Jan 292012
 

Tenez-vous bien : alors que Kim Jong-eun Nicolas Sarkozy s’apprête à annoncer devant neuf chaînes de télé une hausse de la TVA de 19,6% à 21,1%, « De source gouvernementale, on rappelle que « l’objectif est de baisser le coût du travail tout en préservant le pouvoir d’achat », répercute L’Express. Préserver le pouvoir d’achat en augmentant la TVA ? De qui se moque-t-on ? Mais vous n’avez encore rien lu : « le gouvernement fait le pari qu’il n’y aura pas de hausse des prix et peut-être même des baisses pour les produits fabriqués en France ». Les gentils commerçants vont donc rogner sur leurs marges pour ne pas augmenter les prix… Ah l’on peut dire que jamais encore la droite sarkozyste n’avait autant pris les Français pour des abrutis ! Qui peut croire pareille baliverne, véritable insulte à notre intelligence ? Même devant trois journalistes sur quatre estampillés de droite, on a du mal à imaginer comment il fera passer ça !

Revenons du reste un instant sur cet incroyable casting, Claire Chazal de TF1, Laurent Delahousse de France 2, Jean-Marc Sylvestre d’I Télé et François Lenglet de BFM TV, avec le confrère Bruno Roger-Petit : « trois d’entre eux, et ils ne s’en cachent pas, sont des personnalités bien connues pour être des tenants du conservatisme politique le plus orthodoxe, et sont des libéraux, voire ultra-libéraux sur le plan économique et social (pour tout vous avouer, j’ai même travaillé avec l’une des personnalités, il y bien des années, et elle m’expliquait sans rire que les congés payés de 36 étaient la cause initiale de tous les déboires économiques français du dernier siècle…). » Titre de l’article : pas un journaliste de gauche pour l’interroger ? Eh bien non, c’est ça, la Sarkozie. Nous nous tâtons actuellement pour savoir si nous regarderons, pour dénoncer les conneries bêtises proférées, ou bien si nous nous en abstiendrons, pour marquer symboliquement notre opposition à cette grotesque manipulation, avec la complaisance inouïe  à laquelle on peut à coup sûr s’attendre. En attendant, qui dira ce soir à Sarkozy que l’impôt direct est progressif, et par conséquent le mécanisme de redistribution le plus juste, le dispositif le plus équitable pour organiser la contribution de chacun, en fonction de ses moyens, aux dépenses de la collectivité ? Que ce sont les impôts indirects, et d’abord la TVA, frappant bien davantage en proportion de leur budget les pauvres que les riches, qui sont antisociaux ? Et donc qu’utiliser l’oxymore « TVA sociale » tient du foutage de gueule pur et simple ? Tous nos espoirs résident en Laurent Delahousse. Sauvera-t-il l’honneur des journalistes ? En attendant, cette augmentation de la TVA, dans une France aux plus de sept millions de chômeurs – le vrai total qu’on nous cache – et aux 4,5 à 8,2 millions de pauvres, suivant la définition adoptée, constitue un véritable crime social. Comment les gens vont-ils dorénavant pouvoir se chauffer, s’acheter à manger ? Vite, la révolution citoyenne, et qu’on mette dehors ces ennemis du peuple !

Illustration ci-dessus signée Tropical boy.

Partagez cet article

  8 commentaires à “La « TVA sociale », paroxysme du foutage de gueule”

  1. Ca me rappelle un bouquin de Philip K Dick, « En attendant l’année dernière ». On retourne plein pot en 84, l’annus horribilis imaginée par Orwell.

    Compte pas trop sur Delahousse, Olivier. Je te rappelle qu’il a fait les beaux jours de M6 et pas comme un animateur gauchisant.

    Enfin, peut-être Sarko va enfin comprendre combien la détestation est profonde à son endroit et, dans un accès de rage, annoncer son départ. Nous cacherons notre déception…Avant d’aller alimenter la meute de Twittos, bave aux lèvres..;)

  2. Voilà une information qui mériterait une diffusion plus large. Dommage que tout notre temps de diffusion soit déjà pris par l’affreuse histoire de la petite X, le vol du sac à main de la mamé Y, le reportage sur le dernier dresseur d’escargots et l’annonce de la parlote avec not’ président…

    http://partageux.blogspot.com/

  3. Ce soir c’est la TV Asociale avec Sarkozy !

  4. Même Sarkozy n’assume pas la TVA « sociale ». Sarkozy fut con_fus. C’est quoi la stratégie maintenant ? Il réserves ses attaques les plus vives pour F. Hollande. Est-ce à dire qu’il envisage des accords avec le FN ? C’est la seule solution. A moins qu’une guerre ou un attentat (ce qu’on ne souhaite pas) le montre en chef d’État courageux.

