Mar 152011
 

Pour parler de l’information et des médias à l’heure d’Internet, le club Démocraties réunit notamment, le 26 mars à Paris, les remuants acteurs de la presse en ligne, avec Nicolas Beau de Bakchich, Pierre Haski de Rue89 et François Bonnet de Mediapart. Votre serviteur se chargera d’apporter sa modeste contribution de journaliste blogueur indépendant.

Le club de réflexion politique Démocraties organise, le 26 mars à la Mairie du 3ème arrondissement de Paris (Salle des fêtes Odette Pilpoul, 2 rue Eugène Spuller, 75003 Paris, métro Temple) un colloque sur le thème : « Information et médias, quels nouveaux pouvoirs d’Internet ? » Pour assister à cette manifestation, une inscription préalable par courrier postal est nécessaire (10€), suivant les indications du formulaire en ligne sur le site de Démocraties.

Voici le programme complet du colloque

9h35 : Ouverture du colloque par Alain JOXE, sociologue, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, président du Centre interdisciplinaire de recherche sur la paix et d’études stratégiques.

10h – 12h45 : Internet : un nouvel environnement technique, juridique, journalistique et démocratique.

Internet et Etats, une guerre technologique ? Benjamin BAYART, président de French Data Network.

La défense sur Internet, Guillaume-Denis FAURE, avocat à la Cour, cabinet Bird & Bird.

Le temps de l’information s’est modifié du vertical à l’horizontal. Qui labélise ? Qui garantit ? Ivan LEVAÏ, journaliste à France Inter, président de l’association Presse liberté.

Diplomatie, démocratie, transparence après la bombe Wikileaks, François NICOULLAUD, ancien ambassadeur.

Entre liberté d’expression et vulnérabilité permanente, Olivier BONNET, journaliste indépendant et blogueur.

– Internet, un outil au service de la démocratie dans les pays en voie de développement ?L’exemple de l’Egypte, Ahmed YOUSSEF, journaliste, correspondant de Al Arham à Paris.

12h45 – 14h45 : déjeuner au restaurant « Le blanc cassis »

14h45 – 17h45 : Internet et l’information : pouvoirs, contre-pouvoirs, risques.

– Internet : une révolution du droit à l’information, Florence BOURG, avocat à la Cour.

– Rue 89 et le journalisme participatif, Pierre HASKI, journaliste, fondateur de Rue 89.

– L’expérience Bakchich, Nicolas BEAU, journaliste, fondateur de Bakchich.

– Banana République contre le Prince Jean, Phyrezo, blogueur.

– Pourquoi Internet devient le média d’un journalisme de qualité ? François BONNET, journaliste, rédacteur en chef de Mediapart.

– Recul de l’actualité internationale dans les médias américains : la riposte par le web, Ben BARNIER, journaliste, correspondant du Global Post à Paris.

17h45 : Conclusion par le Général (2S) Henri PARIS, président de DEMOCRATIES.

Partagez cet article

  14 commentaires à “Colloque « Information et médias, quels nouveaux pouvoirs d’Internet ? »”

  1. Ouf! c’est réparé… Cela aurait été dommage de rater cette annonce du colloque prévu. Il risque d’être passionnant. Et tu seras aux premières loges!

  2. Bon, tu brandiras le drapeau du journalisme citoyen, Olivier, on compte sur toi…

  3. Hélas, les provinciaux ne pourront pas bénéficier de ce grand moment de débat. Alors j’espère que des compte-rendus seront élaborés voire, I have a Dream, que la totalité des débats soit filmée et diffusée sur internet… Merci d’avance.

    • Tous les colloques de Démocraties donnent lieu à une transcription (des actes) qui peuvent être achetés auprès de Démocraties à un prix modique….dès que la transcription est faite.

      Vous parlez d’enregistrement diffusé sur le web : imaginez un colloque la durée du colloque, 7 ou 8 heures, ce serait fastidieux, non que de le suivre… à part si c’était de la VOD c’est à dire interruptible à tout moment avec possibilité d’accélérer les passages qui ne vous intéressent pas.

      En espérant avoir répondu à votre question.

      • Ben oui, mais lire un débat public, ça le fait pas.

        Alors peut-êtrre pas débat filmé, mais enregistré ? Non ?

        • Là se pose un problème de droit : quand vous traitez de problèmes « sensibles » dans ce genre de colloques ou de manifestations, il y a ce qui se dit dans le feu de l’échange et ce qui peut être gravé dans le marbre.

          En d’autres termes, les actes qui sont publiés le sont après relecture des intervenants qui acceptent de dire certaines choses dans le feu de l’action (beaucoup plus que sur les plateaux des médias…) mais qui peuvent quelquefois, très rarement c’est vrai, demander que certaines choses prononcées devant 100 ou 200 personnes ne figurent pas dans les actes.

          Par contre, ces éléments sont dans les bandes son ou vidéo et beaucoup d’associations qui ont de très faibles moyens financiers y regardent à deux fois avant de risquer des procès, pour diffamation par ex.

          Demandez à Olivier Bonnet ce que c’est que d’assumer ce risque.

          Ce n’est pas de la censure, c’est simplement une évaluation des risques…

          D’autre part, je ne suis absolument pas sûr que pour des tas de raisons liées à la loi, tous les intervenants accepteraient que l’enregistrement vidéo ou audio soit mis en ligne et s’il l’acceptaient, cela restreindrait forcément leur liberté de parole à la tribune…

          Cela pénalise les absents…j’en conviens mais il n’y a jamais de solution idéale.

  4. Oulala y’a Ivan Levaï au secours….

    Bon courage Olivier !

    Avant ce colloque, jeudi 17, ne pas oublier le procès des 4 à Bobigny, rassemblement à partir de midi devant le tribunal. http://www.europalestine.com/spip.php?article5979

    Et puis, tiens, pour une fois que TF inspire autre chose que l’envie de vomir : http://www.europalestine.com/spip.php?article5987

  5. « Votre serviteur se chargera d’apporter sa modeste contribution » J’adore quand tu nous la joues majordome de sous-préfecture. 😉

  6. Démocratie incomplète. Une seule femme dans votre panel.

    • Si vous saviez comment c’est difficile pour arriver à constituer un plateau cohérent…des centaines de coups de tél. et de mails avec des journalistes qui répondent après 15 sollicitations !

      Effectivement, c’est un constat : il y a peu de femmes sur l’estrade mais il n’y a nul machisme. Simplement des contraintes diverses et variées…

    • « Démocratie incomplète »?

      Ce qui compte c’est la diversité des idées et des origines sociologiques, pas la couleur ou le sexe, non?

      • Bien dit… et si vous saviez la difficulté qu’il y à réunit un panel représentatif quand on a peu de moyens financiers et qu’on ne peut louer des salles prestigieuses où tant les intervenants que les auditeurs adorent aller…

        Si en plus il nous faut des quotas…Mais je constate qu’une fois de plus, sur l’estrade, les femmes sont fort peu nombreuses.

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)