Sep 252011
 

Certains journalistes sont vraiment des sales bêtes ! Prenez France 24 par exemple. Une chaîne française de télé internationale qui dépend directement du ministère des Affaires étrangères : on l’imagine marchant avec discipline au pas du sarkozysme. Mais voilà qu’un de ses journalistes (inconnu) prend l’initiative de publier un article de l’AFP. Agence qui, elle aussi, verrouillée comme elle l’est au plus haut niveau, devrait garder son petit doigt sur la couture du pantalon. Mais ces empêcheurs de propagander en rond ont trouvé une astuce : la revue de presse. On ne prend pas position, on cite les confrères qui le font. Revue de presse en l’occurence pour le moins édifiante, concernant les derniers développements de l’affaire Karachi.

Jugez plutôt : « La « République irréprochable » promise par Nicolas Sarkozy en 2007 « se porte mal » et le président est « directement touché » par les nouvelles révélations sur l’affaire de Karachi mettant en cause un fidèle parmi les fidèles, Brice Hortefeux, estime la presse régionale samedi. « De rebonds en rebondissements, de révélations en allégations, de dénégations en semi-aveux, l’affaire de Karachi poursuit sa course folle », constate Patrice Chabanet dans son éditorial du Journal de la Haute-Marne. » Notons l’usage du verbe constater, tout sauf neutre. Mais poursuivons : « Au train où vont les choses, dire que l’affaire Karachi est en train de semer la panique à l’Elysée va finir par relever de l’euphémisme », assure Jacques Guyon dans les colonnes de La Charente libre. « Chaque jour, chaque heure amène son petit lot de révélations, sa rumeur qui est déjà une certitude, la liste ne cessant de s’allonger des copains et des coquins qui se goinfrent sur le ventre de Marianne. L’atmosphère devient irrespirable », s’exaspère L’Union/L’Ardennais sous la plume d’Hervé Chabaud. Après la mise en examen de deux proches de Nicolas Sarkozy dans l’enquête sur le volet financier du dossier Karachi, c’est Brice Hortefeux, homme de confiance du chef de l’Etat, qui se retrouve dans la tourmente après la révélation d’une conversation téléphonique avec un protagoniste de l’affaire dans laquelle l’ex-ministre de l’Intérieur s’inquiète de l’enquête du juge. Pour Olivier Pirot, de La Nouvelle République du Centre Ouest, il ne fait aucun doute que « lorsque c’est Brice Hortefeux qui se fait rattraper par l’affaire Karachi, c’est le président de la République qui par ricochet est directement touché ». « C’est un jeu de massacre autour de Nicolas Sarkozy. Un à un, ceux qui l’ont accompagné tout au long de sa carrière, sont en passe de tomber au champ de déshonneur », commente Jean-Michel Helvig dans La République des Pyrénées. « La « République irréprochable » que promettait Nicolas Sarkozy se porte mal », juge Patrick Fluckiger dans L’Alsace. Alors que le parquet de Paris a décidé « d’enquêter sur les fuites qui ont permis à la presse de remonter, par Hortefeux interposé, jusqu’au sommet de l’Etat, où la fébrilité est patente », l’éditorialiste alsacien note amèrement que « cela devient une habitude : ce n’est pas le scandale qui inquiète, c’est sa révélation ». « Désormais, le chantre de la République irréprochable se retrouve disqualifié dans son opération main propre », renchérit Yann Marec dans le Midi libre. » Tout est dit, non ?

