Mar 312011
 

Les Echos ont publié les résultats d’une enquête BVA réalisée mercredi et jeudi dernier pour Les Echos, France Info et Absoluce, portant sur le Front national. Selon elle, « Ses deux principales idées économiques, dites et redites sur les ondes depuis des semaines, font un flop total : 82% des Français sondés disent non à la sortie de la zone euro et donc au retour du franc. 84% écartent l’hypothèse d’une sortie de la France de l’Union européenne » et c’est sur ce thème que choisit de titrer le rédacteur en chef France et International du quotidien économique, Dominique Seux. Ce qui retient notre attention est un autre des résultats de ce sondage : « 52% des Français sondés estiment que le FN «devrait être considéré comme un parti comme les autres» – 10 points de plus qu’en septembre. Ce score monte à 68% chez les électeurs de l’UMP, et 63% dans les catégories populaires. Le message est clair : la diabolisation ne marche pas, elle est même contre-productive », commente Seux. « Diaboliser », c’est exactement ce qu’on pourrait reprocher au présent article. Rétorquons alors que, démarche « contre-productive » ou pas, cela n’est pas notre problème : le travail du journaliste est de rappeler les faits. Alors, le FN, un « parti comme les autres » ? Non et mille fois non, ne serait-ce d’abord qu’à cause de la mesure phare de son programme. La « préférence nationale » est tout simplement contraire à l’un des principes les plus fondamentaux de notre Constitution, qui le proclame dans son article premier : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ». En ce sens, le FN n’est pas un parti républicain. En République, il ne saurait y avoir qu’une seule catégorie de citoyens, égaux devant la loi, et non les Français d’une part, et des sous-citoyens étrangers de l’autre.

Le Front national n’est pas non plus « un parti comme les autres » en ce qu’il rassemble toujours en son sein de dangereux et violents extrémistes, nostalgiques du Troisième Reich ! Ainsi d’Alexandre Gabriac, candidat aux dernières cantonales à Grenoble photographié ci-contre (personnage de droite) devant un drapeau nazi, posant fièrement un coup de poing américain dans une main et faisant le salut hitlérien de l’autre bras. Le cliché a été publié entre les deux tours par L’Obs.com. Réaction de l’intéressé via un communiqué de presse publié sur son blog : « Un montage photo publié hier après-midi sur le site du nouvel observateur mettrait soit disant en cause Alexandre Gabriac. Il dénonce une manoeuvre évidemment électorale à moins de 48 heures d’un scrutin dans lequel il figure au deuxième tour. Il consulte ses avocats et se réserve la possibilité de porter plainte contre les auteurs de cette publication. » Son déni est relayé par Le Monde : « Confronté au cliché, Alexandre Gabriac a dit ne pas reconnaître l’image : « Cela ne me dit rien du tout. De toute façon, j’avais reçu il y a quelque temps une lettre anonyme m’avertissant que des montages effectués par des anarchistes circuleraient. » C’est ça, oui… Cité par Libération, le rédacteur en chef de L’Obs.com, Aurélien Viers, assure à l’AFP qu’il ne s’agit pas d’un montage: «Nous avons vérifié qu’il s’agit bien de lui, nous avons toute une série de photos, nous avons pris la plus emblématique.» Steeve Briois, Secrétaire général du FN, réagit : il y a « de fortes chances pour que cette photo soit réelle, estime-t-il. Il faudra qu’il nous prouve que cette photo est un montage. » Et il annonce que le candidat est « suspendu du FN et, d’ores et déjà, ne représente pas le FN au second tour des cantonales ». Est-ce ballot ? L’annonce n’a pas dû parvenir aux oreilles de l’intéressé : « Le score du deuxième tour vient de tomber : 24,27% pour le Front National sur Grenoble 6, soit une augmentation de 4% par rapport au premier tour, claironne-t-il sur son blog. Que des montages photos soient sortis dans la presse à moins de 48 h du deuxième tour de l’élection cantonale démontre évidemment qu’il s’agissait d’une énième manœuvre politique des valets du système visant à déstabiliser un Front national en pleine expansion. Je tiens à remercier et féliciter les électeurs qui ne se sont pas laissés berner par l’odieuse machination dont j’ai été victime et ont confirmé leur adhésion aux idées et aux principes que le Front national a toujours défendu et défendra toujours. » Briois, dont on a vu qu’il ne croit pas au montage, condamne vigoureusement : « Nous voulons envoyer deux signesd’abord qu’au Front national, il n’y a pas de place pour des personnes qui ont cette idéologie, et ensuite un message à tous ceux qui seraient tentés de venir au Front national pour faire de l’entrisme, et je pense à l’Œuvre française ».

