Sep 082010
 

Les plus grandes manifestations en France depuis 15 ans, résume La dépêche : « Les manifestations contre la réforme des retraites ont rassemblé mardi en France entre 2,5 et 3 millions de personnes (selon les syndicats) et 1.120.000 (selon le ministère de l’Intérieur). » Nous étions pour notre part à Marseille, avec les camarades du Parti de gauche, au milieu de 300 000 personnes environ. Réaction du gouvernement ? Sarkozy lâche trois miettes et se cramponne aux 62 ans, titre Marianne : « La philosophie du texte reste inchangée : pas question de revenir sur l’allongement de deux années des deux dates pivots de notre système par répartition. L’âge légal de départ sera donc bien de 62 ans en 2018, tandis que celui assurant un taux plein, quelque soit le nombre des années de cotisation, passera lui aussi en 2018 à 67 ans. Les seuls gestes auxquels le Président consent concernent des points, qui pour être symboliques, sont en pratique, les moins coûteux financièrement pour le système : la pénibilité et les carrières longues. Pas question de revenir sur la définition de la pénibilité telle qu’elle figure dans le texte actuel, ainsi que le demandaient les syndicats. La pénibilité est donc comprise au sens du Medef : il ne s’agit ni plus ni moins que d’observer au moment du départ à la retraite un taux d’invalidité, donc un sinistre physique issu de l’activité au travail. Passent ainsi au travers de ce filtre tous les travailleurs, qui usés par un travail pénible, ne seront atteints que plus tardivement de pathologie pourtant directement issue de leur boulot. Mais grand seigneur, le chef de l’Etat baisse ce taux de 20%, initialement prévu, à 10%. Et encore, chacun devra faire valoir ses droits devant une commission… » Et Sarkozy tente aussi l’enfumage en faisant miroiter de possibles négociations de branche, soit au bon plaisir du patronat ! Ça suffit. Jean-Luc Mélenchon résume parfaitement l’enjeu : « La retraite c’est un sujet second dans les couches supérieures de la société où l’usure au travail est peu ressentie et où « l’oisiveté » est redoutée. Mais pour la majorité de la population active l’usure au travail se paie comptant, dans sa chair et toute rallonge est une peine supplémentaire, parfois décisive pour ce qui est du cap qui sépare bonne ou mauvaise santé, gêne ou handicap. » Non, nous ne travaillerons pas davantage pour garantir leurs profits : ce sont justement eux qu’il faut taxer. Au lieu de quoi le pouvoir refuse la seule voie possible : modifier le financement pour augmenter les recettes, plutôt que de faire payer toujours les mêmes. « Cette réforme ne répond pas aux enjeux actuels, constate l’intersyndicale qui appelait aux grèves et manifestations du 7 septembre. Les questions d’emploi notamment pour les jeunes et les seniors, celles des inégalités hommes-femmes, de la pénibilité, d’un financement durable appuyé sur une autre répartition des richesses produites, non seulement ne sont pas traitées, mais font porter à plus de 85% les efforts sur les salariés. » Durant la manifestation, un slogan a particulièrement remporté notre adhésion : « On ne négocie pas / le recul social / on le combat / par la grève générale. »

Mise à jour : Schneidermann avec nous ! Souhaitons la bienvenue au patron d’@rrêt sur images parmi les bolchéviques-au-couteau-entre-les-dents. Il écrit ce matin, à propos de la date choisie pour la prochaine manifestation : « Pourquoi pas plus tôt ? Deux millions et demie de personnes dans la rue, ça donnait de l’élan. Vu de loin, très humblement, il me semble que la seule action qui soit de nature à faire reculer le gouvernement, à le faire renoncer à ce report de l’âge légal de la retraite que chacun (…) juge suprêmement injuste, puisqu’il vise à faire payer par les ouvriers les retraites des cadres, la seule chose, c’est une grève générale reconductible, comme en 95. Avec blocage général de l’économie, pas de métros, trains à l’arrêt, et apoplexie quotidienne pour Jean-Pierre Pernaut. Hors de cette épreuve de force majeure, on est dans l’ajustement, le dosage, l’homéopathie. Donc, autant dire que les 60 ans (et 65 ans à taux plein), les syndicats font une croix dessus. (…) Alors pourquoi, aux télés du soir, aux radios du matin, personne (hormis Thomas Legrand, ce matin, sur France Inter, qui semble avoir entrevu la chose) ne le dit-il ainsi ? Pourquoi tout ce faux suspense sur « l’épreuve de force » , le « bras de fer » , qui se poursuivent ? Pourquoi tout le monde (chefs syndicaux, chefs de partis de gauche, journalistes) fait-il semblant d’assister à une bagarre qui, dans l’esprit de ses chefs, est déjà terminée ? »

