Sep 042010
 

Encore 16 000 postes de moins, 50 000 depuis 2007, et des profs débutants lâchés seuls à temps plein devant des classes après une formation de… deux jours !

« Ah ça, quand il s’agit de jouer les pleureuses, de tirer la sonnette d’alarme, d’établir le diagnostic, notre classe politique toute entière est unanime : l’Education nationale est sinistrée, le niveau baisse et la violence au sein des établissements monte. Fort bien. Mais que fait-on alors ? La solution miracle de l’actuelle majorité, pour sauver l’Education nationale, est de… lui retirer toujours plus de moyens ! « Nous connaissions, depuis 2002, les suppressions massives d’emplois, la baisse considérable des recrutements, le licenciement des personnels précaires, le non-remplacement de départs en retraite… Cela se faisait sur le dos des élèves et des personnels en alourdissant leur charge et leurs conditions de travail : récupération de moyens en augmentant les effectifs des classes, en supprimant des options, en réduisant l’aide aux collégiens fragiles et l’offre de formation aux lycéens… « Gain » en 4 ans : plus de 25 000 postes d’enseignants » ,  analyse le syndicat UNSEN-CGT » : les lignes qui précèdent datent de décembre 2006, débutant un billet titré Ils assassinent l’Education nationale. Un autre détour par nos archives débusque un article de juin 2007 : « Alors même que les élèves scolarisés seront 20 000 de plus à la rentrée de septembre, le ministre de l’Education nationale, Xavier Darcos, a annoncé que le gouvernement allait supprimer, excusez du peu, quelque 17 000 postes, dont 8 000 dans le domaine « des emplois aidés et de tout ce qui concourt à la vie scolaire dans le second degré, en ne remplaçant pas un emploi équivalent temps plein sur deux. » (…) « Comment le gouvernement peut-il, comme il l’a annoncé, lutter contre l’échec scolaire, améliorer la scolarisation des enfants handicapés, organiser les études dirigées le soir, tout en supprimant cette année encore plusieurs milliers de postes ? » , s’interroge justement la Fédération des conseils de parents d’élèves (les syndicats enseignants, unanimes, ne décolèrent pas non plus). (…) Ne les laissons pas assassiner l’Education nationale ! » Puisque tout va toujours de mal en pis en Sarkozie, nous sommes contraint de lancer le même cri d’alarme au lendemain de la rentrée 2010.

Pour prendre la mesure de la véritable catastrophe qui frappe l’enseignement public, consultons Affordance.info, « Le blog d’un maître de conférences en sciences de l’information » : « Les inspecteurs d’Académie sont les grands « cadres » de l’éducation nationale. Pas vraiment de dangereux trotskystes appelant à la grève à chaque jet de pierre sur le bouclier fiscal. Ces « cadres » sont, indépendamment de la succession des ministres, la condition sine qua non de toute réforme, précisément parce qu’ils sont, avec les recteurs, les garants de la mise en oeuvre de la réforme. A la différence des enseignants, ressource « si peu flexible et au rendement proche de zéro » (selon la vision éclairée du ministre de l’Education nationale et de l’extinction des psychologues scolaires), à la différence des enseignants disais-je, l’expression « devoir de réserve » n’est, pour ces cadres là, pas un vain mot. C’est pourquoi leur dernier communiqué de presse est un signal très fort dans le bras de fer qui oppose l’ensemble des acteurs du système éducatif à leur ministre l’Oréal. Luc Châtel, ancien DRH de chez l’Oréal, devrait pourtant savoir que quand le mécontentement atteint ce niveau-là de l’exécutif d’une entreprise, il est grand temps de demander conseil à Eric Woerth pour trouver une île  paisible sur laquelle aller se faire oublier quelques temps. » Que dit donc ce communiqué de presse des inspecteurs d’Académie, en date du 16 juin dernier ? « On nous demande de supprimer des postes alors que lutter contre l’échec scolaire et la violence à l’école suppose plus d’adultes et plus d’éducation dans les établissements. On nous demande d’augmenter les effectifs des classes, alors que la difficulté scolaire se traite avant tout par une pédagogie différenciée d’autant plus difficile à mettre en oeuvre que les effectifs sont importants. On nous demande de fermer les petits établissements ruraux alors que la circulaire Balladur de 1993, jamais abrogée, interdit la fermeture de la dernière classe d’une commune. On nous demande de ne plus scolariser les enfants de moins de trois ans alors que toutes les études montrent les effets bénéfiques d’une scolarisation précoce dans les milieux les plus défavorisés. On nous donne en exemple le modèle finlandais dont la formation des enseignants est un élément clé de la réussite tandis qu’on réduit le temps de formation des professeurs français. Comment expliquer cela aux parents d’élèves, aux enseignants ? Quelle en est la logique si ce n’est une logique uniquement budgétaire ? Dès lors, les inspecteurs d’Académie dont on ne peut douter de la loyauté s’interrogent devant les risques de dégradation du service public d’éducation dont les conséquences, à l’heure de la mondialisation, se mesureront à terme sur les performances et la compétitivité de la France ! »

