Jan 172011
 

En fouinant un peu, nous sommes tombé sur un article signé Vincent Jauvert, journaliste au Nouvel Observateur, datant de juin 2009 et titré Iran : l’étrange posture de Nicolas Sarkozy, d’une actualité saisissante : « Hier, Nicolas Sarkozy a dénoncé « l’ampleur de la fraude » en Iran. Pourquoi va-t-il si loin ? Aucun autre pays ne l’a fait. Même les Britanniques, d’ordinaire très sourcilleux sur ces sujets, se sont contentés d’émettre de « sérieux doutes » sur les résultats. (…) Faut-il rappeler qu’avant même l’annonce officielle du résultat de l’élection présidentielle en Algérie, le chef de l’Etat a félicité Bouteflika pour sa victoire obtenue avec 90% des voix – un score dont « l’ampleur » n’a pas semblé troubler Nicolas Sarkozy ? Faut-il rappeler qu’il s’est empressé de féliciter, avant  tout le monde, Vladimir Poutine et Dimitri Medvedev pour leurs succès électoraux dans les conditions que l’on sait, avec les fraudes massives qui ont été documentées et alors qu’à la différence d’Ahmadinejad, Poutine et Medvedev n’ont jamais accepté de débattre à la télévision avec leurs opposants. Faut-il enfin rappeler que Nicolas Sarkozy a félicité Ben Ali pour « les progrès de la démocratie en Tunisie » et qu’il a déclaré de Tunis où sont emprisonnés quantité de prisonniers politiques et où les élections sont aussi démocratiques qu’en RDA : « je ne vois pas au nom de quoi je me permettrais de m’ériger en donneur de leçons » sur ces sujets. » C’est que la proximité entre le dictateur et le président de la République saute aux yeux de la photo illustrant l’article, celle d’une accolade fraternelle excédant largement le protocole de l’accueil diplomatique !

« La diplomatie française aura donné l’impression d’appuyer jusqu’au bout le régime du président tunisien, Ben Ali, apparaissant dépassée par les événements et ne montrant à aucun moment le moindre signe de soutien aux revendications de démocratisation exprimées par les manifestations, qui ont conduit, vendredi 14 janvier, à la fuite vers Djedda, en Arabie saoudite, du dirigeant tunisien, au pouvoir depuis vingt-trois ans », accuse Le Monde, avant de rappeler l’indécente proposition de Mam : « Mardi 11 janvier, tandis que la contestation gagne Tunis, des propos tenus par la ministre des Affaires étrangères française, Michèle Alliot-Marie, devant l’Assemblée nationale, à Paris, suscitent une certaine consternation, y compris à l’intérieur du Quai d’Orsay. Le gouvernement tunisien vient d’établir un bilan de 21 civils tués par balles depuis le début des troubles, et Mme Alliot-Marie propose… une coopération policière. La France veut faire bénéficier la Tunisie du « savoir-faire de (ses) forces de sécurité », afin de « régler des situations sécuritaires de ce type », explique la ministre, afin que « le droit de manifester soit assuré, de même que la sécurité ». L’ « apaisement peut reposer sur des techniques de maintien de l’ordre », estime Mme Alliot-Marie. La crise semble ainsi ramenée à un problème de professionnalisme des forces de l’ordre tunisiennes, auquel viennent s’ajouter les difficultés économiques. Mme Alliot-Marie évoque des « troubles sociaux de grande ampleur », sans mentionner le volet politique des revendications des manifestants, qui dénoncent un pouvoir confisqué par la famille Ben Ali et s’en prennent aux affiches du chef de l’Etat. » L’odieuse Mam se proposait donc d’aider ben Ali à se maintenir au pouvoir en réprimant les manifestations, mais avec moins de victimes ! Là aussi, la photo illustrant l’article est accablante pour Sarkozy : et vas-y que je tiens tes mains dans les miennes, et que cette grande marque d’affection est accompagnée de l’hilarité qui trahit la complicité de vieux potes !

