Nov 122010
 

A l’heure où la France prend la présidence du G20, retour sur la monstrueuse imposture de l’homme qui prétendait « moraliser le capitalisme ».

« Les chefs d’Etats et de gouvernements, Nicolas Sarkozy en tête, avaient fait de la lutte contre les paradis fiscaux une des priorités du G20 pendant la crise financière, rappelle le Nouvel Observateur. A la veille du sommet de Séoul, pourtant, personne n’en parle. Problème résolu ? « Rien n’a changé », répond Eric Vernier, spécialiste de la fraude fiscale. Il commence par rappeler la nocivité du phénomène : « L’évasion fiscale a un véritable impact sur l’équilibre budgétaire des nations. Même lorsqu’ils sont réinjectés dans l’économie, le passage des capitaux par les paradis fiscaux pose problème : en échappant à l’impôt, l’argent qui devrait être utilisé collectivement (pour construire des routes, des hôpitaux, des écoles, etc.) est utilisé à titre individuel. Et bien que la crise soit issue principalement des dérives des banques et des marchés financiers, les effets de cette crise ont été accentués grâce aux paradis fiscaux. (…) Pour donner un ordre de grandeur, on peut s’intéresser à la fraude à l’impôt et aux charges sociales, dont une part transite vers les paradis fiscaux, et qui s’élève à 40 milliards d’euros par an, rien qu’en France. (…) Cela dit, malgré les déclarations fermes des politiques à l’époque, presque rien n’a changé ». Il précise ensuite le constat d’échec : les chefs d’Etat « se sont tournés vers la liste de l’OCDE, qui classe chaque année ses pays membres dans trois catégories (blanche, noire, ou grise), en fonction de leur politique en matière de transmission d’informations fiscales aux autres États. Les pays figurant sur la liste noire sont les moins coopératifs. Mais en 2008, étonnamment, seuls quatre pays se sont retrouvés sur cette liste noire alors que ce ne sont pas des paradis fiscaux, et ils n’y sont restés qu’une semaine…  Il suffit de prendre l’engagement de signer des accords d’échanges d’informations avec d’autres Etats pour en sortir blanchi. »

Explication concrète de la manip’ : « le G20 a exigé qu’ils ne signent un accord qu’avec douze pays. Ainsi Monaco a signé des accords avec  l’Autriche, le Luxembourg, la Belgique, les Îles Féroé, mais pas avec l’Angleterre ou l’Italie, leurs ressortissants étant pourtant nombreux dans la principauté. La demande des pays du G20 n’était pas assez ambitieuse. En signant 12 accords, il reste plus de 150 pays dans l’OCDE avec lesquels les paradis fiscaux n’ont pas prévu d’échanges d’informations. (…) Presque rien n’a changé. Les choses se sont un peu déplacées, tout au plus. On sait maintenant que la Suisse n’est pas trop conseillée en ce moment, si l’on veut placer son argent discrètement, et qu’il vaut mieux se tourner vers le Luxembourg. Les grandes fortunes ou les grandes entreprises n’ont de toute façon aucun mal à contourner les contrôles. » Question du journaliste de L’Obs : « La France, sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy, se voulait pourtant en pointe sur ce sujet depuis la crise financière… » Réponse de l’auteur de Techniques de blanchiment et moyens de lutte (Editions Dunod) : « La délégation menée par François d’Aubert, pourtant très volontariste, n’a donné aucun résultat concret, depuis 2009. Elle a peut-être eu des moyens limités. Toujours est-il que les spécialistes de la question sont très sceptiques sur les contributions apportées par cette délégation. »

On se souvient pourtant de l’invraisemblable affirmation de Sarkozy : « Il n’y a plus de paradis fiscaux. Les paradis fiscaux, le secret bancaire, c’est fini » (23 septembre 2009 sur TF1, répétée (« Nous avons mis fin au scandale des paradis fiscaux« ) le 6 janvier 2010 lors des voeux aux entreprises. Il prend décidément les Français pour des imbéciles, d’autant qu’Eric Vernier ajoute : « Nicolas Sarkozy a importé les « Trust » anglo-saxons, appelés Fiducies en France. Le Trust est une entité autonome à qui l’on transfère sa fortune afin de la défiscaliser. Il sépare le patrimoine de la personne bénéficiaire, qui ne touche que de simples revenus, échappant ainsi à l’impôt sur la fortune. En France, toutefois, nous avons une version édulcorée de la Fiducie, car l’opinion publique y est opposée. Mais, lorsque l’on couple ce système avec la mise en place de holdings et de sociétés écrans, on obtient un montage financier très intéressant fiscalement. C’est typiquement le type de montage que l’on semble retrouver dans l’affaire Bettencourt. Dans l’hexagone, l’utilisation des Fiducies reste limitée, puisque elles existent depuis quelques années seulement. » Quel dommage ! Quoi qu’il en soit pour redevenir sérieux, le dossier des paradis fiscaux et des Fiducies illustre à merveille l’imposture permanente de Sarkozy, dans tous les domaines mais particulièrement cynique quand il prétend vouloir « moraliser le capitalisme », alors qu’il est le laquais servile du Medef.

