Jan 252011
 

Quelques jours après avoir comparé Nicolas Sarkozy à « un VRP cocaïnomane », dans la chronique Ma semaine mythomane qu’il tient chaque semaine sur France 2 durant l’émission Semaine critique*, Nicolas Bedos était invité dimanche sur le plateau de Tout le monde il est beau (Canal +). C’est cette fois à propos de la police qu’il s’est lâché : « J’ai passé deux nuits en cellule de dégrisement, avec des flics odieux qui ont un QI de poulpe mort, pour la plupart. (…) Le flic de la nuit, le patrouilleur, est un abruti. C’est un voyou en uniforme, c’est une racaille qui est tombée du bon côté. » Bruce Toussaint, qui anime l’émission, ironise alors : « Et vous avez donc d’excellents sentiments vis-à-vis de la police », ce à quoi Bedos répond ; « Et que moi, j’emmerde. » Le syndicat policier Alliance « en appelle au ministre de l’Intérieur pour que ces outrages fassent l’objet d’une procédure judiciaire et que son auteur soit poursuivi, telle que la loi pénale le permet », nous apprennent Les Inrockuptibles. On écrit « leur auteur » et « tel que la loi », mais on ne va tout de même pas trop en demander à Alliance… « Unité SGP-FO, le premier syndicat de gardiens de la paix, a ainsi dénoncé la « banalisation de l’insulte », complète Le Parisien. « Comment accepter cette violence verbale dans un programme diffusé en clair le dimanche à midi ? » Ça les énerve nos policiers, forcément. Le trublion va-t-il trop loin ? Bien sûr que tous les flics de la nuit ne sont pas des abrutis. Bedos est dans l’outrance et balance des insultes pour exprimer sa mauvaise humeur – « je suis très remonté, très remonté », insiste-t-il. Un tel coup de gueule anti-flic primaire mérite-t-il pour autant une procédure judiciaire ? Nous vous laissons le soin de trancher. 

Ce nouveau débat s’ajoute à celui que Le Post affichait à la Une de son site le 22 janvier, sous la plume ironique de Bruno Roger-Petit : Nicolas Bedos a-t-il le droit de traiter Sarkozy de « VRP cocaïné » ? « Du coup, ce matin, c’est parti pour un débat comme on les aime sur le net, écrit le journaliste : « A-t-il le droit ? », « Peut-on se moquer du président en son absence ? », « Giesbert a-t-il condamné d’un mot le propos de son chroniqueur ? », « Nicolas Bedos, drôle ou pas drôle ? », « Peut-on rire de tout en disant n’importe quoi ? », « Et le cheval, hein, le cheval… Est-ce que nous lui demandons son avis avant de lui monter sur le dos ? »… (…) Alors ? Que penser ? Que dire ? Au lendemain de la journée qui fut consacrée au débat sur l’opportunité de célébrer le cinquantenaire de la mort de Céline, la chose est grave. Imaginez un peu. Dans un siècle et plus, on se demandera peut-être s’il faut célébrer le cinquantenaire de la mort de Nicolas Bedos, l’homme qui traita le président Sarkozy de « VRP cocaïné »Sur ce sujet effectivement crucial, Le Parisien a sollicité une réaction de France 2 : «La phrase est de très mauvais goût», a concédé Claude-Yves Robin, directeur de la chaîne. Mais pas de quoi non plus fouetter un chat. «Chaque semaine, Nicolas Bedos égratigne quelqu’un. Cette fois, c’est tombé sur le président de la République»Alors, y-a-t-il ou pas matière à flageller un félidé ?

Comparer Sarkozy à un VRP (Vendeur représentant placier) n’est pas nouveau : de la sérieuse Charente libre récemment par exemple (« Nicolas Sarkozy, VRP en Inde : accompagné de son épouse, le chef de l’Etat entame demain une visite officielle en Inde avec l’objectif de conforter les relations commerciales de la France avec le 2e géant de l’Asie », édition du 3 décembre) au plus satirique Sarkostique, source de l’amusante illustration ci-contre.

