Oct 242010
 

On ne lâche rien ! Voici plumedepresse-Nuit.

De prime abord, les grands médias semblent bien trop puissants, à notre échelle de fourmi, pour pouvoir contrecarrer efficacement leur propagande ou leur désinformation. Mais gare à l’effet démultiplicateur d’Internet ! Lorsque des centaines de blogs démontent ainsi par exemple le discours libéral sur le Traité constitutionnel européen, le « Non » finit par largement l’emporter au référendum, contre toutes les « élites » médiatiques ! Le combat pour défendre nos retraites passe donc forcément aussi par cette réappropriation citoyenne de l’information. Cas pratiques avec Le Figaro et France Soir.

Au Figaro, on n’a vraiment peur de rien lorsqu’il s’agit de voler au secours d’un pouvoir de droite malmené. Il fallait ainsi oser titrer « Le mouvement s’essoufle » le 15 octobre dernier, en ne prenant appui que sur le nombre de grévistes – dont on sait en plus qu’il est trafiqué directement par l’Elysée (au moins en ce qui concerne la SNCF). Michel Soudais se charge dans Politis de reprendre de volée la Pravda sarkozyste : « Au terme d’une journée marquée par une importante mobilisation des lycéens et étudiants contre la réforme des retraites, la « Une » du Figaro, déjà risible ce matin eu égard aux grèves en cours malgré l’absence de tout mot d’ordre national sur une grève reconductible, devient tout bonnement grotesque. Le bon quotidien de Serge Dassault expliquait encore à ses lecteurs UMPistes ce matin qu’ils n’avaient rien à craindre : « La mobilisation faiblit, Sarkozy reste ferme. » (…) Car loin de faiblir, la mobilisation a cette fois vraiment gagné la jeunesse. Selon l’Union nationale lycéenne (UNL), 1 100 lycées se sont mobilisés sur les 4.302 du pays, et environ 700 étaient bloqués. Et l’on a vu un peu partout dans le pays des lycéens et étudiants improviser des manifestation contre la réforme des retraites en dépit des mises en garde du gouvernement contre des risques de manipulation et de dérapages. » Cette fameuse « Une » du Figaro est emblématique : « Depuis le premier jour, chaque mobilisation donne lieu au même type de bataille, analyse sur son blog Jean-Luc Mélenchon, le président du Parti de gauche. La presse annonce une décroissance de la mobilisation. Comme les chiffres de départ sont sous-estimés et qu’est annoncée une mobilisation moindre la fois d’après, on devrait finir par entendre dire qu’il n’y a personne dans la rue et dans la grève ! On comprend la stratégie gouvernementale. C’est de la lutte. Il s’agit de démoraliser les combattants. » Le miracle étant, compte tenu de ce bourrage de crânes systématique additionné à la parole des journalistes et des politiques de droite qui ne cessent de répéter que le gouvernement ne bougera pas – à quoi bon manifester et faire la grève, dès lors ? – que la mobilisation ne faiblisse pourtant pas !

Autre caillou dans la chaussure des sarkozystes, l’adhésion de l’opinion publique au mouvement, constamment réaffirmée par toutes les enquêtes (voir par exemple ce billet ou celui-ci). Alors comment faire pour nier cette réalité ? France Soir nous sort cette « Une » d’anthologie, exprimant – et avec quelle violence ! – le point de vue minoritaire, histoire de lui apporter le soutien maximum.

