Déc 132011
 

Hallucinant échange à l’Assemblée nationale le 2 décembre dernier, retranscrit par Michel Abhervé sur son blog chez Alternatives économiques : « Mme Valérie Pécresse, ministre. Il s’agit de soutenir les communes pour l’acquisition de gilets pare-balles destinés à équiper les polices municipales. Il est donc proposé d’élargir les missions du fonds d’amorçage pour l’équipement des communes au titre du procès-verbal électronique institué l’année dernière et doté de 7,5 millions d’euros.

M. Jean-Pierre Brard. Quel rapport entre le procès-verbal électronique et les gilets pare-balles ?

Mme Valérie Pécresse, ministre. Cette dotation sera complétée par 2 millions d’euros prélevés sur les excédents du fonds d’aide au relogement d’urgence.

Mme la présidente. Quel est l’avis de la commission ?

M. Gilles Carrez, rapporteur général. Je ne suis pas favorable à cet amendement, madame la ministre. On financerait ces gilets pare-balles en prélevant 2 millions d’euros sur le fonds pour le relogement d’urgence. Franchement, ce n’est pas possible. Je sais bien que le FARU a un excédent, que l’on a d’ailleurs déjà utilisé pour abonder la DGF. Mais aller prélever de l’argent destiné au relogement d’urgence pour financer des gilets pare-balles, même si ce sont ceux des polices municipales, non !

Mme la présidente. La parole est à Mme la ministre.

Mme Valérie Pécresse, ministre. Le fait est que les 5 millions d’euros prélevés sur le FARU ne seront pas dépensés d’ici la fin du mois. Nous pensons qu’ils seraient mieux utilisés dans le cadre de l’acquisition des gilets pare-balles. Ces crédits nous ont été demandés par les communes. Vous savez combien il est difficile…

M. Gilles Carrez, rapporteur général. Qu’ils les trouvent sur les crédits ad hoc.

Mme Valérie Pécresse, ministre. Monsieur le rapporteur général, pour moi, en tant que ministre du Budget, chaque euro doit être dépensé. Voilà, c’est tout.

Mme la présidente. La parole est à M. Jean-Pierre Brard.

M. Jean-Pierre Brard. Cette proposition est invraisemblable. Je ne sais pas lequel de vos conseillers a eu cette idée, madame la ministre, mais si nous décernions comme le Canard enchaîné des « Noix d’honneur », il y aurait droit ! Vis-à-vis de l’opinion, vis-à-vis des associations, troquer des crédits destinés au relogement d’urgence contre des gilets pare-balles… Si encore, madame la ministre, vous aviez proposé, compte tenu de la situation dramatique des SDF, de troquer une partie des crédits pour le relogement d’urgence contre des couvertures chauffantes, j’aurais compris. Mais contre des gilets pare-balles, non ! Le ridicule a ses limites, même si je sais comme vous tous que, depuis Mme de Sévigné, il ne tue plus, hélas ! » Conclusion de Michel Abhervé : « Que nous constations que des crédits destinés au logement d’urgence n’aient pas été dépensés ne peut qu’étonner, vu l’ampleur des besoins restés non couverts. Mais que la Ministre ne se soit pas rendue compte du côté symbolique du prévèlement de sommes affectées au logement d’urgence pour les mettre sur le financement de gilets pare-balles montre qu’elle a le sens politique d’une huître. »

PS : l’illustration a été créée par Daniel Hue

Partagez cet article

  35 commentaires à “Pécresse : « le sens politique d’une huître »”

  1. Ah la la !
    Même moi, qui ai vraiment le sens politique d’une huitre, je n’aurais pas osé…..

  2. Et on explique comment il est possible, dans la dramatique situation actuelle, que les crédits alloués au relogement d’urgence n’aient PAS été dépensés?

    • Oui, c’est exactement la question que je me posais. Ou aussi, comme il est demandé plus haut, si l’état français a une dette, pourquoi vouloir absolument dépenser chaque euro du budget ?

      Enfin, quelque chose me dit que le non-respect des quotas de construction de HLM par pas mal de communes peuvent expliquer cette manne inexploitée dans le « relogement d’urgence ».

