Oct 032011
 

Une piqûre de rappel ne fait jamais de mal. Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à la présidentielle, analyse le discours « sur l’état de l’union » prononcé par Manuel Barroso, président de la Commision européenne, le 28 septembre dernier : « Il s’agit d’approfondir la «coordination de la zone euro» par l’imposition de règles communes s’imposant aux Etats «incapables de prendre les mesures chacun devant leur opinion». Joseph Daulh, UMP, président du groupe de la droite, va plus loin. Il souligne que les élections dans chaque pays vont être un obstacle supplémentaire aux bons choix ! Bref, la démocratie, quel encombrement ! » Non à la dictature de la finance et de ses valets politiques, place au peuple ! « Le Fond Européen de Stabilité est décrété d’ores et déjà insuffisant par une partie de ceux qui l’ont créé. Ils auraient gagné du temps pour le savoir en lisant les textes de notre mouvance. A peine ce diagnostic est-il posé par les uns que les autres, dont le ministre des Finances allemand, le qualifient de «stupide». Tout en nuance.  A cet aveu et cette prise de cheveu s’ajoute une série de projets spécialement calamiteux. Le premier serait de recapitaliser les banques avec ce fond, comme l’a proposé Barroso. Quelle trouvaille ! Les états vont emprunter aux banques pour prêter aux banques ! C’est fort ça ! Deuxième absurdité. Le Fond va acheter sur le marché secondaire des titres de dettes publiques. A qui ? Aux banques qui s’en sont gorgées ! De l’argent frais contre du papier pourri ! Génial. Mais prêter directement aux Etats ? Jamais ! Rien n’arrêtera donc le désastre en cours. »

 

Partagez cet article

  17 commentaires à “Pour l’Union européenne, « la démocratie, quel encombrement ! »”

  1. Jour après jour, l’UE et la BCE ne cessent de manger leur chapeau. Mais par petit bout, et grâce à leur bienheureuse amnésie, dénient tout ce qu’ils ont dit, écrit, recommandé par le passé. Ils s’assoient – mais du bout des fesses… – sur les traités qu’ils ont fait voter, par la force et par la ruse (PS versaillais, n’oublions JAMAIS !). Quel autre bout de terrain vont-ils bientôt gagner par quel bout de leurs fesses ? Mais rassure-toi, Olivier, il y a une limite à leurs palinodies : ils ne prendront jamais aucune mesure en faveur des peuples ! Toutes leurs volte-faces n’ont pour but que d’assurer le maintien des privilèges de la finance !
    Simplement, ils nous ont ouvert la voie : ils démontrent chaque jour qu’on PEUT s’asseoir sur les traités. Comme dit Jacques Généreux dans son livre « Nous, on peut » (Seuil, 11€), l’impuissance face à la finance est le fruit de décisions politiques : les gouvernants d’Europe ont organisé leur impuissance, ils se sont mis à eux-mêmes les menottes ; « mais tout le monde sait bien que ces « menottes » budgétaires sont vraiment en toc » (p. 59) et qu’il suffira de décisions politiques pour les faire sauter !
    Mélenchon Présidons ! Et vive l’opt out « autorisé » par le Traité de Lisbonne. Notre exemple fera basculer le reste de l’Europe ! et les gouvernements devront suivre les peuples…

  2. Oui à Mélenchon!!!

  3. On peut surtout avoir l’impression qu’au delà de l’absurdité, rien n’étant jamais gratuit, le système se nourrit de sa dégradation pour fabriquer et consolider des boulets et des chaînes pour les populations. Car dans tout ça, quel argent semble disparaître de caisses toujours vides ?
    Et ces systèmes semblent toujours plus gourmands… Rappelons-nous que les gouvernements, et Sarkozy en tête rassuraient les peuples quand ils ont renfloués les banques, qu’en échange d’argent frais, elles prendraient des dispositions se sécuriser.
    Résultat, cette sécurité n’aura pas tenu plus de 3 ans… C’est nul, on peut le dire.

  4. On peut — et même on doit — être respectueux de certaines conventions, quand elles facilitent la communication. Mais être respectueux de ce qui se fait tout seul, sans autre raison, me paraît inquiétant.

    Du respect de l’autorité quasi immanente à la soumission au monopole de MIcro$oft, il n’y a qu’un pas.

    Quant aux guillemets, ils étaient l’italique du paresseux qui ne voulait pas changer de fonte, ou du pauvre qui n’en avait pas assez. Guillemets et italiques sont redondants, le plus souvent. 🙁

    • C’était une réponse à SuperOuèbeMastar.
      Pour dire que si les guillemets sont souvent inutiles, deux sortes de guillemets le seront encore plus souvent.

      • T’as vu où ça mène, Olivier, un billet sérieux ? Trois pékin(e)s qui s’empaillent pour des chiures de mouche ! Pardon… mille fois pardon, dis-je en me frappant la poitrine, « mea maxima culpa » (j’aurais bien redondé avec de l’italique, mais les « attributs » HTML m’intimident…).
        En attendant lisez le PPP (non ! pas «partenariat public-privé », Programme Populaire Partagé) et le lumineux petit libre de Jacques Généreux !

    • Je suis d’accord que :
      -1/ on est complètement hors sujet (désolé Olivier, je le ferai plus).
      -2/ cette interface de blog est un vrai dictateur en puissance qui oblige tout le monde au respect de conventions dont personne, au fond, n’a rien à foutre.

      Mais malgré tout : dans le « cas désespéré » d’Olivier, c’est peut-être pas plus mal. 😉

  5. On peut reprocher ce qu’on veut à Mélenchon, c’est un pédagogue. Tout à fait d’accord avec cette analyse du résultat final de ces recapitalisations à répétitions qui vont ruiner les états, enrichir encore les banques et laisser le problème intact. Problème, me semble-t-il, qui est celui des changes flottants opposés à un étalon reconnu, fixe, avec les contrôles corrélatifs qu’il impose.

  6. je n’arrive pas à comprendre !
    depuis des années sur union européenne que l’on nous vend n’est qu’une caricature, et viole la democratie !
    même eva jolie dit que si les pays n’ont pas voté « oui », alors il fait les faire voter jusqu’à ce qu’ils votent « oui ». Mais c’est une honte. Ajourdh’ui on voit que l’union européenne n’a tenue aucune promesse et s’est moquée des droits des peuples. Il serait temps de faire le bilan non ?, et de faire marche arrière, car nous sommes dans une impasse !
    Alors les melecnhon peuvent nous montrer qu’il y a des defaults de democratie dans l’union européenne, mais ils font partie de cette union en tant que euro député !, ils font partie du SYSTEME, ils sont dedans. C’est encore un double discourt dangereux à la mitterrand et à la lepen
    STOP !

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)