Vous vous souvenez du coup du « président des droits de l’Homme » ?

Soutenez ce blog ! Votre serviteur, journaliste au chômage, tente le pari de vivre grâce à plumedepresse : pour deux euros, rejoignez le Club des plumonautes en vous abonnant pour un mois au Kiosque permanent, le rendez-vous pluri-quotidien de notre revue de Web, actualisée en temps réel six jours sur sept. Cliquez sur le kiosque ci-dessous !

Partagez cet article

  19 commentaires à “L’ami ben Ali de Sarkozy”

  1. ben quoi ? $arkozy est pourtant bien le président des droits de l’Homme… riche… non ?

  2. […] This post was mentioned on Twitter by Olivier Bonnet, Olivier Bonnet, Actualités Sarkozy, Arnaud M. and others. Arnaud M. said: L’ami ben Ali de Sarkozy » Plume de presse: L'ami ben Ali de Sarkozy » Plume de presse: En fouinant un peu, nou… http://bit.ly/dHFNgp […]

  3. Justunisie

    A quoi je peux comparer mon âme Aujourd’hui?
    A une cité ? Oui à une cité !
    Qui comporte deux entités
    Une entité noble, attirée par la vérité vraie
    Et une entité ignoble attirée par l’obscure obscurité.
    Si la première est tentée par le plus haut, la seconde est soudoyée par le plus bas.

    http://www.tueursnet.com/2011/01/justunisie/

  4. Suite au départ de Ben Ali, j’ai entendu que beaucoup d’israëliens avaient quitté le pays…

    Olivier, toi qui es l’âme du journalisme vrai, peux-tu nous éclairer là-dessus ? Quels sont les liens de Ben Ali avec Israël ? ou avec l’US-israël ???

  5. Sont mimis quand même. Eux, des traîtres l’ un envers l’ autre ?. Pas du tout. Pour se trahir, il eut fallu que leur amitié soit basée sur la confiance. Par rapport aux pays, ça change tout. Oui, là ce sont des traitres.

  6. « je serais le Président du pouvoir d’achat » des milliardaires. Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa

  7. Mam voulait faire bénéficier la dictature tunisienne des connaissances françaises en matière de méthodes violentes. Ce n’est pas la première fois depuis les guerres d’Indochine et d’Algérie que des soldats ou policiers français, es qualité, font profiter des états totalitaires de leur savoir faire acquis sur le terrain de la répression coloniale.

    • Effectivement : les fRançais ont été très actif pour former les tortionnaires d’Amérique du Sud…
      D’excellents documentaires sur youtube…

    • N’oublions pas que depuis, ils ont aussi eu l’occasion de s’entraîner dans les cités du 9-3.

      Par contre, on n’a pas eu l’occasion d’entendre l’ex-ministre de l’identité nationale.
      Sans doute une pudeur pour ne pas gêner sa nouvelle femme (arrière-petite-fille de l’ancienne première dame de Tunisie, Wassila Bourguiba) ?

  8. Ce matin chez Pascale Clark, ça vient de se terminer une abjection : Serge Moati. A vomir. Gisèle Halimi, guère mieux. Tous ces gens défilent sur les plateaux (Moati en particulier) pour justifier leur côté « Ben Ali » toléré durant tant d’années. Leurs explications fumeuses et la véhémence de Moati pour bien nous faire passer le message , c’était pas si mal que ça. Pascale Clark lui a opposé les nombreux opposants emprisonnés voire disparus et le jeune journaliste franco-allemand qui vient de mourir, il a balayé ça en nous annonçant qu’il allait y partir… faire un film sur ses amis !! Ce cabot pontifiant et chafouin me débecte à gâcher toute ma journée. Je vous jure c’était à la limite du soutenable.

