Fév 032011
 

« Deux ou trois gendarmes le tenaient, il était penché en avant. J’ai clairement vu le gendarme en képi qui donnait des coups de poings de bas en haut. On avait l’impression qu’il se défoulait, c’était violent et choquant », raconte un témoin de l’incroyable déchaînement de violence gendarmesque survenu lors d’une manifestation à Anduze. Louis Julian lui-même, ce vigneron bio, sexagénaire d’un village voisin, confirme le récit : « Quand le commandant Warion a commencé à envoyer ses gaz lacrymogènes, il avançait vers moi. A un moment, il a perdu sa bombe, presque à mes pieds. J’ai pas réfléchi, je l’ai prise et je l’ai jetée au loin, dans le ruisseau. [Alors, les gendarmes m’ont] sauté dessus. Ils m’ont ceinturé. J’avais la tête comme dans une mêlée de rugby, basse. Le commandant est arrivé et m’a arrosé de coups de poings à la figure. Ensuite, j’ai été plaqué au sol, puis traîné sur le côté. ils m’ont relevé, m’ont regardé dans les yeux et m’ont lâché. Le train a démarré et c’était fini… »

Avant de faire sa fête au vigneron, c’est le même désormais célèbre (la vidéo ayant été visionnée plus de 496 000 fois) commandant Frédéric Warion qui avait soudainement « gazé » les manifestants pourtant parfaitement inoffensifs, avec le groupe des élus à écharpe tricolore en tête. Ils venaient protester contre le projet d’annexion de leur communauté de communes d’Anduze par le « Grand Alès » voulu par le maire UMPiste de la cité cévenole. L’un d’eux, Alain Beaud, maire (PS) de Saint-Sébastien-d’Aigrefeuille, raconte : « Le commandant nous a gazés sans sommation, les élus puis tout le monde, en contrebas sur les voies, car il était debout sur le quai. Il avait un sang-froid extraordinaire, il était étrangement calme. Ensuite, il y a eu des altercations entre les manifestants et les gendarmes, qui ont utilisé leurs matraques. » Détail amusant que l’on constate en visionnant la vidéo, juste avant que Warion commence à gazer tout le monde, les manifestants scandent : « Démocratie vaincra ». Tu parles.

Soutenez ce blog ! Votre serviteur, journaliste au chômage, tente le pari de vivre grâce à plumedepresse : pour deux euros, rejoignez le Club des plumonautes en vous abonnant pour un mois au Kiosque permanent, le rendez-vous pluri-quotidien de notre revue de Web, actualisée en temps réel six jours sur sept. Cliquez sur le kiosque ci-dessous !

Partagez cet article

  36 commentaires à “Il gaze des manifestants pacifiques puis tabasse l’un d’eux : le commandant Warion victime de surmenage ?”

  1. Complémentaire à votre article : Les milices armées du sarkozysme :

    http://www.rue89.com/2011/02/03/loppsi-2-policiers-reservistes-ou-milice-armee-188932

    Un jour on se demandera ce que fut  » le sarkozysme  » et nous comprendrons qu’il fut le nœud coulant qui aura tenté de nous pendre. La tactique privilégiée du sarkozysme c’est la rapidité législative proportionnellement inverse à la lenteur d’exécution méthodique du resserrement du nœud coulant.
    Le résultat visé c’est la mort FN de la république issue de 1789 . Résistance !

  2. Pour une fois que quelqu’ un se bat pour que les trains partent à l’ heure… 🙂

    Le gaz lacrymogène était bio comme les châtaignes distribuées , on voit vraiment pas ce qui a pu froisser ce vigneron .

