes : je sais qui se cache derrière le pseudo Juanito et il s’agit de quelqu’un qui est professionnellement bien placé pour savoir de quoi il parle ici !

    • Selon Juanito :
      « Plus de banque, plus de crédit donc plus d’entreprise. »

      Pas tout faux : plus de banque, plus de crédit.
      D’accord : plus d’intérêts, plus de rente…
      Mais sur la troisième proposition, « plus d’entreprise », pas d’accord. Lire Bernard Friot (économiste, lui).
      Une entreprise ne marchera que mieux si elle est débarrassée des parasites. Des « entreprises » à gros budgets comme la Sécu et les caisses de retraites fonctionnent sans capital, et plutôt bien jusqu’ici, quoi qu’on en dise.

      Quant au ratio de réserves, en plus de son niveau ridicule, il est tout théorique. J’avais cru comprendre que la « crise » (ou son ampleur) était due en partie au fait que des actifs fictifs, comme des créances hypothécaires ou des assurances sur ces créances, étaient admis dans le compte des réserves.

  5. Ce n’est sûrement pas Cantona qui videra ses comptes bancaires pour faire s’écrouler le système.
    Ce ne sont pas non plus ceux qui sont blindés de crédits ou avec un compte en permanence à découvert. Donc ? On est mal barrés pour « la révolution c’est simple comme le pull rouge de Cantona »…

  6. Il faudrait cibler les gens de coeur qui, eux possèdent des comptes en banque et l’âme à gauche, cela doit exister, non? J’ignore où Yannik Noah tient ses comptes, par exemple, mais j’en connais un à qui il faudrait absolument faire passer le message : il s’agit de Naguy qui me ravit chaque soir dans son émission de varétés « N’oubliez pas les paroles », sans parler des « Victoires de la Musique » où il est capable de se déchaîner contre le pouvoir actuel, malgré les risques que cela pourrait lui valoir (il y a sans doute peu de plumonautes qui le suivent, vu les heures d’écoute)…Moi, en tous cas, je tiens à lui rendre un vibrant hommage et le remercier! Si l’on cherche bien, il doit y en avoir pas mal d’autres, Cherchez, cherchons tous ensemble…

  7. c’est pas faux , mais c’est un peu caricatural quand même .

    Une très large majorité s’ exprime contre cette réforme inique, tous ne sont pas des révolutionnaires impécunieux …loin s’en faut (Ex: Cantona!)

    Comme 3/4 (ou 3/5) des français j’ai un livret A , je ne suis pas spécialement révolutionnaire, mais le 12 j’ irais manifester après avoir allégé mon épargne .

    L’ union fait la force, toutes les initiatives sont bonnes tant qu’ elles sont additionnables .

    Il faudrait également enrôler les appareils à racket dans la lutte .
    Horodateurs et radars la tête dans le sac poubelle revendicatif .

    • « mais le 12 j’ irai manifester après avoir allégé mon épargne »

      N’y compte pas !

      C’est ce qu’a voulu faire un pote, quand tout le bazar était en train de s’écrouler l’an dernier (ou y’a 2 ans ? je sais plus) histoire d’accélérer un peu la chute, eh ben le gentil banquier lui a opposé une fin de non-recevoir, tout simplement.
      Motif ? « Oulala on peut pas, d’un coup, comme ça, faut prévenir, il faudra au minimum une quinzaine de jours, en attendant prenez donc un RV avec nos conseillers… »

  8. Nagui… bof, Il est à l’abri car copain de Carla, tout ça c’est du pipeau, à midi il « anime » une émission merdique et truquée, basée sur la gagne à tout prix y compris sur le bidonnage, avec des vannes au-dessous de la ceinture avec un sourire de satisfaction niais. Une émission qui déshonore le service public. Nagui truste et squatte le service public. Dans son émission de jeux où les gagnants emportent des sommes colossales, il est interdit de distraire de ses gains de quoi soutenir une association : c’est l’étalage éhonté de ce que va s’offrir le faux fortiche installé sur son fauteuil rouge. Une émission très sarkoziste.