Soutenez Plume de presse

L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !


Partagez cet article

  38 commentaires à “Réforme des retraites : grève générale pour le retrait du projet !”

  1. A part la date de 2078 pour le départ à la retraite à 62 ans, ce qui serait une sacrée concession de la part de Notre Dévoué Seigneur, tout le reste de l’article me sied totalement.

  2. Sur RUE89 une vidéo montrait une femme réclamant la même retraite pour tous :
    http://revolisationactu.blogspot.com/2010/09/moi-je-suis-pour-un-regime-unique-de.html

    J’approuvais par un commentaire
    ==
    Bravo à cette brave dame qui – dans la vidéo du dessus – disait
    « Moi, je suis pour un régime unique de retraite. La même pour tous. »
    La révolisation égalitariste est en marche !!!
    1000 euros pour tous les Terriens !!! (travail libre !)
    Il ne lui reste plus qu’à comprendre que de Marx à Pablo Casals, nous travaillerons jusqu’à notre dernier souffle à nous rendre utiles à la société !!!
    ==

    Il est hors de question que les pauvres et la jeunesse deviennent les dindons de la farce formoise.
    TOUS les jeunes à qui je pose la question répondent : « Mais non, nous n’aurons jamais de retraite. Nous le savons ».

    Nous, égalitaristes réclamons « 1000 euros pour tous les Terriens » et donc … un minimum vieillesse AUGMENTE de 300 euros.

    Nous, égalitaristes, voulons partager avec tous nos Cousins Terriens.

    La forme « Grève Générale » est une vue de l’esprit archéo-pseudo-trotskyste.
    Ce qui importe, c’est la QUESTION DU POUVOIR.

    Et donc… non pas une « Union de la Gauche Colonialiste » relookée.

    Il faut de nouveaux SOVIETS.

    Il faut, pour empêcher les magouilles des électoralistes et des manipulateurs d’assemblées générales que les LIBRES CITOYENS s’associent – en tant que DÉLÉGATEURS – pour désigner (UN pour 25) un délégué révocable.
    Et que 25 délégués désignent – librement – un délégué représentant 625 personne … etc…
    Ces délégués REVOCABLES A TOUT INSTANT … seront l’ARMATURE de la révolution anticapitaliste qu’il est URGENT de réaliser.

    L’alliance entre les pauvres, les jeunes et la classe formoise qui a défilé hier est à ce prix.
    Écrasons le capitalisme et … réglons nos comptes ensuite.

    Nous égalitaristes contraindrons la formoisie au PARTAGE INTÉGRAL DES RICHESSES.
    Le salaire unique, le travail libre, l’abolition de la retraite. Avec l’investissement démocratique sans Bourses, sans banques, sans plan Staline, sans plan Besancenot.

    Il faut donc construire un GOUVERNEMENT RÉVOLUTIONNAIRE appuyé par 25 millions de DÉLÉGATEURS pratiquant la DÉLÉGATION GÉNÉRALE RÉVOCABLE.
    C’est URGENT !!!

