Mai 112012
 

« La tension monte entre Paris et Berlin à l’approche de la rencontre entre François Hollande et Angela Merkel, la semaine prochaine, rapporte Le Figaro. Taclée par les sociaux-démocrates sur les effets pervers de sa politique dans la zone euro, la chancelière allemande riposte en renvoyant le nouveau président français dans ses buts. Jeudi devant le Bundestag, elle a réitéré son refus de toute croissance tirée par les déficits en Europe en insistant sur les risques liés à une telle politique. «Une croissance par des réformes structurelles est importante et nécessaire. Une croissance à crédit nous ramènerait au début de la crise. Nous ne le voulons pas, nous ne le ferons pas», a prévenu Angela Merkel, suscitant des applaudissements au Bundestag. » Quel est ce curieux syndrome qui anéantit toute faculté intellectuelle et conduit à un aveuglement aussi total ? Comme si l’échec de la politique d’austérité défendue bec et ongles par la chancelière n’était pas patent, en Grèce, en Espagne, au Portugal… Ce que le prix Nobel d’économie Paul Krugman résume ainsi : « Les Français se révoltent. Les Grecs aussi. Et il était temps. La stratégie qui consiste à opter pour l’austérité prend fin, et ceci est une bonne chose. Une stratégie qui ne fonctionne pas et n’a pas de chance de fonctionner : il est temps de passer à autre chose. Les électeurs européens, au final, s’avèrent plus sages que les élites du continent ».

Partagez cet article

  13 commentaires à “Merkel : l’entêtement criminel”

  1. ça me rappelle une question qu’une journaliste de TF1 avait posé à Mélanchon, il y a qq mois , voici en substance :
    – Mais monsieur Mélanchon, tout votre projet n’est-il pas utopique ?
    – Madame, ça fait combien de temps qu’on sauve des banques, qu’on réinjecte de l’argent dans le système, dans le tissu industriel, en appelant sans arrêt à davantage de sacrifice pour sauver le système en question. Cela est prouvé : ça ne marche pas. N’est-ce pas cela une utopie ?
    Silence gêné de la journaliste (je ne me souviens plus qui était-ce).

    Merkel fait un travail admirable, je trouve, moi , de porte-parole d’un consortium industriel et bancaire.
    Applaudissons la : elle a un mauvais rôle qu’elle tient à merveille ! La preuve ? Encore une très large partie de la population pense que les Grecs sont des fainéants qui méritent leurs problèmes et leur changement structurels. Comme les Italiens : s’ils n’étaient pas abrutis, de toutes façons, ils n’auraient pas voté Berlusconi. De bons changements structurels peuvent les aider, il serait temps qu’ils réfléchissent ! Et les espagnols ? Pas de gros bosseurs non plus, à part produire des légumes pourris et voler le poisson sur les zones de pêche internationales, ils ne savent pas faire grand chose, peut-être que des changements structurels leur mettraient du plomb dans l’aile !
    Venons en français ! Tiens, oui, les français qui ne pensent qu’à bosser le moins possible et protéger leurs « acquis sociaux »… Va être temps de leur parler de changement structurels à eux aussi…

    À chaque « mal », un remède, l’austérité et ses changement structurels.

    On dirait une pub pour ces remèdes qui ont une forte odeur d’arnaque…

  2. Ca ressemble etrangement aux fameuses saignees des « medecins » medievaux. La mere Merkel doit etre viree. Completement a cote de la plaque. Si elle tient a sa tete, elle devra vraiment changer de cap ou laisser la place a Die Linke.

    Tout ca tendrait a prouver que nous sommes encore dans l' »age sombre » spirituel. Mais bon, on peut toujours esperer une Renaissance. Les accouchements se font toujours dans la douleur …

  3. C’est avéré que ce sont les paysans et les ouvriers des pays du « Sud de l’Europe » qui payent les dividendes des rentiers du Nord. Mélenchon: Oui, mais sans « l’Europe »!

    • En quoi quitter l’Europe améliorerait-il le sort des pays du Sud ? L’Europe est à nous, il faut la changer.

      • Tout à fait d’accord ! et pour la transformer cette Europe en premier temps la France et son nouveau gouvernement devra désobéir aux directives européennes qui sont entrain de laminer les services publics et tout le reste, de fait sortir du traité de Lisbonne (ce qui semble se faire par la force des choses….)

  4. Pas d’accord avec l’article. Utiliser des déficits, c’est emprunter de l’argents aux rentiers et banques et leur être encore plus redevable. Une solution de financement de la relance par un impôt bien comme il faut sur ceux qui ne savent pas quoi faire de leur pognon, est quand même plus raisonnable. Vous ne trouvez pas?

  5. Tout cela est comédie et attrape nigauds car au fond il s’agit pour certains politiques et médias complices de donner à voir une opposition factice sur une part très circonscrite de la politique européenne pour valider un peu plus le traité de Lisbonne et l’essentielle d’une politique régressive et antisociale.
    http://simplyleft.wordpress.com/2012/05/10/atout-trefle/

  6. On a le président qu’on (la majorité) mérite.
    Heureusement qu’avec le temps, tout change… même le mérite.

  7. CHANGER L EUROPE !!! mais c’est bien mal connaitre cette usine a gaz !! une machine infernale piloté par les USA , bientot le pacte transatlantique !!! les mailles se resserrent , pour changer l’ Europe il faut tout d’ abord en SORTIR et par le même coup sortir de la structure EURO , ensuite viré tout le staff …

    EUROPE année 0 !! , la chose sera brutale , les corporations , blanche , raciste , occidentale ne voulant rien lâcher de leurs leaderships mondial , iront jusqu’à’ la chienlit générale ( Italie ,grece , portugal ), voire la guerre , ils nous sacrifieront , le combat ne fait que commencer …. ces gens sont déconnectés de notre réalité , les mêmes quand 1789 … les mêmes que les Synarques des années sombres

  8. Miaou,

    Il n’y a que trois manières connues effectives de solder ce genre de crise: la guerre, ou la révolution avec exécution des créanciers, ou enfin la révolution avec saisie des biens des créanciers. C’est ce que l’histoire démontre depuis, bien, depuis que le concept de monnaie existe. Tous les discours entourant l’inévitable issue ne sont qu’une vaste plaisanterie pas drole.

    Pas drole parce que, si cela s’est toujours terminé de cette manière, c’est bien parce que de tous temps – et jusqu’a ce qu’on les conduise a l’échafaud ou au bucher, ou autre, les créancies se sont suffisament sentis en position de force pour avoir des exigeances envers leurs débiteurs. Alors, a partir du moment ou l’on ne peut pas négocier une solution acceptable ou du moins possible, ce n’est qu’une question de temps avant que les choses dégénèrent. Dans un sens ou l’autre.

    Merkel reve éveillée. Comme bien d’autres.
    Ou alors elle essaye de faire croire que les dettes (fictives, rapellons le) seront remboursées un jour.

    Le mot « criminel » du titre n’est pas usurpé. Mais il est a prendre au sens littéral, car toute cette histoire ne peut finir qu’avec des morts. Mourir pour de l’argent, c’est bien triste. Encore plus quand ceux que cela concerne n’ont rien a voir et ne sont responsable en aucune manière (des particuliers privés qui réclament a un état une somme indue, toujours une occasion de gros n’importe quoi…)

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)