Oct 242010
 

Nous poursuivons notre grève du zèle  – dix-neuvième jour aujourd’hui – et ses deux articles quotidiens en soutien au mouvement pour les retraites. Mais parfois, nous vous confessons que c’est vraiment dur. De ne pas céder au découragement et laisser en plan le blog, plutôt que de se laisser aller à n’user que d’invectives, tant la tentation est grande. Par exemple, en lisant l’interview accordée au Parisien par Jean-François Copé, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, nous n’avons d’abord ressenti qu’une irrépressible envie de l’agonir d’injures. Lisez plutôt : tous les poncifs les plus éculés de la propagande réactionnaire y sont.

« J’observe que, dans beaucoup d’autres pays européens où il a fallu faire des efforts similaires et même parfois plus importants — 65 ans, 67 ans —, cela s’est mieux passé. Il y a en France une sorte de rituel d’un autre siècle. Grève, manifestations, oui, mais la prise en otage de l’outil économique, c’est intolérable. Il faudra bien un jour que cela cesse, sans compter l’image désastreuse donnée à l’étranger. C’est l’essentiel du pays qui est paralysé par l’action d’une poignée d’extrémistes. Or, chacun doit bien comprendre que nous n’avons aucun autre choix. En cinquante ans, le nombre d’actifs par retraités a été divisé par deux et, parallèlement, le temps passé à la retraite a été multiplié par deux ! On a l’obligation de faire des réformes pour l’intérêt supérieur du pays. » Ils étaient deux à l’interviewer : Frédéric Gerschel et Nathalie Segaunes. Il est absolument intolérable, au bout de plusieurs mois de débat à propos de la contre-réforme gouvernementale, de continuer à laisser désinformer sans réagir ces manipulateurs de l’UMP – et Copé est l’un des pires. Chacun sait désormais qu’il ne s’agit pas seulement d’évoquer l’âge légal du départ en retraite, comme le fait sciemment Copé, sans aborder aussi le nombre d’annuités nécessaire pour bénéficier du taux plein. Or, quand les défenseurs des privilégiés et du capital nous serinent que les autres pays ont consenti des efforts semblables à celui qu’ils réclament – à 85% aux salariés, voyez la « justice » de la chose – ils se gardent bien de préciser ce deuxième élément. 65 ou 67 ans, d’accord, mais combien d’annuités ? En France, ce sera 41,5 – et il se trouve des « socialistes » pour l’approuver ! Et ailleurs ? En Espagne ou en Allemagne, exemples couramment mis en avant par ces tartuffes de la droite, 35 annuités seulement ! Frédéric Gerschel et Nathalie Segaunes, vos lecteurs le savent-ils ? Mais faites votre travail, bon sang ! N’êtes-vous donc que deux dictaphones pour enregistrer et retranscrire pieusement la parole de ceux qui nous mentent sans cesse ainsi par omission ? Encouragé par votre silence coupable, Copé poursuit – pourquoi se gêner : « C’est le financement du système de retraites de 60 millions d’habitants qui est en jeu. On ne peut pas reculer. C’est hors de question. Je n’ai pas entendu une seule proposition alternative convaincante au relèvement de l’âge légal à 62 ans. Il n’y a pas un seul rapport d’experts qui cautionne l’idée folle défendue par les socialistes d’augmenter de 45 milliards d’euros les impôts pour rester aux 60 ans. Il faut quand même un peu atterrir. » Frédéric Gerschel et Nathalie Segaunes, rien à redire ? Votre rôle, pour éclairer le débat, n’est-il pas de remettre les choses en perspective ? Or qu’en est-il de l’évolution de la fiscalité en France depuis dix ans ? Jacques Généreux, Secrétaire national à l’Economie du Parti de gauche, vous rafraîchit la mémoire : « Imaginez que si on avait simplement maintenu le barème de l’imposition sur le revenu de la fin 1999, c’est-à-dire vous éliminez tous les cadeaux fiscaux qui ont été faits aux plus hauts revenus depuis les années 2000, au cours des dix dernières années, mais ça fait presque 100 milliards de ressources en plus pour l’Etat ! Ça fait en direct 65 à 70 milliards de recettes fiscales supplémentaires et pourquoi je dis 100 miliards ? Ça, c’est le syndicat national des impôts qui l’a calculé : eh bien parce que le fait d’avoir creusé de 65 milliards vos recettes fait que vous êtes obligé d’emprunter, de vous endetter, etc. Donc on aurait aujourd’hui, chaque année, 100 milliards d’euros de disponibilité, de marges de manoeuvre supplémentaires dans les caisses de l’Etat si on n’avait pas touché au barème de l’imposition sur le revenu«  (voir notre billet du 28 septembre dernier). Frédéric Gerschel et Nathalie Segaunes, vos lecteurs le savent-ils ? Faites-vous preuve d’un manque de courage en vous abstenant de contrer les arguments fallacieux du roquet de l’UMP – ne nous embarrassons plus de précautions oratoires : lui-même ne traitait-il pas les militants de gauche de « cloportes » ? Ou alors est-ce que votre incompétence vous fait ignorer ces données pourtant élémentaires autant que cruciales du débat ? Toujours est-il qu’en laissant ainsi Copé répandre avec arrogance et mauvaise foi sa propagande libérale, vous vous faites complice de cette monstrueuse entreprise de manipulation de l’opinion. Frédéric Gerschel et Nathalie Segaunes, aujourd’hui ça tombe sur vous, mais l’apostrophe est valable pour nombre de confrères : faites votre travail (bordel) !