      Ceci dit, Madame Pécresse aurait pu faire encore plus fort : elle aurait pu proposer d’utiliser cet argent pour construire des prisons…

      Tout ça me rappelle un très bon livre de Theodore Roszak, « La menace américaine » : dans un chapitre de ce livre, l’auteur pose une question faussement naïve : est-il bien utile pour le gouvernement de Bush (président à l’époque) d’engloutir des sommes folles pour équiper l’armée, alors que cet argent pourrait servir à venir en aide à ceux qui en ont besoin ?

      La réponse arrive très vite, implacable : ce n’est pas une erreur, c’est une excuse. Les fameux « faucons » entourant l’ancien président sont désignés comme adeptes du darwinisme social, et leur politique, leur stratégie est d’écraser, d’éliminer les reliquats du monde qu’ils s’évertuent à construire. La guerre contre « l’axe du mal », c’est juste une vaste blague pour éviter de devoir investir dans des structures sociales.

      On est dans ce genre de discours avec l’intervention de Madame Pécresse. En plus petit.

  3. Si l’on prend, bien entendu, le mot « politique » dans son sens dévoyé de « électoraliste », pas sûr que la manoeuvre soit si stupide: les sans logement ne votent pas, les militants du mal logement ne voteront pas pour eux, les policiers, par contre sont un électorat anciennement solide mais actuellement fragilisé.

    Mais possible aussi qu’une fraction d’entre eux (ceux qui n’auraient pas un QI d’huître) se sente mal de devoir des gilets pare-balle à des économies faites sur le mal logement.

  4. Alors là Olivier, vous dépassez les bornes!!
    Ce n »est vraiment pas sympa pour les huitres !

  5. C’est assez osé comme camouflet !
    Moi qui croyais bêtement qu’il fallait utiliser la langue de bois dans ces milieux publics. Apparemment certains se lâchent un peu !
    Très bon spectacles !
    La place est chère, mais ça vaut le coup !

  6. Si les flics municipaux se contentaient du stationnement et de la sortie des écoles ils n’auraient pas besoin de gilets pare-balles. Cette mesure est destinée à équiper les milices municipales comme celle d’Estrosi.

  7. Fermer des écoles et ouvrir des prisons,prendre sur un budget d’urgence sociale pour faire de » la municipale » des « superflics » finalement avec du recule c’est tout à fait cohérent comme politique…

    • Mais oui, la politique de ce gouvernement est très cohérente et bien menée… Les mandants de Sarkozy le remercieront certainement chaleureusement de ses performances. Il est « celui qui a fait le job » comme ils disent…

      On ne devrait jamais les sous-estimer et jamais dire « ils sont bêtes », « pas de réflexion »…. Même si les comédiens du devant de la scène ne sont pas très malins, ils sont bien encadrés, par des gens formés et intelligents…. Les politiques sont réfléchies!!!

  8. deux possibilités :
    Cette fille est la plus cynique et amorale qu’il m’ait été donné de voir,
    cette fille peut concourir pour la couronne du roi des cons, et devrait songer à se faire greffer d’urgence un cerveau en état de marche.

    Dans les deux cas, quelqu’un pourrait-il m’expliquer ce qu’une plaie comme ça fait à un poste à responsabilités ? Je sais bien que l’UMP en général ne brille pas par son intelligence, mais franchement, elle a couché avec qui pour qu’ils acceptent un boulet pareil dans un gouvernement ?

    Dame pipi à l’assemblée, si vraiment les ors de la république lui manquent, à la limite, mais ministre ????

    • Si encore elle était seule ! C’est le règne des médiocres. Pour ne pas faire de l’ombre au « champion », lui aussi médiocre ?

      • Attention Olivier, , et je répond surtout au message précédent, dans ce cas précis c’est l’argument qui peut être renvoyé en pleine poire. Quoiqu’on pense (et je pense comme vous) de Valérie Pécresse, elle fait partie de ceux qui n’ont pas usurpé le poste qu’ils occupent.
        Juste les premières lignes de sa bio :
        « Diplômée des HEC Paris et de l’École nationale d’administration, elle enseigne à partir de 1992 le droit constitutionnel à l’Institut d’études politiques de Paris. …/… »
        Si l’on veut être cynique à son égard, on notera qu’elle a étudié à Neuilly comme Sarko, Hollande …et Clavier ! mais certainement pas concernant ses aptitudes intellectuelles. Ou alors faut revoir tout à l’ENA dont elle est sorti 2ème.

