Juil 202020
 

« D’après nos calculs, le budget pour une famille de quatre personnes avec deux enfants âgés de plus de 11 ans (NDLR : âge à partir duquel un enfant doit obligatoirement en porter un) s’élève à 96 euros par mois pour des modèles lavables et à… 228 euros (!) pour des masques à usage unique » : Le Parisien chiffre l’ampleur du scandale de refuser la gratuité des masques désormais obligatoires (depuis ce matin) dans les lieux publics clos.

Les députés France insoumise expliquaient dans leur projet de loi du 28 avril dernier : « il est indispensable de généraliser le port du masque dans la population et le rendre obligatoire dans les lieux publics. Pour ce faire, il faut que ceux-ci soient accessibles, donc disponibles, mais aussi gratuits. Même si le coût unitaire du masque peut sembler modique, il ne sera pas à la portée des personnes les plus démunies déjà fortement touchées par la crise sociale. (…) Pour que le port obligatoire du masque soit possible, il faut que personne ne se pose la question de s’en passer. Pour qu’il soit efficace, il faut que personne ne doive économiser les masques par manque d’argent. »

SOLIDAIRES 28
Les Insoumis ne sont pas seuls à le réclamer : le Parti socialiste, Europe Écologie-Les Verts, l’association Attac, la CGT et l’Union syndicale Solidaires aussi.

Le groupe parlementaire France insoumise fait preuve de constance : après que la proposition de loi du 28 avril, présentée par Bastien Lachaud, a été rejetée, Alexis Corbière a présenté un amendement au projet de loi sur l’état d’urgence sanitaire dans la nuit du 8 au 9 mai, pour demander à nouveau la gratuité. Amendement rejeté… en huit secondes exactement, sans discussion (voir la séquence vidéo), jugé « irrecevable ». Jamais deux sans trois, dit-on ? C’est cette fois Adrien Quatennens qui va s’y coller : une nouvelle proposition de loi a été déposée aujourd’hui 20 juillet. Que répondra cette fois La République en marche ?

Post scriptum : les ventes de masques ont généré 175 millions d’euros de chiffre d’affaires dans la grande distribution.

Mise à jour du 22 juillet : Macron répond non.

Partagez cet article
Juil 202020
 

Une interview accordée par la nouvelle ministre déléguée à la Citoyenneté a fait bondir une trentaine de féministes au cœur des mobilisations actuelles, qui l’accusent de « diversions xénophobes » et recherche de « boucs émissaires ».

« Nous, féministes, dénonçons un gouvernement qui cherche des boucs émissaires et des diversions xénophobes. » De qui, ce cri de colère ? Une trentaine de militantes associatives et politiques, de la fondatrice de la Newsletter Les Glorieuses, Rebecca Amsellem, à Caroline de Haas (#NousToutes), Fatima Benomar (Les effronté-es), ou encore aux deux historiennes Mathilde Larrère et Laurence de Cock, signent une tribune dans le Journal du dimanche titrée Le discours fémonationaliste indigne de Marlène Schiappa. En cause, l’interview accordée au même média par l’ancienne secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes et désormais ministre déléguée à la Citoyenneté. Nous ignorons si cet élément a été validé par la macroniste ou s’il marque un choix éditorial indépendant (et putassier) du journal d’Arnaud Lagardère, mais toujours est-il que l’entretien est publié sous le titre de « Il faut des opérations de reconquête républicaine ».

Commençons donc par cette déclaration. Schiappa est interrogée à propos du « plan contre le communautarisme et les séparatismes«  annoncé par Macron en février et devenu priorité de Jean Castex, avec une loi annoncée dès la rentrée, « visant notamment l’islam politique », précise FranceTVInfo. « Que proposez-vous pour lutter contre ces phénomènes ? », lui demandent donc les deux consoeurs du JDD, ce à quoi elle répond : « D’abord, l’affirmation du principe de laïcité lors des parcours de naturalisation – je souhaite mettre en lumière ces cérémonies, moments solennels, émouvants pour ceux qui deviennent citoyens français ! Ensuite, des opérations de reconquête républicaine de terrain comme lorsque Gérald Darmanin et moi allons, de nuit, Porte de la Chapelle à Paris, aux côtés des forces de l’ordre. Sans prévenir, parce que la République est chez elle partout. »

