juil 092011
 

« Comme pour les grandes fortunes, le système fiscal français se montre très accommodant à l’égard du Cac 40, écrit Mediapart le 7 juillet. Entre 2007 et 2009, les grands groupes ont payé 10 milliards d’euros d’impôts sur les sociétés, alors qu’ils réalisaient plus de 230 milliards d’euros de bénéfices ! Pour eux, la France ressemble à un paradis fiscal. » Les Echos précisent : « Soit un impôt sur les sociétés équivalent en moyenne à 86 millions d’euros par groupe et par an, représentant… 0,4% de leur chiffre d’affaires réalisé en France ». Et Marianne de tonitruer : « Scandaleux : l’impôt des groupes privés du Cac 40 n’est que de 3,3% ! Un rapport parlementaire pointe une fois de plus la fiscalité très douce pour le Cac 40 en regard de ce que payent les PME. Mais il est moins connu que 40% de cette maigre enveloppe de 3,5 milliards provient de seulement 4 entreprises (EDF, GDF, France Telecom, Renault) dont l’Etat est encore actionnaire. Les 36 autres ne payent que 3,3%. » Et en ce qui concerne la fiscalité des particuliers ? Après suppression du bouclier fiscal et réforme de l’Impôt sur la fortune, « L’ISF devrait rapporter 2,3 milliards d’euros l’an prochain, contre 3,9 milliards anticipé cette année », calculent Les Echos. Ce qui nous donne un cadeau de 1,6 milliard d’euros aux privilégiés. Conclusion : chaque fois que vous entendez un UMPiste se plaindre que les caisses sont vides, comme récemment le chef de la clique, Nicolas Sarkozy himself, qui déclarait le 29 juin : « Il faut qu’on apprenne à être raisonnable, en comprenant que la France ne peut pas vivre avec des dépenses de fonctionnement au-dessus de ses moyens », sachez-le, ce discours n’est que mensonge et manipulation. Puisque, nous venons de le voir, la droite au pouvoir organise la faillite de l’Etat en asséchant ses recettes*. Est-ce si compliqué à comprendre pour que ces fourbes puissent continuer à marteler leurs balivernes sans être frappés du discrédit que les chiffres révèlent objectivement ?

* Il y a un an presque jour pour jour, nous titrions déjà Comment l’UMP organise la faillite de l’Etat, prenant appui sur la révélation qu’en 10 ans, les baisses d’impôts ont représenté le montant faramineux de 100 à 120 milliards d’euros. CQFD.

Partagez cet article

  8 commentaires à “Comment Sarkozy et l’UMP organisent la faillite de l’Etat”

  1. Un système fiscal avantageux : grandes fortunes, sociétés cac 40…

    Un système politique qui profite de certains avantages : notes de resto injustifiées pour le sénateur ps Pastor ( http://www.rue89.com/schneidermann-9-15/2011/07/05/senat-et-ps-embarrasses-par-les-notes-de-restaurant-du-questeur-pastor) , des sénateurs qui s’octroient une prime de 3500 euros…

    Des amis casés ds des organismes inutiles mais couteux qui en profitent un maximun (D.Baudis épinglé par l’URSSAF= http://midi-pyrenees.france3.fr/info/d-baudis-soupconne-de-frais-non-justifies-69582558.html , ou L.Ferry payé sans faire des cours = http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20110608.OBS4741/ferry-s-est-explique-a-matignon-sur-ses-activites-de-professeur-a-paris-vii.html)….

