Nov 092011
 

C’est le point aveugle du débat : la dette publique est une escroquerie ! En cause, la loi Pompidou-Giscard de 1973 sur la Banque de France, dite « loi Rothschild », du nom de la banque dont était issu le président français, étendue et confortée ensuite au niveau de l’Union européenne par les traités de Maastricht (article 104) et Lisbonne (article 123). D’une seule phrase découle l’absolue spoliation dont est victime 99% de la population : « Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la banque de France« . En clair, la Banque de France a désormais interdiction de faire crédit à l’État, le condamnant à se financer en empruntant, contre intérêts, aux banques privées, au lieu de continuer à emprunter sans intérêt auprès de la banque de France qui lui appartient. Depuis l’application de ce principe, la finance et son infime oligarchie donnent la pleine mesure de leur asservissement des peuples, en une spirale exponentielle d’accroissement des inégalités. Le pouvoir est désormais aux mains des créanciers privés, qui l’exercent au bénéfice exclusif d’intérêts particuliers, quand la puissance publique a renoncé à son devoir de protéger l’intérêt général. La démocratie, étymologiquement pouvoir du peuple, est morte. On le voit en Grèce, en Irlande, au Portugal, en Espagne, en Italie, en France… Qui gouverne ? « La troïka », Union européenne, Fond monétaire international et Banque centrale européenne, resserrant toujours davantage son emprise jusqu’à l’étranglement des peuples. Et l’on pérore sans fin sur les plateaux de télévisions, sur les ondes et dans les colonnes de la presse sur « l’insupportable fardeau de la dette », « la France en faillite », « les nécessaires sacrifices », que « nous ne pouvons pas continuer à vivre au-dessus de nos moyens » et que, d’ailleurs, « les Français l’ont compris ». Inlassable propagande des conservateurs-libéraux ? Bien sûr, mais relayée par le silence complice des médias. Et c’est ainsi que s’imposent dans l’opinion les apparentes évidences biaisées qui prétendent l’austérité inéluctable, contre la justice et l’intelligence. Deux ans d’austérité en Grèce déjà, pour quel résultat ? Avec toujours la même justification simpliste et manipulatrice, résumée par la question posée par un journaliste d’Europe 1 à Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à la présidentielle : « Mais comment des pays européens endettés peuvent-ils faire autrement pour réduire leurs déficits ? »


Un graphique pour illustrer le propos, qui montre l’hallucinante évolution de la courbe de la dette publique.

« Ainsi, entre 1980 et 2008, la dette a augmenté de 1088 milliards d’euros et nous avons payé 1306 milliards d’euros d’intérêts », résume Mai68.org. Faisons la soustraction : sans les intérêts illégitimes encaissés par les banksters financiers privés, la dette publique française se serait élevée, fin 2008, à 21,4 milliards d’euros – au lieu de 1327,1 milliards ! Un escroc peut-il rêver pareil butin ? Et personne  ne dénonce jamais ce scandale absolu ! A part Mélenchon et l’extrême droite – qui ne le fait que par opportunisme, étant entendu qu’elle a toujours été au service zélé du capitalisme libéral et ne remettra donc jamais en cause son empire… Mais les éminents confrères ? Les Calvi, Barbier, Demorand, Joffrin, Apathie, Bourdin, Pujadas  ou qui savons-nous encore ? Ceci ressemble bien à une omerta. Et à une honteuse trahison de leur mission d’informer.

Partagez cet article

  94 commentaires à “L’escroquerie de la dette publique signe la mort de la démocratie : l’incroyable cécité volontaire des médias”

  1. Tout à fait d’accord. L’injustice de la création monétaire est la cause des causes de beaucoup de problèmes.

    Quelques liens supplémentaire :
    Comprendre la dette publique (en quelques minutes) (vidéo)
    L’argent dette (vidéo)
    Étienne Chouard sur l’argent dette (vidéo)
    L’esclavage moderne (vidéo)
    L’île des naufragés (courte fable pour comprendre les mystères de l’argent)

  2. Prenez le temps de regarder cette vidéo de 10 minutes et vous comprendrez :
    Comprendre la dette publique pour les nuls

    Mais c’est encore pire que ce que tu dis, Olivier.
    Actuellement la BCE qui n’a pas le droit de prêter aux états, prête aux banques privées au taux de 1,25%, de l’argent que ces banques reprêtent aux états : à 4% à la France, à 8% au Portugal, à 18% à la Grèce, etc…
    C’est juteux pour les banquiers…

    Pire encore, vous savez ce que c’est que les « réserves fractionnaires » ?
    C’est simple, une banque n’est obligée de posséder que 15% de l’argent qu’elle prête.
    Ce qui implique que l’argent que les banques empruntent à la BCE à 1,25%, elles peuvent le prêter 7 fois à la Grèce à 18%. Ca vaut le coup d’être banquier non ?

    La cerise sur le gateau c’est que tout cela s’est mis en place sans que personne ne soit au courant.
    Demandez autour de vous, la plupart des gens croient que l’argent est garanti par l’or de la banque de France.