Nous ne sommes pas contre le journalisme d’opinion – ce serait l’hôpital qui se fout de la charité ! – mais pour le coup, ce journal s’affiche vraiment comme l’Officiel de la Réaction. Certes, on peut lui reconnaître de ne pas faire à ce niveau-là dans l’hypocrisie. Mais tout de même, « Les Français qui travaillent pris en otage » annoncé en ouverture de « Notre dossier complet »N’est-ce pas du Sarkozy ou Hortefeux dans le texte ?« L’immense majorité n’a pas à subir la loi d’une minorité« , déclarait ainsi le ministre de la Répression des manifestants et des Casseurs policiers. Mais le problème pour lui – on n’en sort pas -, c’est que la minorité qui impose sa contre-réforme antisociale, c’est l’UMP, contre la majorité des Français ! Alors Le Figaro croit avoir trouvé la parade en sortant de sa manche Opinion Way. Et ça donne ça :

« Selon un sondage OpinionWay, ils sont une majorité à espérer l’arrêt du mouvement après le vote du projet de loi », annonce l’introduction de l’article de ce samedi matin. « Assiste-t-on à un tournant de l’opinion ? Le jugement des Français sur les mouvements de grèves contre la réforme des retraites évolue et se complexifie. L’idée d’un soutien massif et persistant à la mobilisation semble s’effriter. Le sondage de l’institut OpinionWay pour Le Figaro constate notamment une forte montée de la désapprobation à l’égard des blocages dans les raffineries ou dans les lycées. Mais le point le plus nouveau de ce sondage est aussi le souhait par 56% des sondés que les syndicats «respectent le vote de parlementaires» dès le moment où la réforme des retraites sera adoptée, et «arrêtent le mouvement.» (…) Cette validation de la République parlementaire est le premier élément venant conforter la thèse de l’Élysée, qui a toujours soutenu qu’il ne fallait pas prendre les Français par surprise en faisant voter la loi pendant l’été ou au tout début du mois de septembre (…) «Le temps de la consultation et de la discussion parlementaire a été totalement respecté», défend un proche du chef de l’État, «et les Français l’ont vu». «C’est aussi une façon de reconnaître que la méthode Sarkozy n’était pas particulièrement autoritaire, sauf à considérer qu’un ou deux millions de manifestants ont forcément raison contre le président et le Parlement», note un fidèle du chef de l’État. L’accélération finale des débats au Sénat a été la seule entorse au respect du rythme parlementaire. Reste que, depuis le début du mois de septembre, le débat parlementaire n’avait pas été forcé. » A ce stade de foutage de gueule, dénonçons l’auteur de ces lignes, qui se prétend journaliste : il s’agit de Charles Jaigu, du service Politique figaresque. Il « oublie » simplement l’épisode scandaleux qui vit toute l’opposition réclamer la démission de Bernard Accoyer !

En témoigne cette tribune publiée par Le Monde, signée, excusez du peu, par Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste, radical et citoyen, Yves Cochet, député Vert et président du groupe de la Gauche démocrate et républicaine (GDR), Roland Muzeau, porte-parole des député(e)s communistes, républicains et citoyens, Gérard Charasse, responsable des députés radicaux de gauche, Martine Billard, députée du Parti de gauche, et l’ensemble des député(e)s socialistes, radicaux et citoyen, communistes, Verts et apparentés : « Le président de l’Assemblée nationale occupe une place à part dans notre République. Issu de la majorité, il devient, dès son élection, le garant du bon fonctionnement de l’Assemblée. A ce titre, il a pour premier devoir de veiller au respect des droits de tous les députés, qu’ils soient issus de la majorité ou de l’opposition. Son impartialité fonde son autorité. Son intégrité est d’autant plus indispensable qu’il n’existe pas, en France, de juge compétent pour veiller au respect du règlement de l’Assemblée. Mercredi 15 septembre, à l’occasion du débat sur les retraites, Bernard Accoyer a failli à cet impératif. Sur les soixante-quatre heures réservées à ce texte, les députés socialistes se sont exprimés vingt heures, les députés de la Gauche démocratique et républicaine (GDR, qui rassemble les députés Verts, communistes et du Parti de gauche) n’ont disposé que de huit heures et trente-cinq minutes. Nos oratrices et orateurs ont utilisé ce temps pour exposer leurs amendements et formuler leurs propositions alternatives. (…) A l’issue du « temps guillotine », ils ont été interdits de parole, alors que ni la question cruciale de la retraite des femmes ni les articles concernant le travail des seniors n’avaient pu être abordés sérieusement. Ils ont alors demandé à bénéficier d’une explication de vote individuelle, prévue par l’article 49.13 du règlement. Ce droit n’est assorti d’aucune condition. Il résulte, d’une part, du nouvel article 51-1 de la Constitution et, d’autre part, du fait que chaque député est, en dehors de son appartenance à un groupe, un élu de la nation. Aucun parlementaire ne peut recevoir de mandat impératif et, de ce fait, nul ne peut préjuger de son expression. En refusant ce droit aux parlementaires, Bernard Accoyer a pris la grave décision de violer le règlement de l’Assemblée qu’il préside. Pire encore, les justifications données a posteriori par Bernard Accoyer confinent à la manipulation de l’opinion publique. Comment peut-on sérieusement accuser l’opposition d’une « obstruction » qui est juridiquement devenue impossible depuis la réforme constitutionnelle ? L’usage de l’article 49.13 aurait eu pour seul effet de repousser le vote de… quelques heures. S’agissant d’une réforme de cette importance, qui peut honnêtement plaider que c’était trop ? Le gouvernement y était, semble-t-il, disposé. L’Elysée a préféré le coup de force. L’honneur du président de l’Assemblée nationale aurait dû être de faire respecter le Parlement plutôt que d’imposer l’arbitraire. Une fois encore, une fois de plus, une fois de trop. » Comment Jaigu peut-il oser, après ça, écrire que « depuis le début du mois de septembre, le débat parlementaire n’avait pas été forcé » ? Le goudron et les plumes !