L’illustration représentant Liliane Bettencourt et Nicolas Sarkozy est une création de Tropicalboy.

Soutenez Plume de presse

Cet article vous a intéressé ? L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

Partagez cet article

  10 commentaires à “Hé Sarko, et les paradis fiscaux ?”

  1. Ah, si Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa mettait autant de hargne à lutter contre les paradis fiscaux qu’à imposer son inique réforme des retraites !

  2. […] This post was mentioned on Twitter by rosselin, Olivier Bonnet, NeoSting, chantal rebelle, Céleste and others. Céleste said: RT @OlivierBonnet: Hé Sarko, et les paradis fiscaux? http://alturl.com/qjvda #G20 monstrueuse imposture de l’homme qui prétendait «moral … […]

  3. Appel « Stop paradis fiscaux »

    « Les paradis fiscaux font des ravages. Ils ont amplifié la crise qui a jeté des millions de personnes dans le chômage et la précarité à travers le monde. Comment aujourd’hui accorder la moindre confiance aux banques si on ne connaît pas le montant de leurs capitaux dissimulés dans ces trous noirs de la finance mondiale ?

    Les paradis fiscaux plombent le budget des États. Des grandes entreprises et des individus fortunés échappent aux impôts en y cachant leur argent, tandis que les autres paient à leur place. En France, la fraude fiscale coûterait 3 fois le déficit de la Sécurité sociale. Les paradis fiscaux y prennent une large part. Les pays du Sud, eux, voient s’envoler dans les paradis fiscaux près de 800 milliards d’euros par an !

    Les paradis fiscaux servent également de base-arrière pour blanchir l’argent des trafiquants, des dictateurs et autres caisses noires de certaines entreprises. En protégeant les hors-la-loi et leurs secrets, ils menacent en permanence la paix et la démocratie dans le monde.

    Les dirigeants du G20 ont appelé, en avril 2009, à une action mondiale contre les paradis fiscaux. C’est une bonne nouvelle. Mais ce premier pas n’est pas à la hauteur du scandale. À quoi bon dresser, par exemple, une liste des paradis fiscaux si c’est pour la vider, aussitôt, de son contenu ? Sans la présence des banques et des multinationales des pays du G20, les paradis fiscaux n’existeraient plus : 100% des entreprises et des banques françaises du CAC 40 y ont des filiales. C’est sur celles-ci que la France et la communauté internationale doivent agir !

    Qui que l’on soit – citoyen, consommateur, militant syndical, élu local ou dirigeant d’entreprise, demandons davantage de transparence aux utilisateurs des paradis fiscaux. Ensemble, exigeons leur disparition !

    Je signe l’appel « Stop paradis fiscaux », je consulte les dix propositions et je m’engage dans la mobilisation citoyenne pour faire cesser cet état de non-droit.

    Une campagne à l’initiative des organisations syndicales CFDT, CGT, Snui, Solidaires et des associations Attac, CCFD-Terre Solidaire, Oxfam France-Agir Ici et de la Plate forme paradis fiscaux et judiciaires. »

    Pour signer la pétition (objectif 50000 signatures) :
    http://www.stopparadisfiscaux.fr/user/register

    PS : et j’espère que tous ceux qui vomissent les paradis fiscaux ont bien pris soin de vérifier que leur banque n’y est pas liée d’une façon ou d’une autre…
    Les banques éthiques et solidaires ça existe, renseignez-vous…
    Allez, un indice : http://local.attac.org/84/SL/dossier_banques.htm

    PS2 : LE documentaire à voir sur les paradis fiscaux et l’évasion fiscale :
    http://www.dailymotion.com/video/x5hkf5_paradis-fiscaux-la-grande-evasion-p_news#from=embed

  4. « Ne pas désespérer Bettencourt », c’est tout ce qui importe pour Sarkozy…

  5. Plus le temps passe et plus Sarkozy se prend pour Louis XVI, reste à espérer qu’il finisse de la même manière et que le petit « Jean le dauphin » finisse dans la tour du temple !