    Or aujourd’hui on nous impose tout cela comme une obligation insurmontable, alors que le peuple n’a jamais été mis au courant des tenants et aboutissants de la loi Rotschild, et en plus le peuple a voté non au TCE, et Sarkozy a imposé le traité de Lisbonne qui n’est que la copie conforme du TCE.

    Une dernière remarque: la loi Rotschild c’est Giscard qui l’a faite passer, il était ministre des finances en 1973. Et le TCE; et donc le traité de Lisbonne, c’est Giscard qui l’a rédigé.

  3. Et ce n’est rien par rapport à ce qui se trame sous le silence complice des médias de la propagande gouvernementale.
    http://www.youtube.com/watch?v=rFTbIGahzhU

  4. Excellente mise au point. Je partage 🙂

    Et la riposte s’organise enfin… On a la méthode. Il faut organiser des collectifs locaux pour un audit citoyen de la dette publique.

    Que les gens s’informent les uns les autres. C’est le passage à l’acte, après l’excellent manifeste des économistes atterrés.

    On pourra faire ainsi pression sur celles et ceux qui sortiront des urnes en 2012. Car on voit bien que les élections ne changeront pas grand chose, hélas. Le problème de la dette continuera à nous asservir quel que soit le résultat (ah, si la gauche radicale avait été unie, peut-être…).
    Il faudra donc imposer, par la base, cet audit et montrer qu’une bonne partie de cette dette est illégitime et doit être annulée. On peut gagner ça avec une mobilisation et une campagne d’information comme celle de 2005 avant le vote pour le TCE.

    Sans cela on ne cessera de s’enfoncer dans la crise jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

    La méthode et les arguments pour amplifier la mobilisation sont ici, avec déjà 35 000 participant(e)s: –> http://www.audit-citoyen.org/

    Cordialement,
    XM

  5. En appelant à voter « non » au référendum de Maastricht (bientôt vingt ans !), c’est tout cela que nous dénoncions déjà dans Politis … Que les yeux s’ouvrent aujourd’hui (dont ceux de Mélenchon) est une excellente chose, mais il est bien tard. L’euro, et l’Europe qui lui est liée, vont se fracasser dans les pires conditions qui soient. Et la crise mondiale finira par trouver sa solution, comme chaque fois, dans la guerre …

    La der des der ?

    • Hmm hmm…en admettant qu’au moment du référendum sur Maastricht, vous ayez effectivement dénoncé la « loi Rothschild », qui n’a rien à voir avec l’UE de toute façon vous, n’aviez alors que 25 ans de retard, et beaucoup plus quand on se souvient que cette loi maintient sous son joug la République nord américaine depuis décembre 1913.
      Puissent les alter-mondialistes intégrer dans leur vision du monde cette information fondamentale en termes de luttes des classes et des nations 😉

  6. C’était une chose prévisible, et je comprends mal l’étonnement de certains sur ce sujet.

    Avec le principe de « libre concurrence », la CEE ouvrait les portes de l’emprunt avec intérêt, ou plutôt fermait le droit pour un état d’emprunter à sa banque. Ce qui devait fatalement creuser les déficits.
    Avec cette fameuse « crise » et en particulier la Grêce, on semble redécouvrir cet état de fait.

    Les politiciens sont très hypocrites quand ils rejettent la responsabilité de la dette sur les français, qui vivent au-dessus de leurs moyens, ou de l’Europe qui impose une réduction de cette dette. Après tout ce sont eux qui ont construit l’Europe en faisant miroiter un rapprochement des peuples d’un côté, et l’ouverture et le développement des marchés de l’autre. On allait tous s’enrichir, entre frères en plus !

    Que constate-t-on à une époque où l’on reparle de protectionnisme, ce qui est dénoncé par l’UMPS comme un danger d’extrême droite ?
    Une hypocrisie supplémentaire : l’industrie a été sacrifiée sur l’autel du libre échange, alors que dans le même temps les gros producteurs agricoles bénéficient de subventions pour « survivre » (évidemment les petits peuvent crever : il y aura toujours un gros prêt à racheter). Or, ceux-ci vivent de plantes pas forcément conçues pour pousser en France, tel le maïs qui vampirise les sources d’eau. Résultat des courses : le Mexique par exemple, dont le maïs est la base nutritive crève de faim, on se plaint du prix des tomates françaises mais on les retrouve sur les marchés africains, moins chères que la production locale, qui ne bénéficie d’aucune subvention !
    Bref, on parle de libre échange quand ça arrange…

    Et puis dans le même ordre d’idée, les banksters et leurs grouillots, parle de libre échange économique mais restent déterminés à un protectionnisme humain : les capitaux doivent bouger, mais les humains, qu’ils restent chez eux ! L’Humain a, de fait, moins de valeur que l’argent, qu’une tomate !