Cette organisation se présente comme un « mouvement nationaliste fondé par Pierre Sidos pour la France aux Français » et l’on peut lire sur son site : « Pour l’Œuvre française un Français naturellement Français ne peut être physiquement qu’indo-européen, politiquement gallo-romain, spirituellement gréco-latin. C’est en référence à cette définition historique réelle que s’accordent les vraies idées nationalistes. La France unique, la France de Saint Louis et de Sainte Jeanne d’Arc, la France capétienne et bonapartienne, la France « du sang, du sol et du ciel ». Voilà donc un mouvement proprement raciste (« indo-européen » c’est-à-dire… aryen !) dont Gabriac est membre, selon le site anti-fasciste Réflexes : « Sur un site espagnol d’extrême droite, Infonacional.com, on peut voir Alexandre Gabriac, l’un des soutiens inconditionnels de Bruno Gollnisch au sein du FN, participer en tant que membre de L’Œuvre Française (OF) à une manifestation pro-franquiste en Espagne en 2008 et tendre le bras droit lors du repas qui suivit l’évènement. Il portait alors la tenue réglementaire de l’organisation de Pierre Sidos. » L’article est accompagné de la photo en question : encore un montage, une « odieuse machination », Gabriac ?

Nous citions plus haut la réaction de Briois, prenant position contre le néo-nazi grenoblois, ajoutons celle de Marine Le Pen en personne, citée par Libé : « S’il s’avère que cette photographie ne soit pas, comme l’affirme M. Gabriac, un montage, celui-ci sera immédiatement exclu du Front nationalIl faut que chacun sache que le Front national n’admettra pas en son sein ce type de comportement inadmissible porteur d’une idéologie répugnante.«  Fort bien. Mais on a vu que, contrairement à ce que promettait le Secrétaire général du parti, Gabriac a bien représenté le FN au second tour. Et si Briois juge qu’ « il n’y a pas de place pour des personnes qui ont cette idéologie« , il verse tout de même dans une réthorique proche de celle du candidat : « Le FN gêne alors on fait les poubelles. »« A l’AFP, l’intéressé proteste aussi contre « une manoeuvre bassement politique liée à la montée du Front national », précise Libé. Une « manoeuvre bassement politique » que dénoncer un néo-nazi ? Et puisqu’il parle de « faire les poubelles », le FN était-il obligé d’en sortir son candidat ? Parce que, circonstance très aggravante, Gabriac n’est pas un militant lambda mais, malgré sa jeunesse, un cadre du parti : Secrétaire régional du FNJ Rhône-Alpes, membre du Comité central du FN et Conseiller régional depuis mars 2010 ! « Il y a 1400 candidats FN aux cantonales, vous croyez qu’on les connaît tous un par un ?« , tente de se défendre le service de presse frontiste. Foutage de gueule : des membres du Comité central et des Conseillers régionaux, il y en a combien ? Il est parfaitement invraisemblable que les instances du parti ignorent la réelle personnalité de Gabriac. Et sans la « manoeuvre bassement politique » de la publication de la photo où il salue Hitler, le jeune éminent frontiste aurait évidemment continué à faire partie du Front ! Comme Edouard de Brisoult, candidat aux cantonales àRillieux-la-Pape, près de Lyon, qui « semble lui aussi avoir un goût pour l’univers nazi, écrit Le Monde. Sur son compte Facebook, on trouve par exemple une photo de soldats SS signalée par le blogueur Al-Kanz. Ainsi qu’une série d’images de l’Œuvre française, le groupe pétainiste et antisémite qui organisait la réunion au cours de laquelle une des deux photos de salut d’Alexandre Gabriac a été prise. A 18 h 30, vendredi, la page Facebook avait disparu. Edouard de Brisoult affirme cependant que cette page n’est pas la sienne ». Al-Kanz relève pourtant des éléments semant le doute sur le démenti de Brisoult : « Le compte en question, qui est un faux selon E. de Brisoult, comptait 1 452 amis, dont beaucoup de sympathisants d’extrême droite, et des photos personnelles datant d’octobre 2008, dont certaines suivies de commentaires datant d’août 2009. » S’il s’agit d’une « manipulation ignomineuse » (sic) comme l’affirme le candidat FN, elle a été préparée de longue date !

