Mar 282012
 

A la suite de l’article du Monde daté d’aujourd’hui (mais publié hier), qu’a répondu Nicolas Sarkozy à l’insolent confrère qui a osé l’interroger sur le sujet du financement de sa campagne de 2007 ? « Aucun commentaire à faire. Le Monde fait campagne pour François Hollande. » Un peu court. Comme nous l’indiquions hier matin, c’est le Journal du dimanche qui a le premier relancé l’affaire. Le quotidien de son « frère », Arnaud Lagardère, ferait-il lui aussi campagne pour le socialiste ? En outre, il est question d’éléments précis, de témoignages concordants et de découvertes faites en Suisse… Mais qu’eût pu répondre le sortant candidat, « Oui, c’est vrai, j’ai triché pour me faire élire » ? Alors il botte en touche avec une énorme mauvaise foi. Et se ridiculise dans la foulée une nouvelle fois : après « Y’a un moment aide-toi, le ciel t’aidera« , « Si y’en a que ça les démange d’augmenter les impôts« , « On se demande c’est à quoi ça leur a servi »  ou encore « héritation » à la place d’héritage, entre autres exemples, le voilà qui nous offre une nouvelle perle. Régalez-vous, c’est cadeau : « Alors oui, je veux apporter des réponses. Oh, des réponses qu’on ne comprendra pas dans certains cercles dirigeants, des réponses qu’on va regarder avec cette méprisance, cette attitude hautaine… » Dégage, l’analphabète !

Partagez cet article

  20 commentaires à “Sarkozy, de plus en plus acculé, se ridiculise (une nouvelle fois)”

  1. Une fois de plus Sarkozy nous prouve qu’il est plus à l’aise avec le moyen français qu’avec le Français moyen http://atilf.atilf.fr/scripts/dmfX.exe?LEM=m%E9prisance;ISIS=isis_dmf2010.txt;OUVRIR_MENU=5;s=s16180050;LANGUE=FR;AFFICHAGE=2;MENU=menu_dmf;;XMODE=STELLa;FERMER

  2. « Le quotidien de son « frère », Arnaud Lagardère, ferait-il lui aussi campagne pour le socialiste ? »

    Il faut se méfier des évidences. Le JDD cherche toujours du lectorat et ne peut se contenter des (é)lecteurs de Droite pour renflouer ses caisses.
    Rappelons-nous que l’édition du Samedi a été mise au placard et que les attentes de Lagardère n’ont pas été satisfaites sur le plan financier. Sans mordre sur un électorat de « gauche », le Journal continuera d’être en déficit. D’où la mise au rencard d’Editocrates comme Olivier Jay et auparavant de Charles Villeneuve trop marqués.
    Quant au discours pro-socialiste du JDD, il faut le mettre en perspective avec sa haine de la Gauche (mélenchoniste), sa subtilité pro-sarkozyste et ses experts issus des think tanks, tous avec une Pensée Unique, celle de préserver le Système.

  3. Alors, là, je me régale, il nous fait du sur mesure pour qu’on puisse se moquer de lui en toute bonne foi!!!

  4. « …des réponses qu’on va regarder avec cette méprisance… »

    C’est un lapsus, il voulait dire cette méprisitude…

  5. Veuillez quitter immédiatement ce petit ton plein de méprisation envers le chef de l’Etat, M. Bonnet!
    Cela fini par confiner à l’insupportance.

    Mme Bettencourt sût savoir têtre bien moins regardante quand le porteur lui témoignît sa gratifiance, croyez-moi…

  6. Beaucoup de gens bien font leur version personnelle de la langue, parfois innovante et souvent empreinte d’intelligence et de générosité.

    C’est pas vraiment le cas de Sarkozy. Il manifeste en cela son parcours et ses préoccupations profondes. Un marchand de conseil tout le temps avec des marchands d’affaires et de biens, pour marchander des combines permettant de multiplier les combinaisons marchandes lucratives, ça ne peut pas faire un français empreint de noblesse et de fluidité, de valeur et de sincérité.

    C’est également pourquoi ses propos empruntent souvent à l’anglais, langue majeure des affaires. Mais même dans cette direction qui lui ressemble, ce n’est pour user de la langue anglaise avec maîtrise, mais pour en fabriquer un espèce de sabir bon pour échanges sommaires.
    Dans sa tête tout prêt de son bonnet, il n’en a que faire. Ce qui importe vitalement pour notre ami en sursis, ce sont les gros mensonges pour tirer la négociation à son avantage, et la quantité de pognon, d’impunité, en l’occurrence, que ce baratin peut lui rapporter. Et après lui, le déluge…

  7. Ignare, arrogant et incompétent. On a résumé sa personne comme son mandat.
    Le pire dernièrement était aussi son « musulman d’apparence », simplement ignoble.

