Mar 082011
 

Depuis trois jours, tout le monde ne parle que du fameux sondage Harris Interactive donnant Marine Le Pen qualifiée pour le second tour de la présidentielle, dont il était question hier sur notre Kiosque permanent (message subliminal). « Double KO dans la classe politique », annonce en titre le journal de 8 heures sur RMC Info, station toujours utile pour prendre le pouls de la France du café du commerce.

L’Observatoire des sondages peut bien s’égosiller : « Le sondage Harris Interactive publié par Le Parisien le 6 mars 2011 est un sondage internet. Autant dire qu’il ne vaut rien. Significativement presqu’aucun commentateur ne s’en avise… Manifestement, ils l’assimilent à n’importe quel autre sondage et n’ont donc pas encore compris ce qu’est un sondage internet. Un sondage internet joue sur deux incitations : le gain et la conviction politique. La première est antidémocratique et sera interdite si la réforme des sondages est enfin votée. » Justement membre du panel Harris Interactive, nous confirmons, recevant tous les deux ou trois jours un courriel ainsi libellé : « Aujourd’hui, nous vous proposons de répondre à un questionnaire. En répondant, vous pourrez participer à un jeu-concours avec un premier prix de près de 7000 € à gagner ! ». On ne répond pas parce qu’on a un avis ni pour le donner : on espère gagner au loto ! Mais laissons l’Observatoire des sondages poursuivre à propos de l’autre incitation sur laquelle jouent les sondages Internet, la conviction politique : « La deuxième surestime le score d’un candidat d’extrême droite. En tout cas si le coefficient de redressement est le même que pour un sondage par téléphone. Mais le chiffre brut est secret. Secret de fabrication répondent les sondeurs. Si Marine Le Pen a, selon les commentateurs médiatiques, dédiabolisé le FN, il faudrait diminuer le coefficient de redressement pour sous-déclaration des intentions de vote pour le FN. Cela a-t-il été fait dans le sondage Harris Interactive et dans quelle proportion ? Mystère. Secret de fabrication répondent les sondeurs. Conclusion : comment peut-on encore accorder autant d’importance à des chiffres frelatés ? Voila ce qui ne peut être aussi facilement compris que la désastreuse mais compréhensible imposture des sondages et des sondeurs. »

De l’imposture à la manipulationDans son ouvrage Manipulation de l’opinion, ce sont les sondages qui le disent…, Nicolas Jallot, ancien grand reporter, auteur et réalisateur de documentaires, « révèle les vrais-faux sondages commandés et payés par l’Elysée pour faciliter l’accession au second tour de Jean-Marie Le Pen en avril 2002… et garantir ainsi la réélection de Jacques Chirac ». Diable ! Pareille information incite pour le moins à la méfiance. Comment Harris Interactive obtient-il son résultat ? En l’absence de réponse à cette question, qui dit que le pourcentage dont est créditée Le Pen n’est pas démesurément gonflé ? Il suffit de quelques pourcents… On pourrait pourtant se prémunir de ce soupçon de manipulation : « Si seulement la mise en vente libre de cet objet frelaté les conduisait à faire voter à l’Assemblée la proposition de loi adoptée à l’unanimité au Sénat, et qui vise à introduire quelque transparence dans les sondages (proposition actuellement en panne quelque part, forte récompense à ceux qui la retrouveront), s’exclame Daniel Schneidermann d’@rrêt sur images. Il n’est pas question de les interdire, notez bien, ce qui serait stupide, et les sénateurs ne sont pas stupides. Mais de rendre publiques les marges d’erreur (mesure qui aurait suffi à atténuer l’effet de souffle de l’annonce de la victoire de Le Pen, avec 23% sur Aubry-Sarkozy à 21%) et les données brutes. Mais non. » Alors on en est réduit à subir la valse sondagière, amplifiée par la grosse sono médiatique. C’était le 18 février dernier, autant dire il y a une éternité, que La Dépêche publiait l’enquête Ifop ci-dessous.

On peut lire que les scores n’ont rien à voir. Tiens, on a Mélenchon, là à 5,5%. Mais puisque les sondages se suivent et ne se ressemblent pas, convoquons-en un troisième, avec le magazine VSD du 24 février : « L’une peut faire perdre la droite. L’autre peut désespérer la gauche. selon notre sondage exclusif, ils sont au coude à coude », écrit l’introduction de l’article.