  9. Saut que dans la réalité le « pas de sans » deviendrait plutôt un « bain de sang » lorsque personne n’aurait plus rien à manger… mais effectivement les banques se peteraient la gueule, donc il faut bien imaginer que dans tous les cas elles ne nous donneraient pas notre argent, sont pas fous ces gens là non plus (infâmes mais pas fous…) 😉

  10. @Duszka Je n’ai jamais regardé cette émission de midi, que celle-ci soit merdique, je veux bien vous croire, mais je suis ulcérée de vous entendre dire qu’il est un copain de La Carla et qu’il anime une émission très sakorsiste! C’est une honte et je vous invite à regarder ses autres interventions et d’ouvrir les yeux et les oreilles. Ne vous en déplaise, je reste sur mes positions et je le défends de toutes mes forces!!!

  11. @ Juanito,

    Si les banques font faillites, l’état reprend la main comme dans le bon vieux temps (d’il y a à peine 30 ans)
    L’état crée de la monnaie (comme les banque le font aujourd’hui) et le prete aux entreprises avec des taux d’interets que l’état maitrise en fonction de la surchauffe de l’économie…
    Il n’y a donc aucune raison d’avoir peur de la disparition des banques privées! sauf bien sur lorsque l’on est actionnaire.
    Mais il est clair qu’entre les deux étapes il y aurait une turbulence qu’il serait peut être bon de mettre à profit pour mettre à terre l’hyper classe comme c’est la mode de l’appeler…

  12. A savoir que ce que préconise Cantona n’est rien d’autre que ce que les Anglo-Saxons appellent un « bank-run » – mais a l’échelle de toutes la banques – où les clients des banques retirent leur argent, et comme celles-ci pour ne pas faire faillite doivent avoir un minimum d’argent « réel » cela peut les faire couler. Bon dans les faits elles peuvent se protéger, voir l’exemple de la crise en Argentine (en 2001) où celles-ci ont simplement fermé leurs guichet. Donc bon sur le papier cela semble une bonne idée, dans les faits le peuple se fait entuber et ne récupère pas son fric et les possédants gardent leur pactole. Ceci dit cela foutrait grave la merde je dis pas hein, mais il faudrait que cela soit fait à très grande échelle.

    Dans tous les cas, la grève générale entraînant la paralysie de l’économie c’est la vraie solution pour obtenir ce que l’on veut du patronat, et puis bon pourquoi pas: la révolution! Sans le salariat le patronat ne fait pas de profit…

  13. La géniale idée de Cantona, si elle est tout à fait valable pour provoquer une éventuelle révolution, entraînerait des « turbulences » (pour citer un commentateur) qui seraient d’une violence telle qu’on ne l’a pas connue dans nos contrées depuis des décennies. Plus de thunes dans les distributeurs, une bonne partie des PME en faillite (plus de prêts de toulement) , un chômage qui exploserait en peu de temps, bref un 1929 en puissance.

    On notera que si 1929 fut effectivement un grand rééquilibreur des richesses (aux US, cela entraîna une réduction massive des biens détenus par les top 1%) , c’est aussi parce qu’il n’y eut pas de « bailout » . Qui serait prêt à parier aujourd’hui que les politiques ne redonneraient pas de l’argent aux banques (ou garantiraient leurs actifs comme en Irlande actuellement) pour éviter une crise d’une telle ampleur (et on connaît la réponse, vu qu’ils l’ont fait en 2008) ?

    Bref, Eric est mignon, mais je me perds un peu entre son engagement associatif, ses déclarations de révolutionnaire et ses pubs pour des déos… on ne lance pas un bank run comme une idée livrée à elle-même, on parle de quelque chose qui provoquerait un séisme économique de grande ampleur. Et on se souviendra qu’en 1929, les pauvres aussi payèrent un lourd prix à l’arrêt cardiaque du systême bancaire (même si à moyen-terme, cela provoqua la création d’un état social aux Etats-Unis) .

