Fév 162011
 

Alliot-Marie jusqu’à la lie… Dans une vraie démocratie, un ministre convaincu de mensonge doit démissionner. En Sarkozie, Michèle Alliot-Marie a commis pas moins de cinq mensonges et a « tout le soutien » du gouvernement.

« Le Canard enchaîné ne lâche pas Michèle Alliot-Marie, et fait de nouvelles révélations, relaie Le Monde. Selon Le Canard, les parents de la ministre, Bernard et Renée Marie, âgés de 94 et 92 ans, qui étaient du voyage en jet avec la ministre des Affaires étrangères, étaient venus pour investir dans une société civile immobilière (SCI).Ils auraient racheté à Aziz Miled et à son fils Karim la totalité des parts de la SCI Ikram, dans laquelle ils possédaient déjà des parts. Le journal publie des extraits du registre municipal de la ville de Tabarka, où aurait eu lieu la transaction. Déjà propriétaires de 13% de la SCI, les parents de la ministre auraient acheté la totalité des parts, pour un minimum de 325 000 euros, selon l’hebdomadaire. » En voulant défendre sa fille, Bernard Marie l’enfonce, comme le relève France soir, qui pointe en titre Les contre-vérités de Michèle Alliot-Marie : « Si l’on en croit la ministre des Affaires étrangères, la rencontre avec Aziz Miled était fortuite. Ce n’est qu’à l’aéroport de Tunis que l’homme d’affaires aurait proposé à Michèle Alliot-Marie d’utiliser son jet privé pour se rendre à Tabarka. «Après Noël, je suis partie quelques jours en Tunisie, je suis allé jusqu’à Tunis par une ligne régulière et m’attendait cet ami. (…) Il me dit : je dois aller à Tabarka dans mon hôtel. J’ai un avion, je suis tout seul. Est-ce que vous voulez m’accompagner plutôt que de faire deux heures de voiture ?» (Journal télévisé de France 2, 2 février 2011). Les faits : mercredi, sur Europe 1, Bernard Marie, le père de Michèle Alliot-Marie, a donné une autre version des vacances. Mi-décembre, la famille décide de séjourner en Tunisie. «C’est à ma demande que Monsieur Miled a organisé notre séjour ensemble dans un hôtel», a reconnu Bernard Marie. Aziz Miled met à leur disposition son jet «pour (leur) économiser à (sa) femme et à (lui-même) deux heures et demie de voiture en pleine nuit». Le voyage, comme la rencontre avec Aziz Miled sur le tarmac de l’aéroport de Tunis, n’a donc rien de fortuit. D’autant plus que, durant le séjour, les parent de Michèle Alliot-Marie achètent une société civile immobilière à l’homme d’affaire tunisien.«  Un homme d’Etat ne devrait pas mentir : qu’elle démissionne !

D’autant que ce n’est pas tout : « Pendant ses vacances en famille à Tabarka, au nord-ouest du pays, et alors même que la répression contre les manifestants tunisiens faisait rage, la ministre a bien eu le président Zine el-Abidine Ben Ali au téléphonerévèle Mediapart. Cette conversation, évoquée au conditionnel dans un article récent du Nouvel Observateur, a été confirmée ce mardi à Mediapart par le ministère des affaires étrangères. (…) Cet aveu, tardif, pose une foule de questions auxquelles le ministère se refuse, pour l’instant, de répondre. La chef de la diplomatie française et l’ex-dictateur forcé de quitter le pays le 14 janvier ont-ils, lors de cet entretien, évoqué l’immolation le 17 décembre de Mohamed Bouazizi, ce jeune vendeur ambulant de Sidi Bouzid dont le geste désespéré est à l’origine de la révolution ? Ont-ils parlé des deux jeunes hommes mortellement blessés le 24 décembre par les tirs à balles réelles de la police ? Surtout, lors de cet entretien, le président Ben Ali a-t-il demandé l’assistance de la France pour mater la rébellion ? Une source au Quai d’Orsay dément. Pourtant, deux semaines plus tard, le 11 janvier, la ministre des affaires étrangères proposait devant les députés de mettre à la disposition du gouvernement tunisien «le savoir-faire reconnu dans le monde entier de nos forces de sécurité». En tout cas, une bonne partie de la stratégie de communication de la ministre tombe à l’eau. Début février, elle affirmait n’avoir eu «aucun contact privilégié» avec le président Ben Ali avant sa fuite. Elle avait aussi déclaré : «Quand je suis en vacances, je ne suis pas ministre», avant de se rétracter deux jours plus tard. En réalité, l’existence de cette conversation montre que Michèle Alliot-Marie a continué à suivre la situation en Tunisie pendant ses vacances. » Rappelons que la minsitre avait précisé le 30 janvier dans Le Parisien : « La dernière fois que j’ai vu l’ancien président, en tête-à-tête, c’était en 2006, dans mes fonctions de ministre de la Défense« . Cas typique de mensonge par ommission, pour ne pas avouer le coup de fil gênant au dictateur en pleine révolution.