Soutenez Plume de presse

Cet article vous a intéressé ? L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

Partagez cet article

  53 commentaires à “Copé répand encore sa propagande éventée: journalistes, faites votre travail!”

  1. […] This post was mentioned on Twitter by Graeme, Olivier Bonnet. Olivier Bonnet said: Copé répand encore sa propagande éventée : journalistes, faites votre travail ! http://alturl.com/5cgn8 #retraites […]

  2. Oui mais justement, le « travail » de ces « journalistes » là consiste à faire de la propagande et de la désinformation pour mieux servir le pouvoir. Ce ne sont pas des journalistes, ce sont des larbins. On va les appeler les « journalarbins » tiens… Ces gens là sont la honte de la profession !

  3. Ça n’a rien à voir (tu parles !) mais je viens d’entendre Jean-Luc Mélenchon sur France Inter (l’émission d’Achilli à voir sur iTélé)…

    Il a été parfait : pas trop de gouaille, pas d’insulte, mais toujours de la conviction, de l’enthousiasme, de la précision…

    Je poste chez toi, mon p’tit chou, parce que son site est pris d’assaut ! Pas moyen d’y accéder ! Tu lui transmettras, hein ?

    Merci

    PS : tu sais qu’t’es bon, toi aussi. Excellent démontage du larbinat à propos de Copé. Et merci pour ta grève du zèle. Tu es le premier site que je visite dès que j’ouvre mon ordi…

    Bises.

    Alexandria

  4. Merci Olivier !
    En tout cas les élèves de 6ème ont fait aussi leur travail.
    Pour le partage du gâteau, ils ont tout compris !

    « …Les calculs sont-il compliqués ? Des professeurs de mathématiques ont voulu en avoir le cœur net. Ils ont soumis la question, sous la forme d’un problème d’arithmétique, à un millier d’élèves de classes de 6e.

    Ils sont partis des données incontestables suivantes :
    – au cours des 40 dernières années, avec une croissance annuelle moyenne de 2 %, le PIB est passé de 1000 à 2000 milliards d’euros
    – au cours des 40 ans prochaines années, le nombre de personnes de plus de 60 ans va en gros doubler
    – dans l’hypothèse où, sur les 40 prochaines années, la croissance serait seulement de 1 % en moyenne annuelle (le gouvernement promet 2 % et plus, afin de faire reculer le chômage), le PIB passerait de 2000 milliards en 2010 à 3000 milliards en 2050.

    Les professeurs ont convenu que les 2000 milliards seraient représentés par un gâteau de 2000 grammes et les 3000 milliards par un gâteau de 3000 grammes.
    Ils ont soumis l’énoncé suivant aux élèves :
    « En 2010, dix salariés produisent un gâteau de 2000 grammes, à partager avec 4 retraités. En 2050, dix salariés produiront un gâteau de 3000 grammes à partager avec 8 retraités.
    Calculer le poids de la part de gâteau de chaque personne, en 2010 et en 2050. La part de chacun en 2050 sera-telle plus petite qu’en 2010 ? »
    99 % des 1000 élèves ont répondu :
    – en 2010, la part de chacun est de 143 g (2000 : 14)
    – en 2050, la part de chacun sera de 167 g (3000 : 18)
    – en 2050 la part de chacun aura donc augmenté par rapport à 2010

    Aucun élève de 6e n’a donc trouvé le même résultat que Sarkozy, Fillon et Woerth au problème de partage du gâteau !

    Profitant du débat « Quel avenir pour les retraites ? », entre Xavier Bertrand et Bernard Thibault à Lyon le 25 septembre 2010, quelques-uns de ces professeurs ont demandé à Xavier Bertrand si les résultats trouvés par les 1000 élèves étaient justes ou erronés.
    Le secrétaire général de l’UMP a reconnu que les résultats trouvés par les élèves de 6e étaient justes, mais que l’énoncé du problème aurait dû préciser que dans les 40 années à venir, une partie de l’accroissement des richesses devra être consacrée à l’augmentation des dépenses de santé et à celles liées à la dépendance (le 5e risque).
    Nous avons donc refait les calculs, en réservant sur le gâteau de 2050 : 100 milliards de plus pour la santé et 100 milliards pour la dépendance.
    Donc, comme si le gâteau de 2050 ne pesait plus que 2800 grammes.

    Résultats du nouveau calcul :
    – en 2010, la part de chacun est de 143 g (2000 : 14)
    – en 2050, la part de chacun sera de 155 g (2800 : 18)
    – en 2050 la part de chacun aura toujours augmenté par rapport à 2010 !

    Les explications du secrétaire général de l’UMP n’étant toujours pas satisfaisantes, nous invitons tous les citoyens à réfléchir à la question suivante : « A votre avis, pourquoi Sarkozy, Fillon, Woerth, Copé, Bertrand et les parlementaires UMP font semblant de ne pas savoir calculer ? ».

    Source :
    *André Martin Co fondateur du site *http://www.retraites-enjeux-debats.org/*

    • Voilà : même des élèves de 6è, avec les données correctes, arrivent à la bonne conclusion. A méditer pour tous les trolls de droite qui se déchaînent actuellement à travers les blogs et forums, comme rarement depuis longtemps : ils sentent que la situation leur échappent et ils enragent.

    • « A votre avis, pourquoi Sarkozy, Fillon, Woerth, Copé, Bertrand et les parlementaires UMP font semblant de ne pas savoir calculer ? ».

