Sep 262020
 

Bachelot, Touraine, Buzyn, Véran… Les ministres de la Santé de droite, sarkozystes, hollandistes ou macronistes, se succèdent pour enfoncer les clous du cercueil de l’hôpital public. Chronique d’une catastrophe annoncée.

Hôpitaux : "On n'a pas tiré les conclusions" de la première vague, accuse le professeur Philippe Juvin
Ici, un soignant nommé Philippe Juvin, qui déplore la casse de l’hôpital public

C‘est quand même assez incroyable que huit mois après la crise, on soit dans un système où on n’a pas augmenté le nombre de lits de réanimation ou d’hospitalisations, on l’a même réduit. Paradoxalement, au mois d’octobre, nous risquons d’avoir moins de moyens hospitaliers à la disposition des malades du Covid qu’au mois de mars. » Voici l’alerte lancée par le professeur Philippe Juvin, chef des urgences de l’hôpital européen Georges-Pompidou. Il a raison et c’est un scandale. « Nous sommes à l’os en matière hospitalière, nous n’avons pas de marge de manœuvre et la Covid arrive en faisant déborder le vase qui était déjà extrêmement plein. Toutes ces mesures ne sont prises que dans un seul but, c’est de faire en sorte de ne pas submerger le système de santé. Aujourd’hui, on paye un système de santé qui s’est appauvri. » C’est exactement ça. Si les restaurants et les bars ferment à nouveau dans la Métropole Aix-Marseille Provence dimanche soir (pour une semaine finalement, au terme de laquelle on réévaluera la situation) et en Guadeloupe, ce n’est pas que la fameuse « deuxième vague » – expression entre guillemets pour interroger sa pertinence – serait particulièrement submersive, mais bien parce que le système de santé, « à l’os » comme le diagnostique notre professeur, ne peut assumer de surcharge. Autrement dit, le problème n’est pas sanitaire. Il résulte de choix politiques : il n’y a pas assez de lits, pas assez de soignants. Depuis quand ? Longtemps.

La Garenne-Colombes : retour de buzz (suite 2): Nicolas Sarkozy a trouvé  quelqu'un chez les Républicains qui a encore envie d'être soutenu par lui  ...
Là, un homme politique Les Républicains nommé Juvin Philippe, qui a mis en œuvre avec ses amis la casse de l’hôpital public

Problème : le soignant est aussi un politique, RPR puis UMP et aujourd’hui LR avec une belle constance, ancien eurodéputé, actuel maire de La Garenne-Colombes et président de la fédération LR des Hauts-de-Seine. Et que disait-il de la loi Bachelot, en 2009, pour la défendre ardemment ? « La loi Bachelot permet de sauver l’hôpital public en l’organisant mieux ». Nous sommes en 2020, onze ans plus tard, et il est donc manifeste que la loi Bachelot a échoué à « sauver l’hôpital public », si toutefois tel était son objectif authentique. Mais qu’a-t-elle produit comme résultat, dès lors ?

La loi Bachelot a fait de l'hôpital une entreprise - le Plus
La loi Bachelot, censée « sauver l’hôpital public » en 2009, vue par les syndicats de santé de l’époque

La loi du 21 juillet 2009 – tiens, pendant les vacances ! – « Hôpital, patients, santé et territoire », dite loi Bachelot pour la ministre de la Santé qui l’a portée, Roselyne Bachelot-Narquin, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, a jeté les bases du système de santé français tel qu’il fonctionne encore aujourd’hui. Quatre ans après sa promulgation, André Grimaldi, chef de service à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris), la dénonçait pour avoir « anéanti le service public hospitalier », pas moins : « cette loi a supprimé « le service public hospitalier » pour le remplacer par « des établissements de santé aux statuts variables ». Elle a, au nom de la lutte contre les abus du pouvoir médical, supprimé tout pouvoir soignant pour donner tout le pouvoir aux gestionnaires. Elle a signifié formellement la fin des services qui regroupent les équipes soignantes, remplacés par des « pôles » de gestion. Elle a consacré le pouvoir du directeur, « seul patron à bord », sous la tutelle étroite du directeur de l’ARS (ndlr : Agence régionale de santé), véritable préfet sanitaire aux ordres du gouvernement. (…) Le seul objectif fixé à cette immense machine bureaucratique est celui de la rentabilité promue par la généralisation de la tarification à l’activité (T2A). »