Parce que Mediapart est ici charitable de ne pas rappeler un autre de ses mensonges, comme s’en charge France Soir « D’après Michèle Alliot-Marie, la révolution de jasmin n’a débuté qu’après son séjour. Ses vacances en Tunisie ne pouvaient donc pas s’apparenter à un soutien informel au régime de Ben Ali. «Il n’y avait rien. On savait qu’il y avait quelques mouvements dans le centre de la Tunisie de la part de gens qui avaient des problèmes (sic). Même le suicide qui a été l’origine des événements s’est produit à la fin de notre séjour» (Journal télévisé de France 2, 2 février 2011). Les faits : Mohamed Bouazizi était un vendeur ambulant de 26 ans. Il s’est immolé par le feu le 17 décembre pour protester contre la saisie de sa marchandise par la police. Dès le 19 décembre, le centre-ouest du pays est le théâtre de violents affrontement entre manifestants et forces de l’ordre. Le 22 décembre, un autre jeune Tunisien se donnait la mort en s’électrocutant. Les manifestations se poursuivent. Le 28 décembre, le président Ben Ali se rend au chevet de Mohamed Bouazizi, alors dans un état critique. Le soir même, il dénonce «l’ampleur exagérée qu’ont pris ces événements à cause de leur instrumentalisation politique par certaines parties». Le lendemain, le 29 décembre, Ben Ali procède à un remaniement de son gouvernement. (…) Michèle Alliot-Marie a séjourné en Tunisie entre Noël et le jour de l’An. » Mam n’a donc pas emprunté le jet d’Aziz Miled de façon fortuite mais le voyage était planifié, elle s’est entretenue au téléphone avec le dictateur pendant son séjour, durant lequel la révolution tunisienne faisait déjà rage : après ces trois lmensonges, vous en reprendrez bien un quatrième ?