      Ils savent très bien calculer justement ! Mais suivant LEURS avantages
      La troupe naboléon enfume tout ceux qui ne veulent pas ouvrir les yeux

      CF : http://www.plumedepresse.net/guillaume-sarkozy-veut-faire-main-basse-sur-largent-des-retraites-complementaires

    • Les explications du secrétaire général de l’UMP n’étant toujours pas satisfaisantes, nous invitons tous les citoyens à réfléchir à la question suivante : « A votre avis, pourquoi Sarkozy, Fillon, Woerth, Copé, Bertrand et les parlementaires UMP font semblant de ne pas savoir calculer ? »

      et pourquoi le Parti « socialiste » fait-il semblant de ne pas savoir calculer en acceptant 41,5 années de cotisation, bordel de merde ?

      • En fait, les umpistes savent très bien calculer, ce sont les professeurs de mathématiques qui sont incapables de poser un problème correctement. Il manque deux données au problème. Le texte exact est le suivant :

        « En 2010, dix salariés produisent un gâteau de 2000 grammes, à partager avec 4 retraités, sachant qu’avant de pouvoir etre mangé, la moisissure aura envahi 40% du gateau. En 2050, dix salariés produiront un gâteau de 3000 grammes à partager avec 8 retraités, sachant qu’avant de pouvoir etre mangé, la moisissure aura envahi 60% du gateau (probablement à cause du réchauffement climatique, la moisissure est de plus en plus active).
        Calculer le poids de la part de gâteau de chaque personne, en 2010 et en 2050. La part de chacun en 2050 sera-telle plus petite qu’en 2010 ? »

        Refaites les calculs, et vous verrez, la réforme des retraites est effectivement indispensable… A moins bien sur qu’on ne trouve un remède co ntre les moisissures, mais ça, tout le monde sait que c’est impossible.

  5. Dans un autre genre, la question à la con de journalistes de France 2 à des lycéennes lors de la manif parisienne du 21 octobre 2010 : « Préférez-vous être ici [dans la manif] ou au lycée ? ». Pas de bol pour les deux journaleux : des salariés du privé et du public ont entendu la question et les ont hués. L’un des deux journalistes, hargneux, nous a menacés de tout et de rien. Son collègue s’est excusé pour lui. Nous leur avons demandé de partir et de poser à l’avenir des questions intelligentes. Plus tard, dans la même manif, une autre équipe de journalistes avec caméra (dont je ne saurais préciser la chaîne) « s’acharnait » sur des lycéens : nous avons entouré le petit groupe et avons entonné : « Médias partout, infos nulle part ». Le caméraman a failli nous balancer sa caméra sur le tête. In extremis il l’a retenue. Nous lui avons gâché son reportage : tant mieux. Cela fait moins de conneries à la télé.

  6. oui, alexandria, c’était parfait, clair et incisif.
    Et il ne lâche rien non plus.

    Olivier, si on pouvait avoir les emails des journalistes et des journaux et autres médias qui ne font pas leur boulot, on pourrait leur écrire pour dire ce qu’on en pense, peut-être que ça les ferait changer d’attitude ?

    • Bah, écris à leur journal. Mais je suis dubitatif sur les conséquences. Quoique, dans tous les cas, ça t’aura défoulé. Comme moi en écrivant ce billet. Sauf que pas assez. J’ai toujours la haine. Je te jure que j’ai fait un énorme effort pour pondre ce billet. Ce que je dis au début au vrai : au départ, je ne me sentais pas capable d’aligner autre chose que des injures !

      • Pourtant, écrire pourrait être une bonne action. Vu le nombre de personnes soutenant le mouvement, il pourrait il y en avoir un certain nombre prêts à écrire simultanément à différents organes de presse et centres de décision. Si quelques dizaines de milliers de personnes font de la sorte, et téléphonent pour savoir si le courrier est bien parvenu, l’organisme ainsi visé sera fortement perturbé et « sentira la pression »… A moindre cout et sans risque…

  7. « les cloportes vous saluent bien ! » M.Copé !

    On va tous vous bouffer vous et le 5% de nantis qui prennent en otage tout un peuple Français !

    Où irez-vous vous réfugier quand la digue qui vient de rompre emportera tout un gouvernement de grotesques ?

    Dans l’île de madame Bettencourt ?

  8. Jamais, autant qu’aujourd’hui, je n’ai vu une grande majorité de journalistes faire un travail de propagande aussi visible. Cela illustre parfaitement les thèses de Herman et Chomsky dans « la fabrication du consentement »!
    Que ceux qui se soumettent à cette propagande ne viennent pas pleurer et parler d’indépendance des médias! Ils sont la preuve vivante qu’ils ont encore moins d’indépendance qu’un laquais!
    Et surtout qu’il ne viennent pas critiquer la presse communiste! Ils sont et font bien pire!

  9. on sait pourquoi il y a tant de millionnaires en france !
    ces 100 milliards annuels cadeaux bonux

    on fait des enormes cadeaux aux cac40, mais cela ne créé pas plus d’emplois, au contraire, cela leur donne le souffle nécessaire pour construire des chaines de productions dans des pays malfamées où des gamins viendront bosser pour 2 euros par jour. C’est ça la mondialisation !!!

  10. Ne lachez pas Olivier, vous nous donnez de l’espoir.

  11. Bon après, il faut bien dire qu’il y en a certainement qui s’y essaient à faire leur métier, celui-ci visiblement empêché par les CRS, la BAC et les armées de robocops pinochetisés.

    Il y a parfois oui comme un parfum de dictature Chilienne au royaume de Nagy-Bosca.