« Gérald Darmanin et moi allons, de nuit, Porte de la Chapelle à Paris, aux côtés des forces de l’ordre. Sans prévenir, parce que la République est chez elle partout. »

Réaction de nos féministes en colère : « Questionnée sur la laïcité, Mme Schiappa répond aussitôt en évoquant les parcours de naturalisation, comme si les étrangers constituaient aujourd’hui la plus grande menace contre la laïcité en France. » Avec un logiciel buggé d’extrême droite dans la tête, c’est le cas : l’islam, les noirs, les Arabes, au secours ! Pas pour les signataires de la tribune : « Comme si les réseaux qui s’organisent aujourd’hui contre le droit à l’avortement, les programmes antisexistes à l’école, le mariage pour tous et la PMA pour toutes, étaient les étrangers et non les identitaires et autres chantres des racines chrétiennes de la France. Elle cite ensuite les « opérations de reconquête (sic) républicaine de terrain, (…) Porte de la Chapelle à Paris, aux côtés des forces de l’ordre » (un quartier parisien connu pour avoir une population particulièrement racisée), « parce que la République est chez elle partout » ajoute-t-elle, faisant un clin d’œil abject aux « On n’est plus chez nous » et autres « territoires perdus de la République ».

Non à la double peine

Les militantes féministes se hérissent particulièrement lorsque la ministre aborde à nouveau le thème des étrangers, cette fois comme auteurs de violences sexuelles : « Mme Schiappa se vante également d’avoir obtenu la double peine pour les étrangers qui ont commis des violences sexistes et sexuelles, afin qu’ils soient expulsés du territoire français, au lieu qu’ils puissent tout simplement purger leur peine. L’expression « violences sexistes et sexuelles » comprendrait donc les crimes, les délits et les actes sanctionnés par une contravention, comme le harcèlement de rue ? Cette expression, « violences sexistes et sexuelles », que nous utilisons pour souligner le continuum de ces violences, leur caractère banal et quotidien, devient donc un instrument au service d’une politique xénophobe visant les étrangers et leur distribuant des expulsions du territoire en notre nom. Nous, féministes, n’avons jamais revendiqué une quelconque double peine pour les étrangers. Les coupables doivent être jugés et condamnés, payer leur dette à la société comme tout justiciable, et la société doit se mobiliser pour comprendre les racines des violences qui sont commises en son sein. La Ministre de la citoyenneté, censée défendre l’État de droit, les principes républicains, la « présomption d’innocence » comme elle la réclame dans le même entretien pour M. Darmanin, ne peut réclamer « en même temps » un traitement différencié selon la nationalité. »

© Pascal Pochard-Casabianca Source : AFP
En savoir plus sur RT France

« Si la maison de votre voisin s’effondre, vous l’accueillez. Mais s’il se met à tabasser votre sœur, vous le virez ! » Cette citation non plus, dans la bouche de Marine Le Pen Marlène Schiappa, ne passe pas, mais alors pas du tout. Qualifiée d’ « odieuse métaphore », « rappelant la vieille propagande des identitaires racistes de l’étranger s’immisçant dans leur domicile pour y agresser leurs compagnes. » Donc, dans le discours de la ministre de la Citoyenneté, les étrangers sont présentés à la fois comme une menace pour la laïcité, présumés indécrottables islamistes, et un danger pour nos mères, nos filles et nos femmes, à la merci de hordes d’agresseurs sexuels halal ! Bien-sûr qu’il ne s’agit pas de sa formulation, mais c’est bien le pré-supposé qui sous-tend ce discours, effectivement typique de l’extrême droite. Quoi d’autre que l’obsession xénophobe, qui fait des étrangers les responsables de tous les maux de la société, justifierait de les évoquer lorsqu’on parle de violences sexuelles ? Or cette problématique est bien plutôt franco-française, chiffres à l’appui que ne manquent pas de rappeler les signataires : « 90% des viols sont commis par une personne connue de la victime. 50% par un conjoint ou un membre de leur famille. Comme l’a dit Adèle Haenel, ces hommes, ce sont nos pères, nos frères, nos collègues, nos amis. Ce ne sont pas des monstres, et ce ne sont pas structurellement des hommes d’origine étrangère, loin de là. »