Nulle part dans la partie accessible sur Internet ne sont précisées les informations du « sondage exclusif » en question. Mais tout de même ! Si l’on nous dit aujourd’hui que Marine Le Pen arrive en tête du premier tour (avec 24%) et qu’on sait par ailleurs (grâce à VSD) qu’elle est « au coude à coude » avec Mélenchon, un simple recoupement nous livre l’information incontestable et pour le coup vraiment exclusive du jour, que nous n’hésitons pas à asséner aux plumonautes : le deuxième tour de l’élection présidentielle opposera Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ! La seule question qui vaille est donc finalement : pour qui voteront les strauss-kahniens ? Parce que la droite, on le sait déjà.

Soutenez ce blog ! Votre serviteur, journaliste au chômage, tente le pari de vivre grâce à plumedepresse : pour deux euros, rejoignez le Club des plumonautes en vous abonnant pour un mois au Kiosque permanent, le rendez-vous pluri-quotidien de notre revue de Web, actualisée en temps réel six jours sur sept. Cliquez sur le kiosque ci-dessous !

Partagez cet article

  22 commentaires à “Exclusif plumedepresse2012© : Mélenchon au second tour !”

  1. Melenchon, pourquoi pas. Au moins dans ce cas-là j’irai voter.
    Poser la question des Strauss-cancaniens, c’est y répondre. Ca n’a rien à voir la gauche. Profil décideur, libéral, notable de petaoucnok, ultra-libéral à passeport dans la poche de gauche. Ca vote à droite, ces petites bêtes, si on leur enlève leur coastkiller du FMI.

  2. Je fais partie du panel Harris, autant vous dire que je réponds n’importe quoi pour participer au tirage au sort. Je ne vais quand même pas m’emmerder à lire leurs questions alors que j’ai à peu près autant de chances de gagner qu’au loto !

  3. Faites connaître largement l’initiative citoyenne pour obliger les journalistes à dire que les résultats de sondage ne valent pas tripette ; car tout le monde aura connaissance du mouvement citoyen pour les fausser et exiger la transparence.
    Il faut foutre le bordel dans les sondages pour faire pression pour le vote à l’Assemblée de la proposition de loi Sueur adoptée par le Sénat à l’unanimité, contre l’avis du gouvernement, et qui impose des règles de transparence sur le financement et les méthodes d’enquêtes des instituts de sondage.
    Si je suis sondée, je mens !
    Si nous sommes sondés, nous mentons !
    Si vous êtes sondés, mentez !

  4. Mélenchon, PRÉSIDONS !

  5. Même si les sondages sont critiquables et si une loi pour les moraliser est nécessaire, il n’en demeure pas moins que MLP fait de toute façon un score important. Et il ne sert à rien que JLM s’efforce de dire le contraire en critiquant (à juste titre) la façon dont sont fabriqués les sondages car ça ne changera pas la réalité, à savoir la montée du FN…

  6. Euuuh… c’est pas 1er Avril aujourd’hui ? 😉

  7. Tout à fait d’accord pour une manipulation de « l’opinion »..
    En entendant la nouvelle j’ai immédiatement pensé au coup de l’élection Chirac.
    Ici on nous imposerait (par manipulation – voir aussi Chomsky qui a très bien décortiqué le rôle des sondages dans toute manipulation de l’opinion) deux candidats propres sur eux – c’est-à-dire acceptables comme pion-marionnette par les gens de Bilderberg and C° – Gaston du FMI et le sortant, Karcho. Que ce soit l’un ou l’autre pour eux c’est kifkif bourricot, grand zélateur de la dictature néolibérale mondialisée…
    Donc on ressort l’épouvantail LePen, contre le propre sur lui pour créer un réflexe panique de type : « au secours ! pas lui – votons utile » et l’on escamote Mélenchon, .
    Conclusion : Mélenchon ! Mélenchon !
    que les médias n’aiment pas du tout, forcément, à l’instar de leurs patrons… « 

  8. Sur les blogs que je suis régulièrement le loup sort du bois.
    Les avis bien ancrés à droite s’expriment de plus en plus ouvertement. avec de gros relents des années 30.
    La contradiction ne vient que du bout des lèvres…
    Ca ne sent pas bon. Je désespère de mon prochain.

