Nov 142019
 

« Alors que le président de la République est attendu à Dormans et Epernay ce jeudi 14 novembre, le préfet de la Marne a pris un arrêté pour interdire tout rassemblement à Epernay et dans les 11 autres communes traversées par Emmanuel Macron« , nous apprend France Bleu Champagne-Ardenne. Information qui, soit dit en passant, a complètement été omise par France Inter, que nous écoutons en boucle depuis 5h et demi. Ce qui interdit aux auditeurs de la radio d’Etat et de service publique de s’interroger sur la légitimité démocratique de cette décision, qu’ils ignorent. Bref… Parce que que révèle au fond cet arrêté préfectoral ? Que l’Etat – le préfet en est l’autorité locale, aux ordres directs du gouvernement – prive tout simplement les citoyens du droit constitutionnel de manifester leur colère, voire leur détestation du petit marquis de l’Elysée, dont l’image ne doit pas être écornée par de spectaculaires images de protestations. Au contraire, les mauvaises langues – dont nous somme – s’attendent à ce qu’une poignée de « figurants », adhérents à La République en marche, viennent acclamer leur champion et donner l’impression, filmés en plan serré, d’un bain de foule illustrant la popularité du président de la République.

Il fallait oser ce titre ! Big Fan of Macron TV ?

Une pure propagande mensongère et une manipulation de l’opinion, quand la réalité objective est que, où qu’il aille, une majorité de Français n’a qu’un désir : aller lui dire en face – « Qu’ils viennent me chercher !« , avait lancé le matamore – la révolte que suscite l’injustice sociale et écologique (les deux mamelles du Parti de gauche et de la France insoumise, auxquels nous appartenons) de sa politique de droite. Mécontentement – et il s’agit d’un euphémisme – dopé par l’arrogance d’autant plus insupportable du bonhomme et l’hypocrisie manifeste de celui qui tient de beaux discours incompatibles avec la politique concrète qu’il mène, s’attaquant aux valeurs qu’il prétend défendre. Notamment, exemples les plus criants, concernant les enjeux environnementaux ou lorsqu’on entend, abasourdi, le haut-commissaire aux retraites délégué auprès d’Agnès Buzyn, ministre des Solidarités (sic) et de la Santé, Jean-Paul Delevoye, vanter la future réforme des retraites, qui va faire les poches de l’immense majorité des Français, comme une réforme sociale ! Ah, rien ne les arrête. Mais ce n’est pas nouveau. Macron est le fils spirituel de Nicolas Sarkozy. Et la France gouverne contre son peuple depuis le tournant de la rigueur, en 1983. Nous sommes bientôt en 2020 et nous avouons bien fatigué.

Partagez cet article
Oct 302019
 

Charles Enderlin, correspondant à Jérusalem de France 2 de 1981 à 2015, a publié le message suivant sur sa page Facebook : « Je viens de terminer la lecture de l’excellent livre « Mauvais juif » de Piotr Smolar. Avec parfois des accents de pamphlétaire, il décrit l’Israël tel qu’il l’a vécu pendant son séjour en qualité d’envoyé spécial. De fait il a été un des meilleurs correspondants du Monde ces dernières décennies. Surtout en décrivant la dérive messianico-identitaire du pays, la lente descente aux enfers du conflit avec les Palestiniens. Ce que de nombreux envoyés spéciaux évitent d’évoquer. Les chaines de télévision françaises, par peur des réactions du Crif et des autres éléments de la communauté… Ni TF1 ni France 2 n’ont décrit l’effondrement de la démocratie israélienne au cours de ces dix dernières années. Donc, merci Piotr ! »

Ce n’est pas une surprise pour les soutiens de la cause palestinienne, dont nous sommes. Il est des sujets que « de nombreux envoyés spéciaux évitent d’évoquer ». L’explication de l’éminent confrère pointe ce que nous pourrions qualifier de pression paralysante, émanant essentiellement du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). Mais quid alors du droit des citoyens à l’information, fondement de la démocratie ? Et que relaie le Crif de façon obsessionnelle ? La propagande sioniste. Donc Enderlin nous explique que les télés françaises cachent à leurs spectateurs la réalité par crainte des réactions (doit-on lire représailles ?) d’une institution aux ordres de la hasbara ! [ הסברה : explication ou éclaircissement en hébreu, appellation de l’appareil gouvernemental de propagande]
Difficile dans ce cas d’ouvrir les yeux de l’opinion sur ce qu’on nomme souvent de façon parfaitement impropre « conflit israélo-palestinien », quand il s’agit en réalité de l’oppression d’un peuple par une armée d’occupation, objectivement. Mais cela, on ne le dit pas trop sur les télés françaises – ni les radios, ni les grands médias en général. Ça ne ferait pas plaisir au Crif, pensez!

Mais au fond, de quoi ont peur les journalistes soumis à la pression paralysante du Crif, qui les empêche de dire la vérité ? Que pourrait contre eux le Crif ? Les faire licencier ? Auraient-ils même peur pour leur intégrité physique, connaissant les énergumènes de la Ligue de défense juive, qui a ses entrées au Crif ? La question est posée du pouvoir d’influence de ce groupe de pression, qui véhicule la parole de Tel Aviv, sur l’information en France.

Partagez cet article
Mai 062018
 

Amélie de Montchalin, députée La République en marche de l’Essonne, l’a répété quatre fois ce matin sur France Inter, pour justifier la politique menée par Emmanuel Macron, quand bien même le dernier sondage indique l’opposition de 55% des Français. Pire, « L’action d’Emmanuel Macron pour ce qui est du pouvoir d’achat et de la réduction des inégalités sociales est jugée sévèrement, 78% des Français estimant qu’elle va dans le mauvais sens ». Mais qu’à cela ne tienne, « Nous avons été élus sur un projet », a seriné la jeune femme. Sans que jamais Éric Delvaux, journaliste préposé à l’interview, ne formule la moindre objection. Continue reading »

Partagez cet article

Jan 142013
 

spbMais quelle idée ! Quelle mouche a donc pu piquer le président « socialiste » de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, pour nommer au Conseil supérieur de l’audiovisuel Sylvie Pierre-Brossolette ?  Continue reading »

Partagez cet article

Déc 092012
 

« Michel Naudy, journaliste et militant communiste, avait lancé en 1995 une éphémère émission de critique télé sur France 3 Île-de-France, Droit de regard, rappelle @rrêt sur images. Salarié par la chaîne mais placardisé depuis dix-sept ans, il a été retrouvé mort à son domicile le 2 décembre à l’âge de soixante ans. La gendarmerie privilégie l’hypothèse du suicide. » Moins neutre, le titre de l’article, tout en capitales : MICHEL NAUDY, MORT EMBARRASSANTE D’UN JOURNALISTE EMBARRASSANT. Dix-sept ans de placard, mais comment est-ce possible ? Et pour quelle raison ? Parce qu’il était communiste ? Eh bien oui. Lisons un autre extrait de l’article signé Laure Daussy : « Naudy avait conservé le statut de rédacteur en chef national, sans affectation. Régulièrement, il demandait un poste à sa direction. Continue reading »

Partagez cet article