Oct 182010
 

Treizième jour de grève du zèle en soutien au mouvement pour les retraites : c’est parti pour plumedepresse-Midi.

S’il est un syndicat qui parle clair, c’est bien Solidaires : « Woerth ressort la vieille litanie du « besoin de pédagogie » pour que tout le monde comprenne les « bienfaits » de la réforme ! La réalité, c’est l’inverse : l’immense majorité de la population a très bien compris de quoi il s’agit, et rejette ce projet de loi réactionnaire. Nous ne voulons pas travailler plus longtemps, nous faire voler nos retraites, pour qu’actionnaires, banquiers et patrons s’en mettent encore plus dans les poches ! Trois millions et demi dans les rues, des secteurs en grève reconductible, les étudiant(e)s et lycéen(ne)s qui se mobilisent… nous sommes dans une phase nouvelle de la lutte commencée il y a plusieurs mois. Pour éviter cette extension du mouvement, le gouvernement avait une solution : retirer son projet de loi. Il refuse, choisit l’épreuve de force pour défendre les intérêts de la classe sociale qu’il représente, celle de la minorité de possédant(e)s qui entend tout diriger, et s’accaparer la grande majorité des richesses produites par tous. (…) C’est le blocage du pays qu’il faut organiser pour imposer le retrait de cette réforme injuste. Ne pas se faire voler des années de temps libre, ca vaut bien quelques journées de grève ! »

Nous sommes pleinement en accord : oui, l’UMP défend évidemment les privilégiés. Mais n’oublions pas que, parmi ces derniers, il y a aussi… ses membres élus eux-mêmes et leur régime très spécial de retraite ! « Ici pas de départ à 65 ou 67 ans, rappelle l’historien et journaliste Vincent Quivy sur Rue89. Non. Jusqu’à récemment, le parlementaire pouvait toucher sa retraite dès 55 ans, à 60 ans désormais. Surtout, le député ou le sénateur a l’immense avantage de pouvoir bénéficier du « taux plein » (plus de 5 000 euros) après seulement 22 ans de (double) cotisation. Mais ce n’est pas tout. L’élu sexagénaire a en effet le droit de toucher sa retraite tout en travaillant à temps plein. On l’a vu récemment avec les ministres les plus âgés du gouvernement Fillon qui cumulaient, jusqu’à ce que le scandale les pousse à y renoncer, leur salaire ministériel (14 000 euros) et leur retraite de député. (…) non seulement l’ancien parlementaire peut cumuler salaire et retraite, mais il peut aussi cumuler les retraites. La loi considère que les différentes fonctions électives constituent des activités différentes. Et donnent donc droit à des retraites différentes. (…) Ajoutons, c’est un détail, que ses retraites d’élu local sont exonérées d’impôt et de CSG. Des privilèges que, visiblement, l’exécutif paraît peu pressé de faire disparaître. Et que les parlementaires ne semblent pas trouver injustes. La pénibilité de la charge et la précarité de l’emploi sont, sans rire, mis en avant par bien des élus. » Cet article date du 12 octobre dernier. Et si Vincent Quivy constate que « l’exécutif paraît peu pressé », c’est que s’est déroulé à l’Assemblée nationale le 9 septembre un épisode très peu médiatisé : « Le député Verts François de Rugy soutient l’amendement 249 rectifié, relate Rue89. Késaco ? Tout simplement, un article additionnel au projet de loi sur la réforme des retraites. Un texte très court qui prévoit la chose suivante : «Le gouvernement présente au parlement, avant le 31 décembre 2010, un rapport établissant la situation des régimes spécifiques de retraite des membres du gouvernement et des parlementaires et définissant les conditions d’un alignement rapide et effectif de la situation de leurs régimes spécifiques sur le régime général, visant notamment à un encadrement strict des pensions reversées, tant dans leurs possibilités de cumuls que dans leurs montants.» Le député Vert François de Rugy insiste pour que le régime très spécial des parlementaires fasse l’objet d’une réforme, interdisant le cumul de cette retraite avec d’autres traitements : «J’espère que l’Assemblée nationale saura prendre ses responsabilités. Le bureau de l’Assemblée, d’ailleurs sous la pression d’un certain nombre de débats externes, a pris les siennes. Je souhaite que ses conclusions aillent dans le sens d’un alignement sur le régime général. Nous plaiderons en tout cas, pour notre part, dans ce sens.» Réponse du rapporteur de la commission des affaires sociales, le député UMP de la Moselle Denis Jacquat : «S’agissant du point qui vient d’être évoqué, je rappelle que, sous la présidence de Bernard Accoyer, une réflexion est menée par le bureau de l’Assemblée nationale. Le sujet qui vient d’être soulevé entre, je le pense, dans les attributions de ce dernier, qui établira des règles. Attendons ses conclusions. Nous sommes, comme je l’ai dit tout à l’heure, pour l’exemplarité. Nous n’avons rien à cacher à ce propos. Je suis, par conséquent, défavorable à cet amendement.» Rien à cacher, mais il est urgent d’attendre. Une position partagée par le ministre du Travail et de la Solidarité qui refuse, lui aussi, d’endosser une réforme pourtant si ardemment défendue lorsqu’il s’agit du commun des mortels. Eric Woerth esquive : «Le régime des parlementaires relève, quant à lui, du bureau de l’Assemblée et de ses règles de fonctionnement. Je pense aussi qu’il convient d’évoluer en la matière. J’ai demandé à plusieurs reprises aux parlementaires de s’en saisir et de modifier leur régime de retraite.» Fin de la discussion, amendement rejeté. Les parlementaires ont gagné quelques mois de répit, sans passer par la case manif. » Voici le texte de l’amendement dont l’UMP n’a pas voulu : « Nos concitoyens supportent de plus en plus difficilement l’idée selon laquelle leurs élus et représentants bénéficieraient, dans leurs rémunérations comme dans la gestion de leurs droits sociaux, de dispositions dérogatoires du droit commun. Les différents systèmes mis en place pour sécuriser l’exercice de responsabilités politiques demandent à être harmonisés, afin que l’ambition légitime de permettre à chacune et chacun de s’investir dans les affaires publiques ne soit plus perçue comme une tentative de créer ou laisser perdurer des privilèges indus. » Eh bien si, ils perdureront ! Serrez-vous la ceinture, citoyens, il faut faire des efforts, nous disent-ils… L’éternel « fais ce que je dis, pas ce que je fais ».

