Avr 272012
 

« Quand on abat quelqu’un de quatre balles dans le dos, on peut légitimement se demander s’il y a proportionnalité et immédiateté dans la riposte » : notre Phrase du jour est signée Matthieu Bonduelle, juge d’instruction à Bobigny et Secrétaire général du Syndicat de la magistrature (SM), qui remet les pendules à l’heure. Prétendre que le policier était en légitime défense dans ces circonstances – c’est l’autopsie qui révèle que la balle mortelle l’a frappé dans le dos, les trois autres n’ayant pas atteint leur cible – est tout aussi absurde qu’obscène. D’autant que « Un témoin affirme avoir assisté à une scène de course-poursuite où un homme tirait sur un fuyard ». Et voilà notre sortant candidat qui n’en finit pas de courir après Marine Le Pen et propose comme elle une « présomption de légitime défense ». Réaction de Bonduelle : « Soit c’est de la poudre aux yeux, soit il y a quelque chose de plus grave derrière. Si Nicolas Sarkozy souhaite mettre en œuvre une présomption de légitime défense absolue alors là c’est vraiment nouveau et ça n’existe dans aucune démocratie. Cela signifierait que le policier peut se servir de son arme comme il veut, sans que jamais la justice ne puisse enquêter pour savoir s’il était en situation de légitime défense ou pas. C’est la mise en place d’un permis de tuer. » Quant à la Pen, elle se félicite d’ « une victoire idéologique ». Qui est loin d’être la première.

Partagez cet article

  28 commentaires à “Impunité, j’écris ton nom, suite : le permis de tuer des sarkopen”

  1. Commentaire totalement hors sujet, mais je ne sais pas ou le mettre (libre à toi de l’effacer). Ce ne serait pas possible d’avoir la liste des commentaires dans l’ordre chronologique, plutôt que l’inverse ? Si c’est gérable au départ, lorsqu’il n’y a que peu de commentaires, ça devient très pénible dès qu’ils se font plus nombreux et qu’il y a des réponses à certains de ces commentaires (qui elles, sont présentées de façon chronologique par rapport au commentaire d’origine) ?

    • J’ignore si c’est possible. Je suis vraiment un simple utilisateur. J’en parlerai à mon Webmaster mais je n’ai pas bien compris ce que vous vouliez exactement. Dans la colonne des commentaires (à gauche de la page d’accueil) figurent les derniers messages postés, pour signaler qu’il y en a de nouveaux. Vous voudriez que l’ordre chronologique soit inversé dans le fil de discussion sous l’article, soit le tout premier d’abord et les autres en dessous ?

      • Non, il veut juste dire qu’il préfèrerait que les premier commentaires apparaissent en haut de la page et non l’inverse.

        • voilà

          Le réponses à des commentaires (donc ultérieures au commentaire d’origine) se placent naturellement sous le commentaire original, ce qui est logique. Mais un commentaire indépendant d’un précédent va se placer au dessus de celui-ci dans la page.
          Résultat, lorsqu’on veut suivre le fil des commentaires, on est obligé d’aller en bas de la page, puis de remonter pour suivre les commentaires dans l’ordre chronologique, sauf lorsqu’il y a des réponses à un commentaire, auquel cas, on est bligé de remonter jusqu’au commentaire principal pour redescendre afin de lire les réponses, puis remonter au dessus du commentaire d’origine pour pouvoir lire le commentaire suivant dans l’ordre chreonologique.
          Quand il y a 4 commentaires, ce n’est pas vraiment un problème, lorsqu’il y en a 40 ou 50, ca devient simplement ingérable de lire l’ensemble.

  2. Donc,si j’ai bien compris cette invraisemblance,désormais,selon la phraséologie sarkozyenne,il devrait y avoir deux types de « citoyens »,le lambda qui pourrait se faire tirer comme un lapin a tous les coins de rue sous le prétexte ignoble que le tireur porterait un uniforme de policier,et le prétendu (enfin ex.désormais!!) défenseur de la veuve et de l’orphelin,qui,lui,serait nécessairement et quoiqu’il en soit,au-dessus des lois et comme inaccessible a toute peine,pouvant défourailler a tout-va,des l’instant qu’il « se sentirait » en danger,y compris vis-a-vis d’une personne(meme si c’est un délinquant connu comme tel(n’oublions jamais qu’en priorité,c’est un citoyen et un présumé innocent tant qu’il n’est pas jugé!!). C’est bizarre,mais tout ceci me rappelle furieusement certaines périodes noires de notre histoire, a coup de milices,de délateurs et de polices collaborationnistes!! Pas vous???