  8. À force se semer la méprisance, Sarko récolte le hainage.

    • Pauvre Sarko, je sens que, comme dirait l’autre, il va être empêché par les électeur de faire un second mandat…

    • Sauf que…avec 13 à 15% pour Le Pen et 25 à 30% pour Sarko, ça fait 38 à 45% d’électeurs pour la droite extrême.
      C’est pas du tout gagné.

  9. Jeudi 29 mars 2012 :

    Depuis 2004, le nombre de pauvres ne cesse de croître.

    La France a 13,5 % de sa population qui vit en dessous du seuil de pauvreté monétaire (c’est-à-dire moins de 950 euros par mois pour une personne seule). Ce chiffre, qui représentait 8,2 millions de personnes en 2009 (dernières statistiques disponibles), n’a fait que se détériorer depuis 2004 (12,6 % à l’époque).

    Plus inquiétant, la très grande pauvreté est elle aussi en augmentation : depuis 2004, le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de 40 % du niveau de vie médian (640 euros pour une personne seule) est passé de 2,5 % à 3,3 % de la population totale, soit 2 millions de personnes. Or à ce niveau d’exclusion, les chances de sortir de la pauvreté deviennent très minces.

    Samedi 24 mars 2012 :

    La fortune de Nicolas Sarkozy a progressé de 30 % depuis son élection en 2007.

    Le Président-candidat évalue son patrimoine personnel à un peu plus de 2,7 millions d’euros, contre 2,1 millions au début de son quinquennat.

    Presque 650.000 euros de plus qu’en 2007. En cinq ans, le patrimoine personnel du chef de l’Etat aura progressé de près de 30 %. Comme l’indique l’édition de ce samedi 24 mars du Journal Officiel, Nicolas Sarkozy dispose désormais d’un patrimoine d’un peu plus de 2,7 millions d’euros. Une fortune qui se décompose de la façon suivante : contrats d’assurance-vie (2,58 millions dont 2,3 auprès de la banque HSBC France), diverses collections (autographes, montres, statuettes) estimées à 100.000 euros, ainsi que 56.919 euros crédités sur le compte courant ouvert au nom du couple, toujours auprès de HSBC France.

    http://www.challenges.fr/elections-2012/20120324.CHA4646/la-fortune-de-nicolas-sarkozy-a-progresse-de-30-depuis-son-election-en-2007.html?google_editors_picks=true

  10. Quand tu parles de lui , tu dit bien ac culé ? parceque je suis un peu sourd

    • Je crains que oui.
      Pour le préfixe en-, c’est plutôt à nous tous, qu’il s’applique. Et bien profond, pendant 5 ans. J’ai un stock de vaseline que je n’utilise pas actuellement. Quelqu’un est acheteur pour les 5 ans qui viennent ?

  11. En même temps j’ai toujours dit que le jour où il aurait tout cassé ils le lâcheraient tous. Ils ne l’ont « aimé » que par le rôle qu’ils lui ont donné et qu’il a tenu peut être même avec trop de zèle!(lire ou relire les raisins de la colère de Steinbeck) livre extraordinaire tant il aurait pu être écrit à notre époque et prouve que l’histoire ne fait que se répété éternellement. J’en suis au moment où ils apprennent qu’on doit venir au bal du camp où ils habitent et que certains aimeraient supprimer; »…mais supposer qu’il y ait vraiment une bonne bagarre avec disons…des coups de revolver.. »Extraordinaire non! A lire absolument.
    De toute façon tel que se passe les choses pour Sarkozy ne peut on dire que les rats n’ont d’autres choix que de quitter le navire. Où de l’imposer au gouvernement mais là ce sera par la force et c’est une autre histoire qui risque de commencer pour nous!

  12. Attention à son langage bien « moyen-ageux » inculqué par des putains de serpents venimeux (méprisance, suffisance), même si son « héritation » irrite comme les allergies aux bouleaux…
    Bouloter plus pour se goinfrer ?

  13. Pour le moment Eva Joly est la seule à lui demander de s’expliquer sur sa « grosse Bertha » de casserole qu’il traine avant l’échéance du premier tour !
    Le slogan « la France forte » avec la mémèrekel dedans deviendrait donc une petite saucisse de Frankfort ?
    Aïe ! Aïe ! Aïe ! La moutarde de Dijon me monte au nez !!!!

