Juin 172011
 

Il faut tout de même que nous vous disions ce qui nous arrive. Vous l’aurez remarqué, nous n’écrivons guère dans les colonnes de plumedepresse, ces temps derniers. En cause d’abord naturellement, notre emploi de localier à temps plein pour le compte d’une collectivité territoriale (comme ici par exemple), qui entraîne un rythme de vie très différent. Mais pas seulement. Il y a aussi la lassitude de l’écoeurement. Chaque fois l’on  se dit : « mais ça n’est tout de même pas possible ! Ils ne vont quand même pas oser prétendre ceci, faire cela, se moquer du monde à ce point ci, faire la guerre au peuple de cette façon là ! » Et puis si. Tout continue, toujours, et nous ne cessons de répéter les mêmes choses, de ressasser notre amertume à force de ne pas voir le bout de la nuit sarkozyste. Voilà que l’UMP décide de sortir les oeuvres d’art de l’Impôt sur la fortune, pour le plus grand bénéfice des privilégiés qui en possèdent – vous avez remarqué que les pauvres, ces incultes, collectionnent assez rarement les Picasso ou les Matisse ? Et cette tête à claques de François Baroin qui nous sort illico l’habituel couplet sur les riches qui quitteraient la France si on les taxait… Ecoeurement. « La suppression du bouclier fiscal de Nicolas Sarkozy dissimule mal le nouveau cadeau, plus important encore, qu’il fait aux plus riches en réformant l’impôt sur la fortune (ISF), constate le Parti socialiste. D’un côté, les ménages les plus aisés vont perdre 800 millions d’euros du bouclier fiscal. D’un autre côté, il vont se voir offrir plus du double (1,8 milliards) avec la réforme de l’ISF : le patrimoine imposable est rehaussé de 800 000 euros à 1,3 million d’euros et les taux d’imposition sont fortement diminués (aujourd’hui de 0,55% à 1,8% ; en 2012 de 0,25% à 0,5%). Les 1900 ménages possédant un patrimoine supérieur à 17 millions d’euros vont voir leur ISF réduit en moyenne de 370 000 euros. Le gouvernement ment quand il affirme que cette réforme se fait à l’avantage des classes moyennes. Selon l’Insee, le patrimoine moyen des 25% des ménages les plus aisés est de 437 000 euros et leur patrimoine médian de 261 600 euros – bien loin des patrimoines aujourd’hui soumis à l’ISF. La réforme du gouvernement s’adresse donc exclusivement aux Français les plus aisés ! »

Et non, rien ne change et ces voleurs de grand chemin continuent de prendre dans la poche des pauvres pour gaver l’oligarchie. Et l’autre tête à claques (mais qui donc dans la majorité ne pourrait être qualifié ainsi ?) de Jean-François Copé, après avoir annoncé une convention de l’UMP sur l’immigration – après l’identité nationale et la laïcité – s’attaque aux bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA). Ecoeurement. Et la poissonnière castafiore fait virer une vendeuse pour une parole déplacée en forme de crime de lèse majesté… Quant à sa collègue du gouvernement à l’Economie, la reine Lagarde, « En quelques semaines, elle aura parcouru quelque 46 000 kilomètres, du Brésil à la Chine en passant par l’Inde, rapporte 20 minutes. Et selon une estimation publiée mercredi par le Canard enchaîné,  les déplacements de Christine Lagarde ont coûté plus de 150 000 euros au contribuable. » Eh oui, c’est nous qui payons. Et pour quoi ? Pour que la marquise de Bercy aille mener à la tête du FMI la même politique antisociale que celle qu’elle inflige à la France ? Rappelons que le scandale des heures supplémentaires défiscalisées perdure, aggravant le chômage, que les riches n’ont jamais été tant choyés – on vient de le voir -, que les cadeaux pleuvent sur les entreprises et le patronat, sans contrepartie, que les actionnaires, les banques et les financiers véreux continuent de faire la loi et qu’on démantèle totalement le service public à leur profit, à force de Révision générale des politiques publiques (cette RGPP qui n’est rien d’autre que l’organisation de la faillite de l’Etat) et de suppression de postes de fonctionnaires, tandis qu’on bloque les salaires pour la France d’en bas et que misère et précarité ne cessent de croître. Voilà la politique lagardo-sarkozyste. Sans compter l’affaire Tapie, qui mouille Lagarde jusqu’au cou et devrait, avec une justice libre et indépendante – attendons la suite – lui valoir cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende pour « abus de pouvoir«  ! Et l’Union européenne « qui protège » affirme à présent franchement que le Smic français est trop élevé ! Jusqu’où ira la dictature libérale ? Tout cela incite davantage à désespérer qu’autre chose. Et nous sommes en ce moment si las, après plus de cinq ans à dénoncer dans ces colonnes les turpitudes de cette droite ultra qui asservit le  pays, que nous observons le silence plutôt que de rabâcher sans cesse les mêmes mises au point, rétablir les mêmes vérités, exprimer la même indignation. En ce moment, nous avons par trop l’impression de pisser dans un violon, si nous osons la formule. Ça nous passera, sans doute. Ou pas. Mais en tout état de cause, nous n’avons pas  signé l’arrêt de mort de plumedepresse. Le « blog sabre au clair » s’offre juste une cure de mutisme, histoire de souffler un peu.