  3. Chacun peut dire au nazillon Warion ce qu’il pense de lui en appelant la gendarmerie d’Alès

    04 66 86 16 67

    Pour ma part, c’est déjà fait

    Gendarmerie d’Alès : 04 66 86 16 67

    • Le plus triste c’ est de ne pas prendre dans l’ ordre les évènements!!! En premier lieu, la manifestation doit être illégale car elle se déroule sur des rails!!! Elus ou pas, ils sont dans l’ illégalités.
      La gendarmerie n’ agit pas de son propre chef, les ordres viennent de plus haut (élus, sous prefet, prefet, ect).L’ ordre a du être donné d’ évacuer les rails.
      Le plus surprenant dans cette vidéo et c’ est dommage que personne n’ ai remarqué cela, c’ est que l’ on voit au début les gendarmes saluer les élus et l’ ambiance est bonne enfant et l’ image d’ après les manifestants effectue un sitting en se tenant les uns aux autres pour rendre difficile le travail des gendarmes. Que c’ est il passé pendant la coupure vidéo. Que veut on nous cacher. Le déroulement des faits n’ est peut être pas celui que l’ on veut bien nous montrer.
      Avant d’user de la force (c’ est bien cela que l’ on reproche aux gendarmes) des sommations ont été effectuées, c’ est la loi et les gendarmes sont les premiers à la respecter.
      Il est dommage également que personne ne parle des élus qui se trouvaient dans le train bloqué, il me semble qu’ il y en a un qui a déclaré que les gendarmes ont été copieusement caillassés par des manifestants qui n’ était pas tous âgés.
      Voila, je pense qu’ il faut avoir tous les éléments pour pouvoir porter des accusations.

      • Sauf que ce que vous supposez est faux : il n’y a pas eu de sommation avant le gazage et les jets de pierre se sont déroulés après. Ensuite, vous ne parlez pas du tout de la séance du « tenez-moi le vieux que je lui cogne dessus ». Normal ?

      • On trouve tjs des gens comme vous à défendre l’indéfendable.
        Perso, je crois que c’est parce que l’attitude de ce gendarme est indéfendable et qu’elle vous fout la trouille comme à bcp de gens…ce que vous ne seriez pas près d’avouer

    • Ce que vous ne savez pas (et que nous savons sur place) c’est que tout était prévisible ,naissant d’une provocation d’un puissant élu local qui rêve de faire de son coin une république bananière.Apparemment il réussit bien,car même la gendarmerie nationale l’aide!!! C’est vrai qu’après ça on ne pourra plus parler de démocratie (c.a.d. séparation des pouvoirs,justice ,protection des citoyens,possibilité de participer aux décisions de la cité,…) au moins dans la région,(encore que la gendarmerie,si elle avait un semblant d’honneur devrait se sentir nationale) Mais ils confondent honneur et violence…

  4. espérons que la prochaine fois le vigneron, qui souvent est chasseur, n’oubliera pas son fusil…

    il est grand temps que la peur change de coté…

  5. Que dire, sinon que ce petit homme ridicule nommé Warion, hargneux, velléitaire, agressif à l’égard de gens pacifiques et sans réelle défense n’est rien d’autre qu’un pauvre type, plutôt minable et vraisemblablement crétin… pas très éveillé en somme…. il n’a pas l’intention de procréer, espérons le…!!!
    Un petit séjour dans un coin du globe un peu plus chaud..??? mais là, probablement, il serait moins à l’aise que devant quelques manifestants âgés et sans défense…!!!
    Sacré Warion… c’est dur d’être un homme, hein…???

  6. Un bel exemple du savoir-faire à la française… comme dirait MAM !

  7. […] This post was mentioned on Twitter by Olivier Bonnet, Céleste. Céleste said: Il gaze des manifestants pacifiques puis tabasse l'un d'eux : le commandant Warion victime de surmenage ? http://bit.ly/gDL9iF […]

  8. La version longue de la vidéo : http://www.dailymotion.com/video/xgvmid_intervention-des-gendarmes-a-anduze-la-video-integrale_news#from=embed

    Le blog militant local auquel participe l’auteur (et manifestant) de la vidéo : http://reboussier.blogspot.com/

    Sinon, très bonne, l’idée de Michel82 !

  9. Les gendarmes ne peuvent se permettre ce genre d’ « égarement » même si l’ atmosphère était devenue tendue. Les yeux du vigneron devaient en dire long pour qu’ ils le lâchent et les ramènent à la triste réalité. Mais qui est vraiment responsable de toute cette tension ?. Qui fait en sorte que les choses s’ enveniment ?.

    • Broutille, chère Annick Louise, mais je l’ai remarqué dans plusieurs de vos commentaires : on ne met pas de point après un point d’interrogation (ni d’exclamation). Ce signe remplace le simple point. 😉

      • Broutille ? Détail ? Bagatelle ? cet évènement ? Non ! Ce n’ était pas mon attention de le minimiser ! Je n’ aime pas les poings mais j’ aime les points sur les i (clin d’ oeil) Désigner, dès que cela se propose, LE grand fautif (clin d’ oeil)
        J’ en profite pour remettre l’ accent sur le sujet Sarkozy mais, effectivement, broutille que de mettre ou non un point (clin d’ oeil) Merci quand même du renseignement (clin d’ oeil) Va falloir que j’ enregistre des émoticônes (clin d’ oeil)

  10. Une petite question me taraude à propos des coups. Etes-vous bien sûr que la photo a été prise à la suite de cet évènement et pas d’un autre évènement antérieur ? Parce que perso, j’ai un peu de mal à suivre le déroulement du truc.

