Déc 052020
 

Déjà inférieure au seuil de pauvreté, l’allocation devait tomber à moins de 700 € par mois en moyenne !

Conseil d’État, mon amour ? Réforme de l’assurance chômage : le Conseil d’État censure une des dispositions les plus dures, titrait Libération le 25 novembre dernier. Constatons aujourd’hui que l’affaire n’a pas produit beaucoup de bruit médiatique. Tout réside dans la hiérarchie de l’information. Ce qui fait les grands titres, qui suscite les débats et éditoriaux, ce qui est traité en bref et ce qui est passé sous silence. Force est de constater que l’islam, l’immigration et l’insécurité, savamment amalgamés ne serait-ce qu’allusivement – ou frontalement par les voix d’extrême droite qui possèdent leur rond de serviette sur les chaînes dite « d’info » – sont les thèmes largement privilégiés par les médias dominants, qui suivent ainsi l’agenda politique à la fois de Macron, des Républicains et de Le Pen. Amusant : c’est justement la nouvelle majorité parlementaire qui a fait passer la loi Sécurité globale. [Ce qui n’empêche pas Léa Salamé de continuer à faire passer Macron pour un « centriste », contestable conception de sa mission d’information sur le service public audiovisuel.]

Toujours est-il que la décision du Conseil d’État nous semble mériter davantage d’exposition – d’où ce billet. « La réforme de l’assurance chômage voulue par le gouvernement est injuste pour certains demandeurs d’emploi, résume Libération. Ce ne sont plus seulement les syndicats qui le disent, mais la plus haute juridiction de l’administration française. Le Conseil d’État a porté ce mercredi un coup majeur à ce texte, en annulant l’un de ses piliers jugé illégal : le nouveau mode de calcul du «salaire journalier de référence» (SJR). » L’affaire est un poil technique : « le calcul du SJR, dont découle le montant des indemnités versées, ne devait plus porter sur les seuls jours travaillés, mais aussi sur ceux non travaillés. Avec un effet immédiat pour les salariés qui enchaînent les contrats courts de manière décousue : selon une estimation de l’Unédic publiée à la mi-novembre, pas moins de 840 000 personnes, un nouvel allocataire sur trois entre avril 2021 et mars 2022, seraient concernées. Et verraient leur allocation baisser de 24% en moyenne, avec de grandes disparités selon les situations. » Réponse cinglante du Conseil d’État : «Le montant du salaire journalier de référence peut désormais, pour un même nombre d’heures de travail, varier du simple au quadruple en fonction de la répartition des périodes d’emploi au cours de la période de référence d’affiliation de vingt-quatre mois. (…) il en résulte, dans certaines hypothèses, une différence de traitement manifestement disproportionnée au regard du motif d’intérêt général poursuivi (…) ces dispositions portent atteinte au principe d’égalité». Rien que ça ! Du simple au quadruple et ni Muriel Pénicaud, qui portait à l’origine la réforme, ni son Premier ministre Édouard Philippe, ni aujourd’hui Élisabeth Borne, actuelle ministre de la Chasse aux chômeurs l’Emploi, ni le locataire de Matignon Jean Castex, ni Jupiter à l’Élysée, Emmanuel Macron – dont la volonté personnelle est à l’origine de la réforme – n’ont pensé qu’il y aurait peut-être tout de même un léger problème avec le principe d’égalité ? Mais par qui sommes-nous donc gouvernés ?