        Elle n’a eu besoin de coucher avec personne ! (C’est l’expression qui me choquait)

        Je n’ai d’ailleurs jamais compris pourquoi Ségolène (et ses conseillers) n’ont pas argumenté de même contre Sarko lorsque sa campagne était basée sur les prétendus incompétences de Ségo… Bardée de diplômes aussi, alors que lui n’a (comme son fils Jean) rien obtenu par examens.

        • Que Pécresse soit une ancienne brillante étudiante me laisse pantois, tant ses prises de parole, ses argumentations et ses raisonnements sont nullissimes, vraiment !

          • Oui, il faut le savoir pour savoir 😉

            Mais ça l’accable, puisqu’elle est en aptitude de bien comprendre ce qu’elle fait, c’est qu’elle le fait sciemment, et qu’elle est à vomie !

            Morano, Amara, Yade, NKM, Dati, Bougrab, etc. chaque cas est différent.
            Et il y a mieux à trouver si on cherche sur leur compte, qu’une généralisation sexiste en demandant avec qui elles ont couché.
            Car c’est vraiment ce qui me choquait dans l’argumentation.

          • S’il s’agit du commentaire de Sylvie, elle n’a pas parlé de coucher !

          • il s’agit du commentaire de RiGeL, et Pascal a tout à fait raison

            Pécresse est intelligente, mais/et toute pourrie de l’intérieur

  9. Moi, plutôt qu’huître , jaurais dit dit moule, moulasse ou moulesse (parceque ça rime), mais de toute façon, c’est comme tu veux, cela revient exactement au même!!!

  10. Personnellement c’est le « pour moi, en tant que ministre du Budget, chaque euro doit être dépensé » qui me choque le plus !

    En pleine crise de la dette (qu’ils disent), pour une fois qu’il y a de l’excédent quelque part, on s’empresse de le dépenser plutôt que l’affecter prioritairement au remboursement de la dette ? alors qu’on nous en rebat les oreilles depuis plusieurs semaines pour couper dans tous les budgets?

  11. Sans en rajouter sur Pécresse dont la mauvaise foi s’obstinant de la plus stupide des manières montre un sens politicien consternant – si on pense que derrière ses propos il y avait une réelle volonté d’aider les gens, de faire son devoir citoyen – , j’aimerais écrire quelques phrases sur le fait que les crédits FARU ne sont pas dépensés.

    A mon avis cela tient aux critères de relogement d’urgence, au nombre de 2, comme l’indique la loi .
    Deux critères seulement : salubrité et sécurité. Donc on reloge si le logement est insalubre – ce qui est heureusement aujourd’hui pas souvent le cas – où si y a le feu, un tremblement de terre, une fuite de gaz majeure..Bref, finalement peu de cas.
    Hors, le problème majeur est que ces notions écartent, peut-être pas volontairement le mal-logement, qui lui frappe plusieurs millions de gens. On pourrait facilement étendre la loi FARU à la frange la plus dégradée du mal-logement. Ce qui serait très citoyen, très bénéfique et surtout possiblement sans frais, puisque la loi FARU permet et demande même que les communes se retournent contre les responsables de l’insalubrité et de l’insécurité, ce qui serait étendu aux responsables d’une « dyshabitation » – néologisme pour décrire l’état de mal-logement très prononcé – majeure.

    Un problème à régler, pour en arriver, pour faire que les politiques traitent pour une fois un problème de manière importante et sérieuse. Pour cela il faudrait affronter la règle implicite et fondamentale du Marché : vendre à un prix maximal quelque chose qui ne vaut quasiment rien.

    Le problème en question s’avère être d’autres lois, relevant elles du Code de la Construction.

    En voici une toute petite partie, qui reflète malheureusement l’ensemble. A la lecture on voit très vite le problème pour évaluer une « dyshabitation » majeure. Les normes sont tout à fait minimales et la plupart sont tout à fait insuffisantes et complètement obsolètes en regard des types de construction, de commodités offertes par les technologies modernes et communément exigées par les standarts minimaux de vie actuels.

