Sep 302010
 

Le phénomène n’est pas nouveau mais, dans la perspective de la campagne de 2012, Nicolas Sarkozy raffermit son contrôle sur les grands médias. Deux exemples dans l’actualité, en attendant l’éventuel rachat du Parisien par Serge Dassault : France Télévisions et l’AFP.

Soupçonné a priori de sarko-compatibilité*, du fait de sa nomination directement par le chef de l’Etat, Rémy Pflimlin n’a pas tardé à confirmer toutes les craintes. Aude Courtin le résume sur Le Post« Interrogé sur le traitement de l’affaire Woerth-Bettencourt, Rémy Pflimlin a déclaré jeudi à Strasbourg: « L’affaire dont tu parles, peut sortir [sur France Télévisions, NdA], et problablement de façon plus sérieuse, moins émotionnelle, moins manipulatrice et moins publicitaire que sur Mediapart, sur les médias comme les nôtres, mais probablement aussi de façon plus respectueuse par rapport à des éthiques. » Selon le patron de France Télévisions, Mediapart illustre « une dérive à la big brother ». Ajoutant : « On ne peut pas se permettre de sortir des infos qui sont démenties le lendemain. » Problème : à l’image de Woerth, justement, les gens du pouvoir démentent systématiquement toute information gênante, même contre l’évidence, même si les preuves sont avancées. Laurent Mauduit complète d’une autre citation de Pflimlin : « On ne peut pas se permettre de manipuler impunément ». Déclarations scandaleuses, condamnées de toutes parts, comme le recense Le Monde : « Dans un communiqué, la Société des journalistes (SDJ) de Mediapart a dénoncé des propos « diffamatoires, a fortiori quand ils émanent du premier responsable de la télévision publique, fut-il nommé directement par le président de la République ». La SDJ de Mediapart, en première ligne dans l’affaire Bettencourt, s’est « étonnée » de cette « vision méprisante de l’information en ligne ». « Pour mémoire, la justice a (…) validé le travail éditorial de Mediapart dans l’affaire Bettencourt, jugeant que nos révélations relevaient de ‘l’intérêt public’ et de ‘l’information légitime’ des citoyens », a-t-elle conclu. De leur côté, les SDJ de France 2 et de France 3 se sont « désolidarisées » des propos de leur nouveau patron. « Nous n’avons pas cette opinion de nos confères de Mediapart. On espère que c’est une maladresse », a déclaré à l’AFP le président de la SDJ de France 2, Loïc de la Mornais. « On est très surpris par ces accusations de manipulation, d’autant que les antennes de France Télévisions ont beaucoup repris les informations de Mediapart sur cette affaire », a ajouté Yann Fossurier pour la SDJ de France 3. Pour le syndicat SNJ, les « accusations » de M. Pflimlin « ne peuvent qu’inquiéter ». « Un mois après sa prise de fonction, le PDG veut-il donner raison à ceux qui affirment que son mode de nomination par l’Elysée risque d’aliéner son indépendance ? », s’interroge le syndicat de journalistes dans un communiqué. Enfin, le SNJ-CGT de France Télévisions a estimé que le PDG avait « franchi la ligne blanche en s’en prenant avec une violence inaccoutumée pour un premier dirigeant de l’audiovisuel à Mediapart. » Et le syndicat d’avertir « solennellement » M. Pflimlin qu’il « ne le laissera pas toucher à l’indépendance de l’information. » Complétons d’une dépêche de l’AFP : « Le Forum des sociétés de journalistes, qui regroupe les SDJ de 32 rédactions, s’est « indignée » samedi des propos « scandaleux » tenus par le patron de France Télévisions, Rémy Pflimlin, à l’encontre du traitement de l’affaire Woerth/Bettencourt par Mediapart. (…) Le patron du groupe public a « mis gravement en cause le sérieux et le professionnalisme des journalistes de Mediapart » , écrit dans un communiqué le Forum des SDJ, qui juge ses propos « scandaleux ». « Le Forum s’inquiète de voir le PDG du groupe audiovisuel public prendre à son compte des critiques émises contre nos confrères de Mediapart voilà quelques semaines dans l’entourage présidentiel », poursuit-il. »

