Oct 132010
 

En soutien au mouvement pour les retraites, huitième jour de grève du zèle : voici notre seconde édition quotidienne, PlumedepresseSoir.

On le savait évidemment mais les langues se délient et ça commence à sérieusement grincer parmi les policiers : leur hiérarchie minore sciemment le nombre de manifestants pour des raisons politiques. L’UMP fait un sort à la neutralité de l’Etat pour mettre son appareil entièrement au service de sa propagande.

Nous étions hier dans les rues de Marseille : un monde fou, davantage encore que les fois précédentes. Là-dessus, le ministère de l’Intérieur est d’accord : il donne un nombre de manifestants supérieur à celui qu’il avait estimé lors des défilés des dernières semaines. Mais son honnêteté s’arrête-là. Alors que les syndicats annoncent 230 000 personnes, la police avance le chiffre de… 24 500 ! Une minoration si outrancière qu’elle en devient grotesque ! C’est bien pourquoi le syndicat policier Unité SGP Police/Force Ouvrière proteste officiellement : « Alors même que la mobilisation s’amplifie, la direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône s’épuise à dévaloriser le nombre des manifestants. Ce « procédé comptable » qui confond les limites entre politique et service public est inacceptable. Ce ne sont pas les fonctionnaires de police de terrain chargés de procéder à ces évaluations qui sont en cause. A force d’oublier que le rôle de la police nationale est de livrer des estimations pertinentes à l’appui d’un constat réel, et par voie de conséquence de travestir avec le plus grand des mépris la contestation sociale, ce sont les services de police que l’on finit par ridiculiser. » Ce coup de gueule véhément du syndicat majoritaire chez les gardiens de la paix est complété par une information d’Europe 1 : « A Marseille, les policiers auraient en fait compté au moins 100 000 manifestants ». Les responsables policiers auraient donc sciemment divisé par plus de quatre le chiffre donné par leurs hommes. Le cas de la cité phocéenne est exemplaire parce que particulièrement flagrant, mais le reste du pays est à peine logé à meilleure enseigne. Une pratique révélatrice d’une grave dérive : tenter de manipuler les masses en diffusant des chiffres mensongers est en principe l’apanage des régimes totalitaires. Sommes-nous encore en démocratie quand la propagande du parti au pouvoir utilise les services de l’Etat pour nier la réalité ? « Ils vont encore nous dire demain qu’il y avait 20 000 personnes, prédisait hier un manifestant. Mais qui va les croire ? On n’est pas en Corée du Nord, en Russie ou en Chine ! » Non, en Sarkozie. Et ça suffit.

Soutenez Plume de presse

L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Cet article vous a intéressé? Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

Partagez cet article

  22 commentaires à “La pantalonnade du comptage des manifestants par la police, dérive vers une propagande d’Etat totalitaire”

  1. Le mouvement se durcit dans les raffineries.

    Les grèvistes dans les raffineries pourraient jouer un rôle central dans le mouvement social contre la réforme des retraites avec un durcissement de leurs actions qui rend réel le risque de pénurie de carburant.

    Huit des douze raffineries françaises, dont les six du groupe Total, étaient en grève mercredi, au lendemain d’une première journée nationale de grèves reconductibles. « On va vers un durcissement du mouvement », a déclaré un responsable CGT du secteur des raffineries.

    Tandis que le mouvement semble s’essouffler dans d’autres secteurs, il se renforce dans les raffineries, qui pourraient assumer le rôle joué par les transports publics en 1995.

    http://www.lepoint.fr/economie/retraites-le-mouvement-se-durcit-dans-les-raffineries-13-10-2010-1248656_28.php

    Sur le site internet BELLACIAO, un internaute prénommé Tristan vient d’avoir une excellente idée. Je recopie son message :

    « Faisons preuve de créativité pour faire tomber ce gouvernement répugnant.

    Par exemple : Pour rendre efficace l’action de nos camarades qui bloquent les raffineries.

    Remplissons au maximum nos reservoirs auto et moto, passons le message pour faire boule de neige et vider légalement les stations services le plus tot possible.

    Tristan. »

  2. A Saint-Etienne le torchon local (La Tribune Le Progrès, appartenant au… Crédit Mutuel) se vante d’avoir compté lui-même les manifestants. « En toute indépendance » précise-t-il. Et, c’est un miracle : son chiffre est le même que celui de la police ! Il est même légèrement inférieur (11300 pour 11500)* ! C’est, nous dit le scribouillard (un certain frederic paillas) sans rire, une preuve de « cohérence avec le travail effectué par les officiers des Renseignements généraux. »

    Si c’est lui qui le dit…

    (* 48000 pour les org. syndicales)

    http://www.leprogres.fr/fr/region/la-loire/loire/article/3960459/On-a-compte-les-manifestants-stephanois.html

  3. Pantalonnade, c’est clair! En attendant, il y a toujours plus de monde dans les rues. C’est dire si les laquais ont rempli leur office de briseurs de mouvements.
    Ils nous prennent pour des truffes? ca fait rien qu’à nous énerver davantage.
    Et le premier sinistre qui essaie de sauver la mise à celui qui s’en est servi de serpillère en racontant des inepties que plus personne ne croit en France! http://www.actuchomage.org/2010101312602/Social-economie-et-politique/retraites-la-lfolie-economiquer-selon-francois-fillon.html
    Pitoyables.