  14. Ces affaires (Bettencourt, Karachi) tombent au bon moment. La justice compense les fonds illimités de la campagne Sarkozyste.
    S’il est avéré que l’on vient de supporter le gang Sarkozyste pendant cinq ans à cause d’élections truquées, il y en a qui vont avoir intérêt à s’en aller très loin…

  15. Sarkozy veut oublier ce « prêt » de 3 millions.

    Il veut croire que c’est la faute aux médias, à quelques médias. En début de semaine, Nicolas Sarkozy a publiquement accusé le Monde de rouler pour le candidat François Hollande. Le quotidien du soir avait titré sur cette enquête du juge Gentil sur l’éventuel financement occulte de la campagne de Nicolas Sarkozy par les époux Bettencourt en 2007.

    Il avait la trouille, et faisait mine de n’y rien paraître. Il espérait que cette France silencieuse qu’il cherchait tant ne lisait pas ses rares médias perturbateurs.

    Jeudi 29 mars, en déplacement dans le Gard, Nicolas Sarkozy refusa donc de répondre à une question de Mediapart, sur une autre affaire : comment avait-il pu financer l’acquisition de son duplex sur l’île-de-la-Jatte, à Neuilly-sur-Seine ? A l’époque, il avait prétexté un prêt de 3 millions de francs (200.000 euros) de l’Assemblée nationale. Et le prix d’achat était déjà largement inférieur aux prix du marché.

    La journaliste de Mediapart, sur cette video, est empêchée d’insister. Nicolas Sarkozy lui-même pose la main sur la caméra « pour l’empêcher de filmer.»

    La journaliste, Valentine Oberti, avait pourtant enquêté. Le candidat Sarkozy, en 2007, n’avait pu bénéficier d’une telle largesse de l’Assemblée. Car cette dernière ne pouvait prêter que 1,2 million de francs, et non 3 millions de francs. Et l’Assemblée ne put garantir l’existence d’un tel prêt.

    L’enquêtrice de Mediapart s’est interrogée. Elle avait retrouvé l’acte de vente. Le futur monarque avait écrit cette curieuse formule : « avoir obtenu l’ensemble des prêts nécessaires au financement de mon acquisition », sans pourtant préciser la source de ses apports.

    Mediapart précise : « Plus de quinze années après l’achat, nul ne sait donc comment le président de la République a financé son appartement, et ainsi constitué une grande partie de sa fortune personnelle. ».

    On résume : Nicolas Sarkozy a bénéficié d’un (ou plusieurs) prêt(s) secrets pour environ 3 millions de francs (450.000 euros).

    Vendredi 30 mars, on apprit que Patrice de Maistre, l’ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, restait en détention. Il avait plaidé la faiblesse physique. Mais la Cour d’appel de Bordeaux a rejeté sa demande de libération, confirmant « l’ordonnance de placement en détention provisoire et ordonnant une expertise médicale pour vérifier la compatibilité de la détention avec son état de santé».

    Pour le camp Sarkozy, c’est un coup dur. Patrice de Maistre avait été mis en examen pour « soupçon de financement frauduleux de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy de 2007 », puis écroué depuis le 23 mars pour « abus de faiblesse et abus de biens sociaux ». Il a résisté, il n’a rien dit, rien avoué.

    Par définition, ce maintien en détention signifie que la détention a son importance pour les juges. « La justice veut empêcher M. de Maistre de détruire éventuellement des preuves » précisait l’envoyé spécial du Parisien. Le juge Gentil veut qu’il craque. Et d’ailleurs, de Maistre était aux bords des larmes ce vendredi.

    La coïncidence de certains retraits d’espèces en Suisse au printemps 2007 et des rendez-vous politiques le trouble au plus au point. Pire, Patrice de Maistre a eu une défense curieuse : «Je n’ai rien fait de ce qui m’est reproché, j’ai seulement travaillé. Ce que je n’ai pas fait, c’est arrêter un système qui existait depuis 40 ans». Et il ajouta : «Ça aurait été plus facile pour moi de dénoncer».

    C’était exactement ce que la justice attend. Qu’il dénonce. « Patrice a tout intérêt à parler. Sinon, il risque de passer plusieurs mois en prison, et il fera figure de prévenu vedette quand viendra le moment du procès » avait confié à Mediapart un ami du gestionnaire.

    « Nicolas Sarkozy ne peut plus se contenter de balayer d’un revers de main les soupçons qui pèsent sur le financement de sa campagne de 2007 » s’interrogea Libération, ce samedi 31 mars.

    Effectivement.

    Cette fin de quinquennat promettait encore quelque surprises.

    Ami sarkozyste, reste avec nous.

    http://sarkofrance.blogspot.fr/2012/04/sarkozy-veut-oublier-ce-pret-de-3.html

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)