Quant à la cocaïne**, un montage vidéo compilant sur Dailymotion huit séquences durant lesquelles le président se touche le nez assimile ce geste au « tic du cocaïnomane ». Sans aller aussi loin, Jean-Michel Apathie avait fait scandale en mars 2009 en déclarant, durant sa chronique politique du Grand journal de Canal + : « C’est embêtant quand on est chef de l’Etat français et qu’on est hébergé par un trafiquant de cocaïne (…) On espère qu’il n’y avait pas trop de cocaïne dans la maison [où était hébergé le couple Sarkozy lors de son voyage au Mexique, NdA]. » A l’époque porte-parole de l’UMP, Frédéric Lefebvre avait accusé l’éditorialiste de « salir Sarkozy ». Mais Renaud Revel, notre confrère de L’Express, analysait : « Vie privée, vie publique, Sarkozy, qui n’a eu de cesse de tout mélanger depuis son élection, est parvenu à torpiller son image et à réduire en miettes la fonction présidentielle. » Le dérapage de Nicolas Bedos s’explique exactement de la même façon. Le camarade Guy Birenbaum s’est indigné sur Twitter (voir ci-contre), à quoi nous avons répondu : « En même temps, c’est pas le président, c’est Sarkozy ! 😀 » [Edit : pan sur notre bec ! En fait, Guy ne s’indignait pas mais annonçait qu’il ne participerait pas à ce débat-là.] Le respect dû à la fonction… Vaste débat : un bonimenteur ayant réussi à se faire élire devient-il respectable parce qu’il a su abuser des millions de gens ? Le respect doit-il se mériter ou est-il acquis quoi qu’il advienne ? Comment séparer la fonction de l’homme qui l’occupe ? Et l’actuel hôte de l’Elysée, avec son « Casse-toi pov’ con », son « traité simplifié », qui impose l’Europe libérale au mépris du référendum de 2005, ou encore sa contre-réforme des retraites, passée au forceps contre l’avis de 70% de la population, pour ne prendre que ces trois exemples criants, a donné au peuple français tant de marques de son profond respect… C’est bien le problème avec Sarkozy : trop de respect tue le respect !

*Comme nous le rapportions en presque direct à nos abonnés du Kiosque permanent.

**L’Express rapporte aussi ces propos sur Sarkozy tenus par « un proche conseiller » du président géorgien : « Il fallait le voir, Sarkozy, incapable de rester assis plus de dix secondes et l’oeil rivé sur sa montre. Il ne cessait de répéter : « Mon avion part dans trente minutes ! » On aurait dit un lapin cocaïnomane ! »

Soutenez ce blog ! Votre serviteur, journaliste au chômage, tente le pari de vivre grâce à plumedepresse : pour deux euros, rejoignez le Club des plumonautes en vous abonnant pour un mois au Kiosque permanent, le rendez-vous pluri-quotidien de notre revue de Web, actualisée en temps réel six jours sur sept. Cliquez sur le kiosque ci-dessous !

Partagez cet article

  39 commentaires à “Sarkozy « cocaïnomane », les flics « voyous en uniforme » : faut-il bâillonner Nicolas Bedos ?”

  1. Cocaïnomane ou schizophrène? Là, je sais que ça ne passera pas!!! Tant pis, cela me soulage…

  2. Je pense depuis mai 2007 que la France ayant alors besoin d’un président philosophe pour comprendre les enjeux de l’époque et les rendre intelligibles a élu un vendeur de bagnoles d’occasion. Qu’il soit ou non cocaïnomane, au fond, ne change rien à l’affaire.

  3. Il y a quelques années, lors d’un fameux procès sur les caricatures de Mahomet, toute une palanquée de donneurs de leçons bien pensants s’étaient déclarés pour le droit à la caricature. Sarkozy lui même avait témoigné à ce procès, pour dire tout le bien qu’il pensait du « droit à la caricature ». Dont acte !

    On a donc le droit de caricaturer qui on veut, Mahomet, le Pape, Jésus, Dieu et même Sarkozy !

  4. Personne n’est parfait !
    Même pas notre Grand Olivier…

    qui aujourd’hui cite et fait un lien vers l'(autocensuré) Bruno Roger-Petit, ce qui se fait de pire sur le Net.