  7. Tout à fait. Cheminade l’avait posé et il s’est en retour…

  8. J’ai du mal à comprendre le principe: « j’emprunte à la banque qui m’appartient à 0% »…
    Comment la banque se finance t-elle si les recettes (les impots) ne couvrent pas les dépenses.

    dans votre calcul il n’y a plus que 21,4 milliards d’euros de dette, mais on les prend où les 21,4 milliard ?

    on met ses comptes en négatif ?, j’ai du mal à croire qu’il n’y ait pas d’effet négatif…

    cela revient à emmètre des devises non ? donc la monnaie perd de la valeur, cela créé de l’inflation.

    Je ne suis pas économiste mais j’ai du mal à croire que cela résolve le problème de dépenser plus que les recettes !!

    En revanche les taux d’intérêts d’emprunt des états sont peut-être trop élevé, c’est clair, mais si ca rapporte rien, pourquoi leur prêter de l’argent ? plutôt que de financer des « projets » privés, plus risqués mais qui trouvent leur financement et leur rentabilité à un taux plus élevé.

    le problème n’est pas si simple que de dire c’est à cause des banques et des riches si on en est là, en revanche je rejoins le point de vu qui consiste à dire que les politiques ne défendent que leurs interets personnels et on des compétences limités face à des problèmatiques qu’ils ne maitrisent pas.
    qu’ils soient de droite ou de gauche…

    • La banque centrale crée effectivement de la monnaie, ce qui fut de tout temps – jusqu’en 1973 – le propre de la puissance publique. En ce qui concerne l’inflation, il faut d’abord préciser que lorsqu’elle est maîtrisée et les salaires indexés dessus, un peu d’inflation n’est pas du tout catastrophique. Ensuite c’était l’argument invoqué en 1973 : que l’Etat créait trop d’inflation et que c’est pour ça qu’il fallait se tourner vers le secteur privé. Evidemment, c’est une vaste escroquerie : ce sont aujourd’hui les banques privées qui créent de la masse monétaire, par les prêts qu’elles accordent, et l’inflation de cette masse monétaire n’a jamais été aussi importante que depuis qu’on a spolié les banques centrales de ce pouvoir.

  9. Beau billet effectivement. Vous pouvez afficher la source du graphique svp?

  10. Cette histoire de 1973 est une hérésie, je vous conseille la lecture de http://www.terraeco.net/Comprendre-la-dette-en-10-minutes,39739.html

    • Economistes contre économiste, voici ce qu’écrit Frédéric Lordon : «Quelle est la puissance despotique d’aujourd’hui qui soumet absolument le corps social et le laisse exsangue d’avoir capté la substance de son effort ? Certainement pas l’État – dont on rappellera au passage qu’il restitue en prestations collectives l’ensemble de ses prélèvements… – mais le système bancaire-actionnaire qui, lui, conserve unilatéralement le produit intégral de ses captations.»

    • Le décryptage en question n’est guère qu’une resucée du catéchisme libéral. Sans intérêt.

      C’est effectivement après 1973 que le rendement réel du capital est devenu positif. Jusque là, le capital s’érodait par le fait de l’impôt – qu’on ne pouvait payer qu’en entamant le capital – et de l’inflation – toujours légèrement supérieure au taux d’intérêt sur une longue période –. Tout cela n’avait pas empêché des fortunes et des empires de se constituer.

      L’érosion du capital est considérée par Keynes comme un phénomène salutaire d’euthanasie du rentier. L’inflation est (était) selon lui un mode de redistribution sociale de la plus-value accaparée par le capital. Cela ne fonctionnait que si les salaires étaient alignés périodiquement, par la loi ou par le rapport de forces, sur le niveau de l’inflation. La fin de l’indexation des salaires sur l’inflation d’un côté, le chômage entretenu à un niveau élevé comme moyen de répression des revendications de la populace, de l’autre côté, ont permis au rentier de s’engraisser à son aise faire fructifier son capital.

      Le banquier est utile quand il organise la circulation des moyens de paiement, le bankster est nuisible quand il cache en fait le spéculateur, les marchés, les zinvestisseurs, les zépargnants, les zactionnaires, les parasites…
      On veut nous faire croire, par la confusion des deux, que l’euthanasie du bankster nous privera des services du banquier. Rien de plus faux.

      Pas trop cryptique, cetee fois ? 😉

    • L’article dont tu donnes le lien dit : « Remettre en cause cela c’est remettre en cause l’idée même d’intérêts sur la dette. »

      Eh bien oui, cet intérêt sur de l’argent créé ex-nihilo n’est pas du tout comparable à celui sur de l’argent existant déjà, dont le prêteur se « prive » momentanément de cet argent.