Que signifie donc, in fine, le message véhiculé par Schiappa (et Castex, qui ne voit ne pleine crise sociale qu’une urgence absolue : lutter contre les « séparatismes »!) ? C’est la conclusion de la tribune : « Nous, féministes, dénonçons un gouvernement qui cherche des boucs émissaires et des diversions xénophobes. Nous ne nous inscrirons jamais dans les stratégies d’instrumentalisation de nos luttes, que ce soit au service de politiques impérialistes pour aller soit-disant libérer les femmes dans les pays de « l’axe du mal », ou des politiques répressives et racistes à l’encontre des étrangers. Nous refusons que Mme Schiappa aille sur ce terrain en notre nom. »

Partagez cet article
Juil 182020
 

Pour tous les soignants, la Covid 19 sera au-to-ma-ti-que-ment reconnue comme maladie professionnelle, jurait-il, la main sur le cœur. Mais une immense majorité des soignants contaminés sera finalement laissée pour compte. Le reniement, c’est maintenant.

Le syndicat Sud alerte : « Olivier Véran avait promis solennellement et réaffirmé devant l’assemblée nationale le 21 avril : «s’agissant des soignants, quels qu’ils soient, quels que soient leur lieu d’exercice et leur mode d’exercice – à l’hôpital, en Ehpad, en ville –, quelle que soit la discipline concernée, nous avons décidé une reconnaissance automatique comme maladie professionnelle, ce qui signifie une indemnisation en cas d’incapacité temporaire ou permanente, et, en cas de décès, des mesures au bénéfice des descendants. Autrement dit, l’imputabilité du travail dans la survenue de la maladie est automatique. C’est unique. (…) Un soignant n’aura pas à démontrer qu’il a été contaminé sur son lieu de travail ; on considérera automatiquement qu’il l’a été.»

Deux fois « automatique » et une fois « automatiquement » : le ministre de la Santé avait été on ne peut plus clair ! Mais que croyez-vous qu’il advint ensuite ? Les syndicalistes racontent : « Une réunion de présentation du futur décret créant le nouveau tableau de maladie professionnelle lié au Covid s’est tenue ce vendredi 10 juillet devant les organisations syndicales des hospitaliers. On nous y annonce que seule.e.s les hospitalier.e.s contaminé.e.s par le Covid ayant bénéficié d’une assistance par oxygène seront reconnus automatiquement en maladie professionnelle. Soit une infime proportion au regard du nombre de professionnel.le.s contaminé.e.s ! Pas de négociation, le texte est bouclé, nous a-t-on répondu. (…) La Fédération Sud Santé Sociaux a dénoncé cette décision insultante, et averti de la colère et du dégoût que cela allait susciter dans les équipes, à l’heure où l’on nous prépare à une deuxième vague. »

« Et aussi vrai que les promesses n’engagent que ceux qui les croient, je veux dire aux soignants… »
Derrière, Édouard Philippe sifflote.
©JACQUES WITT / POOL/EPA/MAXPPP

La conclusion est sans appel : « derrière ce texte, se cache la volonté du gouvernement de masquer la réalité du nombre de contaminations et d’assumer pleinement qu’il a envoyé sans moyen de protection et mis en danger des centaines de milliers de soignant.e.s ! La fédération Sud Santé Sociaux est d’ores et déjà en ordre de bataille pour engager des voix de recours et faire en sorte que toutes les victimes puissent faire valoir leurs droits. »

Décidément, après n’avoir cessé hier de glorifier les soignants, à longueur d’hommages et de remerciements éplorés, ces hypocrites n’ont pas mis longtemps avant de revenir à leur ancien monde. Où les acteurs du système de santé ont pu se mettre en grève et manifester pendant plus d’un an (avant la crise sanitaire) sans rien obtenir que gazages et coups de matraques, ce monde où on les ignore et les méprise. Comme l’on ignore et méprise les revendications sociales et écologiques. Non sans belles paroles à l’exact opposé des actes ! Que se vayan todos*.

Post scriptum : puisque le port du masque dans les lieux publics couverts sera obligatoire à partir de lundi, réitérons qu’il est scandaleux que lesdits masques ne soient pas gratuits !

La France insoumise fait une proposition de loi pour la gratuité des masques. On parie que les macronistes vont refuser ?


*« Qu’ils s’en aillent tous » en espagnol, slogan du mouvement des piqueteros en Argentine face à la banqueroute bancaire en 2001.

