Nov 042011
 

On oublie le référendum, on vote la confiance à Papandréou contre sa promesse de démission et l’on forme un gouvernement « d’union nationale », avec ces crevures de la droite grecque, pour mieux appliquer les potions empoisonnées de la dictature financière qui affame le peuple : voilà la lamentable issue vers laquelle on se dirige. Une vraie guignolade. Pour quelle situation ? Lisons ce qu’écrivait Le Figaro, peu suspect d’exagération gauchiste, à l’annonce du référendum de baudruche : « Le pays est paralysé depuis plus d’un mois. D’un côté l’ensemble de la classe politique demande des élections, de l’autre il y a la rue. Entre les grèves du zèle et ceux qui ralentissent l’activité, plus personne ne travaille», explique Giorgos Delastik, analyste politique. «Il faut y ajouter ceux qui n’ont plus les moyens de payer leurs factures, et la violence dans le comportement des gens qui n’ont plus rien à perdre.» En effet, pour la première fois depuis le retour de la démocratie en Grèce en 1974, le défilé de la fête nationale a été annulé dans quinze villes du pays. À Thessalonique, dans le nord du pays, des dizaines de Grecs ont jeté des œufs et des projectiles sur les officiels incitant Carolos Papoulias, le président de la République à quitter les lieux. » Imagine-t-on que la capitulation déculottée de Papandréou va calmer la colère ?

Ecoutons la voix du grand Míkis Theodorákis (Μίκης Θεοδωράκης), le compositeur, penseur et homme politique qui fut « le porte-parole mondialement reconnu contre la Dictature des colonels grecs de 1967 à 1974 », comme le précise Wikipédia. Arnaud Montebourg a pris l’initiative de lire hier après-midi, devant l’Assemblée du Conseil Général de Saône-et-Loire, la Lettre ouverte aux peuples d’Europe du poète grec, sans aucun écho médiatique – nous le tenons simplement de sa page Facebook. Relayons, en publiant ce texte à la lucidité poignante : « Notre combat n’est pas seulement celui de la Grèce, il aspire à une Europe libre, indépendante et démocratique. Ne croyez pas vos gouvernements lorsqu’ils prétendent que votre argent sert à aider la Grèce. (…) Leurs programmes de «sauvetage de la Grèce» aident seulement les banques étrangères, celles précisément qui, par l’intermédiaire des politiciens et des gouvernements à leur solde, ont imposé le modèle politique qui a mené à la crise actuelle. Il n’y pas d’autre solution que de remplacer l’actuel modèle économique européen, conçu pour générer des dettes, et revenir à une politique de stimulation de la demande et du développement, à un protectionnisme doté d’un contrôle drastique de la Finance.
Si les Etats ne s’imposent pas sur les marchés, ces derniers les engloutiront, en même temps que la démocratie et tous les acquis de la civilisation européenne. La démocratie est née à Athènes quand Solon a annulé les dettes des pauvres envers les riches. Il ne faut pas autoriser aujourd’hui les banques à détruire la démocratie européenne, à extorquer les sommes gigantesques qu’elles ont elle-même générées sous forme de dettes. Nous ne vous demandons pas de soutenir notre combat par solidarité, ni parce que notre territoire fut le berceau de Platon et Aristote, Périclès et Protagoras, des concepts de démocratie, de liberté et d’Europe.
(…) Nous vous demandons de le faire dans votre propre intérêt. Si vous autorisez aujourd’hui le sacrifice des sociétés grecque, irlandaise, portugaise et espagnole [et italienne] sur l’autel de la dette et des banques, ce sera bientôt votre tour. [C’est déjà notre tour !] Vous ne prospérerez pas au milieu des ruines des sociétés européennes. Nous avons tardé de notre côté, mais nous nous sommes réveillés. Bâtissons ensemble une Europe nouvelle ; une Europe démocratique, prospère, pacifique, digne de son histoire, de ses luttes et de son esprit. Résistez au totalitarisme des marchés qui menace de démanteler l’Europe en la transformant en Tiers-monde, qui monte les peuples européens les uns contre les autres, qui détruit notre continent en suscitant le retour du fascisme. »

Partagez cet article

  15 commentaires à “Capitulation déculottée et référendum de baudruche : victoire pour la dictature financière en Grèce”

  1. bonjour, olivier !
    je voudrais relayer le texte de théodorakis. Est-tu sûr que les polices de caractère et/ou les guillemets sont correctement placés ?
    la citation se termine-t-elle à « votre tour » ou à « retour du fascisme » ?