Feu Bernard Debré (décédé le 13 septembre dernier), alors député UMP donc de la même formation politique, tirait à boulets rouges sur cette loi avant même qu’elle ne soit votée : « Nous sommes en révolte parce que nous croyons que le pouvoir qu’ont les médecins de proposer un projet médical pour l’hôpital ne leur appartiendra pas. Ce sera le directeur (qui l’aura) avec une vision uniquement comptable. » Peut-être réagissait-il davantage en soignant, en professeur de médecine, ancien chef du service d’urologie de l’hôpital Cochin qu’il était, qu’en suivant l’idéologie libérale de la loi Bachelot. Au contraire de Philippe Juvin, pas encore touché par la grâce. La loi Bachelot a ainsi consacré la logique de « l’hôpital-entreprise ». Et depuis ?

Cazeneuve, Le Drian, Vallaud-Belkacem... Qui pour remplacer Valls à  Matignon?
Appelle Marisol, on va supprimer 16 000 lits en trois ans !
Sérieux ?

« Tous les gouvernements, de droite comme de gauche, ont mené cette politique de casse pendant ces «trente désastreuses», récapitule l’économiste Jean Gadrey, membre du Conseil scientifique d’Attac, dans Politis. Il en a fallu, des lois austéritaires, pour cela ! Rien qu’au cours des onze dernières années, on a eu la loi Bachelot de 2009, qui avait pour objectif de supprimer 22 000 postes et de fermer 16 000 lits d’hospitalisation en installant à la direction des hôpitaux des managers non médicaux. En 2015, la loi de Marisol Touraine et Manuel Valls était tout aussi «ambitieuse» dans la casse. Depuis le début du règne d’Emmanuel Macron, le tour de vis s’est poursuivi en dépit des puissants mouvements des personnels soignants. La loi Buzyn de 2019 a prévu notamment de «déclasser» environ 300 hôpitaux de proximité en fermant de nombreux services d’urgence et de chirurgie et des maternités. »

Voilà donc où nous en sommes aujourd’hui. Nous payons les conséquences de trente ans de politiques libérales. Depuis 1991, la densité de lits d’hôpital par habitants a baissé en France de 48% ! Macron, à la suite de la crise sanitaire, va-t-il améliorer les choses ? Il n’en a en tout cas rien fait pour l’instant, alors que l’électrochoc du confinement aurait dû le pousser à agir, mieux qu’avec un « Ségur » bidon. C’était l’occasion, le moment idéal. Mais l’hypocrite petit banquier d’affaires ne renoncera jamais à ses dogmes, dussent-ils précipiter la France dans le mur. Alors qui ? Un LR, un PS, responsables complices de cette casse ? Ne les croyez pas s’ils l’osaient promettre. Un programme politique a chiffré l’effort qu’il propose de mettre en œuvre : le recrutement de 62 500 soignants et médecins à l’hôpital. Pour cela comme le reste, un seul choix donc, celui de L’Avenir en commun.

NOTRE BIEN
COMMUN
LA SANTÉ
Les livrets de la France insoumise #22 SANTÉ
Partagez cet article
Juil 122020
 

Coup sur coup, le Haut conseil pour le climat sort un rapport au vitriol et le Conseil d’État ordonne une astreinte record (10 millions par semestre) pour inaction contre la pollution de l’air. Derrière le vibrant « Make the planet great again », le vide.

L’actuel président de la République s’est fait élire sur une imposture majeure, le fameux « ni droite, ni gauche » ou sa variante « de gauche et en même temps de droite ». Certes, il fallait manquer singulièrement de culture politique pour tomber dans ce panneau-là, mais le fait est que l’opération a fonctionné, avec l’aide de l’idiote utile du système, la Pen. Comment ne pas se faire élire face à un tel repoussoir ? Pour le plaisir, nous vous offrons le flashback sur la séquence-culte du débat.

