Sep 252012
 

« Nous regrettons l’alourdissement des prélèvements obligatoires sur les entreprises alors qu’il serait nécessaire, au contraire, de développer une stratégie de baisse, qui seule permettra l’amélioration de la compétitivité de notre économie » : comme d’habitude, la présidente du Medef, Laurence Parisot, joue sa pleureuse. « C’est le niveau de vie de chaque Français, notre potentiel de croissance et pour tout dire notre avenir qui sont en jeu. Il y a urgence », menace-t-elle. Il est très amusant d’entendre constamment le même discours patronal« faites-nous des cadeaux, tout le monde en profitera ». Qu’importe si, en réalité, la richesse est confisquée et que ce ne sont jamais les salariés qui en bénéficient, avec des rémunérations désespérément bloquées. Tandis que celles des grands patrons et les dividendes distribués aux actionnaires… On assiste en réalité à une véritable spoliation de la collectivité par les entreprises, grâce à la baisse constante de leur contribution, comme l’illustre cet édifiant graphique (dont voici la source), déniché par le camarade blogueur de Politeeks, qui le publie sur sa page Facebook.

Mais ça n’empêche pas la Parisot de continuer à pleurer et elle a bien raison, puisque aussi bien les gouvernements de droite que ceux censément de gauche, en réalité sociaux-libéraux, se rendent constamment complices du patronat pour tondre le peuple.

Partagez cet article

  9 commentaires à “Comment le patronat vole la collectivité (la droite et les sociaux-traîtres complices !)”

  1. Expropriations et autogestion!

    La seule solution.

    Misère…

  2. « en réalité sociaux-libéraux, se rendent constamment complices du patronat pour tondre le peuple. »

    et le pire c’est qu’ils égorgent des enfants en ricanant

  3. Tiens, un jour où j’animais un atelier de dessin dans une école de management, un de mes élèves a carrément affirmé que les entreprises ne devraient pas payer d’impôt puisqu’elles donnent du travail et donc font vivre les employés, qui lui coûtent cher…

    Avec de telles pensées, on peut relever le niveau du combat à mener !

    Si les employés sont inutiles, pourquoi l’entreprise les embauchent elle ?
    Pour vivre, n’utilise-t-elle pas les routes ? N’a-t-elle pas besoin d’école pour former ses employés, même les moins qualifiés ? En cas de pépin, ne compte-t-elle pas sur les pompiers ? N’utilise-t-elle pas les résultats de recherche scientifique ?
    Au contraire, augmentons les impôts sur les sociétés pour obtenir l’excellence des services d’intérêt général. Enfin au départ : que tous payent l’impôt qu’ils doivent payer au lieu de planquer, et ça vaut aussi et surtout pour les boites du CAC40 !

  4. Un seul regret concernant cet article, l’absence de sources concernant les données ayant permis de générer le graphique.

  5. Facile pour les sociétés de ne plus payer de taxes en France (ou en Europe), la société a des filiales en Chine ou en Inde, et bien sûr tous les bénéfices sont réalisés par ces filiales, ce n’est pas du tout une astuce comptable pour ne pas payer de taxes, non non non !

  6. […] Comment le patronat vole la collectivité (la droite et les sociaux-traîtres complices !) […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)