Oct 092010
 

Soutien au mouvement pour les retraites ! plumedepresse en grève… du zèle : deux éditions quotidiennes au coeur des mobilisations.

Pas plus tard que dans notre billet d’hier soir, nous vous parlions de lintéressant article de Marianne consacré à l’interview de Raymond Soubie, conseiller antisocial de l’Elysée et grand artisan de la contre-réforme des retraites. Le journaliste Emmanuel Lévy nous y expliquait à quel point le scénario est balisé et le gouvernement confiant quant à l’essoufflement du conflit. Mais nous n’avions pas alors cité la phrase désignant LE sujet d’inquiétude du pouvoir : « Encore que, à l’Elysée on surveille comme le lait sur le feu, la mobilisation étudiante et lycéenne. Voilà pourquoi Raymond Soubie a critiqué la participation au mouvement des lycéens, qui ont lancé des actions, jeudi, dans nombre d’établissements. «Je trouve qu’il est totalement irresponsable que des adultes en situation de responsabilité dans certaines organisations invitent les lycéens à aller dans la rue pour le sujet des retraites», a-t-il estimé. » Le ministre de l’Education Luc Chatel enfonce lourdement le clou ce matin sur France Info, propageant le discours le plus éculé qui soit : « Nous avons environ 80 lycées qui étaient hier concernés par des tentatives de perturbations ou de blocages, c’est-à-dire moins de 2% des 4 300 lycées » : tactique de la minimisation, mille fois observée en pareils cas. Mais qu’il continue donc : rien de tel pour énerver les jeunes, les pousser à répliquer : « ah, il va voir si le mouvement est « très limité » ! A ce stade, nous espérons une salutaire contagion et c’est bien la perspective qu’entend conjurer le gouvernement. « Mon rôle c’est d’abord de dénoncer quand il y a des tentatives de récupérations ou d’irresponsabilité, tout simplement de personnes qui veulent mettre les lycéens en danger en les appelant à participer à des actions », poursuit-il. Revenons d’abord sur l’argument ultra-classique de la « récupération » : les lycéens et étudiants ne sont pas capables de développer une réflexion autonome et d’appréhender les effets catastrophiques de cette réforme ; aussi sont-ils forcément manipulés. Ils apprécieront. Chatel ne dit pas qui tire les ficelles des jeunes pantins mais il pense très fort à la méchante extrême gauche trotsko-fasciste. « Nous assistons à certains appels locaux de la part de personnes sur Internet et autres ou de tracts anonymes qui appellent les lycéens à manifester » : les voilà, les responsables ! Des manipulateurs cyniques réfugiés dans l’anonymat d’Internet, qui ne font que dévoyer notre belle jeunesse de « bons Français » ! Mais attention, Chatel revient sur le « danger » encouru par les lycéens et étudiants et voilà notre Phrase du jour qui s’avance : « Moi, je veux rappeler que manifester sur la voie publique c’est dangereux ». Précision dans son communiqué relayé par le JDD : il condamne « l’irresponsabilité de tous ceux qui mettent les lycéens en danger en les appelant à des actions qui risquent de dégénérer ». Dégénéré toi-même ! Renvoyons donc le ministre à brushing au site officiel du gouvernement Vie Publique : « Le droit de manifester est un droit fondamental des pays démocratiques. La manifestation est une réunion organisée sur la voie publique dans le but d’exprimer une conviction collective. Elle peut d’ailleurs demeurer fixe (et même assise, on parle alors de « sit-in »), mais le plus souvent elle prend la forme d’un cortège qui se déplace. La manifestation est un événement traditionnel de la vie politique et sociale et l’un des plus importants se déroulant à l’extérieur des enceintes politiques. La manifestation constitue aussi un moyen de pression à l’égard du pouvoir politique auquel sont présentées des revendications. » Alors il faudrait savoir, Chatel ! Si manifester est « un droit fondamental », est-il normal que celui qui l’exerce court un danger ? Et pourquoi manifester sur la voie publique serait-il « dangereux », d’abord ? A cause du risque d’ampoules aux pieds et d’entorses de la cheville causées par plusieurs heures de marche, peut-être ? Nous doutons fort que Chatel fasse allusion à ce péril-là… C’est ce qui nous semble infiniment grave : en réalité, il menace implicitement les jeunes de violences policières. « Ah vous voulez manifester ? Ne venez pas pleurer après si vous vous prenez des gaz lacrymo et des coups de matraque dans la tronche ! » Un ministre de la République qui tente de faire peur aux étudiants et lycéens – ainsi qu’à leur parents – pour les dissuader d’exercer leur droit démocratique fondamental à exprimer leurs convictions par la manifestation, sous la menace de répression brutale de la part des « forces de l’ordre » : scandaleuse tentative d’intimidation ! Voilà où en est aujourd’hui la démocratie française Sarkozie. Bien malade.

