Fév 182017
 

Voici la manchette publiée hier par Franceinfo :

 

 

 

Énorme problème de méthodologie pour ce sondage. Odoxa a certes interrogé un échantillon de 1 016 personnes, « représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus », ce qui correspond à la norme admise pour une enquête d’opinion. Mais déjà, même s’il est devenu inutile de se battre contre eux tant les sondages en ligne se sont désormais imposés – ils coûtent moins cher à réaliser pour les sondeurs -, une enquête sur Internet porte en elle même d’énormes biais qui la rendent éminemment contestable, comme l’expliquait déjà en 2011 Alain Garrigou sur son blog du Monde diplomatique : « Les questionnaires par Internet ne sont pas représentatifs. Ils reposent sur un échantillon spontané, c’est-à-dire sur des volontaires pour répondre aux questions (autodéclarations). Le redressement postérieur n’a aucune rigueur parce que les internautes ne sont pas des individus pris au hasard mais des personnes qui répondent dans un but précis : participer à une loterie afin d’obtenir une gratification, ou par conviction, pour faire passer un message. (…) L’enquête en ligne ne permet pas de connaître le répondant. (…) Autrement dit, dans un panel d’internautes, le répondant peut ne pas être le titulaire de l’adresse mail qui est requise par le sondeur pour en faire partie, mais un membre quelconque de son foyer ; n’importe qui peut répondre à sa place (…). » Voilà bien pourquoi il conviendrait d’interdire les sondages en période électorale – Garrigou se prononçait même carrément en 2014 pour l’interdiction de tous les sondages électoraux ! -, parce qu’ils influencent l’opinion alors même que leur fiabilité est nulle; ils constituent par conséquent une forme de trucage de la démocratie. Mais concernant le sondage Odoxa pour Franceinfo, c’est encore bien pire.

Une manipulation caractérisée

On a vu que l’échantillon compte 1 016 personnes, mais le titre et le chapeau ne concernent qu’une partie d’entre eux, les « sympathisants de gauche« . Combien sont-il ? L’information est livrée à la toute fin de l’article :

297, échantillon ridicule, qui n’est absolument pas significatif ! Et, pire, sur ces 297 « sympathisants de gauche », 169 (soit 57%) sont sympathisants socialistes et seulement 128 sont des sympathisants de gauche « hors PS » ! Quoi de plus normal qu’une majorité de sympathisants socialistes préfèrent Hamon à Mélenchon et souhaitent une seule candidature à gauche, celle de leur champion ? Mais tous les lecteurs ont-ils remarqué cette information, qui invalide totalement le message véhiculé par l’article ? Poser la question revient à y répondre. Nous avons donc affaire à une manipulation caractérisée, qui ne peut avoir qu’un seul but : enfoncer dans les esprits l’idée que Mélenchon doit se retirer et le délégitimer en tant que candidat, accusé en creux d’être le futur responsable de la défaite de la gauche… et de l’accession au pouvoir, au choix, de Macron, Fi(ll)on ou Le Pen. Une formidable campagne en ce sens se développe sur les réseaux sociaux, et ce sondage bidon vient lui donner du grain à moudre. Le caractère scandaleux de la manœuvre est naturellement aggravé par le fait que le diffuseur soit le service public de l’information – de la désinformation en l’occurrence. Concluons avec la devise de l’institut sondeur, fièrement affichée sur le compte Twitter de son président, le très médiatique Gaël Sliman : « Odoxa : mieux que des chiffres, une réponse ». Des mensonges oui ! Voilà qui devrait définitivement discréditer le bonhomme mais, connaissant le système médiatique et ses chers éditocrates, on peut toujours rêver !

Mise à jour du 19 février

Et voilà ce que ça donne dans La Provence du 17 février, le quotidien régional propriété de Bernard Tapie : sur deux-tiers d’une page consacrée à Benoît Hamon, avec comme titre Benoît Hamon cherche à passer la vitesse supérieure, l’encadré ci-dessous, avec son titre comminatoire.

Évidemment, aucune mention de l’échantillon ridicule qui rend nulle la fiabilité de ce sondage.

Partagez cet article

  10 commentaires à “Scandaleuse manipulation sondagière sur le service public”

  1. Merci pour cet article, qui montre le niveau de la manipulation. Je vais faire suivre.

  2. Francinfaux et manipulation = pléonasme. Je ne capte pas cette chaîne là où je suis (portugal/espagne) et c’est tant mieux, le temps me dure pas (de la capter de nouveau) surtout que j’ai mieux (si j’ose dire…) : RMC. Je sais pas si vous avez écouté ce matin ? L’invité c’était Macron (comme partout) et fallait voir comment Bourdin, ce grand journalisse, et indépendant et au-dessus de la mêlée et je dîne pas, moi, avc les politiques (certes, il se contente des patrons…), fallait voir comment il a laissé se répandre son pote Macron ! Incroyable ! Et ça finissait pas ! Je remets la chose vers 13h : ça durait toujours ! Finalement, francinfaux est mieux qui se contente de l’omerta sur Mélenchon et ne choisit pas un candidat particulier, mettant dans le même bouquet Hamon Le Pen Fillon Macron sans vraiment choisir lequel ils préfèrent (mais pas Hamon tout de même, hein, pas déconner, l’hésitation concerne les 3 autres)

  3. et l’esprit critique dans toute cette affaire ? et le rôle de l’éducation nationale ? enseigner autrement, ne plus formater les cerveaux mais leur apprendre à résister à toute forme de manipulation

  4. Bah, même si Mélenchon se désistait, Hamon ne serait pas élu… Il n’est pas fait pour le rôle. C’est peut-être injuste mais c’est ainsi.

  5. Monsieur Bonnet et vos lecteurs, sûrement mieux renseignés que moi, j’implore votre aide, je ne blague pas, peut-être quelqu’un pourrait demander à l’intéressé himself :
    voila je cherche à comprendre la signification de l’urgence de la publication de ce petit entre-filet paru dans l’Humanité le 22 décembre 2016 (à consulter avant ré-écriture)…

    http://www.humanite.fr/pourquoi-melenchon-est-taxe-de-pro-poutine-629052

    En attendant des explications, je suis malheureusement contraint par la chrono-logie d’y voir un effet direct de la publication de la lettre de Mike Turner datant du 21 décembre 2016 (qui annonçait le Penelopegate):

    http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/election-presidentielle-2017/20161221.OBS2970/les-americains-s-inquietent-des-relations-entre-le-pen-et-poutine.html

    En attendant ces explications, JL Mélencon passe à mes yeux pour un Godillot de Washington…svp expliquez ou me trompé-je, merci d’avance.

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)