4 mai 2017 : le freluquet tête-à-claques face à la semi-démente

Or donc, il fallait tomber de la lune pour ne pas avoir très bien compris que Macron était de droite, même si c’est le président « socialiste » – guillemets placés à dessein : lui, de gauche ? -, François Hollande, qui lui a mis le pied à l’étrier. Tout simplement parce qu’il appliquait déjà sous Hollande une politique de droite – ainsi la loi travail, exemple emblématique, c’est lui. Son appartenance idéologique au camp de la droite est du reste devenue aujourd’hui encore plus évidente, avec le nouveau gouvernement dirigé par des sarkozystes. Mais une deuxième imposture marque son mandat présidentiel, qui nous fait surnommer Sa Suprême Hypocrisie l’escrologiste. Dès son installation à l’Élysée, Macron a en effet adopté, face à Donald Trump, la posture de héraut de la lutte contre le réchauffement climatique et pour ainsi dire de sauveur du monde. Oh bien-sûr, il n’est pas difficile d’être plus écologiste que le fou-furieux imbécile de la Maison blanche ! Mais tout de même, quelle pantalonnade que d’accorder à Jupiter le titre de Champion de la Terre, décerné par l’Organisation des nations unies !

Vu par le dessinateur satirique Placide

L’Obs.com s’était alors interrogé : « blague ou récompense méritée ? ». L’introduction de l’article donnait le ton : « Le président français est actif sur la scène diplomatique, mais peine à montrer l’exemple dans les actes ». C’est bien le moins que l’on puisse dire ! La démission de Nicolas Hulot, à qui nous reprocherons toujours d’avoir apporté une caution verte à Macron – comme à Christiane Taubira d’avoir incarné l’alibi de gauche de Hollande -, donnait déjà un indice de la vacuité environnementale concrète du soi-disant Champion de la Terre : « On s’évertue à entretenir un modèle économique cause de tous ces désordres climatiques, avait expliqué le ministre en claquant la porte. (…) Nous faisons des petits pas, et la France en fait beaucoup plus que d’autres pays, mais est-ce que les petits pas suffisent… la réponse, elle est non. » Et d’ajouter : « Je ne peux pas passer mon temps dans des querelles avec Stéphane Travert ». Vous savez, le ministre de l’Agriculture d’alors, auteur de cette fantastique saillie, à propos du glyphosate : « Il n’est pas nécessaire que [son interdiction] soit dans la loi dès lors que nous prenons des engagements ». La loi est passée sans et l’on connaît la suite : le zéro-glyphosate est repoussé à la Saint-Glinglin fin du quinquennat.

Où en sommes-nous donc aujourd’hui, alors que Barbara Pompili vient d’être nommée ministre de la Transition écologique ? Et que Macron le bonimenteur a rajouté d’écœurantes couches à ses dégoulinantes incantations écologistes ?

Les écrits restent.

Ironie du sort, c’est une instance indépendante qu’il a lui-même créée, le Haut conseil pour le climat (HCC), qui répond par le constat sans appel suivant : « La France n’est “pas à la hauteur des enjeux ni des objectifs qu’elle s’est donnés” sur la lutte contre le réchauffement climatique », déplore le deuxième rapport annuel de 160 pages du HCC, en date du 8 juillet dernier. « La redevabilité du gouvernement sur les politiques climatiques reste faible, résume le communiqué de presse. En dépit de certains progrès comme le budget vert qui sera mis en œuvre sur le prochain projet de loi de finances [bien-sûr, le meilleur est toujours pour plus tard !, NdA], l’évaluation des lois et des politiques en regard du climat (…) n’a pas progressé. Les annonces faites au cours de l’année écoulée, comme la feuille de route de chaque ministère sur son budget carbone, sont toujours en attente d’être mises en œuvre. La réduction des émissions de gaz à effet de serre est insuffisante pour respecter les budgets carbone futurs. Les émissions de la France ont diminué de 0,9% en 2019, ce qui est similaire aux années précédentes et loin des –3% attendus dès 2025. » Et concernant le plan de reprise ? « Les premières dispositions du gouvernement en réponse à la crise du COVID-19 ne vont pas dans le sens des recommandations du HCC. Les dispositions sont peu contraignantes et n’incluent pas de mesures d’évaluation. En bénéficiant de plusieurs dizaines de milliards d’euros pour aider à la reprise économique, les entreprises françaises pourraient être sollicitées plus fermement par des mesures contraignantes. » Mais Bruno Le Maire, Emmanuel Macron et la droite en général jamais n’imposent quoi que ce soit aux entreprises : leur religion leur interdit d’exiger toute contrepartie, c’est pécher. Des exhortations, des suppliques, des proclamations de bonne intentions, ça, d’accord. Pour le reste…

« Le décalage entre les discours et les actes d’Emmanuel Macron sur l’écologie et le climat est abyssal » : Greenpeace in Le monde après-Covid : E. Macron arrive à faire pire qu’avant.

