Oct 142020
 

L’ancienne soignante en Ehpad eurodéputée LFI « ne supporte plus le discours de Macron » : comme disait Desproges, étonnant, non ?

Sud Education Morbihan - Du fric pour l'hôpital public !

Interpellé par des soignants réclamant « Du fric pour l’hôpital public », Emmanuel Macron a osé la saillie suivante – la même que l’on nous sert depuis quarante ans pour saccager le système de santé, et l’on voit aujourd’hui le résultat : « Ce n’est pas une question de moyens, c’est une question d’organisation ».

Anne-Sophie Pelletier — Wikipédia

Anne-Sophie Pelletier, ancienne soignante en Ehpad et eurodéputée France insoumise, répond dans Le Monde moderne : « Je ne supporte plus le discours d’Emmanuel Macron qui dit qu’à l’hôpital ce n’est pas une question de moyens mais d’organisation et bien NON, c’est d’abord une question de moyens car si il vous manque des lits, des jambes et des bras vous n’avez absolument aucun moyen de vous organiser autrement. »

Au vu de son expérience professionnelle en Ehpad, le journaliste l’interroge : « Comment cette période à été vécue chez les professionnels de ce secteur déjà en crise bien avant l’arrivée de ce virus ? » La réponse d’Anne-Sophie Pelletier déborde d’un flot de colère qu’on ne peut plus endiguer : « Très mal. Grâce à la mobilisation des opalines il y a quand même eu de grosses grèves dans les Ehpad et pourtant il n’y a pas plus de moyens, les soignants sont épuisés, il n’y a pas de protections, les soignants ont été infectés, il y en a un certains nombre qui sont décédés du Covid alors les retours que j’ai sont terribles. Encore une fois la santé est la dernière roue du carrosse, on les applaudit à 20h mais quand ils vont dans la rue pour manifester ils se font réprimer par la police et sont seuls. Là, avec la deuxième vague qui pointe le bout de son nez, les soignants n’en peuvent tout simplement plus et le plus terrible c’est que les soignants qui se sont permis de dénoncer cette situation, ont fait l’objet de mesures et de sanctions disciplinaires destinées à les faire taire. Le gouvernement devra rendre des comptes à un moment ou à un autre car il n’a pas été capable de gérer la crise, de protéger les soignants, les aînés, les familles, mais aussi tous les invisibles comme le personnel travaillant dans les pompes funèbres ou les aides à domicile dont on a absolument pas entendu parler pendant cette crise. »

EHPAD, une honte française | Lisez!
Partagez cet article
Août 222020
 

Le dernier Fontenelle vient de paraître : une lecture de salubrité publique.

Livre Les empoisonneurs

« Quotidiennement, des agitateurs prennent d’assaut les tribunes pour attiser colères identitaires et passions xénophobes. Leur brutalité verbale, qui vise principalement les «migrants» et les «musulmans», rappelle la violence de ceux qui, dans la première moitié du siècle précédent, vilipendaient les «métèques» et les «juifs». De la même façon que les droites d’antan vitupéraient contre le «judéo-bolchevisme», leurs épigones fustigent l’«islamo-gauchisme», qu’ils associent à l’antisémitisme. » Le journaliste Sébastien Fontenelle, à la verve caustique jubilatoire (et légendaire) toujours aussi percutante, démonte soigneusement le discours de ces « agitateurs » et en dévoile toute l’hypocrisie, mettant à nu une offensive de propagande idéologique d’extrême droite. Éric Zemmour, Renaud Camus ou Alain Finkielkraut ont les oreilles qui sifflent !

Florilège illustrant un article de Julien Salingue pour Acrimed de 2012, hélas toujours d’actualité.

Sébastien Fontenelle est un feignant. Il a arrêté son blog pour ne plus sévir que sur Twitter. Pour être juste, il écrit aussi à l’occasion dans Politis. Mais surtout, il commet des essais, 14 à ce jour en son nom propre d’après EverybodyWiki (plus Les Éditocrates et Les Éditocrates 2, co-signés avec Olivier Cyran, Mona Chollet et Mathias Reymond, pour le premier, et Olivier Cyran, Mona Chollet et Laurence de Cock pour le 2). Outre les deux derniers ouvrages que nous venons de citer, le dernier Fontenelle datait de 2014. L’attente est enfin comblée par la parution des Empoisonneurs, une lecture que nous vous recommandons sans aucune modération.

