Juin 242020
 

La dérive autoritaire du pouvoir macroniste, dont nous protègent encore à l’occasion les institutions républicaines – hélas pas de la façon brutalement répressive dont s’exerce le « maintien de l’ordre public », s’avère chaque jour plus flagrante, comme viennent de l’illustrer deux exemples édifiants. Ainsi, sans le Conseil d’État, le gouvernement continuerait tranquillement de violer plusieurs libertés fondamentales : la liberté de manifester et le droit d’expression collective des idées et des opinions, la liberté de réunion et la liberté syndicale, excusez du peu, avec l’interdiction de manifester qu’il entendait maintenir jusqu’en… novembre !

Et sans le Conseil constitutionnel, c’est à la liberté d’expression qu’aurait attenté la Macronie. En effet, la loi « visant à lutter contre les contenus haineux sur Internet », dite loi Avia, du nom de sa rapporteure Laetitia Avia (députée de Paris La République en marche), votée le 13 mai et qui devait entrer en application en juillet, a été pulvérisée par l’instance placée au sommet de la hiérarchie de la justice française. Le Monde résume : « Le juge constitutionnel a censuré sa disposition-phare, l’obligation faite aux réseaux sociaux [sans l’intervention d’un juge, NdA] de supprimer, dans les vingt-quatre heures, sous peine de lourdes amendes, les contenus «haineux» qui leur sont signalés sur Facebook, Twitter, Snapchat, YouTube… Pour le Conseil constitutionnel, ce mécanisme risquait de porter «une atteinte à l’exercice de la liberté d’expression et de communication qui n’est pas nécessaire, adaptée et proportionnée». Or, c’était «le cœur du texte», comme l’affirmait Mme Avia, en mai 2019. » Ce qui conduit le quotidien débuter son article par les mots « C’est une gifle. »

Pour mieux comprendre ce à quoi nous avons de justesse échappé grâce à l’avis du Conseil constitutionnel, donnons la parole à l’association de défense des libertés en ligne La Quadrature du Net : « Victoire ! Après une longue année de lutte, le Conseil constitutionnel vient de déclarer contraire à la Constitution la quasi-intégralité de la loi de lutte contre la haine en ligne. Au-delà de sa décision, le Conseil constitutionnel refuse le principe d’une censure sans juge dans un délai imposé d’une heure ou de vingt-quatre heures. En prétendant lutter contre la haine, la loi organisait en réalité une censure abusive d’Internet : la police pouvait exiger la censure de contenus à caractère terroriste en une heure ; les grandes plateformes devaient censurer tout contenu qui pourrait être haineux en vingt-quatre heures. Le Conseil constitutionnel a rendu une décision claire : ce principe de censure dans un délai fixe, que le Conseil critique violemment, est contraire à la Constitution. Comme nous le relevions dans nos observations envoyées au Conseil constitutionnel, un tel délai fixe, pour tout type de contenu, aggrave considérablement les risques de censures abusives, voire de censure politique. »

Imaginez : il eût suffi que la police allègue d’un « contenu à caractère terroriste« , quitte à faire un usage immodéré du terme pour criminaliser la contestation politique et sociale, pour que les Facebook, Twitter, Youtube et leurs amis soient obligés de retirer le contenu incriminé en une heure, sous peine d’un an d’emprisonnement et de 250 000 euros d’amende ! Le caractère liberticide de cette loi sautait aux yeux : « Ce texte a été vertement critiqué, tant par les députés, de droite comme de gauche, que par des instances comme le Conseil national du numérique, la Commission nationale consultative des droits de l’homme ou des associations comme La Quadrature du Net, récapitule Le Monde. Tous accusent ce texte de faire reculer la liberté d’expression en confiant à des acteurs privés d’importants pouvoirs en la matière. Les opposants au texte craignent notamment que, par peur des amendes et en l’absence de sanctions significatives pour «surcensure», les réseaux sociaux soient incités à supprimer des contenus pourtant légaux. »

Mais La République en marche ne s’y est pas arrêtée. Prête à fouler aux pieds les libertés fondamentales. « Essayez la dictature et vous verrez ! », avait lancé Emmanuel Macron, pour fustiger les voix dénonçant sa dérive autoritaire. Il vient coup sur coup de leur donner deux fois raison. « Essayez la dictature »… Avec l’interdiction de manifester puis la tentative de censure de la liberté d’expression sur Internet, il semble que l’apprenti autocrate se soit lui-même pris au mot.

Partagez cet article
Juin 172020
 

De 58 milliards à… 500 : le chiffre dont s’est vanté le président hisse le mensonge à une échelle stratosphérique. Dans l’indifférence quasi-générale.