    …2. COMPOSITION ET DIMENSIONS
    Les pièces d’habitation (dites pièces principales) sont destinées au séjour et au sommeil (article R.111-1-alinéa 3 du Code C.H.).
    Un logement comprend au minimum une pièce d’habitation et les pièces attenantes (dites pièces secondaires ou pièces de service)
    suivantes:
    >une cuisine, ou un coin cuisine intégré à la pièce d’habitation,
    > une salle d’eau (ou une salle de bains), ou une salle d’eau (ou une salle de bains) avec un cabinet d’aisances intégré,
    >un cabinet d’aisances (dit toilettes).
    A. PIÈCES D’HABITATION
    La superficie (selon la LOI “CARREZ“) des pièces d’habitation est au moins égale à 9 m2 lorsque la cuisine est séparée, ou au
    moins égale à 12 m_ avec un coin cuisine intégré.
    La hauteur sous plafond des pièces d’habitation et de la cuisine est au moins égale à 2.30 mètres (article R.111-2 du Code C.H.).
    Les pièces d’habitation ont un volume habitable au moins égal à 20 m2.
    Les superficies habitables sont les superficies des planchers des locaux clos et couverts, hormis combles non aménagés, caves, soussols,
    remises, garages, loggias, balcons, séchoirs extérieurs, vérandas, certains volumes vitrés, locaux communs à l’immeuble et
    LOGEMENT DÉCENT SRU ÉTAT DE CONFORMITÉ DES NORMES D’HABITATION
    autres dépendances du logement, après déduction des surfaces occupées par les murs, cloisons et leurs revêtements, embrasures
    de portes et de fenêtres, marches et cages d’escalier, gaines et conduits, et sans tenir compte des planchers des parties des locaux
    d’une hauteur inférieure à 1,80 mètres.
    B. CUISINE
    La cuisine, ou le coin cuisine est intérieur au logement, et comprend :
    >une installation pouvant recevoir un appareil de cuisson (électrique ou à gaz), et un conduit d’évacuation (gaz) des produits de
    combustion en bon état,
    >un évier raccordé à une installation d’alimentation en eau potable froide et chaude, et à une installation d’évacuation des eaux
    usées.
    Les sols sont étanches et les parois situées autour de l’évier sont protégées contre les infiltrations.
    C. SANITAIRES
    L’installation sanitaire est intérieure au logement, et comprend :
    >un cabinet d’aisances, séparé de la cuisine et de la pièce où sont pris les repas,
    >un équipement pour la toilette corporelle (salle d’eau), comprenant un lavabo et une douche (ou une baignoire), aménagés de
    manière à garantir l’intimité personnelle
    , raccordés à une installation d’alimentation en eau potable froide et chaude, et à une
    installation d’évacuation des eaux usées.
    Les sols sont étanches et les parois situées autour du lavabo et de la douche (ou de la baignoire) sont protégées contre les
    infiltrations.

    On le voit le vocabulaire employé trahit une loi jamais reprise, jamais remise à jour. Les termes ne précisent jamais les dimensions ni le materiau à employer pour des choses aussi indispensables qu’une douche ou un évier, par exemple.

    Je connais bien un étudiant qui dispose d’un évier tout craquelé dans un coin d’appartement, sans repose-vaisselle et dont le siphon est à moitié bouché, avec un seul bac. La douche est si petite qu’il faut s’y tourner avec précaution si on ne veut pas accrocher le robinet et la pression du jet donne un filet d’eau qui oblige à rester 10mn immobile, le temps qu’au moins les cheveux soit délivrés du shampooing.
    Ceci loué naturellement à un prix prohibitif par un marchand de sommeil ordinaire, qui va sans doute à la messe, avant d’aller poser son chèque à la permanence UMP du coin.

    Sans doute pour juger de ces lois, de ces règles et les changer, il faudrait-il que nos élus pensent qu’elles peuvent exister. Ce qui, au regard de leurs revenus, niveau de vie et habitat est assez impensable.
    Ils rétorqueraient sans doute – on fait confiance aux Pecresse de ce monde pour toujours rétorquer quand on prétend signaler le sort des pauvres gens – qu’ils reçoivent des gens dans leur permanence.
    Mais les plus pauvres, sont aussi les plus honteux et ne viennent pas se plaindre.