Une réforme profondément antisociale

« Ca va être une tuerie » : si même la CFDT

Avec la réforme telle que la souhaitait le gouvernement, le montant de l’allocation des chômeurs (la petite minorité de ceux qui sont indemnisés seulement, puisque 63% d’entre eux ne touchent pas d’allocation) passera en moyenne de 902 € à 689 € net par mois. « Derrière ce chiffre, des disparités subsistent selon les catégories. Dans le premier décile, les demandeurs d’emploi touchent en moyenne 245 euros contre 1 585 euros pour le neuvième décile », précise La Tribune. Comment vit-on avec 245 € par mois ? Mais restons sur la moyenne, 902 € : elle est déjà inférieure au seuil de pauvreté (1 015 € ). Et la Macronie entendait la faire dégringoler encore, à 689 € ! Voilà qu’elle doit revoir sa copie. Grâce au Conseil d’État. Mais ce que ne remet pas en cause la plus haute juridiction administrative française est résumé par Libération : « Les autres dispositions principales du texte, à savoir une élévation du seuil à partir duquel il est possible d’ouvrir des droits et une dégressivité des allocations pour les salaires les plus élevés, ont en revanche été validées par la juridiction ». Sans se prononcer sur le second point, qui n’a au moins pas l’effet de précipiter des centaines de milliers de Français dans la pauvreté, à l’inverse de la baisse de l’allocation, le juge administratif suprême valide l’élévation du seuil. Qui privera d’autres centaines de milliers de chômeurs d’allocation, faute du droit à les percevoir – donc les condamne de facto à la misère.


La réforme de l’assurance chômage était censée représenter une économie de 4,5 milliards d’euros en trois ans. Le coût pour les finances publiques des réformes fiscales macronistes (transformation de l’ISF en IFI et flat tax) s’élève à 2,9 milliards d’euros par an. Soit, si nous comptons bien, 8,7 milliards en trois ans. Tout est affaire de choix politiques. Macron choisit de financer l’allègement de la contribution à l’impôt des riches par le sacrifice des précaires, dans une France qui compte dix millions de pauvres. Cerise sur le gâteau, « la Macronie a voté lundi soir une baisse de 11% du budget de l’aide alimentaire, s’indignait début novembre L’Humanité. En pleine épidémie, alors même que de plus en plus de citoyens ont faim. » De 72 millions en 2020 à 64 millions en 2021. Huit millions pris à l’aide alimentaire. Tout est affaire de choix politiques, bis.
Et vous l’aurez remarqué, cette information-là n’a pas elle non plus fait les gros titres. La réalité est pourtant bien visible et incontestable, chiffrée : Macron et ses sbires creusent les inégalités, enrichissent les fortunés et aggravent la pauvreté. Voilà le vrai « en même temps ». Le corps électoral gagnerait à en être plus clairement informé.

Muriel Pénicaud, ministre du Travail et Elisabeth Borne, ministre de la Transition
« Vous touchiez une misère, j’en suis fort aise ; eh bien crevez maintenant. »

PS : « La réforme de l’assurance-chômage fait suite à la promesse de campagne d’Emmanuel Macron d’ouvrir le droit aux allocations chômage aux salariés démissionnaires* et aux travailleurs indépendants », explique le site gouvernemental Vie publique. Leur ouvrir le droit aux allocations, très bien, a-t-on envie d’applaudir. Avant de constater comment la promesse est tenue : en distribuant des clopinettes de plus en plus réduites à un nombre de chômeurs toujours moins nombreux.
* finalement, ne riez pas, seulement pour 2,3% d’entre eux !

Partagez cet article
Déc 032020
 

Lors de l’hagiographique Matinale de France Inter consacrée à Giscard suite à la mort de l’ancien président, alors que tous les intervenants rivalisaient de compliments pour vanter l’accordéoniste de Chamalières, ça a été plus fort qu’elle : il a fallu que Léa Salamé le compare à Macron !

Lauréate du prix de la meilleure intervieweuse de France en 2015, surprenante distinction quand on sait la complaisance dont elle fait régulièrement preuve à l’égard du pouvoir (comme ici, face à Bruno Le Maire, pointé par Acrimed), Léa Salamé s’est fendue ce matin sur France Inter d’une incroyable question adressée à Jean-Louis Borloo, l’ex ministre « centriste » (cet autre positionnement de droite), à propos d’Emmanuel Macron et de feu Valéry Giscard d’Estaing, président de la République de 1974 à 1981, décédé hier : « En voulant gouverner en même temps à gauche et à droite, Emmanuel Macron est-il le véritable héritier de Valéry Giscard d’Estaing, n’a-t-il pas réussi au fond à faire aboutir le rêve centriste de l’ancien président ? » Un rêve centriste à base de sarkozysme ? Borloo ne répond pas, il « ne [veut] pas commenter la vie politique actuelle ». Alors Léa insiste : « Mais enfin tout de même !, lâche-t-elle très agacée, sans commenter la vie politique, l’idée de casser la droite et la gauche, c’était, euh… là, c’est une question historique, je ne vous demande pas de commenter l’actualité politique… » Une question historique, pour sûr ! « C’est aussi une chose dont vous rêviez, à l’origine… » Réponse de Borloo : « Je ne crois pas du tout qu’il faille casser la droite et la gauche ! » La pauvre Salamé en est pour ses frais.
Mais tout de même : que Macron ait pu faire croire aux naïfs qu’il n’était ni de droite ni de gauche pour se faire élire en 2017 est surprenant, mais véridique ; qu’après le virage sécuritaire tout droit vers l’État policier avec un ministre aligné sur les syndicats d’extrême droite de la police, son texte voté à l’unisson par une nouvelle majorité La République en marche, Les Républicains et le Rassemblement national, faire encore passer devant des millions d’auditeurs Macron pour un « centriste » ? Comment dire…

