Nov 292010
 

Parmi les membres de ce gouvernement qui semblent devoir leur poste à une forme de prime à la médiocrité (Roselyne Bachelot, Nadine Morano, Michèle Alliot-Marie, Luc Chatel et Frédéric Lefebvre étant les exemples les plus criants), nommons Xavier Bertrand, qui s’est illustré en tant que Secrétaire général de l’UMP par un festival de mauvaise foi, d’arguments spécieux ou mensongers, d’outrances et d’approximations. Assurément de quoi mériter une promotion à la place du futur repris de justice Eric Woerth au ministère du Travail ! Aussi, dès que cet homme-là, le même que Dominique de Villepin surnomme « le traître sans couilles » et dont François Fillon a dit, après qu’il a fait son coming out de franc-maçon, « maçon, je savais, franc, ça m’étonne », dès que Xavier Bertrand donc ouvre la bouche, il convient d’observer la plus grande circonspection. Et le voilà qui se gargarise que « Le nombre de demandeurs d’emploi connaît la plus forte baisse depuis février 2008 ». Ce qui donne dans Le Point : « Réaffirmant « une obligation de résultat : la baisse du chômage », il a déclaré que sa « priorité » serait donc de « mobiliser tous les moyens de la politique de l’emploi pour conforter cette tendance au cours des prochains mois ». La baisse d’octobre est « le résultat de la détermination sans faille du gouvernement à soutenir l’économie et l’emploi, alors que la France a été confrontée depuis 2008 à la plus importante crise économique depuis les années 1930 » et « de la mobilisation des partenaires sociaux, des agents de Pôle Emploi et des entreprises », a-t-il commenté. »

Il faut bien le lui reconnaître, et ça saute du reste aux yeux à sa silhouette, Xavier Bertrand est extrêmement gonflé. Quel chiffre lui permet-il de se féliciter d’une « forte réduction du nombre de demandeurs d’emploi » qu’il juge « très encourageante pour l’évolution du marché du travail » ? La baisse dans les statistiques d’octobre de 20 300 inscrits (-0,8%) n’ayant pas du tout travaillé (catégorie A), soient 2,67 millions. Oui, 20 300 sur 2,67 millions : une « forte réduction », il nous l’enlève de la bouche ! Quant à son explication de ce mirifique résultat, la « détermination sans faille du gouvernement à soutenir l’économie et l’emploi » s’illustre particulièrement dans le plan de suppression de 1800 postes à Pôle emploi d’ici 2011 auquel nous consacrions notre billet du 10 novembre dernier… Rappellons que le gouvernement avait promis que la fusion entre l’Anpe et l’Unedic début 2009 réduirait à 60 le nombre de demandeurs d’emploi géré par conseiller et qu’il était en moyenne fin août, soit avant l’annonce de la coupe claire dans les effectifs desdits conseillers, de 103,1 chômeurs censés être « accompagnés » par tête. Mais il y a pire : la misérable baisse de 20 300 demandeurs d’emploi de catégorie A qui procure un tel orgasme à Xavier Bertrand, qui y voit la preuve éclatante de la magnifique efficacité économique gouvernementale est… fictive. Comme d’habitude, elle résulte de tripatouillages. Démonstration.