Face à cette levée de boucliers, Porcinet Pflimlin « affirme, dans le JDD dimanche, avoir répondu « de manière maladroite » sur le traitement de l’affaire Woerth-Bettencourt par Mediapart. Le PDG de France Télévisions a dit avoir voulu « d’abord défendre les rédactions de France Télévisions. » Il n’arrange pas son cas avec ce timide recul, comme le souligne Laurent Mauduit : « Il y a tellement d’insinuations, de contrevérités, de parti pris colériques et même de sorties injurieuses dans le propos de Rémy Pflimlin, qu’il ne faut assurément pas y passer trop de temps. D’abord, n’en déplaise au patron du groupe public, la justice a tranché. Par deux fois. (…) Il n’y a d’ailleurs pas que la justice qui en a donné acte à Mediapart. Beaucoup de nos confrères aussi, qui, s’appuyant sur les premières révélations de notre journal, ont conduit leurs propres investigations et ont contribué à démêler cette ténébreuse affaire d’Etat. C’est tout particulièrement le cas des journalistes de France 2, qui, pas plus tard que lundi, ont consacré une longue et minutieuse enquête à l’affaire Bettencourt dans le cadre de l’émission Complément d’enquête. Une enquête – et ce n’est évidemment pas indifférent à notre histoire – qui reprenait de nombreuses informations de Mediapart et les validait, tout particulièrement celles de la comptable Claire Thibout sur les versements à Eric Woerth pendant la campagne présidentielle. » Mauduit cite Jean-François Téaldi, le secrétaire général des journalistes du SNJ-CGT de France Télévisions : « Plutôt que de s’en prendre à la presse indépendante, il ferait mieux de donner aux journalistes du service public des moyens pour conduire des vraies investigations. Il semble prendre la roue des Tontons flingueurs de l’UMP qui se déchaînent contre les journalistes qui sortent les affaires embarrassantes pour l’Elysée ou les milieux d’affaires. »

Après France Télévisions, l’AFP, que l’on pourra bientôt surnommer Agence France Propagande, à en croire le communiqué coup-de-poing mis en ligne par Acrimed, cri de révolte des journalistes du SNJ-CGT de l’agence : « Cela fait des mois et des mois que ça dure, et ça ne peut plus durer. La rédaction est confrontée à une entreprise méticuleuse de caporalisation et de mise sous l’éteignoir dirigée par la rédaction en chef France. Cette situation est sans précédent à l’Agence. Tout est fait pour neutraliser, non pas ceux qui travaillent mal, mais ceux qui « pensent mal » et n’entrent pas dans ses schémas de pensée et ses a priori, à coloration politique ou non. Cette rédaction en chef mène, et de plus belle depuis la rentrée, une politique de harcèlement à l’égard de services et bureaux entiers, en pratiquant un interventionnisme débridé et tatillon. Elle bloque des dépêches, refuse des idées de papiers qui n’entrent pas dans son prêt-à-penser, ordonne à l’inverse de traiter tel ou tel sujet que le service concerné juge peu intéressant ou parfaitement secondaire (…). Elle met à la poubelle des papiers qui ont demandé des heures et parfois même des semaines de travail et d’enquête, exige réécriture sur réécriture, intime l’ordre de voir le lead d’un papier aussitôt qu’il a été rédigé et bien avant qu’il ne soit envoyé, n’hésite pas à le changer si les producteurs sont récalcitrants. Tous les moyens sont bons et, quand l’ukase ne suffit pas, on emploie la ruse. On agit en sous-main, non pas en envoyant des notes visibles par tous, les mails c’est tellement plus pratique ! (…) L’attitude de la « haute » hiérarchie, qui s’est muée en tour de contrôle politique, crée de fortes tensions internes, déstabilise les équipes, désorganise la rédaction, nuit gravement à la sérénité et à la qualité du travail, décourage et écœure jusqu’aux plus motivés. Voici quelques exemples récents des pratiques de la rédaction en chef. On pourrait en citer bien d’autres (rappelons tout de même qu’en octobre 2009, le chef des Infos sociales avait mis sa démission dans la balance dans un conflit avec la même rédaction en chef concernant la présentation par l’AFP des chiffres du chômage), mais certains rédacteurs préfèrent ne pas rendre publics leurs démêlés avec le troisième étage.