Partagez cet article
Juil 172020
 

« Moi je crois à la République exemplaire. La République exemplaire n’est pas la République qui fait zéro faute, ça n’existe pas de faire zéro faute, on en fait tous. » Emmanuel Macron avait concédé cela le 25 juillet 2018, rattrapé par la patrouille de l’affaire Benalla. Heureusement qu’il ne visait pas le zéro faute ! Parce qu’où en est-on aujourd’hui ? La liste des hauts personnages de la Macronie mis en cause pour des faits graves est longue comme le bras. Douze, déjà, avant les deux petits nouveaux de la bande, Olivier Dussopt et Gérald Darmanin, ministres respectivement coupables – ils reconnaissent les faits – de « corruption » et « prise illégale d’intérêts » pour le premier, et de « trafic d’influence » et « abus de faiblesse » pour l’autre – la qualification de « viol » n’ayant que très peu de chance d’être reconnue (lire notre article-fleuve, « Viol » ou pas, Darmanin est coupable : l’ignominie en marche.

De la « moralisation » à la « confiance »

Béligh Nabli : biographie, actualités et émissions France Culture

Avant d’en venir à l’impressionnante liste des mis en cause depuis le début du mandat jupitérien, prenons de la hauteur en nous interrogeant sur le concept d’exemplarité en politique. Beligh Nabli, maître de conférences Habilité à diriger des recherches (HDR) en droit public à l’Université Paris-Est Créteil et auteur de l’ouvrage La République du soupçon. La vie politique au risque de la transparence (Cerf, 2018), nous éclaire : « L’un des faits nouveaux dans le processus de nomination sous la Ve République, c’est le lien direct avec la question de l’exemplarité, analyse le juriste. Depuis la mi-mandat de François Hollande, il existe un contrôle prudentiel et préalable sur des candidats potentiels à la nomination. C’est totalement nouveau et c’est lié précisément à la montée en puissance des questions liées à l’exemplarité. Le plus intéressant, c’est que ce qui est apparu en pratique a été formalisé et a été consacré par la loi, notamment la première loi adoptée sous le quinquennat Macron, qu’il voulait d’abord appeler les « Lois sur la moralisation de la vie politique », et qu’il a finalement nommée « Lois pour la confiance dans la vie politique ». Ces lois prévoient que le président de la République peut demander, avant la nomination des membres du gouvernement, des contrôles préalables sur leur situation patrimoniale et sur d’éventuels conflits d’intérêts. Ce qui est intéressant, c’est que Macron a fait sauter le mot « moralisation » pour le remplacer par le mot « confiance », précisément ! Et si c’est une question de confiance, ça ne peut pas être une question de respect des règles. Sinon, on l’aurait appelée la « Loi sur le respect de l’Etat de droit par les responsables politiques ». En fait, l’exécutif actuel n’a pas du tout intégré dans sa plénitude les implications de l’exemplarité en politique. (…) Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que le président Macron ne pourra plus mobiliser la thématique de l’exemplarité lors de la prochaine présidentielle. C’est le prix à payer, car la barque commence à être un peu chargée. » Chiche ?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est big-fan-macron-53.jpg.

Comment la Macronie flatte le « tous pourris »

En fait de « barque un peu chargée », un article du Monde de juillet 2019 énumère les ennuis judiciaires de douze personnalités macronistes : un président de l’Assemblée nationale, quatrième personnage de l’État (Richard Ferran), sept ministres (François Bayrou, Sylvie Goulard, Marielle de Sarnez, François de Rugy, Françoise Nyssen, Laura Flessel, Muriel Pénicaud), un Haut-commissaire (Jean-Paul Delevoye), un secrétaire général de l’Élysée (Alexis Kohler), un conseiller spécial de Macron (Ismaël Émelien) et un chargé de sécurité à l’Élysée (Alexandre Benalla). La palette offerte explore toutes les nuances de l’infamie politique : conflits d’intérêts, prise illégale d’intérêts, abus de confiance, escroquerie, détournement de fonds publics, trafic d’influence, corruption passive, faux et usage de faux, infraction aux règles d’urbanisme, fraude fiscale, délit de favoritisme et violence par personne chargée d’une mission de service public. Ajoutons désormais Gérald Darmanin et Olivier Dussopt, ce qui nous donne neuf ministres. Chiraquie, Sarkozie, Hollandie, Macronie : le trait d’union est tracé et le « nouveau monde » promis par l’imposteur de l’Élysée cumule toutes les tares de l’ancien.