Partagez cet article
Déc 022020
 
La prison de la Santé accueillera 739 détenus permanents.
Ne pas oublier de le lui souhaiter à minuit le 1er janvier : « Et surtout la Santé ! »

Nous signalions dans notre billet d’hier que Gérald Darmanin, incroyablement toujours ministre de l’Intérieur, avait commis un parjure lors de son audition devant l’Assemblée nationale. « Premier mensonge lorsque le ministre de l’Intérieur parle de l’agression de Michel Zecler par des policiers, résume Libération. Darmanin assure que les policiers et la préfecture n’avaient pas d’images de l’agression avant leur diffusion par Loopsider, jeudi 26 novembre. «Le ministre de l’Intérieur, le préfet de police, le directeur général de la police nationale, n’ont pas eu accès à des images. Ces images, elles ont été mises en ligne par le site informatif», indique-t-il. Une version contredite par le journaliste de Loopsider mais également par le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz. Dimanche, lors d’un point presse, ce dernier avait indiqué que les vidéos de l’agression avaient été saisies et exploitées par les policiers dès le lundi 23 novembre, soit deux jours après les faits et trois jours avant la mise en ligne par Loopsider. »
Vous avez noté l’expression « premier mensonge », c’est donc qu’il y en a un autre : « Deuxième mensonge lorsque Gérald Darmanin évoque le cas d’un autre policier pas franchement raccord avec les valeurs de la République. «L’un de mes premiers gestes en tant que ministre de l’Intérieur a été de ne pas garder dans la police un agent qui avait porté un écusson qui rappelait le IIIe Reich», assure-t-il. Sauf que non. Comme l’a souligné une journaliste de Mediapart, Darmanin avait simplement suspendu la promotion de ce CRS qui, avant l’intervention du ministre, devait être promu brigadier-chef. Le ministre s’en était d’ailleurs vanté sur Twitter«Conformément à ce que j’ai demandé au Directeur général de la police nationale, cet agent ne sera pas promu», avait-il indiqué le 30 juillet. Une légère différence, donc. Le CRS avait en revanche été suspendu 15 jours en 2015 pour avoir porté l’insigne de la 12e Panzer SS – un blason qui fait un peu plus que «rappeler le IIIe Reich».

Zéro pointé en droit constitutionnel : le législatif fait les lois, l’exécutif les applique. Mais quand la police viole la loi, elle fait certes la sienne, par la force.

Alors ? L’ article 434-13 du code pénal prévoit que « le témoignage mensonger fait sous serment devant toute juridiction (…) est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende ». Dans le contexte de l’affaire Cahuzac, célèbre mensonge d’un ministre devant la représentation nationale, une doublette UMP voulait en 2013 créer un délit de parjure. Le Monde rétorquait alors : « Un responsable politique est déjà passible de poursuites s’il est avéré qu’il a menti en témoignant, sous serment, devant une commission d’enquête parlementaire, à l’Assemblée comme au Sénat. » Renvoyant à cet article 434-13. Cinq ans d’emprisonnement donc pour Gérald Darmanin ? Chiche !