Apportons enfin une dernière réponse à notre question du jour, de savoir si le FN, dont la mesure phare est anti-républicaine et qui compte dans ses rangs des exaltés hitlériens, est « un parti comme les autres ». Si le niveau des autres formations n’est pas toujours très élevé – il est même franchement lamentable à l’UMP et jusque dans les rangs du gouvernement, ramassis d’incompétents notoires -, le parti de Marine Le Pen incarne le zéro absolu de la politique. « L’objectif de la direction du FN ? Présenter un maximum de candidats, quels qu’ils soient, pour développer son maillage territorial et optimiser son score lors du dernier grand test électoral avant 2012, explique Le Figaro. Une logique quantitative qui s’est révélée payante : à la veille du second tour, le parti frontiste espère envoyer jusqu’à 50 élus dans les conseils généraux [Avec au final deux élus, on mesure l’ampleur du succès dont les médias nous rebattent les oreilles ! NdA]. Parmi les candidats encore en lice, certains sont des figures du FN, comme Steeve Briois, dans le Nord, ou Louis Aliot, vice-président du parti [et compagnon de la Le Pen, NdA], dans les Pyrénées-Orientales. Mais beaucoup d’autres sont totalement inconnus des électeurs du canton dans lequel ils se présentent. Servant de support à l’expansion du FN, ils n’ont pas fait campagne. Pas d’interview, pas de photo sur les affiches et les tracts, ni même de réunion publique(…) Récoltant 15% des suffrages, Roger Marin, lui, n’a pas été qualifié au second tour. Un soulagement pour ce militant de 93 ans qui représentait le FN dans le canton de Blâmont, en Meurthe-et-Moselle. Il reconnaît s’être laissé convaincre par le responsable départemental du FN : «C’est le parti qui m’a demandé. J’ai accepté, à condition de ne pas faire campagne. Je leur ai dit « Laissez-moi tranquille », a-t-il expliqué à l’AFP avant le premier tour, ajoutant sans complexe : «Si je suis élu, je n’irai pas» au conseil général.«  Il y a aussi le cas amusant de cette candidate du canton de Coudekerque-Branche, Sandra Kaz : « Officiellement, la jeune femme est présentée alors comme étudiante en littérature. Dans le document qu’elle transmet à la presse, elle ne cache pas qu’elle est également écrivain, et chanteuse dans un groupe de rock », écrit Le phare dunkerquois qui révèle qu’elle est aussi… escort girl ! « Mais sur le net, on retrouve aussi Sandra Kaz sous le pseudo d’Angunn, précise l’article. Angunn, blonde et sexy, qui propose ses services comme escort girl sur deux sites spécialisés, avec l’accroche suivante : « jeune femme cultivée, ayant beaucoup voyagé et parlant 6 langues couramment, vous accompagnera dans vos diverses soirées… ». Identifiée sur un site qui la localise en Belgique, la candidate du Front national est aussi présente sur un autre site hébergé au Pays de Galles, pour des massages en France. Une activité pour le moins curieuse, pour quelqu’un qui prétend siéger au Département. Evidemment, ce n’est pas incompatible : une ancienne miss France célèbre a siégé au conseil régional de Picardie, alors pourquoi pas une escort girl au conseil général du Nord ? Mais la question des compétences, soulevée par les adversaires de Sandra Kaz, se pose évidemment. »