  5. La TVA est un système des plus vicelards (mis en place en 1954 sous le gouvernement Lainiel et étendu progressivement jusqu’en 1966 (Giscard) .

    Une fois que l’on a fixé un taux il est impossible de la revoir à la baisse au bénéfice des consommateurs.

    On l’a vu (pour les plus anciens) lorsque le taux était de 33 1/3 pour les articles dits « de luxe » et pour l’automobile. Pour cette dernière, le taux a été ramené progressivement à 19,6. La baisse a pu profiter à certains qui ont acheté une bagnole au moment où la hausse était annoncée mais dès le modèle de l’année suivante le prix ne tenait plus compte de la dite baisse !. Et, à l’époque on était encore dans la politique de « l’encadrement des prix ».

    C’est la même chose, plus récemment, avec la baisse sur les travaux (5,5%). Si vous aviez un devis en main au moment de la décision, vous avez bénéficié de la baisse. Mais lors de l’établissement d’un autre devis, vous ne pouviez plus voir si cette baisse était ou nom appliquée !!!

    Aujourd’hui les prix sont « libérés » (merci qui ?). Alors une baisse de la TVA n’aurait aucune répercussion sur les prix à la consommation. Elle augmenterait par contre la marge bénéficiaire. C’est exactement ce qu’on a vu avec la « baisse » de la TVA sur la restauration.

    L’augmentation de la TVA entraîne donc un effet de cliquet et sa baisse n’a donc aucun effet sur le porte-monnaie du consommateur.

  6. Non mais ! Qui qui qui fait les lois ? Pas ces « salauds de pauvres » quand même !
    Même pas capables d’avoir une rollex avant 50 ans et ça voudrait faire la loi ?
    Y’a vraiment des coups de pieds au cul qui se perdent.
    Seuls ceux qui ont fait leur preuves devraient avoir le droit de voter. Déjà bien heureux qu’on leur jette quelques miettes, sinon ils crèveraient de faim, incapables qu’ils sont !
    Lisée

  7. TVA Sociale, détournement de sémantique.
    Il y a quelques années, les avocats ont été assujettis à la TVA. Sur 1 000 euros d’honoraires, le citoyen lambda doit donc payer 1 190,60 euros dont 190,60 partent au trésor public, et demain, selon proposition du président candidat, 210,60 euros. Quel impact à l’exportation ?
    C’est indolore pour les sociétés, les grands groupes, qui récupèrent la TVA. Effets dévastateurs d’une mesure dont on n’a pas expliqué toutes les conséquences, tout est transfert. On voit aussi sur quels leviers ils jouent, de droite et de gauche, et au profit de qui. Ils n’écoutent que leurs comptables, « finance sans visage » paraît-il. Faudrait bien plus que Fantomas pour mobiliser les classes moyennes. Nous n’avons pas les mêmes valeurs. Bien plus simple de spolier les plus humbles que les lobbys, de prendre un peu dans chaque poche que dans celle des plus gros. Quid du « Social » ? Les petits ruisseaux font les grandes rivières, mais tout le monde ne peut pas naviguer sur le fleuve.
    119 600 euros d’honoraires pour un avocat de Liliane, elle le vaut bien, dont 19 600 qu’elle récupère.
    Il serait particulièrement équitable (puisqu’elles font appel au service public, et leurs affaires passent bien avant les nôtres) d’interdire à ces sociétés d’y procéder, à fortiori lorsqu’elles succombent en justice. Un moyen de financer l’AJ en y réinjectant le « trop perçu ».
    Mais tout ceci va encore beaucoup plus loin. 1° Risque professionnel, c’est l’entreprise qui supporte la charge. 2° Elles étalent le risque et provisionnent. Une compagnie d’assurance estime que l’adversaire n’est pas de taille, plutôt que de proposer un accord à l’amiable elle va l’enfermer des années en justice, avec l’espoir qu’il renonce « mourir et payer on a toujours le temps ». 3° inflation d’honoraires pour les avocats spécialisés, inaccessibles à tout un chacun 4° magistrats eux aussi spécialisés, trop petits pour les grandes affaires mais trop grands pour les petites.5° Pour les médias, Liliane fait tourner les rotatives bien plus que tous les indignés réunis. Le « système » est devenu fou.
    Bien cordialement.

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)