  9. Quand Les gars de la marine sont d’anciens waffen ss on a le droit de qualifier ce parti de fasciste, tu crois, Olivier ? http://gauchedecombat.wordpress.com/2011/03/09/le-fn-est-bien-un-parti-fasciste/

  10. En français s’il vous plaît !

    • A qui parlez-vous ?

    • Enquête : MAIS QUI EST DONC HARRIS INTERACTIVE ?

      L’ensemble de la scène politique française a été secouée, les 5 et 7 mars, par la publication coup sur coup de deux sondages, publiés l’un et l’autre par le journal Le Parisien, réalisés l’un et l’autre par « l’institut » Harris Interactive, et donnant l’un et l’autre Mme Le Pen en tête du 1er tour à l’élection présidentielle qui se déroulera dans plus d’un an. Dans le premier, Mme Le Pen (FN) était créditée de 23 % au premier tour de la présidentielle, devant Nicolas Sarkozy et Martine Aubry (PS), chacun crédité de 21 %. Dans le second, elle était créditée de 24 %, devançant Nicolas Sarkozy et Dominique Strauss-Kahn.

      Mais qui est donc « HARRIS INTERACTIVE » ?

      La société Harris Interactive France n’est qu’une toute petite entreprise, qui ne regroupe qu’une cinquantaine de personnes. En revanche, elle est la filiale d’un groupe beaucoup plus puissant, le groupe américain Harris Interactive, qui dispose de près de 1 300 personnes au niveau mondial.
      Le siège social de Harris Interactive est situé à New York (161 Sixth Avenue, New York, NY 10013) et le groupe est dirigé par un conseil d’administration de 7 membres, dont on trouve la liste sur

      http://ir.harrisinteractive.com/directors.cfm

      Parmi ces membres dirigeants, deux doivent plus spécialement retenir notre attention.
      La PDG de Harris Interactive a été sélectionnée par la Maison Blanche et le FBI.
La personnalité du PDG du groupe américain Harris Interactive, Mme Kimberly Till, est peu banale et assez inattendue à la tête d’un institut de sondage.
      Présentée comme un « global leader », Mme Till a été auparavant PDG de l’institut d’enquête d’opinion Taylor Nelson Sofres pour l’Amérique du nord (de mai 2006 à mars 2008), après avoir été vice présidente d’une filiale de Microsoft Corporation (de 2003 à 2008) et, auparavant encore, une haute responsable du groupe AOL Time Warner, dans des emplois tournés vers les médias.
      Plus intéressant encore, Mme Till a été sélectionnée en 1990 pour suivre le très prestigieux Programme « White House Fellowship ». Fondé en 1964 par le Président Johnson, le Programme « White House Fellowship » a été conçu pour offrir à une quinzaine de jeunes hommes et femmes triées sur le volet la possibilité de travailler pendant quelque temps au plus haut niveau du gouvernement fédéral avant d’aller « essaimer » dans la sphère privée. Comme le précise le site même de la Maison Blanche, « ce programme non-partisan » permet, pour reprendre les termes mêmes du président Johnson, «de donner aux boursiers une expérience de première main et de haut niveau des rouages du gouvernement fédéral et d’accroître leur sentiment de participer à affaires nationales ». En contrepartie de cette année d’expérience, le président Johnson estimait que « les boursiers devaient « payer cette faveur en retour » [« repay that privilege » selon la formule américaine], après leur départ, en « continuant à travailler en tant que citoyens à leurs devoirs publics ». Il espérait notamment « que les boursiers pourraient contribuer à la nation comme les futurs dirigeants ».

      Le très prestigieux Programme « White House Fellowship »
      (cf. photos de la dernière promotion sur :

      http://www.flickr.com/photos/40021250@N05/with/4291737802/

      HARRIS INTERACTIVE EST ÉGALEMENT TRÈS ACTIF POUR PROMOUVOIR « DSK »
      Ce serait une erreur de croire que Harris Interactive a limité son action politique, au cours du mois écoulé, à la seule diffusion et promotion de « sondages » dépourvus de toute scientificité propulsant mme Le Pen au second tour de la présidentielle. Il a également été très actif pour promouvoir la candidature de M. Strauss-Kahn à la présidence de la République en publiant, le 18 février, une étude dithyrambique à son sujet :

      http://www.harrisinteractive.fr/news/2011/18022011.asp

      UN BALLET BIEN RÉGLÉ

      L’orchestration de l’opération a été très soignée puisque, comme dans un ballet parfaitement bien réglé, un certain nombre de protagonistes ont rempli le rôle qui leur était dévolu.

