Oct 052011
 

Scoop de L’Express : « Les services de renseignements se sont-ils penchés sur la vie privée de François Hollande ? Des sources policières concordantes, à plusieurs niveaux hiérarchiques, affirment à L’Express qu’au début de 2011, des fonctionnaires triés sur le volet, appartenant à une section de la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris, ont reçu l’ordre d’enquêter sur Valérie Trierweiler, journaliste à Paris Match et compagne du leader socialiste. (…) « Il s’agissait d’établir une notice biographique fouillée sur Mme Trierweiler, y compris sur son réseau relationnel », assure une source proche du dossier. » La préfecture dément et Claude Guéant porte plainte contre l’hebdomadaire. Réaction de la journaliste par la voix de son avocat : « Valérie Trierweiler est très choquée d’apprendre qu’une  enquête ait pu être ordonnée et effectuée, aux fins de fouiller sa vie  privée. Le  démenti opposé par la préfecture de police de Paris ne suffit pas à  dissiper son trouble. En effet, L’Express fait état de sources  policières concordantes, à plusieurs niveaux hiérarchiques, ce qui rend  probable l’existence d’investigations la concernant. Valérie Trierweiler et son avocat vont donc utiliser  tous les recours possibles pour obtenir des explications, tant sur  l’identité des commanditaires que sur les conditions dans lesquelles  cette enquête aurait été menée. Elles n’excluent  aucune voie, y compris judiciaire, pour que cette affaire soit  élucidée. »

Que penser de ce nouveau scandale ? On pense d’abord aux précédents de 2007 : « Ainsi donc, les Renseignements généraux espionnent tout le monde !, écrivions-nous alors, le 2 février. Bruno Rebelle, collaborateur de Ségolène Royal, Antoine Royal, le frère de la candidate, ils enquêtent aussi sur le patrimoine du couple Royal – Hollande… Toutes ces révélations étant assénées, semaine après semaine, par Le canard enchaîné. Le journal suisse Le matin, quant à lui, affirme même que seraient menées des investigations sur la vie privée des « rédacteurs un peu trop à gauche », pour les inciter à se montrer plus conciliants envers le petit César ! Et voilà que Le Nouvel Observateur s’y met à son tour, dévoilant la façon dont les mêmes RG fichent les riverains du QG de campagne de Nicolas Sarkozy. Un candidat à la présidentielle instrumentalisant la police nationale à son bénéfice, en profitant de sa position de ministre de l’Intérieur, voilà qui serait un pur scandale. » Et s’il est entretemps devenu président ? On pense aux affaires Bettencourt, avec l’espionnage des journalistes du Monde, et Karachi, avec la cascade de cambriolages suspects de confrères enquêtant sur le dossier. Il y a enfin la gravissime accusation portée en novembre 2010 par le Canard enchaîné : « Citant des sources anonymes au sein de la division centrale du renseignement intérieur (DCRI), l’hebdomadaire satirique explique que, « depuis le début de l’année, au moins, dès qu’un journaliste se livre à une enquête gênante pour lui ou pour les siens, Sarkozy demande à Bernard Squarcini [patron du renseignement français] de s’intéresser à cet effronté. En clair, de le mettre sous surveillance, de recenser ses relations et, surtout, ses informateurs ». Selon le journal, la DCRI a même mis en place un groupe spécial chargé de traquer les sources de certains journalistes. La méthode, explique Le Canard enchaîné, passe d’abord par la consultation des factures téléphoniques détaillées des journalistes pour identifier leurs sources. » Article 12 de la Déclaration des droits de l’Homme : « La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique. Cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée. » Mais ce président insulte la République.

Partagez cet article

  9 commentaires à “Espionnage de Valérie Trierweiler : le président insulte la République”

  1. Que penser de ce supposé scandale ? Ridicule, ni plus ni moins qu’une boule puante supplémentaire qui finalement ne profite qu’à qui ? à Hollande.

    Si je peux:

    http://corto74.blogspot.com/2011/10/valerie-trierweiler-absourdie-moi-aussi.html

    cdlt,

  2. Bien sur que l’assertion de l’Express est crédible, je l’écris sur mon blog, mais Je n ai jamais écrit que c’était normal et vous ai répondu chez moi.

  3. Est-ce quelqu’un a vérifié si Claude Guéant avait réellement porté plainte pour « diffamation publique à l’encontre d’une administration et diffusion de fausse nouvelle » en référence à l’article de l’Express.fr ? Il avait 3 mois pour le faire.

  4. Intrinsèquement Claude Guéant a raison de porter plainte. Ce qui serait drôle sinon poilant c’est que l’Express sorte des preuves écrites, la semaine suivante. Un peu comme le Canard qui annonce, attend la réaction des politicards, et refait un article avec les justificatifs ad-hoc.
    Patience…

  5. Oui, vous avez entièrement raison, tout le monde espionne tout le monde et nous aussi, en lisant ce livre, on est un peu voyeur puisqu’on entre dans leur intimité..J’ai aussi creusé le sujet et pour découvrir mon avis sur la question, je vous invite à passer sur mon blog: http://christophelucius.fr/post/97058702816/plaidoyer-pour-valerie-trierweiler

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)