« Super-menteur » : les Guignols avaient ainsi surnommé Chirac et Sarkozy s’était ensuite aisément glissé dans le costume. Mais Macron les fait aujourd’hui passer pour des amateurs.

« Nous avons mobilisé près de 500 milliards d’euros pour notre économie, pour les travailleurs, pour les entrepreneurs, mais aussi pour les plus précaires. C’est inédit. Et je veux ce soir que vous le mesuriez aussi pleinement. Dans combien de pays tout cela a-t-il été fait ? C’est une chance et cela montre la force de notre État et de notre modèle social. »

Emmanuel Macron, 14 juin 2020

Devant notre écran de télévision comme 23,6 millions de Français, nous avions certes un peu sursauté : tant que cela ? « 500 milliards », mince, ça en fait de l’argent magique* ! Sauf qu’il s’agit d’argent imaginaire. Mais l’invraisemblable multiplication (par 8,6, comme la bière !) qu’a opérée Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée n’a pas fait les gros titres de l’actualité, bien que démontée par plusieurs confrères. Comme si le mensonge en politique ne choquait plus personne, tant il est devenu habituel. L’opinion est-elle mithridatisée ? Plutôt écœurée, sur l’air du « tous des menteurs, tous des voleurs, tous pourris ! », qui fait prospérer le meilleur ami du président, le vote d’extrême droite, son assurance-vie de réélection. Mais n’oublions pas le principal : aussi peu relevée, cette élucubration des 500 milliards passe pour vérité auprès de la grande majorité des citoyens.

Tout tient d’abord dans l’usage du mot « mobilisé », comme l’écrit très prudemment notre confrère du « quotidien de révérence référence » : « Selon les données communiquées au Monde par le ministère de l’Action et des Comptes publics, l’État a effectivement «mobilisé» 463 milliards d’euros pour lutter contre les conséquences du Covid-19, y compris celles liées au système de santé, soit un total proche du chiffre mentionné par le chef de l’État. » Bon, de 463 à 500, on n’est plus à cela près, penserez-vous. Mais gardez-vous bien d’en rester là : en fait, « Le chiffre impressionnant avancé par Emmanuel Macron ne comprend en réalité «que» 58 milliards d’euros de dépenses effectives« . Comment passe-t-il ainsi de 58 à 500 ? Facile, il compte les garanties accordées par l’État, qui représentent à elles seules 327 milliards d’euros potentiellement dépensés. Les entreprises souscrivent des prêts et, si jamais elles venaient à faire défaut – qu’elles ne les remboursaient pas -, c’est l’État qui mettrait alors la main à la poche. Autrement dit, seul un pourcentage infime de ces sommes sera effectivement dépensé. Ajoutons à cela 32,5 milliards d’aides en trésorerie et en capital, qui ne sont que des avances aux entreprises, donc ne sont pas dépensés non plus. La conclusion du Monde marche sur des œufs : « Le chiffre de 500 milliards d’euros peut donc porter à confusion quant au niveau des dépenses réelles de l’État pour lutter contre les conséquences de l’épidémie ». Porter à confusion, sans rire ?

Nous préférons la formulation utilisée par Regards, beaucoup plus explicite : « Emmanuel Macron a déclaré avoir «mobilisé près de 500 milliards d’euros pour notre économie». C’est une fake-news« . Qui alerte en outre d’une « entourloupe sur le financement de la sécurité sociale » : « Le déficit 2020 de la sécurité sociale devrait être supérieur à 50 milliards d’euros (…) [L’État] ne prendra pas à son compte le financement de ce déficit supplémentaire et qui va perdurer plusieurs années. (…) Cela a deux conséquences : dès maintenant, comme le souligne Thomas Piketty, et contrairement à ce qu’a affirmé le président de la République, des augmentations d’impôts ont été décidées. Mais pas ceux qui devraient l’être. Créée en 1996, la CRDS (Contribution au remboursement de la dette sociale) qui équivaut à un prélèvement de 0,5% sur tous les revenus des Français «des plus bas jusqu’aux plus hauts» devait être supprimée en 2024. «Le principe de prolonger ce prélèvement pendant dix ans» a été adopté. Et pour demain, cela annonce de nouvelles attaques contre la sécurité sociale. »

Edit : l’humoriste Nicole Ferroni consacrait justement son billet de ce matin sur France Inter à ce mauvais coup porté à la Sécurité sociale

*: « Il n’y a pas d’argent magique » : formule utilisée par Macron devant des infirmières en avril 2018.

Partagez cet article
Juin 152020
 
Macron à la télévision hier soir à 20h : ne vous fiez pas à son air de premier communiant, il continue de se moquer du monde et prépare de nouvelles régressions sociales.