Cachez ces Roms que je ne saurais voir

Le 31 août au matin, les infos sociales envoient un papier annoncé la veille au soir dans ses prévisions et intitulé : Les Roms en France pour « se poser et travailler » comme d’autres migrants. Ce papier était à notre connaissance le premier à parler de cette communauté autrement qu’en termes de sécurité. Il a fallu quatre jours de discussions et d’échanges parfois orageux, de décisions et de contre-décisions, et enfin l’intervention d’un chef de service auprès du directeur de l’Information (!) pour que ce papier passe. Encore a-t-il été édulcoré. (…) Sur l’affaire des Roms toujours, le 10 septembre, le bureau de Rennes a envoyé une dépêche, suivie d’un développement, cosignés de la détachée de Nantes et de la directrice régionale, intitulée Expulsions : les Roms ciblés par une circulaire du ministère de l’Intérieur. On sait que l’histoire fit grand bruit dans la presse et suscita une vive polémique, en France, en Europe et dans le monde. Ces envois ont été retenus pendant trois heures et quart. Une dépêche (et une seule !) est finalement tombée sur le fil à une heure tardive (20H05). Voilà comment la rédaction en chef a banalisé une information sensible, sur laquelle nous étions les premiers. (…) La journée sur les retraites… Ou comment organiser un rideau de fumée. Le rédacteur en chef France a exercé une pression maximale sur le service Infos sociales pour connaître le lead du papier général diffusé en fin de journée, et cela avant même qu’il ait commencé d’être rédigé. Il a modifié l’attaque du papier de sa propre autorité (mais sans mettre ses initiales !), et sans en référer au service concerné. « Je décide, vous exécutez ! » Tout est centré sur la bataille de chiffres entre syndicats et gouvernement, exit les « manifestations imposantes ». Voilà comment on instille la confusion dans l’esprit du lecteur, qui ne sait quoi penser (« p’têt’ ben que c’était un succès, p’têt’ ben que non, va savoir, hein ! »). Il faut se bagarrer pour obtenir que figure au menu un papier donnant la parole aux manifestants (d’autant que la réd’ chef ne veut plus de reportage sur une grosse manifestation). Lors d’une journée d’action avant l’été, les notes des bureaux régionaux répondant à une demande de la réd’ chef sollicitée par le Social sont allées directement au panier, parce que l’officiante du jour dans le bocal ne voyait pas l’intérêt d’un tel papier. (…) l’impasse est faite sur des sujets de fond : toujours pas une ligne sur les fils de l’AFP (et nous savons que ce n’est pas la faute de l’Eco, qui n’en peut mais) concernant le Manifeste des économistes atterrés publié pour le 2e anniversaire de la chute de Lehmann Brothers, rien sur le dernier essai de sociologues et chercheurs reconnus, Monique et Michel Pinçon, Le président des riches. (…) Dans son allure générale, le fil France ressemble de plus en plus à une mutualisation d’infos venues d’autres médias, dont le traitement de l’affaire Woerth-Bettencourt est un parfait exemple. L’AFP a quelques centaines de rédacteurs en France, mais elle en est réduite à citer des médias bien plus petits qu’elle et qui n’existaient pas il y a trois ans. Comme c’est commode ! Et quand certains ramènent des infos après un travail de fourmi, c’est direction poubelle pour ne pas faire de peine à un élu supposé bien en cour à l’Elysée. Nous n’en dirons pas plus, mais la direction sait bien de quoi nous parlons… (…) Contre cette politique de pressions, de défiance et de mise au pas de la rédaction, organisons la résistance ! (…) nous demandons solennellement à la direction de prendre les mesures qui s’imposent pour restaurer de toute urgence un fonctionnement rédactionnel normal, conforme aux missions de l’agence et assurant le respect du pluralisme des sources et des points de vue. Faute de quoi nous proposerons à la rédaction le vote d’une motion de défiance à l’égard de l’ensemble de la hiérarchie rédactionnelle. » L’on reste groggy à la lecture de ce communiqué : c’est donc ainsi que les choses se passent à l’AFP ! Quand on sait à quel point tous les médias s’abreuvent à cette source, le pire est à prévoir concernant la couverture de la future campagne présidentielle. On se souvient d’à quel point Sarkozy avait bénéficié de la complicité des grands médias dans sa victorieuse entreprise de manipulation de l’opinion en 2007. Bis repetita ?

*Relire notre dernier papier sur France 2 : A NOUS de juger sur les retraites : Chabot et Boissonnat, porte-paroles de l’UMP

L’illustration Information libre provient de ZEC plus ultra.

PS : Chat vidéo jeudi 30 septembre à 13 h 45, Eric Woerth répond à vos questions sur la retraite des femmes. Ça se passe ici et nous vous invitons à vous y rendre nombreux, histoire de rire !

Soutenez Plume de presse

L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

Partagez cet article

  36 commentaires à “France Télévisions, AFP : la normalisation sarkozyste prépare 2012”

  1. Grand merci Olivier de cet article qui rappelle combien il est important de savoir s’informer et ne pas attendre qu’on vienne nous donner l’information.

    Ce 29 septembre, nous étions 120 000 personnes à Bruxelles, provenant de toute l’Union européenne, pour clamer notre « Non à l’austérité. Priorité à l’emploi et la croissance ». J’ai vu des journalistes français, notamment un de France 2 ; y a-t-il eu des images au JT de 20h ce mercredi 29 ? Et sur Canal+ qui était venu avec l’artillerie lourde : camion de régie, grosse « soucoupe » sur le toit pour être en relation avec un satellite, etc. ?

    Bref ! Après le « chat » avec Woerth, je propose à tous de venir à la manifestation pour les retraites prévue à Chantilly ce samedi 2 octobre à 10h. Rendez-vous place de la gare. Woerth est maire de la commune !