Si le HCC « critique vertement l’action gouvernementale », selon la formule amusante du Huffington post, le Conseil d’État va plus loin et « ordonne au gouvernement de prendre des mesures pour réduire la pollution de l’air, sous astreinte de 10 M€ par semestre de retard », par sa décision du 10 juillet. Bigre ! « Après une première décision en juillet 2017, le Conseil d’État constate que le gouvernement n’a toujours pas pris les mesures demandées pour réduire la pollution de l’air dans 8 zones en France. Pour l’y contraindre, le Conseil d’État prononce une astreinte de 10 millions d’euros par semestre de retard, soit le montant le plus élevé qui ait jamais été imposé pour contraindre l’État à exécuter une décision prise par le juge administratif. » C’est le problème quand on ne fait rien : ça finit par se voir. « Cette décision historique fait suite à un recours déposé par Les Amis de la Terre France, accompagnés de 77 autres requérants dénonçant l’inaction du gouvernement en matière de protection de la qualité de l’air, synthétise Reporterre. Le Conseil d’État leur a ainsi donné raison, constatant qu’à Grenoble, Lyon, Marseille-Aix, Reims, Strasbourg et Toulouse et Paris, la pollution au dioxyde d’azote continue de dépasser les valeurs limites légales. » Qui touchera cette manne ? Réponse dans le communiqué de presse du Conseil d’État : « cette somme pourrait être versée non seulement aux associations requérantes mais aussi à des personnes publiques disposant d’une autonomie suffisante à l’égard de l’État et dont les missions sont en rapport avec la qualité de l’air ou à des personnes privées à but non lucratif menant des actions d’intérêt général dans ce domaine ».

Même si la satisfaction est de mise de voir ainsi l’inaction macroniste dûment stigmatisée et sanctionnée par la plus haute juridiction administrative française, notons néanmoins que si l’État est ainsi condamné, ce sont in fine les Français qui paient. Ce qui justifiera de nouvelles rengaines sur la dette à l’appui d’austérités futures.

À moins de vraiment renverser la table, c’est toujours le libéralisme qui gagne…

Partagez cet article
Juil 042013
 

gdSombre humeur. Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques, sur sa page Facebook : « Comme prévu, la majorité des parlementaires européens se sont finalement lamentablement couchés après quelques rodomontades sans suites sur la question du budget européen. Continue reading »

Partagez cet article

Mai 132013
 

lm_optLe journaliste co-fondateur de Mediapart, Laurent Mauduit, ancien chef du service économique de Libération et ancien directeur adjoint de la rédaction du Monde, excusez du peu, sort un essai titré L’étrange capitulation. En voici l’argument : « C’est une histoire sans précédent pour la gauche qui a commencé avec la victoire de François Hollande. Par le passé, une fois arrivés au pouvoir, les socialistes français ont tenté, dans un premier temps, d’honorer leurs engagements. Ce fut le cas sous le Front populaire qui engagea de grandes réformes sociales avant de heurter le « mur de l’argent » ; ce fut le cas en 1981, quand la gauche chercha à « changer la vie » avant de se convertir à la rigueur ; ce fut le cas en 1997, quand Lionel Jospin chercha à sortir le pays de l’ornière libérale avant de reculer devant la finance. Depuis son entrée à l’Elysée, François Hollande, lui, n’a pas cherché un seul instant, à modifier la politique de son prédécesseur. Continue reading »

Partagez cet article

Fév 192013
 

kb_opt« Ce sera sans doute la perle de la crise. Karine Berger, députée socialiste, rapporteure du projet de loi dit de « séparation » et de « régulation » des activités bancaires, reprenant la parole en commission des finances après les exposés de MM. Chifflet, Oudéa et Bonnafé, respectivement président de la Fédération bancaire française, président de la Société générale et directeur-général de BNP-Paribas : « Vos trois exposés laissent paraître que vous n’êtes pas réellement gênés par ce projet de loi ; j’en suis à la fois étonnée et ravie » Continue reading »

Partagez cet article