Jan 312012
 

« L’ensemble du réseau des Autoroutes du Sud de la France annonce une hausse de 2,4% à compter de mercredi 1er février, annonce France3.fr. Une hausse d’autant plus difficile à avaler pour l’usager que Vinci, le propriétaire d’ASF,  affiche une santé insolente : l’entreprise a vu son chiffre d’affaire augmenter de 4% entre 2009 et 2010, son résultat net faisant dans le même temps un bond de plus de 14%. » Et Vinci n’est pas le seul : « Les sociétés d’autoroute révisent à la hausse le prix des péages ce mercredi. L’augmentation oscille entre 2,05% pour Escota et 2,58% pour le réseau très emprunté d’APRR. Depuis 2005, les tarifs ont évolué nettement plus vite que l’inflation, complète Challenges. Chaque année, au 1er février, c’est la même chose : les sociétés d’autoroute passent leurs hausses de tarifs. Et cette année encore, l’automobiliste français verra sa note au péage s’alourdir de quelque 2,5%. 2,42% pour ASF, 2,53 pour Cofiroute, 2,05% pour Escota, 2,58% pour APRR, 2,55% pour Area et enfin 2,31% pour Sanef. Depuis la privatisation des autoroutes en 2005, la facture n’a cessé d’enfler. Le calcul de ses hausses, inscrit dans les contrats de concession de chacun des réseaux prévoyait pourtant qu’elles ne devraient pas dépasser 70% de l’inflation… sauf travaux d’amélioration conséquents, et autres normes environnementales supplémentaires. Résultat ? Que de travaux ! Que d’espèces d’oiseaux rares protégées ! Et quel tarif ! Le prix au kilomètre frôlera en 2012 les 8 centimes en moyenne, contre 6,8 en 2005. Soit une augmentation de 16,4%, alors que la hausse des prix à la consommation n’a atteint que de 11,7% sur la même période. La palme revenant au réseau ASF, du groupe Vinci, avec 21% de hausse ! »

C’est évidemment scandaleux, mais à qui la faute ? Aux entreprises privées en question ? Mais leur but est de faire du profit, pour satisfaire leurs actionnaires, c’est leur nature même ! C’est donc l »occasion de republier un billet d’octobre 2006 :

Privatisation des autoroutes : le marché de dupes

« Exemplaire illustration de la politique de la droite qui sacrifie l’intérêt général au bénéfice de quelques-uns : la privatisation des autoroutes. A l’origine, les péages étaient censés rembourser leur construction. Jamais la gratuité ensuite promise ne sera à l’ordre du jour. Une fois leur amortissement effectué, au moins allaient-elles rapporter à la collectivité : 900 millions d’euro rien que pour 2005. Patatras : la droite décide de brader le patrimoine national aux intérêts privés pour une dizaine de milliards. Alors qu’en trente ans, elles en auraient rapporté quarante ! Comme si cette véritable spoliation du peuple au profit des affairistes ne suffisait pas, voilà maintenant que les hausses de tarifs attendues commencent. Les autoroutes Paris-Rhin-Rhône viennent en effet d’augmenter le prix du péage de 2,47% pour les véhicules légers et de 3,46% pour les poids lourds. Alors que l’entreprise a enregistré au premier semestre un bénéfice en hausse de 28,6% ! Telle est bien sûr la logique des actionnaires, opposée à celle du service public : tout pour le profit. Le syndicat Sud Autoroutes dénonce l’ « une des plus importantes hausses de ces dernières décennies, très supérieure aux chiffres de l’inflation » : « Il s’agit d’une bien mauvaise nouvelle pour les millions d’usagers qui sillonnent chaque année le réseau APRR puisque cette hausse conséquente des tarifs s’ajoute à une nette dégradation du service aux clients avec en particulier une calamiteuse politique d’automatisation des péages qui accroît les délais d’attente au péage ». Pourquoi donc s’abstenir de prendre les usagers captifs en otages ? La Fédération des entreprises de transport et logistique de France parle pour sa part d’ « une augmentation brutale et préoccupante ». Quant aux réactions politiques, le Parti socialiste s’exprime sur le sujet par la voix de Pascale Le Néouannic, sa Secrétaire nationale aux Transports, qui juge que cette augmentation des tarifs « démontre le caractère dangereux de la privatisation des autoroutes. Comme le redoutait le parti socialiste, la privatisation des sociétés d’exploitation du réseau autoroutier a bel et bien permis aux entreprises exploitantes de décider seules des variations de tarifs, au détriment des usagers de la route, et sans avantage pour la collectivité. Cette nouvelle ponction sur le pouvoir d’achat des usagers est imputable aux choix du gouvernement (…). Le Parti socialiste réitère donc son opposition totale à cette privatisation, qui constitue un bradage du patrimoine national contraire à l’intérêt général, à la cohésion territoriale et nationale, et au respect de l’environnement. Il rappelle à cette occasion que la propriété des autoroutes et des sociétés qui assurent leur exploitation doit rester sous contrôle public. » Si le candidat socialiste est élu en 2007, renationalisera-t-il donc les autoroutes ? »