  5. […] This post was mentioned on Twitter by Actualités Sarkozy, Denis Fruneau. Denis Fruneau said: #actus Sarkozy « cocaïnomane », les flics « voyous en uniforme » : faut-il bâillonner Nicolas… http://goo.gl/fb/4UwK4 […]

  6. Mais savez vous que nous avons un sarkozy nouveau avec sa présidence du G20 ? Toutes les radios et télés nous vantent le sarkozy nouveau. Comme le beaujolais, tous les ans nous avons un sarkozy nouveau. Et tous les ans, comme le Beaujolais nouveau, on nous sert de la merde. Santé!

  7. Effectivement, pour respecter le président de la République, faudrait-il encore qu’il soit digne d’être président de la République. La Marine ne s’y est pas trompé: balancer une telle vérité, reconnu par tous les lucides de la politique mais pas par les béni-oui-oui et autres collabos au National Sarkozism des médias, lui a permis d’accrocher un nouveau électorat de naïfs et de désespérés de la politique.
    Justement, en reconnaissant de tels faits, le caractère indigne de Nicolas, l’opposition lui coupe l’herbe sous le pied. C’est donc presque un devoir d’oser le dire, d’oser parler et comme c’est à la mode, d’oser s’indigner!
    Reste juste à avoir assez de cran pour l’avoir. C’est peut être plus facile pour un humoriste, reconnaissons au fils Bedos ce courage, pour ne pas dire cette témérité.

  8. N’ est pas interdit : la parodie, le pastiche et la caricature, compte tenu des lois du genre.
    Pas de dénaturations grossières des personnages mais droit de modification qui ne porte pas atteinte à l’ honneur ou à la réputation
    Donc tolérance mais si plainte, c’ est au juge de trancher le degré de non-respect.
    Le fils Bedos marche sur des oeufs. On ne peut pas, sans risque, traduire tout haut ce que presque tout le monde pense tout bas surtout des hautes autorités.
    J’ ai lu, ce matin : Monsieur Sarkozy REFUSE la présidentielle. Franchement, il y a de quoi rire.

  9. Et d’abord, les tunisiens avaient-ils le droit de traiter Ben Ali de dictateur ?

  10. Il a dit exactement « cocaïné » je l’ai entendu en direct, c’était jouissif. Il y avait Gaino juste à côté de lui. A mon avis c’était bien dans le fil de la totalité du propos… Allez savoir pourquoi il n’y aura pas de plainte…

  11. Son milieu de prédilection celui du showbiz est terriblement tentateur, non ?

  12. Il n’y a pas que Bedos qui manque de respect à notre lapin duracell. Tapez « dourak » (en russe « connard ») sur google et vous aurez une tapée d’articles sur notre cocaïnomane national, le ci-devant immigré hongrois de 2° génération Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, vulgairement nommé le gnome des Carpathes

    • « Connard ? » Faut pas dire « connard ». « Connard » ! C’ est un gros mot « CONNARD » (Bedos père tout craché).

    • Il semble bien que les « caricatures » prennent même encore moins de gants, ces derniers temps.
      Notre Saigneur ne l’ a pas volé ce phénomène.

      • @Emmanuel

        Admettons. Cela dit, je ne peux m’empecher de pensr qu’un coluche ou un Desproges seraient en prison, actuellement.

        • Coluche oui.
          Desproges : non.

          Sans lui enlever de talent, incontestable, Desproges n’a jamais été subversif ! Débuts à l’Aurore (clone total du Figaro), télé-Giscard avec Jacques Martin, incursions limites-xénophobes chez Charlie-Hebdo, gnangnan chez Claude Villers à France Inter (Ô combien fut meilleure l’intervention de Luis Rego comparée à celle de Desproges le même jour de la venue de Le Pen), la minute de cyclopède très neutre et revendiquant l’absurde seul, et enfin ses dernières « victimes » en spectacle étaient les footballeurs, Dorothée ou le groupe Indochine. Je vous laisse juge du choix des victimes comparé aux choix de Coluche !

          Quitte à prendre quelqu’un de droite, Thierry Le Luron (par auteurs interposés comme Patrick Font) était bien plus gênant pour le pouvoir.

          • Desproges, jamais subversif ?