  2. Je n’est suivi que les 10 dernières minutes du chat propagandiste (appelons un chat, un chat). Heureusement, sinon mon voisin n’aurait pas compris pourquoi j’aurais fracassé l’écran. Juste un copié-collé de la dernière question/réponse. Rien de bien nouveau, mais il y a une ou deux perles.

    lecat : Est ce qu’il ne sera pas nécessaire de faire une nouvelle reforme dans les 10 ou 15 ans à venir ?
    Eric Woerth : Il n’a pas tort Lecat.
    Eric Woerth : Il faut arrêter de considérer que la réforme des retraites… Arrêtons d’avoir peur.
    Eric Woerth : La peur toujours partout, ce n’est pas bien pour une société. Nos ancêtres n’ont pas toujours eu peur.
    Eric Woerth : On doit affronter les choses dans la solidarité.
    Eric Woerth : La réforme des retraites, ce n’est pas une réforme pour toujours. car ça dépend de l’âge de la vie.
    Eric Woerth : On vit de plus en plus longtemps et en bonne santé.
    Eric Woerth : Et la société française investit dans ça : les systèmes d’assurance maladie. C’est logique qu’on prenne en compte cela.
    Votre message a bien été envoyé au modérateur
    Eric Woerth : Il faut faire les choses de façon juste, sérieuse, raisonnable, il faut concerter, éventuellement créer des droits nouveaux, c’est ce que nous avons fait.
    Eric Woerth : En même temps, vous ne faites pas la dernière réforme du siècle.
    Eric Woerth : Nous avons un système de financement de cette réforme.
    Eric Woerth : On a un rendez-vous en 2018
    Eric Woerth : on verra.
    Eric Woerth : S’il y a d’autres modifications, le gouvernement en place à cette époque-là prendra ses responsabilités.
    Eric Woerth : Il faut des rendez-vous réguliers, ça rend moins anxiogènes les choses.
    Eric Woerth : Merci.

    « La réforme des retraites, ce n’est pas une réforme pour toujours. Car ça dépend de l’âge de la vie. »

    Il a pété un câble, là ?

  3. […] This post was mentioned on Twitter by Olivier Bonnet and IDEOZ Esprits Libres, Bloggeurs de France. Bloggeurs de France said: » France Télévisions, AFP : la normalisation sarkozyste prépare …: La SDJ de Mediapart, en première ligne dans l… http://bit.ly/9u8ZFQ […]

  4. Rechute de la cote de confiance de Sarkozy et Fillon.

    En octobre, Nicolas Sarkozy atteint son plus haut niveau parmi ceux qui ne lui font pas confiance (72 %, + 5 points), et François Fillon est au plus bas chez ceux qui lui font confiance (34 %, – 3 points).

    http://www.lefigaro.fr/politique/2010/09/30/01002-20100930ARTFIG00585-rechute-de-la-cote-de-confiance-de-sarkozy-et-fillon.php

    Nicolas Sarkozy : 72 % des sondés ne lui font pas confiance, 26 % des sondés lui font confiance.

    Pour un président de la République, tous les records d’impopularité sont battus.

    • 26% d’abrutis et/ou de fachos, c’est encore beaucoup !

      • ou simplement des personnes qui ont d’autres points de vue que le vôtre …..

      • Non akina : je le prouve sur ce blog assiduement depuis des années ! Il n’y a aucune légitimité à être sarkozyste, ce type est une calamité, toutes ses mesures consistent en une casse du modèle français et des solidarités en faveur des riches et du Medef et au détriment du peuple. Trop facile de mettre en avant « l’opinion » : il s’agit d’argumenter ses opinions. Et l’anti-sarkozysme est un humanisme.

      • Sauf que certaines personnes trouvent leur compte à cette politique. C’est un peu facile de taiter les autres d’abrutis. Ils ont effectivement d’autres points de vue, et croyez-moi, certains d’entre eux sont loin, très loin d’etre abrutis ou fachos. Ils ont au contraire tout compris à ce qui se passe, et considèrent simplement que leur intéret prévaut à celui d’une nation. C’est pervers et dégueulasse, soit, mais ce n’est pas du tout etre abruti.

  5. ah, merci Monsieur Bonnet !

    Nicolas Sarkozy aura parfaitement manœuvré. Une corde de pendu se resserre autour du citoyen Français.

    La citoyenne Française elle aussi sentira le passage du nœud coulant « made in UMP ». Personne ne sera épargné, pas même les enfants. On en arrête déjà certains à la sortie des écoles, c’est dire comme on en a pas fini avec  » la mode « .

    Il faut se le dire, chaque fois que l’on regarde la télévision, on resserre soi-même le nœud d’un cran.

    Sachant que tout un peuple sera contre lui à un moment ou à un autre, Môssieur  » 5% de voyous & de nantis  » aura avancé par anticipation ses pions sur l’échiquier politique dont les  » médias  » ne sont qu’une des cases noires du jeu.

