jan 232012
 

La dette, c’est la droite !, accuse Jean Gadrey, professeur d’économie à l’université de Lille 1, sur son blog hébergé par Alternatives économiques : « Le discours dominant est simple et malheureusement il n’est pas dépourvu d’efficacité : la dette publique s’expliquerait par l’excès de dépenses publiques et, dans ce domaine, la gauche serait dispendieuse alors que la droite serait économe. Tous les économistes un peu sérieux n’appartenant pas à la meute des « nouveaux chiens de garde » ont depuis longtemps démontré que le gonflement de la dette publique n’avait RIEN A VOIR avec une progression des dépenses Continue reading »

Partagez cet article
jan 172012
 

« Nous serons là pour conserver le triple A », disait encore François Baroin en octobre. Pour le ministre de l’Economie, on pouvait être rassuré : « quelle que soit l’évolution de la situation des marchés, quelle que soit l’évolution de la stabilité de la zone euro », rien n’allait empêcher notre fine équipe du pouvoir d’éviter cette fâcheuse dégradation. « Nous serons présents »… Où es-tu François ?  Fine équipe, écrivions-nous : que dire de cette cruche du Budget, Valérie Pécresse, qui déclare au soir de l’annonce de la perte du triple A décidée par l’agence de notation Standard & Poors : « Notre stratégie économique ne changera pas : c’est le désendettement, la compétitivité et le potentiel de croissance ». C’est ça, oui, l’austérité nous conduit droit dans le mur mais on continue en klaxonnant !

Si A signifie andouille, après Baroin et Pécresse il nous en manque une. Convoquons Luc Chatel, ci-devant ministre du Saccage de l’Education nationale : « À chaque fois que les socialistes ont été aux responsabilités, on a eu une fuite en avant budgétaire et on a fait reposer sur la génération future les avantages sociaux de la génération précédente. » [La perte du AAA]  « ce n’est pas la sanction de la politique de Nicolas Sarkozy, c’est le résultat de 30 ans de fuite en avant budgétaire, d’incurie budgétaire », ose-t-il. Toute l’UMP s’applique à nier l’évidence de la responsabilité de Nicolas Sarkozy, quand les chiffres sont implacables.

500 milliards, comptent même les journalistes Emmanuel Lévy (Marianne) et Mélanie Delattre (Le Point), auteurs d’Un quinquennat à 500 milliards, le vrai bilan de Sarkozy. Qui dit mieux ?

 

Partagez cet article
déc 112011
 

Ce qui est admirable chez Jean-Jacques Chavigné, journaliste à Démocratie & socialisme, le courant de gauche du PS emmené par Gérard Filoche, c’est son sens de la formule et son esprit de synthèse, capables de balayer en une phrase toute la propagande UMPiste. Continue reading »

Partagez cet article
déc 062011
 

« François Fillon a jugé mardi totalement infondées nos informations prêtant à l’agence de notation Standard & Poor’s l’intention de placer prochainement sous perspective négative le AAA français, écrivait La Tribune du 29 novembre dernier« Je peux vous dire que La Tribune raconte n’importe quoi », a dit le Premier ministre à Reuters en marge d’un séminaire consacré à la Révision générales des politiques publiques. » Et devinez ce qu’on apprend aujourd’hui même ? « L’agence de notation Standard & Poor’s a placé ce lundi soir quinze pays de la zone euro sous surveillance négative, comme l’annonçait La Tribune au sujet de la France il y a moins d’une semaine. Cette dernière risque une dégradation de deux crans de sa précieuse note AAA. » Et le quotidien économique d’enfoncer le clou : « La Tribune avait révélé, dans son édition du 29 novembre, que S&P allait placer l’Hexagone sous perspective négative « d’ici dix jours ». François Fillon avait alors répondu :  « La Tribune raconte n’importe quoi ». Finalement, six jours seulement auront suffi… » « Hi-han », aurait réagi Fillon. Continue reading »

Partagez cet article
nov 122011
 

Au secours, les libéraux attaquent ! Rigueur : la France ne va pas assez loin, titre étonnamment le Journal du dimanche, alors que l’annonce du nouveau plan de rigueur date d’il y a quelques jours à peine. Il ne s’agit pas d’un éditorial où un confrère nous donnerait son opinion sur la façon dont il faut nous sauver du désastre-de-la-dette mais du compte-rendu de la conférence de presse donnée par un certain Olli Rehn. Vous ne connaissez pas ? Nous non plus, mais il est commissaire aux Affaires économiques de l’Union européenne. C’est le bel homme ci-contre au creux des courbes. Continue reading »

Partagez cet article
nov 092011
 

C’est le point aveugle du débat : la dette publique est une escroquerie ! En cause, la loi Pompidou-Giscard de 1973 sur la Banque de France, dite « loi Rothschild », du nom de la banque dont était issu le président français, étendue et confortée ensuite au niveau de l’Union européenne par les traités de Maastricht (article 104) et Lisbonne (article 123). D’une seule phrase découle l’absolue spoliation dont est victime 99% de la population : « Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la banque de France« . Continue reading »

Partagez cet article