Mar 102011
 

« L’agence officielle libyenne Jana a annoncé avoir « appris qu’un grave secret va entraîner la chute de Sarkozy, voire son jugement en lien avec le financement de sa campagne électorale », rapporte l’AFP. Cette annonce, reprise par la télévision officielle, est survenue peu après la reconnaissance par Paris du Conseil national de transition libyen, qui réunit l’opposition au régime du colonel Mouammar Kadhafi, comme le seul « représentant légitime du peuple libyen » et sa décision d’envoyer prochainement un ambassadeur à Benghazi. «  Damned, nous sommes fichus : Kadhafi est au courant pour Woerth-Bettencourt ! Ou alors, en plus des largesses de Mamie Gaga, Sarkozy se serait-il carrément fait financer en douce par un cadeau du dictateur ? Il faudra penser à le demander à son ancien trésorier, Eric Woerth. Ah au fait, dans le cadre de l’affaire Bettencourt, le siège de l’UMP a été perquisitionné. « Les trois magistrats enquêtent sur un éventuel « trafic d’influence et financement illégal de parti politique », raconte Le Point. Selon Europe 1, qui a révélé l’information, ils ont demandé au secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, de désigner trois personnes pour assister à la perquisition. Les magistrats sont repartis avec la liste de tous les donateurs de l’UMP, dit-on de source policière. » Le domicile de l’ancien ministre a aussi été perquisitionné, le 11 février, suite de notre feuilleton Eric Woerth en prison ! « Par ailleurs, les magistrats semblent s’intéresser au rôle joué par l’Elysée pendant l’affaire Bettencourt, ajoute Le Monde. Ils ont ainsi entendu, jeudi 10 février, comme témoin, Patrick Ouart, l’ex-conseiller pour la justice de Nicolas Sarkozy, à l’Elysée, jusqu’en 2009. Ils ont également, comme l’a révélé le Point.fr, fait procéder à des perquisitions à son domicile, et dans ses bureaux du groupe de luxe LVMH, où il conseille Bernard Arnault. » Un bien petit monde que celui de la ploutocratie.

Soutenez ce blog ! Votre serviteur, journaliste au chômage, tente le pari de vivre grâce à plumedepresse : pour deux euros, rejoignez le Club des plumonautes en vous abonnant pour un mois au Kiosque permanent, le rendez-vous pluri-quotidien de notre revue de Web, actualisée en temps réel six jours sur sept. Cliquez sur le kiosque ci-dessous !

Partagez cet article

  14 commentaires à “De Muammar Kadhafi à… Eric Woerth”

  1. Si KADHAFI réussissait à faire avoir de gros soucis judiciaires à notre nabot national, il aurait au moins fait une bonne action dans sa vie de minable et sanguinaire dictateur…

  2. certes oui… mais les intéressés mettront au même plan ces « révélations » et les délires surréalistes de Kadhafi…

  3. ha, ben zut je voulais justement le mentionner, trop tard, le pro était déjà passé par là :

    « L’agence officielle libyenne Jana a annoncé avoir « appris qu’un grave secret va entraîner la chute de Sarkozy, voire son jugement en lien avec le financement de sa campagne électorale »

    bon, encore une histoire de flouze. Décidément y ‘a une étrange odeur vous ne trouvez pas ? Info ou intox ? A suivre…

    Sinon et puisque nous sommes en des temps de pétage de plomb tous azimut, je voudrais attirer votre attention sur deux points car un peuple citoyen est un peuple avertit et définitivement déniaisé et oui, il vaut mieux prévoir que quérir « .

    1/ souvenons-nous de la période électorale espagnol qui vit M.Aznar faussement accuser l’ ETA d’un attentat afin de gagner les élections.
    2/ lire attentivement cette information :  » L’ex-ministre égyptien de l’Intérieur suspecté d’être derrière l’attentat à la bombe d’Alex Church  » :

     » Le procureur général d’Egypte a ouvert lundi une enquête sur le rôle supposé de l’ancien ministre de l’Intérieur Habib el-Adly dans l’attentat à la bombe de l’église « al-Qiddissin » à Alexandrie, la nuit de la Saint-Sylvestre, attentat au cours duquel 24 personnes ont été tuées, a déclaré à Al Arabiya un avocat égyptien  » …

    Lire ici : http://www.reopen911.info/News/2011/03/06/lex-ministre-egyptien-de-linterieur-suspecte-detre-derriere-lattentat-a-la-bombe-dalex-church-du-31-decembre-2010/

  4. Alors là, je dis journalistes, à la chasse ! Si ça pouvait avoir ne serait-ce qu’un commencement de preuve cette affaire, ça serait sans doute la fin du Sarkoland.