Partagez cet article
Juil 162020
 

Dans l’affaire Darmanin, la défense macroniste qui consiste à invoquer la présomption d’innocence revient à créer un rideau de fumée : derrière la querelle juridique de la qualification ou pas de « viol », reste la gravité des faits – monnayer un service contre des faveurs sexuelles -, non contestés par le désormais ministre de l’Intérieur.
Attention, article-fleuve !

AFP / GEORGES GOBET

Vendredi 10 juillet, des milliers de manifestants un peu partout en France, « en majorité des femmes », précise France 24, « ont répondu à l’appel national lancé par le collectif féministe Nous Toutes pour dénoncer « La culture du viol En Marche ». En cause, « la présence au gouvernement de Gérald Darmanin, accusé de viol, et d’Éric Dupond-Moretti, très critique envers le mouvement #MeToo ». Laissons de côté le cas de l’avocat pénaliste, qui n’est pas notre sujet du jour, pour nous pencher sur celui du désormais ex-maire de Tourcoing (démissionnaire le 14 juillet, nous annonce-t-on). Que reproche-t-on à Gérald Darmanin et, partant, à Macron qui l’a nommé « premier flic de France » ? Et le défend de façon pitoyable en expliquant benoîtement : «Il y a aussi une relation de confiance d’homme à homme » ?

Ah ah ah !

« Tout d’un coup, aux yeux des partisans comme des pourfendeurs de Gérald Darmanin, il n’est plus question de présomption d’innocence et encore moins de «grande cause du quinquennat», traduit Laure Bretton, cheffe du service Politique à Libération et autrice de cet excellent «D’homme à homme» : la double offense de Macron. On parle de solidarité masculine, de cet entre-soi qui est au cœur du combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes. » La consœur poursuit : « Emmanuel Macron, déroulant le même argumentaire juridique que tout le gouvernement depuis le remaniement, rappelle que cette affaire a fait l’objet de décisions de justice favorables à Gérald Darmanin. C’est vrai. Il y a eu classements sans suite mais uniquement parce que la procédure judiciaire n’avait pas été respectée. En l’occurrence, aucune confrontation n’avait été organisée entre son accusatrice et Gérald Darmanin, dont on peut raisonnablement penser que son statut de ministre avait pesé dans cette décision. Faussée, la procédure reprend. Politiquement et symboliquement, quand on se veut le héraut de la cause des femmes, il eût été raisonnable d’en attendre l’issue. » Et Laure Bretton d’enfoncer le clou, implacable : « La violence des mots présidentiels ne s’arrête pas là : décrédibilisant la victime présumée du désormais ministre de l’Intérieur (elle aurait tardé à faire éclater l’affaire, ce qui prouverait l’instrumentalisation politique), Emmanuel Macron confie que Gérald Darmanin a été «blessé» par les attaques de celles et ceux qui contestent sa promotion. C’est l’inversion du fardeau de la preuve, la victimisation de l’accusé, la confiance accordée sur le genre. »

Les faits, rien que les faits

Revenons à ce stade au fond de l’affaire, qui rend si insupportable cette réaction de Macron : mi-janvier 2018, Sophie Spatz dépose plainte pour viol contre Darmanin, alors ministre de l’Action et des Comptes publics, pour des faits survenus en 2009. « Sophie Spatz – une ex-call girl (et ex militante UMP, NdA) – avait pris contact avec Gérald Darmanin, alors chargé de mission au service des affaires juridiques de l’UMP, dans l’espoir de faire réviser une vieille condamnation en justice, résume Marianne. L’élu, alors âgé de 26 ans, aurait promis d’appuyer sa demande auprès de la ministre de la Justice… non sans adresser lui aussi une requête. «Il va falloir m’aider vous aussi», aurait-il annoncé, selon la plaignante [en posant sa main sur la sienne, NdA]. Se serait ensuivie une soirée à Paris, un détour par un club libertin, puis une nuit dans un hôtel où a eu lieu ce rapport sexuel, qui n’est pas contesté par les conseils du ministre. Plus tard, celui-ci a envoyé une lettre d’intervention à la garde des Sceaux, ce qu’il ne nie pas non plus. »