Même traitement pour Opinion Way : comment ces gens se débrouillent-il pour toujours présenter des chiffres favorables au gouvernement, même lorsque tous les autres instituts trouvent des résultats différents ? Dans la fiche de la présente étude, il est rappelé que « les résultats de ce sondage doivent être lus en tenant compte des marges d’incertitude : 2 à 3 points au plus« . Pardon, c’est tout ? Difficile, au vu des résultats, de ne pas se persuader que l’institut a eu la main particulièrement lourde sur les « corrections » apportées ! Et de ne pas conclure à une opération de manipulation de l’opinion particulièrement indigne. Jaigu le sait bien, qui tente de désamorcer ce reproche : « Notre sondage OpinionWay montre aussi que l’opinion a un point de vue plus complexe et plus nuancé que prévu sur le conflit. Il y a par exemple un écart significatif entre la «compréhension» – plus passive – du choix de manifester ou de faire grève, et le «soutien» – plus actif – à ces manifestations. Les sondés «comprennent», à 61%, les manifestations et les mouvements de grève contre la réforme des retraites. Mais ils ne sont que 51% à les «soutenir». [Ça fait toujours une majorité ! NDA] «L’idée du soutien est beaucoup plus engageante. En général, les Français sont sondés sur leur sympathie à l’égard du mouvement, ou leur approbation. Mais l’approbation est une notion beaucoup moins impliquante que le soutien», analyse Bruno Jeanbart, de l’institut OpinionWay. » Approuver : donner son accord, son consentement, juger favorablement, digne d’estime, donner raison à, adhérer. Jeanbart n’est guère convaincant mais ce bon Jaigu accourt à sa rescousse : « Cette nuance de vocabulaire, qui peut paraître secondaire, a son importance. Elle explique aussi la différence entre le taux de soutien recueilli par ce sondage et les taux très élevés publiés par d’autres instituts, comme BVA (69% d’approbation aux grèves). » Trop fort : l’article de Jaigu place ici le lien vers la dépêche Reuters qui annonce Le soutien aux grèves et manifestations en hausse. Genre : « on sait que tous les autres disent que la population soutient le mouvement mais c’est à cause de cette fichue nuance sémantique. En fait, c’est nous qui avons raison avec notre sondage beaucoup plus intelligent ! » Pour qui nous prend-on ? Réponse avec la fin de cet extraordinaire article de l’ami Jaigu : « Malgré ces évolutions favorables de l’opinion, l’Élysée prend acte de l’un des échecs de sa communication : la réforme des retraites a été jugée comme inévitable, mais «injuste» par les Français. Le prélèvement annoncé sur les hauts revenus – première entorse au bouclier fiscal – n’y a rien changé. «La visibilité du mouvement social a été beaucoup plus forte que notre pédagogie», admet un conseiller. «Quand le président prendra la parole, ce sera l’occasion pour lui de redire cela calmement», ajoute-t-il. » Voilà pour quoi l’on nous prend : des abrutis, incapables de comprendre, à qui il faut à nouveau expliquer qu’il est juste que 85% des sacrifices soient imposés aux salariés. Bref, pour des cons.