Partagez cet article

  41 commentaires à “Las d’écoeurement”

  1. Je suis bien sûre que Plume de Presse reprendra son souffle très vite et nous comptons sur toi, Olivier!!!

  2. C’est bien triste tout ça . Quant à Lagarde elle pourrait à elle seule cristalliser toute notre ranoeur, notre dégoût : elle fait cadeau à Tapie d’une indemnité monstrueuse pour préjudice moral, mais se pourvoit en cassation de la décision donnant à quelques mineurs injustement licenciés pour faits de grève la reconnaissance de leurs droits. C’est une monstruosité qui devrait indigner plus que les auditeurs de Mermet, non ? Mais non, rien ne bouge ! Bon courage, ami, je comprends la part de découragement qui t’habite. Bises fidèles.

  3. Ecœurement et lassitude partagés …
    (Sinon : je ne crois pas que Sarko ait pu « sortir » de l’ISF des œuvres d’art qui n’y ont jamais été (grâce à Fabius et au PS …)

    • Exact, les députés ont juste rejeté l’amendement qui proposait de les y inclure.

    • Venant du monde de la culture, je serais plus nuancée… L’inclusion des œuvres d’art dans l’ISF risquerait de renvoyer définitivement dans l’ombre des œuvres qui, aujourd’hui, sont prêtées, exposées, et qui peuvent être retenues en France en cas de vente. Sinon, c’est le boisseau, la sortie clandestine du territoire, la fin de la coopération entre institutions muséales, collectionneurs, marchands. Allez faire une tour sur le site de Didier Rykner, La Tribune de l’Art : il explique cela très bien…

  4. Eh bien, Olivier, c’est clair qu’actuellement, autant tapisser un violon.
    devant tant de duplicité et d’arrogance, il arrive un moment où on se dit « à quoi bon? ».
    Heureusement, ça repart, pas forcément pour gagner, hélas, mais parce qu’on a toujours milité.
    Et qu’on ne se refait pas.
    Bonne pause. 🙂

  5. Un peu de mutisme vous fera peut-être du bien, mais il ne faut pas abandonner, il ne faut rien lâcher.
    Chaque élément de ce gouvernement (mais y en a pas mal ailleurs malheureusement…) pourrait cristalliser notre rancoeur, mériterait une descente personnalisée et massive dans les rues.
    Mais c’est grâce à des blogs, des sites comme Plume de Presse qu’on est au courant de tout ça.
    Ne lâchez rien, ne lâchons rien.

  6. Courage Olivier.

    Je crois que tout est dit en effet .

    Il ne reste plus qu’a attendre la détonation qui viendra soyez en sûr.

    Cela bouge partout dans le monde .
    De plus en plus de personne rejettent le système tel qu’il est aujourd’hui.
    De plus en plus s’indignent.

    Jusqu’içi sans violences aucune et je souhaite que cela perdure .Malheureusement je ne pense pas que ces « élites » bougent le petit doigt.

    Ils préfèrent que tout explose plutôt que d’avoir une politique qui tienne compte du peuple.

    Partout nous voyons combien les gens sont harassés.

    Cela ne pourra plus continuer longtemps comme cela.