  9. Les photos qui illustrent (c’est bien le mot) l’article sont loins, bien loin d’être inédites. Nous avons, 3 fois hélas, pris l’habitude de voir N.S. toucher, enlacer, embrasser TOUS les dirigeants du monde. Quels qu’ils soient.
    Ses marques d’amitié, de rigolades insoutenables appartiennent à un bouffon grotesque qui se moque bien de ce que peut en penser des millions de français.
    Que cela cesse…et vite !

  10. Alliot-Marie ne comprend que « trouble » pas « social »; elle ne comprend pas ce vocable subversif… ou en a la trouille !

    • « Troubles sociaux » (révoltes d’opprimés), « plans sociaux » (se débarrasser des gueux), « lien social » (disposer des forces de l’ordre),….

      Que veut dire « social » de nos jours? C’est un terme de nos « ennemis » et ils le comprennent mieux que vous (dans sa nouvelle acceptation, bien sur!!)

      • C’ est exact, les mots « cas sociaux » et « pestiférés » sont assimilés. Quasiment personne ne parle plus des majeurs protégés qui sont devenus des cas sociaux indépendamment de leur volonté. Ils ne sont pas intéressants. On leur a ôté le pouvoir d’ achat. Pourtant, ils ne sont pas tous handicapés mentaux. Loi de mars 2007 bafouée allègrement.

  11. Arrêtez de critiquer Ben Ali: ce n’était pas un dictateur. Il est parti après seulement 100 morts, un vrai dictateur aurait fait bien pire.
    Par exemple le directeur des labos servier, dieu sait si ce n’est pas un dictateur, est encore là après au moins 1000 morts sur la conscience, et personne ne lui dit rien. De toute façon il envoie tout le monde se faire foutre, et tout le monde y va.
    Ben Ali était un vrai socialiste: il était membre de l’Internationale Socialiste et ami personnel de DSK et Delanoë, c’est le grand (celui que tout le monde vénère aujourd’hui)Mitterrand qui l’a lancé, il y a 23 ans.
    Il avait une vraie stature de chef d’état démocratique: ce n’est pas pour rien que nicolas Sarkozy l’a soutenu jusqu’au bout, même si les deux n’étaient pas d’accord, on le voit bien sur la troisième photo du billet où les deux essaient mutuellement de se tordre les doigts dans une prise d’une grande violence.
    Quant à Mam elle assume un rôle difficile qui consiste à trouver des emplois à l’étranger dans cette période économique de chômage, où la France vend ce qu’elle peut.
    Bref, tout le monde va le regretter maintenant, car les islamo fascistoïdes attendent, tapis dans l’ombre.

  12. Minable effort de Martine Aubry pour « justifier » la position de Strauss Kahn sur Ben Ali : il parlait en président du FMI reconnaissant les efforts de la Tunisie en matière économique. Ben voyons ! Mais elle a glissé en silence sur le fait que ce même Strauss Kahn, à cette occasion, a été décoré par Ben Ali ! Etait-ce bien nécessaire pour le FMI ? Les plateaux sont pleins de faux-culs éhontés et face à eux de journalistes non moins lamentables…

  13. Ce matin France Inter a colonisé Tunis avec des tonnes d’eau tiède, réhabilitant en douceur tous ceux qui ont participé au système Ben Ali, « mais on ne pouvait faire autrement », des tonnes d’eau tiède pour noyer la réalité révolutionnaire. Et alors, le RIDICULE maximum. Guetta lyrique façon mirliton , j »en étais morte de rire. Quant à Pascale Clark elle a, avec une générosité qui ne lui coûte rien, proposé du matériel venant de Jean-Luc Hess qui est censé puiser dans le matériel de Radio France pour aider une radio privée étrangère ! Pascale l’égérie de la radio publique donne toute la mesure de son faux-cultisme blig bling…

  14. […] N’avait-il pas récemment félicité Ben Ali des « progrès de la démocratie en Tunisie »? Lien […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)