Parlons-en, des compétences ! Candidate à Marseille, Mireille Barde a répondu à un quiz sur le site Marsactu et le résultat est un véritable désastre : combien de cantons à Marseille, combien parmi ceux-ci sont-ils renouvelables, quel est le budget du Conseil général, quelles en sont les compétences, combien de collèges dans le canton où elle se présente, combien d’habitants ? Même réponse à toutes ces questions : « Je ne sais pas ». Mais elle croit par contre savoir que le RSA s’élève à 1150 euros (460 en réalité). Puis elle se fait tout à coup diserte lorsqu’on aborde son programme : « Priorité déjà aux Français, qu’on respecte la chrétienté et la laïcité, que ceux qui viennent chez nous s’adaptent à nos lois et à nos coutumes… Je crois que c’est déjà un grand axe. Et arrêtons les prières dans les rues. (…) Vous savez qu’à Paris, ils bloquent les rues avec leurs prières ! » Voilà la profession de foi d’une candidate aux cantonales à Marseille ! Alors, le FN, « un parti comme les autres » ? A vous de répondre, chers plumonautes.

PS : le montage des tracts de L’Œuvre française provient de l’excellent blog Droite(s) extrême(s)

Soutenez ce blog ! Votre serviteur, journaliste au chômage, tente le pari de vivre grâce à plumedepresse : pour deux euros, rejoignez le Club des plumonautes en vous abonnant pour un mois au Kiosque permanent, le rendez-vous pluri-quotidien de notre revue de Web, actualisée en temps réel six jours sur sept. Cliquez sur le kiosque ci-dessous !


Partagez cet article

  16 commentaires à “Le FN, un « parti comme les autres » ? Jawohl mein Führer !”

  1. Une grande évidence : la Cagoule est de retour sur la scène. Après s’être échauffée dans l’Orchestre, elle connaît parfaitement la musique au point de diaboliser ses propres membres qui ne se sont point fait une toilette !

  2. Sacrés Les Echos, francinfaux et les sondages à gogo(s) !…

    D’abord cette phraséologie (« un parti comme les autres ») est nulle : l’employer c’est pousser les sondés à répondre plutôt positivement, dans ce cas les mainates réagiront comme ce Seux et si les réponses sont plutôt négatives c’est encore tout bénef pour le dit parti (son fond de commerce, avec l’immigration, c’est justement de ne pas être « comme les autres »..) on voit que dans tous les cas c’est ticket gagnant pour le FN.

    Ensuite, comme bien rappelé dans l’article, ce qui eût dû être demandé c’est : « est-ce un parti républicain » . Or, poser cette question c’était forcément y répondre, à moins d’ignorer l’article 1er de la Constitution, d’où l’arnaquede la manipulation avec cette question nulle.

    Forts de cette escroquerie nos compères étaient certains du résultat (ça fait des semaines qu’ils s’efforcent, justement, de nous persuader : la Marine c’est pas comme son père) on appelle ça le performatif…

    MeRdias et sondeurs s’entendent comme larrons en foire : il s’agit de faire monter la Marine pour lui faire accéder au 2nd tour afin que leur candidat (DSK ou Sarkon, peu importe) soit élu sans aucun souci au 2nd tour. C’est-à-dire sans débat, comme en 2002.

    Enfin, le cas du FN, ça remonte à vieux : 15 ans environ qu’une tentative pour le faire interdire avait été lancée. Je ne sais plus quelles arguties avaient été trouvées pour ne pas qu’il le fût et l’hypocrisie a été préférée, ne pas l’interdire tout en l’empêchant d’être représenté, ce qui, du coup, l’alimente… Mais, bah, autant la « gauche » que la droite en profite (sans compter le papier que ça fait vendre, et les parts d’audimat, et le profit des sondeurs et… etc etc) alors pourquoi ne pas continuer ?

  3. Jeudi 31 mars 2011 :
    Euro : extension du domaine de la régression.
    par Frédéric Lordon.

    Pacte pour l’euro, impact sur les salaires.

    Comme dans un rêve de Naomi Klein qui rattraperait les malfaçons de sa thèse initiale, le néolibéralisme européen met un soin particulier à se conformer à la  » stratégie du choc  » – mais d’un choc qu’il a lui-même largement contribué à produire.

    On croyait déjà avoir vu du pays avec la  » réponse  » à la crise (financière privée) sous la forme de plans d’austérité (publique) sans précédent. Mais le prolongement du  » pacte de compétitivité  » nous emmène pour un autre voyage dont on ne voit même plus le terme. Jusqu’où le paradoxe de l’acharnement néolibéral en réponse à la crise néolibérale peut-il aller ?, c’est une question dont la profondeur devient insondable.