Partagez cet article
Déc 012020
 

La Macronie se moque ouvertement du monde et les médias mainstream ne remplissent pas leur tâche démocratique d’éclairer l’opinion par les faits. Combien de policiers harcelés suite à la diffusion de vidéos en intervention ? Nous avons cherché et trouvé… un cas », écrivions-nous le 21 novembre (« Protéger ceux qui nous protègent » : foutaise !). Le billet d’aujourd’hui creuse ce sillon du droit de suite. Continuant à travailler sur ce sujet – trouver des cas qui justifieraient, comme le prétend la majorité playmobil, la nécessité de cet article 24 -, nous nous devons de mentionner deux autres tentatives infructueuses signées du menteur en chef Gérald Darmanin (excepté Macron bien-sûr). En passant, le ministre de l’Intérieur vient de commettre un parjure hier lors de son audition à l’Assemblée nationale, ce dont ne souffle mot ce matin, une nouvelle fois, France Inter, radio de service public.

L’ article 434-13 du code pénal prévoit que « le témoignage mensonger fait sous serment devant toute juridiction ou devant un officier de police judiciaire agissant en exécution d’une commission rogatoire est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75.000 euros d’amende ».

Mais revenons donc à ces fameux cas de policier harcelés qui exigeraient qu’on légifère : « Invité à justifier le bien-fondé de cet article, le ministre a multiplié les exemples trompeurs, dénonce Mediapart. Ou, plus précisément, deux exemples martelés tout au long du débat. Il a mentionné à plusieurs reprises le site Copwatch, invitant même les députés à «regarder sur [leurs] portables» ce site destiné à «surveiller» la police… oubliant de préciser qu’il est bloqué par la justice française depuis plusieurs années. Son deuxième exemple n’était pas plus efficace : Gérald Darmanin a cité le cas d’une militante qui avait écrit sur les réseaux sociaux «si vous avez besoin d’infos sur un flic (nom, adresse…) venez en MP j’ai un fichier», ajoutant même qu’elle y accolait un smiley. Pourtant, comme l’a relevé le socialiste Hervé Saulignac, cette militante a été condamnée à 17 mois de prison ferme en décembre 2019. » Toujours rien qui rendrait donc nécessaire l’article 24.

Mais Yaël Braun-Pivet, présidente LREM de la commission des Lois de l’Assemblée nationale, remet une pièce dans le jukebox-à-sornettes : « L’objectif de cet article 24, nous sommes tous d’accord : il faut que l’on protège nos forces de l’ordre de vindictes sur les réseaux sociaux. Moi, dans ma circonscription, il y a encore quelques jours, à Sartrouville, j’ai un policier qui a reçu des tirs de mortier sur sa maison [le mot maison martelé] parce qu’il était mis en cause dans l’exercice de son activité professionnelle. Donc il faut garder nos forces de l’ordre de ce type d’agissements et il faut donc les protéger. » Allons bon. De quoi parle la députée des Yvelines? Elle seule le sait. Ces faits sont censés s’être déroulés à Sartrouville « il y a quelques jours ». Nous vous engageons à faire votre propre recherche : personne n’en a parlé. Ni la presse locale (imagine-t-on par exemple Le Parisien passer à côté, connaissant sa ligne éditoriale?), ni l’AFP, ni les bots macronistes de Twitter, ni la fachosphère en mode #JeSoutiensLaPolice. Personne. Dans le contexte actuel de très vive contestation de l’article 24 ? Mais c’est une véritable armée, de Darmanin à Castaner en passant par Attal, Guérini (Stanislas, le patron de LREM que personne ne connaît), Pécresse, Jacob et tous les souteneurs de cette loi (liberticide) qui se serait ruée sur ce faits-divers : « Vous voyez bien qu’il faut les protéger ! », auraient-ils à coup sûr triomphé. Mais là ? Rien. Alors nous mesurons toute la gravité de l’accusation : Yaël Braun-Pivet a menti. Elle a inventé l’agression contre le domicile d’un policier. Il y eut bien à Sartrouville des tirs de mortier contre les forces de l’ordre, mais dans une embuscade (Le Parisien, évidemment, le narre). Un autobus incendié, aussi. Ce qu’on peut lire, à nouveau, dans Le Parisien. Mais pas plus de tir de mortier sur la maison d’un policier que de beurre en broche. Yaël Braun-Pivet elle-même n’a écrit aucun message à ce sujet. Il faut dès lors réécouter la présidente LREM de la commission des Lois de l’Assemblée nationale lorsqu’elle appuie sur le mot « maison », signifiant explicitement « Vous vous rendez compte de la gravité de cette agression ! », savoir qu’elle affabule et vomir.