Pas tout-à-fait : il faut préciser que le communiqué publié par l’Elysée pour tenter de dédouaner le chef de l’Etat est un pur scandale de foutage de gueule. Fabrice Arfi l’explique sur Mediapart : « S’agissant de l’affaire dite de “Karachi”, le nom du chef de l’Etat n’apparaît dans aucun des éléments du dossier. Il n’a été cité par aucun témoin ou acteur de ce dossier », affirment les services de la présidence. Ces deux petites phrases posent un double problème. Primo, dans une République où la Constitution garantit la séparation des pouvoirs — notamment politique et judiciaire —, comment l’Elysée peut, de manière aussi péremptoire, assurer que « le nom du chef de l’Etat n’apparaît dans aucun des éléments du  dossier » ou qu’ « il n’a été cité par aucun témoin ou acteur de ce dossier » ? Nicolas Sarkozy n’est ni mis en examen ni partie civile dans cette affaire ; en théorie, il n’a donc pas accès à la procédure. Secundo, ce que l’Elysée assure, de manière aussi péremptoire, est un mensonge. Oui, Nicolas Sarkozy est désigné par plusieurs témoins et plusieurs documents dans le dossier du juge Van Ruymbeke. » Et Arfi de citer SEPT documents ou témoignages impliquant directement Sarkozy ! L’UMP est une mafia et le président son parrain.

Partagez cet article

  19 commentaires à “Karachi : Sarkozy jusqu’au cou”

  1. Heureusement, le JDD et Europe 1 sont là pour redresser le gouvernail, tant que faire se peut…

    Flash info d’Europe 1 ce matin: La colère froide de Sarkozy

    Le Journal du Dimanche revient sur l’affaire Karachi et cite un proche du président de la République : « Cela recommence comme en 2006 quand on a voulu accrocher Nicolas. Et qui voit-on encore ? Le même juge ».

    En coulisses, la « colère froide » de Nicolas Sarkozy touche ses amis, les femmes de ses amis, les juges, les médias… Pour un proche du président, les accusations portées contre Brice Hortefeux « vont faire un flop ». Il va s’expliquer « et ça va se dégonfler ». En attendant, « Brice peut dire adieu à son poste de directeur de la campagne de Nicolas. Sa carrière est même peut-être terminée ».

    Tu entends ou tu lis ça, il t’arrive quoi? De la merde coule dans tes oreilles, s’insinue dans tes yeux. Les sbires du marchand d’armes Lagardère te racontent une belle histoire, humaine, virile, un peu comme dans « La Conquête », ce si beau film qui a amené Sarko à déjeuner avec Podalydès pour lui dire toute son admiration et citer Schopenhauer.

    C’est l’histoire d’un type, il est en colère, une colère froide, parce que c’est dégueu ce qui lui arrive. Y’a un juge, toujours le même ( là on voit que c’est de l’acharnement, le mec est une sorte de Beria mâtiné de Klaus Barbie), qui fait rien qu’à l’embêter avec des accusations même pas vraies d’abord qui vont faire un flop et se dégonfler ( et exploser en vol, en comdamnant leurs initiateurs à finir lépreux, incontinents, et poursuivis partout par un gros nuage criblé d’éclairs et quand ils essaieront de s’asseoir le doigt de Dieu, qui aime Sarko, les poussera au niveau du gril costal dans le dos provoquant de terribles névralgies).

    C’est l’histoire d’un mec, il est dans une telle colère froide ( un peu Clint Eastwood dans Gran Torino, tu vois, le mec il hurle pas comme un nabot hystérique, il garde une certaine dignité qui provoquerait chez le Elkabbach moyen une semi-molle, tu vois), que tout le monde autour de lui ( sauf sa femme à lui qui attend un enfant, putain la campagne de com est mal barrée, je te dis pas) prend cher, et qu’il va même ( non mais Dieu imagine t’on la souffrance intime que ce Beria fait subir à ces deux camarades inséparables?) devoir lâcher son ami de trente ans( la mort dans l’âme, car Sarko, on le sait, est fidèle en amitié, et émotif, et sensible, malgré ses six cerveaux à lui qu’il a, et comme c’est l’ex d’Arno Klarsfled qui a fait le diagnostic sans IRM, tu imagines à quel point c’est fiable)…?

    Ce n’est pas une affaire d’Etat, donc. Mais plutôt un drame, un émouvant drame humain. Merci Arnaud, tu reprendras bien du cake?

  2. LES DOCUMENTS TAKIEDDINE, OU LA SALE VÉRITÉ DU SARKOZYSME

    http://libertesinternets.wordpress.com/2011/08/06/les-documents-takieddine-ou-la-sale-verite-du-sarkozysme/

    Mais ou est donc la république irréprochable de 2007 ?