[Nous ne le saurons jamais, le président élu en 2007 ayant été celui-dont-le-nom-est-maudit… Mais attendez, ce n’est pas fini ! La droite étant donc restée au pouvoir… Billet de février 2010 :]

« Les caisses sont vides ?

Encore deux milliards d’euros offerts aux sociétés d’autoroutes !

Comment la droite organise la spoliation de la collectivité

Le scandale continue, dévoilé par Marianne2 sous le titre de 2 milliards d’euros : le petit cadeau de l’Etat aux sociétés d’autoroutes : « Décidément, les bétonneurs Eiffage et Vinci, qui ont mis la main sur les sociétés d’autoroutes, ont fait une super affaire. Ils les avaient raflées à vil prix sous Villepin, pour 15,5 milliards d’euros au lieu des 22 milliards auxquels les estimait la Cour des comptes — ce que nous confirme un des banquiers d’affaires qui a conclu le deal : «  mon client, en accord avec nos calculs était prêt à payer 40% plus cher  ». Ça fait mal, mais Bercy avait trouvé une parade pour se refaire : augmenter la redevance domaniale à laquelle les sociétés d’autoroutes sont astreintes. Raté. Le doublement de cette redevance, soit 200 millions d’impôts supplémentaires, initialement prévu dans la loi de finances a mystérieusement disparu en juin 2009. Comme si cela ne suffisait pas, c’est maintenant un énorme cadeau de plus de 2 milliards d’euros qui tombe dans le bec d’Eiffage et Vinci. En prolongeant d’un an leur droit de concession, qui prend fin aux environs de 2030, l’accord passé avec Jean-Louis Borloo, le ministre de l’Environnement, leur permet donc de continuer à percevoir des péages (9,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires aujourd’hui) sur les usagers 12 mois de plus. À la différence que, à ce moment-là, les deux entreprises n’auront plus un sou de dette. Tout ira donc dans la poche des heureux actionnaires — une fois payés l’entretien des infrastructures et le personnel. Du moins ce qui restera du personnel. Car en épluchant la ventilation des « engagements verts » de 1 milliard d’euros sur trois ans, une chose saute aux yeux : près d’un tiers des sommes détaillées, soit 800 millions d’euros sur 1 030 annoncés, sont destinés à la mise en place de péages automatiques — en remplacement d’employés en chair et en os. (…) Bref, pour Eiffage et Vinci, c’est encore Noël : des cadeaux comme s’il en pleuvait. Et l’avenir s’annonce tout aussi généreux. Le gouvernement vient en effet d’accorder une hausse de 0,5% des péages, alors que l’inflation sur la période de calcul (octobre 2008-octobre 2009) fut nulle. Mieux : d’autres tronçons vont être mis en concession : fin décembre a été lancé l’appel d’offre pour la transformation en autoroute de la RN 10 pour la traversée des Landes et sa mise en concession pour 50 ans. » C’est tout simplement la collectivité que pille ce gouvernement indigne, qui casse le service public et réduit les budgets comme peau de chagrin dans tous les domaines, prétextant sans cesse que les caisses sont vides. Alors qu’il s’emploie sans relâche à brader le bien commun au profit d’intérêts privés. Une autre illustration est fournie par l’actualité avec l’affaire Total, qui s’apprête à fermer sa raffinerie de Dunkerque tout en enregistrant huit milliards de bénéfices pour l’année 2009. Or l’entreprise pétrolière était publique, rappelons-le, jusqu’à ce qu’Edouard Balladur ne s’avise de la privatiser. C’est bien la peine ensuite de verser des larmes de crocodiles lorsqu’elle supprime des emplois ou augmente ses tarifs à la pompe : ainsi va la logique libérale.