https://twitter.com/YaelBRAUNPIVET/status/1333036356310884355

Voilà donc ainsi que, décidément, la justification même de cet article de loi est totalement fallacieuse. Et qu’il vise par conséquent un autre but : satisfaire les syndicats d’extrême droite des policiers et dissuader de filmer les violences policières, pour qu’elles perdurent, de même que l’impunité qui leur est nécessaire. Oui, c’est effroyable. Et c’est la Macronie, aujourd’hui. Il est d’autant plus désespérant que les médias dominants ne l’expliquent pas clairement aux citoyens, appelés à réélire l’apprenti dictateur de l’Élysée en 2022. La grande manipulation du peuple est en marche, Darmanin ment, Lalle-ment, le gouverne-ment, mais se tait Demorand. Il prend pour la rime, la liste est longue que nous vous laissons le soin de compléter (Apathie, Calvi, Barbier, Giesbert, Pujadas, Delahousse, Bouleau, Salamé, Lapix…). Encore hier est sortie l’affaire du préfet de Paris qui couvre depuis plus d’un an un cowboy du Bois de Boulogne, mais Darmanin lui renouvelle sa confiance et les grands médias se taisent. Jean-Michel Blanquer, couvert d’opprobre par l’affaire du syndicat qu’il a fait créer de toutes pièces, immense scandale, est toujours ministre, et les grands médias ne s’émeuvent pas. Que pèsent dans l’opinion les voix de Politis, du Monde diplomatique, de Basta, d’Alternatives économiques, de Reporterre, de Streetpress, de Mediapart et d’autres face aux groupes détenus par neuf milliardaires et l’audiovisuel public verrouillé en haut lieu ? La différence avec un régime totalitaire, c’est que les médias alternatifs peuvent s’exprimer. Mais il est néanmoins incontestable que le rouleau compresseur de « l’information officielle » – outre qu’il insulte la déontologie journalistique – pose à la France un vrai problème de démocratie.

Partagez cet article
Nov 302020
 

La préfecture de police de Paris a menti pour couvrir les tirs d’un policier sur des jeunes innocents, titrent ces empêcheurs de jouer les cowboys en rond de Mediapart. L’information n’est pas parvenue aux oreilles de la rédaction de la matinale de France Inter à cette heure, qui n’en souffle mot, mais la déflagration est pourtant prévisible, inévitable (pourquoi le taire dès lors ? Gagner du temps ? Mal faire son métier, en tous les cas). De quoi s’agit-il ? « Six jeunes, n’ayant commis aucun délit, sont violemment interpellés par des policiers agissant en toute illégalité, résume le chapeau de l’article. L’un des agents tire deux fois, sans sommation, vers la tête du conducteur. La préfecture de police de Paris n’a pas suspendu ce policier affirmant que la justice avait conclu à la légitime défense. Ce qui est faux. » À l’appui, des images de vidéosurveillance, implacables.

Ces images « démentent la version des policiers qui m’ont accusé de violence. J’ai été poursuivi pour ça et relaxé seulement en novembre dernier. Par contre, le policier qui a tiré en me visant continue de se balader avec son arme. J’ai porté plainte, mais l’enquête est plus longue le concernant. »

