Juil 042013
 

gdSombre humeur. Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques, sur sa page Facebook : « Comme prévu, la majorité des parlementaires européens se sont finalement lamentablement couchés après quelques rodomontades sans suites sur la question du budget européen. Ils ont accepté un budget européen en baisse pour la première fois depuis 1957 alors qu’il est pourtant déjà ridiculement faible (1% du PIB) et que la seule chance que l’Europe rebondisse résiderait évidemment dans le fait de mutualiser plus de dépenses et notamment d’accélérer à l’échelle européenne la transition énergétique et la conversion écologique de nos économies. Entre Barroso, Merkel alliée à Cameron mais aussi Martin Schulz le président social démocrate du PE prêt à s’écraser devant la droite européenne pour avoir une chance de devenir président de la Commission européenne l’an prochain, il n’y a vraiment quasiment plus personne pour défendre l’Europe avec un tant soit peu de conviction et de détermination… Sans parler bien sûr de François Hollande qui a laissé manœuvrer Merkel et Cameron sur ce dossier sans même tenter réellement d’élever la voix… Pour le coup ce n’est pas une raison supplémentaire d’espérer… »

lm_optEt puisqu’on parle de « rodomontades sans suite » et de honte, ce coup de gueule d’un autre excellent confrère, lui aussi sur sa page Facebook, Léon Mercadet (Canal +) : « Honte honte à la France qui a bloqué l’avion du président bolivien. Qui est responsable ? Hollande, Ayrault, le ministre des affaires étrangères ? Qui est le branque ? » Il confesse, dans le fil de discussion : « Une chose est sûre, en 2017, entre Copé et Marine Le Pen, je vote blanc. Plus jamais complice ! » ; « ça va être très très difficile de revoter socialiste au deuxième tour en 2017 ! Quand on est trahi, on réfléchit ». Sur Mélenchon ? « Mélenchon joue une partie tragique, celle du parti communiste allemand de 1932 contre Hitler. Il a la même revendication sociale, mais s’interdit de s’en prendre aux Arabes (comme le PC allemand s’interdisait de s’en prendre aux juifs). Du coup, c’est les autres qui l’emportent, parce que le peuple épuisé de fatigue et d’humiliation lmcherche à frapper encore plus faible que lui : la minorité non consanguine. C’est bestial, néandertalien, mais on en est toujours au même point, et pour longtemps. » Et enfin cette phrase qui fait se pincer et froid dans le dos : « Je suis prêt à la guerre civile. Ils m’auront, mais j’en tuerai cinq avant. Je suis armé, et je m’entraîne. »

Partagez cet article

  9 commentaires à “L’Europe, la France, la Bolivie, Hollande, le FN, la honte et la guerre civile…”

  1. Tu as oublié nes chers sénateurs qui ont refusé de lever l’immunité parlementaire de Dassault.
    En 2017 je m’exile en Bolivie.

  2. En 2017, il faudra en plus affronter les sarcasmes du genre « ton Hollande nous a bien mis dedans, merci le socialisme ! ».
    Ceux qui tiendront ces propos auront oublié que :
    1- Être « de gauche », ce n’est pas forcément voter Hollande
    2- Hollande est complice au même titre que la droite qui va profiter d’une telle déroute en s’asseyant pour des décennies au pouvoir.
    3- Beaucoup ont voté Hollande par dégoût de la Droite, mais pourraient voter Lepen en 2017.

    Perso, ce sera blanc au second tour si ça doit être UMP/FN ou UMP/PS. de toutes façons, à peu de chose prêt ce seront les idées ultra libérales qui gagneront, dans les deux cas de figures.

    Mais bon on peut toujours rêver en imaginant que non, le peuple usé ne dérive pas vers une idéologie de plus en plus libérale et fasciste, peut-être aura-t-il un sursaut humaniste. Oui, on peut rêver.

  3. Pas grand chose à ajouter, si ce n’est que ça fait plaisir de vous lire à nouveau, M.Bonnet. Dommage que ça soit dans des circonstances aussi dégueulasses. J’espère que vous aurez l’occasion (les ressources ?) de poster plus régulièrement sur votre blog, à l’avenir. Peut être que ça contribuerait à nous éviter le futur auquel se prépare L.Mercadet.

    Amicalement,

    MKD

    PS : j’aurais aimé consulter la page Facebook donnée en lien, mais elle n’est pas accessible si on n’a pas de compte FB (ou alors si on n’est pas « ami » avec L.M., je ne sais pas). Pourriez-vous poster une photo d’écran ?

  4. Léon Mercadet (Canal +) : « Mélenchon joue une partie tragique, celle du parti communiste allemand de 1932 contre Hitler. Il a la même revendication sociale, mais s’interdit de s’en prendre aux Arabes (comme le PC allemand s’interdisait de s’en prendre aux juifs). Du coup, c’est les autres qui l’emportent, parce que le peuple épuisé de fatigue et d’humiliation cherche à frapper encore plus faible que lui : la minorité non consanguine. C’est bestial, néandertalien, mais on en est toujours au même point, et pour longtemps. »

    Terrible parole de M. Mercadet. Franchement gloire à lui ! Pensant la même chose je n’aurais jamais cru qu’un journaliste du sérail oserait le penser et oserait le proclamer aussi librement au risque d’être
     » placardisé « .

    Un bémol cependant.

    M.Mercader se plante sur ces pauvres  » néandertaliens » très certainement exterminés par les « Sapiens-Sapiens  » – Il fait une grave erreur là. Car si je suis sa démonstration :  » on en est toujours au même point, et pour longtemps.  » ceci expliquent ceux là : les néandertaliens n’y sont justement pour rien !

    Et si ça dure encore aussi lamentablement c’est que nous sommes décidément une sale race, nous les soi-disant  » Sapiens-Sapiens  » !

    Foutons la paix aux néandertaliens à jamais disparus ! Très certainement le premier génocide de l’histoire des hominidés ! A bas le racisme (post)préhistorique !

  5. Une fois de plus, les faits donnent raison aux anarchistes. Voter, même blanc, c’est reconnaître mécaniquement la nature démocratique du régime, sa légitimité et la validité des élections. Le vote blanc est totalement inopérant et inoffensif, même pris en compte.

    Place au MANDAT IMPÉRATIF, qui, je le rappelle, était en vigueur sous la Commune de Paris, avec plein succès (le mandat, pas la Commune, cent-mille fois hélas !). Une bonne fois pour toutes, cessons de déléguer du pouvoir, mais des missions parfaitement définies, lequel mandat prend fin automatiquement sitôt le but atteint, sur tous les sujets, dans tous les domaines.

  6. « Je suis prêt à la guerre civile. Ils m’auront, mais j’en tuerai cinq avant. Je suis armé, et je m’entraîne. »

    Depuis l’invention de la mitrailleuse, le peuple révolté n’a jamais pris le pouvoir par la force, nulle part, sauf si l’armée passe de son côté, ce qui ne présage généralement rien de bon…

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)