    La manœuvre est vulgaire tant elle est grossière à un point rarement vu ( ou oublié ) mais elle est à l’image de celui qui la prévu. Il se peut qu’un spectateur non averti se laisse pendre sans coup férir si longtemps et sûrement distrait par l’assommoir télévisuel qu’il ne comprend plus ce qu’il se passe exactement.

    Qui sait par exemple que le peuple Irlandais poussé de toute part à la ruine a déjà renfloué une banque privée – l’AIO – pour
    25% de son PIB !!!

    2012 se joue maintenant. Tous dans la rue ! Grève générale et réel en puissance.

  6. Boycotter en masse tous les JT sur toutes les chaînes avec quelques dévoués pour en diffuser largement sur le net libre les contre-vérités et autres manipulations scandaleuses. ACRIMED fait du très bon travail.

  7. « Non akina : je le prouve sur ce blog assiduement depuis des années ! Il n’y a aucune légitimité à être sarkozyste, ce type est une calamité, toutes ses mesures consistent en une casse du modèle français et des solidarités en faveur des riches et du Medef et au détriment du peuple. Trop facile de mettre en avant « l’opinion » : il s’agit d’argumenter ses opinions. Et l’anti-sarkozysme est un humanisme »

    Oui enfin la situation actuelle est surtout le résultat d’une politique très simple  » tant que la merde ne déborde pas de en dessous du tapis , on laisse comme ça  » c’est propre a des politiques de gauche concernant les déficits abyssaux mais aussi a des politiques de droite concernant l’état d’esprit français à la date d’aujourd’hui.
    Si nous en sommes la actuellement , ce n’est pas la faute de une seule personne mais bien de plus de 20 ans de foutisme ou on a tout laissé s’accumuler aussi bien au niveau politique que économique ou encore social .
    Et maintenant bien sûr il faut passer à la caisse ! Mais soyons réaliste que le gouvernement soit de droite , de gauche , du centre ça ne changera strictement rien , il n’ y a plus d’argent , les déficits sont colossaux , le problème il peut se retourner dans tous les sens on retombera toujours sur cette simple conclusion.
    Un exemple très simple : l’allongement de la durée de cotisation des retraites , bien que je trouve ça normal et juste logique que les personnes ayant eu un travail pénible arrêtent avant les autres , les personnes qui gueulent  » ouiah sarko salaud c’est a cause de lui  » mais ces gens la n’ont rien compris si le gouvernement doit allonger la durée c’est a cause de la génération de mes parents ( j’ai 32 ans ) a qui on disait déjà à l’époque  » attention si on allonge pas c’est sur les prochaines générations que ça va se répercuter  » réponse  » ouaih rien a foutre on veut notre retraite complète comme prévu « .
    Et pour tout c’est comme ça , c’est pas une personne a tête de l’état qui en 3 ans retourne un pays !! c’est stupide … On est simplement en train de passer à la caisse pour des années et des années de laxisme autant de droite ( Chirac ) que de gauche ( Mitterrand ) ou les mecs se sont bien gardés de faire quoique ce soit justement par peur de la gronde social qui caractérise notre si beau pays .
    Sarko , bien que je n’apprécie que très moyennement l’homme et le président , je dirais que certaines de ses actions sont abjectes notamment sur le principe de redistribution avec le bouclier fiscal et d’autres sont nécessaires notamment au niveau de l’économie car il y a tout simplement pas d’autres solutions , on a dépassé le clivage droite/gauche maintenant on est juste dans l’évidence ( économiquement parlant je parle ) on peut pas dans le même temps justifier d’avoir la rolls royce mondial en terme de protection et prise en charge de la personne et dans le même temps vouloir pas bosser , bosser moins , et faire chier a chaque fois qu’il faut faire avancer un peu les choses .
    On s’étonne que les postes de fonctionnaire ne soit pas renouvelé , ma mère est cadre infirmier depuis plus de 25 ans ( CHU nancy brabois ) et pourtant très très loin de juste  » fonctionner  » elle a garder la faculté de penser …
    petite anecdote parmi la encore des millions d’autres : le mois dernier les pompiers ont ramené un SDF aux urgences plus de 36 fois … Il le ramenait le soir ce qui fait que le mec avait un lit et un repas le soir et il partait le matin sans rien dire pour être ramener le soir alors ça fait bien rire aux urgences car le mec en arrivant il disait  » c’est bon mon lit est près ?  » Ce qui prête moins à sourir c’est lorsque l’on connaît le montant que facturent les pompiers a l’hospital pour l’intervention : 300 euros soit 36x 300 = 10.800 euros + le cout de l’hospital etc … Cherchez l’erreur .
    Tout ceci pour vous dire que tenir responsable la personne actuellement en place de toutes les misères de la France actuellement c’est avoir une vision extrêmement restreinte de la situation au globale , mais encore une fois je suis très loin d’être pour sarkosy mais comme je suis aussi trés loin d’être pour le semblant de gauche qui subsiste actuellement , très sincèrement vous pensez réellement que de bonnes solutions viendront de Aubry ou Royal ou autres pantins désarticulés qui vivent encore avec des idées de 80 ?? sarkosy n’est pas la solution c’est une certitude mais alors l’autre coté fait encore plus peur selon moi.