      Je trouve ce qu’en dit Louis Even très intéressant :

      La société ne devrait donc pas être forcée de payer des intérêts perpétuels aux créateurs de l’argent. Elle paie tribut à des comptables qui ne font qu’enregistrer une valeur de production qui lui appartient, à elle, la société.
      De plus, la société est forcée de payer ce tribut, non pas en produits qu’elle peut faire, mais en argent qu’elle ne fait pas. Le banquier exige, comme tribut, une chose que lui seul a le droit de faire. Le banquier seul fait l’argent. Or il ne fabrique que le capital, mais il demande de lui rapporter le capital qu’il a créé, plus l’intérêt qu’il n’a pas fait et que personne autre n’a le droit de faire.
      Ce paiement d’intérêt, par la société, au système bancaire, sur de la monnaie nouvellement créée et qui ne coûte rien, n’est pas du tout semblable ni comparable à l’intérêt qu’un prêteur ordinaire exige sur de l’argent déjà en existence, qu’il a gagné, épargné et prêté à l’industrie.

    • Par contre, les autres remarques sont intéressantes.

      Effectivement, la cause ce n’est pas que 1973, qui n’est juste qu’une aggravation de l’arnaque.

      Et effectivement, évidemment, les banques ne peuvent pas créer de l’argent indéfiniment (il y a certaines règles). Cela ne remet pas du tout en cause les critiques ni le fait que des acteurs privés puissent se faire payer des intérêts sur de l’argent qu’ils créent de toutes pièces.

      En gros, l’économiste est en train de dire « oui, ça se passe comme ça, mais ce n’est pas si dramatique, c’est contrôlé et limité ».

      • Tu fais erreur ami, jamais au grand jamais une banque ne « créée » de l’argent ex nihilo; Quand elle me prête pour mon crédit 1000€, elle les emprunte à la banque centrale qui elle même lui demande un collatéral d’un certain pourcentage de la somme empruntée (les fonds propres prudentiels )

        donc soyons clair, soyons dans le vrai : LES BANQUES NE CREENT PAS D ARGENT EX NIHILO..par définition

        • Mais non, ma pauvre !
          Quand ta banque te prête 1000 €, elle en a environ 80 (quatre-vingts !)
          La banque centrale vérifie seulement qu’elle a les 80.

          • Eh non l’ami.

            Quand la banque te prête 1000, elle doit grosso modo.
            puiser 80 de son capital et emprunter les 920 restant auprès d’une autre banque, en se refinancement auprès de la banque centrale ou en utilisant les dépôt de ses clients (qu’elle paye dan le cas des compte sur livret, ou qui non rémunérés mais en échange d’un service coûteux agences, personnel…)

            Au delà de son coût de financement, la banque prend une marge que l’on peut décomposer en 3
            – une portion pour payer ses frais de personnel
            – une portion pour compenser les fois ou le client fait défaut sur con crédit
            – un petit plus pour le ‘bénéfice’

            Au final l’ami, quand on fait de l »économie, il faut un minimum de sérieux et ne pas inventer au grès de ses fantasmes.

            Et réfléchis une seconde, si les banques avait fait 4000 0000Milliards d’euros de bénef sur le dos de l’état, elles ne seraient pas toutes au bord de la faillite… ;=)

          • elles ne sont pas au bord de la faillite mais manquent de liquidités, c’est différent. En attendant, entre deux renflouements avec notre argent, elles engrangent les bénéfices !

          • Quand une banque à un problème de liquidité tel que si elle n’est pas sauvée par l’état immédiatement elle se retrouve en faillite : c’est qu’elle est au bord de la faillitte… ;=)

            Dixit Lehman brother

            CQFD

  11. Excellent billet, et commentaires tout aussi intéressants. Je me permets de vous donner ce lien, pas encore cité Money le film de l’association Réséda :
    http://www.vachane-overblog.com/article-money-le-film-ou-l-endettement-generalise-decrypte-87006680.html

  12. Bon d’accord il y a eu 1973…
    Mais il n’y a pas eu le 10 mai 1981 après ?

    • Exact. Aujourd’hui encore, s’ils parviennent au pouvoir, les « socialistes » ne remettront pas en cause ce système.

      • les « socialistes » ne remettront pas en cause ce système.

        Ils avaient promis de le faire en 1981, et ont retourné leur veste en 1983.
        Maintenant, ils sont devenus néo-libéraux comme les autres.
        Et Mimolette qui prétend réduire à 50% la part du nucléaire, et continuer l’EPR !

        • Pourquoi on ils changé en 1983 ? Parce que la rFrance en 1983 marchait si bien qu’ils se disaient que le monde serait bien triste dans tant de bonheur petit bourgeois, et qu’il fallait mieux remettre un peu de souffrance capitaliste pour que l’on puisse penser que notre malheur vient de la société et non pas de notre propre misérabilisme…

          Merci donc au socialistes de nous avoir épargné cette société parfaite ou l’on se serait fait tellement chier (on aurait même plus pu manifester ..pour quoi faire ? )

  13. Quelle démocratie ? Ce n ‘est qu’un mot qui a toujours camouflé la vérité …. Réfléchissez mieux svp

  14. Un pur scandale et les médias ont, comme tu le soulignes, une responsabilité patente dans la désinformation générale. Qui génère l’apathie…

    « Et personne ne dénonce jamais ce scandale absolu ! A part Mélenchon et l’extrême droite »…N’oublie pas la FASE et le NPA, camarade. Ils sont peut-être dans une période difficile mais ils continuent la lutte anticapitaliste. Même si des dissenssions existent dans la gauche de gauche, nous visons le même bateau, et il faudra bien qu’un jour ou l’autre nous y montions tous ensemble, ‘ de Dieu !…

  15. Voici Olivier une info pour faire de l’éducation populaire partout partout !

    De nombreux sociologues, philosophes, militants, économistes de l’Autre gauche ont de meilleures idées!