  4. Ouais, c’est rien que des menteurs qui savent pas compter. C’est pourtant pas si difficile : rien que sur la photo d’illustration j’en vois au moins deux qui étaient pas là la semaine d’avant.

    Allez, sans rire : depuis le temps qu’on compte les manifestants, comment se fait-il que les journalistes aillent encore pêcher leurs chiffres aux mêmes sources (risibles, à force) qu’en 68 : la police/les syndicats ? à l’heure où le moindre bidule électronique à deux balles irait compter les puces sur le dos d’un chien ? que je sache il n’existe pas de « monopole » sur le comptage ni les statistiques, en France.

  5. Nous ne sommes plus en démocratie ! C’est une évidence. Tout est truqué, mensonger et détourné. Nous sommes en Sarközie ! C’est la misère !

  6. Petite information qui vous réjouira : la presse s’en mêle !!!

    France soir a diligenté une agence espagnole de comptage qui a pris des photos des manifestants à Paris… Résultat : 80 000 personnes décomptées via un logiciel très sophistiqué au lieu des 89 000 comptées par la préfecture de Paris et des 330 000 selon les organisations.

    Une coupe de champ’ ? Un billet pour inciter les syndicats à embaucher de vrais professionnels pour faire la même opération (de com’ mais avec des conditions de transparence ???

    Bonne journée

    • J’ai entendu aussi cette information qui me laisse perplexe.

    • Même combat pour… Mediapart.

      (Source : francinfaux ce matin)

      • Je le savais pas (on me dit jamais rien) mais le mec de Mediapart (Mathieu Magnaudeix) qui a réalisé ce comptage était le soir même au JT de France 2 !

        Le double-jeu de Mediapart, grâce à cet article (3 pour le prix d’1 même !) de comptage devrait en déniaiser plus d’un…

        Ce Mathieu Magnaudeix, d’autre part, était, dans une vie antérieure, journaliste toujours mais… à Challenge.

        Cette saloperie de Mediapart (je parle de cet article précis -mais il y en aurait d’autres- et pas de tous les articles du site : faut bien donner le change…) en a fait réagir quelques-uns, en interne… Par exemple lisez donc ceci : http://www.mediapart.fr/club/blog/velveth/151010/adieu-camedia c’est très instructif.

        La dérive du Monde c’est Colombani, Minc ET Plénel, faudrait pas l’oublier…

    • Ce commentaire répond au précédent mien, il y a bien des journalistes qui cherchent à obtenir des informations de façon indépendante.

      Après ça, on est libre de l’opinion qu’on accorde à « l’indépendance » de France Soir, et donc à la validité de leurs chiffres.

      Pioché dans l’article de France Soir :  » …en tant que scientifique, ce qui m’intéresse, ce ne sont pas les motifs d’une manifestation…« … c’est bien ce qu’on pourrait leur reprocher, en l’occurrence. Mais bon, c’est un autre sujet, parait-il.

  7. Pour se faire une idée moins approximative du nombre de participants, il suffirait de demander aux collègues de France Télécom d’analyser la différence de connexions mobiles sur le site d’arrivée de la manif (à son plus fort) avec un jour normal. Parce que compter de visu puis extrapoler, comme c’est fait actuellement d’un coté et de l’autre, sera toujours sujet à interprétation et contestation.

    • J’ai du ma l à croire que personne en France ne dispose d’une caméra vidéo qu’il pourrait Placer ) un endroit ou il verrait toute la manif dans sa largeur, et qui ait assez d’autonomie pour filmer la manif du début à la fin. Il ne s’agira plus ensuite que de compter les t^^etes sur les images. D’accord, ça risque d’^^etre un peu fastidieux, mais au moins, il sera possible de se faire une idée précise.

  8. […] This post was mentioned on Twitter by Olivier Bonnet, Tristan. Tristan said: MANIPULATIONS: Comptage des manifestants par la police > http://is.gd/g1rY5 […]

  9. La solution est toute simple: comme tout le monde a un téléphone portable (sauf moi et mon petit-fils de quatre ans), les réseaux GSM sont capables de dire à tout moment combien de pékins se trouvent dans une zone donnée. Il suffit de soustraire le nombre de flics munis de portables.

    Et en prime, la police peut même avoir les noms. Attention, il y a des risques : ne prêtez pas votre doudou téléphone, votre nom risque de se trouver sur une mauvaise liste, surtout avec un ministre qui confond bougnat et bougnoule !

  10. […] La pantalonnade du comptage des manifestants par la police, dérive vers une propagande d’Etat tot… […]

  11. […] La pantalonnade du comptage des manifestants par la police, dérive vers une propagande d’Etat tot… […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)