La défense se bat exclusivement sur le terrain juridique, afin de faire jouer la prescription. Un « trafic d’influence » et un « abus de faiblesse » sont prescrits (faits trop anciens pour être poursuivis), pas un « viol ». Mais sans contester les faits. C’est du reste ce qu’indique le long titre de l’article : Les avocats de Gérald Darmanin ne nient pas les faits qui lui sont reprochés… mais n’y voient pas un viol. Il est donc acquis que Darmanin a réclamé – et obtenu – des faveurs sexuelles en échange d’un service. Il a ainsi utilisé son pouvoir, en tant que chargé de mission au service des affaires juridiques de l’UMP, pour imposer à la plaignante des rapports sexuels, commettant ainsi « trafic d’influence » et « abus de faiblesse ». « Ces faits ne sont pas niés par l’entourage de l’ancien député. Dans la foulée, il aurait bien envoyé une demande d’intervention au ministre de la Justice pour qu’il soutienne la demande de Sophie Spatz », appuient Les Inrocks. Est dévoilé le contenu des SMS échangés par Darmanin et Sophie Spatz, qui « témoignent que du côté de la plaignante, cette nuit fut un cauchemar, qu’elle n’a répondu aux avances de M. Darmanin qu’en raison de sa promesse ». Marianne, taquine, conclut ainsi : « Dans ce dossier et au vu des faits, l’extinction de l’action en justice pourrait ne pas suffire à dissiper les débats sur le comportement de Gérald Darmanin. L’appartenance du ministre à La République en Marche, par exemple, ne pourrait-elle pas être questionnée ? Selon la charte des valeurs du parti macroniste, chaque membre doit respecter «les règles élémentaires de la courtoisie, du respect d’autrui, de l’honnêteté et de la probité.» En conséquence, «chacun de nos adhérents s’engage donc à ne pas commettre de discrimination ou d’abus de pouvoir et à être vigilant sur toute situation de conflit d’intérêt», assure LREM. » Exactement l’inverse des agissements de Darmanin.

Le rideau de fumée de la présomption d’innocence

Pour tenter de défendre l’indéfendable, les macronistes dégainent la présomption d’innocence. Tous l’invoquent : le Premier ministre Jean Castex, Darmanin lui-même, qui franchit désormais toutes les bornes de l’obscénité en se plaignant d’être victime d’une « chasse à l’homme », Macron en personne et désormais 167 députés LREM: « Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, nous sommes toutes et tous engagés au sein de la majorité présidentielle pour faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes et pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes, osent ces tartuffes. C’est une grande cause nationale du quinquennat, nous la portons avec force, détermination et constance, et nous en sommes fiers. (…) En France, seule l’institution judiciaire peut dire qui est coupable ou non, et c’est un garde-fou contre l’arbitraire. (…) Dans les pays où la présomption d’innocence est bafouée, les victimes de violences sexuelles, et plus généralement les femmes, ne sont jamais mieux protégées. Au contraire. » Fort bien. Donc, pour « faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes et pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes », on absout un homme qui a monnayé son intervention contre des faveurs sexuelles, en s’abritant derrière le fait qu’il n’ait pas été condamné et qu’il ne le sera vraisemblablement pas, si la qualification de « viol » n’est pas retenue. On vous voit, hypocrites ! La seule question qui vaille, à poser par exemple à Anne-Laurence Pétel et Alexandra Louis, députées marcheuses des Bouches-du-Rhône à l’origine de cette tribune collective et naturellement féministes autoproclamées, est simple : « Acceptez-vous qu’un homme demande et obtienne des faveurs sexuelles en échange d’un service ? »

– N’hésite pas Marlène, dans ton nouveau ministère, si tu as besoin que je te rende un service…
– Non merci, Gérald.