    Espérons que nous pourrons un jour écrire end game et reconstruire autre chose autrement.

    Solidarité.Liberté .égalité.Partage…

  7. Le bouclier fiscal n’est pas supprimé tout de suite. Je crois que certains auront encore le temps de s’en foutre plein les fouilles, le temps de trouver un autre dispositif encore plus avantageux pour le remplacer une fois Sarkozy réélu. Car si même les plus farouches opposants à sa politique passent de l’indignation à la résignation, il est sûr d’être réélu…

  8. Ah bin t’es tout de même plus coriace que moi, toi. Tu as tenu six mois de plus avant l’aveu. 😉

    L’idée « réparatrice » serait d’écrire uniquement sur des sujets qui donnent du plaisir. Pour faire ça il faut d’abord quitter le champ de tes sujets « habituels » (devenus désespérant) pour espérer trouver de la matière, mais ça finit que, sorti de ton terrain de chasse favori, tu te censure à tout bout de champ, suspect d’auto bizounoursitude.

    Du coup, le mieux c’est en effet d’arrêter.

  9. Recharge tes batteries!
    Le tempo ne sera que meilleur après le break.
    A bientôt

  10. Réservez vous pour les temps qui viennent, Olivier !

    La saison à venir risque d’être épuisante et scandaleuse…

    Rechargez vos batteries et reposez vous bien.

  11. Les grosses légumes à l’origine d’une nouvelle épidémie ?

    C’est la question que tout le monde se pose.

    En effet, une nouvelle pathologie semble ravager les blogeurs depuis un peu plus d’une semaine :
    – Olivier Bonnet nous explique son ras-le-bol ci-dessus.
    – Paul Jorion nous fait part de sa lassitude d’avoir si souvent raison quand il prévoit les catastrophes économiques qui nous tombent régulièrement sur la gueule :
    http://www.pauljorion.com/blog/?p=25245
    – Guy Birenbaum, animateur de l’émission « La ligne jaune » diffusée sur le site « Arrêt sur images », abandonne ce job, écœuré par l’hypocrisie ambiante et par l’époque qui va avec : http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=4097

    Les symptômes montrent un fort écœurement, une lassitude semble-t-il extrême face à l’apathie généralisée de notre société pourtant en proie à d’incessantes attaques venues d’en-haut.

    Le virus à l’origine de ces crises aigües a été isolé, il est de type vibrionnant, il est tout petit mais porte des talonettes, il ouvre beaucoup trop sa grande gueule et cela à tous propos ce qui fatigue énormément le sujet contaminé.

    Un remède infaillible est connu, il s’agit du « Revoltex », mais il semblerait qu’il y a rupture de stock, en France tout au moins…

    • Si ce médicament existe encore en France, je connais un toubib pour le prescrire : « docteur justice » Christian Lehmann ! 😉

    • @ Philippe
      S’il vous plait, oubliez Paul Jorion, ce charlatan qui parle d’économie sans en connaitre les principes élémentaires (notamment au sujet de la création monétaire) et qui pratique la censure sur son blog.
      Ce type n’est rien de moins qu’un gourou qui gère son blog comme on gère une secte. Il profite de la crise pour vendre ses bouquins et récolter à travers son blog l’argent des dons des crédules qui lui font confiance.
      Le fait qu’il est soi disant prédit la crise des subprimes (alors qu’il travaillait dans la banque aux USA) est son seul titre de gloire. Pour le reste, il ne propose aucune solution et se contente de vivre du travail des autres contributeurs de son blog.

      • … qu’il ait …

      • [ @ RST ………Du grand n’importe quoi ! ]

        L’HUMANITÉ DIMANCHE / LE 17 JUIN 2011 :

        « Partage de la richesse : on a besoin de radicaliser Marx ! » / Interview de Paul Jorion

        http://www.pauljorion.com/blog/?p=25341

        Faut arrêter d’être sectaire là, je crois. Oui, Paul Jorion a travaillé aux USA dans la banque. Il contrôlait les algorithmes dont se servaient les banques pour truquer leurs comptes. Quand il s’en ait aperçu on lui a dit de bien fermer sa petite bouche s’il ne voulait pas d’ennuis. On la gentiment menacé autour d’un cocktail. Je simplifie son job mais en gros c’est ça. Et puis on l’a viré sans autre forme de procès quelques mois plus tard car il en savait assez et trop sur le grand n’importe quoi qui s’orchestre à l’intérieur des banques et ruine les nations et les peuples. Il s’est mis dès lors à travailler différemment et à écrire des livres afin d’analyser le capitalisme « new age » qu’on nous avait vendu à coups de triques.