L’illustration Le Figaro + Opinion Way = Manipulation provient d’Observatoire du Figaro.

Soutenez Plume de presse

Cet article vous a intéressé ? L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

Partagez cet article

  31 commentaires à “Cette presse qui ment”

  1. […] This post was mentioned on Twitter by Donjipez, Olivier Bonnet. Olivier Bonnet said: http://www.plumedepresse.net/cette-presse-qui-ment/ #retraites #opinionway #lefigaro On nous prend pour des cons ! […]

  2. Cette désinformation « marche », on dirait :
    -1- Tu as arrêté ta grève du zèle (dommage pour nous !), mais il faut aussi que tu te reposes…
    -2- Autour de moi, par des gens engagés pourtant, j’entends sur un ton résigné : « c’est terminé, deux manifs et on s’en va », et ça me fait un pincement parce que si « ça s’arrête », j’en connais un qui va être content et encore plus odieux et c’est la porte ouverte à la suite (la casse de la santé, de l’éducation nationale). C’est pas ce qu’on veut.

    Il n’y a pas d’essence. Tout le monde peut s’en rendre compte, quand même ! et puis, 8 jours de petites vacances en moins, on n’en mourra pas ! Mais on entend et on lit partout : il n’y a pas de pénurie. Personne ne me fera croire que les gens vont encore une fois gober ces bobards !
    Il faut continuer et étendre le mouvement : j’ai lu sur un blog que EDF et GDF étaient en grève reconductible. Ah bon ! Ils se posent la question d’actions plus « visibles » : à quoi bon faire grève si finalement ça ne gêne que les grévistes. Non, ce n’est pas fini, j’en suis convaincue.

    • Ma grève n’est pas finie ! L’article que tu commentes est l’édition de plumedepresse-Nuit, certes postée à 3 du mat… D’accord avec toi, on continue, tous ensemble.

      • Du coup j’ai ajouté une ligne tout en haut de l’article, que d’autres ne s’y trompent pas 😉

      • OUI , Zab , il faut continuer !
        Voici un site qui regroupe toutes les informations , toutes les actions
        http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5305
        Les médias aux ordres ne pipent mots! Comme on les comprend

        Nous ne sommes qu’à la première étape de la régression sociale.
        Le jour où les gens prendront conscience qu’on leur aura grignoté tous leurs droits sociaux, qu’ils n’auront plus rien à perdre, l’intimidation du pouvoir n’y fera plus rien. Et là, ça fera mal, lorsqu’une réelle ambiance de guerre civile acharnée règnera dans les villes, armée contre peuple enragé, que les dominés sauront tous qu’il s’agit d’un conflit de classes contre classes. Pour éviter et anticiper ce moment non souhaitable mais qui pourtant semble inévitable, en guise de résistance à cette loi meurtrière des retraites, ne nous contentons pas des seules manifestations dans les rues, bloquez et bloquons tous l’économie dans une grève générale dure, totale et absolue selon ce que chacun peut faire, en imaginant tous les alternatives que l’on peut apporter à la société à l’échelle individuelle.

    • A toulon ce dimanche toutes les pompes sont à sec.

  3. C’est bête à dire tellement ça semble évident mais ces médias – là appartiennent soit à des groupes industriels, soit dépendent complètement des revenus de la pub, qu’ils défendent naturellement les intérêts du capital.