  14. Contrairement à ce que d’aucuns prétendent, aller chercher son fric à la banque est impossible aujourd’hui car les guichets n’ont pas les billets correspondants. Ils vous mettront un rendez-vous pour dans 48 heures, pour les premiers arrivés, dans une semaine pour ceux à servir ensuite, et ainsi de suite. Bref, tout ce que ferait une demande massive et brutale d’argent liquide, c’est une grosse file d’attente sans conséquence.

    On est très loin d’être dans les conditions de 1929.

    PS : le ratio Cooke (8%) n’a rien à voir là-dedans. Il ne dit pas que les banques doivent avoir cette somme en liquide à disposition. Elles doivent seulement être capables d’avoir les reconnaissances de dettes correspondantes. Ce qui n’a évidemment rien à voir avec ce que les gugus des commentaires du dessus affirment…

    • Juanito parle de ratio de solvabilité. Où est la solvabilité si elle repose sur des reconnaissances de dettes qui reposent elles-mêmes sur des reconnaissances de dettes, signées en l’occurrence par des ménages de gens de couleur (faut dire comme ça, maintenant !) incapables de rembourser un emprunt de cent mille dollars, mais à qui on a fait contracter un nouvel emprunt de cinq cent mille dollars ?
      Et en plus la baraque est bouffée par les termites !

      Elles doivent seulement être capables d’avoir les reconnaissances de dettes
      Elles ne sont mêmes pas tenues de les avoir ?

  15. Canto a complètement raison en théorie. C’est pour éviter des paniques collectives que Lagarde nous disait dès le 20 août 2007 que la crise financière était derrière nous. Avis qu’elle a réitéré le 23 juin 2008 et le 20 septembre 2008 (Lehman Brothers avait sombré une semaine avant). Elle l’a dit bien d’autres fois depuis : faites un petit coup de Google avec LAGARDE+DERRIERE+NOUS. Il ne faut pas croire que Lagarde est complètement crétine. Simplement elle joue sa partition pour éviter le pire : que plus personne ne fasse confiance dans le système bancaire et que tout le monde retire son argent en même temps.

    Parcontre, dans la pratique, le système est assez verrouillé pour mettre l’idée de Cantona à exécution.

    D’abord, parce que 8% de l’argent n’est absolument pas équivalent à 8% de la population. Il faut beaucoup de smicards pour sortir l’équivalent de 8% des 22 milliards de Bettencourt. Les grandes fortunes et les entreprises, qui ne bougeront pas, créent une énorme force d’inertie qui fait perdurer le système.
    Ensuite, il ne suffit pas de verser l’argent de son livret A sur son compte en banque pour tout foutre en l’air. Il faut sortir du jeu d’écriture comptable : il faut EN VRAI sortir l’argent en liquide de la banque. C’est ça que les banques redoutent puisque cet argent n’existe pas. Et donc qu’elles interdisent. C’est pour ça que dans la pratique, les retraits au guichet sont hyper limités et surveillés (genre : prévenir 3 jours avant au-delà de 1000 euros).

  16. Allons allons… Faire la révolution en mettant le système économique (ce qu’il en reste) en déroute et des pauvres encore plus dans la mouise ?
    Quel intérêt ?
    Pardon mais franchement, alors là… C’est exactement l’inverse du résultat qu’on souhaite tous.
    Je ne vous dis pas de spéculer pour autant et d’aller travailler pour des multinationales aux pratiques fiscales/sociales douteuses !!
    Si chacun utilisait sa conscience pour ne pas agir uniquement pour ses fouilles ce serait déjà une belle révolution 🙂

  17. Ah oui! Excellent mise au point! Ca calme.

  18. Ceci est un test, faute d’indication sur le site, pour savoir si le moteur du blog accepte un minimum de balises html.

    gras
    souligné
    italiques

  19. Pardonnez-moi M.Bonnet, je m’interroge cependant.

    Résumons brièvement la situation :

    Enron : Chaîne de Ponzi – salariés et petits actionnaire ruinés
    Maddof : Chaîne de Ponzi – salariés et très gros actionnaires ruinés. M.Maddof ayant même poussé le vice à arnaquer la fondation pour le souvenir de la Shoah de M.Elie Wiesel.