Le voilà, à nouveau rappelé par France Soir : « D’après Michèle Alliot-Marie, Aziz Miled est un homme d’affaire qui a été «spolié» par le gouvernement Ben Ali. «Cette personne que vous osez aujourd’hui attaquer est un chef d’entreprise qui est respecté en Tunisie, d’autant plus respecté qu’après avoir été spolié par monsieur Trabelsi qui, effectivement, avait de force pris une partie de son capital et sa présidence, cette même personne la semaine dernière a été rétabli dans ses droits par le gouvernement tunisien» (Questions au gouvernement, le 2 février 2011). » Victime du régime, Miled ? Balivernes battues en brèche par le quotidien : « En 2004, l’homme d’affaires avait été l’un des organisateurs de la campagne présidentielle de Ben Ali. En 2009, comme le souligne LeMonde.fr, il figurait sur la liste des 350 membres du comité central du parti de Ben Ali, le Rassemblement constitutionnel démocratique. Plus récemment, en août 2010, il militait, comme plusieurs dizaines d’autres personnalités tunisiennes, pour que le président Ben Ali, «le sauveur de la patrie», se représente en 2014. » Mediapart ajoute des précisions : «  C’est qu’Aziz Miled, le pionnier du tourisme en Tunisie et patron de l’hôtel où a séjourné la ministre est un homme puissant. Très riche, il dirige un des groupes les plus importants de Tunisie (TTS) et s’est très souvent associé avec des membres des familles Ben Ali et Trabelsi. Même ses amis le présentent comme un proche de l’ancienne famille régnante. Quoi qu’en dise Michèle Alliot-Marie, qui n’a pas hésité à le présenter comme une «victime» de l’ancienne dictature, «Aziz Miled est la cheville ouvrière de la prédation en Tunisie. Il est au centre de la pieuvre», explique un avocat tunisien spécialiste de la corruption. Décoré par Ben Ali de la plus haute insigne du régime, sénateur désigné, bailleur de fonds des campagnes électorales depuis 1989 et organisateur des donations des hommes d’affaires, il est aussi celui qui a payé 500 000 euros pour le feu d’artifice donné en 2009 en l’honneur de la réélection du dictateur à Tunis, selon un proche des organisateurs. » Nous annoncions en titre cinq mensonges, voici le dernier, dénoncé par Mediapart : « comment imaginer que Mam et sa famille aient payé leur facture d’hôtel ? Elle continue de le prétendre, jouant sur l’ambiguïté familiale : officiellement, la ministre a payé les billets d’avion pour tout le monde et, en contre-partie, ses parents ont réglé les chambres (pour un montant que son cabinet est incapable de préciser). Y compris la suite présidentielle utilisée par la ministre, celle-là même qui avait été conçue pour accueillir Ben Ali et sa femme (eux n’y ont jamais séjourné). A Tabarka, personne ne croit à ce scénario : «Ils n’ont pas payé, le patron a tout payé», dit un cadre du groupe d’Aziz Miled. «Avec Aziz, personne ne paie. Il n’y a jamais eu de facture», renchérit un de ses proches. » Un seul mot en conclusion ? Démission !

PS : relire notre article du 8 février dernier, Sarkozy, Mam, Ollier, Fillon… vive les vacances aux frais des dictateurs !

Mise à jour : un sixième mensonge nous avait échappé, relevé par L’Obs.com qui cite Alliot-Marie prétendant, à propos de sa relation avec Miled, « C’est simplement une relation désintéressée et amicale« . Avec la révélation des bonnes affaires de ses parents – dont elle pourrait bien hériter ! -, on ne peut parler de « relation désintéressée ».

Soutenez ce blog ! Votre serviteur, journaliste au chômage, tente le pari de vivre grâce à plumedepresse : pour deux euros, rejoignez le Club des plumonautes en vous abonnant pour un mois au Kiosque permanent, le rendez-vous pluri-quotidien de notre revue de Web, actualisée en temps réel six jours sur sept. Cliquez sur le kiosque ci-dessous !

Partagez cet article

  33 commentaires à “Les cinq mensonges de Mam”

  1. […] This post was mentioned on Twitter by Olivier Bonnet and GdeC, Désenfumage. Désenfumage said: RT @OlivierBonnet: http://www.plumedepresse.net/les-cinq-mensonges-de-mam/ Démission! […]

  2. Le plus drôle dans cette affaire est que Patrick Ollier, quoique ministre, semble bénéficier d’une certaine indulgence de la part des politiques et des journalistes. Peut être, étant bien informés, pensent-ils que le malheureux n’a pas eu droit à la parole et qu’il a dû obéir et suivre bon gré mal gré sa redoutable épouse…

  3. Si j’ai bien compris les dictateurs de la Tunisie et de l’Egypte, septuagénaire pour l’un et octogénaire pour l’autre, ont quitté un peu précipitamment le pouvoir, avec peut être deux ou trois ans d’avance, mais sans oublier leur petites économies. Ils ont été remplacés par leurs copains, de cinq ans leurs cadets, qui attendaient la place.
    Avec ça le bon peuple est content, la démocratie est sur les rails, les lendemains vont chanter… Tu parles ! C’est de la révolution pour rire.
    Tant que les militaires et les policiers tortionnaires, que les petits chefs, les petits mouchards, les fonctionnaires corrompus, les affairistes pourris etc. n’auront pas été fusillés rien ne changera…