    (Suite réservée aux abonnés) © 2011 SA Le Monde diplomatique. Tous droits réservés.

  4. Arf ! J’adore le « qu’ on respecte la chrétienté et la laïcité » . Visiblement tous ceux qui font ces mélanges ont de gros problèmes avec le français, et en particulier avec le terme de « laïcité », utilisé à tort et à travers.

  5. Marine le pen en photo avec des néo nazis :
    http://11sept2010.wordpress.com/2011/04/01/marine-le-pen-en-photo-avec-des-neo-nazis/

    Certainement encore un de ces photomontages effectués par des anarchistes…

  6. Le FN a pour idéologie d’exclure mais que fait le gouvernement à part déshumaniser la société ? Une chose intolérable cette course au pouvoir. « Elus par le peuple et pour le peuple » ? Il est inacceptable, qu’après coup, les élus n’aient pas de compte à rendre au peuple d’autant plus que leurs paroles se sont envolées et qu’ils créent de nouvelles lois sans tenir compte de l’avis de leurs électeurs sous le couvert de l’immunité. Tout être humain a les mêmes droits devant la loi sauf ceux qui sont au-dessus des lois qu’ils créent, changent ou interprètent à leur convenance. Le FN est écoeurant d’accord mais ni plus, ni moins que nos dirigeants actuels. Leur immunité et donc leur impunité sont abhérentes Quelle solution avons-nous encore à l’heure actuelle ? En discuter en se demandant si cela ne sera pas censuré pour essayer d’influencer les masses afin qu’elles votent pour les moins pires ?

  7. Le FN, un parti comme les autres ?
    Oui, aussi vieux et ringard surtout que les autres.
    En cette période où la catastrophe nucléaire en cours au Japon commande de réfléchir non seulement à l’avenir de la filière atomique mais également à l’après pétrole, à l’après carburants d’origine fossile, à la descente énergétique , et donc, et par dessus le marché à la baisse des ressources de matières premières et au réchauffement climatique, on assiste à une empoignade irréelle entre partis d’une autre époque.
    Les électeurs du fn ne se demandent pas quels orages porte la nuée démagogique et nationaliste, ils veulent juste foutre le bordel. Qu’ont-ils à perdre exactement ?
    Une chose est certaine : pour les temps qui s’annoncent, il est parfaitement vain de se demander qui va souffrir le plus ? Les mêmes qu’hier et qu’aujourd’hui. Parfaitement, les mêmes. Il est temps de nous rassembler hors des partis et de dire explicitement comment nous voulons vivre et ce que nous ne voulons plus vivre.

    • « Des personnalités préconisent la dissolution du gouvernement actuel et du parlement en vue de former un « gouvernement de coalition nationale », et appellent au respect du « droit à la manifestation et à la liberté d’expression »

      Elle réclament aussi « la fin de l’impunité et la séparation du pouvoir et du monde des affaires ». »

      Mise en place donc d’une commission pour la réforme constitutionnelle, oui mais au MAROC !

      ON DEVRAIT AVOIR LE DROIT DE CHANGER DE NATIONALITE

  8. « Avec au final deux élus, on mesure l’ampleur du succès dont les médias nous rebattent les oreilles ! NdA »

    Vous avez tout dit. La pseudo montée du FN dans l’opinion publique est une baliverne destinées à détourner l’attention de la ménagère de plus de 50 ans. Le FN a fait 6,5% des inscrits au premier tour des cantonales, score incontestable et fort peu comenté par ces mêmes médias qui nous ont baratiné sur la mère Le Pen pendant les deux derniers mois. Un score qui remet ce parti à sa (toute petite) place.

    Pas plus important qu’avant, le FN. Simplement de grosses trompettes de la renommée bien mal embouchées qui persistent à nous en parler à longueur de journées (l’auteur aussi, d’ailleurs !).

    Tien au fait, M. Bonnet, vous avez des homonymes bien peu fréquentables. Brrrr. ça fait froid dans le dos

    http://www.philipperanda.com/cc/article02/EkVZuEpAFlEIaTjpff.shtml

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)