    Le Canard Enchaîné du 2 février relate ce qui s’est passé 12 jours avant (soit le 21 janvier 2011). Le Monde indique le 3 février que des plaintes seraient en préparation, mais le 5 février, soit quand même plus de deux semaines après son tabassage présumé, toujours aucune plainte n’a apparemment été déposée par notre homme. Ce qui fait bien long.

    L’utilisation abusive de gaz par cet officier de gendarmerie est bien entendu inqualifiable. J’ai d’ailleurs personnellement assisté à une scène similaire dans une fête de village (utilisation abusive de gaz pour faire sortir les gens d’une salle des fêtes). Cependant, je n’ai pas l’impression, au vu du film, d’assister à un tabassage en règle. Par exemple, le gendarme ne porte pas de gants. A-t-il réellement pris le risque de se blesser lui-même en frappant quelqu’un sans être protégé ?

    En plus, les propos relatés par la presse sont discordants :
    Dans votre article, l’agressé dit : « j’avais la tête comme dans une mêlée de rugby, basse. »
    Dans sa lettre du 24 janvier au commandant Warrion, le même écrit : « lorsque vous m’avez frappé le visage à poings nus, la main ornée d’une belle chevalière ». mais s’il était plié en deux et recevait des coups rapide de haut en bas, comment a-t-il pu remarquer la chevalière du gendarme, d’autant qu’il devait être groggy au premier coup reçu par surprise ? C’est incohérent.

    On doit donc être très circonspect à propos des coups. Attention à ne pas se faire manipuler…

    • Astuce :
      Lorsque le texte est en rouge, c’est un lien cliquable. En clair, si vous voyez « video » écrit en rouge, c’est que vous pouvez cliquer sur video et regarder la video.
      Celle-ci dure environ cinq minutes après montage et vous aurez vos réponses.
      Suite à des doutes, il a ensuite été publié l’intégralité, sans montage et en continu, qui dure 11 minutes, je vais essayer de vous trouver le lien.

      • Vous êtes gentil de m’expliquer comment fonctionne un lien hypertexte…

        Comme je le dis dans mon commentaire, j’ai déjà visionné la vidéo. J’avais par ailleurs déjà connaissance de l’évènement une bonne semaine avant la publication du Canard Enchaîné (les médias nationaux ont habituellement un léger retard à l’allumage).

        C’est justement parce qu’on ne voit pas précisément le tabassage dans la vidéo que je me pose des questions. C’est très confus. On voit des gendarmes ceinturer deux hommes, en emmener un à droite de la caméra. On ne voit pas non plus d’homme avec le visage en sang (peut-être l’homme à qui ils ont mis une veste sur la tête ?). Je suis donc perplexe quand je vois la photo de cet homme, qui a reçu au moins 5 à 6 coups au visage. Vous savez, il faut rester très méfiant avec les vidéos.

        • Question : ne faut-il pas rester plus vigilant envers la répression qu’envers les témoignages qui la dénoncent ? Sans les prendre forcément pour autant comme argent comptant…

          • Réponse : non. On doit toujours être vigilant.

            C’est le principe même d’un travail journalistique. Recouper les sources et prouver. Or là, je suis désolé, mais je constate qu’il est impossible de rapprocher la photo de ce monsieur de la vidéo. On ne le voit même pas dessus ! Et l’absence de plainte du monsieur plus de deux semaines après les faits, je reste donc très circonspect.

          • Excusez-moi mais je vous trouve très léger : si on ne voit pas le tabassage sur la vidéo, c’est donc que le tabassage n’a pas eu lieu ?

          • Je pense que vous ne comprenez pas mes propos.

            Il n’est pas besoin de venir « polluer » la preuve filmée d’une intervention violente des forces de l’ordre, en l’absence de toute animosité d’une foule, par un élément annexe (le tabassage) qu’on ne voit pas dans la vidéo. Les tabassages ont toujours existé et les gendarmes pourraient d’ailleurs bien invoquer des coups donnés par cet homme ou le fait qu’il se débattait, pour justifier son interpellation violente. Dans un tel cas, la justice accorde en général le bénéfice du doute aux forces de l’ordre. C’est scandaleux mais c’est comme ça.