Partagez cet article
Août 112020
 

Canicule ou Covid-19, le fringant ministre de la Santé les enfile.

Face à la canicule, Olivier Véran occupe le terrain
Drôlatique bandeau Alerte info, ah ils sont forts, chez BFM TV !

Les anciens se souviennent de l’immortelle phrase de Roselyne Bachelot, alors ministre de l’Environnement, en 2003, durant la première grande canicule dûment estampillée comme telle (15 000 morts en France) : « Il faut garer les voitures à l’ombre ». Eh bien Olivier Véran, actuel ministre de la Santé, a joué les Bachelot : « Les règles, c’est chercher la fraîcheur à tout prix ». Précieux conseil entre autres suivi par « Il faut s’hydrater avec de l’eau, pas avec de l’alcool ». Ce qui nous rappelle une autre citation historique de Véran, prononcée le 19 avril 2020 en conférence de presse, à propos de la Covid-19 : « Il y a des personnes qui sont plus fragiles que d’autres (…) et, parfois, qui décèdent plus que d’autres ». Mais quand il n’enfile pas les évidences comme des perles, que nous dit le ministre, justement à propos de la pandémie ?

Canicule, Covid, ventilos et clim’

Réponse lors de sa visite d’un Ehpad le 7 août dernier: « il a appelé à proscrire les ventilateurs «dans les pièces où il y a du monde», narre Le Parisien. «La climatisation ne pose pas de difficulté (…) mais là où ça peut être compliqué, c’est quand vous avez une pièce avec un ventilateur. Il va brasser du virus, l’envoyer sur toutes les surfaces et le masque ne protège pas suffisamment.» Covid 1 – Canicule 0. Question existentielle : vaut-il mieux mourir de chaud ou du virus ? Pas de ventilateur donc dans une salle commune pour nos anciens, mais « La climatisation ne pose pas de difficulté ». Ah bon ? Que lit-on pourtant sur le site rappelant toutes les recommandations et mesures gouvernementales à propos de la Covid-19 ? « La climatisation retarde la dissipation du virus à l’intérieur d’un bâtiment parce qu’elle s’effectue fenêtres fermées et brasse l’air de celui-ci. On n’a en revanche pas à ce jour observé de contamination directe par le système de climatisation lui-même. » On n’a pas non plus observé de contamination directe par le ventilateur lui-même, boudiou ! Donc le système de climatisation fait exactement la même chose qu’un ventilateur, il brasse du virus. On ne devrait donc dès lors pas davantage l’utiliser qu’un ventilateur. Ou alors ventiler et climatiser fenêtres ouvertes ? Les Recommandations en matière d’aération, de ventilation et de
climatisation en période d’épidémie de
Covid-19
ne sont guère plus claires. Bref, on n’y comprend plus rien. Mais ce sera le sujet d’un prochain billet. D’ici là, protégez-vous de la canicule, de la Covid-19 et des âneries et incohérences gouvernementales.

Article 1 -

Partagez cet article
Août 062020
 

Flagrant délit de reniement de promesse : « Il n’y aura pas de suppression de France Ô », jurait Emmanuel Macron en 2017. La chaîne généraliste de France Télévisions consacrée à la diversité culturelle et à l’Outremer cessera d’émettre le 23 août.

https://twitter.com/GMeurice/status/1290969344306970624

À tout seigneur, tout honneur, un autre Guillaume avait réagi avant Meurice, notre confrère local Guillaume Blardone.

« Parce que j’ai changé notre projeeeet ! »

Voter Macron, finalement, c’était aussi faire barrage à France Ô !

Partagez cet article
Avr 102020
 

Il avait déclaré dans une interview, en pleine crise du Covid 19, qu’il n’y avait pas de raison de renoncer à la suppression d’emplois et de lits à l’hôpital de Nancy : Christophe Lannelongue, directeur de l’Agence régionale de santé du Grand Est, a été limogé ce mercredi en Conseil des ministres. Ce qui ne change évidemment rien sur le fond.

Partagez cet article