Marlène Schiappa, ancienne secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et désormais ministre à la Citoyenneté déléguée auprès du… ministre de l’Intérieur Darmanin, mérite dans cette affaire son petit paragraphe personnel. Invitée ce matin de La Matinale LCI, elle a prétendu : « Il y a eu trois décisions de justice et sur ces trois décisions de justice – on est en fait au-delà de la présomption d’innocence, hein -, on est là face à un homme qui est passé en jugement et il y a eu deux non-lieux et un classement sans suite. (…) Moi, je regarde la justice. Là, on n’est même pas dans la présomption d’innocence, on n’est pas en train de se dire : on attend de voir ce que va dire la justice. La justice s’est déjà prononcée. Et ensuite le dossier a été rouvert pour une question de procédure. »
Le classement sans suite dont elle parle concerne la plainte pour « abus de faiblesse » d’une habitante de Tourcoing, dont Darmanin était le maire, « déclarant s’être « sentie obligée » de coucher avec Gérald Darmanin pour obtenir un logement et un emploi ». Plainte classée sans suite par le parquet de Paris, qui n’est pas indépendant, le parquet en général étant placé hiérarchiquement sous la tutelle du ministre de la Justice. Donc le parquet, aux ordres du gouvernement, a classé sans suite une plainte visant un ministre : quelle surprise !
Et les deux non-lieux ? C’est l’affaire Spatz. Le Monde explique : « Un juge d’instruction avait refusé, le 16 août 2018, de relancer les investigations après un classement sans suite par le parquet de Paris (encore, NdA) de la plainte initiale de Sophie Patterson-Spatz. Cette dernière avait fait appel de cette décision, mais son recours avait été jugé hors délai par la cour d’appel de Paris. » L’affaire est remontée jusqu’à la Cour de cassation, qui a jugé que l’appel n’était pas hors délai et ordonné à la chambre de l’instruction de le réexaminer. Donc le premier non-lieu a été rendu, suivant la réquisition du parquet (aux ordres du gouvernement ; la pédagogie, c’est la répétition), par un juge qui n’a même pas jugé utile de recevoir la plaignante ! Sophie Spatz avait fait appel, réclamant son audition par le juge et une confrontation avec le ministre et on lui avait répondu, deuxième non-lieu : « C’est trop tard, ma bonne dame ». Réponse que la plus haute juridiction française a jugé fallacieuse. Et jamais Darmanin n’est passé en jugement, contrairement à ce que prétend Schiappa-l’arracheuse-de-dents. Son « la justice s’est déjà prononcée » est en réalité à traduire par « le parquet s’est ingénié à empêcher que les plaintes ne soient instruites ». Évidemment, dit comme ça, c’est moins convaincant.

Une indignation internationale

Shirin Ebadi, juge et avocate iranienne en exil, Prix Nobel de la Paix et féministe hystérique qui ne respecte même pas la présomption d’innocence !

Un collectif de 91 intellectuelles et militantes féministes de plus de 35 pays, dont Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix, et Svetlana Alexievitch, Prix Nobel de littérature, se charge de répondre à nos macronistes bêlant à la présomption d’innocence et à la justice-qui-s’est-déjà-prononcée : « Nous, militantes, intellectuelles, femmes politiques féministes, issues de plus de trente-cinq pays du monde, avons appris avec sidération, le 6 juillet, les nominations au poste de ministre de l’intérieur de la France de M. Gérald Darmanin et à celui de ministre de la justice de M. Eric Dupond-Moretti. Ce remaniement du gouvernement français représente un virage politique antiféministe, dont la portée dépasse largement les frontières de la France. Il vient renforcer le backlash [« retour de bâton »] contre les femmes, dont nous sommes victimes sur tous les continents, en violation de nos droits fondamentaux. En effet, M. Darmanin fait l’objet d’une procédure judiciaire pour viol, harcèlement sexuel et abus de confiance, qu’il aurait commis à l’encontre de Sophie Patterson-Spatz en 2009. Bien qu’il soit légalement présumé innocent, nous considérons comme politiquement impensable et inacceptable une telle promotion, compte tenu de l’instruction en cours. Nous alertons sur le risque que la nomination de M. Darmanin au poste de ministre de l’Intérieur, autorité hiérarchique des policiers chargés de l’enquête sur ses agissements, pourrait faire peser sur l’indépendance de la procédure. » Croyez-vous ?

Éthique politique, confiance démocratique

« L’argument qui consiste à dire « Il est présumé innocent » est finalement complètement faussé, analyse Beligh Nabli, maître de conférences Habilité à diriger des recherches (HDR) en droit public à l’Université Paris-Est Créteil et auteur de l’ouvrage La République du soupçon. La vie politique au risque de la transparence (Cerf, 2018). Certes, c’est le cas devant la loi, mais ce n’est pas la question. La question, c’est de savoir si cela sape ou non la confiance dans nos représentants. On a des représentants politiques accusés de viol, d’autres accusés de recel…  Mais l’exemplarité n’est pas une thématique proprement juridique, c’est une question à la fois d’éthique politique et de confiance démocratique. (…) Lorsque l’on interroge les Français sur leur représentation des politiques, les deux mots qui arrivent en premier sont « méfiance » et « dégoût ». Exactement ce qui fait grimper le Rassemblement national dans l’opinion, contre lequel les castors d’électeurs ont cru « faire barrage » en votant Macron…

Poignée de mains entre coupables, avec Darmanin et Olivier Dussopt, sous le coup d’une enquête pour « corruption » et « prise illégale d’intérêts », qui ne nie pas non plus les faits mais a tout de même été nommé, tenez-vous bien, ministre chargé des Comptes publics !

