Août 062020
 

Flagrant délit de reniement de promesse : « Il n’y aura pas de suppression de France Ô », jurait Emmanuel Macron en 2017. La chaîne généraliste de France Télévisions consacrée à la diversité culturelle et à l’Outremer cessera d’émettre le 23 août.

À tout seigneur, tout honneur, un autre Guillaume avait réagi avant Meurice, notre confrère local Guillaume Blardone.

« Parce que j’ai changé notre projeeeet ! »

Voter Macron, finalement, c’était aussi faire barrage à France Ô !

Partagez cet article
Avr 102020
 

Il avait déclaré dans une interview, en pleine crise du Covid 19, qu’il n’y avait pas de raison de renoncer à la suppression d’emplois et de lits à l’hôpital de Nancy : Christophe Lannelongue, directeur de l’Agence régionale de santé du Grand Est, a été limogé ce mercredi en Conseil des ministres. Ce qui ne change évidemment rien sur le fond.

Partagez cet article
Jan 222016
 

Au secours !

Au secours !

Voilà donc que Sarkozy nous afflige d’un bouquin. La Provence en parle : « Dans son livre La France pour la vie (Plon), à paraître lundi, Nicolas Sarkozy écrit qu’il ne reviendra finalement pas sur le mariage homosexuel, comme il l’avait annoncé pendant sa campagne pour la présidence de l’UMP : « Il ne saurait être question Continue reading »

Partagez cet article

Déc 022014
 

sarko prison_opt« Les membres du Conseil constitutionnel ont pour obligation générale de s’abstenir de tout ce qui pourrait compromettre l’indépendance et la dignité de leurs fonctions », proclame l’article 1er du décret n°59-1292 du 13 novembre 1959. Et son article 2 précise : « Les membres du Conseil constitutionnel s’interdisent en particulier pendant la durée de leurs fonctions : (…)  D’occuper au sein d’un parti ou groupement politique tout poste de responsabilité ou de direction et, de façon plus générale, d’y exercer une activité inconciliable avec les dispositions de l’article 1er ci-dessus ». N’y aurait-il pas un pignouf qui se serait tout récemment fait élire président de l’Union pour un mouvement populaire ? Le voilà donc encore hors-la-loi mais, apparemment, tout le monde s’en fiche.

PS : membre de droit du Conseil constitutionnel en tant qu’ancien président de la République, il lui est juridiquement impossible de démissionner

Illustration piochée sur Demain online.

Partagez cet article