    Regardez par vous -même si vous pensez que j’exagère :
    http://www.lepost.fr/article/2010/10/14/2265309_une-manifestante-violemment-frappee-au-visage-par-un-crs.html

    La jeune manifestante qui se prend un direct dans le visage par un robocop est étudiante en photographie. Les images sont assez saisissantes et on aimerait avoir des nouvelles de cette jeune étudiante dans les jours prochains.

    Pour lecture complémentaire :
    Rue 89 : « Comment la police empêche les journalistes de travailler en manif  » : http://www.rue89.com/2010/10/22/comment-la-police-empeche-les-journalistes-de-travailler-en-manif-172756

  12. Bonjour !

    Les cons osent tout, c’est à cela qu’on les reconnaît. Et dans ce registre, Copé a surpassé son frère Sarkozy. Comment a t-on pu en arriver là ?
    Au delà cette fatwa de mauvaise foi, c’est la question du journalisme indépendant qui se pose. On peut se demander s’il faudra tous les tondre, les journaleux de la propagande, à la libération en 2012 ?

    A+

  13. Surtout ne lachez pas Olivier ! Merci pour ces billets qui nous tiennent informés et nous aident à ne pas (trop) déprimer. Il est vrai que sur votre blog et sur certains médias, notamment via les commentaires, et dans les manifs on sent bien la détermination et la solidarité. De plus en plus de gens prennent conscience de l’incroyable machination perpétrée par la clique au pouvoir au service du capitalisme financier, du risque chaque jour plus grand de voir basculer notre république et notre démocratie. Mais leur volonté de nous écraser est à la mesure de leur peur de nous voir gagner. Les lendemains ne seront pas faciles, mais ne lachons rien. RESISTONS.
    Merci encore et bon courage.

  14. Leur monde est en train de s’effondrer.

    Le monde de Jean-François Copé est en train de s’effondrer.

    Un article formidable, à propos de Jean-François Copé :

    Nouvel Obs, semaine du 1 au 7 juillet 2010.

    Où l’on voit les sans-culottes faire trembler dans des pantalons.
    Dans le temps même où M. Sarkozy fait le sarkozy à l’Elysée, M. Jean-François Copé se verrait très bien faisant sarkozy à la place de Sarkozy. L’idéal serait qu’il puisse le pousser dehors, mais il devra plus sûrement attendre qu’il cède la place. Il lui faut, en tout cas, être prêt.

    En conséquence, il s’agite. Comme l’autre s’agite énormément, M. Jean-François Copé s’agite énormémissiment. Il bouge, il court partout, donne son avis sur tout, dit des bêtises sur tout, c’est mieux qu’un mime, c’est presque un clone et, à part ça, qu’a-t-il dans le cigare qui pourrait nous intéresser, ce M. Jean-François Copé ?

    Il préside à l’Assemblée nationale le groupe UMP, lequel est le parti de la majorité présidentielle, bon point de lancement pour qui veut grimper dans les firmaments.

    Cette haute position ne s’atteint pas, vous pensez bien, sans avoir étudié l’histoire, peut-être même aussi les sciences, sans quoi il n’est pas d’industries mais c’est l’histoire, ces deux dernières années, qui semble avoir monopolisé l’attention de M. Jean-François Copé.

    Il est impérieux en effet de la bien connaître, quand on ambitionne d’entrer dedans. L’an 1789 semble avoir particulièrement intéressé M. Jean-François Copé. Il en fit des rappels remarqués en 2009, il vient encore de s’y référer en ce mois de juin 2010.

    En 2009, quand il s’agissait déjà de réduire le montant de ses retraites et de les lui verser à un âge plus avancé, le peuple voyait des patrons s’arroger des retraites dites chapeaux, chapeaux proprement féeriques dont il ne sortait pas des lapins mais des euros par millions, aussi le peuple grondait-il.

    En 2009, alors qu’on lui présentait la nécessité de supprimer des emplois et leurs salaires afférents, le peuple voyait que le souci de la rentabilité n’empêchait pas de donner des primes proprement pharamineuses à des blancs-becs nommés traders qui n’en revenaient pas eux-mêmes et ne savaient à quoi les dépenser, aussi le peuple se plaignait-il, parfois un peu rudement, de la dureté des méthodes utilisées à son endroit.

    Dureté qu’il attribuait, par quelque écart de la raison, aux abus des riches, à leurs arrangements entre eux.

    M. Jean-François Copé, fort de ses connaissances historiques, s’en alarma. En mars 2009, des patrons étaient séquestrés à Grenoble. «Ambiance digne de la nuit du 4 août », déclara-t-il, et il la jugea « extrêmement dangereuse ».

    En septembre 2009, alors que le président Sarkozy faisait mine de vouloir plafonner les salaires les plus indécents, M. Jean-François Copé, se montrant plus sarkozien que Sarkozy lui-même, évoqua de nouveau cette nuit dont la menace pesait sur la Nation : « Il y a en France une tentation de la nuit du 4 août dont il faut se débarrasser. »

    Juin 2010.

    La nuit du 4 août ne quitte décidément pas l’esprit de M. Jean-François Copé. Le peuple s’indigne d’apprendre qu’entretenant les meilleurs rapports avec les amis de MM. Sarkozy et Copé au pouvoir, la femme la plus riche de France, plus riche même qu’aucun homme, trompe le fisc et planque son fric jusqu’en Uruguay et Singapour.

    M. Jean-François Copé réunit alors les députés UMP à huis clos pour dénoncer « une ambiance », il affectionne décidément le mot, une ambiance qui ne lui plaît pas, « une ambiance malsaine de nuit du 4 août ».

