Mar 172011
 

De « la technologie du pouvoir démocratique » à la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Citée par Fakir, dans un excellent article que nous vous recommandons vivement, Bienvenue en démocrature, cette ébouriffante déclaration de Jean-Louis Rocca, chercheur à Sciences Po, selon lequel les dirigeants chinois «ne comprennent rien à la technologie du pouvoir démocratique qui permet aux classes dirigeantes de contrôler le peuple au nom de la légitimité populaire» (Le Monde, 27/03/10). Autre citation pépite livrée par le papier de François Ruffin, celle de Samuel Huntington, l’inventeur du «choc des civilisations» : «Ce qui est nécessaire est un degré plus grand de modération dans la démocratie. (…) Le bon fonctionnement d’un système politique démocratique requiert habituellement une certaine mesure d’apathie et de non-engagement d’une partie des individus et des groupes. » Une phrase à rapprocher de la récente interview de l’essayiste et journaliste Hervé Kempf, interrogé par Basta!, dont nous avons déjà parlé aux abonnés de notre Kiosque permanent : « Tout le discours de l’oligarchie consiste à préserver la fiction de la démocratie. Il est vital pour le maintien d’un système inégalitaire que le peuple continue à croire qu’il est en démocratie, que c’est lui qui décide ». Un peu de démocratie ça va, mais laissez-nous décider tranquilles entre nous-de-l’élite de ce qui est bon pour le monde, sans vous demander votre avis, apathiques abrutis par TF1 que vous êtes ! Ainsi pourrait-on traduire la dernière sortie du ministre du Budget (citée par L’Obs.com), François Baroin, « Il n’y a pas de consultation référendaire à envisager sur un tel sujet [le nucléaire, NdA], soyons sérieux et raisonnables ». Interroger le peuple n’est donc ni sérieux, ni raisonnable, surtout pour les décisions cruciales pour l’humanité ! Et lorsque le président de la République lui-même vante « l’excellence technique » du dispositif de sûreté du parc français, le réseau Sortir du Nucléaire qualifie le propos de « honteux » et l’agence Reuters recense plus de 1000 incidents nucléaires en France en 2010 ! Faudrait-il donc avoir confiance ? L’exemple de Fukushima et les révélations concernant le comportement de ses « responsables », n’y incite certes pas.

« Tepco (Tokyo Electric Power) est le plus grand producteur privé mondial d’électricité. Avec ses 17 réacteurs, il fournit près du tiers de l’énergie nucléaire du Japon, alimentant en électricité la région de Tokyo », résume un communiqué de Lutte Ouvrière, dénonçant « un passé de tromperies et de dissimulations » : « En 2002, la compagnie avait fini par admettre, après que des examens faits par des salariés de la General Electric eurent révélé des dysfonctionnements, que dans les années 1980 et 1990 elle avait falsifié 29 rapports d’inspection faisant état de fissures ou de corrosion sur les enveloppes entourant les réacteurs. Elle avait alors été contrainte d’en fermer plusieurs, dans l’attente d’une inspection. En 2006 et 2007, le gouvernement japonais a relevé de nouvelles falsifications, portant cette fois sur des températures d’eau de refroidissement enregistrées pendant les années 1980. En juillet 2007, un séisme de magnitude de 6,8 frappait la région où est située la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, la plus grande du monde, alors que sa construction n’était censée résister qu’à un séisme d’une intensité de 6,5 au maximum. Là encore, la direction de Tepco avait commencé par donner des informations contradictoires et par minimiser l’ampleur des fuites radioactives. À la suite du tremblement de terre de 2007, les réacteurs furent fermés pendant deux ans, pour permettre à la centrale de se conformer aux nouvelles normes antisismiques. Pendant la fermeture, huit incendies se sont déclarés dans différentes unités, ce qui n’a pas empêché les autorités d’accorder l’autorisation de redémarrage. » Sous la plume de Marianne Lamiral, LO conclut : « Il y a tout à craindre quand, aux conséquences de cataclysmes naturels, tels que le tremblement de terre et le tsunami, s’ajoute une négligence concernant la sécurité des centrales qui a déjà fait courir des périls à la population japonaise. Cela juge un système qui laisse autant de pouvoir de nuisance à ce genre d’irresponsables qui, placés à la tête d’industries dangereuses, se soucient surtout de la rentabilité des capitaux engagés. »

L’illustration est signée Christian pour Come4News.