  4. 71 pour cent des français soutenaient il y a peu le mouvement, il ne seraient « plus » que 64 pour cent mais ça reste un beau score…
    79 pour cent souhaitant récemment « la reprise des négociations »

    or, forcément, il y a , dans ces pourcentages, un nombre considérable de gens qui ont voté sarko, voire même qui sont à l’UMP…

    la question que je me pose est la suivante: comment penser un seul instant que tous ces gens, relativement à l’importance du ressentiment et de la frustration, vont voter sarko en 2012 pour le remercier?

    un cocu qui prend conscience de son cocufiage devient un homme dangereux…or les cocus du sarkozysme sont légions…

    sarko pourra certes donner des gages aux marchés et rassembler la droite de la droite autour de lui….pour autant, cette victoire à la Pyrrhus risque de lui coûter cher…

    pour revenir au problème des retraites, c’est plutôt l’après-sarko qui pose problème…je n’ai personnellement qu’une confiance toute relative dans un PS mou du genou qui risque de s’accommoder de certaines mesures scélérates (ce ne serait pas la première fois)…

  5. « Mais le point le plus nouveau de ce sondage est aussi le souhait par 56% des sondés que les syndicats «respectent le vote de parlementaires» dès le moment où la réforme des retraites sera adoptée, et «arrêtent le mouvement.»  »

    la loi n’est pas votée, ils font de l’intox en le faisant croire.
    Voir ici : http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=17003

  6. Mobilisation : 63 % des Français d’accord.

    AFP

    23/10/2010

    La poursuite de la mobilisation contre le projet de réforme des retraites, avec l’appel à deux nouvelles journées d’action, est justifiée pour 63 % des Français, selon un sondage Ifop à paraître dans Dimanche Ouest-France.

    Selon cette enquête, 37 % des personnes interrogées ne trouvent pas justifié l’appel intersyndical à se mobiliser les 28 octobre et 6 novembre prochains.

    • Ça baisse mais sans commune mesure avec ce qu’affirme Opinion Way !

    • D’abord, les instituts de sondages qui appartiennent à Parisot et consorts, ont déjà prouvé qu’ils manipulaient l’opinion plus que les autres médias.
      Mais même cette « baisse » (63 % pour 20 % qui soutiendraient encore le nain) est spectaculaire par sa faiblesse pour plusieurs raisons:
      1/ il y a un phénomène d’usure (cela dure depuis presque 2 mois)
      2/ les plus hauts dirigeants syndicaux, renforcés par les propositions de Aubry (et ses ridicules 41,5 ans de cotisation) font ce qu’ils peuvent pour que ça s’arrête et n’y arrivent pas
      3/ un certain nombre pense que c’est fichu et qu’il vaut mieux attendre 2012
      4/ les médias font de la propagande à plein régime
      5/ les actions sous toutes leurs formes sont en train de se radicaliser ce qui fait peur à certains.
      Malgré cela il reste 63% ce qui est excellent (surtout si on le compare à la légitimité actuelle du nain et ses troupes)

  7. Tu as dis l’essentiel, Olivier.

    Ca fait peur, parfois, quand on perçoit au détour d’un écran, par exemple, que cette manipulation est consciente et organisée.
    Ainsi, Plenel, hier en fin de soirée, à parlé du mouvement social. Aussitôt les rats autour, Duhamel, Zemmour et Ruquier se précipitent pour noyer son propos. Ce après que Ruquier ait coupé Plenel deux secondes qu’il ait dit « mouvement social ».

    C’est véritablement d’un complot qui ne dit pas son nom, d’une machine à nous broyer par des attaques à la fois sous les angles législatifs, économiques, médiatiques et ouvertement politiques, quand certains monomaniaques de l’UMP crient aux casseurs, voyous, etc.

    Quelque part la force de ces pouvoirs conjugués est si grande qu’elle apparaît pour ce qu’elle est : un complot objectif d’une classe sociale toute entière contre la démocratie. L’immense majorité des citoyens ne peut pas ne pas s’en apercevoir.