    • Aujourd’hui à Tunis, reprise des manifestations à la Kasbah (interdite d »accès depuis 2 semaines). Des milliers de personnes venues entre autre de l’intérieur du pays, demandent le départ du gouvernemant jugé inutile de Ghanouchi, ainsi que l’établissement d’une constituante. Elles défendent la laïcité (quelques religieux ont fait mine de s’afficher et ont été fermement remis à leur place ‘musulmans oui, islamistes non »). De nombreuses réunions, conférences ont lieu depuis le 14 janvier dernier où les uns et les autres confrontent leur projet pour les mois qui viennent et pour l’orientation politique de la Tunisie. Les démocrates sot extrêmement vigilants et craignent plus que tout le statu quo et l’inertie qui servent surtout ceux qui tiennent les rouages économiques du pays et ne souhaitent pas insérer dans les priorités le comblement des inégalités sociales.
      On n’en parle plus beaucoup dans les médias français, mais le changement, s’il n’est plus aussi « spectaculaire », est toujours en marche et mérite notre attention et notre soutien à long terme.

  4. Pourquoi MAM se génerait elle ? Elle est soutenue par la droite et son chef, pour le moment.

    Quant au ps, depuis des lustres voire F.Mitterand, il cultive l’amitié avec les dirigeants tunisiens ou marocains, alors …
    Derniers exemples :
    1/ E. GUIGOU : à lire sur http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20110216.OBS8153/tunisie-elisabeth-guigou-a-elle-aussi-des-liens-avec-aziz-miled.html
    2/ G.COLLOMB (sénateur/maire de Lyon, entres autres fonctions) : en voyage pseudo officiel du 17 au 21 décembre à Tunis avec son épouse : http://www.lyoncapitale.fr/journal/univers/Politique/Ville-de-lyon/Quand-Collomb-vendait-Lyon-a-la-Tunisie-de-Ben-Ali

    A droite comme à gauche, les politiciens n’ont plus de moralité.
    Aux électeurs de leurs réserver des surprises en 2012 !

    • Non Alliot-Marie (le nom MAM m’agace, c’est un diminutif de maman aussi) ne ment pas c’est l’Opposition qui ment et est abjecte en profitant de l’attaquer alors que son papa a 94 ans .

      Elle a un sacré toupet la donzelle.

      Bien sûr que la gauche peut faire pareil mais ce n’est pas parce qu’on s’éclairait à la bougie qu’il faut continuer.

    • Je ne sais qui du NPA, du PC ou du PG est le plus pur des représentants de la Gauche, même si, à ce moment de l’Histoire (tout de suite, les grand mots !), mon choix se porte clairement vers celui ayant compris que la seule porte de sortie pas trop moche est celle d’un socialisme écologique décroissant, ou d’une écologie décroissante socialiste, ou etc.
      Mais de grâce, arrêtons d’inclure le PS et autres traitres verdâtres dans la Gauche. Le PS n’est pas à gauche ! Tous ses ténors qui en font surtout la pluie et plus jamais le beau temps, au « mieux » ne comprennent rien des enjeux pour les décennies à venir, ou au pire ne les comprennent que trop bien et ce sont alors des salauds. (Sont exclus de cette catégorie des mecs comme Gérard Filoche. Mais que reste-t-il faire dans ce cimetière politique ?)

  5. oui, c’est clair, elle ment de façon éhontée. Ils mentent tous. Elle ne veut pas, pas plus que les autres, démissionner. Y a t-il une solution pour les y forcer ? En attendant une petite chanson pour leurs prochaines vacances :
    http://www.youtube.com/watch?v=bFGK1jaugS4

  6. Synthèse tranchante des lourdes fautes d’Alliot-Marie qui éclaire bien à la fois sa duplicité et l’inconscience de son père. Il ne semble même pas se rendre compte qu’il a fricoté, fait affaire avec un des principaux soutiens du dictateur. Pour le coup, croyant la sauver il enfonce sa fille et montre la morale qui est la sienne et, n’en doutons pas, du reste de sa famille : marcher tranquillement sur les cadavres pour faire des affaires.