  3. en quoi ce monsieur bonduelle fait-il office de neutralité qui sied à la justice en s’en prenant ainsi à un président en exercice par ailleurs contestable sur bien des points ? Ce monsieur bonduelle était-il sur les lieux au moment des faits ? .
    De toute façon, la justice fera son travail, et si ce policier a agi comme il le dit, il devra assumer ses actes et les payer . Mais qu’on assène pas des « vérités » toutes faites sans savoir au nonm d’une idéologie !

    • Il n’est pas question d’idéologie mais d’une autopsie et d’un témoignage qui contredisent la thèse de la légitime défense. Quant au président en exercice, c’est lui qui ne devrait pas contester une décision de justice, cette dernière étant censément indépendante de l’exécutif.

  4. Le Pen a raison de souligner que c’est une victoire idéologique : à partir du moment où un candidat au second tour reprend de telles idées pour séduire, comment appeler ça autrement ?

    Avec ce concept, on ne masque pas seulement les « petites » bavures, face à un ou deux délinquants, mais qu’est-ce que ça peut donner dans une manif ? Surtout depuis juillet ou août dernier, depuis ce fameux décret autorisant les forces de l’ordre à utiliser les mêmes armes « légères » que les casques bleus…
    Voici le décret http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=?cidTexte=JORFTEXT000024287129&dateTexte&oldAction=rechJO&categorieLien=id

    Au contraire, la légitime défense, doit « légitimement » faire office d’enquête afin de prouver que le policier ou le gendarme s’est bien défendu et n’avait pas d’autre choix : ce sera tout à l’honneur des forces de l’ordre de montrer leur sang-froid et leur maîtrise, bref leur professionnalisme. Bien sûr la peur peut pousser à l’erreur, mais n’est-ce pas le but d’une enquête de clarifier tout cela ?

    Mais cette idée -limite fasciste- enlèvera le peu de confiance qu’il reste dans les forces de l’ordre, et face à n’importe quelle « légitime défense » non à prouver, on ne peut craindre qu’une chose : une montée du ressentiment, de haine et de violence…

    De plus, avec la présomption d’innocence qui ne marche globalement que pour les politiciens, la justice à deux vitesse a passé un nouveau cap !

    Tout de même, un état qui s’arme et se protège juridiquement contre le peuple, c’est inquiétant.

  5. Pour le futur ex président, qui débloque complètement, c’est plutôt une « légitime présomption de démence » qu’il faudrait avoir.
    Et pour ce qui le concerne à lui, ce n’est pas grâce à la présomption d’innocence qu’il n’est pas encore passé devant les juges, c’est parce qu’il a l’immunité.

    • « légitime présomption de démence », ça me plaît…C’est quand même plus classe que « ce type est complètement à la masse ». 😉

  6. qui a dit que la peine de mort n’existait plus en France …
    les human bomb et autres affaires merah

    ce sont toujours les mêmes méthodes pour nettoyer les affaires

  7. Coucou, Olivier ! La fin du premier tour me rend quelques loisirs…
    Maître Eolas s’est fendu d’un article magistral sur la question, à partir du fait divers qui l’a mise en « une » :
    c’est ici

    http://www.maitre-eolas.fr/post/2012/04/26/Légitime-défense-du-droit

  8. Pourquoi le gouvernement français protège-t-il Bachir Saleh, l’ex-trésorier de Kadhafi ?

    Hein ?

    Pourquoi ?

    Dimanche 29 avril 2012 :

    Recherché par Interpol, un ancien dignitaire de Kadhafi se trouve en France.

    Ex-dignitaire libyen proche du colonel Kadhafi, Bachir Saleh, qui a démenti avoir été destinataire d’une note citée par Mediapart à propos d’un soutien libyen à la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, est recherché par Interpol pour fraude et se trouve actuellement en France.