Un premier indice nous est fourni par Les Echos : « les licenciements économiques ont refait une percée avec une progression de 10,4% ». A part ça, Bertrand invoque « la mobilisation des entreprises » : elles continuent à délocaliser ! Davantage de licenciements économiques, donc, mais moins de chômage, comme c’est curieux… « Les sorties ont été aussi en nette hausse (+7,8% sur un mois et +5,9% sur un an) » : la voilà, notre baisse du chômage, elle est liée à l’augmentation du nombre des gens qui quittent Pôle emploi. Mais qui pense naïvement que baisse du chômage égale augmentation de l’emploi déchante dès la phrase suivante de l’article : « Mais elles n’ont pas été alimentées par les reprises d’emploi déclarées (-2,2% sur un mois et -3,3% sur un an). » Pardon ? Mais si les gens qui sortent de Pôle emploi ne le font pas pour travailler, n’en restent-ils pas moins chômeurs ? Si, mais des chômeurs qui ne comptent pas, et permettent ainsi à Bertrand de se pâmer. C’est là toute l’astuce, que démonte ActuChômage : ces sorties de Pôle emploi concernent « les radiations administratives (+5,5% sur un mois, +14% sur un an) ou les cessations d’inscription pour défaut d’actualisation (+17% sur un mois et +11,4% sur un an, soit 44% des sorties) ». Le camarade Dagrouik  fait l’addition de ces dernières sur son site Intox 2007 : « 30,1 milliers. Soit plus que les 20 000 chômeurs de moins que tout le monde claironne partout. Ce n’est donc que du traitement statistique. » Patdu49, chômeur participant au site de « journalisme citoyen » Agoravox, y ajoute les radiations administratives et les mystérieux « Autres cas » de radiations (eux aussi en hausse pour octobre, de 4,5%) et il trouve le total de 36 400 radiations. Résumons : il y a 20 300 chômeurs de moins en comptant les 36 400 radiés. En réalité, Pôle Emploi fait baisser artificiellement les statistiques en multipliant les radiations arbitraires, comme nous le dénoncions dans un billet de mars 2010. C’est « le résultat de la détermination sans faille du gouvernement », hein Bertrand ! Et l’on enrage d’autant plus que, même disposant des chiffres, – ceux de la Dares, en ligne ici -, les médias titrent tout de même sur « la baisse du chômage ». Ils se prêtent ainsi, mois après mois, à un monstrueux enfumage qui vise à camoufler la réalité du chômage dans notre pays.

Le dessin, signé Mykaia, provient de La télé libre.

Soutenez Plume de presse

Cet article vous a intéressé ? L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

Partagez cet article

  16 commentaires à “L’éternel mensonge des chiffres du chômage (encore plus fort avec Xavier Bertrand !)”

  1. le Télégramme (de Brest) titrait ce week end : « Chômage : des chiffres encourageants ». J’imagine que toute la presse devait être au diapason. De quoi alimenter l’image du chômeur-qui-ne-cherche-pas. Et pour redonner le moral au consommateur en ces périodes « festives ».

    • En parlant de chômeur-qui-ne-cherche-pas, les offres disponibles sur le site pole-emploi.fr « sont redescendues à 147 940 alors qu’il y quelques jours, le compteur était bloqué à 174 489… En octobre, Pôle Emploi n’a recueilli que 271 000 offres, dont 104 000 seulement concernaient des emplois « durables » (plus de 6 mois), en recul de 1,8% sur un mois et de 3,5% sur un an », nous enseigne l’article en lien d’ActuChômage.

  2. […] This post was mentioned on Twitter by Olivier Bonnet, chantal rebelle and OBYONETAOPY, chomactif. chomactif said: L'éternel mensonge des chiffres du chômage http://alturl.com/i87t6 http://fb.me/OUuYLDyI […]

  3. Ce serait intéressant d’avoir, en regard, dans les médias traditionnels, le nombre des radiations.
    Lorsqu’on cherche sur le net, c’est beaucoup plus difficile que d’avoir le nombre de chômeurs.
    Or, d’après certains agents des pôles emplois, chaque baisse du nombre de demandeurs d’emploi est précédée d’une campagne de radiations.
    Mais c’est certainement une coïncidence.

  4. Ça n’a rien à voir avec Xavier Bertrand, mais aujourd’hui Superno nous offre un magnifique numéro d’anticipation politique!
    On rit mais en grinçant des dents

    http://www.superno.com/blog/2010/11/madame-irma/

  5. Pour être juste, il faut signaler que les radiations pour non actualisations peuvent être le fait de gens qui ont retrouvé un emploi et qui ne s’actualisent plus.
    Il faut attendre l’étude de la DARES qui s’intéresse à ces phénomènes pour se faire une idée de ce que cela recouvre comme réalité.

    Il ne faut pas trop se focaliser sur « baisser le chômage ».

    Le phénomène à surveiller est la transformation d’emplois à plein-temps de type CDI en emplois ultra-précaires, à faible nombre d’heures.
    C’est un phénomène qui prend de l’ampleur et qui permet aux politiciens et leur serviteurs journaleux de crier victoire.

    Revoyez la définition d’un chômeur pour l’INSEE et pour Pôle emploi.
    Une définition parfaitement compatible avec le tour de prestidigitation qui permet de détruire l’emploi décent et en même temps de faire « baisser le chômage ».