insurrectionQuestion : comment peut-on cautionner pareille politique ? On nous parle de tolérance, de dialogue politique apaisé, de démocratie moderne ? Eh bien non, désolé, ce que fait la droite est intolérable, preuves objectives à l’appui. Remplir toujours davantage les prisons, multiplier les pauvres et gaver les riches : aussi bien sur les plans de l’éthique et de la morale qu’en se plaçant du point de vue de l’intérêt général, tout cela est proprement injustifiable. Aussi, appartenir à la droite est-il tout simplement inadmissible, illégitime. Osons l’affirmer haut et fort. En ajoutant, pour régler son compte à la fausse gauche, que ce n’est pas un Dominique Strauss-Kahn qui changera quoi que ce soit, lui qui a privatisé, sous le gouvernement Jospin, davantage encore que n’avait osé le faire la droite. La formule va choquer ceux qui se cachent derrière leur petit doigt ou les imbéciles qui votent UMP sans comprendre, mais elle correspond pourtant à la stricte vérité : la droite est l’ennemie du peuple. (…)« 

logo

A propos de Total, relire sur plumedepresse  :

« Tout cela est un scandale absolu !, s’insurge le sénateur socialiste Jean-Luc Mélenchon [tiens, tiens…] au micro de RTL le 11 mai dernier. Total n’est pas n’importe quelle entreprise privée. Total a été créée au XVIIe siècle, et a ensuite été constituée parce que la France n’a pas de pétrole et n’a que très peu de gaz. On avait un monopole public. De cette manière, l’État et l’État seul a constitué une grande entreprise qui est devenue la quatrième du monde. Elle a été privatisée par M. Balladur. En quoi le fait que Total soit devenue un bien privé a amélioré les performances de l’entreprise, a amélioré la qualité de vie des Français, a amélioré l’approvisionnement de la France ? Tout cela, c’est la comédie libérale (…) qui a conduit ce pays dans l’impasse où il se trouve. Aujourd’hui, ces milliards devraient être dans la poche des Français au lieu d’être dans la poche de quelques personnes. L’énergie est un bien rare, il doit être collectif »« L’humanité ne peut continuer à laisser le profit capitaliste lui dicter sa loi et rompre les équilibres écologiques de la Terre, écrit quant à lui le Nouveau parti anticapitaliste en gestation. En France, la renationalisation de Total sous le contrôle des salariés s’impose, sans indemnités pour les gros actionnaires. N’ont-ils pas déjà suffisamment sévi, après la pollution des côtes bretonnes de l’Erika et l’explosion d’AZF à Toulouse ? Et, en 2007 encore, ils n’ont consacré que 3% des bénéfices de l’entreprise aux énergies renouvelables. Seul un service de l’énergie 100% public pourra en même temps satisfaire les besoins sociaux en énergie et choisir de respecter l’environnement et les droits des peuples du Sud sur leurs ressources naturelles » (in Or noir pour Total, pain noir pour le consommateur, août 2008).

« Christophe de Margerie, le nouveau patron de Total, société déjà scandaleusement embêtée par des écologistes rouges lui reprochant sa responsabilité dans la catastrophe de l’Erika, est donc mis en examen pour « abus de bien sociaux et corruption d’agents publics étrangers », en l’occurrence iraniens. Mais, pas de chance, il l’est aussi vis-à-vis de dirigeants irakiens, soupçonné d’avoir effectué des versements à des officiels du régime de Saddam Hussein, en marge de contrats obtenus dans le cadre du programme de l’Onu « Pétrole contre nourriture ». L’Iran des ayatollahs, l’Irak de Saddam… Y-a-t-il encore une autre patrie des droits de l’Homme avec laquelle la multinationale française est en fructueuses affaires ? Oui da : la Birmanie, dont chacun sait que la junte au pouvoir est formée d’exemplaires démocrates… Huit travailleurs birmans se sont plaints devant la justice française d’avoir été réquisitionnés par l’armée pour participer de force au chantier du gazoduc de Yadana : Total emploierait donc des esclaves ? Qu’on se rassure, ils ont finalement retiré leur plainte, contre des indemnités et le financement d’un projet humanitaire. Coût pour la multinationale française : 5,2 millions d’euros. Une broutille, quand on connait le montant de ses bénéfices – record en 2006 : 12,585 milliards d’euros net. L’argent n’a pas d’odeur, même lorsqu’il sent très mauvais. Ajoutons enfin qu’outre l’affaire iranienne, Margerie est aussi entendu dans le cadre d’une enquête portant sur des versements suspects à un ancien ministre de la Justice du Cameroun. Cela ne fait-il pas un peu beaucoup ? Mais non : Total a des alliés de poids, par exemple en la personne des amis de Nicolas Sarkozy, parmi lesquels l’inénarrable « Peter » Lellouche, qui monte au créneau lorsqu’on évoque la possibilité de taxer ses profits : « En réalité, ce qu’il faudrait, c’est mettre les dirigeants de Total devant un peloton d’exécution, renationaliser et faire un grand soviet ! Arrêtons cette gué-guerre contre l’argent. C’est vrai qu’en dehors de la Corée du Nord et Cuba, tout le monde a compris ça quand même. Même les Chinois, même les Russes«  C’est cela même : vive le capitalisme libéral, qui détruit la planète et finance les dictatures qui asservissent les peuples ! Et vivent ses brillants défenseurs hexagonaux de l’UMP » (in Les démentis offusqués de Total, mars 2007).