Soutenez Plume de presse

Cet article vous a intéressé ? L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

Partagez cet article

  21 commentaires à “Cette réforme des retraites qui épargne… celle des parlementaires”

  1. […] This post was mentioned on Twitter by Olivier Bonnet, turandot. turandot said: RT @OlivierBonnet: Cette réforme des retraites qui épargne… celle des parlementaires http://alturl.com/nhbio Pas touche aux privilèges ! […]

  2. Merci Olivier d’accorder à cette info l’importance qu’elle mérite.

    J’avais été surpris qu’elle n’ait suscité aucune réaction lorsque je l’ai évoquée le… 9 octobre ! (cf. dernier commentaire à ton « Retraites : un front uni de la gauche pour faire reculer Sarkozy »

    Sans doute ai-je été trop… énigmatique.

    En tout cas bravo pour ton boulot.

  3. Savez-vous où et comment peut-on se procurer la liste des députés ayant voté contre cet amendement 249 ?
    J’ai cherché (mal, certainnement) sur le site de l’Assemblée Nationale sans résultat.
    Je serais curieuse de vérifier si les élus de « l’opposition » l’on fait ou non.

  4. Sur 4.800 stations gérées par Casino, Carrefour, Auchan, Cora, Leclerc et Intermarché, « il y en a quelque 1.500 en rupture d’un produit ou totalement à sec », a déclaré à l’AFP Alexandre de Benoist, délégué général de l’Union des importateurs indépendants pétroliers (UIP, grande distribution).

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5i7CgRkZVAlpPg9xdmN_81Qad-uOg?docId=CNG.c7e0d96e7c1f04e60dc126431d0655d4.a1

    Autrement dit :

    Casino, Carrefour, Auchan, Cora, Leclerc et Intermarché ont 1.500 stations-service en rupture de stock.

    Mais ça, ça ne concerne que 4.800 stations-service gérées par Casino, Carrefour, Auchan, Cora, Leclerc et Intermarché, sur un total de 13.000 stations-service.

    Il en manque 8.200 sur lesquelles nous n’avons aucune information.

    Et les stations-service Total ?

    Et les stations-service Esso ?

    Et les stations-service BP ?

    Combien de milliers de stations-service sont en rupture de stock EN TOUT ?

  5. Ce matin Bayrou a dit qu’il avait voté contre, mais je n’ai rien compris à ses raisons, il a bafouillé n’importe quoi.

  6. Les juristes commandités par les oligarques instruisent la liquidation des droits des travailleurs, des libertés civiles, et fabriquent en même temps un régime d’exception aux parlementaires chargés d’appliquer ces instructions; la captation des ressources personnelles des gens.

    L’oligarchie corromps la représentation politique pour la vider de sa substance. C’est habile et grossier à la fois. Cela ressemble a du Suarto, ou du à Pinochet.