    • Mon pauvre Akina, vous avalez toute crue la propagande libérale en présentant vos arguments comme des évidences. « Si nous en sommes la actuellement , ce n’est pas la faute de une seule personne mais bien de plus de 20 ans de foutisme ou on a tout laissé s’accumuler aussi bien au niveau politique que économique ou encore social. Et maintenant bien sûr il faut passer à la caisse ! Mais soyons réaliste que le gouvernement soit de droite, de gauche, du centre ça ne changera strictement rien, il n’ y a plus d’argent , les déficits sont colossaux , le problème il peut se retourner dans tous les sens on retombera toujours sur cette simple conclusion » : désolé, mais tout cela est archi-faux. Les déficits sont créés par les politiques de réductions d’impôts continues et par l’interdiction faite aux Etats de frapper monnaie, obligés qu’ils sont d’emprunter à des banques privées avec les intérêts qui vont avec. La France n’a jamais été aussi riche. C’est simplement la répartition des richesses qui pose problème.

      • Désolé de vous le dire , mais vous semblez assez limité au niveau de vos notions d’économie … car si vous pensez que ce sont les impôts ou plutôt la non imposition qui provoque des défici

      • Des politiques de réduction d’impôts ??? Vous pourriez développer car la je pense que vos notions d’économie sont à revoir , frapper la monnaie pour réduire les déficits ??? j’en ai déjà lu des conneries dans ma vie mais j’avoue que la ….. Vous savez l’économie c’est à la fois micro/macro et court/moyen/long terme ..

        • Avant Maastricht, les banques centrales pouvaient frapper monnaie. On a décidé qu’elles créaient trop d’inflation et on a remis ce pouvoir entre les mains d’institutions privées… qui créent infiniment plus d’inflation ! Et on doit financer les politiques publiques en empruntant avec de lourds intérêts au privé. On marche complètement sur la tête.

      • Ceci dit, là ou akina n’a pas tout à fait tort, c’est que Sarkozy n’est pas la cause de tous les maux. Sauf erreur de ma part, l' »l’interdiction faite aux Etats de frapper monnaie » a pris effet en 1994, sous la présidence de M. Mitterand, et a été décidée encore sauf erreur de ma part (merci de corriger si je me trompe) sous le gouvernement de M Beregovoy.
        Toujours sauf erreur de ma part, à cette époque, notre naboléon n’était pas au gouvernement, et la majorité était, il parait, socialiste. Mais là, je suis quasiment certain de me tromper.
        Etre anti sarkosiste n’est pas une tare, bien au contraire, mais l’etre aveuglément, ce n’est pas rendre service à sa propre cause. Ca a tendance à décrédibiliser un discours plutot sain par ailleurs, et c’est dommage.

    • Akina :
      attention si on allonge pas c’est sur les prochaines générations que ça va se répercuter

      Pas la peine d’occuper trente lignes pour répéter encore ces conneries qu’on nous rabâche de partout, et celle-là en particulier. Les générations futures paieront les pensions des retraités futurs, un point, c’est tout.

      Ce qu’on leur prépare —et qu’on peut leur éviter—, c’est le remboursement des emprunts contractés aujourd’hui pour pallier le manque à gagner des exonérations diverses, exemptions, bouclier fiscal, niches, évasion organisée, fraude pure et simple, paquets fiscaux, loi TPA et tutti quanti. On parle de la dette, mais parle-t-on des créanciers ?

      « la gronde social qui caractérise notre si beau pays . »
      Et pendant qu’on y est, le jemenfoutisme qui maltraite notre si belle langue ! La vache !

      • Sympa de détenir ses propres vérités mais néanmoins vous n’expliquez rien , moi j’occupe 30 lignes mais j’argumente avec des exemples… le petit ton condescendant à la con on l’emploie lorsqu’on est capable d’argumenter et pas balancer des affirmations comme un fruit qui tombe de l’arbre .
        Vous aussi vos notions d’économie ne semblent pas dépasser le clivage gauche/droite réalisez bien que tout ce dont vous parlez  » les exonérations  » restent une tête d’épingle dans les recettes fiscales de l’état renseignez vous avant de sortir des âneries.
        Enfin je préfère le jemenfoutisme au bac -3.