Concluons en citant L’Obs, qui n’écrit pas au conditionnel puisque les faits ne sont pas contestés : « En 2009, Gérald Darmanin a demandé à une femme des rapports sexuels, lui promettant d’intervenir auprès du ministère de la Justice pour faire effacer le casier judiciaire de celle-ci. » Ce qu’elle a fait et qu’il a fait. (Et une deuxième femme l’a accusé de pareille demande contre un logement et un emploi.) Tout le reste est littérature. Et la Macronie est ce pays où l’on peut avoir ce comportement ignoble et être nommé ministre de l’Intérieur, patron de la police nationale. What else ?

Mise à jour du 31 juillet : Darmanin, l’acculé, interdit les manifestations contre lui-même.

Partagez cet article
Juil 152020
 

C’est aujourd’hui la Saint-Donald ! Alors plumedepresse se met à l’heure américaine pour souhaiter sa fête au président Trump, qui vient de dépasser les 20 000 mensonges dûment recensés.

C’est aujourd’hui la Saint-Donald. Nous profitons de cette circonstance pour attribuer à Donald Trump, le président des États-Unis d’Amérique, un Ferme ta gueule! d’honneur, doublé d’un Bonnet d’âne de platine, alors qu’il a désormais dépassé les 20 000 mensonges ou allégations trompeuses et inexactes (misleading claims), selon le décompte du Washington post, qui passe au crible toutes les communications du forcené de la Maison blanche. Il en est même à 20 055 à l’heure où ces lignes sont écrites. La base de données des mensonges présidentiels, exhaustive donc et très ergonomique, est consultable par thématique (immigration, économie…), ordre chronologique, par jour ou par mois, mais aussi en tapant un mot précis (Covid par exemple, pour s’apercevoir qu’il a imputé à Obama le manque de tests contre un coronavirus qui… n’existait pas durant le mandat de son prédécesseur !), ou encore par le palmarès des mensonges les plus souvent répétés.

Un festival de délires

Ainsi, il a répété à 360 reprises, le record, qu’il a bâti l’économie la plus florissante de l’histoire des États-Unis et du monde. Sans se pencher sur la dimension internationale de cette affirmation, le fact checker (vérificateur de faits) du Washington post lui objecte les présidences d’Einsenhower, Johnson et Clinton, qui ont connu une conjoncture économique encore plus performante que durant les trois premières années du mandat de Trump (avant la dégringolade liée au Covid 19). Deuxième mensonge le plus souvent propagé, 261 fois, que le mur entre USA et Mexique avançait très vite et en était à 182 miles (1 mile égale environ 1,6 km). En réalité, si l’on ne compte pas les zones où il y avait déjà une barrière entre les deux pays, Trump a fait construire… 3 miles !

Qui dit mur dit Covid, on y revient, puisque Trump prétend que son mur avec le Mexique (ses 3 miles donc !) a arrêté la Covid. Ce à quoi le Post lui rétorque posément que le virus est arrivé sur le territoire américain par l’intermédiaire de voyageurs venant de Chine et d’Europe. En outre, Trump fait cette déclaration depuis San Diego (Californie) et affirme que la situation est catastrophique de l’autre côté du mur, en l’occurrence à Tijuana. Intraitable, le fact checker lui objecte que cette ville a un taux d’infection largement inférieur à celui de San Diego, et même de Washington ! « Nous avons le taux de mortalité le plus bas du monde », prétend-il encore concernant la Covid 19. En réalité, avec presque 40 morts pour 100 000 habitants, les USA affichent le pire bilan de tous les pays du monde, seulement devancés par… la Grande-Bretagne de Boris Johnson.

On l’a compris, Trump dit n’importe quoi, à tout propos et tout le temps. L’ignorer revient à se boucher volontairement les yeux et les oreilles, ou à posséder le QI d’une huître. Concluons donc avec une pensée compatissante pour ses abrutis d’électeurs.

Partagez cet article