    L’ex-trésorier de Mouammar Kadhafi « se trouve en France », a déclaré dimanche à l’AFP son avocat, Me Pierre Haïk, confirmant une information déjà publiée début avril par le Canard Enchaîné. L’avocat s’est adressé à l’AFP pour diffuser une déclaration de son client mettant en doute l’authenticité d’un document cité par Mediapart.

    Celui qui a servi comme directeur de cabinet de Kadhafi et comme président d’un fonds d’investissement libyen en Afrique, est visé à la fois par des sanctions économiques de Washington et par une « notice rouge » d’Interpol en vue de son extradition vers la Libye pour « fraude ».

    Ses photos publiées sur le site internet d’Interpol ont été authentifiées par l’AFP à Tripoli. Toutefois, sur la fiche d’Interpol, il est identifié sous le nom de Bashir Al-Shrkawi, né en 1946 à Agadez, au Niger, de nationalité libyenne.

    Le Niger lui a délivré un passeport « sur le conseil et la pression d’un pays européen » avant de l’annuler, avait déclaré en mars un haut responsable militaire nigérien, le colonel Djibou Tahirou, à l’AFP en refusant de révéler le nom de ce pays européen. Le passeport « disait qu’il était un conseiller (politique) bien qu’il n’ait jamais été conseiller du gouvernement du Niger », a souligné le responsable nigérien.

    A Paris, le ministère de l’Intérieur n’a pu être joint pour confirmer cette présence en France de Bachir Saleh et son statut.

    Le Canard Enchaîné avait affirmé début avril que Saleh avait obtenu « au nom du regroupement familial » un titre de séjour en France où il serait arrivé en provenance de l’île tunisienne de Djerba dans des conditions difficiles à établir.

    Bachir Saleh a démenti dimanche avoir été le destinataire d’une note publiée par Mediapart sur un accord libyen pour financer la campagne de M. Sarkozy en 2007. Il a émis « les plus expresses réserves sur l’authenticité de la note publiée par Mediapart et opportunément présentée comme constituant la preuve d’un financement de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy », selon sa déclaration transmise par son avocat. M. Sarkozy a qualifié d' »infamie » les accusations sur un soutien libyen à sa campagne de 2007.

    En outre M. Saleh, a démenti « catégoriquement avoir participé à une réunion le 6 octobre 2006 au cours de laquelle un accord aurait été conclu en vue de déterminer les modalités d’un soutien financier à la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy ».

    Selon le document en arabe publié samedi par Mediapart, ont participé à cette réunion côté libyen, « le directeur des services de renseignements libyens (Abdallah Senoussi, ex-chef du renseignement militaire et beau-frère de Kadhafi actuellement détenu en Mauritanie, ndlr) et le président du Fonds Libyen des investissements africains (Bachir Saleh, ndlr), et du côté français M. Brice Hortefeux et M. Ziad Takieddine ».

    La note porte la signature de Moussa Koussa, ex-chef des services de renseignements extérieurs de la Libye.

    L’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine, mis en examen dans le volet financier du dossier Karachi, a dit reconnaître la signature de M. Koussa sur le document, mais qu’il n’avait « pas assisté à cette réunion », qui cependant « a pu avoir lieu ».

    L’ex-ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux a dit à Mediapart n’avoir « jamais rencontré Moussa Koussa et Bachir Saleh ».

    http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20120429.AFP4710/recherche-par-interpol-un-ancien-dignitaire-de-kadhafi-se-trouve-en-france.html

  9. L’impunité est un concept central chez Sarkozy. Il n’a reconnu aucune erreur ni aucune faute, en politique et ailleurs – même pour le Fouquet’s il a dit qu’il n’aurait « peut-être » pas dû, avant de donner une palanquée d’excuses – et il a réclamé l’impunité pour les chefs d’entreprise et pour les fuyards fiscaux, dont il a souligné le fait qu’ils étaient « matraqués » par le fisc.
    L’impunité revendiquée transparaît encore dans ses rejets méprisants, limites grossiers comme d’habitude des informations de Mediapart, et dans la bouche d’Hortefeux qui nie ce qui avéré avec un aplomb qui mériterait (méritera ?) une peine aggravée, quand viendra l’heure payer l’addition.