  5. Et, très curieusement, pas un mot sur les médias sarkozystes ce matin. Hier soir France 3 journal de la nuit en parlait. Je pensais que ce matin France Inter allait y aller. Eh! bien, non, Val a sorti les baillons. Comme d’habitude ! Pas plus d’ailleurs que des allusions au visage défait de Juppé à Bruxelles quand il a appris par ses collègues étrangers que Sarkozy nommait un ambassadeur en Libye aux côtés de la révolution. C’était pourtant une belle image du nouveau larbin qui se croyait plus gros que le boeuf, livide et crispé.

  6. Ah! au fait, qu’allait réellement faire Guaino à Noël soi disant en vacances chez l’ambassadeur ? Bonne question, non ? Et cela expliquerait l’accueil invraisemblable de Khadafi à Paris, arrogant parce qu’il le tient par les couilles le petit bonhomme en mousse.

  7. La République est plutôt bonne fille avec les ex-ministres qui ont quitté le gouvernement. Ceux qui ne sont pas députés héritent souvent de postes prestigieux.

    Michèle Alliot-Marie va pouvoir retrouver son siège de député sans être réélue. Ce que lui permet la loi, ainsi qu’à tout ministre quittant un gouvernement. Auparavant, ils devaient se soumettre au suffrage des Français lors d’élections législatives partielles. Ils ne se privent presque jamais de profiter de cette automaticité.

    Ce fut le cas auparavant de Christian Blanc, éjecté du gouvernement pour cause d’achats dispendieux de cigares.

    Mais aussi de Xavier Bertrand, qui avait quitté le ministère du Travail, ou d’André Santini, à la Fonction publique. Cela leur permet de retrouver, en cumulant souvent avec un mandat local, une rémunération de 8 700 euros par mois, à laquelle s’ajoutent de nombreux avantages.

    Seule l’ancienne ministre du Logement, Christine Boutin, avait renoncé en 2009 à retrouver son siège de députée des Yvelines après son éviction du gouvernement, pour mieux accepter une mission sur la « dimension sociale de la mondialisation », rémunérée plus de 9 000 euros par mois, somme à laquelle une polémique l’a poussée à renoncer.

    L’attribution de missions est d’ailleurs devenue une forme de compensation assez courante.

    Michel Rocard et Alain Juppé en ont bénéficié en leur temps.

    C’est aussi le cas du maire de Sarlat et ancien ministre de l’Outre-Mer, Jean-Jacques de Peretti. Il s’occupe depuis janvier d’une mission sur la mise en œuvre de la réforme des collectivités locales. Il a été pour cela détaché du poste de conseiller d’État auquel il a été nommé en 2006. « Je ne perçois aucune rémunération supplémentaire pour cela. J’ai simplement un bureau qui m’est attribué », assure-t-il. Le rapport sera rendu en juin.

    D’autres choisissent aussi de devenir avocat. C’est par exemple le cas de l’ex-ministre des transports, Dominique Bussereau, qui donne également un cours à Sciences Po Paris. « J’attends la réponse du barreau de Paris. Je veux aider nos entreprises de transports à l’exportation dans des pays où j’ai eu l’occasion de les accompagner. Mais je respecterai la déontologie en n’intervenant pas sur le terrain national, afin d’éviter tout conflit d’intérêt. »

    Mais, pour de nombreux ministres, l’avenir passe aussi souvent par des nominations de prestige. Elles leur permettent de retrouver des rémunérations autour de 10 000 euros par mois (plus ou moins selon les postes) et un certain nombre d’avantages.

    Xavier Darcos a ainsi été nommé ambassadeur et administrateur à la tête de l’Institut français. Il n’a pas souhaité répondre à nos questions.

    Silence également du côté de Philippe Douste-Blazy, secrétaire général adjoint des Nations unies, chargé des financements innovants depuis 2008.

    Tout comme Rama Yade, promue à 34 ans ambassadrice de France auprès de l’Unesco – ce dont se sont offusqués plusieurs ministres, dont Luc Ferry, qui a officié à l’Éducation nationale. Elle n’est pourtant pas la seule.

    Fadela Amara a été nommée inspectrice générale des Affaires sociales ; Roger Karoutchi, ambassadeur auprès de l’OCDE.