      • » les exonérations » restent une tête d’épingle dans les recettes fiscales de l’état

        Avec bac-3, on peut quand même lire que les exemptions de cotisations sociales, paquet fiscal, défiscalisation des heures supp pèsent quarante milliards. En voilà une tête d’épingle !

        Avec bac-3 ou -30, on peut constater le pléonasme dans « recettes fiscales de l’état », savoir que l’institution État prend une majuscule et être poli.

        Va dans ta caisse avec tes propos méprisants !

  8. « certaines de ses actions sont abjectes » : pour définitivement ne pas passer pour un facho, on peut aussi dénoncer ses dérapages ignobles, pour l’instant encore contrôlés, sur les Roms et les zétrangers de toutes sortes.

    « on a dépassé le clivage droite/gauche » : bien sûr que non ! Penser cela signifie qu’on positionne mal la frontière entre la droite et la gauche.

    « sarkosy n’est pas la solution c’est une certitude mais alors l’autre coté fait encore plus peur selon moi » : effectivement, ça fait peur de lire ça.

    Tu ne dois pas être un(e) abruti(e), Akina, vu que tu prends déjà du temps pour venir lire le billet d’un site comme celui-ci. Alors, oublie tes préjugés, mets ton orgueil dans ta poche, dépasse tout ce qui a pu te formater (on l’est tous un peu) depuis 32 ans, et renseigne-toi sur ce que la gauche du PS et quelques vrais socialistes au PS dénoncent et proposent, socialement, économiquement, écologiquement, géopolitiquement, etc. Par exemple, reste sur ce blog pendant quelques semaines d’affilée ou reprends les courts et longs billets de ces dernières semaines. Lis, écoute et entends-bien tout ce qui s’y échange. Peut-être te surprendras-tu à voir certaines choses sous un autre angle ?

    Juste un exemple, sur les retraites, prends 20 minutes pour regarder cet extrait du spectacle Inculture 5 du SCOP Le Pavé : http://www.scoplepave.org/conf_incul_5.php

    Et sinon, qu’il continue à profiter du « système » en attendant qu’on s’occupe réellement de l’aider, ce parasite assisté de SDF, le 5ème pays le plus riche du monde lui doit bien ça.

    • je n’ai pas besoin de me renseigner sur le socialisme , je n’ai aucun préjugés … je connais assez bien les tenants et aboutissants de la gauche .
      je viens d’une famille ou quasiment tout le monde était de gauche , et même pour certain gauche gauche voir plus pour mon père qui a été une bonne partie de sa vie Trotskiste ( je met une majuscule je ne voudrais pas froisser notre ami Paulo)… Et je suis moi même je pense plus de gauche que de droite en partant d’un principe assez simple , ça ne me dérange absolument pas si je gagne beaucoup d’argent , d’en donner beaucoup pour aider d’autres concitoyens dans la galère … . Néanmoins cette simple ligne directrice ne m’empêche pas de voir un certain nombre de limites à une politique de gauche notamment lorsque j’entends les solutions proposés par ce partie au marasme actuel je suis assez dubitatif , un exemple concret : taxer plus les sociétés qui se sur gavent , oui c’est une bonne idée mais c’est aussi le meilleur moyen de ne plus avoir de grosse industrie localisée en France et donc ne plus dégagé de valeur ajoutée avec les impact a court et moyen terme que l’on connaît .
      Donc à date je ne me place pas comme de gauche de droite ou du centre … je navigue à vue il y a des idées ici et la mais rien de vraiment fédérateur, voila.

  9. Complet :-))
    Face à ça, il ne nous reste plus qu’à faire comme les soviétiques du temps de la Pravda alors! devenir experts dans l’art de deviner la vérité.
    Il paraît que la formulation des articles y étaient importante, les vrais infos reléguées dans des entrefilets sans importance et plutôt sur les pages verso que recto. Le lecteur soviétique avait sa grille de lecture. A l’heure du net et de la TV, je ne sais pas ce que ça pourrait donner, à quoi ça pourrait correspondre…
    Information, campagne électorale, même combat, même discipline.
    Sinon comme je l’ai lu dans un article ce matin, la « tchatche » de Sarkozy pourrait bien lui servir à se faire réélire.
    Ce que le français lambda sait déjà, même celui qui n’est pas accroc de l’information, même celui qui « regarde les infos de TF1 », ça devrait déjà suffire à empêcher sa réélection, non ?
    Et pourtant, je ne parierais pas encore ma chemise et pas qu’à cause de la désinformation ou le manque d’information.
    Parce que comme tu dis ( j’adore cette phrase! big big up, Olivier !), à ce stade on en est:
    « L’anti-sarkozysme est un humanisme. »
    Et là, ce n’est pas vraiment l’argument le plus frappeur, quand tu essaies de convaincre les gens de la situation inadmissible que vivent certains en France, l’humanisme. Tu as souvent « Oui mais… » en réponse. Toutes tendances confondues et pas forcement chez les plus privilégiés. Et je ne suis pas la seule à avoir entendu ça, ça te file l’envie de te taire même, d’arrêter de dire au monde ce qu’il sait déjà. Il est sensé en savoir suffisamment pour faire la différence. Basta !