    Malsaine ? Faut-il rappeler qu’en cette fameuse nuit les privilégiés renoncèrent à leurs privilèges et qu’alors arriva bientôt ceci, qui indigna les Jean-François Copé du temps : la République.

    Delfeil de Ton.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/index.html

  15. Copé, c’est le seul de la bande qui me donne envie de donner des baffes !Je ne sais pas de quoi ça provient, sa tête peut-être, ou alors sa manière de parler. Je ne sais pas … il m’exaspère tout simplement, je n’y peut rien.

    J’ai lu aujourd’hui, je ne sais plus où, qu’il veut aussi créer un examen pour … passer en 6eme !! Une petite idée comme ça : et si il y avait plus d’enseignants et des classe moins chargées, en primaire notamment, genre 15 voire 20 par classe par exemple. Dans ces conditions, plus besoin d’examen, le passage au collège se ferait dans de meilleures conditions. Faut tout leur dire à ces crânes d’oeufs.

    Tiens voilà, j’ai la main qui picote…

    • je n’y peux, pas peut
      😀

    • « Copé, c’est le seul de la bande qui me donne envie de donner des baffes ! » Ah ? Pas Xavier Bertrand ? Nadine Morano ? Brice Hortefeux ? Eric Besson ? Christian Estrosi ? Frédéric Lefebvre et Dominique Paillé ? Tous ! A commencer par Nicolas Sarkozy himself, of course.

      • Si si, bien sûr que si ! Mais à la savatte, alors !
        😀
        Non, c’est l’autre avec sa tête de « premier de la classe », déjà tout petit, il ne devait pas être fréquentable, lèche-cul, rapporteur, etc …

  16. Ben quoi, Olivier, c’est la goutte d’eau ? Parce que ce que font ces deux limaces c’est ce qu’ils font tous ! Combien de ces journaleux ayant pignon sur rue font leur boulot ? Tous des carpettes, et fiers de l’être, et qui se soutiennent, en un corporatisme bien compris. Va falloir faire une sacrée lessive pour nettoyer ces écuries d’Augias. C’est un honneur d’être chômeur quand cette engeance, elle, court de micro-trottoir truqué en reportage bidonné tout en bouffant le cul du pouvoir.

    K. Kraus disait d’eux qu’ils auraient demandé à Hercule, une fois sa besogne terminée : Mais enfin qu’avez-vous contre Augias ?

    Et Kirkegaard : « Dieu sait que mon âme est exempte de férocité et je crois avoir au plus haut point conscience de devoir me justifier devant Dieu ; et pourtant, je serais prêt, au nom de Dieu, à prendre sur moi la responsabilité de crier ’Feu’ pour peu que je me sois assuré auparavant avec la rigueur la plus scrupuleuse, la plus minutieuse, que les canons des fusils ne seraient braqués sur aucun être humain, sur aucune créature vivante autre que des journalistes.« 

    • « Ben quoi, Olivier, c’est la goutte d’eau ? » Il faut croire que, ce soir, j’ai eu besoin de m’épancher et de puiser des forces dans vos encouragements. Merci à tous d’avoir répondu présents.

  17. Copé répand encore sa propagande éventée.

    Tous les ministres répandent leur propagande éventée.

    Jeudi 14 octobre 2010 :

    Grèves : « il n’y aura pas de pénurie d’essence », assure Dominique Bussereau.

    Le secrétaire d’Etat aux Transports, Dominique Busserau, a assuré jeudi sur LCI qu' »il n’y aura pas de pénurie d’essence à la pompe », malgré les grèves qui touchent 10 des 12 raffineries françaises, appelant les automobilistes à ne pas se ruer vers les stations-service.

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iI0PwHRQ87JDL1vC-OcjF8Im8dCw?docId=CNG.5e76d58cc690f744236fa121ed00d0ee.21

    Samedi 16 octobre 2010 :

    « Pas de pénurie » de carburant, soutient Christine Lagarde.

    La France ne souffre « pas de pénurie » de carburant, suite aux mouvements de grève dans les raffineries et de blocage des dépôts, a assuré samedi Christine Lagarde, ministre de l’Economie, s’exprimant au nom du gouvernement sur RTL.

    « Le gouvernement confirme qu’il n’y a pas de pénurie », a affirmé Mme Lagarde, en soulignant que « les stocks de carburant sont de plusieurs semaines ».

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5htGTAczxcVwtBksV2dlE0QHh4N7A?docId=CNG.a24892e3e2b745815755ce41a8b60441.d11

    Dimanche 17 octobre 2010 :

    Fillon sur TF1 : « il n’y aura pas de pénurie de carburant ».

    François Fillon a assuré dimanche sur TF1 qu' »il n’y aura pas de pénurie » de carburant à la suite des grèves dans les raffineries.

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gyZVotKw50fsTo8pgd_ahQimT0-g?docId=CNG.2af5526021d4fb9e8c9306f1ce8b643b.881

    Lundi 18 octobre 2010 :

    France-Soir : Y-a-t-il, oui ou non, un risque de pénurie d’essence ? On n’y comprend plus rien…

    Nadine Morano : Non et non ! Je le dis à vos lecteurs : il n’y a pas à se précipiter dans les stations services. Il n’y a pas de risque de pénurie.

    http://www.francesoir.fr/politique-retraite/reforme-des-retraites-il-ny-plus-de-marge-de-manoeuvre.40070

  18. Solidarité avec nous au Brésil !

    Environ 200 personnes, représentant différentes organisations syndicales et populaires brésiliennes, ont fait une manifestation de solidarité et de soutien à la lutte des travailleurs et de la jeunesse de France pour le retrait du projet du gouvernement de Sarkozy qui attaque le droit à la retraite dans ce pays.