L’affaire n’est pas nouvelle, elle remonte au 30 avril 2019, mais « les seuls enregistrements provenant des caméras de vidéosurveillance n’ont été transmis à Paul [conducteur de la voiture, dont la vitre a explosé sous l’impact d’une balle] qu’en juin, après de nombreuses demandes, depuis octobre 2019, de son avocat, Raphaël Kempf, auprès du parquet de Paris ». Où en est-on donc exactement aujourd’hui ? C’est là qu’est directement impliqué Didier Lallement, le préfet de police de Paris : « Contactée par Mediapart, la préfecture nous a communiqué une fausse information, déclarant, le 16 novembre, que «le parquet a conclu à la légitime défense», justifiant ainsi qu’«aucune procédure administrative n’a été diligentée à l’encontre du policier ayant fait usage de son arme de service». C’est tout de même ballot, de mentir à Mediapart, comme si ses fins limiers n’allaient pas vérifier ! « Pourtant, de source judiciaire, le parquet n’a rien conclu de tel. » Et voilà, patatras : « L’enquête ouverte en mai 2019 pour «violences par personne dépositaire de l’autorité publique» vient de se terminer et les policiers pourraient bien être poursuivis. La préfecture de police nous a recontactés le 28 novembre, jour des Marches pour les libertés, légitimant cette fois l’absence de suspension des policiers par «la complexité juridique de cette affaire». La complexité juridique ? Très haut niveau de foutage de gueule, au vu des images. Idem de l’invocation, pitoyable, de la légitime défense. « Une communication qui s’emmêle pour tenter de justifier qu’aucune mesure n’a été décidée par le préfet Didier Lallement à l’encontre de ces agents. » Et oui, le tireur se promène toujours tranquillement son arme à la ceinture.

Voilà donc un préfet de police, dont nous avions détaillé les antécédents particulièrement lourds dans un article fleuve qui, coup sur coup, fait donner la violence policière contre les journalistes se plaignant qu’on attente à leur liberté d’informer, lors de deux manifestations consécutives, en mode : « Ah tu te plains qu’on veuille t’empêcher de travailler ? Eh bien prends ce grand coup de matraque dans ta face pour t’apprendre la liberté d’informer ! » Maladroit, pour le moins… Le même préfet lance une ignoble chasse aux migrants place de la République, dans un déchaînement de violence (filmée, toujours, où l’on revient à l’article 24 de la loi Sécurité globale) qui a forcé nos gouvernants à faire mine d’en être choqués. Alors que la seule nouveauté de l’histoire, c’est que ça se passe place de la République devant les caméras, moins discrètement qu’à Calais ou en Seine-Saint-Denis, où les comportements sont identiques depuis des années (superbe continuum Sarkozy-Hollande-Macron !). Lire à ce sujet l’extraordinaire article, de Mediapart là encore, Place de la République: le déshonneur. Le même préfet enfin, qui interdit d’abord la Marche des libertés, lui préférant une « nasse », avec le fallacieux autant que grotesque prétexte sanitaire : on risquerait davantage la contamination covidienne en étant collés-serrés sur une place plutôt qu’en marchant ! Retoqué par le tribunal administratif. Et comment gère-t-il donc la Marche des libertés, puisque celle-ci a bien lieu samedi ? Il laisse faire les casseurs, dont on ignore par quel miracle ils n’ont pas été filtrés et fouillés, et 98 policiers sont blessés, avec des scènes insoutenables – sans doute moins que celles du tabassage en règle de Michel Zecler, mais c’est un autre sujet – d’hommes frappés à terre, victimes d’une défaut manifeste de commandement. Et maintenant, l’affaire qui nous occupe ce matin : celle de trop.