    Mais, Olivier, allez relire le bilan de Mai 68.
    La forme « Grève générale » n’a pas empêcher Séguy et Marchais de TOUT SABOTER.
    J’apprécie de vous voir glisser sur votre gauche.
    Mais allez donc relire (« Où va la France ? ») … ce que Trotsky développait comme thèse sur la question du pouvoir dans les années avoisinant 1936.
    Je retrouve le lien, télécharge le texte. Je le (re) lirai ce soir.
    http://www.marxists.org/francais/trotsky/livres/ouvalafrance/ovlf.htm
    Bonne lecture.

  3. […] This post was mentioned on Twitter by Olivier Bonnet and Olivier Bonnet, Louise de Lannoy. Louise de Lannoy said: RT @OlivierBonnet: Réforme des #retraites : grève générale pour le retrait du projet ! http://www.plumedepresse.net/?p=314 […]

  4. […] This post was Twitted by recriweb […]

  5. […] This post was Twitted by mans83 […]

  6. […] This post was Twitted by cuicuiNRV […]

  7. Paris avant la Manif……

    http://www.youtube.com/watch?v=vdPzfrGXYqo

    Vous ne verrez plus Paris de la même manière !

    Et Marseille idem ?

  8. Woerth maintenu envers et contre tous !

    Que peut-on reprocher à l’un des dix doigts du Roi de France ?
    -D’avoir menti à une presse qui lui a porté atteinte en diffusant ses empreintes ?
    -D’avoir remis au goût du jour la notion de privilèges qui existe depuis toujours ?
    -D’avoir servi indirectement son pays, en favorisant directement son parti ?
    -D’avoir misé sur les plus grosses fortunes pour permettre à son Roi de décrocher la lune ?
    -D’avoir un peu souillé l’éthique du grand public pour confirmer la primauté du politique ?
    Mais le majeur n’a rien fait d’autre qu’obéir à la volonté générale, incarnée par son Roi et exercée par les neuf autres doigts.
    On ne peut pas le couper sans couper la main, le bras et la tête de celui qui l’a maintenu rien que pour nous montrer ce que c’est qu’un doigt d’honneur.

    http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%20Woerth

  9. Oui Olivier, on ne négocie pas ! 2003 PLUS JAMAIS CA, NEGOCIATIONS PIÈGES A CONS…….
    Mais regarde aujourd’hui la triste réalité : nous avons appris hier la décision de l’intersyndicale nationale de n’appeler à se mobiliser que le 23 septembre ; jour où le projet de loi passe à l’assemblée ce qui signifie clairement qu’on accepte que ce projet passe devant les chambres.
    Le retrait qui est un objectif clair mobilisateur pour faire échec à ce projet inacceptable n’est pas et c’est maintenant évident ce que veulent les directions de la CGT et de la CFDT.

    A la manifestation du 7 nous étions une poignée à mettre notre énergie pour faire passer l’idée que l’exigence du retrait serait la condition pour que les salariés aient une vision claire de l’objectif poursuivi et par là s’investissent dans la grève , dans la lutte pour défendre nos retraites et l’emploi pour les jeunes.
    Il y avait nécessité de créer un véritable rapport de force pour le retrait du projet , ce n’est pas du tout ce qui s’est passé dans les centrales syndicales majoritaires, bien au contraire à l’UD CGT de mon département, la veille de la manif, des courriers du responsable ont été envoyés aux militants leur interdisant de prononcer le mot « retrait » du projet de loi dans les manifs (j’ai reçu moi même ce courrier, j’ai halluciné ! )

    Aujourd’hui devant cette décision de l’intersyndicale nationale , le front unitaire est en cours d’explosion (Solidaire, FO n’étant pas d’accord). Il faut que les gens, les salariés amplifient le mouvement au delà de leur centrale syndicale et immédiatement.Il s’agit d’un véritable enjeu de société .
    Que partout en France se construise la résistance à cette débâcle…et désobéissez aux états majors, ils vont une fois de plus nous plier l’affaire, la CGT suit de façon moutonnière la CFDT, cela depuis le début ! je suis en rage et je ne verserai plus un seul centime à ma section CGT ! il va falloir régler les comptes aussi avec nos syndicats. Ils s e sont mis dans le bourbier du réformisme et n’arrivent plus à en sortir. Le syndicat de classe a disparu et c’est pour cela que nous n’arriverons à rien changer, rien, ! après la réforme des retraites, ce sera la retraite complémentaire qui sera attaquée, puis la sécu, puis loi sur la santé psychiatrique, puis , puis, puis, ………..puis toutes les saloperies xénophobes qui sont en préparation.