        Il a travaillé sérieusement. Scientifiquement. Il a pronostiqué à la lumière de ses expériences professionnelles diverses ( il a aussi été pécheur en Bretagne il y a fort longtemps ) la crise des « subprimes » avant la crise des « subprimes ». Il a dit que le système financier allait sou peu s’effondrer. C’est ce qu’il s’est passé. Ils sont quatre dans le monde à l’avoir prévu.

        Depuis les livres se multiplient et se nourrissent les uns des autres ainsi que de la contribution des blogueurs de haut vol invités sur son site. Notons que lui aussi, il a perdu quasiment toute sa retraite dans la crise de 2007 et que cela lui a fait trouvé un modèle économique original. Il travaille, il fait profiter à tous et toutes, GRATUITEMENT de ses éclairages et enseignements et si l’on veut, on peut faire un don sur son site. Où est franchement le problème ? Hein ??????…………….

        Oui, franchement, faire dans le purisme idéologique ne sert à rien. Discréditer un honnête homme qui lutte avec ses armes – La Pensée – c’est assez pauvre et au fond minable.

        Il vaut mieux quelqu’un qui connaisse de l’intérieur la bête et ses rouages nouveaux afin de nous éclairer sur son antre et ses modes de fonctionnement qu’un membre de parti consigné à la propagande impuissante.

        Merci à Paul Jorion.
        Merci à Olivier Bonnet de me permettre de m’exprimer sans détours.
        Il me semble le faire avec tact. C’est bien normal. Mais il faut dire ce qui doit être dit.

        • @ H2

          Très sympa la fable que vous nous racontez. Mais la réalité est un peu différente
          1) Paul Jorion nie que ce sont les banques commerciales qui créent la monnaie. Il a même écrit un bouquin là dessus. Le problème c’est que ces mécanismes sont expliqués dans les livres de première et qu’à part Jorion, tous les spécialistes sont d’accord. Jorion ne comprend donc pas le fonctionnement du système actuel et ses problèmes. Comment peut-il prétendre y apporter des solutions ?
          2) Paul Jorion censure les propos qui ne lui conviennent pas. Ce n’est pas un démocrate et cela doit être dit.

          Je ne souhaite pas particulièrement faire de la pub pour mon blog mais vous y trouverez plusieurs billets qui expliquent tout cela.

          • Bon, je vous entend. Je n’ai pas visiblement votre expertise. Je veux dire que dans le fond, je ne sais pas.

            Ceci étant dit, je ne suis pas non plus un idiot.

            Si après relecture j’ai un peu honte d’avoir caricaturé avec outrance le parcours de M.Paul Jorion ( il y a des défenses dont les accusés se passeraient sans doute bien ) je voulais préciser certains points face à votre message très virulent envers lui. J’ai écrit rapidement car je ne comprenais pas la querelle qui vous opposait à lui. Cela à vrai dire vous regarde mais je n’ai pas non plus apprécié la caricature que vous en faisiez. Mais, OK passons.

            Pour revenir au fond de l’affaire qui semblerait vous opposer à lui :

            Vous dites :  » 1) Paul Jorion nie que ce sont les banques commerciales qui créent la monnaie. Il a même écrit un bouquin là dessus. Le problème c’est que ces mécanismes sont expliqués dans les livres de première et qu’à part Jorion, tous les spécialistes sont d’accord.  »

            – Je m’étonne que vous preniez comme prétexte les livres « de première » comme preuve à l’appui de la vérité gravée dans le marbre. Je ne bataillerais pas sur le fond de l’affaire étant incompétent dans le domaine, mais je bataillerais sur le principe qui semble vous gouverner. Vous considérez comme vérité scientifique ce qui n’est jamais remis en question ? Vous aurez confondu sans doute avec la religion qui n’est que confite de certitudes. Le propre de « la science », des sciences, c’est de remettre en jeu  » les corpus  » chaque fois qu’une découverte fait vaciller les certitudes, n’est-il pas ?