    Dans la matinée, environ 2000 personnes issues d’organisations de tout le pays ont fait une manifestation devant le Ministère du travail en de l’emploi, pour défendre la liberté et l’autonomie syndicales et contre les attaques subies par ANDES-SN (Syndicat national des enseignants de l’enseignement supérieur au Brésil).

    Dans l’après-midi, des étudiants et des représentants de différentes organisations se sont dirigés vers l’ambassade française, où a été remis un document en solidarité avec la lutte des travailleurs et des jeunes, et où nous exigeons l’arrêt immédiat de la répression, ainsi que le retrait du projet d’attaque contre les retraites.

    Nous sommes convaincus que la victoire des travailleurs et des jeunes français à l’heure actuelle renforce la lutte de tous les travailleurs dans le monde entier contre les tentatives de faire payer la crise impérialiste internationale par les travailleurs et les secteurs exploités et opprimés.

    Nous ne paierons pas pour l’orgie de spéculation internationale.

    Toute action d’unité et de solidarité que nous pouvons développer en ce moment, alors que le gouvernement français maintient l’intransigeance et augmente la répression pour tenter de vaincre la mobilisation, est décisive.

    Nous appelons toutes les organisations ouvrières et mouvements sociaux à multiplier les actions de soutien et de solidarité, conformément à leur réalité spécifique, et cela particulièrement en Europe, où des batailles avec le même contenu se déroulent dans pratiquement tous les pays.

    CSP – Conlutas

    Centrale syndicale et populaire

  19. Merci M.Bonnet
    Et recevez tous mes encouragements.
    @+

  20. combien pourront arriver à cotiser 41,5 années ? très peu donc même à 67 ans ils auront des retraites diminuées. mais combien pourront attendre 67 ans pour liquider leur retraite ? très peu encore car comme après 55 ans une majorité est sortie du monde du travail, une fois leurs droits aux assedic épuisés, faute de ne pouvoir se contenter de l’ASS, ils prendront leur retraite à 62 ans, une retraite encore plus misérable (manque d’annuités + décote). voilà comment ce gouvernement manœuvre pour payer le moins possible les retraites. ce calcul est d’un cynisme le plus achevé digne de mafieux refusant de payer leurs dettes. face à cette violence le peuple se trouve en état de légitime défense et doit en user sans délai

  21. j’invite, comme je le fais moi-même, tous ceux qui me liront à apporter leur aide aux gréviste de grandpuits par l’envoi d’un chèque en soutien à leur action, et je remercie d’avance Olivier Bonnet de diffuser le plus largement possible cet appel à solidarité

    Pour vos dons, veuillez adresser par chèque, au montant de votre choix, à cette adresse :

    RAFFINERIE DE GRANDPUITS
    INTERSYNDICALE CGT / CFDT
    77720 MORMANT CEDEX

    A l’ordre de :

    Intersyndicale C.G.T. / C.F.D.T. Total GPS

  22. Mise à part l’honnêteté consensuelle qui est la base du journalisme, puisqu’il faut bien communiquer et c’est ce qui explique les emportements si justifiés d’Olivier… (car, malgré tout, il demeure journaliste et se bat pour le meilleur du journalisme, celui de l’éveil et de l’information non manipulée…), il y a toutefois comme une fausse conscience ou une représentation des choses biaisée… que nous ne remettons jamais en cause, et biaisée par ceux qui veulent nous baiser.

    En effet, le fait est qu’il y a deux mondes alors qu’on veut nous faire croire que nous sommes tous sur le même terrain « de JEU » au niveau de la pensée… ou au niveau du Politique. Une forme d’égalité devant le sens ou les mots, (En guise de Ballons !) mais fausse égalité, car il y a ceux qui ne sont là que pour la propagande, l’intox, le mensonge et la désinformation, exactement comme en temps de GUERRE il y a ceux de l’action psychologique sur l’adversaire… — et de l’autre côté, il y a les autres, qu’on abrutit en leur faisant croire qu’il faut garder les bonnes manières.

    Et tandis qu’on nous a jeté à la figure le fameux choc des civilisations pour bien camoufler celui que nous vivons et qui est cet immense choc entre la classe des grands prédateurs qui exploitent à tours de Bras en voulant la mondialisation et la classe des exploités que l’on veut négrifier universellement… et à laquelle nous appartenons.

    Et nous, on croit que ces gens là sont accessibles à la Raison et peuvent débattrent correctement. Nous rêvons ! Ils ne peuvent avancer vers nous qu’avec le mensonge, comme tout bon prédateur. Il ne faut donc pas leur offrir un tapis pour mieux nous croquer, il faut vraiment les regarder comme des ennemis. (Eux, ils n’hésiteront pas à nous descendre par mains militaires interposées…)

    Nous sommes quasiment dans une réalité d’Occupation et les costumes militaires ont été remplacés par des costumes gris et des cravates rouges et énormément de chemises « vichy ». Cependant, eux, ils ne perdent pas le nord ! Ils agressent des mômes de 15 ans, balancent des grenades explosives sur les foules à remplir les hôpitaux, ils organisent des arènes, comme l’Opéra ou comme Bellecour où ils font chauffer la rancoeur à coups de pieds… afin de créer des heurts qu’ils pourront nous rejeter ensuite au visage… via ces fameux journalistes qui attendent et qui ne sont qu’un autre aspect de la flicaille. (Leurs mains étant interchangeables.)