Macron ne réinvente que vacuité, hypocrisie et recyclage de vieilles lunes libérales.

Vingt minutes entre autosatisfaction ô combien déplacée (les masques, Monsieur le président, le premier tour des législatives !), un mot convenu sur le racisme, invoquant « le communautarisme » en clin d’oeil à l’électorat d’extrême droite, rien sur les violences policières mais un couplet ultra réactionnaire sur l’histoire, « On ne déboulonnera aucune statue en France » sur l’air de la dénonciation d’une soi-disant repentance à la mode sarkoziste, même fond de sauce que le Rassemblement national – et dire qu’il fallait « faire barrage » en votant Macron ! Pour le reste ? Le député insoumis Bastien Lachaud, notre camarade du Parti de gauche, conforte cette analyse.

Non seulement il ne mentionne pas de hausse des salaires – sauf pour les soignants, alors que l’urgentiste Patrick Pelloux résume le sentiment général sur la mascarade actuelle par un « Le Ségur de la santé est une grande foutaise » bien senti -, mais il y a cette phrase, lourde de menaces, « La seule réponse est de bâtir un modèle économique durable et fort, de travailler et produire davantage pour ne pas dépendre des autres”. Un autre député insoumis, Adrien Quatennens, lui aussi du Parti de gauche, le relève avec petinence.

En effet, alors que Sa Suprême Hypocrisie a encore fait son numéro de « Je serai le premier à me réinventer », que signifie ce « travailler et produire davantage » sinon l’éternel recyclage des vieilles lunes libérales ? Le « nouveau monde » de Jupiter exhale décidément des effluves bien rances. Du reste, qui donc appelait justement à « travailler et produire davantage », comme le rapporte un article du Monde en date du… 23 septembre 1950 ? Georges Villiers (1899-1982), président du Conseil national du patronat français, ancêtre du Medef. Tout est dit, non ?

Macron se réinvente en président du patronat de 1950 !
Partagez cet article
Juin 142020
 

Le Conseil d’État met le holà à la dérive autoritaire de la Macronie.

« Dérive autoritaire du pouvoir », comme accuse régulièrement La France insoumise ? Une nouvelle pièce est versée au dossier, à charge, d’une Macronie violant les libertés fondamentales. L’interdiction de manifester sur la voie publique, prise dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire par l’article 3 du décret du 31 mai 2020, qui proscrit les rassemblements, réunions ou activités réunissant plus de dix personnes dans l’espace public, était-elle fondée et légitime ?

Le Conseil d’État a répondu hier, le 13 juin : « Le juge des référés relève que le Haut Conseil de la santé publique ne préconise, dans ses recommandations du 24 avril 2020, aucune restriction à la circulation dans l’espace public tant que les « mesures barrières » sont respectées (distanciation d’un mètre ou port du masque notamment), et qu’une reprise de l’épidémie n’est pas constatée. Alors que la liberté de manifester est une liberté fondamentale, le juge des référés en déduit que, sauf circonstances particulières, l’interdiction des manifestations sur la voie publique n’est justifiée par les risques sanitaires que lorsque les «mesures barrières » ne peuvent être respectées ou que l’événement risque de réunir plus de 5000 personnes. »

Voilà donc le gouvernement pris sur le fait d’attenter à une liberté fondamentale sans justification valable. Selon la formule célèbre du Canard enchaîné, Pan sur le bec de la Macronie ! « Selon l’avocat Paul Mathonnet, qui a déposé la requête au nom de cinq organisations syndicales (CGT, Solidaires, Fédération syndicale unitaire, Syndicat de la magistrature et Syndicat des avocats de France) [excusez du peu !, NdA], cette interdiction « porte une atteinte manifestement illégale à plusieurs libertés fondamentales : la liberté de manifester et le droit d’expression collective des idées et des opinions, la liberté de réunion et la liberté syndicale », résume Le Monde. Le Conseil d’État vient donc de lui donner raison, infligeant ainsi un nouveau camouflet majeur au gouvernement. Le pire étant que, pas plus tard que mercredi dernier, la fine équipe avait présenté une proposition de loi pour prolonger cette interdiction de manifester « manifestement illégale »… jusqu’au 10 novembre prochain ! Notons donc que, si nous ne sommes effectivement pas dans une dictature, c’est bien parce que les institutions républicaines empêchent le gouvernement de nous y conduire tout droit !