            Et quand il disait que si les juifs allaient sans protester à Auschwitz, c’était parce que c’était gratuit ?
            Vous croyez que ça passerait aujourd’hui ?

  13. Avec cette affaire on pourrait ressortir le débat sur la dépénalisation des outrages pour éviter que certains policiers n’engagent trop de procédures abusives pour arrondir leurs fins de mois, non ?

  14. Heureusement qu il y a encore des humoristes qui jouent le rôle de contre-pouvoir! Nous ne sommes pas (encore…) en dictadure…

  15. Bonjour Olivier,

    Je n’étais pas venue sur votre blog depuis très longtemps. Pas bien ça… 😉
    Bel écrin pour une plume savamment acérée !

    A bientôt 🙂

  16. La fourberie Denisot/ Apathie hier soir au grand journal (sans majuscules) : ils mis sur le même pied Bedos et Plantu, venu avec force dessins et ses crayons faire le fanfaron et continuer à salir Mélenchon, laissant passer à plusieurs reprises sa haine pour le jumeau de Marine. Ce n’est pas une caricature qu’il a pondue, c’est une charge politicienne de bas étage, doublée du corporatisme journalistique bobo qui dégouline sur « Meluche ». Pitoyable.

    • Le grand journal de canal+ est devenu une entreprise de démolition du ps et surtout de mélenchon, où le sinistre guignol apathie éructe ses diatribes dignes d’un pilier de bistrot après la 5° tournée avec force gesticulations et mimiques qui goguenarde, qui méprisante, qui servile.
      Le courage du pitre méridional se limitant bien sûr à l’invective contre les personnalités absentes du plateau, et se mesurant à l’onctuosité de ses interventions face aux copé, dati ou guaino.

      Ce « dourak » ne se rend même pas compte qu’il est le prototype de « journaliste » servile, cireur de pompes, serveur de soupe qui rend la profession si détestable et la décribilise

      • Il a pourtant défendu Méluche : « Mercredi soir, le journaliste Jean-Michel Aphatie a pris la défense de Jean-Luc Mélenchon sur le plateau du « Grand journal » de Canal +.

        « On ne peut pas dire » que Mélenchon et Marine Le Pen « se ressemblent aussi facilement », selon le journaliste. « À mêler tout le monde, on ne permet pas au débat politique de gagner en clarté », selon lui. » (Le Post)

  17. Non mais cocaïné ou nomane, je pense que c’est parfaitement exact, tout son habitus corporis le montre.
    Et si d’aventure il a, en plus, un coup dans le nez (rappelez vous il est censé ne pas boire/aimer l’alcool), ça donne des discours.. encore plus « si y’en a que ca les dérange » que d’habitude.
    De toute façon pour tenir le rythme (un avion le matin et un autre le soir, comme d’autres prennent le métro) c’est qu’il a des produits pour tenir.
    Pbme, ce genre de produit ne fait que renforcer ou enclencher une psychopatho présente et/ou sous jacente et assez souvent de la paranoïa.
    Il pourrait pas faire une overdose, qu’on se le fade pas en 2012…?

  18. Qui manque de respect à qui ?
    Qui sont les racailles qu’il faudrait « karcheriser » ?
    Qui est le pauvre con qui devrait se casser ?
    Qui est le plus outragé, eux ou nous ?

  19. NKM (si y’avait qu’elle !) prétendante à la rubrique « Ferme ta gueule » : http://www.lepost.fr/article/2011/01/26/2384357_quand-nathalie-kosciusko-morizet-fait-pression-sur-france-2-pour-faire-virer-nicolas-bedos.html#xtor=ADC-218

    J’ai bien aimé la précision : « cette sortie contre l’insultant Nicolas Bedos a été proférée dans le cadre de la classieuse émission de RMC baptisée Les Grandes gueules ! ».

  20. On n’a que ça pour défendre nos idées ?
    Un fils à papa imbu de lui ? Un blanc bec qui se pense au dessus des lois et insulte à tout va quand la loi de la république s’applique pour lui comme pour les autres ?

    Ben le Sarko il a de beaux jours devant lui avec ça. C’est sûr qu’avec de tels propos de fond on avance !!!

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)