    Pour faire entendre ces voix, Le mensuel Regards réalise un documentaire: la dette, l’arnaque du siècle.
    Michel Husson, économiste atterré, Aurélie Trouvé, présidente d’Attac, Jacques Généreux, économiste, Gus Massiah et Christophe Aguiton personnalités du mouvement altermondialiste, Étienne Balibar, philosophe… font partager leurs analyses et propositions.

    Pour faire aboutir ce projet, des moyens financiers inhabituels sont nécessaires.

    Une souscription citoyenne est lancée via le site kisskissbankbank.
    Chacun peut participer en fonction de ces moyens au projet.

    http://www.kisskissbankbank.com/projects/la-dette-l-arnaque-du-siecle

    La dette, l’arnaque du siècle
    http://vimeo.com/31511885

    Bientôt sur tous les sites, les blogs, les pages perso, en introduction de vos débats….

    Des bises

    • Merci Myriam, toujours première militante ! 🙂

      • Je voulais participer à ce projet …
        Mais il fallait s’inscrire à je ne sais quelle organisation qui demandant une fois de plus plein de renseignements .
        J’ai commencé , mais ça n’a pas abouti .
        Donc , si j’ai les coordonnées pour fournir un chèque je le ferai .Et sans contrepartie .
        Sinon je laisse tomber .
        Mn.

      • Être engagé est compatible avec le métier de journalisme. Le militantisme ne l’est pas. Le journaliste doit éclairer la réalité, en aucun cas l’inventé au grès de ses fantasmes et chimères.

        • Je n’ai rien inventé, je cite mes sources. Par contre, vous devenez de plus en plus insultant.

          • Vous ne citer pas toujours vos sources et donnez vos propres idées. Que je défends souvent d’ailleurs. Mais vous ne pouvez pas revendiquer l’objectivité quand vous donner des idées personnelles.

            Quand vous dites « La différence, c’est que l’extrême droite ne le fait que par opportunisme et a toujours servi le capitalisme.  » je n’ai aucune idée de si vous avez raison, mais en tout cas, c’est un point de vue personnel.

  16. Pourquoi tant d’Apathie parmi les journalistes ?

  17. Comment cette arnaque, »L’ARNAQUE »,a t elle pu passer innaperçue depuis si longtemps!!!Déja dans les annéès 1340 les banquiers florentins et surtout venitiens utilisaient la dette (gonflée) pour prelever les taxes à la place des rois;ils ont meme provoqué des famines et la peste qui ont decimés la population européenne grace à leurs magouilles avec les mongols et la speculation sur l’argent européen et lor mongol et malien!!E n 100ans aprés le krach de 1345 la population d’ europe perdit plus de 30 millions d’habitants!IL fallut attendre 1401 pour que les rois se decident à banir la finance italienne et refuter les dettes bidons ! cf le livre de Gallagher paul sur le portail du protectionnisme ,rubrique: comprendre hier ! La révolution Americaine s’est faites contre le dictat de la city qui voulait imposer des interets(déja) sur l’argent fournit par Londres aux colonies!!les banksters(jp Morgan et rotschild en tete) ont remis ça en 1913 par la création de la fed!Enfin ils ont étendu le principe à tte la planete,enFrance en 73 en Europe avec lisbonne!!Et personne ne dit rien depuis tout ce temps!!! Politiques ,historiens ,journaleux,sociologues etc tous complices!!!

  18. J’ai écrit un livre sur les conséquences de ce système sur le monde du travail. http://www.amazon.fr/Liberez-vous-l%C3%A9conomie-contre-travail-Garnier/dp/2304038425
    Je démontre que tous les maux du travail découlent de cet abandon de la création monétaire par les Etats. Le chômage, la précarité, les risques psychosociaux, etc.
    Il faut en effet se libérer du prêt à penser. Pour cela il faut informer car il n’existe pas de liberté sans connaissance. « Libérez-vous! De l’économie contre le travail » est un livre militant d’un syndicaliste ouvrier, pour les gens de la même classe, c’est à dire pour ceux qui ne vivent que de leur travail.

  19. Bonjour,
    Première fois sur ce blog.
    Sans souci de controverse, je suis à la recherche d’arguments pour convaincre, et mes questions sont orientées dans ce sens.
    Comment se fait-il que, depuis 1974, c’est seulement en 2011 que l’on commence à parler de cette Loi Rothschild ? Cela fait des années que le déficit se creuse, et sûrement pour les mêmes causes, et personne n’a jamais rien vu, ni rien dit. Surprenant ?
    Plus surprenant, si cette solution est si facile, pourquoi (en dehors du FdG) personne ne propose un retour en arrière ?
    Merci.