Et aussi : Total boycott (à propos de l’Erika, février 2007), Rions un peu avec le patron de Total (mai 2008), sans oublier le plus lu de tous les articles de ce blog (142 927 visites à ce jour !), Comment Total s’engraisse sur le dos du consommateur (juin 2008).

Partagez cet article

  10 commentaires à “Les autoroutes augmentent encore : retour sur une exemplaire spoliation de la collectivité par la droite”

  1. Bonne analyse. La mise en perspective ajoutée fait émerger la cohérence et la durée de cette spoliation.
    On ajoutera le super à 1,58€, l’électricité qui augmente, les prélèvements CRDS et CSG idem, la formule des allocations qui a révisé à la baisse (encore) le montant de celles-ci, les prix de tous les produits de consommation courante qui explosent – pain, légumes, clopes, etc -, le timbre qui a augmenté, etc. N’en jetez plus, on en a ras-le-bol de ces guignols.

  2. Analyse très juste. Je me permets de rappeler que dans cette affaire, le PS, qui a de nombreux intérêts croisés avec Vinci et Eiffage, entre autres, n’a rien fait au moment de la privatisation, et que Bayrou est le seul à s’y être opposé, jusqu’à déposer un recours au Conseil d’État (qui hélas a échoué, le CE s’est déshonoré ce jour-là).

  3. J’écrivais à ce propos, ici je crois, en 2007 : « C’est l’une des plus grandes escroqueries que je connaisse car le citoyen, donc nous tous, aura payé une première fois comme contribuable, puis toute sa vie comme client. »
    Il y a du nouveau (et du pire) aujourd’hui : depuis quelques années, la signalisation routière est de plus en plus trompeuse, voire absente. Des itinéraires par la route ne sont pas signalés et même des panneaux ont disparu. L’automobiliste est donc « guidé » vers l’autoroute. Au moment où le demi-tour n’est plus possible, on découvre la mention « péage ». J’en ai fait l’expérience en Alsace, à deux endroits de la région nantaise ainsi qu’en Espagne.
    Les médias dominants qui aiment tant accuser les grévistes de « preneurs d’otages », n’emploient pas cette expression pour les autoroutiers. Ils sont peut-être actionnaires chez Vinci ou Eiffage ?

  4. Attention, c’est Fabius qu a commencé les privatisations d’autoroutes ! au début le capital était simplement ouvert au particuliers et aux collectivités territoriales à 49%. Puis la droite a ouvert complètement le capital (100%) .En 2005, le groupe Vinci avait dores et déjà acquis 22% du capital des ASF, alors que la privatisation partielle d’ASF en 2002 ne s’adressait qu’aux particuliers et aux collectivités territoriales. Aujourd’hui Vinci est très fortement majoritaire.
    Conclusion: les conneries sont souvent initiées par la gauche et amplifiées par la droite !

  5. il faut nationaliser les autoroutes comme les entreprises liées à l’énergie (edf, gdf…)

    Merci Villepin pour les autoroutes!

  6. […] Les autoroutes augmentent encore : retour sur une exemplaire spoliation de la collectivité par la d… […]

  7. […] Les autoroutes augmentent encore : retour sur une exemplaire spoliation de la collectivité par la d… […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)