      José Bové a ouvert le bal en affirmant, dès le mercredi 23 février, que s’il y avait un « risque de reproduction du 21 avril 2002, il fau(drait) que le candidat (d’Europe Ecologie-Les Verts) se retire ».

      « Pour l’instant, on maintient une candidature. Par contre, on se donne la possibilité 3, 4, 5 mois avant l’élection, si on est dans cette situation-là, de retirer notre candidature. »

      Opinion partagée par Daniel Cohn-Bendit

      Quelques jours après la parution des sondages Harris Interactive, c’est François Hollande qui s’est joint à ce mouvement en plaidant « pour un front uni de la gauche dès le 1er tour »

      http://blogs.lesechos.fr/guillaume-tabard/ps-entre-peur-et-primaires-a5252.html

      Puis ce fut au tour de Mme Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, qui a fait savoir, le 9 mars, que « face au FN, elle choisit le PS ».

      http://www.marianne2.fr/Face-au-FN-Kosciusko-Morizet-choisit-le-PS_a203647.html?com

      Rappelons que Mme Kosciusko-Morizet est « Young Leader » de la French American Foundation, promotion 2005-2006

      http://www.frenchamerican.org/cms/youngleaders?nid=349

      Pour comprendre les sondages Le Pen, il faut donc remonter la chaîne de commandement et expliquer aux Français que leur origine se situe aux États-Unis d’Amérique, à un institut de sondage présidé par une femme sélectionnée par la Maison Blanche et le FBI (et sans doute très proche de la CIA) et à un conseil d’administration où siège un officier supérieur français, président de la fameuse French American Foundation (FAF) créée par John Negroponte, dont l’objectif explicite est de contribuer à sélectionner les dirigeants français pour le plus grand bénéfice des États-Unis d’Amérique.

      • le Système a décidé de faire élire coûte que coûte M. Strauss-Kahn à la présidence de la République française en 2012 ;
      • comme d’habitude depuis 28 ans, le Système a prévu d’avoir recours aux basses oeuvres du FN pour neutraliser les 15 à 20 % d’électeurs fatidiques qui pourraient s’opposer à ses projets, en divisant les Français sur des sujets polémiques et odieux ;
      • les deux faux sondages, des 5  et 7 mars 2011, présentant Mme Le Pen au second tout de l’élection présidentielle ont été conçus à cette fin, de même que l’hypermédiatisation de Mme Le Pen
      L’objectif des faux sondages Le Pen est triple :
      – organiser une panique à gauche pour simplifier la procédure de choix du candidat socialiste et imposer M. Strauss-Kahn aux socialistes ;
      –  tout faire pour que Mme Le Pen soit présente au second tour, afin d’assurer à M. Strauss-Kahn une élection sans coup férir avec plus de 75 % des voix.

      Commentaire réalisé grâce à des extraits des principaux points de l’enquête sur le sondage Harris Interactive effectué par François Asselineau nommé en 2005 Délégué Général à l’Intelligence Economique à Bercy , Il a créé un nouveau parti politique l’Union Populaire Républicaine (UPR), le 25 mars 2007

      • Ce très long mais intéressant « commentaire » avait été classé automatiquement en spam, d’où le délai avant publication (plus le crash récent de la base de données du site !).

  11. En effet, l’interrogation est terrible: pour qui voteront les Strauss-Kahniens?

  12. Et comme on sait, à la lumière du récent sondage magnifiquement mis en musique par Libé, que 68% des votants excluent absolument de voter FN, ben le vlà élu, Mélenchon.

    Vive le recoupement de sondages!

    Je sais pas pourquoi ça m’évoque la blague « Pourquoi Cyrus est-il ton frère? Parce que six russes, c’est six slaves, si i se lave, i se nettoie, si ce n’est toi, c’est donc ton frère. »

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)