  10. Incise technique…Il faut à peu près 30s pour qu’un commentaire soit accepté par le site, à chaque fois. Inhabituellement long, mais c’est toujours pareil sur ton site. Je me demande de quoi ça vient. De mon navigateur (Firefox dernière version), de WordPress, de mon antivirus (AVG anti-virus free edition 2012) ?..

  11. Libye : Bachir Saleh est bien visé par un mandat d’arrêt transmis par Interpol.

    L’ex-dignitaire libyen proche du colonel Kadhafi, Bachir Saleh, qui se trouve actuellement en France, fait bien l’objet d’un mandat d’arrêt signalé par Interpol à la demande de Tripoli, a indiqué à l’AFP l’un de ses avocats, Me Marcel Ceccaldi.

    Interrogé par RTL lundi matin, le Premier ministre, François Fillon, avait affirmé qu’il n’y avait « aucune trace d’un mandat international » visant Bachir Saleh, ajoutant : « J’imagine que le gouvernement français serait au courant ».

    Interpol a cependant publié une notice rouge, consultable sur internet, concernant un certain Bashir Al-Shrkawi, de nationalité libyenne, qui est recherché pour fraude par Tripoli.

    Joint par téléphone, Me Ceccaldi a confirmé que M. Shrkawi était bien Bachir Saleh, et s’est insurgé contre la notice rouge diffusée par Interpol.

    « Comment Interpol peut-il diffuser un ordre d’arrestation provisoire à la demande des autorités libyennes? », a-t-il demandé. « Qu’est ce que la Libye? Les islamistes de Tripoli? Les sécessionnistes de Bengazi? Les bandes armées de Misrata? »

    « Quel pays démocratique prendrait le risque d’arrêter quelqu’un pour le transférer en Libye? » a-t-il poursuivi, tout en s’interrogeant sur les raisons des poursuites libyennes.

    « M. Saleh a vécu pendant trois mois en Libye après la chute de Kadhafi avant de passer librement en Tunisie par un poste frontière », a-t-il ajouté.

    Selon l’avocat, son client possédait un passeport diplomatique nigérien, version contredite par le ministère nigérien des Affaires étrangères.

    « Non, Bachir Saleh n’est plus en possession d’un passeport nigérien », a déclaré à l’AFP une source au sein du ministère. Quand cette « affaire » de passeport a commencé en mars « à faire grand bruit au Niger », il « a décidé lui-même de restituer le passeport diplomatique qui lui avait été donné ».

    Le Premier ministre français François Fillon a assuré lundi que M. Saleh, qui vit en France et est recherché par Interpol pour fraude, disposait d’un « passeport diplomatique du Niger » et est donc « protégé par l’immunité diplomatique ».

    Ancien président d’un fonds d’investissement libyen en Afrique, M. Saleh a été accusé par Mediapart d’avoir été le destinataire d’une note portant sur un soutien libyen à la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Me Ceccaldi a rejeté ces accusations.

    « Ce genre de question n’entrait pas dans les prérogatives de M. Saleh », a déclaré Me Ceccaldi, précisant qu’en 2006, son client n’était plus directeur de cabinet de M. Kadhafi.

    « Croyez-vous que dans des affaires de cette nature, un PV serait dressé ? », a-t-il interrogé au sujet de la note publiée par Mediapart.

    L’ex-chef des services de renseignements extérieurs de la Libye qui vit en exil à Doha, Moussa Koussa, que Mediapart a présenté comme le signataire de la note, a qualifié dimanche ce document de faux.

    Les notices rouges sont l’un des moyens par lesquels Interpol informe ses pays membres qu’une demande d’arrestation et d’extradition a été délivrée par une autorité judiciaire à l’encontre d’une personne. Il ne s’agit pas de mandats d’arrêt internationaux, Interpol n’envoie pas de policiers arrêter la personne.

    Interpol respecte la souveraineté de chaque Etat, ainsi chaque membre est libre d’engager ou non les moyens pour procéder à l’interpellation si la personne recherchée se trouve sur son territoire.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120430.AFP4766/libye-bachir-saleh-est-bien-vise-par-un-mandat-d-arret-transmis-par-interpol.html

  12. Mardi 1er mai 2012 :

    Plainte de Sarkozy : Mediapart dénonce le « choix d’une procédure secrète »

    Au lendemain de la plainte de Nicolas Sarkozy contre Mediapart pour des accusations de financement illégal de sa campagne de 2007 par le régime libyen, le site d’information accuse mardi le président-candidat de faire « le choix d’une procédure secrète » pour éviter un débat public devant le tribunal correctionnel.