    Tout comme à l’époque des nobles qui se faisaient ravitailler en douce, les nobles de 2010 préparent de quoi se goinfrer en douce, loin de nos yeux dans des paradis fiscaux …

    Sarkozy protège les riches des lois de la république, nous qui nous protège de Sarkozy et de ses riches ?
    Personne ! On laisse même Sarkozy faire des lois pour protéger les super-riches de la moindre forme de solidarité.
    (bouclier fiscal et bientôt plus du tout d’impôt sur la fortune …)

    1789=> Les quatre saisons => La guillotine
    2012=> La tecktonik => …….. (imaginez la suite)

  6. La reprise au rendez-vous dans les grands groupes français : 284 milliards d’euros de revenus au 3ème trimestre.

    Les poids lourds du CAC 40 totalisent d’ores et déjà 284 milliards d’euros de revenus trimestriels. Soit une croissance de 12 % sur un an.

    La bonne santé des entreprises ne fait désormais plus aucun doute.

    D’aucuns s’interrogeaient, encore en début d’année, sur leur capacité à trouver d’autres leviers de croissance de résultats que de vastes programmes de réductions de coûts.

    Aujourd’hui, les poids lourds du CAC 40 montrent, au travers de leurs publications trimestrielles, de réels signes d’amélioration de leur activité.

    Les 36 sociétés, ayant déjà communiqué leur chiffre d’affaires au 10 novembre, affichent un bilan plutôt flatteur.

    Leurs revenus ont atteint 284 milliards d’euros de juillet à septembre, faisant ressortir un taux de croissance moyen pondéré de près de 12 % sur un an glissant.

    http://www.latribune.fr/bourse/20101112trib000572105/la-reprise-au-rendez-vous-dans-les-grands-groupes-francais.html

    • Ah ben ça alors ! Moi qui croyais que ces pauvres entreprises, écrasées de « charges » ne s’en sortaient pas, que la France décourageait ses valeureux entrepreneurs… Du moins, c’est toujours ce que dit la pleureuse Parisot.

      • Attention Mr Bonnet, de là Pinocchio vous dira que : ‘vous ne comprenez-pas que ce qui compte c’est le PIB, ce qui reste quand on a payé ce qu’on a importé et reçu le payement de ce qu’on a exporté une fois les charges du train de vie des Français déduites de l’addition. »

        C’est là qu’il nous faudra répondre qu’il est inutile d’alléger les charges des entreprises pour nous rendre compétitifs, autant éviter les intermédiaires qui augmenteraient leur marge et réduire nos taxes à l’exportation …

        On peut même augmenter nos taxes à l’importation, le péril des finances publique qui nous est décrit le justifie pleinement, ce n’est pas le FMI qui pourrai se plaindre que nous soyons de bons élevés qui évitent la faillite, il n’est pas déraisonnable de freiner la consommation pour sauver les finances publiques .

        Merci de me corriger si je fais erreur…

  7. Olivier ! Je crois que c’est là que doit être votre créneau de combat car c’est celui qui pourrait être le plus incisif et le plus précieux support pour que le sursaut français que vous avez magnifiquement accompagné lors de votre grève du zèle ne s’effondre pas.
    De tels sujets sont les véritables miroirs de nos charognards des retraites.
    Il faut montrer l’immonde au niveau de l’immonde dans ce qui les rend immonde, l’attrait d’une seule chose, le fric et rien d’autre. Rien que le fric, toujours le fric. Et je suis certain que même leurs coucheries ne sont cernées que par le fric.

  8. « Le G tout et le G rien »

    Chutttttttttttttttttttttttt !
    C’est une conscience supérieure
    Qui capte les ondes… de certains émetteurs, de certains médiateurs, de certains chercheurs.
    Une sorte de SUPconscient, qui nous surplombe tous et sans exception !
    Non pas SUBconscient
    Mais SUP avec un P
    Comme « Putain, pour qui elle se prend celle-là ? Pour Médiapart ? »
    Ahahaha !!!! Toute blague à part…
    Et si c’était le SUPconscient, qui exerçait le vrai pouvoir
    Sacré pouvoir !
    Qui étrille tous les dormeurs… gouvernés et gouverneurs !
    Pas de panique !
    C’est exclusivement MEDIATIQUE…

    http://www.tueursnet.com/index.php?video=Psycause%204

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)