  8. « Des couilles en or pour les gens d’en haut
    Et des nouilles encore, pour les gens d’en bas »

    C’est le nouveau refrain des lycéens
    Le genre de slogan qu’on utilise quand on ne porte pas de gants
    Mais il est empreint d’envie, et de mépris.
    Non, je ne vous la fais pas à l’ancienne
    Je fus, j’étais, je serais toujours lycéenne, avec les vices et les vertus d’une bohémienne

    http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%20nouilles

  9. -Dernièrement le le procureur Philippe Ingall-Montagnier a décidé l’affaire Bettencourt, illégalité de la surveillance des journalistes qui suivaient cette affaire !!!

    -Sarkozy a pondu une loi qui fais en sorte que ce soit le chef d’état qui choisit le patron de France télévisions, le gros problème c’est que pour s’opposer à son choix il faut plus de deux/tiers de parlementaires opposés au choix présidentiel, ce qui ne risque pas d’arriver vu comment est constituée l’assemblée nationale sous la 5 ème république…

    -Souvenez-vous de journalistes arrêtés en toute violence à leur domicile dans le cadre d’une affaire politico-financière sous prétexte de cadre « légal » anti-terroriste…

    -Vu les fortunes englouties par le gouvernement Sarkozy dans les instituts de sondages (un record), il est évident que les instituts de sondages ne vont pas décevoir leur plus gros client N.Sarkozy dans une enquête « impartiale »!
    (tout comme la presse écrite ne dit jamais de mal au sujet d’un produit pour lequel il fait de la publicité)

    -La France est dans les trois derniers d’Europe en matière de liberté de la presse.

    Sarkozy est une calamité pour la France, les Français et pour son propre parti, les citoyens ne s’y trompent pas il est le président le plus impopulaire de la 5 ème république, bientôt l’UMP deviendra l’Union pour un Mouvement Impopulaire, le parti des têtes à claques !

  10. Nicolas Sarkozy bat son record d’impopularité selon notre baromètre Ifop-JDD. La loi sur les retraites va être votée mercredi et pourtant le mouvement continue.

    Sept français sur dix sont mécontents de Nicolas Sarkozy.

    Selon le baromètre Ifop-Journal du Dimanche , jamais le président de la République n’a été aussi impopulaire depuis le début de son quinquennat.

    Il égale même le record historique d’impopularité depuis 1958.

    Avant lui, seul Jacques Chirac avait atteint un tel niveau.

    A dix-huit mois de la prochaine élection présidentielle, Nicolas Sarkozy va devoir se transformer en magicien pour retourner un pays qui a basculé dans un antisarkozysme de plus en plus virulent.

    http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Le-conflit-se-concentre-sur-le-president-228977/

  11. Dernière minute Saint-Nazaire.

    14:41 – dimanche 24 octobre 2010

    Le tanker de gasoil contraint de faire demi-tour à Donges.

    Par solidarité avec le mouvement des ouvriers de la raffinerie de Donges contre la réforme des retraites, 300 personnes se sont mobilisées ce midi sur le port de Saint-Nazaire pour empêcher l’arrivée d’un tanker pétrolier.

    Chargé de 10 000 litres de gasoil, ce dernier devait ravitailler en carburant le dépôt de la SFDM de Donges, réquisitionné par les forces de l’ordre.

    Les actions conjointes de l’Interprofessionnelle syndicale en divers lieux, principalement l’occupation à quai des remorqueurs par les manifestants, ont forcé le navire à faire demi-tour dans sa zone de mouillage à 12h45.

    La surprise a joué en leur faveur car les policiers n’ont pu empêcher cette action.

    Plus d’informations demain dans Presse Océan.

    http://www.presseocean.fr/actu/filinfo_detail_-Le-tanker-de-gasoil-contraint-de-faire-demi-tour-a-Donges_-1562906–BKN_actu.Htm

  12. […] presse qui ment Posted by Équipe Signes des Temps on October 24, 2010 Plume de presse, 24 octobre […]

  13. Bonjour,

    Et merci pour votre travail.