    Et que dire ;
    * des députés, sénateurs, députés européens, conseillers municipaux… absents de leur poste mais qui touchent leurs indemnités et qui, en + , s’octroient des avantages = voiture de fonction, système de retraites, voyages gratuits …
    * des micro partis crées pour avoir ses subventions ( http://www.lexpress.fr/actualite/politique/dans-la-jungle-du-financement-politique_904525.html et http://www.lepost.fr/article/2011/01/01/2356758_interessons-nous-au-financement-des-partis-politiques.html
    * des organismes bidon (environ 700) mais qui paient bien les amis recasés – de gauche ou de gauche – comme CSA, CESE, UNESCO, AFFIT…. = http://iledere.parti-socialiste.fr/2011/06/16/les-%c2%abfromages%c2%bb-de-la-republique/#more-14114
    * des ministres nommés à leur poste que par amitié (le dernier étant D.Douillet).

    Cette liste, non limitative, démontre que N.Sarkozy et l’ UMP organisent la faillite de la France mais ils st très bien aidés par la pseudo-opposition qui soit profite des avantages soit ne dit rien.

    L’exception française : cumul des mandats, nombres d’élus nationaux ou locaux, existences d’organismes bidon, avantages ijustifiés…. participe au nauvrage financier.

    L’  »élite » de droite et de la gauche socialiste – avec la complicité des verts, du pc, du fn – ont mis en place un SYSTEME DE FAILLITE depuis qq années !

  2. (…) On a beaucoup parlé récemment des « dérives de l’assistanat ». On ne peut être que d’accord : il est grand temps de mettre fin à l’assistanat de la classe dominante par les « petites gens », et de fermer ces paradis artificiels qui sont l’enfer des autres ! (…)

    http://bloginlondon.wordpress.com/2011/06/12/les-paradis-fiscaux-en-7-vers-illustres/

  3. S’il est une caractéristique que l’on peut reconnaître à Sarkozy, au-delà de ses agitations et ses apparentes incohérences et contradictions, c’est au contraire la constance de sa cohérence idéologique dans son action en profondeur…
    Je m’explique !
    Son projet est clairement de formater la France avec le logiciel libéral anglo-saxon : société réduite à un Etat arbitre exerçant quelques fonctions régaliennes (défense plus ou moins nationale, justice essentiellement commerciale, et c’est à peu près tout) pour maintenir l’ordre dans le champ de bataille de la concurrence libre et non faussée du marché libre.
    Évidemment, ce projet, dans notre vieille France, se heurte à de nombreuses résistances « passéistes » qu’il faut vaincre, mais le temps presse…, alors, à défaut, il faut les contourner.
    Comment ?
    Tiens, par exemple, en laissant (ou aidant) la dette s’accroître… pour placer la France dans la position de la Grèce face à « l’obligation » de tout privatiser…
    Théorie du complot ?
    Non, stratégie politique, tout simplement.

  4. Si vous voulez avoir vraiment peur, il faut aller visiter ce lien:
    http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=16&sous_theme=3
    1er trimestre 2001: déficit 54.9 milliards d’euros.
    (pour comparaison, le déficit public annuel ne dépasse cette somme pour la première fois de l’histoire qu’en 1993.. Hon, mais le ministre du budget était alors un certain… Sarkozy Nicolas. Trop de hasard.)

    En 2009 et 2010, Lagarde a réussi à nous plonger dedans de 7.5 et 7.1% du PIB, un score jamais atteint dans l’histoire de France. La seule fois ou la cinquième république s’en était approché c’était, voyons… En 1993. Ballot… Notez que, en terme de grands crus, l’année 2004 (Sarkozy était ministre de l’économie) se positionne pas mal non plus avec ses 60.6 milliards d’€ de déficit.

  5. Je crois en l’appétit de plus en plus dévorant des largements nantis et peu importe que les petits crèvent de faim… Oui, la France est un véritable paradid fiscal!!!

  6. [...] OUI, Nicolas Sarkozy, son équipe gouvernementale et sa majorité présidentielle ont bel et bien amplifié, par leur politique d’aide aux plus privilégiés, fortunés, et leur très mauvaise gestion des finances publiques, le déficit des finances publiques, mettant ainsi le feu aux comptes de l’État. [...]

 Laisser un commentaire

(requis)

(requis)

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>