Mai 122013
 

Sur plumedepresse, il en fut question pour la première fois le 10 mars 2011, lorsque nous avons relayé l’information suivante : « L’agence officielle libyenne Jana a annoncé avoir « appris qu’un grave secret va entraîner la chute de Sarkozy, voire son jugement en lien avec le financement de sa campagne électorale », rapporte l’AFP. Cette annonce, reprise par la télévision officielle, est survenue peu après la reconnaissance par Paris du Conseil national de transition libyen, qui réunit l’opposition au régime du colonel Mouammar Kadhafi, comme le seul « représentant légitime du peuple libyen » et sa décision d’envoyer prochainement un ambassadeur à Benghazi. »  Damned, nous sommes fichus : Kadhafi est au courant pour Woerth-Bettencourt ! Ou alors, en plus des largesses de Mamie Gaga, Sarkozy se serait-il carrément fait financer en douce par un cadeau du dictateur ? » On le lit, nous avions d’abord traité le sujet par une boutade. Mais voilà qu’il en est à nouveau question le 16 mars 2011, à l’époque où nous tenions notre Kiosque permanent : Sarkozy financé par Kadhafi : maintenant, on attend les preuves, titrions-nous. Suivaient ces quatre lignes :

« La phrase du jour est signée Saïf al-Islam, le fils de Kadhafi cité par L’Express  : « Il faut que Sarkozy rende l’argent qu’il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale. C’est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler. […] Nous avons tous les détails, les comptes bancaires, les documents et les opérations de transfert. Nous révélerons tout prochainement. » Bon, on attend, donc », concluions-nous. Jusqu’au 3 mai 2012 exactement, il y a environ un an, où de nouvelles sources nous autorisent à publier Kadhafi a bien donné 50 millions d’euros à Sarkozy : dégage ! « Je confirme qu’il existe bien un document signé par Moussa Koussa et qu’un financement a bien été reçu par M. Sarkozy. » L’ancien chef du gouvernement libyen, Baghdadi Ali al-Mahmoudi, actuellement écroué à Tunis, confirme à Mediapart via son avocat, Me Béchir Essid, l’existence de la note publiée par Mediapart et le déblocage d’une somme de 50 millions d’euros en 2007 par le régime Kadhafi pour l’actuel chef de l’État français. La note a été rédigée sous son autorité directe. » Un dernier billet a enfin été publié à ce propos sur plumedepresse, le 3 octobre 2012 : Sarkozy aurait fait exécuter Kadhafi, d’après l’ancien coordinateur du renseignement extérieur libyen. C’est une nouvelle fois le média en ligne d’Edwy Plenel qui nous fournit la matière de cette Brève : « Une jolie Phrase du jour, tirée d’un article de Mediapart : « la menace d’une révélation d’un financement de Sarkozy en 2006-2007 a été suffisamment prise au sérieux pour que quiconque à l’Elysée veuille la mort de Kadhafi très rapidement ». Sans vouloir jouer les lourdingues, ceci voudrait confirmer, avec quelle force, que Kadhafi a réellement financé la campagne de l’idole des abrutis. Une accusation étayée par un article du Point (Kadhafi a-t-il été exécuté par la France ?), qui explique aussi que, bon, en même temps, ce n’est pas parce que plusieurs sources accusent l’ex président que c’est vrai, hein ! Le Point, quoi… Mise à jour : Mahmoud Jibril lui-même, ancien Premier ministre du gouvernement transitoire et aujourd’hui pressenti pour diriger le pays après les élections parlementaires du 7 juillet, accrédite la thèse ! »

Après ce long rappel, venons-en à l’actualité. Puisque Nicolas Sarkozy déclare : « Je vais peut-être être obligé de revenir », nous allons pour notre part peut-être être obligé de revenir sur ce sacré financement de sa campagne par feu le dictateur libyen ! Avec une nouvelle pièce au dossier, piochée dans Le Monde le 27 avril dernier : « Les preuves manquent toujours mais les témoignages Jacques-Dupuydauby-26-oct-2011_opts’accumulent, écrivent Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Les soupçons de financement occulte de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, en 2007, par la Libye de Mouammar Kadhafi, viennent d’être confortés par les déclarations de Jacques Dupuydauby. Cet homme d’affaires est en conflit depuis des années avec l’industriel Vincent Bolloré – dont il fut l’associé –, à qui il dispute le contrôle de la logistique de nombreux ports africains. Interrogé le 8 avril par un juge du pôle financier parisien, Serge Tournaire, M. Dupuydauby a rapporté les confidences qui lui auraient été faites à Tripoli, le 28 janvier 2009, par deux dignitaires du régime du colonel Kadhafi – renversé en 2011. Il s’agit de Bachir Saleh, alors directeur du cabinet du dictateur, et de son bras droit, Cheick Amadou – dit « Bany » – Kanté, ex-représentant pour l’Afrique de l’Ouest du Libya Africa Portfolio for Investment, le puissant fonds souverain libyen. D’après le récit livré au juge par M. Dupuydauby, ses deux interlocuteurs lui auraient expliqué qu’ils étaient contraints de stopper toute collaboration avec lui, au profit de M. Bolloré, à la suite des injonctions de Claude Guéant, alors secrétaire général de l’Elysée. « M. Guéant a rappelé à MM. Saleh et Kanté, qui me l’ont répété, que M. Bolloré avait joué un rôle important dans le financement de la campagne de M. Sarkozy en 2007, a assuré au Monde M. Dupuydauby. Il aurait servi d’intermédiaire, via notamment le Liechtenstein, pour le transfert des fonds libyens destinés au financement occulte de M. Sarkozy. » (…) Les déclarations de l’homme d’affaires, qui voue à M. Sarkozy une haine viscérale, intéressent d’autant plus le juge Tournaire que ce dernier est, depuis le 19 avril, chargé d’une instruction portant sur un éventuel financement libyen de la campagne de M. Sarkozy. Une enquête ouverte à la suite des allégations proférées par Ziad Takieddine. »