    On ne peut pas de notre côté, garder nos civilités et demander à ceux et celles qui travaillent pour eux et sont comme eux, par choix, d’avoir notre éthique ! Cela ne peut que les faire rire… Aussi, je trouve qu’Olivier est vraiment infiniment généreux de leur tendre la main en se forçant (J’imagine…) à l’innocence de croire que ces gens-là pourraient s’amender. En vérité, c’est à lui-même qu’il fait mal car d’une certaine manière, c’est intérioriser sa colère et une colère, ça se somatise très facilement !

    Mais peut-être qu’il veut éveiller ses propres lecteurs. Toutefois, à ce que je vois, ses lecteurs sont tous au courant !

    Il se pourrait toutefois que je me trompe. Malgré tout, je lui soumets une page que je viens d’écrire en accompagnant ces grèves au fil des lectures des pages de son blog que j’aime bien, page qui peut aider à comprendre tout cela :
    http://www.amaranthes.fr/amaranthes_1.html

  23. j’invite, comme je le fais moi-même, tous ceux qui me liront à envoyer un chèque en aide aux gréviste de grandpuits, afin de leur apporter un soutien matériel mais aussi moral dans leur lutte. je remercie par avance Olivier Bonnet de diffuser cet appel le plus largement possible

    Pour vos dons, veuillez adresser par chèque, au montant de votre choix, à cette adresse :

    RAFFINERIE DE GRANDPUITS
    INTERSYNDICALE CGT / CFDT
    77720 MORMANT CEDEX

    A l’ordre de :

    Intersyndicale C.G.T. / C.F.D.T. Total GPS

  24. mais l’apostrophe est valable pour nombre de confrères : faites votre travail (bordel) !
    faites votre travail, bordel de merde !

  25. Jean-Luc Mélenchon accuse la police de se déguiser en casseur et de jeter des pierres.

    Jean-Luc Mélenchon était invité dans l’émission « Dimanche Soir Politique » sur I>Télé ce dimanche.

    Pour Jean-Luc Mélenchon, la crise, loin d’être finie, est bien devant nous, et on court à un désastre :

    « Le véritable problème, c’est que le monde est en train de basculer dans une crise financière majeure. Nous ne sommes toujours pas sortis de la précédente. »

    « Les Etats-Unis d’Amérique et les principales puissances ont répandu des milliards de dollars dans l’économie, sans que cela se traduise par une reprise de l’activité et de la production. Partout s’appliquent des politiques démentes de contraction de l’économie, puisque partout on va réduire la participation des Etats à la dépense commune. Tout ça nous conduit tout droit à un désastre ».

    Remarque de Françoise Fressoz (Le Monde) : « On ne peut pas vivre avec l’ampleur des dettes qu’on a dans le monde occidental, c’est pas possible. »

    Jean-Luc Mélenchon : « Madame Fressoz, on analysera avec soin les dettes. La part la plus importante des dettes, ce sont des dettes privées, et non pas des dettes publiques. Ce qui fait le coût de la dette, ce sont les taux d’intérêts. Mais dans la main de qui sommes-nous ? Qui nous a mis dans la main des banques privées qui peuvent, d’après des agences de notation, décider de doubler, tripler, et quadrupler les taux d’intérêts, alors qu’elles-mêmes se financent auprès de la Banque Centrale Européenne à quasiment 0 % ? Qui a décidé ça ? »

    Question : « Vous attendez quelque chose de Nicolas Sarkozy à la tête du G20 ou pas ? »

    Jean-Luc Mélenchon : « Mon tempérament optimiste, et pour entrer dans la bienséance commune, voudrait que je dise oui. Mais non, je n’en crois pas un mot. Cet homme est totalement usé. Il y a déjà eu quatre G20 qui n’ont servi totalement à rien. Qu’est-ce qui a changé, mes amis ? Rien du tout ! »

    Il est ensuite revenu sur les manifestations lycéennes où de nombreux incidents ont été à déplorer. Le leader du Parti de gauche y a nettement accusé certains policiers de se déguiser en casseurs et de jeter des pierres, avant de remettre le brassard de policier.

    Et pour Jean-Luc Mélenchon, pas de doute, ces policiers n’auraient pu agir sans ordre du ministère de l’Intérieur.

    http://www.lepost.fr/article/2010/10/24/2279740_jean-luc-meclechon-accuse-la-police-de-se-deguiser-en-casseur-et-de-jeter-des-pierres.html

  26. quelle vie de chien …

  27. Quel vent vivifiant se lève à la suite de tes mots Olivier ! MERCI.

  28. « Journalistes faites votre travail ! » supplie Olivier. Mais ils le font ! Et même très bien… Voilà pourquoi ils ne sont pas au chômage, eux… Avec le zèle qui convient à tout bon domestique ils mettent en pratique les critères permettant de bien faire son travaïe de vrai journaliste : être jaune (et militant), être pro-gouvernemental (clairement ou, encore mieux, insidieusement) et policier (ça va de soi).

    Olivier tu sais ce qui te reste à faire… Prends exemple sur tes confrères des radios privées, par exemple RTL : http://www.acrimed.org/article3466.html

    Ou bien note ce qu’il faudrait écrire pour avoir une place de choix au sein de notre grande PQR :

    « Attitude inconsciente ou volonté destructrice ? Difficile d’avancer les raisons qui ont poussé, à un jour d’intervalle, un adolescent à confectionner un cocktail Molotov un autre à dissimuler dans son sac à dos une bouteille en plastique remplie aux trois quarts d’essence . Reste que ces deux jeunes ont été interpellés, placés en garde à vue et remis à leur famille, hier.