            Là, l’important, c’est le gazage « à froid », presque mécanique, par un officier de gendarmerie, d’une foule de personnes âgées, visant à faire réagir cette foule. C’est une provocation visant à produire une réaction violente de la foule, permettant par la suite de justifier l’intervention des gendarmes. C’est en ça que cette vidéo est consternante. Elle prouve de visu une provocation policière. C’est du même ordre que les paillottes corses ou les CRS filmés jetant des pierres depuis un talus sur des gens quittant une manifestation. De la provocation pure et simple. On peut ajouter que ce gendarme n’est pas un débutant, mais un officier supérieur, un professionnel accompli, ce qui provoque d’autant plus un malaise, car il a normalement quelques centaines d’hommes sous ses ordres.

            Pour la photo du monsieur tabassé : elle ne fait pas appel à la raison mais aux émotions et c’est ce qui me dérange. C’est du TF1 version « rebelle » et ça je n’aime pas du tout. Tout le monde tombe dans le panneau, bien sûr, parce que la photo est impressionnante. Sauf cette photo ne peut être rapprochée du film et qu’elle a très bien pu être prise 1 an avant les faits. Tant que le monsieur n’aura pas déposé plainte, elle doit donc être laissée de côté. Libération a publié la photo sur son site. Ils ont eu tort.

            Cordialement,

    • la photo est du dimanche 23 ,j’ai des témoins ! la lettre au commandant écrite le 24 a été diffusé le 2 ou 3 fev le 22 sur la 1 page du midi libre on voit le commandant avec dans sa main gauche la bombe lacrymo et sa chevalière on peut voir la scène sur fr2 mon oeil du 0502 13 15 :suivez le commandant en train de gazer , dès qu’il perd sa bombe et que je la jette dans le ruisseau 2 ou3 gendarmes me saisissent et on voit le commandant faire le tour du « maul » pour me frapper ça va vite j’ai une veste bleue. la plainte est chez l’avocat qui rassemble les autres plus les témoignages

  11. Vraiment lamentable. Nous verrons bien si la soi-disant enquête sera impartiale et quelles seront les éventuelles « sanctions ». Comme d’habitude, peut être une mutation avec avancement + une bonne retraite avant une reconversion dans la sécurité privée ? SUPER

  12. De pire en pire chez Sarkoland et Cie, C’est à qui sera le plus ignorant dans l’inhumanisme, tous mon soutien pour Louis Julian, si il y a une pétition qui s’ouvre pour envoyer ces flics violents, malhonnêtes en jugement cela sera très bien. Je le souhaite

  13. 04 75 54 55 10
    pour leur faire part de votre sentiment …

  14. cet acte choque beaucoup de monde et c’est bien normal. une des principale raison de cet émoi est le fait que ce sont des seniors qui sont malmenés. personnellement il m’est arrivé plusieurs fois d’être traité de la même façon, mais quand on essaie d’en parler les réactions sont plutôt du genre « vous avez du les provoquer… » globalement quand on est jeunes, surtout si on est bronzé on est présumé coupable ou alors les gens trouve ça moins grave. moins grave pourquoi? parce qu’on est en age de se défendre? si on se défend c’est la prison.
    j’exprime toute ma solidarité aux manifestants.
    pensez à eux quand vous entendrez au info des histoire de bagarre entre jeune et policier, les méchants ne sont pas toujours ceux qu’on croit.

  15. Une de plus pour MAM, voir mon site internet : florence.jarrier.net

    Fonctionnaire civile au ministère de la défense, j’ai refusé de participer à des détournements et j’ai géré avec rigueur un bureau de marchés. Pour tout remerciement, le ministère m’a mise d’office 26 mois en arrêt de maladie pour raisons psychiatriques et m’a licenciée sans droit à indemnités de chômage ni retraite.
    Madame Alliot – Marie avait toute latitude pour annuler les dispositions mises en œuvre. Mais bien au contraire, elle est intervenue pour désinformer les tribunaux et maintenir les mesures prises. Pour donner raison à sa lettre à mon encontre, le ministère a alors essayé de m’interner d’office. Tel fut son dialogue. Cependant les expertises que j’ai fait effectuer par des psychiatres assermentés auprès des tribunaux, après avoir dû quitter rapidement mon domicile, ont déjoué cette manoeuvre. Toutefois, la ministre est allée toujours plus loin dans la répression.

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)