  6. « Sur le site de l’APEC 1/3 des offres sont des offres de stage, » et on y trouve des demandes de « responsable RH, analyste financier, libraire , etc. […]

    Un stagiaire coûte à son employeur cinq fois moins qu’un salarié au SMIC. Le choix est donc rapide, pour l’entreprise qui s’inquiète de son budget en temps de crise ! Avec 417 euros mensuels un stagiaire touche moins que le RSA et deux fois moins que le seuil minimum de pauvreté. Il n’est pas comptabilisé dans l’effectif de l’entreprise, n’a pas de droits ouverts au chômage, ne cotise pas pour la retraite …

    Les stagiaires étaient 1, 2 millions en France en 2008 soit déjà une hausse de 50% en 3 ans. »

    Les militants de Génération Précaire dénoncent le recours massif aux stages pour occuper des fonctions qui relèvent de l’emploi.  »

    Article : http://contreinfo.info/article.php3?id_article=3088
    http://www.generation-precaire.org/

    • Effectivement, encore une cause à défendre… Tout ça va dans le même sens, toujours : l’adversaire est gouvernemento-patronal, qui impose au peuple le « précariat » (Mélenchon nomme ainsi, dans son discours de cloture du Congrès du Mans, le prolétariat précaire).

  7. les sorties des 5 listes A, B, C, D et E

    pour motif : reprise d’emploi, ne représentent que 20% des radiations d’inscrits.

    pas compliqué à comprendre.

    80% des radiations représentent :
    – arrêts maladies (dés 3 semaines d’arrêt on est radié, faut se réinscrire chez pôle emploi)
    – les defauts d’actualisation ( bug au 3949 ou bug au site internet, ou mauvaise manipulation ou « oublis » ), c’est la + grosse tranche, représente au mois octobre 44% des sorties des listes.
    – les radiations dites administratives : punitions pour refus d’aller à un stage à la con, ou d’un emploi super précaire ou il y a + de frais de routes qu’autre chose ..
    – et la mystérieuse case « autres cas » ( officiellement, personnes qu’on ne peut pas ventiler autre part … d’ou le mystère .. )

    pour les autres cas, travailleurs à temps partiels, mission intérims, personnes en stages bidons relooking ou autre (apprendre faire cv ..), etc arrêts maladie courtes durées etc, là ils jonglent pour les faire glisser entre les 5 catégories.

    les personnes les + FACILES à radier, sont les 40% de chomeurs, qui ne perçoivent RIEN ( ni RSA ni rien )

    ainsi que les RSastes, et personnes en AAH, puiqu’elles peuvent etre radiées sans perdre obligatoirement, leurs allocs de survie, si Pole emploi décide, qu’un suivi par les services sociaux sera + approprié (ça concerne surtout les personnes dont les + éloignées de l’emploi, les galériens, qui ont des prob de locomotion, de logement, de garde d’enfants, de santé, psychologiques etc), seuls 500 000 Rsastes sur les 1,7 MILLIONS sont inscrits chez pôle emploi.

  8. Tiens, on va déterrer ce billet. Je me souvenais qu’on y apprenait que les radiations administratives de Pôle Emploi avaient augmenté de façon anormale. Je relis les chiffres : +5,5% sur un mois, +14% sur un an.

    http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Le-personnel-du-Pole-emploi-denonce-un-bond-des-radiations_6346-1969652_actu.Htm

    Le record mensuel est battu : « Selon la Direction de l’animation, de la recherche, des études et des statistiques (Dares) du ministère de l’Emploi, les sorties des listes des demandeurs d’emploi « pour radiations administratives » ont augmenté « de façon inhabituellement forte » le mois dernier, de 25,1 %. Sur un an la hausse est de 7,2 %. »

    L’explication : dorénavant, les demandeurs d’emploi peuvent recevoir certaines infos, notamment leur éventuelle radiation, par courrier électronique ou par SMS.

    A propos d’un autre sujet, mais qui forme finalement un tout avec celui-ci, Méluche écrivait ces derniers jours à propos de la Grèce : « Il n’y a pas de peuple qui puisse accepter de n’avoir aucun horizon d’amélioration de son sort. Sauf sous une dictature. »
    Notre tour viendra… ou pas.

  9. […] L’éternel mensonge des chiffres du chômage (encore plus fort avec Xavier Bertrand !) […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)