Soutenez Plume de presse

L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Cet article vous a intéressé? Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

Partagez cet article

  24 commentaires à “Retraites : Chatel menace les jeunes de violences policières !”

  1. Sarko & consorts craignent que les jeunes ne se mêlent de la question des retraites qui les concernent énormément. Dans l’Humanité de ce samedi, Victor Colombani, président de l’Union nationale lycéenne (UNL), explique pourquoi les lycéens s’en mêlent (parce qu’ils ne s’emmêlent pas tous ces jeunes dans les discours cyniques d’un Chatel permanenté ou d’une Pécresse traîtresse ; les lycéens sont clairvoyants, ils n’ont pas besoin qu’on leur dise ce qu’il faut faire). Car les lycéens ont des parents qui, un jour, seront à la retraite, comme eux-mêmes, et dans les chaumières bruissent des rumeurs comme quoi la réforme des retraites Woerth-Sarkozy c’est de la merde ! Et tous ces jeunes se souviennent de la solidarité de leurs grand-parents et de leurs parents lors des manifestations pour le retrait du CPE (Contrat première embauche) en 2005. De fait, à leur tour, ils seront solidaires de leurs vieux.

    Et si Chatel envoie des troupes de Robocops armés contre les participants aux manifestations à venir, nous ne laisserons pas faire.

  2. Ecoutez bien ce que dit Eric Cantona dans cette vidéo :

    http://bellaciao.org/fr/spip.php?article107495

  3. 2006, le CPE

    Peut-être aussi Chatel insinue-t-il aussi la peur des « casseurs » et autres voyous dans les manifestations.

    • Oui, année 2006 le CPE.

      Pendant le mouvement universitaire de 2009, lors des nombreuses manifestations parisiennes ou autres rondes infinies des obstinés, nous avons vu débarquer de jour comme de nuit (oui oui, on a occupé la place de l’Hôtel de ville en tournant comme des cons pendant plus de 1.000 heures pour marquer notre désaccord avec les réformes Darcos, Education nationale et Pécresse, Enseignement supérieur et Recherche)des personnes pour semer la zizanie. Personnes que l’on retrouvait et que l’on retrouve encore dans les manifs parisiennes pour mettre le bordel. D’où des cordons de sécurité organisés par les différents cortèges de manifestants.

      Salariés du privé : prenez une R.T.T. pour manifester le mardi 12 octobre et le samedi 16 octobre (eh oui, y’en a qui bossent le samedi !).

      Bonnes manifs à tous où que vous soyez sur cette planète : les expatriés peuvent brandir leurs banderoles et pancartes devant les ambassades…

      Cela se joue maintenant Demain ce sera trop tard !

  4. C’est clair, ils ont bien raison… Nous aussi, tous, on surveille comme de une bonne vieille tâche d’huile la révolte lycéenne et étudiante.
    Si elle prend, c’est tout bon.
    On a beau dire, ces manifs manquent de coeur, manquent de feu, sont un peu défaitistes (si, si, je le pense). Il manque de « freedom’s just another word for nothing else to loose ».
    Si les lycéens et les étudiants s’emparent du sujet, tout est possible. Vive 95 ! Vive les lycées ! Vive la fougue de la jeunesse ! Aidez-nous, nous les vieux cons…

    • Dacodac Bernard.

      Dans les manifs « plurigénérationnelles » (Style « guerre du Golfe ») je traine toujours du côté des étudiants et pas seulement parce-que la musique est meilleure…
      Il y a là la foi d’exister multipliée par une contagieuse joie de vivre (tralala); donc de l’humour, beaucoup d’humour : Je me souviens d’une pancarte « vive les bretzels » qui me fait toujours rire aujourd’hui…
      Quel paradoxe d’entendre certains « mal-embouchés » parler d’immaturité de la jeunesse sur le thème des retraites. Comme si cela ne la concernait pas au premier chef ?
      La jeunesse c’est la relève,la principale concernée par un futur dont elle comprend parfaitement qu’il se joue aujourd’hui pour elle !!!
      Elle assiste aussi, impuissante comme chacun, au démantèlement hyper-accéléré de tous les acquis sociaux en se demandant, peut-être, ce qui l’attend dans les décennies prochaines ?
      Plus de retraite du tout ??? Plus de chômage non plus ? Fini aussi les allocs et ce qu’il reste de sécu (une peau de chagrin) ?
      En 68 c’était un mauvais débarquement: « sous les pavés la plage »?
      Non! Un mirage!
      A partir de 78, en dessous, c’étaitle chômage…
      En 2008 c’est le naufrage, et en 2018 le carnage ???