    Ca devient irrespirable en France, aujourd’hui. Et Alliot qui obtient le soutien du personnage censé incarner la plus haute responsabilité dans ce pays…

    Sur l’humeur du temps : http://www.humanite.fr/16_02_2011-un-sondage-exclusif-de-l%E2%80%99humanit%C3%A9-dimanche-les-fran%C3%A7ais-au-bord-de-la-r%C3%A9volte-465300

  7. @olivier B. / excuses moi de jouer les trolls mais…
    Tu étais au courant de ça ?

    je n’en reviens toujours pas;.. c’est honteux et indigne…

    http://gauchedecombat.wordpress.com/2011/02/16/tests-osseux-sur-jeunes-mineurs-une-indignite-nationale/

    Branle-bas de combat !

  8. Démission? Que neni! PRISON! Parce que même une fois partie, sa capacité de nuisance restera la même! Ces choses là ça s’incruste, ça aime le pouvoir, ça revient toujours! Regardez Coppé…

    Amicalement

    • La seule affirmation de la nuisible qui soit vraie : elle n’a rien commis d’illégal. Immoral oui, honteux, et elle ment comme une arracheuse de dents, mais ça ne saurait l’envoyer en prison 🙁

      • J’en ai bien conscience, et c’est bien ce qui me désole… On va devoir se payer son arrogance comme son indécence encore longtemps… Vivement une mise à plat de la constitution, et une révision du rôle que doivent tenir nos élus!

        Mais j’ai beau être jeune, je ne pense pas voir ceci avant ma mort.

        Amicalement, et continuez votre excellent travail!

  9. Comment nous débarrasser de ces prédateurs ?
    Comment nettoyer l’état ?

    1° L’objectif est bien de dégager Sarkozy et sa bande d’oligarques.
    Comment ? Par une révolution citoyenne accomplie dans les mois qui mèneront à l’élection présidentielle et lors des élections présidentielles et législatives.
    Retenons l’hypothèse d’un second tour aux élections présidentielles qui opposera tout candidat de gauche à l’exclusion de la pen. Évidemment, tout porte à croire qu’il s’agira du candidat du PS et peut-être même de DSK.

    2° La révolution citoyenne.
    Faisons pression, dès à présent, sur tous les partis de gauche – sur le PS en particulier – pour obtenir en contrepartie d’un soutien au deuxième tour (voire au premier) des engagements sur une plateforme commune adossée à une ouverture démocratique et à une systématisation des consultations citoyennes.
    Engagement sur une réforme constitutionnelle réintroduisant la démocratie dans notre pays.
    Engagement de considérer l’urgence écologique comme une priorité et de mettre en œuvre une transition pour préparer l’après pétrole.
    Engagement de mettre en place une nouvelle fiscalité appuyée sur la nécessité d’une justice sociale et aussi sur la contrainte écologique.
    Engagement sur ne autre répartition des richesses.
    Engagement de lutter contre les formes de corruptions.
    Engagement sur une réforme de l’État et de l’Europe.
    Autres engagements à déterminer.

    3° Manifestations sociales, culturelles, artistiques …

    4° Envisager un accord sur une candidature unique de la gauche qui n’aura d’autre but que de mettre en chantiers des réformes après de larges consultations des citoyens.

    Je crains que nous n’ayons pas le choix et soyons obligés d’opter pour le Dout Sauf Karkozy. Si donc nous ne pouvions éviter DSK au second tour – rappel beaucoup d’entre nous ont voté Chirac en 2002 – au moins pesons de tout notre poids pour infléchir le cours de l’Histoire.