« La question des moyens n’est pas la réponse aux problèmes de l’Education nationale aujourd’hui » , prétend Luc Chatel, cité par Les Echos : « Faux, rétorquent les syndicats, qui se focalisent sur les 16 000 suppressions de postes de cette rentrée, portant à près de 50 000 le nombre de postes supprimés dans l’Education nationale depuis 2007« L’Education nationale participe à l’effort collectif de la nation pour la réduction des déficits » , a justifié Luc Chatel. Mais cette politique n’emporte pas l’adhésion des Français : d’après un sondage CSA commandé par le principal syndicat du primaire, le SNUipp-FSU, 80% d’entre eux pensent que la politique de non-remplacement d’un enseignant sur deux partant à la retraite est une « mauvaise chose ». Mais Chatel et la clique des libéraux qui nous gouvernent s’en fichent. Résultat : « Phènomène inédit, deux grèves sont prévues dès la deuxième semaine de cours. En plus de la journée de grève interprofessionnelle sur les retraites, le 7 septembre, le SNES-FSU a appelé à la grève le 6 septembre dans les collèges et les lycées. « A rentrée exceptionnelle, réponse syndicale exceptionnelle » , justifie le premier syndicat du second degré, qui s’oppose notamment aux réformes du lycée et de la formation des enseignants. Quand, sur ce dernier point, Luc Chatel parle, lui, de « progrès » : cette réforme permet l’« élévation du niveau de qualification » et une « formation dans la réalité de la classe » , assure le ministre. La « mastérisation », qui occasionne l’arrivée de professeurs débutants directement dans les classes, est vivement dénoncée par la communauté éducative, jusqu’aux inspecteurs de l’Education nationale dont le principal syndicat, le SI-EN Unsa, parle d’« une crise de confiance extrêmement forte entre les enseignants et le ministre de l’Education ». On ne saurait mieux dire ! Parlons donc de la « masterisation » que ce guignol de ministre ose qualifier de progrès. Elle introduit d’abord une matière dont l’intitulé fait frémir : « Agir en fonctionnaire de l’Etat et de façon éthique et responsable. » On imagine ce que ça peut signifier pour des sarkozystes ! « De nombreux professeurs, gênés par la nature non-disciplinaire et potentiellement idéologique de cette épreuve, risquent de ne plus être volontaires pour participer aux jurys, commente le Forum des sociétés savantesPour l’agrégation, l’adjonction de cette épreuve à l’une des épreuves orales disciplinaires pré-existantes induit une modification arbitraire du coefficient de celle-ci, préjudiciable aux équilibres établis de longue date entre les sous-disciplines d’un même concours. Qui plus est, le poids de la compétence « Agir en fonctionnaire de l’Etat » varie en pourcentage de la note finale du concours de 2,47% en lettres modernes à 8,33% en mathématiques, un comble pour l’évaluation d’une compétence non disciplinaire. » Du grand n’importe quoi ! Mais que dire de cette brillante idée de lâcher des enseignants débutants seuls à temps plein devant une classe en ayant juste bénéficié d’une formation de… deux jours ? «On ne nous a expliqué que le 31 août comment faire un cours, quelle longueur de trace écrite doivent conserver les élèves, etc., explique l’un de ces jeunes profs interrogé par Mediapart. Ça me fait très peur, je voudrais faire les choses bien mais le gouvernement nous tire une balle dans le pied dès le début.» Une vraie catastrophe, vous dit-on ! « Julien, 28 ans, a hérité pour sa part de deux terminales S et STG, en plus de sa seconde et de sa première, en contradiction avec les textes qui conseillaient aux chefs d’établissement de ne pas confier de classes à examen aux débutants. Quant à son tuteur, il enseigne dans un lycée voisin, faute d’avoir trouvé un volontaire dans son propre établissement. Le principal syndicat du secondaire, le Snes, opposé à la réforme, a en effet incité les enseignants à ne pas la cautionner et à refuser de devenir tuteur. La moitié des nouveaux profs d’histoire-géographie de Créteil n’avaient ainsi aucun tuteur à la veille de la rentrée. «Les tuteurs sont censés assister aux cours de leur stagiaire au moins une demi-journée par semaine jusqu’à la Toussaint, en plus de leurs 18 heures de cours à eux, décrypte Olivier Trannoy, maître formateur. Et en mars, ils devront laisser leur classe, deux semaines, à des étudiants de master 2, pour suivre leur stagiaire, ce qui explique aussi les réticences.» Egalement très sollicités pour accompagner sur le terrain cette génération d’enseignants déboussolés, les inspecteurs sont inquiets. «On va vers une catastrophe, s’exclame Patrick Roumagnac, secrétaire général du principal syndicat d’inspecteurs, le SI-EN-Unsa. On dit haut et fort qu’on prépare des incompétents, bons à rien : imaginez l’image qu’on donne aux élèves et aux familles des enseignants qui seront dans les classes dès cette semaine !» Hélas, au final, ce sont vos enfants qui paieront la note.