  10. Il est, pour moi aussi, bien évident qu’il ne faut pas transiger; c’est le retrait du plan retraite, un point c’est tout ! Et cela doit être suivi d’un arrêt immédiat de la casse libérale. Mais c’est du rêve ? Nous allons devoir subir la politique de Sarközy jusqu’en 2012 et là, il ne faudra ABSOLUMENT pas laisser le pouvoir à ce ramassis de margoulins UMP/PS et autres libéraux, si nous voulons nous opposer à l’oppression libérale de l’Europe actuelle, si nous voulons lutter contre l’arbitraire de l’OTAN, si nous voulons ne serait-ce qu’un peu d’équité dans nos vies. De l’équité, pas de l’égalité; car nous ne sommes pas égaux, mais nous pouvons être équitables.

  11. La réforme de l’âge légal de départ à la retraite est imposée par la Commission Européenne (institution antidémocratique s’il en est). Aujourd’hui 62 ans pour passer ensuite et rapidement à 64 ( directive européenne oblige ) ce n’est pas tant à Sarkozy et sa bande de malfrats que nous devons nous opposer mais aussi et surtout à cette « Europe » dogmatique ultralibérale qui nous entraîne vers le chaos et la destruction de la paix civile. Certes! il faut détruire Sarkozy et sa cohorte de reitres nauséabonds mais il ne faudra surtout pas oublier d’élargir la cercle des expurgés à tous ces traitres au peuple et à la nation, indument élu dans le mensonge, la trahison et la forfaiture.
    Dépassons les clivages syndicaux, reprenons le chemin de la rue, poursuivons notre marche, assiégeons ces citadelles de l’argent et ces palais des mensonges, extirpons-en les gardes et les maîtres pour les mener et les livrer à la justice du peuple. Retournons aux fondamentaux de notre constitution après avoir balayer cette raclure d’élus félons pour retrouver la dignité et la fierté d’un peuple libre, égalitaire et fraternel.
    Mais pour en retrouver tout le sens j’opte sans hésitation pour la manière forte.

  12. Bien dit. la grève générale reconductible est le seul moyen d’enterrer ce projet de réforme…

    Il faudrait exiger le retrait des réformes Balladur et Fillon sur les retraites…

  13. Moi non plus, je ne comprends pas bien cette date du 23 septembre. Le projet sera passé, à peine amendé, à l’Assemblée Nationale. Chérèque semble mettre ses espoirs dans le Sénat (navette oblige). Pourtant, il aurait été plus logique de mettre la pression sur les députés avant qu’ils votent !!!!

    Or ce que je récuse dans ce projet de loi, c’est le passage à 67 ans au lieu de 65 pour une retraite sans décote. C’est totalement injuste pour tous ceux qui ont une carrière incomplète (précaires, chômeurs, temps partiel, majoritairement les femmes).
    L’âge de 60 ou 62 ans me paraît moins important car déjà générateur d’injustices (carrières longues): je préconise plutôt la possibilité de prendre sa retraite dès que le nombre d’annuités nécessaire est atteint (donc 60 ans si carrières complète depuis l’âge de 20 ans, 62 si c’est 22 ans… et 56 si c’est 16 ans !).