    Une majorité n’est plus d’accord de se laisser brimer par une minorité toujours plus provocatrice et dédaigneuse.

    Il faut encore rappeler par exemple les chiffres des bénéfices des sociétés du CAC 40 transformés en dividendes pour les actionnaires quand les salariés sont toujours plus pressés, exploités ou virés.

    Les accointances des directions syndicales avec les directions politiques à la solde des possédants économiques apparaissent de manière plus visible maintenant.

    La volonté d’influencer et de dicter leurs opinions à la majorité par les sondages et autres armes médiatiques puissantes au service d’une minorité doit être annihilée par notre détermination à la dénoncer.

    Ils voudraient plonger dans la peur et la détresse le maximum de personnes pour mieux les asservir, voir les détruire. Nous devrons garder notre calme et notre lucidité et oser le courage de refuser.

    Portez-vous bien.
    ***
    A visiter le blog d’un sociologue, entre autres, de Besançon :
    http://thierrybrugvin.voila.net/

    « LES ELITES EUGENISTES CONTRE L’ARME DEMOGRAPHIQUE DES PAUVRES »

    Ce dernier texte non présent à cette adresse sur demande à thierry.brugvin@free.fr

  14. Les images d’une intervention à l’assemblée générale du député Gauche Démocratique et Républicaine de Seine Saint Denis – Montreuil, Jean-Pierre Brard et quelques extraits de Frédéric Lordon du Monde Diplomatique du 23 octobre :

    http://letourbillonmasquepointdeux.blogspace.fr/2326333/La-pompe-a-phynance/

  15. […] la minorité présidentielle (à peine 30%), encore majoritaire dans les assemblées, pratique le passage en force pour imposer sa contre-réforme inique signifie-t-il pour autant que le peuple, par miracle, va […]

  16. […] devoir d’objectivité du journaliste est décidément bien malmené, en Sarkozie. Et cette logique de concentration à dominante monopolistique à l’œuvre dans le […]

  17. Arf ! Je suis carrément hors-sujet là, mais il serait intéressant de savoir ce que le Figaro de l’époque disait de l’affaire Boulin sous Raymond Barre et Giscard d’Estaing . Les  » figaristes » ( propagandistes du Figaro ) étaient -ils aussi serviles qu’aujourd’hui ? Je parle de ça, parce que voilà un gendarme à la retraite qui vient de lâcher le morceau. Comme quoi, il y a encore des gendarmes qui ont le sens de l’honneur. Il n’est jamais trop tard. Et bien heureusement, ils ne ressemblent pas tous au commandant nazillon Warion.

     » Le gendarme qui a découvert le corps l’assure: «Boulin n’est pas mort noyé»  » :
    http://www.20minutes.fr/article/663760/societe-le-gendarme-decouvert-corps-assure-boulin-mort-noye-

    • Il n’y a plus que le Canard Enchaîné pour soutenir la thèse du suicide (J’écris bien soutenir, et pas « croire à », car ils n’y ont jamais cru.).

      A l’époque il était impossible pour quiconque de remettre en cause publiquement, à fortiori dans la presse, la thèse du suicide à cause principalement de la famille (la même qui veut des révisions maintenant !).

      De toute façon, avant celui-ci, tardivement, ils ont été nombreux les gendarmes et autres protagonistes à parler, publiquement ou non.

      Sans changer de sujet vraiment, paradoxalement cette affaire Boulin, où l’on a vu tour à tour de nombreuses fuites de témoins infirmant la thèse officielle aboutissant à une certitude que le suicide est faux (mais il demeure tant de zones d’ombres !), confirme à cause d’absence de témoins depuis, que la thèse officielle d’autres affaires est la vraie (Béré, Coluche surtout, etc.).

      Par exemple pour Coluche, s’il y avait complot, cela aurait impliqué tant de monde et d’organisation que depuis 1987 il y aurait eu des fuites.

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)