  2. Un grand texte, un grand appel si actuel, lu par un petit politicien.
    Quelle tristesse, quelle impasse sur l’avenir !..

  3. A part une grève générale illimitée, il reste quoi aux Grecs pour se faire entendre?

  4. Pourquoi a-t-il abandonné?

    Vous avez évoqué les rumeurs de coup d’état militaire qui sont tout de même extraordinaires : l’UE n’est elle pas présentée comme la garantie de démocratie? (fut ce une démocratie de façade) Et l’OTAN n’est elle pas l’organisation amenant la paix et la démocratie partout dans le monde?

    Ironie mise à part, les pressions ont certainement été lourdes et la menace de coup d’état n’est certainement pas la seule des pressions exercées.

    Je pense qu’il est TRÈS important, dans le contexte que nous connaissons, de bien assimiler les leçons du passé et de comprendre la stratégie de la tension et les possibilités infinies de déstabilisation des états. L’OTAN a déjà utilisé ces techniques contre les pays de l’UE qui ne paraissaient pas « dans la ligne ». Le travail de Daniele Ganser, « Les Guerres Secrètes de l’OTAN » est extrêmement intéressant et devrait être connu de tous! Le mieux, c’est d’acheter son livre mais quelques articles (longs mais à voir!) sont disponibles là :

    http://guerre.libreinfo.org/manipulations/mensonges-de-guerre/105-guerres-secretes-otan.html

    L’article concernant la France est celui-là :

    http://guerre.libreinfo.org/manipulations/mensonges-de-guerre/105-guerres-secretes-otan/500-guerres-secretes-otan-france.html

    et pour ceux qui n’aiment pas lire, il y a un documentaire tiré de ses ouvrages :

    http://guerre.libreinfo.org/manipulations/mensonges-de-guerre/105-guerres-secretes-otan/501-guerres-secretes-otan-film.html

    En lisant ces textes, il faut se rappeler que les cellules N’ONT PAS ÉTÉ DÉMANTELÉES.

  5. Beau texte.

    Bizarre que Montebourg soutienne le papandreou français…

  6. encore une fois Emmanuel Todd avec « après la démocratie », a vu juste

  7. Une video que j’ai trouvee tres didactique sur la dette (publique ou non)

    http://www.youtube.com/watch?v=ZE8xBzcLYRs&feature=player_embedded

  8. A. Montebourg est un clown, pour les reste:

    http://www.marianne2.fr/Papademos-intronise-c-est-comme-si-Messier-etait-a-Bercy_a212324.html
    No comment, rien que le titre est éloquant!

    Une information sur Mario Moni (Italie) et Papademos (Grèce)
    http://www.lepoint.fr/economie/grece-et-italie-le-retour-des-technocrates-qui-ont-contribue-a-generer-la-crise-11-11-2011-1395215_28.php
    – extrait: La Commission a rédigé des lois et des règlements adoptés collégialement par les commissaires entre 1995 et 2004. Et, à cette époque, le commissaire italien n’était autre que… Mario Monti.

    3 ième Paragraphe ici sur Mario Draghi.
    http://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2011/10/31/la-grece-dossier-noir-de-l-ancien-vrp-du-hors-bilan-chez-goldman-sachs_1596412_1581613.html

    Bref, on y apprend que le successeur Papademos et Berlusconi qui prennent les reines de la grèce et de l’Italie son ceux qui sont, soit à l’origine du maquillage des comptes de la Grèce, soit

  9. […] Capitulation déculottée et référendum de baudruche : victoire pour la dictature financière en G… […]

  10. […] Capitulation déculottée et référendum de baudruche : victoire pour la dictature financière en G… […]

  11. […] Capitulation déculottée et référendum de baudruche : victoire pour la dictature financière en G… […]

  12. […] Capitulation déculottée et référendum de baudruche : victoire pour la dictature financière en G… […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)