  14. Un seul raisonnement tient la route : pouvoir de nuisance.
    Grève générale illimitée, blocage du pays (les routiers l’ont bien fait, il n’y a pas si longtemps) : plus de rentré fiscale, TVA, TIPP… baisse immédiate du CA des grandes surfaces et compagnie… le patronat et le gouvernement ne mettraient pas longtemps à faire leurs comptes. On se fait b… comme des bleus !
    Le 23, c’est sans moi ; j’en ai fini avec des grèves en pointillé, après avoir fait celles des 23 mars, 24 juin et 7 septembre.
    Le seul mot d’ordre pour cette arnaque de réforme était : abandon immédiat du projet de loi. Les syndicats n’ont pas tout compris (et je suis gentille en le disant comme ça).

    ¡ Que se vayan todos !

  15. « la pénibilité et les carrières longues » un geste? Ces mesures auraient dû déjà être intégrées dans la proposition initiale avec les mêmes proportions!
    Quant aux élites des syndicats, ce n’est pas une légende urbaine que de dire qu’elles sont plus proche de ceux qui nous gouvernent que de leur base!

    Une parodie de négociation

  16. […] This post was Twitted by desenfumage […]

  17. Quelle que soit la période à laquelle on se réfère depuis la fin de la seconde guerre mondiale, on peut affirmer que la richesse globale de la France n’a cessé de croître. On sait aussi que la part de la richesse produite revenant aux salariés a constamment diminué au profit de celle des revenus du capital. On sait également que les déficits ont été délibérément crées et creusés afin de mettre en évidence une prétendue inefficacité de la gestion collective et par conséquent d’offrir aux souscripteurs d’obligations des revenus dorés.

    Néanmoins, je ne crois pas bonne l’idée qui consisterait à se contenter de taxer tous les revenus pour combler les déficits sociaux. D’abord parce que l’introduction de ressources liées à l’impôt s’oppose à l’idée de gestion paritaire (employeurs/salariés) des caisses de retraite comme de celles de la sécurité sociale. Et parce que ces ressources seront indispensables pour un gouvernement d’une autre nature dans les domaines de l’éducation, la santé, du logement, de la culture, de la justice, de la police…
    Alors ? Alors, il faut rendre aux gens la part de la richesse qui leur revient, cette part à laquelle, en toute justice, ils ont droit grâce à leur travail. Augmenter les salaires et donc les cotisations. Et donc les impôts.

    D’ailleurs, je ne trouve pas bonne l’idée d’intégrer la pénibilité, le travail des femmes etc… dans une négociation sur les retraites. Faut-il attendre la fin de la vie d’une personne pour solder d’un seul coup toutes ces questions ? Tout cela relève d’un code du travail qui fixerait les conditions décentes dans lesquelles exercer un emploi et recevoir la rémunération correspondante.

  18. Gaffe, Olivier, ce slogan qui t’a tant plu était porté chez nous par le cortège… libertaire (très beau cortège, d’ailleurs, déterminé, nombreux et jeune) : « On ne négocie pas / le recul social / on le combat / par la grève générale. » 😉
    Et oui,vas-y charcle ! on relaiera, fais-nous confiance !

  19. Le 9 septembre 2010, parution du livre qui explique la France des années Sarkozy :

    « Le président des riches », de Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, édition Zones, 13,30 euros.

    http://livre.fnac.com/a2892692/Michel-Pincon-Le-president-des-riches?Fr=0&To=0&Nu=1&from=1&Mn=-1&Ra=-1

  20. Quand une UD (en l’occurrence de la CGT, ce qui aggrave le fait)se permet de balancer un ultimatum à un collectif « jeunes » (FSE, UNEF, UNL)les sommant de retirer le mot… RETRAIT de leur texte sous peine d’être exclu de la délégation de fin de manif du 7/09 (comme l’a été l’UD FO),il faut s’attendre à une remise au pas générale des syndiqués qui revendiquent leur liberté de penser et d’agir ! Un seul souhait, c’est que les direction de ces syndicats payent au prix fort, très, très fort, leur trouille d’oser construire un véritable rapport de force avec le pouvoir. Le 23/09 ? Comment casser le thermomètre qui s’affole… déjà en 95, en 2003, les mêmes ont été changés en pierre face aux débordements de la base libre et majeure.La lutte de classe se complique avec le jeu réformiste de la majorité des syndicats institutionnels… D’autres espaces (FSL ? Collectifs ? Fédération politique type LKP, ou encore embryonnaire de la FASE) sont à investir afin de trouver un débouché politique aux mouvements sociaux. Pour la bonne bouche et continuer à énerver nos ardeurs, voici la fatwa syndicale :
    Aux camarades de la FSE, UNEF et UNL