    • Concernant le mal logement, j’aurais une suggestion très simple à faire à un gouvernement couillu. Un truc qu’on n’emploie pas assez à mon gout, depuis la fin de la seconde guerre mondiale.
      La confiscation pure et simple par l’état des biens qui ne sont pas entretenus correctement. Ca règlerait assez vite le sort des marchands de sommeil, me semble-t-il, et je pense que si l’état se rendait propriétaire de ces lofgements (et pourquoi pas de la somme nécessaire à la remise aux normes récupérée sous forme d’amende au propriétaire indélicat), il y aurait au moins la possibilité de faire bouger quelque chose.
      Au pire, ça mettrait fin à l’impunité d’une bande de salopards qui profitent de la faiblesse des gens pour se faire des montagnes de blé.

      • c’est une super idée!!!! une de mes anciennes proprio aurait été concernée et cela n’aurait été que justice.

        • ben oui, c’est une super idée. C’est pas compliqué à mettre en oeuvre, la notion de salubrité, même si elle n’est pas limpide, permet quand même de déceler facilement les abus les plus importants, c’est pas difficile à faire constater, il suffit d’amener un huissier qui constate. Ca coute pas cher à l’état de récupérer le logement, puisqu’il le confisque. Ca lui coute plus cher de faire condamner le proprio, mais bon, il se ratrappe sur l’amende, et sur la confiscation des autres biens si le propriétaire ne peut pas payer l’amende.
          Concernant le relogement, deux possibilités : soit les occupants sont relogés dans un truc décent, auquel cas ils payent un loyer normal, et pas une somme astronomique. Soit il n’y a nulle part ou les loger, auquel cas ils restent dans leur logement insalubre le temps qu’une solution soit trouvée. Mais dans ce cas, ils y restent gratuitement.

          Je crois que ça assainirait pas mal le logement en général, ce genre de mesure « extrême gauchiste ». De toutes façons, avec des types dans le genre des marchands de sommeil, il faut attaquer là ou ça fait mal, à savoir le portefeuille, et il faut pouvoir taper assez fort pour mettre ces salauds hors d’état de nuire pour longtemps. En plus de libérer la société d’un parasite, ça prend une valeur d’exmple auprès de ceux qui se sont pas encore fait choper.

  12. Ce n’est plus un gouvernement, c’est le carnaval des animaux !!

  13. C’est parfaitement dégueulasse d’insulter les huîtres de Pécresse! Non mais ;-))

  14. C’est hallucinant ! Si je ne lisais pas ça ici — une maison de confiance — je prendrais l’auteur pour un aimable plaisantin.

    Tu imagines la tête du gars, qui loge dans un gourbi sans chauffage, découvrant que le pognon pour le relogement d’urgence n’est pas consommé ? Quand on nous serine en permanence que les caisses sont vides et qu’il faut faire des sacrifices !

    Mais qu’ils aillent couper du saucisson au marché, balayer les rues ou affûter des couteaux ! Enfin n’importe quoi qui ne demande pas de faire marcher la gélatine qui leur tient lieu de cerveau. Bête à manger des gaufres avec le papier d’emballage !

    http://partageux.blogspot.com/

  15. Quand je pense à tous les ostréiculteurs, les gars de l’IFREMER, du CREEA et tant d’autres qui n’ont pas compris POURQUOI les huitres ne se reproduidaient plus ….

    ELLES NE VEULENT PAS ETRE CONFONDUES AVEC PECRESSE !!!

    C’est simple.

  16. Des gilets pare-balles pour les SDF ? C’est vraiment incroyable, en effet, toute cette histoire !

    Pauvre UMP qui vit dans les châteaux de France !

    Ils ont froid et faim ? Qu’ils s’habillent en gilets  » pare – balle » et qu’il respire l’air Sarkozyste !

    POuaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhh ! … ça pue ! Et il fait toujours froid ! Et il fait encore faim !

    Ainsi dame Pécresse, princesse UMPiste de son triste État pense que l’argent dit  » en surplus  » doit être dépensé ailleurs que pour l’hébergement d’urgence ? Honte à elle ! On ne fait pas un pas dans une grande ville sans voir des SDF partout, des jeunes et des plus vieux ! Poauaaaaaaaaaaaaah ! Que Se Vayan Todos !