  3. Eh bien voilà, tout est dit, sauf les aveux du petit gnome, mais ceux-là, on peut les attendre longtemps!!! Plutôt crever mais cela va crever de toute façon, ou bien nous sommes tous des nigauds et nous mériterons un deuxième mandat , quelle horreur!!!

    • « […] un deuxième mandat , quelle horreur!!! » Hélas ! grâce au P »S », ça se précise… Les v’là en train de danser autour du poteau de torture où ils ont attaché Larcher, après avoir laminé les PG (restent juste quelques communistes qui se tâtent pour la soupe électorale du deuxième tour présidentiel…). C’est pas avec une « gôche » comme le P »S » qu’on va sortir de la m…rde
      Mieux vaut Sarkozy que Flanby ! Mais n’insultons pas l’avenir : peut-être que c’est quelqu’un d’autre qui va sortir des « primaires » « ouvertes » (sur l’UMP). Je n’arrive toujours pas à décider s’il faut aller voter pour Ségolène ou Arnaud, ou si on les laisse faire leurs c…nneries téléguidées tout seuls…

      • « Mieux vaut Sarkozy que Flanby » !!! Holà ! On est mal barré…
        Mouarfff ! Excusez-moi, c’est nerveux, l’âge sans doute…

      • « Mieux vaut Sarkozy que Flamby »

        Et bien voila c’est dit clairement, sans les contorsions habituelles. Comme d’autres ont dit à l’époque : « Mieux vaut Hitler que Blum »…

    • Nouvelle fracassante dans la France des corrompus :

      1 /  » Jean-François Copé reconnaît avoir reçu des cadeaux de Ziad Takieddine  » ( ! )

      2 /  » Ziad Takieddine, intervenu dans deux très importants contrats d’armement des années 1990 au Pakistan et en Arabie Saoudite, qui fait aujourd’hui l’objet de l’enquête du juge Renaud Van Ruymbeke, n’a payé aucun impôt en France depuis environ dix ans, selon des documents publiés par Mediapart durant l’été. Son ex-épouse a affirmé aux policiers qu’un contrôle fiscal avait été suspendu fin 2010 sur consigne d’une «autorité supérieure», qu’elle n’a pas nommée. « 

  4. Et maintenant une petite chanson !

    « Nous n’irons plus jamais, où tu m’as dit je t’aime,
    Nous n’irons plus jamais, comme les autres années,
    Nous n’irons plus jamais, ce soir c’est plus la peine,
    Nous n’irons plus jamais, comme les autres années;
    Karachi, c’est fini,
    Et dire que c’était la ville de mon premier amour,
    Karachi, c’est fini,
    Je ne crois pas que j’y retournerai un jour.
    Karachi, c’est fini,
    Et dire que c’était la ville de mon premier amour,
    Karachi, c’est fini,
    Je ne crois pas que j’y retournerai un jour.

    Nous n’irons plus jamais où tu m’as dit je t’aime,
    Nous n’irons plus jamais comme les autres années;
    Parfois je voudrais bien te dire recommençons,
    Mais je perds le courage sachant que tu diras non.
    Karachi, c’est fini, boum boum tsoin tsoin
    Et dire que c’était la ville de mon premier amour,
    Karachi, c’est fini, je ne crois pas que j’y retournerai un jour.
    Karachi, c’est fini, et dire que c’était la ville de mon premier amour,
    Karachi, c’est fini, je ne crois pas que j’y retournerai un jour.
    Boum, boum tsoin tsoin ;

    Nous n’irons plus jamais, mais je me souviendrais,
    Du premier rendez-vous, que tu m’avais donné,
    Nous n’irons plus jamais comme les autres années,
    Nous n’irons plus jamais, plus jamais, plus jamais.
    Karachi , c’est fini, et dire que c’était la ville de mon premier amour,
    Karachi , c’est fini, je ne crois pas que j’y retournerai un jour.
    Karachi , oh c’est fini, et dire que c’était la ville de mon premier amour,
    Karachi , oh c’est fini, je ne crois pas que j’y retournerai un jour.
    Oh Karachi oh c’est fini,
    Et dire que c’était la ville de mon premier amour
    Oh Karachi c’est fini, je ne crois pas que j’y retournerai un jour.
    Oh Karachi , oh c’est fini,
    Et dire que c’était la ville de mon premier amour
    Oh Karachi , c’est fini, je ne crois pas
    Que j’y retournerai un jour.  »