    Bon c’est encore confus, cela demande une réflexion élargie mais nous pouvons changer de point de vue pour observer les prochaines échéances électorales et peut-être nous inspirer de ce qui se construit en Tunisie et en Égypte.

    • « Faisons pression, dès à présent, sur tous les partis de gauche – sur le PS en particulier –  »

      Tu n’obtiendras que des promesses, le PS est champion là-dessus. De plus, on va demander à un des incendiaires de passer pompier. Guigou comprise auprès de la dictature, DSK, et combien d’autres confortablement installés dans des C.A. à sucer les patrons, dans des clubs, des ententes, des amicales franco-dictature…
      Il faut virer cette oligarchie mercantilo-fasciste en faisant notre Révolution; on n’y coupera pas. Chaque jour qui passe apporte un scandale et pourtant chaque jour ils continuent à dépecer l’Etat et à se sucrer. C’est un système, pas une dérive factuelle localisée. Le pouvoir s’est éloignée pour rejoindre les rives qui le tentent toujours : la dictature et l’impunité.

  10. Pour commencer on peut déjà appliquer le « tout sauf DSK, Valls et cie » en allant voter aux primaires du PS puisque tout le monde ou presque peut y participer ! ( ce qui montre le sérieux de l’affaire !)
    Je sais, ce n’est pas enthousiasmant mais la simple annonce de ce mot d’ordre en fera peut-être réfléchir certains à « gauche »,sauf si le tripatouillage des urnes sévit encore….

  11. Pour cerner très précisément le caractère « désintéressé » de la relation de MAM avec Aziz Miled (les éditorialistes s’en tiennent actuellement à un sous-entendu délicat en précisant l’âge avancé des parents de MAM, 94 et 92 ans) :

    « Rappelons, pour la petite histoire, que le vieux papa en question, Bernard Marie, a été pendant des années, l’un des ténors politiques du Pays basque et qu’il a légué à sa fille adorée à la fois son siège de député et sa mairie. Il est vraisemblable qu’il lui léguera aussi les biens qu’il vient d’acquérir en Tunisie. »
    http://www.thierry-desjardins.fr/2011/02/ce-sont-des-imbeciles/

  12. Comme le remarque Omer dans son commentaire, je (re)signale qu’il y a un 2ème ministre en cause dans cette histoire (et j’aimerais avoir sa version de l’histoire !) : Patrick Ollier.

    Voilà un 2ème ministre qui va passer ses vacances en Tunisie en pleine « révolution de jasmin », qui se fait transporter par avion privé par un ami du pouvoir, qui se fait régaler de même (sauf facture à présenter), dont les beaux-parents sont en affaires avec ce même ami et dont la femme, ministre des Aff.Etr., téléphone au chef de l’état dans des circonstances qui demandent à être éclaircies.
    Pourquoi n’en est-il pas question également ?

    • Il n’est pas ministre d’Etat… Mais il allonge la (déjà) longue liste de ceux qui devraient quitter le gouvernement, c’est vrai.

      • Ben ! il est ministre quand même…
        Ou alors, y aurait-il des ministres qui ne servent à rien ?

        Sur le même sujet, un petit clin d’oeil de Viberg : http://vidberg.blog.lemonde.fr/2011/02/17/un-super-heros-au-gouvernement/#xtor=RSS-32280322

        • Ministre des Relations avec le parlement : clairement, oui, il ne sert à rien du tout, avec les députés UMP qui sont reçus tous les quatre matin à l’Elysée !