            M. Jorion est un chercheur. S’il a écrit un livre pour remettre en cause la  » doxa  » sur un point, c’est bien normal, non ? S’il n’existait que des vérités gravées dans le marbre de toute éternité, à quoi serviraient encore les dits  » chercheurs  » ? Franchement ?

            Il aurait mieux valu que vous disiez que la thèse de M.Paul Jorion qui remet en cause  » un point de doctrine  » ne vous avait pas convaincu. Cela aurait été votre droit le plus strict mais dire qu’il n’a rien compris sous prétexte que c’est écrit dans les manuels scolaires, c’est assez étrange non, comme façon de penser ? Il y beaucoup de manuels scolaires qui ne perpétuent plus certains savoirs antérieurs devenus obsolètes, et c’est heureux. Vous comprendrez aisément pourquoi dans le principe, je ne peux vous suivre.

            En ce qui concerne la querelle  » théorique  » qui vous oppose l’un à l’autre, cela vous regarde. Vous n’êtes pas d’accord, soit.

            Quand à la censure sur le blog de Paul Jorion, j’avoue ne pas en avoir été atteint. Bien au contraire. Une entière liberté m’a été donné d’intervenir sous différents pseudos sans aucun problème. J’en étais moi- même étonné. Ne confondons pas, je vous prie  » censure  » et « modération « cela vaudra mieux, même si j’ai mis du temps à faire la différence lorsque sur certains blogs, mes messages ne passaient pas. Il y a une certaine confiance qui s’installe de part et d’autre et vous savez que les propriétaires de blogs sont responsables à divers degré devant la Justice. Ceci explique peut-être cela ou la confiance n’était plus au rendez-vous entre vous et lui…

            Ne connaissant pas votre différent avec lui, je ne m’étendrais pas. Paul Jorion analyse, cherche, écrit des livres pour faire part de ses propres conclusions. On peut ne pas être d’accord avec lui, c’est le jeu, mais comprenez bien qu’il tente une démarche longue et difficile ; sa recherche porte sur la pensée Occidentale, il insiste sur une « bifurcation  » théorique empruntée par cette civilisation et il veut éclairer un autre chemin. Enfin il se fait l’écho de Karl Marx dans le vœu de fonder une véritable « science économique  » laissée selon P.Jorion en plan depuis le XX ° siècle pour les raisons que l’on sait. Celle qui se prétend telle, n’en est pas une pour lui au sens véritable du terme. Les économistes des différentes écoles économiques ont squizzé cette volonté scientifique plus pour écraser les  » marxismes  » que pour fonder une véritable  » science  » digne de ce nom. Je ne pense pas trop trahir cette fois-ci la vision de Paul Jorion en le disant ainsi.

            Le mieux de toute façon, c’est de le lire. Il a écrit plusieurs livres.
            Oui, vous l’avez fait mais cela ne vous a pas convaincu. La recherche continue !

  12. Tu quoque, mi filou ?!

  13. Olivier!
    Un vieux truc à la con : « Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer »… Respire, camarade. Inspire, expire…
    Je suis un epsilon moins moins à reprendre mon souffle (après des années de lutte, et des années de lassitude, je me fais vieille?), je suis sûre que le nombre d’indignés grandit…
    Et MERCI, du fond du coeur, pour tout l’espoir et l’enthousiasme que tu m’as donnés et qui m’ont aidée (qui m’aident) à tenir bon et à « continuer le combat ». Quel plaisir de te retrouver ce soir!
    Bravo pour ton boulot, ici ou ailleurs. Allez, je te claque la bise! et à tous les fidèles de la plume!
    Salut et fraternité.

  14. Je ne suis qu’un lecteur épisodique qui apprécie en général ce que je lis chez vous, mais permettez moi de vous dire que franchement vos états d’âme, on en a rien à foutre.
    Il y a, dans le monde et ce depuis des siècles hélas, des gens qui se font massacrer parce qu’ils ne pensent pas comme le pouvoir en place (par exemple, mais pas seulement hélas, ces journalistes russes qui ont enquêté sur les atrocités en Tchétchénie et qui ont été assassinées) et qui ont cependant le courage de le dire et de s’exprimer malgré les risques. Vous ne risquez strictement rien. Vous êtes un privilégié, vous pouvez vous exprimer sans craindre quoi que ce soit alors arrêtez de vous lamenter sur votre sort et au boulot.