    « Copie aux OS de salariés

    A la demande du secrétariat de l’UD réuni ce matin, il vous est demandé de réfléchir encore un instant concernant la phrase du RETRAIT que nous ne voulons pas voir figurer dans l’intervention publique demain place de Verdun.

    Ce qui est important, c’est que nous voulons tous d’autres solutions pour l’avenir de nos retraites et notamment vous les jeunes, retrait ou pas retrait. Stratégiquement, nous avons peur que le seul retrait soit une victoire sans lendemain car elle n’aurait pas résolu le problème du financement qui resterait entier.

    Et vraiment, relancer la bagarre derrière pour des solutions alternatives risque d’être très difficile…

    Donc, SVP, ne compliquez pas ce qui peut être très simple et ne change rien sur le fond de notre volonté commune de mettre le gouvernement sur le reculoir et qui va l’être si nous ne tombons pas dans ce type de débats démobilisateurs. Retirez cette phrase et tout sera OK pour demain. Sinon nous interprèterions cela comme une volonté de briser l’unité.

    FO a été écartée de la délégation en préfecture. L’intervention unitaire ne fait pas mention du retrait. Il n’est pas concevable que vous restiez sur cette position alors qu’il n’était pas prévu au départ d’autre intervention que celle unitaire des syndicats de salariés, qui sont les interlocuteurs du gouvernement sur ce sujet, devons-nous vous le rappeler.

    J’attends confirmation.

    Pour l’UD CGT

    Patrick BROCHIER »

  21. Ceux qui « peuvent » faire grève et faire chanter tout le monde aurons gain de cause comme d’hab . Les autres paierons..comme d’hab aussi. Ca ne resoudra pas les déficits et aggravera les inégalités, mais les futurs « mécontents payeurs » ainsi que leur précieux sentiment d’injustice sont un très bon reservoir d’électeurs pour le gouvernement actuel. Qui le moment venu n’hésitera pas à stigmatiser les différences qu’il aura lui-meme créé. Avec la bénédiction de la gauche, trop contente de protéger les avantages de ses petits protégés et de crier victoire! MDR! C’est beau la politique!

    • Prenez le temps de vous renseigner : cette contre-réforme est une terrible régression et il est absolument faux de croire qu’elle est motivée par les déficits. C’est un problème de financement très loin d’être insurmontable en même temps qu’un choix de société. La France n’a jamais été aussi riche ! Marre d’être gouverné par le patronat !

  22. […] Réforme des retraites : grève générale pour le retrait du projet ! […]

  23. […] Réforme des retraites : grève générale pour le retrait du projet ! […]

  24. […] Réforme des retraites : grève générale pour le retrait du projet ! […]

  25. […] * « Il n’y a pas d’alternative », couramment résumé par l’acronyme anglais Tina, est l’éternel non-argument de la doxa libérale, récemment encore appliqué à l’inique réforme des retaites. […]

  26. […] si parfaitement le fond de notre pensée que nous le citions déjà dans notre billet où nous appelions à la grève générale pour obtenir le retrait du projet : « Pourquoi pas plus tôt ? Deux millions et demie de […]

  27. […] Que se vayan todos !** Las, il ne faudra pas compter sur nos syndicats, en train de proprement torpiller la contestation de l’inique réforme des retraites. Nous vous annonçons pour demain un billet cinglant à ce […]

  28. […] passée en force contre l’opinion du peuple exprimée par tous les sondages et près de trois millions de manifestants dans les rues, alors même que le président avait promis qu’il ne toucherait pas aux 60 ans et […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)