    La veille, en marge de la manifestation contre la réforme des retraites, les policiers surprenaient vers 16 heures, un jeune de 14 ans, isolé, tenant un cocktail Molotov dans une main et un briquet dans l’autre. Arrêté et ramené au commissariat, l’adolescent confiait, lors de son audition, qu’il venait de confectionner l’engin incendiaire à l’aide d’une bouteille de bière et d’un chiffon . « Il voulait voir si ça marchait » apprenait-on hier auprès des services de police. Après dix-neuf heures de garde à vue, l’adolescent , déjà connu des services de police, a été remis, hier matin, à sa mère. Il est convoqué devant le juge des enfants le 3 janvier prochain et devrait être mis en examen pour détention d’un objet incendiaire en vue de préparer une destruction ou une dégradation d’un bien ou une atteinte aux personnes.

    Hier matin, un autre adolescent de 16 ans, a été interpellé devant le lycée par les policiers de la BAC (brigade anti-criminalité). Lesquels, lors d’un contrôle, ont trouvé dans son sac à dos une bouteille remplie d’essence. Auparavant, la BAC était intervenue à deux reprises devant les grilles de l’établissement scolaire où une cinquantaine de jeunes s’était rassemblée. Ils avaient dans un premier temps renversé un container de tri sélectif, avant d’être dispersés par les policiers. Mais rapidement, le groupe s’était reformé devant l’IUT et avait, dans un deuxième temps, récupéré des barrières de chantier pour bloquer l’accès du lycée. La BAC était de nouveau intervenue et avait contrôlé deux adolescents, dont l’un dissimulait cette bouteille remplie d’essence. Placé en garde à vue, l’adolescent, inconnu des services de police, a juste reconnu la possession de l’engin incendiaire, tout en affirmant que quelqu’un lui avait remis. Remis à ses parents hier après-midi, il est lui aussi convoqué devant le juge des enfants le 3 janvier prochain. Stéphane Fournéron, sfourneron@leprogres.fr« 

    Tu vois, c’est pas compliqué, répète :

    1/ Grève jamais ne ferai, et cracherai sur tous ceux qui la font.

    2/ Ma langue n’emploierai qu’à nettoyer le fion du pouvoir.

    3/ Mes articles n’écrirai que sous la dictée du commissariat.

    Et te voici assuré, enfin, d’un emploi stable, et en vue, et fortement rémunéré (ainsi que tout un tas d’avantages à la clef), et la considération de tous les professionnels de la profession. Enfin, au bout, c’est la Légion d’Honneur assurée (demande à Olivier de la Garde, de chez France Info…)

  29. Très bon article qui va droit vers ma pensé du moment, je pense comme toi que la plupart des journalistes ne font pas leur travail ou ils sont tout simplement à la botte du gouvernement, ce qui me paraît beaucoup plus semblable. Je consomme pas mal d’émission politique à la télévision ou à la radio et je fais toujours le même constat : à chaque fois je me dis, mais pourquoi ne lui pose-t-il pas cette question ?, pourquoi ils ne sont pas contredit quand ils disent des inepties, des mensonges énormes. Et bien non, tous passe, et c’est comme cela que l’on désinforme la population. Je pense que le gouvernement veut un peuple docile qui ne réfléchit pas, ne pause pas de questions…
    Ils sont entrain de mettre en place la pensé unique, soit tu vas dans leur sens ou tu es un canard boiteux qui ne mériterai que d’aller suivre un stage de redressement du cerveau de manière à moins réfléchir et à gober tout simplement ce que TF1, Fr2, Europe1, France Info, le Point, le Figaro et canal+ te disent.
    Quand je pense à Elkabbach,Ferrari, Pujadas, Duhamel et Apathie et autres, ils me font gerber et ils mériteraient qu’on leur retire leur carte de journaliste à chacun et qu’ils aillent bosser à l’usine pendant quelques années et leur discours changera peut-être. La télévision est devenue un danger pour les citoyens et une arme pour les politiques. Hélas…

  30. Les hommes du Président

    Qui pourrait rompre le pacte des loups, le résilier ou faire comme s’il n’avait jamais existé ? J’en vois trois. Trois prétendants au statut de Judas…
    Jean François Copé, vous ne savez pas qui sait… mais lui… il le sait. Celui-ci, il va falloir lui donner définitivement les clés de l’UMP si on ne veut pas le voir avec le talent qu’il a, briser tous les trophées, effacer tous les tracés, et trahir tous les secrets.
    Copé c’est le Judas dont on ne peut se débarrasser même si on lui offrait tous nos deniers
    Le deuxième est redoutable. Parce qu’il n’a jamais eu froid aux yeux. Des armes et aucune larme. Besson est son nom.Avec lui, les comptes sont toujours bons, ce sont les amis qui sont mauvais. Et si vous l’entendez aujourd’hui, vous serez surpris de découvrir que tout compte fait c’est son amitié qui l’a emporté. Son lien avec le président est sans raison, sans condition et sans fin. C’est le premier Judas pathétique de l’histoire ecclésiastique !
    Il nous reste qui vous savez même si lui… fait mine de l’ignorer… François Fillon… pour ne pas le nommer.
    Le judas politique par excellence. Il vient de rompre le pacte des loups en déclarant qu’il était un palier et non un allié, l’homme d’aucun homme…l’employé d’aucun employeur ! Vous ne l’avez peut-être pas entendu, mais il avait la main tendue… à tous les amateurs de sous-entendus. A bon entendeur salut !

    http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%20Judas

  31. […] Recettes Régionales et Culturelles : Copé répand encore sa propagande éventée: journalistes, faites votre travail! […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)