    Chanson + Tricolorisée By Police Porky’s

  5. Vu Guaino a la télé hier.
    Edwy Plenel était tombé au champ du déshonneur (cf Midi Libre) en poussant le Monde vers l’actionnariat et en oeuvrant avec Colombani pour en faire le journal des zélites et du Mârché dont nous voyons en kiosque, aujourd’hui, la dernière et lamentable version.
    Il est remonté dans mon estime avec le travail de Mediapart qui mouille la chemise dans le sens d’un journalisme d’investigation indépendant, semble-t-il.
    Il a gravi hier soir une marche supplémentaire en cassant admirablement un Guaino, manifestement exaspéré et acculé.
    Un Guaino qui transpirait la peur de toute la bande du boss de la rue du Fbg Saint-Honoré. Un Guaino dont on sentait bien – et Plenel également, qui lui a fait remarqué qu’il ne reconnaissait plus le « Guaino qu’il avait connu », après avoir reçu quelques insultes directes sur son travail – qu’il avait pleinement conscience que cette affaire était réellement du banditisme et impliquait son chef, tout en se demandant qu’est-ce qui l’avait mené là, à défendre l’indéfendable.
    Trop tard, Guaino, l’histoire ne repasse pas les plats. Les morts de Karachi ne reviendront pas, sauf dans les cauchemars de ceux qui les ont connus et aimés.

  6. Et la revue de web c’est pas mal non plus pour dire les choses par procuration 😉
    A priori cet après midi bel échange virulent de Mamère contre le National Sarkozism: « du sang sur les mains »

  7. Il n’y a pas que Fr-24 et l’AFP qui sont verrouillées par la clique du mini guide suprême de la nation, sans parler des télé nationales, il y a aussi Fr-Inter qui avec son nouveau dirlo P Val (brebis galeuse de la gauche extrèèèmeuh et nouveau néoncon) chargé de mettre au pas la chaine radio. Il a pour cela commandé un nouveau site oueb réduisant considérablement l’expression libre des auditeurs. On ne s’étonne pas puisque P Val a dit qu »‘Internet c’était la kommandantur à la portée des caniches » ce qui donne la dimension du lascar et de son amour de la libre expression. Remarquez ça se comprend, il a en pris tellement plein la gueule quand il a tourné sa veste…

    • Maintenant que Denis Robert a gagné par K.O son procès sur Clearstream et qu’il sort vainqueur à 100% de toute cette affaire et se voit honorer pour son intégrité et le sérieux de son enquête, à l’heure de l’effondrement économique mondial en parallèle à l’effondrement idéologique de la Sarkozie ambiante et tandis que la presse Murdoch montre son hideux et vrai visage en Grande Bretagne, souvenons-nous longtemps encore de cette vidéo où la stupidité satisfaite de Philippe Val le disputait à l’hypocrisie et à l’infamie. Je ne dirais pas ici ce que je pense de monsieur Val. Tout le monde pourra ici prendre la mesure du personnage en piètre et ignoble Judas. Cette vidéo est en quelque sorte un cas d’école :

      « Philippe Val parle de Denis Robert et Clearstream » :
      http://www.youtube.com/watch?v=JtTfafb9dI0&feature=player_embedded

  8. Rha ,mais non ,c’est abracadabrantesque c’tisoire et moi je vous le dis ca va faire pchiiiiiiiiiiiiiit….
    Y a trop de redites dans le scénario.
    Bon ben, je fais une colère froide la moi tiens. Au moins la colère froide ca c’est viril.

  9. M’enfin, voyons !…C’est ridicule !!..Non mais franchement !….

  10. […] Karachi : Sarkozy jusqu’au cou Ce contenu a été publié dans 7 d'ailleurs par Olivier Bonnet. Mettez-le en favori avec son permalien. […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)