Que Lallement soit débarqué, il est plus que temps. À notre sens, Gérald Darmanin aussi, pour l’ensemble de son œuvre de ministre de l’Intérieur – et déjà pour ses antécédents de monnayeur de faveurs sexuelles. Mais le vrai responsable est tout en haut, sur l’Olympe jupitérien : « C’est Emmanuel Macron en personne qui, au cœur de la crise des «gilets jaunes», l’a choisi pour devenir préfet de police de Paris« , précisait Le Monde en février dernier. Il a nommé en toute connaissance de cause un fou furieux, contesté jusque dans les rangs de la police, pour mieux réprimer les Gilets jaunes. Cynique hypocrite. Dans Les Jours heureux est détaillée sa dernière sortie : « Emmanuel Macron, chef de l’État français, s’est donc fendu, ce vendredi 27 novembre 2020, après la diffusion des images du tabassage en règle d’un producteur parisien roué de coups et d’insultes racistes par des policiers, d’un long communiqué, publié sur Facebook et sur Twitter. Il commence par ces mots : «Les images que nous avons tous vues de l’agression de Michel Zecler sont inacceptables. Elles nous font honte. La France ne doit jamais se résoudre à la violence ou à la brutalité, d’où qu’elles viennent. La France ne doit jamais laisser prospérer la haine ou le racisme.» (…) Puis il annonce : «Je demande au gouvernement de me faire des propositions pour (…) lutter plus efficacement contre toutes les discriminations.» On le constate : Emmanuel Macron omet d’abord de rappeler que «l’agression de Michel Zecler» a été perpétrée par des fonctionnaires de police [1]. Plutôt que de nommer pour ce qu’elles sont ces violences policières, il s’empresse au contraire de les insérer, comme pour mieux les relativiser, et en même temps qu’il assure que les images qui les montrent dans toute leur cruauté sont «inacceptables», dans une plus large condamnation de «la violence» et de «la brutalité, d’où qu’elles viennent». Il est vrai qu’il avait, au mois de janvier dernier, formellement «récusé» (…) «le terme “violences policières“» [2]. Et qu’il n’a pris ensuite aucune mesure pour empêcher ces brutalités dont il niait donc la réalité (dûment documentée, pourtant, par les glaçantes images, parmi d’autres, de l’interminable répression, qui avait ému jusqu’à l’ONU, du mouvement des gilets jaunes) – mais dont il prétend aujourd’hui, après les avoir ainsi encouragées par son refus de les reconnaître (car qui ne dit mot consent), qu’elles lui feraient «honte». Les coups de matraque, les éborgnages de manifestants, c’est donc Macron !

« Quel genre d’ordre maintient Monsieur Lallement ? »

Et puisque le problème est bel et bien systémique : « La police est mal employée, mal formée, mal commandée, mal équipée. Elle est donc inefficace. Comment s’en sortir ? En réformant de fond en comble toute la police : ses effectifs, sa formation, sa doctrine d’emploi, son commandement » : Jean-Luc Mélenchon, septembre 2020.

Partagez cet article
Nov 292020
 

Avant d’autoriser à filmer des policiers dans l’exercice de leur fonction, le service de communication de la police nationale exige désormais un droit de validation du reportage avant diffusion, annonce francetvinfo. On croit rêver, mais on n’a encore rien vu : « Il demande aux sociétés productrices de reportages la signature d’une convention stipulant qu’il « visionnera l’émission dans sa version définitive avant première diffusion dans un délai permettant une éventuelle modification (…) sera le seul habilité à valider définitivement le contenu produit sur les plans juridiques, éthiques et déontologiques en accord avec la société (…) Les enregistrements ne doivent pas porter atteinte à l’image de marque de la police nationale, ni comporter de scènes pouvant être considérées comme « choquantes » (…) Aucun extrait ne pourra être diffusé sans l’accord express du représentant de la police nationale. » L’hallucination est totale. Ne pas porter atteinte à l’image de marque de la police, ne pas diffuser d’images choquantes, non mais ça va bien ou quoi ? L’on ne pourra donc montrer que de preux et vaillants chevaliers au comportement irréprochable : un véritable rêve de bisounours fasciste.

C’était donc ça, le « nouveau monde » de Macron : le retour aux années 60-70

Une flopée de journalistes de l’audiovisuel, réalisateurs de documentaires, rédacteurs en chef, directeurs de l’information et producteurs de magazines d’actualité – les plus importants, des plus grandes chaînes, les journalistes les plus célèbres et même les bien élevés comme Laurent Delahousse ! – signent donc un texte commun protestant qu’ « en exigeant une validation de nos reportages et documentaires, les pouvoirs publics veulent s’octroyer un droit à la censure. Aucun journaliste ayant pour vocation d’informer librement le public ne peut l’accepter. Il est impensable que la cohérence globale d’un reportage sur le plan juridique, éthique et déontologique soit supervisée par des ministères. » Ce qui tombe sous le sens. Reste à savoir ce qui a bien pu se passer dans la tête de ceux qui ont cru que pouvait passer fin 2020 ce retour à l’Office de radiodiffusion-télévision française et au ministère de l’Information (1938-1974).

Partagez cet article