    (… en dehors de ça,lu comme ça, tu fais porter la responsabilité d’avoir entrainé le monde dans leurs turpitudes financières … aux Lehmann Brothers toi ?! :-))) )

  10. J’ai acheté le bouquin qui vient de sortir « France Télévisions : off the record » de Marc Endeweld. Je ne l’ai pas encore lu mais l’avant-propos est intéressant…
    PS : message perso pour Olivier : lien rétabli !!!

  11. Pierre Carles a encore fait du bon boulot ! Grâce à son doc « Fin de concession » et de l’extrait diffusé un peu partout sur le Net (Montebourg crachant à la gueule de TF1) le Boss de la télé poubelle en question a cru bon de lui réclamer des excuses (ces gens-là, ça ose tout…) ! Eh ben il a pas eu affaire à un ingrat : http://www.arnaudmontebourg.fr/ma-reponse-a-nonce-paolini-pdg-de-tf1/

    Elle déchire pas mal… J’aime bien la fin :

    « Puisque vous vous hasardiez dans votre lettre à évoquer la question des excuses, je me permets de vous dire avec une sincérité dont je ne voudrais pas abuser, que s’il est des excuses à présenter, je crois que c’est plutôt TF1 qui devrait les présenter à la France. »

  12. @ Paulo :

    http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/finances-publiques/ressources-depenses-etat/ressources/quels-sont-differents-impots-percus-par-etat.html

    Mais si tu préfères rester sur la thématique de l’orthographe , je te laisse te faire plaisir ….
    Mais ton cerveau devrait te permettre de voir que sur un peu plus de 350 milliards brut, indirects uniquement je précise , tes 40 milliards ne représente pas grand chose alors si on englobe direct / indirect.
    Mais tu as raison continu a mettre des majuscule surtout !! Change rien tu es une étoile .

    • C’est toi qui ramènes cette histoire de « bac -3 ». Si c’est tout ce qui te reste de tes brillantes études, si le papier n’est pas trop épais, je peux te suggérer une utilisation de tes diplômes. Dans tous les cas, cesse de recopier le Figaro en ajoutant tes fautes d’orthographe.

      Je veux bien croire que l’économie est une chose compliquée, mais tu balances des monceaux de chiffres sans dire ce qu’ils représentent, d’où ils proviennent, comment ils sont établis.
      Les quarante milliards que tu considères comme une tête d’épingle représentent l’ordre de grandeur des déficits de la sécu et des retraites. Au lieu des statistiques du gouvernement et du MEDEF, reporte-toi par exemple aux analyses de Gérard Filoche.

      Quant aux chiffres, pas besoin d’un doctorat en économie pour vérifier si on se fout de ta gueule. Les « exonérations » sur les bas salaires, instaurées autant par la gauche que par la droite (lois Aubry et Fillon…) font que sur un SMIC brut de 1343,77 €, les cotisations « patronales » sont réduites de 377,60 €.
      En supposant 10 millions de smicards, ça fait effectivement 45 milliards sur 12 mois. C’est de l’arithmétique du CM2, je suis à l’aise avec mon certificat d’études primaires.

      Prétendre qu’on est obligé de réduire les pensions, en les payant plus tard ou simplement en réduisant le taux, est un vrai foutage de gueule, en plus de celui qui consiste à réduire les dépenses sans toucher aux recettes.

      • Le chiffre est tombé aujourd’hui, via un article de Marianne dont le lien est posté par BA sous mon billet du jour : 173 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux entreprises. Le montant du déficit public, quoi 😀

  13. […] première fois que l’Agence France Propagande se distingue en partialité (de droite), ainsi que le condamnait déjà en septembre 2010 le SNJ-CGT. Lisons justement la conclusion de l’adieu à Michel Naudy signé par le SNJ-CGT, au titre […]

  14. […] première fois que l’Agence France Propagande se distingue en partialité (de droite), ainsi que le condamnait déjà en septembre 2010 le SNJ-CGT. Lisons justement la conclusion de l’adieu à Michel Naudy signé par le SNJ-CGT, au titre […]

  15. […] fois que l’Agence France Propagande se distingue en partialité (de droite), ainsi que le condamnait déjà en septembre 2010 le SNJ-CGT. Lisons justement la conclusion de l’adieu à Michel Naudy signé […]

  16. […] fois que l’Agence France Propagande se distingue en partialité (de droite), ainsi que le condamnait déjà en septembre 2010 le SNJ-CGT. Lisons justement la conclusion de l’adieu à Michel Naudy signé […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)