Conclusion gouleyante de l’avocat de la Ligue des droits de l’Homme, Maître Patrice Spinosi, cité par Franceinfo : « Lorsque le gouvernement abuse de l’état d’urgence sanitaire et interdit toutes contestations sociales, [le juge] vient rappeler au gouvernement que ce n’est pas possible. Quand on en arrive à avoir un ministre de l’Intérieur qui déclare publiquement que certes, les manifestations sont interdites, mais que des sanctions ne seront pas prononcées en cas de manifestations parce que l’émotion doit l’emporter sur le droit, on voit bien le malaise dans lequel est le gouvernement face à cette interdiction générale qu’il a lui même édictée. »

Imagine-t-on que ce type est ministre de l’Intérieur ? Son stupéfiant « L’émotion doit l’emporter sur le droit » vient juste après l’inénarrable expression « soupçons avérés » – qu’il a été contraint de retirer piteusement, non sans avoir osé prétendre, bougre d’âne, qu’il s’agissait d’une expression « volontairement choisie » – et confirme une incompétence sidérante à ce niveau. Christophe Castaner, grotesque personnage à la nullité abyssale, a mérité haut la main une place d’honneur dans notre rubrique Bonnet d’âne.

Pour conclure d’une blague du dimanche, nous vous livrons une astuce infaillible : comment savoir à coup sûr quand Castaner est en train de dire une bêtise ? Facile : à chaque fois que vous voyez ses lèvres bouger.

Partagez cet article
Juin 122020
 

Le terme est de Paul Lombard, maire communiste de Martigues (Bouches-du-Rhône) de 1969 à 2009, qui a rejoint le 7 juin dernier Karl Marx au paradis des luttes. Il avait même été condamné pour cette jolie trouvaille sémantique, jugée alors comme une injure. En hommage de plumedepresse au disparu, nous en affublons aujourd’hui Emmanuel Macron.

Nous pointions dans un billet précédent l’hypocrisie suprême érigée en méthode de gouvernement par le président : en voici une nouvelle et éclatante illustration. Lisons plutôt ci-dessous ce qu’a twitté Sa Manipulatrice Majesté le 5 juin.

Réaction de Réseau action climat, qui fédère 22 associations nationales en lutte pour l’environnement – dont Greenpeace, Oxfam France, Agir pour l’environnement, Alternatiba, WWF, France nature environnement, Sortir du nucléaire et même la Fondation Nicolas-Hulot -, à propos du troisième projet de loi de finances rectificatif, présenté ce mercredi 10 juin en Conseil des ministres : « Le Réseau Action Climat regrette que le gouvernement ait de nouveau pris des décisions doublement néfastes pour le climat. D’abord car il finance des activités économiques à l’origine de la crise climatique sans contreparties écologiques et sociales fortes et contraignantes ; ensuite car il n’apporte pas l’argent nécessaire pour accélérer la transition écologique et baisser les émissions et les inégalités sociales. »

Comme d’habitude avec Macron et sa bande, les belles paroles promeuvent de nobles valeurs que les actes s’empressent de fouler aux pieds.

Partagez cet article
Juin 082020
 
http://www.regards.fr/declarama/?fbclid=IwAR1O9pgN16wcZICVHvwVVfuUM4lxL39j2LA-zn1s9FgI1mwOVyAfM-MhNSE

Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, avait déjà tutoyé les cimes de la mauvaise foi le 14 janvier 2019, en osant, repris par Le Parisien : « Quand elles [les forces de l’ordre] sont acculées, elles utilisent des moyens [de défense]. Mais naturellement, je n’ai jamais vu un policier ou un gendarme attaquer un manifestant ou un journaliste. À l’inverse, j’ai vu des manifestants attaquer systématiquement nos forces de sécurité et attaquer des journalistes. » Deux jours plutôt, CheckNews avait publié son recensement dans les colonnes de Libération : 82 blessés graves parmi les gilets jaunes.

On peut aussi citer Emmanuel Macron lui-même, ordonnant le 8 mars 2019 : « Ne parlez pas de “répression” ou de “violences policières”, ces mots sont inacceptables dans un État de droit. » Puis, le 30 janvier 2020 : « Je récuse le terme de violences policières, la violence est d’abord dans la société ».

Au festival du Grand Déni, Christian Jacob, président de Les Républicains, ajoute donc sa salve gouleyante : « Des violences policières en France ça n’existe pas[en revanche] on a vu des violences de manifestants ». De quoi alimenter une nouvelle fois notre rubrique Ferme ta gueule!.

Il partage cette distinction avec la porte-parole du ministère de l’Intérieur, Camille Chaize, qui s’est fendue le 3 juin dernier d’un très puissant : « L’usage de la force engendre des images qui sont parfois complexes à comprendre pour les citoyens« . Bienvenue chez plumedepresse, Madame, et bravo pour cette entrée par la grande porte !

Partagez cet article