    2007 : Crack boursier & chute de Wall street
    2008 : Islande, Irlande, Lituanie : pays sinistré.
    2009 : Grèce ruinée et « sauvée  » par la Chine. Royaume Uni, Espagne et Portugal en souffrance.
    2010 : Crise Européenne. Le FMI tente de prendre le contrôle de l’ Europe sous prétexte de sauver les pays en difficulté. Les appels à un  » gouvernement mondial  » se multiplie…( on imagine lequel).

    Mi – 2010 : On écrase la tête des Français qui paient rubis sur l’ongle le renflouement des banques tout en souffrant d’un chômage de masse multiplié par deux par M.Sarkoy et sa clique au pouvoir.
    Sept- 2010 : La chasse aux Rroms est déclenchée pour masquer le fait que l’on casse la gueule à nouveaux aux Français jusqu’à leur voler deux années d’existence et deux années de salaires supplémentaires pour encore payer les banques.

    En parallèle, et grâce à un petit arrangement entre amis, M.Tapie vient de voler aux Français 260 millions d’ Euros après une combine passée entre lui, madame Largarde et monsieur Copé de l’ UMP.

    On vient d’apprendre par la bouche de M.Dupont – Aignan que la Société Générale vient d’être exonérée d’1 MILLIARD d’ IMPÔTS ( ! ) autant d’argent de perdu dans les caisses publiques et le budget de la France.

    Les rats raflent tout ce qu’ils trouvent avant que le Titanic ne coule.

    Alors oui à l’heure où M.Obama prend des antidépresseurs et que la crise est mondiale, je m’interroge sur les propos de M.Cantona.

    Je m’interroge sur ces footballeurs milliardaires remboursés par la sécurité sociale lorsqu’ils se blessent dans la pratique de leur métier qui appellent à la destruction non seulement du pays mais du monde tout entier.

    1/ Nous vivons une époque mortifère et personne n’est indemne.
    2 / Je trouve étrange que ceux qui ont  » tout eu  » aient des désirs destructeurs. M.Freud et Pier Paolo Pasolini nous ont déjà mis en garde contre cette pulsion destructrice et nous connaissons mieux l’au delà du principe de plaisir et ce qu’il inaugure comme fausse promesse..

    3/ Pourquoi fantasmer sur la destruction du monde ou des banques tandis que les banques dites  » Zombies  » sont en train méthodiquement de détruire le monde et de se détruire entres elles ? Pourquoi accompagner cette danse macabre ?

    4/ Nous n’avons pas à accompagner non plus la danse macabre des milliardaires devenus sur le tard « mi Zen – mi stupide ». La fameuse idée de M.Cantona semble toute droite avoir été dégueulée sur les ondes des  » grandes gueules d’extrême droite  » sur RMC.Pendant que le peuple gronde, rien de tel qu’un buzz alléchant pour amuser la galerie et faire diversion.

    5/ J’apprécie plutôt Eric Cantona et je me dis qu’il ne se rend pas compte de ses propos. Il devrait aller lire le blog de Paul Jorion, ça lui éviterait de dire des conneries et d’alimenter la spirale de la déliquescence qui ne peut ouvrir que sur le pire. Le pire est déjà là qu’on se le dise.

    6/ Nous devons préparer la relève avec un esprit de construction. Nous connaissons bien l’esprit de destruction. Il s’est incarné dans des matrices capitalistes, communistes et fascistes au XX° siècle. Désertons l’esprit de mort et œuvrons maintenant à la conscience POLITIQUE PARTAGÉE loin de la mégalomanie footballistique puérile qui s’imagine quasiment faire tomber le monde à soi tout seul.Après l’individualisme exacerbé du néolibéralisme et l’atomisation de la société, voici venu le temps de la paranoïa ordinaire de nos chères élites. Fin de Partie( fine ).