Soutenez ce blog ! Votre serviteur, journaliste au chômage, tente le pari de vivre grâce à plumedepresse : pour deux euros, rejoignez le Club des plumonautes en vous abonnant pour un mois au Kiosque permanent, le rendez-vous pluri-quotidien de notre revue de Web, actualisée en temps réel six jours sur sept. Cliquez sur le kiosque ci-dessous !

Partagez cet article

  8 commentaires à “Démocrature et nucléocrates”

  1. A bas le nucléaire, trop, c’est trop! Combien de temps allons-nous devoir attendre encore avant que les êtres humains passent avant les profits ?

  2. cet excellent article de Fakir ne m’avait pas échappé. J’avais l’intention d’en faire un billet fouillé, tant l’analyse gagne a être connue… Le contrôle de la voix du peuple apr des experts en manipulation des foules n’est à l’ordre du jour dans aunc parti… Et pourtant, loligarchie s’en nourrit depuis des décennies, UMP et PS confondus.

  3. Pour tout membre du conseil d’administration de la Tepco ou actionnaire,
    le seppuku pourrait encore représenter une sortie honorable …

  4. On pourrait écrire un article intitulé comme suit :

     » De Fukuyama à Fukushima  » .

    L’ économiste Francis Fukuyama , un  » néo -con  » US avait dans les années 80 avec ridicule et emphase ( tout en détournant la perspective marxienne pour mieux l’annexer à l’idéologie néolibérale triomphante ) annoncé la fin de l’histoire et donc  » des Temps » . Le capitalisme total écrasant tout sur son passage, « la fin de l’histoire » était sa parousie économique.

    Son ouvrage  » La Fin de l’ Histoire « , fut ainsi un célèbre mémorandum à la gloire de la libéralisation mondiale totale qui enferma le monde du XXI ° dans des concept néoclassiques du XIX ° siècle. Cette idéologie  » économiste  » a fait long feu avec l’implosion de Fukushima. Car c’est là tout un symbole au delà de la pure horreur qui naît de cette explosion nucléaire au Japon. Sous prétexte de triompher de la nature et des hommes, tout cela se finit à la lueur d’une bougie et sombre dans le désespoir. Les actionnaires auront tôt fait de partir sous de meilleurs latitudes et paysages si tant est que ceux-ci vivaient déjà au Japon.

    On peut dire qu’ avec Tchernobyl et Fukushima nous tenons là le paradigme ultime du système productiviste déraisonnable. Un système scientiste au sens de  » positiviste « , un système où
     » l’économisme  » à tout crin tue tout jusqu’à l’absurde tout ce qu’il fait déchoir, quel que soit les théories funestes parce qu’imposées à la majorité par une minorité absolutiste, que ces deux noms et réalités recouvrent. Tout cela sous l’ombre portée d’ Hiroshima bien sur comme un écho lointain de la seconde guerre mondiale.L’ Etat-parti unique ou l’Etat- financier total signe là leurs méfaits en miroir au mépris des êtres humains et des populations qui n’ont pas voie au chapitre et son emportées à leur corps défendants dans une course vers l’abime, la mort et la désolation.

    Les révoltes mondiales qui se font jour, celles qui ont réussit ou même celles qui ont échouées sont toutes des révoltes pour la dignité et la liberté. Elles sont en même temps un immense sursaut humain contre la tyrannie des autocraties d’où qu’elles viennent ; elles sont surtout pour les temps présents une immense révolution des peuples contre la mondialisation néolibérale qui a imposée contre les majorités des populations du globe ses vues funestes qui nient l’homme et l’écosystème global.

    Mondialisation néolibérale qui confisque pour le profit d’une caste repue et via la minorité financière des spéculateurs sur les places boursières et les agences de notation, la démocratie et la libre délibération qui vouent les peuples à leur propres destinées comme à leur nouvelle interdépendance. Que les uns dirigent d’une poigne de fer ou que les actionnaires annulent par pur profit nihiliste, les délibérations des citoyennes ou des citoyens au sein des communautés humaines, dans les deux cas, c’est la démocratie qu’on abat. La fin de l’ histoire qu’avait préconisé Francis Fukuyama trouve sa réalité performative à Fukushima. Un système effectivement a trouvé là son ultime limite.