    « J’ai compris qu’il était absurde de croire que le triomphe de la justice était facile et proche, mais qu’il était plus absurde encore, et criminel de désespérer ! »
    Jacques dans Les Thibault de Roger Martin du Gard

  15. Beaucoup de gens sont écœurés par cette politique mortifère que nous subissons depuis plusieurs années.

    Tu n’es pas le seul.

    Mais très peu ont le talent d’Olivier Bonnet pour écrire si bien et cibler chaque fois avec justesse !

  16. Olivier

    ….

    Bises

  17. « Oui mais ça branle dans le manche
    Les mauvais jours finiront
    Et gare à la revanche
    Quand tous les pauvres s’y mettront « 

  18. Vivement que la gauche passe, comme ça vous pourrez enfin changer votre discours et chanter les louanges de la bonne société qui nous gouverne avec ses qualités et ses bons sentiments pour les pauvres et les désespérés. Mon Dieu vivement le paradis sur terre avec l’extrême gauche qui nous « changera la vie »(qui sera douce et parfumée de fleurs, n’en doutons pas!)

  19. Mais enfin Olivier, maintenant (presque) tout le monde le reconnaît que le smic est trop élevé ! Même la gauche — la vraie, celle qui est réaliste et pas les gauchistes irresponsables qui ne veulent pas prendre part à la gestion — ose enfin briser ce tabou.

    Voici peu j’ai lu sous la plume d’un jeune strauss-kahnien que ce smic devrait être au niveau du RSA actuel pour « favoriser la compétitivité de nos entreprises ». Et, toi, tu y penses à la compétitivité de nos entreprises ? ;o)

    • Sans compter — on le sait bien — que les bénéfices d’aujourd’hui seront peut-être les investissements d’après-demain et les emplois d’un jour si lointain qu’on ne saurait en dire davantage…

      Olivier, homme de peu de foi, regarde Saint MedeFmi et va t-en rassuré. Le Dieu Dollar veille sur toi.

    • J’y pense matin et soir, je ne fais que ça, c’est une obsession chez moi ! 😀

  20. J’ai pris le temps de la réflexion au sujet de cet article. Choking après le « on s’en fout de vos états d’âme ».
    Je comprends que ce soit lassant de rabâcher la vérité à des gens qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. D’autant plus que quand la plupart voit plus loin, elle met des oeillères. Il faut lutter contre la mauvaise foi (pas générale heureusement). Pour un journaliste altruiste, engagé et chevronné, y a des fois faut vraiment s’accrocher. Attendons qu’ils se sentent vraiment concernés

  21. Olivier,
    je t’offre un dièze et un bémol pour remettre un sou dans la musique…
    Moi aussi j’en ai eu ma claque de répéter toujours les mêmes choses, de prévenir des même risques, etc… Las, j’ai mis les voiles il y a six ans et vis désormais dans un pays ou l’ultralibéralisme est pire et regarder comment dysfonctionne le Chili permettrait aux Francais de se rendre compte de la chance qu’ils avaient jsuqu’alors, jusqu’à Sarkozy et son entourage. Mais rien est perdu et je vois déjà que tu as ressorti le sabre, bravo et continue.
    Le bémol va seulement pour la place de l’art dans l’ISF. Les oeuvres d’art sont vraiment quelque chose de très particulier dont la valeur fluctue trop et pour des raisons parfois absurdes, et le marché de l’art -qui certes enrichit de trop riches fanatiques- ne nuit à personne, sinon qu’embellit le monde et fait aussi vivre certains artites, certaines galeries, certains musée et autres éditeurs et participe d’une certaine culture bien moins nocives que les armes, les OGM, les yaourts ou l’énergie.
    Bien à toi,
    depuis Valparaiso.

  22. […] Pire, c’est tout plumedepresse dont on a pu craindre la disparition à l’occasion d’une longue période mutique. Nous sommes pourtant toujours aujourd’hui déterminé à ne pas abandonner ce blog, qui nous a […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)