    7/ Nous voulons vivre. Vivre mieux et partager la vie. Nous devons nous rassembler pour construire une alternative POLITIQUE au néolibéralisme mortifère qui, après avoir permis à certains de rafler la mise impunément après le pillage de tous et des autres,cherche maintenant à attirer à lui dans son naufrage tous ceux et toutes celles qui n’y ont et n’y auront aucun intérêt. RÉSISTONS !

    8/ Les riches aussi ont un inconscient. Soyons au plus près du nôtre pour ne pas tomber dans le piège d’une élite milliardaire qui après avoir bien jouit du monde cherche, maintenant qu’elle se fait vieille, à le détruire.

    9/ A demain mardi dans les rues de France et de Navarre.

    • « 1/ Nous vivons une époque mortifère et personne n’est indemne. »

      Mais si, toujours les mêmes.

      Cantona, dis-tu, devrait se rendre sur le blog de Jaurion…Pour apprendre quoi ?…Que le crédit va manquer aux entreprises si on vide les caisses des banquiers ?…Le peu qu’on leur prendrait en France, avec un mot d’ordre, genre SMS qui a viré Aznar, toucherait peut-être au max 1 million de personnes. 1 million qui vident leur compte courant, vu qu’ils ont pas de fric de côté en général ceux qui sont en colère contre les banquiers, ou qu’ils ont du fric sur une assurance-vie qu’ils ne toucheront sans doute – courageux mais pas téméraire -.
      A raison de 1000€ sur le compte (à la louche)en moyenne, ça ferait 1 milliard d’euros de retirés. Juste un bon avertissement, mais rien pour faire trembler la SG qui a mis 50 milliards sur la table de spéculation, pour arriver à en perdre 5 avec Kerviel aux manettes.
      L’efficacité de la solution Canto viendrait du nombre. Je vois mal 3 millions de personnes se mobiliser pour une opération relativement simple, mais dont les conséquences – contacter tout un tas de sociétés et services publics qu’on règle d’ordinaire par virement et changer les modalités de paiemnent, si possible – sont supportables mais implique de se bouger quand même assez.
      Bref, c’est pas gagné.

      On va déjà voir tout-à-l’heure qu’est-ce qu’on obtient avec un raz-de-marée dans la rue. Parce que ce sera énorme, je crois bien…

  20. A demain!

  21. Ya basta !

    Vivement cette révolution mais savez-vous qu’il n’est même pas nécessaire de planquer vos sous chez vous ?

    Il existe en effet, asseyez-vous bien, des banques éthiques (qui ne joue pas en bourse, qui n’ont pas de succursales dans les paradis fiscaux etc).
    Enfin, j’en connais une : la NEF (et dont je suis sociétaire, et oui sociétaire et non actionnaire).
    Je vous laisse ATTAC présenter cette banque atypique :

    ATTAC :

    * Nous attirons votre attention sur la NEF (Nouvelle Economie Fraternelle), dont le développement actuel nous parait prometteur :
    La NEF est une société financière qui soutient des projets concernant l’insertion sociale, le relogement de personnes en difficultés, la création d’emploi, l’écologie, les énergies renouvelables, le commerce équitable, l’agriculture et l’alimentation biologiques, etc…
    La transparence comptable est la règle, et la liste des prêts est publiée. Le label FINANSOL est attribué à la plupart de ses produits. Mais voilà, son capital, apporté par quelques 5000 sociétaires, ne lui permet pas d’obtenir le statut de banque (30 millions de francs sur les 45 nécessaires). Elle peut en revanche gérer des comptes à terme éthiques classés par domaine et d’une durée supérieure ou égale à 2 ans. La souscription minimum de 3 parts sociales (soit 90 Euros) est le droit d’entrée et donne une voix aux assemblées générales (un sociétaire, une voix). Afin de pouvoir gérer des dépôts à court terme, la NEF s’est associée avec la banque du Crédit Coopératif (BFCC, voir ci-après) pour offrir par son intermédiaire des services bancaires classiques. Il est ainsi possible aujourd’hui d’ouvrir un compte courant NEF, un livret NEF, ou un PEP NEF(Plan d’épargne populaire) à la BFCC, dont une partie des dépôts sont à la disposition de la NEF (50% à 75%), et de bénéficier de tous les autres services d’une banque classique. Pour tout renseignement : demandez le livret d’information au 0 811 90 11 90