    L’ Histoire s’ouvre à nouveau et ce sont les citoyens et les citoyennes du monde entier qui doivent sans tarder reprendre leurs destinées en main en réinventant la démocratie et en construisant de nouveaux contre-pouvoirs et résistances. Oui, l’ Histoire continue. Elle s’évanouira quant l’humanité aura périt complètement.

    Quel fut donc ce rêve mortifère que l’on nous aura encore vendu comme si  » de rien n’était  » ?

  5. A rapprocher de cet article infâme :
    http://www.lepoint.fr/politique/parti-pris/quelques-raisons-de-se-desinteresser-des-cantonales-18-03-2011-1308193_222.php

    Alors que toute personne sérieuse ayant ce niveau de responsabilité devrait défendre toutes les occasions démocratiques, ce monsieur fait exactement l’inverse : voter ne sert à rien ; le monde est trop vaste, trop compliqué, et le péquin moyen devrait avoir la décence de ne pas s’exprimer pour ne pas en rajouter.
    Il n’existe pas un délit d’outrage à la République et à la Démocratie ? Qu’on lui coupe le micro et qu’on l’interdise de clavier ?

  6. Nuage de Tchernobyl en France : le parquet général favorable à un non-lieu.

    PARIS – Le parquet général va requérir un non-lieu dans l’enquête sur le passage en France du nuage radioactif de Tchernobyl lors d’une audience de la cour d’appel de Paris le 31 mars, au grand dam des parties civiles, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

    La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris doit étudier le 31 mars l’appel formé par le Pr Pierre Pellerin, mis en examen pour tromperie aggravée dans cette affaire, contre le refus de la juge d’instruction chargée de l’enquête d’ordonner un non-lieu, a-t-on appris auprès du cabinet de Me Bernard Fau, avocat des parties civiles.

    La juge d’instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy a parallèlement été suspendue dans ce dossier dans l’attente de la décision de la cour d’appel, a-t-on précisé.

    « Cette attitude vise à étouffer l’instruction pénale portant sur la problématique majeure de la communication officielle en direction des populations, lors des catastrophes nucléaires, ce qui est absolument intolérable », a réagi Chantal Lhoir, coprésidente de l’Association française des malades de la thyroïde (AFMT), dans un communiqué.

    L’association demande au garde des Sceaux Michel Mercier d’empêcher toute « entrave » au déroulement de l’instruction, en particulier que le parquet ne requière pas de non-lieu dans cette affaire.

    Dans les jours qui ont suivi l’explosion du réacteur N°4 de la centrale ukrainienne de Tchernobyl le 26 avril 1986, le Service central de protection contre les rayons ionisants (SCPRI), dirigé par le Pr Pierre Pellerin, avait diffusé plusieurs communiqués rassurants, affirmant notamment que « l’élévation relative de la radioactivité » en France était « très largement inférieure aux limites réglementaires ».

    L’enquête sur le passage en France du nuage de Tchernobyl, a été ouverte en juillet 2001 suite à une plainte de l’AMFT et de la Commission de recherche et d’information indépendante sur la radioactivité (Criirad).

    M. Pellerin est seul mis en examen dans cette affaire.

    (Dépêche AFP du vendredi 18 mars 2011)

  7. Ils ont balancé 50t d’eau. J’ai lu un spécialiste du nucléaire qui disait qu’il fallait 30t d’eau par seconde pour refroidir un coeur de centrale. Malheureusement, j’ai pas enregistrer le discours..
    Mais j’ai trouvé ça sur l’EPR de Flamanville :
     » Il est intéressant de noter que pour l’EPR, il faut 57 m3 d’eau par seconde pour refroidir le réacteur « .

    Comparaison n’est pas forcément raison. Il faudrait pouvoir établir les correspondances entre les réacteurs à eau bouillante de Fukushima et l’EPR…

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)