    D’autres avaient aussi bénéficié avant des largesses de l’État. Par exemple Jean-Jacques Aillagon, en tant que président de l’Établissement public du château de Versailles, ou Martin Hirsch, président de l’Agence du service civique.

    http://www.sudouest.fr/2011/03/11/les-anciens-ministres-bien-recases-339113-652.php

  8. Dans cette chasse à courre, les bètes sont nombreuses et pas des moindres : les plus maléfiques. Pourtant, protéger Madame Bettencourt par une tutelle, c’est la jeter dans l’arêne. J’espère que cette histoire de déballage de vols d’argent déguisés en dons va discréditer définitivement le président. Les français sont dur de la comprenette. Il faut un exemple frappant, très concret pour pouvoir dire, enfin, sans que cela soit contestable : notre président et ses sbires sont des gredins. Maintenant, entourloupe ou pas ? Quel est le but du dictateur libyen ? Le dictateur Sarkozy est-il vraiment son point de mire ?

  9. Et si on se penchait sur la vente d’une partie du stock d’or de la France à partir de 2004, lorsque Sarkozy de Nagy-Bocsa était Ministre des Finances et de l’Économie ?

    Le stock d’or de la Banque de France est ainsi passé de 3024 tonnes en 2004 à 2719 tonnes au 31 décembre 2006, alors que le marché était particulièrement instable.

    Rétro-commissions inside ???

  10. Crise : forte hausse des bénéficiaires des minima sociaux en 2009.

    La crise économique a fait croître de plus de 200.000 personnes les bénéficiaires des minima sociaux, qui atteignaient le nombre de 3,5 millions fin 2009, selon des statistiques officielles publiées vendredi.

    http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=06abb3f654c7cc4443d811c35444be6b

  11. Nous savions que c’était Tony Blair qui avait fait revenir dans le cercle de l’oligarchie internationale, le dirigeant Lybien Muammar kadhafi. Le dirigeant britannique qui avait si grossièrement menti à son peuple et si cyniquement manipulé les populations mondiales avec le dirigeant US G.W Bush pour s’emparer du pétrole Irakien, avait aussi permis une nouvelle virginité au dictateur Lybien. Où est Tony Blair aujourd’hui ? Où se cache t-il ? Celui qui fomenta avec la clique US une guerre illégale montée de toute pièce contre l’ancien allié des USA, Saddam Hussein, semble bien absent soudainement. Tony Blair est t-il recherché par la cour européenne des droits de l’homme pour le million de victimes innocentes que sa guerre a déclenché en Irak ? On peut rêver. En attendant, il est intéressant de lire cet article qui montre la corruption des dirigeants européens.

    Où nous apprenons que le fils Kadhafi finançait le parti d’extrême -droite autrichien de Jörg Haider pendant que son père était reçu par Tony Blair en grande pompe dans des fêtes aristocratiques. Décidément ces révolutions arabes de l’autre côté de la méditerranée nous en apprennent beaucoup. Sur eux -mêmes et sur nous – Sur nos  » gouvernorats  » &  » gouvernants « …

     » Saïf El Islam Kadhafi, Moustapha Zarti et Jörg Haider se sont connus à l’Université privée où ils faisaient leurs études de managers à Vienne dans leur jeunesse. Ils sont devenus copains comme cochons. Haider est devenu gouverneur de Carinthie et Saïf “gouverneur de Tripolitaine”, successeur putatif de son colonel de papa. Il a donc été amené à brasser les milliards de pétrodollars affluant dans les caisses libyennes. Résultat – entre autres – : «Il nous faisait parvenir régulièrement de l’argent en liquide avant les campagnes électorales», a déclaré un ancien proche du leader de l’extrême-droite autrichienne en août 2010. Haider, qui dénonçait les privilèges et la corruption de son vivant, a personnellement profité de cet argent, a ajouté la source, précisant qu’une somme de 5 millions d’euros était déposée au Liechtenstein. Gerald Mikscha, ancien secrétaire personnel de Haider et trois autres personnes de confiance avaient accès à ces comptes. Si Kadhafi offrait 5 millions à un petit leader d’un petit pays d’Europe, combien en a-t-il offert au grand leader d’un grand pays d’Europe ? 50 ? 100 ? L’histoire le dira.  »

    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=21478
    http://www.solidariteetprogres.org/article7495.html

  12. Derrière la posture prorévolutionnaire, un grand rêve :

    http://parkane.canalblog.com/archives/2011/03/12/20609279.html

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)