    * Une banque un peu différente : historiquement la Banque du Crédit Coopératif (BFCC) est la banque des coopératives, des SCOP, des comités d’entreprise et des mutuelles, donc naturellement orientée vers l’économie locale et coopérative. Elle a ouvert récemment ses services aux particuliers. Outre le partenariat avec la NEF et la Caisse Solidaire Nord-Pas-De-Calais, qui dénote une orientation différente, elle offre des possibilités de livrets d’épargne éthique. A la différence d’autres banques mutualistes comme le Crédit Mutuel ou la Caisse d’Epargne, elle n’a pas d’implantations dans les paradis fiscaux.

    Conclusion : en l’état actuel de nos connaissances, nous pouvons dire que la NEF constitue aujourd’hui le principal espoir d’une première banque alternative française digne de ce nom : à nous de l’aider. »

    http://local.attac.org/attac38/paradis_fiscaux-noframe.html

    Donc, maintenant à l’action : le système bancaire actuel vous dégoûte au plus haut point, alors quittez-le et regardez le crever.
    Ne vous contentez pas de lire ces lignes : informez-vous et agissez.
    http://www.lanef.com/

    PS : et je ne vous dis pas le pied que vous prendrez en annonçant à votre banquier que vous quittez son établissement. 🙂

  22. Radical le Cantoche
    les banquiers ont une peur bleue des « Bank Run », tout simplement parcequ’elles ont pas le cash pour couvrir une demande trop forte à un instant T…
    Mais les banques peuvent se protéger en fermant les guichets, eh oui citoyens votre argent ne vous appartient pas…

    Par contre attention si un « bank run » généralisé devait fonctionner on aurait un maginifique effondrement du système avec son cortège de faillites, chomage…
    Pour rappel la dernière grande depression dans les années 30 est une des causes de la seconde guerre mondiale…

  23. et que pensez vous de ceci : http://calebirri.unblog.fr/2010/10/12/la-peur-des-banques/ ? peut-être suffit-il de leur faire peur…

  24. je vide mon compte pour faire un don à plume de presse. Si on est 20 millions à le faire, ce sera la première fois que le prolétariat fabrique son milliardaire…

  25. Envoyer cantoche sur le blog de Jorion c’est un peu dur comme punition. C’est passionnant, mais pas à la portée du premier non-économiste venu 🙂
    Par contre les fonds éthiques, c’est un premier pas dans le bon sens.

  26. Ah ça fait plaisir, j’ai lancé cette idée sur facebook page « VIDE TA BANQUE » en mai 2010!!!

    Venez nous rejoindre et videz vos comptes au début du mois dès que vous recevez vos sous^^

    A défaut de le faire en vrai, car ça pose quelques problèmes techniques, expérimentés par moi même, on peut toujours agiter la menace.

    C’est un outil, parmi d’autres. Violent.
    Mais comparer ça à Spaggiari ce n’est pas très pertinent : on ne vole pas. On prend l’argent qu’on prête aux banques, c’est tout.

  27. Figaro – 27 11 2010 : « La «révolution» d’Éric Cantona inquiète les banques » :
    http://www.lefigaro.fr/societes/2010/11/27/04015-20101127ARTFIG00396-la-revolution-d-eric-cantona-inquiete-les-banques.php

  28. […] associé par une grève du zèle : La révolution selon Eric Cantona était le titre de l’article. Depuis, l’idée a continué à faire son bonhomme de chemin : la vidéo où l’ancien […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)