    Trêve de fausse plaisanterie :

    Les familles délogées par la police UMP sauront maintenant où est passé l’argent qui devait les loger ! Il est  » Sur  » les flics qui viendront pour les chasser !

    Dois-je rire , devons-nous rire de tant d’infamie ?

    Il y a un an, j’ai même halluciné d’apprendre que les soldats envoyé par Nicolas Sarkozy en Afghanistan devaient eux -mêmes se payer des gilets pare – balles de meilleures qualité ( US ) s’ils ne voulaient pas mourir sous les balles des autochtones, « Afghans de souche » aux dernières nouvelles….

    Que penser de tout cela ? Des SDF abandonnés , des familles délogées, des pauvres encore plus pauvres et d’autres en masse qui le deviennent selon la fondation abbé Pierre ?

    Que devons-nous penser du racket de la police sur les budgets des nécessiteux ? Est-ce que la police Française est devenue, elle aussi, une instance nécessiteuse ?

    Quand aux soldats Français envoyés avec de mauvais gilets pare-balles dans de lointaines contrées pour terroriser les populations afghanes, bombarder les villages afghans, tout cela pour la pleine réussite dorée des actionnaires majoritaires des firmes pétrolières… je vous laisse seul juge.

    ( HELP ! )

  17. Ainsi, après les équipements de « vidéo protection » (totalement inefficaces mais juteux pour le marché de la « peur ») installés dans beaucoup de villes avec la bénédiction (et le fric de nos impôts) de l’Etat, voici que les polices municipales auront de bien zolis zilets pare-balles.

    Quant aux mal-logés, hein, mais qu’est-ce qu’on en a à faire, franchement ! Ils n’ont qu’a prendre des chambres d’hôtels à 38 000 € la nuit, comme le président, à Cannes (quand il a encore une fois sauvé la planète).

    • Très bonne remarque sur les crédits alloués à la « vidéo protection ».
      Je complèterais en précisant que ces crédits, pour environ (de mémoire) 80 % ont été prélevés sur l’enveloppe budgétaire qui devait financer les initiatives liées à la prévention de la délinquance… et les emplois qui vont avec !
      Encore un beau tour de passe-passe et un scandale avec un beau flot de fric qui finit dans les poches des gentils entrepreneurs…

    • Vidéoprotection = Vidéosurveillance

      Un des nombreux termes de Novlangue utilisés de nos jours… (il y a un bon « dico » là http://guerre.libreinfo.org/novlangue/dico-de-novlangue.html regorgeant de termes, c’est à voir!)

  18. Pécresse, Morano, Bachelot, Dati, Amara…
    Les femmes ne vous disent pas merci pour l’image que vous donnez de la politique au féminin !
    Qu’elles s’en aillent toutes, elles aussi !

  19. Les bras m’en sont tombés et j’en ai perdu mon gilet pare balles quand j’ai lu cette information
    d’aujourd’ hui sur le monde.fr :

    Jeudi 15 décembre 2011 :  » L’hébergement d’urgence dans une crise de moyens  »

    ah, bon ? Mais pourtant madame Pecresse a dit qu’il y avait un surplus d’argent et qu’on allait le filer à la police pour des gilets pare-balle qu’elle ne peut pas se payer sans piquer dans la caisse des mal-logés et des SDF ? Il faut savoir là ! Qui dit vrai ? …… il suffit de voir tous ces SDF dans les rues pour comprendre.

    Plus de SDF avait dit le nain en 2007 ! ah, ah ! Le larbin du Fouquet’s les aura triplé au final !

    Pour info :  » http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/12/15/l-hebergement-d-urgence-dans-une-crise-de-moyens_1619233_3224.html#xtor=AL-32280308 « 

  20. Tel ministre insufle tel idée exclusive, tel autre idem, souvenons nous de M Wauquiez qui souhaite réserver le logement social au personnes qui ont un emploi… et aux élus UMP comme de fait sans doute.. aux maires qui refusent la cantine aux enfants de parents sans emploi… Tout ce monde se ose prendre ces positions indignes et contraire aux valeurs humanistes et que faisons nous pour refuser l’ignomignie qui se distille peu à peu à partir du haut ?

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)