    • Bienvenue à vous !
      En plus du FdG, il y a aussi Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan et François Asselineau… « Si cette solution est si facile » : elle ne l’est pas puisqu’elle irait à l’encontre des intérêts financiers qui gouvernent le monde !

      • Voulez vous dire que d’être avec Marine Le Pen renforce votre conviction ? Je commence à comprendre…

        • Vous m’accusez encore une fois d’être avec Marine Le Pen et vous aurez droit à la rubrique Ferme ta gueule ! Vous avez lu mon blog ? Simplement, il se trouve que l’extrême droite dénonce aussi cet abandon de souveraineté des Etats, qui n’ont plus le droit de battre monnaie. La différence, c’est que l’extrême droite ne le fait que par opportunisme et a toujours servi le capitalisme. Et que moi, je suis d’extrême gauche.

          • Que voulez vous dire par « la rubrique ferme ta gueule » . Êtes vous comme messieurs Chavez et Castro désireux que seule votre vérité puisse être dite, et interdite ainsi de parole à tous ceux qui pensent autrement « ou êtes vous comme moi, un libertaire pour qui toutes les idées (pas les insultes ) ont droit de cité ?

            Je ne reconnais plus dans vos paroles l’honnête homme que vous êtes.

            En France au moins, l’extrême gauche n’est pas majoritaire mais a droit de cité. Et on se battra pour que ça reste ainsi…

          • Vous m’accusez de rouler pour l’extrême droite, souffrez que je m’en sente insulté.

          • Aucune intention de t’insulter mon cher Olivier. Nous sommes dans le cadre du débat libre et démocratique camarade. Nous autres, hommes de gauche, n’avons peur de rien ni personne et disons ce que nous pensons en toute camaraderie et franchise. Si ça fait débat, tant mieux, cela nous permettra les uns et les autres de nous affranchir de nos préjugés petits bourgeois stériles.

            C’est à l’extrême droite que les gens se sentent insultés en permanence car ils n’ont pas, ces gens la, l’esprit démocratique et la capacité d’autocritique que nous avons, et qui était si admirablement mis en place dans notre regrettée URSS, paix a son âme..

            Paix et amour…

  20. Bonjour cher Olivier

    Merci pour ton article comme d’habitude écrit avec une verve croustillante et un grand sens de l’humour. Ca fait toujours plaisir !

    Au sujet de la  » loi Rothschild  » comme tu l’appelles, il faut néanmoins apporter une nuances, les choses ne fonctionnant pas en réalité de la manière dont tu le décris.

    Pourquoi cette loi ? Pour que les états ne puissent pas jouer uniquement par création monétaire (imprimer des billets en gros) pour rembourser leurs dettes, ce qui créerait de l’inflation (qui était importante à l’époque, et risque de le redevenir. C’est peut être exagéré et on voir aujourd’hui qu’un peu de création monétaire dans une économie déprimée ne serait pas si horrible que ca…et libérerait bien des états du spectre de la faillite.

    revenons au sujet et parlons de l’arnaque…
    L’état ne peut se financer à la banque centrale. Elle se finance donc auprès du secteur privé (qui est souvent para public d’ailleurs. Prenons l’exemple des banques qui sont les plus gros souscripteurs de dette. Pour le faire, elles se financent auprès…de la banque centrale…et lui paye un intérêt sensiblement équivalent à celui qu’elle touche sur les obligations modulo la prime de risque (qui était nulle jusqu’à peu en France et ne l’est plus mais le risque est devenu réel pour elles de tout perdre.
    Ainsi, à l’échelle « banque centrale + état », l’opération est neutre et personne n’a rien volé à personne.
    Je pourrais détailler mais je pense que tou le monde à compris qu’il s’agit la d’un faux débat que tu lances. Olivier, je partage ta cause mais tant d’imprécision, voir de contrevérité nuit.

    Je te suggère pour ton propre honneur de corriger tes propos ou du moins par commencer à te renseigner sur le sujet.

    Amicalement,
    Act.uaire

    • Si je comprend bien ce que tu dis actuaire, si les états s’étaient financés auprès de la banque de France puis de la BCE, alors :

      -soit il y aurait eu une inflation massive si la banque centrale avait imprimé des billets au fur et à mesure, ce qui est au détriment des petites qui ne peuvent investir leurs économie dans les placements actions et seraient condamné à la stagnation

      – soit la BDF garderait une créance qui grandirait jusqu’à ce que tout le monde comprenne que c’est intenable (comme aujourd’hui d’ailleurs) et que l’argent ne valle plus rien, ruinant en premier ce qui n’ont pas grand chose.

      Merci Olivier de me dire si c’est vrai, et le cas échéant merci d’arrêter de mettre les hommes de bonne volonté sur de fausses pistes. A croire que tu es payé par Goldman Sachs….?