  5. Il est claire que ce qui a carractérisé les 3 manifs précédentes,au delà du nombre important de manifestant et de leur diversité socio-pro, c’est qu’il n’y a pas eu de casse en fin de manif. Je ne doute pas un seul instant que les prochaines pourraient être l’objet de provocs de la part de groupes envoyés par les partis de droite! Histoire de justifier les interventions policières et de marquer les esprits.
    En conséquences, l’encadrement des manifs doit être très soutenu, pour déjouer « le piège ».
    Ceci dit, les « jeunes » sont avertis de ce risque donc…

  6. […] This post was mentioned on Twitter by Olivier Bonnet, Désenfumage, Louise de Lannoy, Louise de Lannoy, Lorti Tna and others. Lorti Tna said: RT @OlivierBonnet: #Retraites : Chatel menace les jeunes de violences policières ! http://alturl.com/yme5t Scandaleuse tentative d’intim … […]

  7. Fort belle démonstration Monsieur Olivier ! Le gouvernement est capable de tout, même de violence. Mais nous serons derrière nos gamins pour les protéger. 😉

  8. Je n’ai pas encore lu l’article, mais je veux juste dire que quand j’ai entendu les commentaires de Luc Chattel, je leur ai trouvé une odeur nauséabonde d’extrême-droite.

  9. Chatel rêve peut-être d’avoir à disposition les voltigeurs motocyclistes comme en Iran, alors que chez nous ils ont été abandonnés après le tabassage mortel de Malik Oussekine.

    Tous les étudiants sont des Malik Oussekine potentiels.

    Voilà sans doute ce que veut dire Chatel (et son marionnettiste Sarko)

    On le saura très vite.

    Arf !

    Zgur

    • Tout à fait d’accord, Zgur.
      Et au fait : comme j’ai été obligé de valider ton commentaire, c’est donc que c’est le premier (à l’avenir tu publies en direct ici), alors bienvenue sur le nouveau plumedepresse !

  10. Je me dois de protester haut et fort. Olivier, tu fais une lourde erreur, et ça me fait de la peine. ;o)

    Lorsqu’un éleveur a une vache qui boite obstinément ou une truie qui tire la patte ostensiblement, il l’envoie à l’abattoir. On dit qu’il « réforme » sa bête. Et tous les professionnels de la bidoche parlent des « bêtes de réforme » avec lesquelles on fait du saucisson ou autres produits hachés. Le vétérinaire consulté qui jette l’éponge dit « elle est bonne pour la réforme ».

    Sortons de l’élevage. Du temps où la conscription envoyait tous les jeunes garçons faire un stage sous les drapeaux d’une patrie peu reconnaissante, les cabossés et autres tire-au-flanc étaient… »réformés ».

    Dans le cas présent il s’agit bien d’une réforme des retraites. Sans fleur ni couronne. Comme pour une vieille truie…

  11. Que le gouvernement ait plus peur des lycéens que des salariés en dit long sur l’expression « esclavage salarié », pas vrai ?

    Comme j’ai honte !

  12. […] traiter les adversaires politiques et syndicaux d’irresponsables, à prétendre qu’ils manipulent les lycéens et les étudiants ou qu’ils les instrumentalisent, voire même, comme l’a fait Éric Worth sur Public […]

  13. En la matière ce gouvernement n’a rien inventé .
    Pour la petite histoire, voici une trentaine d’années nous étions en train de manifester.
    En pleine manifestation un pavé fuse, manque de chance il a fini sa course sur une amie ancienne déportée …
    L’auteur du jet a été immédiatement arrêté par nos soins, l’histoire se termine dans le bureau du sous-préfet local :

    Le délinquant n’était rien de moins qu’un policier en civil, avait-il des ordres je n’ai aucune certitude (preuve matérielle) à part mon intime conviction .

    Vous-voyez rien de plus simple que de pourrir une manifestation et discréditer un mouvement, la méthode n’est pas d’aujourd’hui …

    Ce qui ennuie le plus l’UMP c’est que les étudiants sont les seuls qui peuvent lui tenir tête quasi-indéfiniment…

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)