ns mk cg_optNous rappellerons enfin que Claude Guéant est désormais empêtré dans une affaire ainsi résumée par Les Inrocks : « Sarkozy a-t-il touché de l’argent du colonel Kadhafi ? C’est ce que semblent attester des documents déjà révélés ainsi que des déclarations de dignitaires libyens et d’hommes d’affaires. Une information judiciaire a été ouverte contre X, le 19 avril dernier, à ce propos. Aujourd’hui, le Canard enchainé révèle que Claude Guéant a reçu sur un compte 500 000 euros virés depuis l’étranger. (…) Ce dernier dément l’existence d’un lien quelconque entre l’origine de cet argent et un éventuel financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Financement qui, s’il a existé, passerait donc dans la catégorie de l’enrichissement personnel. Le Canard enchainé ajoute que les flics de la Division nationale d’investigations financières (DNIF) ont trouvé – lors de leur perquisition du 27 février au domicile de Guéant et à son cabinet d’avocat – des traces de “nombreux paiements de factures en liquide“. Guéant rétorque qu’il s’agirait de “primes de cabinet“. Petit souci, les primes en liquide ont été supprimées en 2002 par Jospin… » Et les 500 000 euros ? Selon Guéant, ils proviendraient de la vente de deux tableaux d’un peintre hollandais. Mais patatras, ça ne tient pas : « La «valeur type» d’une huile sur bois de 30 sur 60 cm du peintre Andries van Eertvelt représentant des bateaux en mer, comparable aux tableaux évoqués par Claude Guéant, «est de 15 127 euros», a assuré jeudi Artprice à l’AFP, relate Libération. Pour aboutir à ce résultat, le département Econométrie d’Artprice a retenu l’ensemble des peintures de cet artiste flamand du XVIIè siècle passées en ventes aux enchères publiques depuis 1989 et présentant des caractéristiques similaires aux deux œuvres décrites par M. Guéant, indique la société française. L’ancien ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy se défend de tout blanchiment d’argent après la découverte d’une somme de 500 000 euros sur son compte principal, provenant, selon lui, de la vente de deux tableaux de ce peintre à un «confrère» avocat «malaisien». (…) Claude Guéant n’a par ailleurs pas demandé de certificat d’exportation pour ces tableaux, a indiqué jeudi le ministère de la Culture, interrogé par l’AFP. Le site spécialisé La Tribune de l’Art a souligné que tout tableau d’une valeur supérieure à 150 000 euros doit obtenir ce certificat du ministère de la Culture pour être autorisé à sortir de France. » Le Monde précise« Interrogé une première fois dans la journée de jeudi par Médiapart, Claude Guéant a une première fois assuré détenir ce certificat, tout en refusant de donner des explications détaillées. De nouveau sollicité après l’annonce du ministère de la culture, il a cette fois « assuré ne jamais avoir confirmé ce point délicat », relate le site d’information. » Bref, dehors-sarkoplus il tente de s’expliquer et plus il s’enfonce, entraînant avec lui l’homme qui sera « peut-être obligé de revenir ». Ne riez pas, il y aurait bien toujours 30% de cyniques ou d’abrutis capables de voter encore Sarkozy ! [28% en fait d’après un sondage récent.] Prions donc pour que la justice aille à son terme – dans cette affaire comme dans celle de Karachi, de Bettencourt ou de Tapie ! –  et le mette hors d’état de nuire. Définitivement.

 

 

Partagez cet article

  12 commentaires à “Puisqu’il va « peut-être être obligé de revenir », nous allons peut-être être obligé de reparler de son financement par Kadhafi…”

  1. Merci pour votre boulot extraordinaire

  2. Merci pour votre dévouement et votre travail

  3. Trois mois de silence ! Mais bon, on te pardonne, t’es pas payé aux pièces… ;o)

    D’autant que, quand tu reviens, tu fais pas dans la dentelles. Ah la vache ! Expédier un porte-avion dans la gueule du nain à talonnettes !

  4. Oh oui, c’est bon de te retrouver, plus féroce que toujours! Et, là, je trouve que le moment est idéal pour reprendre le collier… Merci Olivier et que vogue la galère!!!

    • Oh oui, c’est bon de retrouver ta Plume féroce, quitte à dénoncer ce qui est politiquement incorrect! Merci, Olivier!!!

  5. En tout cas, voilà un retour qui fait bien plaisir : le vôtre !

    Quant au Tsar Kozy, même s’il ne revient pas, ce qui est souhaitable et qu’il faut empêcher, il faut que la justice soit faite ça ne doit pas rester impuni !

  6. […] Bettencourt, Kadhafi, Tapie… Vous croyiez tout connaître des différents scandales ayant émaillé la présidence du […]

  7. […] Bettencourt, Kadhafi, Tapie… Vous croyiez tout connaître des différents scandales ayant émaillé la présidence du […]

  8. […] Puisqu’il va « peut-être être obligé de revenir », nous allons peut-être être obligé de … […]

  9. En ce dimanche 30 juin 2013 ; cet article est encore plus savoureux à lire…
    Excellent boulot, comme toujours.
    A+ de l’invisible JBL1960

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)