Retrouvez les archives de notre rubrique Sarkoland.

Soutenez Plume de presse

L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

Partagez cet article

  14 commentaires à “Ils assassinent l’Education nationale, bis repetita”

  1. […] This post was Twitted by a_reineS […]

  2. […] This post was mentioned on Twitter by Graeme, Olivier Bonnet and Anne C., Zgur. Zgur said: RT @OlivierBonnet: Ils assassinent l’Education nationale, bis repetita http://www.plumedepresse.net/?p=274 […]

  3. […] This post was Twitted by corleone06 […]

  4. […] This post was Twitted by hippo20 […]

  5. […] This post was Twitted by Fauche_JM […]

  6. […] This post was Twitted by Rezonet […]

  7. « La question des moyens n’est pas la réponse aux problèmes de l’Education nationale aujourd’hui » Rien que ça, donne la nausée.
    On ne peut être qu’un fou allié pour oser dire ça…ou être le fossoyeur de l’Education Nationale.

    Traite à la Nation, c’est quoi la sentence?

  8. […] l’Education nationale, bis repetita Posted by Équipe Signes des Temps on September 4, 2010 Plume de presse, 4 septembre […]

  9. Cette année , mon fils, qui rentre en 5e , a comme prof principale la prof de musique qui ne voit la classe qu’une heure par semaine ….Consternation parmi les parents….comment s’occuper d’une classe qu’on ne voit pratiquement pas de la semaine ! Il a été répondu à nos interrogations légitimes, qu’un enseignant débutant (traduction, un étudiant) ne pouvait assumer ,en plus de ses compétences à acquérir, le principalat d’une classe , traduire par le prof de maths est un étudiant , ainsi que la prof de français , donc…Reflexion qui en découle , mettre le gamin dans le privé alors que moi_même, fonctionnaire, suis tellement attachée au service public, mais avec quel argent ?…Ce gouvernement fait la part belle aux écoles privées qui vont accueillir la majeure partie des élèves dont les parents ne voudront plus d’un tel système ….et qui pourront payer !

    • Vous mettez le doigt dessus, Violaine : comme en toutes choses avec les libéraux, on veut faire place nette au privé pour favoriser le profit au détriment des plus pauvres. La société à deux vitesses chère à la droite : tout pour ceux qui ont tout et rien pour ceux qui n’ont rien.

  10. La meilleure des « profs principaux » qu’ont eue mes enfants fut une prof d’EPS, très disponible, à l’écoute des élèves et des parents car n’ayant pas ce lourd temps de travail qu’est la correction des copies entre autres. Les notions de travail en équipe, de respect des règles découlant de la matière qu’elle enseignait a fait de sa fonction une belle réussite collective.

  11. A lire et à faire lire à vos enfants…

    « Avertissement aux écoliers et lycéens » (Raoul Vaneigem) – 20 février 1995.

    http://library.nothingness.org/articles/SI/fr/display/91

    Et

    « Traités de savoir vivre à l’usage des jeunes générations. » (Raoul Vaneigen) – 1967

    http://arikel.free.fr/aides/vaneigem/

    Misère…

    • Bravo.
      Depuis le temps que je voulais pouvoir le citer.
      Entre autres en tant que précurseur (avec le Marx des Manuscrits de 44 et son « travail non aliéné ») de la LUTTES DES STRATES et de la nécessaire révolisation égalitariste qui donnera le leadership à la strate des innovants, 1000 euros par mois à partir de 14 ans pour tous les Terriens, la délégation générale révocable à partir de 7 ans, le droit à l’investissement démocratique.
      Merci.
      Je viens de télécharger les 4 chapitres du premier pour les lire hors connexion.

  12. […] This post was Twitted by feeline06 […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)