    Le parquet de Paris a annoncé lundi soir avoir ouvert une enquête après avoir reçu la plainte de Nicolas Sarkozy contre le site internet Mediapart pour « faux et usage de faux », « recel de ces délits », et « publication de fausses nouvelles ».

    Le directeur de publication de Mediapart, Edwy Plenel, ainsi que les deux journalistes auteurs de l’article concerné, Fabrice Arfi et Karl Laske, sont visés par la plainte du chef de l’Etat, a-t-on précisé de même source. L’enquête a été confiée à la police judiciaire.

    Le site internet Mediapart a publié ce week-end le fac-similé d’un document présenté comme une note officielle du régime de Moammar Kadhafi, datée de décembre 2006, qui donnerait son accord de principe pour financer à hauteur de 50 millions d’euros sa campagne de 2007. Nicolas Sarkozy a dénoncé un « faux grossier ».

    Dans un communiqué, Mediapart, Fabrice Arfi, Karl Laske et Edwy Plenel dénoncent une « démarche exceptionnelle » qui vise, selon eux, « à contourner la procédure spéciale prévue par la loi sur la presse ».

    « Une procédure du chef de diffamation aurait exigé un débat public devant le tribunal correctionnel ainsi que la production des preuves et des témoins, ce que, manifestement, M. Nicolas Sarkozy ne veut pas », observent-ils.

    « Il a préféré, avec le concours du procureur de la République, placé sous son autorité, faire le choix d’une procédure secrète, à l’abri, qui vise à intimider les journalistes dans l’exercice de leur mission constitutionnelle d’information du public ».

    Les journalistes s’étonnent de « la rapidité avec laquelle le ministère public aura prêté son concours pour ouvrir une enquête préliminaire sur des faits intéressant ès qualités le candidat à l’élection présidentielle en 2007 alors qu’il s’obstine depuis des mois, malgré l’ampleur de nos révélations répétées, à refuser d’enquêter sur un possible financement illicite de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 ».

    « Au passage, une telle procédure permet de contourner la loi protégeant le secret des sources des journalistes. Ces procédés portent la marque du régime. Nous réaffirmons avoir effectué un travail sérieux, en toute indépendance et avoir respecté nos obligations déontologiques », ajoutent-ils.

    http://www.romandie.com/news/n/Plainte_de_Sarkozy_Mediapart_denonce_le_choix_d039une_procedure_secrete010520121109.asp

  13. J’aime assez tous les commentaires sur le financement de l’ump par kadafi.

    Mais je crois me souvenir que l’un des fils de kadafi l’avait deja dit (c’est vrai, les fils de kadafi c’est pas credible…l’afp c’est tellement mieux)

    N.B.: pour la nomination d’un premier ministre dans un pays vassal (par exemple le cameroun, pour y avoir vecu) de l’argent est versé par les candidats pour l’ump … et le ps. mince alors.

    A quand une enquete de fond sur le financement des partis?

    Apres tout, finalement, on s’en fout, le massacre de tant de gens en Libye contre un dictateur qui disait lutter contre une invasion exterieure (finalement c’etait le qatar………… comme la mauritanie d’ailleurs), l’important c’est l’air du temps.

    Demain encore des milliers de gens vont mourrir, mais on s’enfout l’important c’est la democratie (celle qui accepte de l’argent des dictatures pour financer ces elections ……….)

    vive les democrates…………. et les enfants qui meurent pour vous.

  14. PS : melanchon aurait choisit un editeur italien pour un livre….

    Vive les ouvriers francais, halte a la delocalisation……….

  15. RE PS : J’aimerais savoir si notre ami du npa, M. besancenot, est toujours facteur ? est ce que quelqu’un aurait des informations ?

  16. Suite J’ai du mal à être courtois avec des gens qui parlent de « repères de juges rouges » sans avoir rien compris à l’affaire ! Quant à ma sensibilité, elle peut vous expliquer aussi que la légitime défense ne sera déterminée qu’après une mise en examen et une enquête.

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)