      • Ce n’est pas parce que ce actuaire le dit que c’est vrai !

        • Est ce faux ? Je ne sais plus quoi penser. Actuaire ment il ? Le sujet est suffisamment grave pour ne pas être traité avec légèreté tu ne crois pas ?

          En me renseignant, j’ai lu que ceux qui ont utilisé l’expression « loi Rotschild » au départ étaient des proches de Tixier Vignancourt et autres tenants de l’extrême droites antisémite. Est ce vrai ? Par la suite, ca c’est diffusé à gauche mais longtemps après semble il. Dans ce cas, je ne veux pas donner le moindre signe de complaisance à ce courant à l’opposé de mes valeurs.

  21. Je vois mal Nicolas Demorand du journal Libération (dont l’actionnaire de référence est Édouard de Rothschild à près de 40%) critiquer la « loi Rothschild » !
    Ha ha !

    • Bonjour Damien,
      Comme j’ai répondu à Olivier, il semblerait que le terme ‘loi Rothschild’ soit une expression concoctée par les réseau de l’extrême droite traditionaliste (Tixier Vignancourt ) des années 70.

      Ne nous faisons pas manipuler à cause de nos idéaux de gauche dans un piège abscons. Cessons pour le moins d’utiliser cette expression. Appelons la la « loi Pompidou Giscard », ce qui permettra un débat plus serein.

      Olivier, je ne te connais pas si bien que ca. Merci de nous garantir sur l’honneur que tu n’es pas un sous marin de l’extrême droite en chasse sur les terres de gauche.

      • Toute personne à l’esprit pas trop tordu aura compris que Georges Pompidou venait de la banque Rothschild et qu’il n’est nullement question de mutilations génitales.

        • Le problème Monsieur Paulo, c’est que si Pompidou était venu de la BNP au lieu de la B Rothschild, jamais l’extrême droite française n’aurait prie le soin d’appeler cette loi « la loi BNP ». et vous comprenez très bien pourquoi, un peu de bon sens et de pragmatisme…

          Je suis un authentique utopiste de gauche, libertaire et humaniste et à ce titre, je me méfie des déviances d’ou qu’elles viennent…C’est d’autant plus triste quand ce sont d’honnêtes gens comme toi ou Olivier qui se laissent berner par des sous marins….

      • C’est une plaisanterie j’espère ! 😀

        • Monsieur Bonnet.

          Je suis étonné que vous laissiez des insultes antisatellites à peine voilées sous couvert d’un humour pas drôle du tout, telles que écrites par Mr Paulo.

          Je ne critique pas le fait que vous laissiez son message sur votre blog, mais il est de votre devoir en homme de gauche, et humaniste de vous insurger sur ce petit début dont on sait très bien où il peut mener.

          A moins que mon interrogation ne soit fondée?

          • Aucune insulte (antisatellites ???), vous allez vous calmer oui ? Paulo faisait juste une mise au point pour nier toute complicité de ma part avec l’extrême droite – et tout antisémitisme naturellement.

      • Bref, qu’on l’appelle Rothschild ou Pompidou (comme le fait remarquer Paulo, Pompidou ayant quand même été directeur général de la Banque Rothschild, et ce n’est pas non plus guichetier, je pense donc qu’on peut dénommer cette loi ainsi sans aucune connotation d’aucune sorte…), je pointais simplement du doigt qu’on (enfin… au moins moi) puisse douter de la totale objectivité envers les banques d’un canard lui même détenu majoritairement par ces dernières, point.
        Et il faut arrêter de voir, même s’il en existe, des « antisatellites » partout… Ça s’appelle de la paranoïa !

    • Personnellement, je me méfie d’un ancien du parti de Philippe de Villiers !

      • De Charles Pasqua plus précisément ,
        il lui a dit « tchao » le jour où il a découvert toutes les magouilles de ce triste sire.

        • Une pensée pour Danielle M. aujourd’hui. Un pense sobre et emue. Point besoin de trop en dire.

          Une pensée pour la résistance française dont elle a été une héroïne à 17 ans.

          Une pensée pour les poètes chiliens emprisonnés sous Pinochet pour lesquels Danielle s’est battue avec beaucoup de panache

          Une pensée pour les poètes et journalistes Cubain emprisonnés par Castro pour lesquelles est s’est battue avec beaucoup de subtilité

  22. Très bon article. Merci

  23. voila pourquoi l’usure est interdite dans l’islam , la sollution est dans l’application de la charia , que le monde le veuille ou non , c’est la seule issue

    • Pour l’usure, d’accord avec vous. Pour d’autres principes de la charia, du tout !

    • C’est pour cela que les Banques Islamiques existent ? Elles jouent sur les mots. Elle ne font pas de l' »usure » elle font du « commerce ». elle ne prennent pas des « intérêts », elles prennent des « marges ».
      Et je vous empacte ça dans la charia. Comme pour les femmes… qui ont la « liberté » de porter la burka.