          • Vu qu’il est « en couple » avec MAM, j’aurais tendance à avoir pitié de lui le pauvre homme. Je plaisante hein! Pas la peine de vous énerver sinon je vote Sarko en 2012. De toute façon j’en suis à me demander s’il ne vaudrait pas mieux qu’il fasse un second mandat. Pourquoi cette idée sacrilège chez un anarcho-gauchiste? Parce qu’on ne s’en sortira jamais. Nous allons sans doute reprendre une louche de P »S » aux prochaines présidentielles, ce qui aura pour effet, un temps, de calmer un peu le gentil peuple de moutons/pigeons, puis de l’énerver à nouveau pour une raison ou pour une autre, « sécuritaire » par exemple, et la fois suivante, retour de cette mafia UMPiste, et peut-être « Le président des riches » (Livre à lire absolument, entre autres! ). De toute façon le système néo-libéral se satisfait de cette soi-disant démocratie bien étudiée pour n’accepter au final qu’un des deux partis qui lui sont totalement acquis. Il en va ainsi dans la plupart des grands pays européens et évidemment aux Ètats-Unis qui sont le berceau de cette gigantesque arnaque. Au final, je préfère que nos con-citoyens en bavent jusqu’au bout, jusqu’à ce qu’ils comprennent vraiment que ceux qui commandent actuellement ce ne sont pas ceux qui votent, mais plutôt ceux qui PAYENT, et se décident enfin à donner un grand coup de balai à toute cette racaille et aussi à l’oligarchie qui les manipule comme des pantins qu’ils sont. Je souhaite de tout cœur que cette épidémie dans le maghreb gagne les pays européens.

  13. Tout est dit. Alliot-Marie n a plus aucun crédit. Et la France avec. Il n y a qu à voir la réaction des mexicains, affaire Cassez, qui n en ont rien à foutre que ce ne soit pas l année du Mexique en France! Oui, il nous faudra un vrai changement. A qui se fier? Une femme forte, droite, qui en a déjà pris plein la gueule mais qui s est relevée… peut-être…

  14. Et le montant de la transaction, ça ne ressemblerait pas à de l’évasion fiscale ?!
    Je suis sûr que les autorités françaises en la matières n’étaient pas au courant.
    Ainsi, lorsque Papa et Maman casseront (bientôt) leur pipe, il suffira à une certaine MAM de vendre la société ou une partie des actions sans rien payer des droits divers…
    Et un crime de plus, un !

  15. […] grande et noble patrie, comme le clament si haut et si fort cette horde de bolchéviques stalino-trotskystes à tendance islamisante qui tentent si ouvertement de faire vaciller les bases vertueuses de notre […]

  16. […] d’un milliardaire proche du régime de M. Benali,  M Aziz Miled, afin d’accroître leur participation dérisoire à une société civile immobilière pour un infime montant d’en… Certains suppôts bolcheviques accusant même scandaleusement une sous-évaluation de la valeur de […]

  17. Avez vous des informations sur le régime fiscal des sociétés civiles immobilières détenues par des français en Tunisie notamment en matière successorale?

  18. Echec et Mam !

    Je mens donc je suis… c’est le leitmotiv de toute vie…
    Les bruits de couloir… les échanges dans le noir… les trous de serrure pour voir…
    Ni la nappe, ni les couverts, ni même le dessert… ce qui intéresse les gens, c’est ce qui se passe sous la table, pas sur la table…
    Le jeu de cache-cache avec le pouvoir, avec l’argent, avec la vie des uns…pas des autres.
    Voyeuristes !
    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/02/echec-et-mam/

  19. Salut Olivier,
    Tu serais certainement tombé sur cette info tôt ou tard, mais si on peut t’aider en faisant un peu de renseignement, c’est avec plaisir :
    http://www.rue89.com/2011/02/21/mam-en-tunisie-suite-elle-aurait-rencontre-les-chefs-de-la-repression-191599

    Selon l’hebdomadaire tunisien Tunis Hebdo, Michèle Alliot-Marie aurait rencontré « en secret », le 27 décembre, le ministre de l’Intérieur Rafik Hadj Kacem et le chef de la garde présidentielle Ali Seriati. Le Quai d’Orsay dément fermement cette rencontre.

    Le « tandem sanguinaire » Hadj Kacem-Seriati, comme le décrit le magazine, se serait efforcé de convaincre la ministre des Affaire étrangères de les aider à « mater la rébellion ». Deux semaines plus tard, à l’Assemblée, MAM offrait l’aide sécuritaire au régime Ben Ali.

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)