Mar 102011
 

Nous applaudissons ce matin une Phrase du jour très inattendue : « Je veux que chacun sache que personne ne peut dire avec certitude que son enfant, son petit-fils, son fils, n’a jamais à un moment ou un autre consommé de la drogue ou dealé deux minutes à la sortie d’un collège. » Les bras nous en tombent : c’est bien la première fois que nous approuvons un propos signé… Jean-François de l’UMP, l’homme à tête de claques ! Mais tout de même, dealer à la sortie du collège, on n’aurait pas cru ça du fils Copé. 😉 

« Sachez que si Mme Le Pen est présidente de la République, elle préconisera pour cet enfant la peine de mort », termine le Secrétaire général du parti présidentiel. La peine de mort qui est, rappelons-le, une barbarie, qui ne réduit pas la délinquance – dissuasive, tu parles : le type pense toujours qu’il ne se fera pas attraper ! – et a en outre l’inconvénient de causer d’innocentes victimes d’erreurs judiciaires. Rétablir la peine de mort serait une régression de civilisation. Marine Le Pen telle qu’en elle-même, cheffe d’un parti néo-fasciste. La poussée du Front national aura au moins eu un effet positif, elle a permis l’improbable : Copé a dit quelque chose d’intelligent !

Soutenez ce blog ! Votre serviteur, journaliste au chômage, tente le pari de vivre grâce à plumedepresse : pour deux euros, rejoignez le Club des plumonautes en vous abonnant pour un mois au Kiosque permanent, le rendez-vous pluri-quotidien de notre revue de Web, actualisée en temps réel six jours sur sept. Cliquez sur le kiosque ci-dessous !

Partagez cet article

  6 commentaires à “Le fils Copé deale à la sortie du collège ! (et Marine Le Pen veut le guillotiner)”

  1. Désolé, Olivier mais on ne peut abonder ce genre de propos.

    D’une part, parce que, tu l’as écrit toi-même ça vient d’un personnage qui est pathologiquement incapable de diagnostiquer la vérité et encore moins de la dire. Il le reconnaît lui-même et il a même fait un bouquin pour dire qu’il ne faisait que de la langue de bois. Mais qu’il allait changer.

    C’est raté. Son propos est d’une part totalement inversé et donc hypocrité par rapport au discours antérieurs de l’UMP qui prône tolérance zéro pour drogue, refuse mettre de discuter et de penser à la dépénalisation des drogues, rejette avec un vocabulaire diabolisant les salles de shoot, bref la même attitude néo-pétainistes depuis trente ans…Pour qu’un de ses responsbales centraux vienne balancer « qui n’a pas dealé deux minutes à la sortie d’un collège ? ».
    Et pendant ce temps, les copains de Copé tanne les flics pour traquer le petit dealer justement et lui infliger des peines délirantes, tandis que l’armée française écarte soigneusement ses bombes des champs de pavot afghans.

    D’autre part, c’est complètement outrancier, à peu près du niveau de Bush affirmant que les soldats de Saddam allaient massacrer des bébés. Même le FN n’enverrait pas à la mort un dealer pour une barrette vendue en « deux minutes » à la sortie du collège.

    Plus c’est gros, plus ça passe à dû se dire l’insupportable Copé. Eh non…Plus c’est gros, plus ça casse.

    • Le Pen veut quand même rétablir la peine de mort pour « les trafiquants de drogue ».

      • Oui, mais il y a des étapes, des degrés quantitatifs et qualitatifs pour en arriver à la peine de mort, une justice ou ce qu’il en reste. Et trafiquant de drogue n’est pas exactement à mettre sur le même plan que dealer. Ne noyons pas le bébé « sécuritaire » très dangereux de la fifille Le Pen avec l’eau du bain hystérique surjoué de Copé et ses copains, me semble-t-il.
        En fait le jeu de Copé est encore celui de Sarkozy. Jouer le FN, les thématiques pour être en position de les diaboliser à la marge, caricaturalement. Ainsi il paraît raisonnable et légitime en douce la montée générale du curseur réellement FN, celui d’un contrôle général et brutal de la société à coups de lois et d’effectifs sécuritaires, jamais évalués et discutés.

  2. Totalement outrancier, et même con. De la part de cet énervé aux dents longues ça donne la mesure de son intelligence inversement proportionnelle à la longueur de ses dents.

  3. Après l’UMP dans « noyer les migrants », « guillotiner les dealers » ? A l’eau la Marine, c’est sa place. Qu’est-ce qui se cache derrière cette anecdote de l’élève Copé ? C’est la série des papas UMPistes défenseurs de fistons ? Ces deux cas sont intéressants. L’un fait sa loi en punissant un gamin qui a osé bousculer son fils donc il est coupable. L’autre père essaie d’atténuer le fait que son fils a enfreint la loi.
    Cela reflète le comportement classique d’ une bande organisée. On a tous les droits et si on ne les a pas, on les prend. Ils sont au-dessus des lois qu’ils nous imposent

  4. […] Le fils Copé deale à la sortie du collège ! (et Marine Le Pen veut le guillotiner) […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)