  24. Bon ,le départ est là, »loi Rotschild »
    Mais pourquoi cette loi?
    Existe-t-il des infos à ce sujet ?

    • Pompidou étant un des anciens dirigeants de la banque Rotschild, il faisait là un super cadeau à ses amis, par un mécanisme simple mais dont les conséquences étaient infinies. principe de ses gens: après nous… le déluge !

  25. Depuis aujourd’hui 16 avril il est possible de spéculer sur la dette française (OAT)

    Le cours de première cotation aujourd’hui est de 126 je donne le lien pour ceux que ça intéressent.
    http://www.boerse-frankfurt.de/en/other/futures/de000a1mapw3+future+201206+fut+107582191

    J’avais fait un article il y a déjà quelques jours sur mon blog http://www.credohumanisme.com

  26. Vous citez Mélenchon qui dénonce l’escroquerie de la dette.Mais Mélenchon agit dans le cadre du traité de Maastrich,il le reconnait.
    Aussi lorsqu’il dit il faut que la BCE prète directement aux états et organismes publiques et non pas aux banques il est en contradiction avec lui-même.
    Le traité de Maastrich et le prochain Super-Maastrich(MES-TSCG)consacrent la dépendance aux milieux financiers.
    Sortons de Maastrich Mr.Mélenchon et votre discours aura plus de valeur
    Tous ces traités sortent dans la plus profonde opacité,la démocratie y est absente(à lire ‘Circus Politicus’)

    • Il le reconnaît où ? Il a voté Maastricht mais explique aujourd’hui qu’il s’était alors trompé. Et que la BCE prête directement aux Etats revient à sortir de Maastricht et Lisbonne. Nulle contradiction donc.

  27. Michel Rocard vient de dire la même chose ! (au bout de 15 minutes d’émission)

  28. Accepter l’usure (faire de l’argent avec de l’argent) comme principe favorable à une minorité et comme moyen de parasiter l’économie (c’est au mépris du travail) marque la compromission, la forfaiture du « socialisme » d’en faire un parti pris avec une trop longue phase de rapine (référence à Einstein et à la Loi Rothschild). La leçon politique à en tirer est comme le disait Confucius que si vous « pervertissez le sens des mot vous perdrez la liberté » : des électeurs qui se prennent pour des citoyens et une mascarade qui est prise pour la démocratie…

  29. […] L’escroquerie de la dette publique signe la mort de la démocratie : l’incroyable cécité volon… […]

  30. Voir aussi « L’invention de la crise, escroquerie sur un futur en perdition » http://inventin.lautre.net/linvecris.html

  31. vous écrivez la stricte vérité….enfin ..je suis heureux d’avoir lu vos articles

  32. Oui mais Mélenchon ce parangon de vertu qui à voté Maastricht viens aujourd’hui à nous….
    Nous expliquer ce que nous dénoncions depuis le début. Oui !!! M. Mélenchon vous aussi vous avez trahi le peuple de France.

    • Il a reconnu s’être trompé sur Maastricht, affaire vieille de 24 ans tout de même ! http://leplus.nouvelobs.com/contribution/224180-jean-luc-melenchon-c-est-chevenement-qui-avait-raison.html
      Ensuite, « Les 22 et 23 avril 1998, il va à l’encontre de la position du parti et est l’unique sénateur du groupe socialiste à voter respectivement contre le projet de loi d’intégration de la Banque de France au système européen de banques centrales et contre la résolution sur le passage à l’euro. Il affirme à cette occasion que face au capitalisme transnationalisé, l’intégration économique européenne « donne l’illusion de la puissance, alors qu’elle est, au contraire, le moyen d’un enfermement ». « Tel est l’état du capitalisme de notre époque : il peut vouloir l’intégration économique, mais il ne l’accepte qu’à la condition qu’il n’y ait pas de régulation collective, donc qu’il n’y ait pas de république. » À la suite de cela, il est sanctionné comme cinq autres parlementaires, par le bureau national du Parti socialiste et reçoit du premier secrétaire François Hollande, une lettre de blâme. » https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Luc_M%C3%A9lenchon#De_la_Gauche_socialiste_.C3.A0_PRS_.281988-2005.29
      Sans oublier le TCE : « Après le référendum interne au Parti socialiste sur le projet de traité établissant une Constitution pour l’Europe et la victoire du oui, il enfreint les consignes de son parti et fait campagne aux côtés de Marie-George Buffet (PCF), Olivier Besancenot (LCR) et José Bové (Confédération paysanne) lors de meetings communs pour un non de gauche. »

  33. En terme de solution, sur cette base édifiante, je propose que la France comme les autres états européens « Annule la dette », c’est à dire la reconsidère ==> Paiement du seul capital!
    Cela dit, la suite sous entend obligatoirement une cure d’amaigrissement : actuellement 1 400 députés et sénateurs, 640 000 élus au total, des énarques nantis et incapables Mettons fin à tout ça José

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)