    Le système français avait permis l’émergence d’un antagonisme équilibré entre le syndicats du travail et du patronat. On voit comment le Medef remercie la démocratie qui lui a permis son essor.

    En 40, l’occupant avait réussi à segmenter la responsabilité civile et policière pour parvenir à ses fins, chez lui comme ailleurs.
    Ici, l’idéologie, c’est la division par l’argent, ça par de haut.

  7. 4 députés verts ont déposé l’amendement, l’UMP a voté contre, socialistes et communistes…. se sont défilés!!!! Ils ont refusé de prendre part au vote. Il faudrait afficher ça sur tous les murs et sur toutes les pancartes de défilé, en gros caractères rouges.

    • Le vote concernant les amendements se passe en gros comme suit :

      1/ Avis de la commission

      2/ Avis du gouvernement

      3/ Vote à mains levées

      Le président apprécie si l »amendement est rejeté ou approuvé. En 30 secondes, hop, c’est fini.

      Dans le vote à main levée le scrutin n’est pas nominatif. On ne peut donc pas connaître le détail du vote sur les amendements. Le président (ça se passe pareil au Sénat)regarde vite fait si les représentants des groupes qui ont la majorité votent pour, ds ce cas amendement adopté, sinon amendement refusé. Suivant…

      Le « débat » est ici : http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2009-2010-extra2/20102006.asp#P6286_9457

  8. Ils ont voté à main levée!!! courageux, mais pas téméraires, on n’aura donc pas de noms. En gros, l’UMP a voté contre, et les députés socialistes et communistes n’ont pas souhaité prendre part au vote…

    Ils vont sûrement nous expliquer pourquoi.

  9. HORS SUJET … QUOIQUE… Ce soir, lavage de cerveau organisé par Pfimlin : vous commencez sur France 3 « enquête au coeur de l’ultraviolence »,Elise Lucet (grande journaliste) : invité Hortefeux… puis, sans vous lasser vous continuez sur France 2 : Benoit Duquesne « complément d’enquête » : Terrorisme. Si après ça vous allez dans les rues demain, c’est à vos risques et périls !

  10. A croire qu’il faille rejouer la nuit du 4 août 1789. OK, je suis prêt !

  11. Députés et sénateurs : très copains à droite et à gauche pour défendre leurs avantages acquis : indemnités élevées, système de retraite ultra-avantageux….

    A lire :
    http://www.rue89.com/2010/10/16/la-reforme-des-retraites-est-suspendue-pour-les-parlementaires-171534
    http://www.bakchich.info/Retraites-pas-touche-au-tresor-des,12159.html

    Ah ces socialistes… toujours autant de différences et ambiguités entre leurs propos médiatiques et leurs actes ! et après ils s’étonnent de leurs défaites présidentielles…

  12. Pénurie de carburants : plus de 2.600 stations à sec, l’Ouest le plus touché.

    En agrégeant les chiffres de Total, des indépendants et des grandes surfaces, le nombre de stations touchées par un manque de carburant dépasse les 2.600 stations.

    http://www.lepoint.fr/societe/penurie-de-carburants-plus-de-2-500-stations-a-sec-l-ouest-le-plus-touche-18-10-2010-1251172_23.php

  13. Je ne sais si vous avez lu ce texte, qui m’a paru intéressant :

    http://socio13.wordpress.com/2010/10/14/retraites-le-ratio-quon-vous-cache-par-jean-gadrey/

    Il se place d’un point de vue légèrement différent, et apporte, me semble-t-il, encore un peu d’eau à votre moulin.

    Cela dit, M. Bonnet, évitez le surmenage ! On a besoin de vous.

  14. Bravo Monsieur Bonnet, il est largement temps de mettre le nez dans la réalité à ceux qui en sont complètement épargnés de tout, même de la justice.

    Une minorité veut conserver ses privilèges d’élu tout en accordant de nouveaux cadeaux aux plus riches d’entre-nous (ISF) en nous disant que les caisses sont vides, autant nous traiter d’idiots directement !

    N’oublions pas de parler des parlementaires Européens en même temps, la France et l’Allemagne assument à eux seuls 30 millions d’euros soit 40% des salaires des 732 députés Européens….
    (une piste supplémentaire au sujet des déficits …D’ailleurs il faudrait nous expliquer à quoi sert le parlement Européen à part faire des copier/coller des textes made in USA et des cabinets de lobbying)

  15. Bon, on sait ce que l’on fait demain, c’est déjà ça !

  16. Merci, Olivier , limpide et efficace comme d’habitude 😉

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)